13

Mais bien sûr ! de Céline Legendre

51O-DWpdbKL._SX195_.jpgRésumé : D’un côté Emi, trente ans, végétarienne et célibataire, toujours en quête de nouvelles histoires pour rendre réaliste son premier polar, réalise enfin son rêve en ouvrant sa propre librairie… Seul bémol, elle est située juste en face d’une boucherie !De l’autre côté, Lily, sa petite sœur au caractère bien trempé, tonitruante, volcanique, une fashionista à la sculpture de rêve débarque chez Emi à la suite d’une douloureuse rupture. Deux sœurs, deux tempéraments que tout oppose ou presque. Leur point commun ? L’envie de réussir.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Céline Legendre pour l’envoi de son roman via Simplement.pro. Je vous avoue que cette fois ci, encore une fois, le coup de cœur pour la couverture a encore frappé ! BOUM ! Ce roman présentait tout ce que j’avais envie de lire ces derniers temps. Dès que je l’ai eu dans les mains, je l’ai commencé : j’avais envie de lire tout de suite. Ni une, ni deux, je me suis installée dans mon rocking chair et en avant !

Des personnages attachants

J’ai fait la rencontre de deux jeunes femmes incroyables. Si Emi est la grande sœur avec la tête sur les épaules, Lily est la petite sœur un peu fofolle qui fait souvent les mauvais choix et qui réfléchit souvent après avoir parlé. A elles deux, elles marquent un équilibre parfait. Elles illustrent très bien le fait que malgré leur lien proche, elles ont besoin de leurs espaces personnels. Les sœurs ça s’entraident, ça se disputent et ça se gonflent ! J’ai trouvé leur relation d’une incroyable justesse. Bon, j’avoue que j’ai plus apprécié Emi mais ce n’est qu’une affaire de gout. Elle me ressemble plus. Lily a rapidement mis mes nerfs à l’épreuve. Je l’ai trouvé trop excessive dans ses choix et dans ses actions, de plus, son Lulu m’a vite ennuyé. J’ai trouvé que ça prenait un peu trop de place. Cependant, certaines choses ont pu me faire rire (je pense à ses petites vengeances ahah). Je dois aussi souligner le fait qu’elle a bien évolué vers la fin du roman.

Même si ces personnages sont les principaux de notre histoire, j’ai trouvé que les nombreux personnages secondaires sont très sympathiques et font avancer l’histoire. J’ai trouvé qu’ils berçaient le fond de l’intrigue, ils apportent tous un petit quelque chose.

L’intrigue

L’intrigue n’est pas très compliquée. En effet, Emi est une jeune femme pleine de courage, qui trouve le moyen d’ouvrir sa propre librairie. On la suit dans sa nouvelle aventure, avec ses amis, sa famille ainsi que les autres commerçants du quartier. J’ai apprécié cette histoire dans l’ensemble. Ce n’est pas un coup de cœur mais c’est une lecture très agréable. Les pages ont défilés rapidement, en deux soirées j’avais lu le roman de Céline Legendre. Le non coup de cœur vient du fait que j’ai trouvé l’histoire un peu simple. Néanmoins, je souligne le fait que les personnages sont très attachants, on est rapidement au cœur de tous ces personnages qui passent et repassent dans le quotidien des filles.

Autre point très important de l’histoire qui m’a énormément plu, c’est la relation que les deux sœurs entretiennent avec leur mamie. Divy est une personne vraiment sage. C’est une mamie adorable. J’ai apprécié avoir une petite touche de sa présence tout au long du roman. Cette Divy m’a fait vibrer, j’ai espéré, j’y ai cru, j’ai eu le cœur gros. Bref, c’est un personnage qui bouscule les émotions du lecteur. Le désarroi d’Emi est aussi très présent mais très bien géré par l’auteure.

On évolue en deux temps selon moi. En effet, d’un côté on suit Emi avec sa librairie, sa volonté de faire son trou dans cette rue commerçante et d’un autre Lily avec ses histoires d’amour et sa volonté de faire de sa vie quelque chose de bien, qui lui conviendrait.

La plume

J’avais envie de découvrir l’auteure avec son roman Je veux tout… et surtout toi ! mais je suis arrivée un peu trop tard sur la plateforme. Ainsi, j’étais contente de découvrir un nouveau service presse de l’auteure. Je ne regrette pas ma découverte. J’ai pu découvrir un univers léger mais avec un fond intéressant et sérieux. On aborde des sujets légers mais aussi sérieux : ainsi, on peut trouver des sujets comme l’amitié, l’amour, le végétarisme mais aussi les difficultés des couples, les tracas de la vie quotidienne…

Les – :

  • Une intrigue un peu simple pour cette lecture légère.

Les + :

  • Les deux sœurs.
  • Les relations grand-mère/petite-fille ainsi que celle entre les sœurs.
  • La plume de l’auteure
  • Les sujets abordés
  • L’humour présent dans ce roman.

4

Publicités
11

Sortilèges – Denis Labbé

CVT_Sortileges_3973.jpgRésumé : Que faire lorsqu’on est une fille ordinaire et qu’on apprend qu’on est une sorcière ? À 11 ans, Lisa voit sa vie changer lorsqu’une chouette devient son professeur de magie. Le monde lui apparaît alors plus surprenant et plus inquiétant. En compagnie de ses amis, Ambre, Flora et Nathan, elle va explorer un univers nouveau et apprendre à se servir de ses pouvoirs. 8 magnifiques illustrations intérieures signées Krystal Camprubi !

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Séma éditions ainsi qu’Alicia pour l’envoi de ce roman. Ce service presse est vraiment très sympathique. En effet, j’ai fondu pour la couverture du roman.

Un univers jeunesse captivant

La crainte que j’ai toujours avec ce genre de romans dans la section « jeunesse » c’est le fait que cela colle trop à l’univers de Harry Potter. En effet, j’ai déjà lu des romans qui n’étaient qu’une pâle copie de cet univers que je chéris tant.

Denis Labbé m’a encore une fois prouvé que sa plume était magique. Il a su me transporter dans un monde que j’ai pris plaisir à découvrir.

Ce que j’ai trouvé agréable c’est le fait de contourner les obstacles : les comparaisons à Harry Potter sont faites de temps en temps. Ainsi, l’auteur souligne le fait qu’il sait que Harry Potter existe et que son monde n’est pas fait pour ressembler à ce qui a déjà été proposé. C’est très sympathique.

L’intrigue

J’ai trouvé l’histoire très plaisante. Ce premier tome sert à poser les bases d’une aventure qui semble être très sympathique à suivre. Roman jeunesse, il pourra plaire à de nombreux lecteurs qui ne seront pas forcément des jeunes lecteurs.

Là où j’aurais juste un petit bémol, c’est peut-être le « manque » d’originalité sur certainsSema-Logo-edition-WP points. La chouette, le chaudron, le médaillon ensorcelé… C’est du déjà-vu pour moi. Cela m’a un peu laissé de marbre. Cependant, si l’auteur utilise des symboles et des animaux que l’on a déjà vu, il sait aussi faire preuve de grande intelligence en réactualisant des symboles que l’on avait déjà rencontrés : l’épouvantail, la baguette magique…

Le roman reste un roman initiatique. En effet, on fait la rencontre de Lisa. Elle a 11 ans et vient de voir sa vie de petite fille normale prendre un virage de 180° en découvrant, grâce à sa chouette Alba qu’elle est une sorcière. Ainsi, elle apprend comment gérer sa nouvelle vie.

Notion importante dans ce genre de romans : les amis. Lisa en a quelque uns sur qui elle peut compter : Ambre, Flora et Nathan qui sont vraiment très sympathiques à découvrir. J’ai trouvé que Lisa avait vraiment un sacré tempérament qui permet de s’attacher à elle. Elle ne manque pas de courage, elle est loyale et ne rechigne pas devant les obstacles à franchir.

L’histoire est accompagnée d’illustrations. Je trouve que c’est un fabuleux accompagnement. Les illustrations sont magnifiques. Elle ajoute un côté merveilleux à l’histoire. Ainsi, Lisa se matérialise sous nos yeux. L’illustratrice a fait un travail remarquable qu’il faut souligner !

La plume de Denis Labbé

Je la connaissais déjà. J’ai pris un énorme plaisir à découvrir sa plume dans un autre genre que celui dans lequel je l’ai rencontré. Les mots sont justes, les descriptions sont vraiment très sympathiques et magiques. J’ai adoré la sagesse d’Alba, la loyauté de Lisa et la fraîcheur de ses amis.

Je ne peux que vous recommander de vous plonger dans cette aventure. J’ai rapidement lu ce premier tome qui semble présager de sacrées aventures pour Lisa. Je suis pressée d’avoir la suite entre les mains.

Les – :

  • Quelques symboles utilisés qui ont déjà été utilisés trop souvent à mon goût.

Les + :

  • Les personnages. J’ai adoré Lisa et Alba
  • La plume de Denis Labbé que j’ai pris plaisir à retrouver.
  • L’illustratrice et son travail incroyable.

4

17

Je vous en prie, silence – Marie-Haude Meriguet

book-5712.jpgRésumé : À l’approche de la quarantaine, Jeanne a tout : un mari, des enfants, la reconnaissance professionnelle. Et surtout : des repères stables. Elle est satisfaite et n’en veut pas davantage. Le soir où elle découvre l’infidélité de Fabien, elle pense immédiatement à… Bernadette Chirac. Le choc, sans doute. Résumer sa vie et son couple à cette trahison ? Très peu pour Jeanne. Loin des drames et des fracas, ce qu’elle veut de toutes ses forces, c’est continuer comme avant, coûte que coûte. Comment ? Le silence. Ne rien dire, et faire preuve de méthode : pour que ça « tienne ». Accompagnée dans son secret par sa sœur Ophélie, dont le franc-parler va souvent la mettre face à ses propres contradictions, Jeanne se lance dans une lutte contre l’infidélité d’un genre nouveau, et dont elle devra inventer les règles au fur et à mesure. Elle va devoir faire appel à son ingéniosité pour cacher ce qu’elle sait à tout son entourage, y compris à Fabien. La tâche est loin d’être aisée. D’obstacles bouleversants en découvertes surprenantes, Jeanne chemine comme elle le peut. Et alors qu’elle avance sur un fil fragile menaçant de céder à tout moment, elle en apprend chaque jour davantage sur elle-même, sur les gens, et sur son couple. Jusqu’au dénouement, qui vient renverser ses dernières certitudes. Entre drame et détermination, entre humour et détresse, l’histoire de Jeanne nous rappelle que rien n’est jamais tel qu’on l’avait imaginé en amour. En infidélité non plus, d’ailleurs.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Marie Haude pour l’envoi de son roman via SimPlement. Roman vers lequel je ne serai pas forcément aller de moi-même, voici une découverte surprenante qui ne peut que nous inspirer.

Un silence incompréhensible

Personnellement, je n’aurais pas su. Le résumé est assez explicatif pour que vous compreniez de quoi on parle : l’adultère. Le comportement de Jeanne est un énorme mystère pour moi. Après avoir découvert l’infidélité de son mari, Jeanne décide de faire comme si de rien n’était. Elle décide de tout faire pour ne pas rompre ce quotidien installé dans sa vie depuis trop longtemps pour qu’elle puisse se remettre d’un si gros changement. Le dire à Fabien ? Jamais ! Personne ne le sait sauf sa sœur Ophélie.

Des personnages attachants

Bien entendu, je me suis tout de suite attachée à Jeanne qui porte le poids de l’adultère sur ses épaules. On a l’impression que son mari n’a réfléchi à rien : ses jumeaux, sa femme, sa famille. Jeanne remet tout en question à cause d’un vomi de spaghettis qui finit mal…

J’ai apprécié Ophélie. C’est la sœur de Jeanne. C’est aussi la seule qui est au courant de l’infidélité de son beau-frère. Même si elle essaye de raisonner sa sœur, elle lui reste fidèle et loyale et la soutient jusqu’au bout. J’avoue qu’Ophélie est un bol d’air frais dans ce roman. En effet, le sujet est assez lourd tant il remet en cause trop de choses pour moi. Ophélie vient soulager un peu cette lourdeur dans le roman.

L’évocation de Bernadette Chirac porte à sourire. J’ai apprécié cette idée qui met en place le ronronnement des pensées de Jeanne. Si Jeanne soulève souvent les mêmes problèmes, elle se pose toujours la même question : « Qu’aurait fait Bernadette ? ». J’ai trouvé que cela portait à sourire. Ainsi, on se retrouve dans une routine à travers les pensées de Jeanne.

Thématiques sensibles

J’ai dû lire le roman en plusieurs fois. J’ai fait le choix de faire des pauses pour ne pas étouffer. En effet, le sujet de l’adultère est intense comme j’ai pu le souligner ci-dessus. La découverte de l’infidélité ronge Jeanne jusque dans son sommeil. Plus rien ne va malgré ses tentatives pour faire comme si de rien n’était.

On suit Jeanne dans sa réflexion. On comprend qu’elle ne veuille pas perdre sa vie et tout ce que cela peut représenter. En revanche, j’avoue que je n’aurais pas su faire comme elle. Garder tout ce ressentiment, cette rage et cette déception pour soi, ce n’est vraiment pas bon. Plusieurs fois, je me suis dit que cela ne se terminerait pas bien.

La plume

J’ai découvert l’univers de Marie-Haude grâce à son roman. Si l’intrigue a su me plaire, j’ai trouvé l’histoire trop « sérieuse » et sombre. Je pense que c’est vraiment le point négatif que je peux souligner. Ici, c’est un point négatif personnel : en effet, cela peut varier d’un lecteur à un autre. Ce n’est qu’une histoire de goût. Si le résumé est une mise en bouche de ce qui peut nous attendre, je m’attendais à ce que cela soit un peu plus lumineux.

Les – :

  • Une intrigue un peu trop sombre pour moi

Les + :

  • Le courage de Jeanne
  • Le personnage d’Ophélie
  • Un récite de vie troublant
  • Une plume séduisante

3

13

Amoureuse du diable – Alexandra Lanoix

51YnyFKhapL.jpgRésumé : Lilly s’octroie quelques jours de congé bien mérités à Monaco. Elle a économisé plusieurs mois sur son salaire de caissière pour s’offrir ce voyage : un break avec sa vie actuelle et… sa vie d’avant. Durant son séjour, elle croise la route de l’homme d’affaires Léo Watts, mais cette rencontre va lui valoir toute l’attention d’Interpol, qui lui demande d’infiltrer le cercle très fermé du richissime businessman. Acceptera-t-elle de jouer les taupes auprès de cet homme qui est loin d’être un ange ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Alexandra Lanoix pour sa confiance renouvelée. En effet, je suis très heureuse d’avoir acceptée une nouvelle fois sa demande. J’ai lu, de nouveau, un de ses romans avec grand plaisir.

Un sentiment de déjà vu

Bon, je vais commencer parce que j’ai le moins apprécié dans ma lecture. Une petite impression de déjà vu dans la construction de nos personnages principaux. Ici, on fait la rencontre de Lilly, une caissière qui a une vie relativement normale. Un boulot qui ne paye pas de mine, un besoin de faire des économies pour se payer des vacances. Bref, Lilly a une routine que beaucoup de gens ont. Cependant, à Monaco, elle fait la rencontre d’un richissime businessman : Léo Watts. La sensation de déjà vu est là. Voici un schéma que j’ai trop vu dans les romans. Les différences dans les catégories sociales et professionnelles ont tendance à me faire lever les yeux au ciel.

Cependant, j’avoue que j’ai apprécié découvrir les deux personnages. Ils sont radicalement différents mais cela prouve à quel point l’auteure est talentueuse ! Elle a su me surprendre dans un couple avec lequel je ne pensais pas pouvoir m’épanouir.

Diabolisation de Léo

On se rend tout de suite compte que Léo est le « diable » dont on parle dans le titre. Voilà souvent un nom que l’on peut accoler au type de personnage qu’Alexandra nous propose. L’argent pourrit tout alors quand on en a à foison, généralement ça dérape, tout devient dangereux. Ici, on garde une part de mystère sur les manigances de Léo. On nous en fait un personnage un peu effrayant et surtout mystérieux. Cela nous permet d’accrocher à l’intrigue tout de suite même si cela est un peu inquiétant. Interpol ? Qu’a-t-il fait pour que l’on puisse le rechercher internationalement ?

Une passion amoureuse forte

Il ne fait aucun doute qu’Alexandra Lanoix est forte pour nous parler de passion. Si celle de Shape of You m’avait énormément plu, j’ai retrouvé ici toute la passion amoureuse qui anime la plume de l’auteure. Ainsi, nous avons une romance New Adult savoureuse qui nous permet de passer un moment de lecture intense.

L’intrigue

J’avoue qu’ici, on fait assez fort. L’auteure parvient à nous monter une histoire de toute pièce qui est assez crédible. En effet, on a des questionnements assez intenses : qui suis-je ? Suis-je capable de prendre une décision qui fera que ma vie va complètement changer ? Bref, beaucoup de questionnements identitaires sont au rendez-vous dans ce roman. Cela n’est pas simplement une petite histoire de fesses. Non, on est au-delà de ça et ça fait vraiment plaisir d’avoir un tissu littéraire derrière une histoire d’amour.

On mélange un peu toutes les thématiques dans ce roman : suspens, amour, péripéties, choix à faire, bref, on ne s’ennuie pas une seule seconde.

J’avoue que l’intrigue m’a énormément plu. Cependant, la fin m’a laissé surprise et frustrée. Je n’en dirai pas plus mais franchement, je suis certaine que je ne suis pas la seule à être surprise par cette fin.

La plume d’Alexandra Lanoix

Je pense qu’Alexandra Lanoix est l’une des plumes qui pourra me permettre de changer d’avis sur le New adult. C’est vraiment une plume exceptionnelle qui nous permet de nous épanouir dans une lecture dès le départ. Même si ce n’est pas un coup de cœur, voilà une belle surprise. La lecture est agréable et nous permet de passer un moment de lecture divertissante. J’apprécié le changement d’univers entre les romans. L’auteure fait des choix osés et les assume, bravo !

Les – :

  • Voilà un +/- mais qui tend un peu plus vers un – pour la frustration qu’il me procure. La fin du roman.
  • Le choix du couple dangereux businessman riche/petite caissière. Les catégories socio professionnelles sont trop utilisées dans les romances pour moi…

Les + :

  • Les psychologies des personnages
  • La plume de’Alexandra Lanoix
  • Le personnage de Léo que j’ai beaucoup apprécié
  • Les nombreuses thématiques abordées

4

 

14

Meurtre bénévole – Catherine Secq

51gN1o0bZ4L._SX195_Résumé : Un patron retrouvé mort sur son bureau. Une association où tout le monde se déteste et pourrait être auteur du meurtre. Je me souviens bien de cette affaire. Quand je pense que certains croyaient qu’il dormait, le beau directeur… Elles sont nombreuses à l’avoir pleuré, ce serial lover. Paix à son âme ! Pour une fois, la brave commissaire Bombardier va devoir faire le tri parmi de trop nombreux coupables potentiels. La cuisine et le rock sont ses deux passe-temps préférés, lorsqu’elle ne s’occupe pas de sa petite-fille adorée et surtout lorsque les assassins de la capitale, très ignorants des acquis sociaux, lui laissent un peu de répit en dehors des heures légales de travail. Aidée de son jeune adjoint maladroit, qui lui sert autant de tête de Turc que d’homme à tout faire, elle ira chercher le meurtrier là où l’on ne l’attend pas. La commissaire Bombardier n’hésitera pas à soulever les tapis et la poussière, pour nager dans les eaux troubles de personnalités déroutantes. À force de tirer le fil de la pelote, la vérité finira par éclater, mais pas sans éclabousser tout ce joli petit monde. Un polar tout sauf noir, drôle et bien ficelé.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Catherine Secq pour l’envoi de ce roman via SimPlement. J’ai trouvé la couverture assez sympathique. Ce genre d’illustrations me rappelle les livres que je lisais étant plus jeune. D’humeur nostalgique ces derniers temps, je n’ai pas réfléchi très longtemps avant de faire la demande de ce service presse.

Une intrigue simple mais efficace

Vous aurez le droit à tout sauf à un polar noir ici. Une enquête policière, on en a une. Elle reste assez simple mais ultra efficace comme souligné dans mon sous-titre. Si je pense que l’intrigue n’est pas une des plus grandes forces de ce roman, on reste quand même dans une lecture détente assez sympathique malgré des petits bémols. Je pense que l’intrigue aurait pu être un peu plus dense et mystérieuse. Cependant, l’auteure a décidé de miser sur d’autres points forts pour sa première enquête et je trouve que c’est assez juste.

Le commissaire Bombardier : un sacré numéro

Son nom lui va comme un gant ! Ce commissaire est une bombe à retardement. Elle a un sacré caractère, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Le commissaire Bombardier est un personnage qui inspire le respect. En effet, elle se fait respecter par ses collègues qui l’accueillent assez bien. Elle a un fonctionnement professionnel bien à elle mais ça fonctionne.

Elle a un vocabulaire très fleuri. C’est un personnage haut en couleurs ! Purée, c’est hallucinant ! En effet, l’auteure en fait une personne atypique et attachante.

J’ai eu l’impression d’avoir le personnage de Sœur Thérèse(.com !) mélangé au tempérament et le franc-parler du Capitaine Marleau. C’est assez saisissant parce que ce ne sont pas forcément des personnages télévisuels que j’apprécie. Néanmoins, l’auteure parvient à construire un personnage intéressant avec des qualités que l’on ne peut pas ne pas apprécier.

Personnages secondaires

Polo m’a beaucoup fait rire, je vous l’avoue. J’ai eu, plus d’une fois, l’envie de le prendre sous mon aile. Qui dit meurtre dit enquête et qui dit enquête dit panel de personnages importants. On se rend compte de la capacité incroyable de l’auteure à monter des psychologies différentes sans aucun problème. C’est très intéressant. Elle rend ses personnages uniques et atypiques. J’ai apprécié Mademoiselle Poult par exemple.

La plume

Si je n’ai rien à redire sur la plume de l’auteure, j’avoue que, par moments, j’ai trouvé des phrases qui auraient pu ne pas être présentes. Je pense, par exemple, à la remarque du médecin légiste sur les parties génitales de la victime. Ok, cela vient souligner l’univers du commissaire Bombardier mais franchement, je n’ai pas trouvé cela très utile. Si le langage fleuri du commissaire peut être une manière de la rendre unique, il faut trouver le parfait équilibre pour ne pas avoir cette impression de trop.

On peut aussi noter le fait que l’auteure fait une place importante aux plantes dans son roman mais aussi à l’environnement dans son roman. Je trouve cela assez sympathique de retrouver ces thématiques dans le roman.

Je ne peux que vous recommander cette lecture (assez courte et prenante) aux fans des policiers comiques. Je lirai les aventures du commissaire Bombardier avec plaisir !

> L’auteure me souffle dans l’oreillette que son roman est surtout une satyre sur le monde associatif. Merci à elle pour son temps.

Les – :

  • Des répliques qui, pour moi, ne sont pas forcément nécessaire au déroulement de l’intrigue.
  • La simplicité de l’enquête.

Les + :

  • La création du personnage du commissaire Bombardier. Je la trouve unique, attachante et atypique.
  • La plume de l’auteure et son imagination sans limite.
  • Un panel intéressant de personnages secondaires. L’auteure a fait un sacré travail !
  • La thématique de la nature et des plantes dans le roman. 

4

12

La danse de la tarentule – Claire Blanchard

41hXtZXVSuL._SX195_.jpgRésumé : Quel drame a poussé Émilie à rompre les liens avec sa famille maternelle ? Cela fait plus de vingt ans que la jeune femme n’a pas gravi les marches du manoir de son enfance, lorsque sa mère y rend son dernier souffle. Un flot d’images se déverse dans sa mémoire. L’Inde, Le Croisic, Paris ; et un fil conducteur : celui que tisse obstinément une mère oppressante, imprévisible, tarentule harceleuse au venin quotidien, qui jamais ne perd de vue sa proie, centre de sa ronde maléfique, sa danse funeste. Comment se construire lorsqu’une mère aimée au-delà de tout, au-delà du pire, inocule paroles et gestes toxiques que sécrète une folie sournoise et quotidienne ? L’impasse d’une naissance dans l’amour maternel peut-elle interdire de renaître à la vie ? Un récit poignant et percutant !

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie les éditions Librinova pour l’envoi de ce roman. J’ai trouvé le résumé assez séduisant, je ne voyais pas pourquoi je n’aurais pas dû me plonger dans ce roman.

Retour en arrière

J’ai apprécié ce livre grâce à la manière dont l’auteure traite le sujet dont elle nous fait part tout au long de son roman.

Son roman parle d’acceptation, de souvenirs, d’un amour maternel particulier, de la manière dont les enfants captent les comportements des grands. Bref, Claire Blanchard propose ici un roman poignant qui permet de s’immiscer tout doucement dans l’enfance puis dans l’adolescence d’Emilie.

Personnages

Emilie est notre personnage principal. On a l’impression de la suivre sur un chemin de croix, son chemin de croix. Même si l’histoire ne nous concerne pas directement, je pense que beaucoup de lecteurs pourront s’y retrouver. J’ai apprécié la force de caractère de ce personnage. Elle revient au Croisic avec ses enfants. C’est avec la peur au ventre qu’elle y retourne mais elle veut faire face aux démons du passé.

Les personnages secondaires sont aussi remarquables. La famille d’Emilie est particulière. Même si chaque famille peut être différente, avec un fonctionnement différent, on se retrouve dans une spirale d’événements et de comportements particulièrement étonnants et surprenants. Je ne comprendrais jamais comment, en tant que parents, on peut laisser ses enfants pour partir à l’autre bout du monde. Cela peut encore se justifier lorsque la situation est extrême mais ici, ce n’est pas le cas.

Le poids du passé

La force de ce roman réside dans le fait que l’auteure ne traite pas un roman noir. Même si certains épisodes de la vie d’Emilie semblent vraiment durs, l’auteure parvient à nous peindre un tableau avec des souvenirs positifs qui se révèlent être solaires dans le roman : cela nous permet de ne pas étouffer dans une lecture d’une enfance noire.

L’intrigue et la plume

Ici, il me parait intéressant de traiter ces deux points de ma chronique de manière simultanée. En effet, je trouve que l’intrigue fait progresser la plume et que la plume fait progresser l’intrigue. Dans ce retour dans les souvenirs d’Emilie, on part la rencontrer à différentes périodes de sa vie : l’enfance, l’adolescence, les décisions compliquées, les pensées compliquées, bref, rien ne semble simple dans la vie d’Emilie. Les différentes périodes sont subtilement soulignées par la plume de Claire Blanchard qui semble excellente ! En effet, on sent une nette progression dans les pensées d’Emilie, sa réflexion s’étoffe mais aussi son vocabulaire. Plus l’histoire avance, plus on sent la maturité du personnage principal qui devient très intéressant.

La métaphore de la tarentule est extrêmement bien trouvée. La tarentule est cet animal qui peut être effrayant pour beaucoup de monde. Venimeuse, la tarentule est une araignée qu’il faut craindre. Selon la légende, il faudrait danser pour que le poison ne fasse plus effet.

Si la tarentule reste un animal que l’on ne veut pas avoir chez soi, j’ai trouvé cette métaphore très intéressante. En effet, on retrouve vraiment cette image dans le personnage incarné par la mère d’Emilie. Elle empoisonne la vie de ceux qui l’entoure. Cependant, tout le monde la garde dans un coin de la tête, comme si elle empoisonnait les souvenirs, les bons moments. C’est assez intelligent.

Il faut souligner que la fin m’a laissé sur ma faim. J’ai trouvé qu’elle était un peu trop brute pour moi.

Destruction psychologique

J’avoue que c’est vraiment le petit point négatif de ce roman. On assiste vraiment à la descente aux enfers d’Emilie. Les péripéties vont s’enchainer et cela va creuser un fossé entre elle et sa famille. Au point qu’Emilie préfère être seule et couper les ponts pour ne plus être empoisonnée. Si la destruction psychologique de la petite est un sujet très bien traité dans le roman, la remontée des enfers du personnage est suggérée. On n’en parle pas forcément et je trouve que cela a manqué à l’intrigue pour moi.

Les – :

  • une fin qui laisse sur sa faim
  • une volonté certaine de l’auteure de montrer comment une petite fille peut être détruite psychologiquement. J’aurais apprécié un peu plus de lumière en nous montrant comment elle a pu se sortir de cette situation.

Les + :

  • La métaphore de la tarentule. Très intelligente !
  • La plume de l’auteure à l’image du personnage d’Emilie : en constante évolution.
  • Les différentes notions traitées dans le roman.

3

27

Bilan de Mai 2019

Hello-May-on-photo-with-pink-wooden-wall-and-flowers.jpg
Hello tout le monde,
Je vous retrouve pour notre rendez vous mensuel ! 🙂 Le mois de mai fut riche en émotions. C’est parti pour le bilan livresque

 

 

Voici donc 23 nouvelles lectures. Elles ont toutes été très différentes et m’ont beaucoup plu. Pas de bides livresques à déplorer.
Mai signe la fin de ma participation comme jury au Prix des Auteurs Inconnus… J’espère en faire partie de nouveau l’année prochaine 🙂

Mon top trois du mois de mai 

 

Trois auteures cette fois ci ! J’ai choisi :

Cendres pour l’univers proposé que j’ai adoré !
Lucy in my sky pour la bonne dose d’émotions que j’ai vécu !
D’ici là, porte-toi bien pour cette plume qui me plait énormément ! 

 

Côté perso, ça donne quoi?

Beaucoup de choses, j’ai pris le temps et c’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé Kathleen le temps d’un restaurant. Avant d’être une blogueuse que j’adore, c’est une amie avec qui je peux parler de tout. J’ai refait le monde avec mon Boobie autour de quelques bières (j’avais oublié à quel point c’était important de se parler, de vider son sac). J’ai dit à ma chère meilleure amie à quel point je tenais à elle. Oui, c’est débile mais des fois, on oublie. Par pudeur, on ne se le dit pas forcément souvent et le dire fait du bien. J’ai fêté mon anniversaire (merci à ceux qui y ont pensé :)) et j’ai encore une foisimages.jpg été gâtée… :). Ca y est, le compte à rebours a commencé. Dans deux jours, je ne parlerai plus en année mais en mois… le mariage arrive à grande vitesse. Peur et envie, voilà un joli mélange qui me fait passer des courtes nuits! J’ai repris le sport, j’ai envie de me sentir mieux dans mon corps bien que je n’ai pas forcément de complexe, si quelques kilos peuvent dégager, ça serait bien ! 🙂 Mon Phénix m’a fait aussi une belle surprise dont je vous parlerai prochainement. Mais je suis comblée de bonheur par cette jolie nouvelle qui annonce de belles aventures en perspective!

On se retrouve le mois prochain, dites? 

En attendant, merci pour votre présence ! 🙂 ♥