16

The beast within : A Tale of Beauty’s Prince / L’histoire de la bête de Serena Valentino

téléchargement (1)Résumé : A cursed prince sits alone in a secluded castle. Few have seen him, but those who claim they have say his hair is wild and nails are sharp–like a beast’s! But how did this prince, once jovial and beloved by the people, come to be a reclusive and bitter monster? And is it possible that he can ever find true love and break the curse that has been placed upon him?

______________________________________________________

C’est une histoire vieille comme le monde : celle d’un prince cruel transformé en Bête.
Et celle d’une belle jeune fille qui surgit dans sa vie. Le monstre est métamorphosé par la compassion de la jeune fille et l’amour qu’il ressent pour elle. Puis ils se marient et ont beaucoup d’enfants. Mais comme pour chaque histoire, il y a plusieurs versions. Qu’importe ce que l’on a pu dire ou écrire, une seule question demeure : qu’est-ce qui a changé le prince en la Bête que l’on connaît ? Voici l’une de ces histoires. Une histoire de bêtes, et, bien sûr, de belles.

~ Lecture détente 📖 ~

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman en anglais. Bien trop longtemps, j’ai pris un peu de temps à me remettre dans le bain… Mon dieu ! Bien fait pour moi. J’ai décidé de sortir ce roman de mes étagères. Cela faisait longtemps qu’il était dans mes prévisions de lecture, il était grand temps !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Il était une fois
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est dingue ! J’ai beau avoir grandi depuis, l’effet « il était une fois » a toujours autant d’effet sur moi. Je me prépare à en prendre plein la vue. Ici, j’ai apprécié ce que j’ai lu et découvert sur le personnage emblématique de la Belle et la Bête. La Bête est un personnage que j’apprécie par le caractère qu’il cache sous sa couche de colère et de mauvaise humeur : attentionné et tendre.

Si j’avais beaucoup apprécié Miroir, miroir, ici, je garde un sentiment très mitigé sur cette lecture. Certaines choses sont bonnes et bien trouvées, mais d’autres restent assez creuses.

C’est l’histoire du Prince/La Bête qui nous est raconté. On se positionne avant Belle qui n’apparait que dans les derniers chapitres. On est dans la période de la jeunesse du Prince. On est au château qui est toujours aussi beau, grand et fastueux. La bibliothèque est à couper le souffle et fait de nombreux envieux. C’est un décor que j’ai pris plaisir à retrouver. C’est féerique et on sent vraiment ce que veut faire Disney : nous en mettre plein la vue.

Cependant, je pense que l’histoire est cousue de fils blancs et ne permet pas une lecture forcément hyper épanouissante…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Déjà-vu !
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rien de nouveau sous la lune. Franchement, à part un lien d’amitié qui m’a plu, rien n’a été surprenant pour moi. On pénètre dans la genèse de la malédiction du Prince. On apprend que Gaston est le meilleur ami du Prince. J’ai adoré cette idée. Mais c’est bien la seule qui m’a surprise. On est dans un schéma narratif sans surprise. Ce qui est expliqué sur le personnage d’Adam au début du film de 1993 est expliqué en long en large et en travers dans le roman : l’égoïsme qui le caractérise, la superficialité du personnage, le faste et la richesse avant tout ! Bref, rien de nouveau.

Il y a des figures féminines très présentes : Circée, Tulip, et les trois sœurs sorcières qui lancent la malédiction sur le prince. Puis après, on reprend les mêmes et on recommence : salut Madame Samovar, Salut Big Ben, Salut Lumière. J’ai vraiment eu l’impression que l’auteure a repris les caractères du film pour les mettre en livre. NOOOOON. Quelle déception !

Finalement, Gaston reste le personnage le plus changeant et le plus intéressant dans cette histoire. Le caractère jaloux, envieux de ce personnage et son retournement de camp (oui, bien sûr, on sait comment cela se termine pour lui) sont vraiment de bons éléments expliqués correctement et intelligemment.

En définitive, j’ai été déçue par ma lecture. Je m’attendais à autre chose. Le personnage de la Bête colle vraiment à ce que l’on connait par le film. La psychologie n’est pas forcément hyper développée, on se retrouve dans une histoire que l’on connait. Finalement, on n’a rien de nouveau à se mettre sous la dent.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Livre objet, plume et intrigue
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Tout ça, c’est vraiment cousu de fils blancs. On tire, on tire, on tire chaque filon de cette histoire. Ce n’est vraiment pas nécessaire. On a l’impression d’avoir des redites, c’est d’une redondance extrême qui ne permet qu’une seule chose : apporter de la lenteur au texte. C’est vraiment dommage.

Il faut quand même le souligner, le livre objet est magnifique. Encore une fois, lesThe_Beast_Within_A_Tale_of_Beauty%27s_Prince_alternate.png éditions en VO sont beaucoup plus jolies que les françaises, nah ! Quand vous enlevé la couverture papier du roman, la tête d’Adam apparait. Cela permet de faire un sacré avant/après! J’adore le livre objet. C’est aussi une bonne idée de commencer par ce genre de romans lorsque l’on n’est pas super fortiche en anglais. L’écriture est simple et les mots sont compréhensibles dans leur ensemble sans utiliser le dictionnaire à outrance.

La plume de Serena Valentino est belle et pleine de douceur. En effet, on se retrouve dans un univers féerique, plein de magie. C’est un roman signé Disney, pour faire court.

Il me reste le roman sur Ursula, Mère Goëthel ainsi que Maléfique à découvrir. A voir ce que cela donne.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage de Gaston qui reste le plus surprenant
  • L’univers très beau que l’on nous propose
  • Les figures féminines présentes dans le roman

notation 2

16

Le dernier conte de Pascale Leconte

xcover-3935.jpgRésumé : Alors qu’elle vient d’échapper à une tentative d’assassinat, la princesse Bianca doit fuir les gardes de l’Afag et sa marâtre. Lors de ce voyage initiatique, Bianca retrouvera les différentes héroïnes de nos contes d’enfant. Que sont donc devenues Cendrillon, Belle, Aurore ou Peau d’Ane après leur mariage avec le prince charmant ? Sous l’apparence d’un conte de fées, ce récit relate le passage entre un monde ancien, où l’humain vit en harmonie avec la nature, les forces invisibles qui l’habitent, et le début d’une nouvelle ère centrée sur l’homme matérialiste et égocentrique.

~ Service presse 📖 ~

Je remercie Pascale Leconte pour cette jolie proposition. Ainsi, j’ai pu m’intéresser au roman Le dernier conte qui propose une lecture agréable et facile d’accès.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Une lecture pour jeunes lecteurs et lecteurs adultes
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ma lecture s’est faite sur plusieurs jours. Le format PDF n’est pas forcément très pratique mais j’avoue que j’ai aussi pris du temps pour assimiler le plus d’informations possibles. Comme vous le savez, je suis une grande fan des réécritures de contes et ici, le résumé m’a grandement tentée. Les figures que l’on retrouve dans des contes sont des sources intarissables d’imagination. J’étais curieuse de voir ce que Pascale Leconte allait en faire.

C’est une belle découverte. J’ai apprécié les différents niveaux de lecture proposés. Ainsi, les enfants pourront y trouver le voyage de Bianca accompagnée de Taïmoon, son fidèle ami qui traversera avec elle tous les obstacles qu’elle trouvera sur son passage. Les plus grands y trouveront des indices sur les contes de leur enfance ainsi qu’une quête initiatique qui propose à Bianca une réelle interrogation sur son identité profonde. Le tout, bien entendu, dans un monde où les humains et les créatures légendaires vivent ensemble, pas forcément dans une harmonie parfaite mais ils se côtoient.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La revisite du conte
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La lecture a été agréable. Elle se divise en sept chapitres. Non, non, ne voyez pas là une référence aux sept nains qui accompagnent notre chère Blanche Neige mais plutôt une référence aux 7 péchés capitaux : l’orgueil, la paresse, la luxure, l’avarice, la colère, l’envie et la gourmandise.

Ce que j’ai apprécié, c’est de retrouver les personnages emblématiques des contes qui ont bercés mon enfance. Ainsi, on suit la quête de Bianca (qui a les traits de Blanche Neige) et qui voyage à travers les royaumes, on y trouve des personnages qui nous font penser à La Belle et la Bête mais aussi Cendrillon et son chausson, la petite Sirène, mais aussi la Méchante Reine et la marraine la bonne fée. Bref, on ne s’ennuie pas. Chaque chapitre permet d’avancer dans l’histoire mais aussi dans ce questionnement interne qui touche Bianca. Elle grandit, apprend, évolue, c’est plutôt sympathique comme histoire.

Bien entendu, la fin n’est pas surprenante et se laisse deviner facilement.

J’ai aussi apprécié la morale que l’on tire de cette histoire. Il ne nous manque rien : que ça soit dans la magie, la présence de décors féériques et somptueux en passant par les châteaux, les forêts remplies de secrets, de mystère et de magie. En plus de cela, on côtoie des sirènes, des dragons, des êtres des forêts, des sorciers. Bref, on retrouve vraiment les grands codes de ce type de littérature. C’est très intéressant.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
L’originalité de l’intrigue
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ce que j’ai apprécié dans cette histoire, c’est le fait que la femme a une place dans le roman. On a des femmes qui ne se laissent pas faire, qui veulent que ça évolue, que ça bouge, qui tiennent tête au monde et surtout… qui osent répondre aux hommes. On ne se retrouve pas dans la situation rétro grade de la femme au foyer et de l’employée de maison. Les femmes se battent pour ce qu’elles veulent et j’ai trouvé ça charmant. On ajoute ainsi une touche de modernité à ces codes ancestraux des contes.

Bianca se bat contre l’AFAG. L’AFAG est un regroupement de personnes influentes qui veulent voir les choses changer, évoluer et imposer leurs pouvoirs : les riches dominent et les pauvres crèvent la fin. Cette fuite à une cause, cette quête aussi et finalement, l’une n’aurait pas pu avoir lieue sans l’autre.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La plume de l’auteure
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Il y a un côté farfelu dans cette intrigue qui se retrouve dans la plume de l’auteure. J’avoue que j’ai été très surprise par certains points, certaines interventions dans la narration mais aussi par le tournant que prenaient certaines péripéties.

Cette plume est pleine de beauté et de sensibilité. On comprend rapidement toute la passion de l’auteure à rendre à la nature toute sa beauté. La vie est une célébration, c’est une fête qui dure longtemps. J’ai énormément apprécié l’œil que l’auteure porte sur la vie en générale et la sagesse qui émanent des pages. C’est très intéressant.

De plus, la quête initiatique de Bianca lui permet de faire des choix : les bons ou les mauvais, peut importe. Finalement, c’est ce qu’il faut retenir de l’intrigue : quoi qu’il arrive, c’est la vie ! C’est comme ça, si cela se passe dans la vie, c’est que cela devait arriver. On en tirera forcément une morale qui nous sera bénéfique.

« Maintenant, concentre-toi sur la beauté qui t’entoure, vois l’abondance des élémentaux et les cadeaux innombrables de Mère Nature. Laisse derrière-toi le passé avec son lot de regrets. N’accorde aucune attention au futur, source d’inquiétude. Concentre-toi uniquement sur le présent. La seule réalité réside dans le présent. Il n’y a jamais rien eu d’autre qu’une infinité de présents qui se succèdent. Cet instant-là mérite ton intérêt permanent. La Charte Sacrée fera son chemin, et toi, le tien. Reste sereine et confiante. Rappelle-toi que nous sommes tels des aimants attirant à nous ce à quoi l’on pense. Alors, pense à la joie ! Vis tes rêves et aime la vie. »

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une revisite de contes charmante et riche de belles idées
  • La place de la femme dans ce roman qui se libère des carquois des codes du conte
  • La sagesse de la plume de Pascale Leconte

notation 1