27

Le Secret de Pembrooke Park – Julie Klassen

le_sec10.jpgRésumé : Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’elle est ruinée jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle sont accueillis à Pembrooke Park par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, une pièce secrète renfermerait un trésor… Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore la nature des dangers auxquels elle devra faire face avant de lever le voile sur ces mystères et de trouver l’amour qu’elle recherche depuis toujours…

Mon avis : Je vous avoue que dans un premier temps, c’est la couverture de ce roman qui m’a rendue dingue. Elle est tout bonnement magnifique. Elle représente bien l’univers percutant dans lequel l’auteure nous plonge. C’est une couverture qui renvoie au mystère et au secret. Elle est très belle et très poétique à mon avis. C’est, dans un premier temps, cette dernière qui a donc fait craquer la petite romantique qui est en moi.

Dans un second temps, j’ai quand même été séduite par le résumé que nous proposait l’auteure. L’histoire est très belle, pleine de mystères et de jeux de séduction. L’écriture est belle et réfléchit et ça n’enlève absolument rien au charme du roman. Le côté romantique de l’histoire est très éparse, en effet, on y trouve tout autant du suspens et du mystère. L’intrigue est très belle, assez bien ficelée et elle tient jusqu’au bout du roman. Il y a un équilibre certain entre tout ces genres.

Une famille touche le fond et essaye de remonter la pente coûte que coûte. C’est un parcours du combattant qui commence.

Abigail Foster est un personnage haut en couleur. Elle n’est pas une idiote qui veut absolument se dégoter un mari riche et célèbre. Elle est intelligente et pondérée, elle maîtrise ses propos. Elle sait à qui elle peut dire les choses et à qui elle ne peut pas. C’est elle qui veut sortir sa famille du pétrin dans lequel elle est en grande partie à cause d’elle. Elle sait prendre ses responsabilités.
Contrairement à Abigail, sa soeur est une fille simple qui aime tout ce qui brille. Je n’ai pas du tout apprécié ce personnage qui boude quand elle n’a pas ce qu’elle veut et qui est très superficielle. Elles sont soeurs mais tout les oppose. Il est navrant de voir que sa soeur ne se rend même pas compte de voir le mal qu’elle fait à Abigail. Elle est imprévisible et veut l’homme le plus riche et le plus beau possible. Elle laisse sa soeur dans la grande demeure et la remettre sur pied pendant qu’elle fait sa première saison à Londres avec sa mère. Elle est belle et elle le sait. Tout pour me déplaire donc!
Les personnages sont tous variés et apportent tous quelque chose d’intéressant à l’intrigue. Ils la font tous avancer et c’est vraiment une bonne idée. Protagonistes ou antagonistes, ils ont tous leur place dans le roman.

Le mystère demeure dans Pembrooke Park. Un membre de sa famille qu’elle ne connait pas et qui ne veut pas se faire connaître lui demande de prendre soin de sa maison et de la remettre en état, enfin de son manoir plutôt en contre partie, elle peut y habiter avec sa famille librement, gratuitement. Le mystère plane autour de cette demeure. Pourquoi personne ne veut y habiter? Pourquoi eux? Qui est ce mystérieux propriétaire? L’intrigue va principalement tourner autour de ces questions.

L’intrigue est bien tenue puisqu’en presque 700 pages,

Je n’ai pas pu m’empêcher de trouver quelques maigres ressemblances avec les romans de Jane Austen et je pense qu’Abigail aurait pu, sans problème, être un personnage de roman De Jane Austen. On est peut être dans un monde plus moderne mais on retrouve la même ambiance avec un personnage principal haut en couleur.

L’originalité et le suspens du roman tiennent surtout dans le mystère qui tient autour de la chasse au trésor, des indices et de l’histoire du passé. J’ai adoré ce moment!

La plume est belle, le roman se lit rapidement grâce à l’écriture fluide qui permet de se propulser dans l’univers au bout de quelques pages.

9b4nPour conclure, je vous le conseille beaucoup! Un véritable coup de coeur.

Ma note : 20/20.

Lu dans le cadre du challenge XIXè siècle.

43

Harry Potter and the Cursed Child – J.K Rowling

Harry_Potter_and_the_Cursed_Child_Special_Rehearsal_Edition_Book_Cover (1) J’ai décidé pour commencer de ne pas mettre de résumé de ce dernier roman, je n’ai pas vraiment envie de gâcher le plaisir des lecteurs qui attendent la sortie de ce roman en anglais. Alors pour ce deuxième premier article, je passe sur la catégorie « Résumé ».

Je remercie Jules et Gilles Paris ainsi que les éditions Gallimard Jeunesse pour l’envoi de ce service presse en Français. En effet, j’avais déjà lu ce roman en anglais mais la tentation était trop grande. Je suis ravie d’avoir eu la même sensation de découverte. Ce fut un énorme plaisir pour moi de retrouver mes personnages préférés en français cette fois ci ! Merci de m’avoir donné cette opportunité. Je sais que les couvertures ne changent pas mais pour le plaisir, je vous mets les deux quand même !

Mon avis : Je reviens vers vous avec une chronique bien particulière puisqu’il s’agit du dernier tome d’Harry Potter que j’ai lu en anglais

Harry Potter and the cursed child met en place beaucoup de personnages que j’ai beaucoup aimé retrouver : évoqués ou prenant place dans le récit, j’ai trouvé que l’idée était vraiment très bonne.

Je trouve qu’il y a toujours une grande part d’originalité malgré les sept livres déjà sortis! C’était une bouffée d’air frais pour moi. Bien entendu, cela se lit très rapidement. D’ailleurs, le fait que ce soit une pièce de théâtre n’a pas été un problème pour moi et d’après les avis que je lis, en général, ça n’a posé de problèmes majeurs à personne. Moi qui apprécie le théâtre j’ai trouvé cette idée belle : en effet, quoi de mieux pour les plus jeunes d’entre nous que de mettre un premier pied dans le monde du théâtre qu’avec Harry Potter?

Si je refais un petit point sur les personnages, j’ai trouvé ça vraiment exceptionnel. J’ai réussi à être surprise et vivre beaucoup d’émotions comme si toutes ces années ne s’étaient pas écoulées. Pour un huitième tome, j’ai vraiment beaucoup aimé ! J’ai trouvé la ligne directrice du roman très bonne, Rowling nous tient encore une fois en haleine jusqu’à la dernière ligne de ce roman. J’ai trouvé l’évolution de tous les personnages censée. J’ai été ému, surprise par moment par les choix des auteurs mais au final … J’ai adoré les personnages. Le chassé-croisé adultes/enfants est très bien ficelé ! En effet, je n’ai pas eu de mal à passer d’une histoire à l’autre pour au final, trouver le lien entre les deux rondement mené.

J’ai aussi apprécié le fait que l’on retrouve beaucoup d’hypothèses que l’on a pu trouver1156290525.jpg sur internet. Du genre « Et pourquoi Harry n’a jamais fait ça? » – « Le mec, il peut remonter le temps, il a une cape d’invisibilité mais il fait rien. » et d’autres théories qui se tenaient plus ou moins… Mais j’ai apprécié que les auteurs arrivent à prouver, montrer et expliquer de manière très habile pourquoi ces hypothèses ne peuvent pas fonctionner. D’autres boutades m’ont bien fait rire, des blagues que l’on a pu trouver aussi sur beaucoup de pages internet et facebookiennes. J’ai trouvé l’auto-dérision excellente.

Les auteurs nous livrent aussi une psychologie intense des personnages. On comprend leur malheur, leurs doutes et leurs incertitudes. J’ai trouvé cet aspect assez bien fait.

C’est, comme vous pouvez le constater, un réel coup de coeur pour moi et je suis heureuse de revenir parmi vous avec une si belle lecture!

Pour conclure, j’ai ressenti de belles émotions avec ce huit (et dernier?) tome. C’était comme si j’avais fermé les pages de Harry Potter et les reliques de la mort hier. J’ai vraiment trouvé l’idée bonne et le fil conducteur impressionnant. C’était un grand plaisir pour une grande fan comme moi de retrouver mes personnages préférés et d’en découvrir d’autres. Il est difficile pour moi de donner plus d’informations sans vous dévoiler une partie du livre. Mais dès qu’il est sorti en français, je reviendrai vers vous pour remettre la chronique à jour !

Ma note : 20/20 sans hésitation.

20

Retour à Little Wing – N. Butler

retour-little-wing_9782746734913Quatrième de couverture : Ces hommes qui sont tous nés dans le même hôpital, qui ont grandi ensemble, fréquenté les mêmes filles, respiré le même air. Ils ont développé une langue à eux, comme des bêtes sauvages. ». Ils étaient quatre. Inséparables, du moins le pensaient-ils. Arrivés à l’âge adulte, ils ont pris des chemins différents. Certains sont partis loin, d’autres sont restés. Ils sont devenus fermier, rock star, courtier et champion de rodéo. Une chose les unit encore : l’attachement indéfectible à leur ville natale, Little Wing, et à sa communauté. Aujourd’hui, l’heure des retrouvailles a sonné. Pour ces jeunes trentenaires, c’est aussi celle des bilans, de la nostalgie, du doute…

Mon avis : J’ai lu ce roman dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2014. Je remercie donc les équipes de Rakuten Group qui m’ont permis de recevoir ce fantastique roman!

Ce roman est une petite pépite. J’ai littéralement adoré ce roman. Je me suis plongée dans cet univers du Wisconsin. Toute l’histoire se passe dans la petite ville de Little Wing qui est un lieu un peu perdu. Une petite population y vit et tout le monde se connaît. Ce qui est très sympathique c’est que l’ambiance de Little Wing est tout à fait comparable à n’importe quel endroit un peu perdu sur terre. Les gens, les amitiés… On ne peut qu’être sous le charme de ce qui ressort de ce roman. L’ambiance « country » m’a beaucoup plu. J’ai adoré!

On rencontre quatre amis : Lee, Hank, Kip et Ronny. Ils ont tous suivi des chemins différents mais à l’aube de leurs trente ans, ils se retrouvent tous là où leurs vies ont commencés. Lee est devenu une star internationale, Hank est un père et un mari dévoué ainsi qu’un agriculteur hors pair, Kip a réussi sa vie à Chicago et Ronny lui était une star du rodéo. Little Wing apparaît comme être leur QG, leur point de repère. Les liens amicaux sont très forts entre les quatre hommes puisqu’ils sont amis depuis leur plus tendre enfance.

On se rend compte que les années ont passés, des tensions s’installent mais finissent par se résoudre tout au long du roman. J’ai apprécié avoir des chapitres plus ou moins longs qui nous font changer de point de vue et surtout les flash back sur leurs années passées. Moi qui d’habitude est un peu réfractaire à l’idée de lire des flash back, ici, j’ai été complètement séduite par cet aspect dans le roman.

Ce roman est un roman qui place l’amitié sur un piédestal. Vous savez que je suis férue de romans qui place l’amitié et l’amour au plus au point. Ce sont deux valeurs très importantes pour moi et je suis ravie de les avoir retrouver au coeur de ce roman.

Du point de vue des personnages je me suis attachée à tout le monde. Que se soit Hank, sa femme Beth et ses enfants. Lee et ses histoires d’amour et de musique (parce que la musique, moi j’adore ça!), Ronny et son coeur lourd ou Kip et sa grosse tête. J’ai vraiment passé un superbe moment dans la vie de tout ces gens.

Little Wing est une ville palpitante. Entre mariages, naissances et festivités, on se retrouve au coeur de l’action. Il faut savoir les vies de tout le monde pour finalement comprendre ce qui se passe. J’ai beaucoup apprécié le fait que pour avoir les véritables histoires, il faut tisser les liens entre tous. C’est vraiment beau. C’est l’Amitié avec un grand A.

C’est les yeux fermés que je me tournerai de nouveau vers un roman de Nicholas Butler. Il a une plume magnifique et très poétique. Un humour présent tout au long du roman qui n’est pas non plus pour me déplaire!

En bref : Une belle histoire qui est carrément un gros coup de coeur ! J’ai adoré lire ce roman que j’ai lu en quelques jours tellement j’étais prise dans mon histoire. Une ambiance et une atmosphère incroyable! Je ne regrette pas du tout mon choix de roman pour ces matches de la rentrée littéraire 2014. 

Ma note : 20/20

15

The land of Stories T2 – The enchantress returns – Chris Colfer

Chris Colfer's THE LAND OF STORIESJe pensais que ce n’était pas possible d’apprécier plus le deuxième tome que le premier. Résultat ? Je me suis bien foutue le doigt dans l’œil !

Quatrième de couverture: Le Pays des contes n’est plus l’endroit enchanté qu’Alex et Conner ont visité il y a un an. Le monde féerique vit désormais dans la peur : l’Enchanteresse maléfique est de retour ! Lorsque ses mauvais sorts atteignent la Terre et que leur mère est enlevée, les jumeaux doivent retourner au Pays des contes. Aidés du Petit Chaperon rouge, des bandits Jack et Boucle d’or ainsi que du prince Grenouille, ils se lancent à la recherche de la seule arme capable de vaincre la terrible magicienne. Mais cette arme pourrait bien se trouver chez les ennemis les plus redoutés des royaumes, de la sorcière des Mers à la belle-mère de Cendrillon, en passant par la Reine des neiges…

Mon avis: Ce tome deux était dans ma PAL depuis très longtemps, trop longtemps. J’ai vu qu’il y avait le troisième tome de sorti, alors je me suis dit « Faut absolument lire ce deuxième tome ! ». Ca faisait longtemps que je n’avais pas lu en anglais mais je suis contente d’avoir pu constater que je n’ai rien perdu en compréhension ou en rythme.

D’un point de vue esthétique, c’est encore une très belle réussite. La couverture du roman est très belle. Brandon Dorman semble être un très bon illustrateur vu le travail qu’il a déjà fait sur les deux premiers tomes que j’ai eu dans les mains (et le troisième semble être magnifique aussi). Les illustrations en début de chapitres sont toutes aussi mignonnes ! Elles accentuent le côté féerique et contes de fées du roman.

On retrouve Alex & Conner et toute leur famille. L’intrigue principale tourne autour du kidnapping de leur mère. Et de la disparition soudaine de leurs vies de leur grand-mère : Marraine la bonne fée. C’est aussi le tome du changement. Que se soit pour Alex et Conner, de leur mère, et aussi du pays des contes.

Alex est une petite fille incroyablement intelligente. Depuis son retour du pays des fées, elle ne trouve plus sa place dans ce monde si réel et désespère de ne plus voir sa grand-mère depuis un an. Ni de ne pas avoir eu la possibilité de retourner au pays des contes.
Conner lui reste fidèle à lui-même : toujours aussi drôle, ce p’tit gars voudrait lui aussi retourner au pays des contes.

J’ai juste trouvé un petit truc à redire sur ce livre qui reste un très beau roman et un gros coup de cœur, c’est le fait que le début du roman (je dirai les trois premiers chapitres environ) sont longs, j’ai eu beaucoup de mal à démarrer ma lecture. Mais le rythme est reparti de plus belle dès leur arrivée dans le Pays des Contes. En dehors de ce petit soucis de démarrage, j’ai adoré ce roman ! Encore plus que le premier qui était déjà top !

L’histoire principale était sympathique. Et ce que j’ai le plus apprécié c’est que la relation entre Conner et Alex est beaucoup plus forte que lors du premier tome. Ils sont plus proches.
Tout le royaume est en danger et ne peut absolument rien faire pour sauver leur monde. Même Marraine la bonne fée est incapable de contrer les pouvoir d’Ezmia. On découvre ainsi le passé de certains personnages et c’était très plaisant de comprendre. C’est aussi avec beaucoup de surprises que j’ai appris certaines choses et certains liens entre les personnages.
Nous suivons de nouveau une quête avec Alex et Conner. Avec une équipe de choc : Boucle d’Or & Jack, Froggy & le petit chaperon rouge. J’étais super contente de retrouver Boucle d’Or, Jack et Froggy qui étaient pour moi des personnages forts du premier tome. Le petit chaperon rouge m’a tapé sur le système du début à la fin, c’est donc à merveille qu’elle a rempli son rôle de chiante ! On fait aussi de nouvelles rencontres avec des personnages comme Mother Goose (La mère l’Oye) qui sont encore une fois haut en couleur ! C’était délicieux de découvrir de nouveaux personnages sous des jours différents.

Chris Colfer a un véritable don pour écrire des livres étant liés aux contes de fées. Je trouve que ça lui correspond bien. Qu’il emploie les bons mots au bon endroit. Je suis vraiment sous le charme de sa plume ! Il manie l’ironie et l’humour à merveille. Je trouve qu’il a des idées très intéressantes qui font qu’au final, on ne s’ennuie JA-MAIS. 

En bref: Une belle découverte qui m’a rendue encore une fois mon âme d’enfant! J’ai adoré retrouver mes personnages favoris et en découvrir de nouveaux. Je n’ai qu’une hâte: découvrir le troisième tome!
Ma note : 20/20 sans hésitation. 

Lu dans le cadre du challenge « Les monstrueux de la PAL 2 » 

10302171_483281408469535_5787053978846708823_n

12

quel effet bizarre faites vous sur mon cœur – C. Orban

9782226258250gquatrième de couverture: « Après qu’il m’eut répudiée, j’ai eu envie d’écrire à Bonaparte. L’idée a germé une nuit, seule à la Malmaison alors qu’il était parti à l’île d’Elbe. Moi, Joséphine, répudiée, lui exilé, comment en sommes-nous arrivés là ? »

Mon avis : Dans un premier temps, je remercie Gilles Paris et les éditions Albin Michel de m’avoir envoyé ce service presse. Etant férue d’histoire, j’ai voulu me plonger dans l’histoire d’amour entre Joséphine et Napoléon Bonaparte.

Je ne connaissais pas Christine Orban mais je suis ravie du résultat. J’ai littéralement fondu pour ces mots d’amour à travers lesquels ont découvre une Joséphine humaine, belle et tourmentée. Je pense que c’est ce qu’il me manquait pour pouvoir vivre une aventure livresque avec ces personnages. Le côté humain qui n’est pas présent dans les livres d’histoire. Le plus gros échec de sa vie restera son divorce avec Napoléon qui au final garde des lourds sentiments pour cette femme, Sa Joséphine.

On pénètre dans l’intimité de l’Empereur et de l’ancienne Impératrice de France. J’ai été transporté par l’émotion. J’ai eu mal au cœur pour Joséphine qui doit faire avec. Il a choisi elle ne peut que se taire et accepter. Sa douleur ne la quittera jamais jusqu’à sa mort. Mais il est l’Empereur.

Je trouve leur amour beau et fatal à la fois. Comme toute grande histoire d’amour qui se respecte je pense. J’ai eu du mal à quitter mon livre. Je l’ai lu très rapidement mais je suis passée par beaucoup d’émotions : J’ai eu la sensation d’avoir le cœur brisé en même temps que Joséphine, j’ai partagé ses peines et sa tristesse. Ses moments de joie et de bonheur.
C’était troublant, je n’ai jamais, je pense, pu me rapprocher autant d’un personnage, qui plus est, la grande Joséphine.

J’ai trouvé la plume de l’auteure magnifique et pleine d’émotion. Elle a su me transporter au-delà des siècles. C’était vraiment une très belle découverte pour ma part.

Je n’avais jamais vu ou lu cet aspect de Napoléon que je voyais plutôt comme un homme froid et sévère. Dans l’intimité de sa vie, ce n’est pas vraiment la même chose. C’était un passionné, un amoureux de l’amour. Malgré ses choix, il reste quand même un personnage incroyable qui n’a besoin de personne (Je pense qu’il l’a prouvé à plusieurs reprises.)

Le couple uni ou désuni reste un couple merveilleux. On comprend ce qu’est un amour véritable après cette lecture. Le lien qui les uni et beaucoup plus fort qu’un papier, qu’un anneau ou autre.

Même si le divorce est prononcé, pour des décisions d’état, de descendance et autres, on sent l’amour que Joséphine à pour son Mari, son Napoléon qu’elle adore tant. C’est très beau et déchirant à la fois.

Je suis ressortie de cette lecture troublée. Je ne pensais pas pouvoir lire des mots aussi beaux, qui prennent tout le sens dans cette période de l’histoire.

En bref : un beau coup de cœur pour ce livre qui est plein d’émotion, d’amour et de sincérité. Je salue par la même occasion Christine Orban qui a fait un travail magnifique.

Ma note : 20/20 

Logo_Albin-Michel                                        beach_gate_weheartit

large

21

L’été des Lucioles – Gilles Paris

Bonjour,

800948

Je tenais dans un premier temps à m’excuser. Il est vrai que je n’ai pas eu beaucoup le temps de chroniquer ces derniers temps. Je reviens donc vers vous, avec la chronique du partenariat que j’ai pu faire avec Gilles Paris : L’été des Lucioles.

Quatrième de couverture: Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes : c’est parce que François, son père, n’ouvre pas son courrier qui s’amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble ; c’est parce que Claire et Pilar, ses mamans, adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu’elles sont heureuses ensemble. Et c’est parce que les adultes n’aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu’il a rencontré son meilleur ami Gaspard.  En vacances à la résidence du Grand Hôtel du Cap-Martin, Victor partira à l’aventure sur l’étroit chemin des douaniers qui surplombe la côte en compagnie de Gaspard. L’été sera placé sous le signe de l’étrange avec une invasion de lucioles, des pluies sèches et des orages aussi soudains que violents. En guidant les garçons jusqu’aux passages secrets menant aux villas qui bordent le rivage, papillons, baronne et jumeaux feront bien plus que de leur ouvrir la porte des jardins enchantés. Un voyage au pays de l’enfance qui déborde d’émotion et de tendresse.

Mon Avis: J’ai accepté avec plaisir ce partenariat puisque pour moi, depuis ma lecture d’Autobiographie d’une courgette, Gilles Paris est une valeur sûre. Et je ne me suis absolument pas trompée parce que ce livre est un coup de cœur.

Nous faisons la rencontre de Victor, un petit gars de neuf ans qui voit la vie avec ses yeux d’enfants. J’ai passé un agréable moment avec Victor, sa famille et ses amis. J’avais l’impression d’être en vacances. Avec le soleil de ses derniers jours, j’ai même pris un peu de temps pour me replonger dans cette lecture qui fut encore un peu plus délicieuse que la première lecture.

Le cadre est posé, le Sud de La France, les vacances et les petits soucis familiaux.
La famille de Victor est incroyable : Pilar sa « deuxième maman » une artiste peintre qui doit vivre avec la nostalgie de son pays natal et de sa famille.
Claire sa vraie maman, qui tient une librairie et qui vit une histoire d’amour avec ses livres. Et sa sœur Alicia qui vit la vie d’une adolescente tourmentée.
Le Papa de Victor ne vit pas avec eux parce qu’il est un grand-enfant.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Victor qui est touchant, naïf mais pas idiot. L’amour débordant qu’il a pour Justine.
J’ai aussi apprécié le fait que personne ne soit dérangé par le fait que Claire vive avec une autre femme. C’était très beau.
J’ai aimé les liens d’amour que tous les personnages ont entre eux.

En plus de leurs problèmes de famille, on vit les aventures estivales de Victor. La rencontre de son amoureuse, ses aventures avec son meilleur copain Gaspard et la rencontre super étrange des jumeaux qui sont habillés pareil et qui ont l’air d’être des clones.

Avec toute la poésie des mots de Gilles Paris, nous sommes emportés dans une belle histoire, rafraîchissante et ensoleillée. On lit un bout de rêve. J’ai adoré ce roman et la plume de Gilles Paris est merveilleuse.

En bref: Un merveilleux moment qui m’a rappelé le bon moment que j’avais passé avec Courgette.
Une écriture magnifique, une plume à tomber. Et une histoire sublime.

Un livre que je conseille à tous.

Ma note: 20/20

large

 

20

Les hauts conteurs T3 Coeur de lune – P. McSpare & O. Peru

Me revoilà pour la première chronique de cette année.

hauts-conteurs-tome-3-L-GwoTQ5

J’ai continué mon chemin dans la saga des Hauts Conteurs que j’adore toujours autant. Le tome trois est, je crois, mon préféré! Un énorme coup de cœur pour cette saga et pour ce troisième tome!

Quatrième de couverture : Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Quarante ans auparavant, le    seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, laissant de nombreux cadavres derrière lui. Depuis, l’on murmure que le spectre de la Dame    de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l’âme perdue de son bourreau. Aujourd’hui, en ce mois de juillet 1191, la malédiction frappe de nouveau, et les crimes recommencent. Venus    s’enquérir de leur ancien ami Ruppert, Roland Cœur de Lion, Mathilde la Patiente et la jeune Elena sont happés par un tourbillon de folie et de sang. Dans la chaleur torride de l’été germanique,    les Hauts-Conteurs, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Quels sombres desseins cachent le terrible duc Wilfid et ses quatre    fils? Que cherche Masque d’Argent, le sorcier pourvoyeur d’une mort aussi brutale qu’invisible? Et surtout, qui est cette Bête dévoreuse, hurlant à la lune et coupable de tant d’atrocités? Amours    secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques… Sous l’œil glacé de la pleine Lune, les évènements s’accélèrent soudain. Et ils pourraient bien s’avérer fatals à nos héros. Mais Roland    et ses compagnons n’entendent pas pour autant renoncer à leur soif de justice et de vérité. A Cœur de Lune, Cœur de Lion !

Mon Avis: Nous avions quitté l’équipe des Hauts Conteurs (Mathilde, Roland, Salim et Ruppert) sans dessus dessous! On avait eu à faire à une explosion de suspense et d’informations. Nous les retrouvons ici en Allemagne, pour une nouvelle aventure.
Ruppert et Salim ne sont pas présent dans ce tome (enfin, mentionnés mais ils ne prennent pas part à l’action.) Nous rencontrons le chemin d’autres Hauts Conteurs comme Bouche Goulue qui est un personnage très drôle. Tout le temps de bonne humeur il serait capable de manger un éléphant quatre fois par jour.

Au niveau de l’action, nous nous retrouvons sur la terre de Ravengen. Terre Maudite où rôde une bête légendaire. Un gros loup qui démembre et dévore tous les gens qu’elle trouve sur son passage. Nous somme pris dans une spirale d’hormones avec un duc qui ne veut rien comprendre ni entendre et ses fils tout aussi bêtes les uns que les autres. Encore une fois, nous avons le droit à une belle palette de personnages tous aussi différents les uns des autres.

L’intrigue est ici très très bien ficelée et jusqu’au bout nous sommes surpris justement par la tournure que prend les évènements! L’intrigue sur une légende urbaine européenne est ici très bien trouvée. On est plongé directement dans une légende sanguinaire. Où il faut bien évidemment connaître et comprendre le passé pour comprendre et savoir combattre le présent.

L’action est bien présente dans ce roman, et nous ne pouvons plus douter du talent d’écriture des deux auteurs!

J’apprécie encore une fois la progression des personnages et surtout de Roland Cœur de Lion. On le voit grandir, gagner en courage et en maturité! Et c’est vraiment très beau à voir!
Elena a quand même un rôle assez important surtout pour notre beau Roland! L’amour est présent dans ce roman! C’était je pense la touche féminine qui manquait peut-être un peu aux deux premiers tomes! Dans ce tourbillon de sang, de monstres fantastiques et de légendes qui font froid dans le dos, cette touche de sensibilité est la bienvenue! Mathilde et Roland entretiennent une très belle relation d’amitié!
Malgré l’attachement que j’ai eu pour Salim dans le deuxième tome, je n’ai pas trop ressenti son absence.

Ma note : 20/20, encore une fois, un énorme coup de cœur qui me réconcilie avec le genre  !

large