14

Immortel Ad Vitam – Cécile Pommereau

Immortel-Ad-Vitam.jpgRésumé : Fred n’est pas un loup-garou, ni un ange gardien. Il n’est pas de ces pâles suceurs de sang qui font tomber comme des mouches des lycéennes au brushing impeccable. D’ailleurs, tout le monde sait que ces bestioles-là n’existent pas. Fred a un physique banal et les poches trouées. Il n’arrive pas à garder une fille plus de trois semaines et sort de prison. Pour couronner le tout, c’est le jour où il essaie de se foutre en l’air qu’il apprend qu’il est immortel. Fred n’a pas de chance. Jean, lui, est flic. Il pensait avoir tout vu après trente ans passés a la Crim’. Mais voilà qu’un beau jour, un de ses cadavres se paye le luxe de se tirer de la scène de crime. Pour lui c’en est trop et il est bien décidé à le retrouver. Il ne manquerait plus qu’il parte en retraite avec une affaire non élucidée…

Mon avis : Je remercie Noir d’Absinthe mais aussi le prix des auteurs inconnus qui m’ont tous les deux permis de découvrir ce roman et par la même occasion cette auteure que je ne connaissais pas. En effet, j’avais accepté ce roman en SP via Simplement.pro (Je ne peux vraiment pas dire non à Dorian, en effet, je suis vraiment sous le charme de cette Maison d’Edition qui ne m’a jamais déçu) mais entre temps, j’ai fait mon arrivée dans la catégorie « Imaginaire » du prix. C’est donc un bonheur total de pouvoir joindre l’utile à l’agréable en faisait la lecture de ce roman dans le cadre du prix.

Je félicite donc Cécile Pommereau d’avoir proposé un texte aussi bon qui a toutes ses chances pour gagner ! (Oui, je n’ai pas encore lu les autres, mais vu que c’est le premier, il a forcément toutes ses chances, arrêtez de lever les yeux au ciel, vilains !)

Il y a beaucoup de choses que j’ai appréciées dans ce roman. En effet, j’ai trouvé que le mélange entre les créatures fantastiques et la réalité du monde de la Crim’ était parfait ! On y croit puisque c’est ancré dans un monde réel mais on sait aussi que ce n’est pas notre monde puisque Fred est un homme immortel. J’ai trouvé cet univers très intéressant.

Le personnage de Fred est atypique : en effet, un remet en question tout ce que l’on a pu lire sur les créatures fantastiques depuis ces dernières années. C’est un anti héros pur et dur : là où bien souvent j’envie la vie des personnages principaux, Fred a une vie horrible : tout ce qui peut lui faire du tord va lui tomber dessus : on peut souligner l’épisode de la prison ou encore de la tentative ratée de suicide qu’il va essuyer. La référence à Twilight dans le résumé n’est vraiment pas compliquée à comprendre (Eh ! Ca va, j’y peux rien si j’ai bien aimé.) mais j’accepte bien volontiers de lire des choses différentes d’une histoire d’amour entre humain et vampire. J’ai bien apprécié le parallèle entre la vie de Fred qu’il vivait avant et celle qu’il vit en tant qu’immortel. J’ai aimé connaitre son passé de pompier.

Jean est lui un personnage que j’ai admiré par sa force de caractère et son courage à toute épreuve. En effet, il ne s’arrête jamais ! Il veut comprendre, connaitre le fin mot de l’histoire et c’est tout à son honneur. On sent vraiment les années de travail qui sont derrière lui. C’est un homme près de la retraite qui ne veut pas lâcher cette histoire de cadavre fuyant.

Le mariage entre ces deux personnages ajoute quelque chose de très sympathique à41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n.jpg l’intrigue. C’est un duo puissant qui m’a fait passer un excellent moment de lecture.

On peut ici souligner une plume dynamique, on ne s’ennuie pas une seconde avec Fred et son atypisme par rapport aux personnages que l’on peut rencontrer dans d’autres romans et qui partagent sa caractéristique d’immortalité. On se retrouve dans une intrigue assez surprenante que je ne peux que conseiller aux fans du genre ! L’auteure parvient à susciter notre attention dès le départ avec une intrigue originale, un panel de personnage divers et varié et une plume qui nous tient en haleine.

C’est donc sans surprise que j’annonce que Noir d’Absinthe signe encore ici une petite pépite.

Les – :

  • Un univers un peu trop sombre pour moi par moment.

Les + :

  • Un duo qui fonctionne bien malgré la facilité du rôle du policier. C’est un duo que l’on a déjà vu mais l’originalité des personnages équilibre ce petit bémol.
  • Un résumé plein de promesse qu’il tient.
  • Un mélange des genres : on vacille entre le policier et le thriller avec une bonne dose de fantastique !
  • La plume séductrice de Cécile Pommereau

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
14

Les chroniques de la Bloody Doll – Tome 1 : Eliane, trouve-moi si tu peux – Marie Elbie

51qSe9SllTL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Elianne avait des rêves…jusqu’à cette nuit. Face au massacre de sa famille, l’innocence s’est envolée, remplacée par une sombre colère. Elianne s’est mise à tuer au point de devenir le pire cauchemar des créatures de ce monde. Les années se sont écoulées laissant derrière elles du sang et des larmes… À présent, Elianne est une jeune fille au lourd passé qui vit avec une mystérieuse femme dans la ville de Misté où elles se sont installées. Elle va découvrir que le monde qu’elle pensait avoir quitté l’a finalement rattrapée pour le meilleur…et surtout le pire. Une sombre entité s’est réveillée dans la ville et fait de nombreuses victimes. Elianne n’a pas le choix, elle doit renouer avec la tueuse qu’elle était jadis pour aider le Conseil de la ville à traquer ce monstre. Vampires, Loups-garous, anges déchus et bien d’autres créatures surnaturelles l’attendent. Elianne sera-t-elle capable de résoudre ce nouveau mystère tout en oubliant son sombre passé ?

Mon avis : Je remercie Marie d’être venue me voir via Simplement.pro pour me proposer de lire son premier tome des chroniques de la Bloody Doll. Jeune auteure, c’est avec joie que je lui tire mon chapeau.

Vous savez que les histoires de loups garous ou de vampires sont difficiles pour moi parce que ce sont deux notions que l’on mange à longueur de journée et cela commence à me fatiguer. Quand cela est bien maitrisé, c’est sympathique de le lire, quand c’est grossièrement travaillé, cela devient un peu plus compliqué. Ici, j’ai eu la chance d’avoir un roman maitrisé malgré le fait qu’il soit un peu trop jeune pour moi.

On fait la rencontre d’Elianne qui est une jeune fille qui n’a pas la vie facile. Elle est la seule à avoir survécu au massacre de sa famille. Après ce tragique évènement, Elianne reprend difficilement goût à la vie. Elle passe par une période difficile qui est marquée par le fait qu’elle soit une meurtrière. Elle va devoir endosser de nouveau ce rôle pour combattre les forces du mal. Elianne est un personnage surprenant par sa force de caractère : elle ne se laisse pas abattre. Elle est forte et courageuse. C’est vraiment un personnage incroyable. Les diverses émotions qui la traversent font d’elle un personnage qui tient le premier tome à bout de bras.

C’est dans la petite ville de Misté qu’elle commence à reprendre ses marques, elle voudrait de nouveau une vie normale. Une vie de jeune fille : aller à l’école, se faire des amis. Cependant, rien ne va se passer comme elle le souhaite. Sans le savoir, elle met les pieds dans une aventure qui va mettre sa vie en danger. Elle va rencontrer toutes sortes de créatures qui vont lui prouver que sa vie ne sera pas un long fleuve tranquille.

L’intrigue est plutôt sympathique comme vous avez pu le constater avec ce beau résumé qui tient la route. On a une remise en question du personnage principal : elle veut mettre sa vie obscure derrière elle, elle veut comprendre pourquoi et qui a massacré sa famille. Bref, des questions qui trouvent des réponses tout au long du roman.

On a une romance fantastique qui se lit facilement grâce à une plume assez sympathique. Elle est fluide et dynamique : on va droit au but.

Les – :

  • Un premier tome un peu jeune pour moi (forcément ici, c’est à l’appréciation du lecteur !).
  • Les créatures surnaturelles en grand nombre.

Les + :

  • Elianne, un personnage fort qui porte le premier tome à bout de bras.
  • Une plume sympathique que j’espère redécouvrir rapidement.
  • Les personnages en grand nombre, j’ai apprécié ces amitiés qui se lient.
  • Le fait que Elianne trouve le courage de reprendre sa vie à zéro ainsi que la quête identitaire de cette dernière.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Sorceraid – Episode 2, Saison 1 : Les noyés de Tower Bridge – Léna Lucily

5191703Xg0LRésumé : Les aventures de Nora Fawkes continuent chez Sorceraid ! Dans le cadre de ses activités dans cette société de conseil en solutions magiques, Nora se trouve confrontée à un dilemme : la discordance entre ses valeurs et ses missions au sein de Sorceraid. Car Nora, qui s’est désormais liée avec le fantôme Jonathan, Trevor le macchabée et un expert en nécromancie avancée, recroise le chemin des Décadents. Elle découvre notamment que les sorciers privés de magie forment un vaste réseau de personnes bien décidées à voler aux « riches-en-magie » leurs pouvoirs surnaturels. Quitte à les assassiner. Quelle sera la décision de Nora ? Continuer à travailler au sein d’une entreprise qui décide d’ignorer les atrocités faites aux sorciers et fournit aux décadents de quoi les attaquer, ou démissionner et rester fidèle à ses valeurs ?

Mon avis : Je remercie Léna Lucily qui a gentiment accepté que je lise la suite des aventures de Nora Fawkes chez Sorceraid. Lorsque j’ai vu que la suite était disponible via Simplement.pro je n’ai pas hésité une seule seconde vu le bon moment de lecture que j’avais passé avec le premier épisode de la première saison il y a quelques semaines.

On retrouve Nora qui commence à prendre ses marques chez Sorceraid. Elle travaille comme une folle, elle parvient à faire abstraction des réflexions de sa chère supérieure, elle se familiarise avec ses collègues.

Nous avions quitté Nora alors qu’elle venait de subir une première attaque de la part d’une des décadents. Ici, on retrouve cette intrigue sur les décadents mais d’une manière un peu plus poussée, on commence à trouver le nerf de la guerre.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce second épisode, c’est l’évolution de Nora. Elle ne renonce pas à ses principes. Lorsqu’elle comprend que Ellie, sa patronne, va édulcorer des choses, cacher à ses clients tout cela parce que cela ne regarde pas Sorceraid mais que cela peut nuire aux clients et les conduire à la mort, Nora n’hésite pas une seconde : elle veut démissionner.

J’ai beaucoup apprécié ce côté rebelle, elle ne veut pas se plier aux règles absurdes. Si elle peut sauver la vie de quelqu’un, elle le fera, même si cela doit lui couter son travail.

On retrouve tous les personnages du premier épisode : Jonathan, Caporal le corbeau, ainsi que les collègues et amis de Nora. J’ai apprécié cela. Il faut aussi souligner le fait que l’on trouve de nouveaux personnages qui apportent un peu de piment à l’histoire. On rencontre Trevor : un mort vivant qui m’a beaucoup plu. C’est un personnage à part entière qui apporte beaucoup à l’histoire. On fait aussi la rencontre de Paul Thormer : un homme qui travaille comme consultant pour Sorceraid et qui parait être sous le charme de notre chère Nora. Cela semble être à sens unique. J’espère en savoir plus sur Paul dans les épisodes suivants !

On souligne aussi l’histoire des décadents et leur folie de vider les gens de leur magie. J’ai apprécié que Léna Lucily approfondisse le sujet. Cela apporte une touche qui nous donne envie de savoir la suite.

Je me suis replongée dans l’univers proposé par Léna Lucily avec une simplicité sans pareille alors que j’ai quand même lu le premier épisode il y a quelques semaines. C’est ainsi que l’on repère les plumes de qualité non ?

Le côté magique est assez sympathique : après les fantômes et les mots vivants, la sirène fait une apparition. C’est top de voir les deux mondes cohabiter.

Les – :

  • J’aurais aimé plus de détails. Le format épisodique est sympathique mais quand on aime, on veut en savoir plus. 
  • L’absence des amis non sorciers de Nora.

Les + :

  • La plume de Léna Lucily.
  • Le panel de personnages incroyable que nous propose l’auteure.
  • L’intrigue très sympathique.
  • L’histoire des décadents très intéressante.
  • Le personnage de Nora/Nova qui grandit, se rebelle et prend de l’ampleur.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Les contes d’Amy – Frédéric Livyns

51PXuKDGnDL._SX323_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Tout commence par un petit cahier trouvé par hasard dans un asile désaffecté. L’inquiétude surgit au détour d’un rapport psychiatrique qui laisse entendre que la petite Amy, la rédactrice de ces contes peu ordinaires, était perturbée mentalement. L’angoisse se matérialise sous la forme d’une affirmation : l’enfant a le pouvoir de vous faire vivre vos peurs les plus profondes. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, tous les gens qui vous entourent apparaissaient défigurés, brûlés ? Quelle serait votre réaction si votre fille se liait d’amitié avec un ami pas si imaginaire que cela ? Auprès de qui chercher de l’aide quand votre famille se fait déchiqueter sous vos yeux par les créatures qui se tapissent dans les ténèbres ?

Mon avis : Grâce à cette chronique, j’ai le plaisir de vous annoncer que je démarre un nouveau partenariat avec Séma Editions. Je suis très heureuse de faire partie de l’équipe. Cela me permet de découvrir de nouveaux horizons livresques. Je débute donc ce nouveau partenariat avec le romans les contes d’Amy de Frédéric Livyns.

Les contes d’Amy sont un recueil de nouvelles. Je vous avoue que je ne pensais pas que cela était un recueil d’histoires. Cependant, j’ai quand même passé un moment de lecture agréable.

Tout commence par la visite d’un couple dans un bâtiment abandonné. On comprend rapidement qu’il s’agit d’un asile psychiatrique tombé sous les mains des allemands durant la guerre. N’ayant aucune pitié pour la différence et les handicapés physiques ou mentaux, les patients ont tous été fusillés comme des chiens.

La visite du bâtiment commence, les hommes à l’étage qui est impraticable pour la dame, elle fouille une pièce dans le fond d’un couloir : l’ancien bâtiment des médecins de l’institut. Se lançant dans la lecture des dossiers, elle trouve celui d’Amy. Amy est une jeune fille qui fait froid dans le dos, elle ne se sépare jamais de son cahier dans lequel elle écrit constamment, toute la journée. Amy est muette, elle n’ouvre jamais la bouche. Elle parle via sa plume. Une fois que le docteur met la main, contre le gré d’Amy, on découvre qu’elle fait vivre les pires cauchemars et peurs des autres via ce carnet.

Cette mise en bouche débouche donc sur des petites histoires sympathiques à lire. Il y en a beaucoup, il y en a pour tout le monde. Forcément, il y en a qui m’ont plus plu que d’autres mais je m’attendais à quelque chose de bien différents, je m’attendais à un roman et non à un recueil de nouvelles. Cependant, cela m’a permis d’appréhender ce genre avec lequel j’ai du mal.

L’auteur a une plume assez particulière, j’ai bien aimé. Ce style est assez décalé, c’est surprenant. Je vous avoue que certaines histoires m’ont fait peur (pourquoi s’enfuir dans les bois… On sait que ça va mal finir !), m’ont laissé de marbre (une étreinte entre un homme et une femme qui finit vraiment étrangement, je n’ai pas su accrocher à celle-ci) ou d’autres m’ont plu (Marie et Pauline, par exemple, ont su me toucher.)

J’aurais aimé en savoir plus sur la visite de l’institut psychiatrique. C’est dommage de simplement faire l’ouverture sur cet endroit et de terminer avec ce dernier, j’aurais aimé me balader dans les pièces, découvrir des choses étranges, qui font peur, des pièces secrètes, des témoignages de patients.

Même si ce que j’avais dans les mains fut différent de ce que à quoi je m’attendais, je reste heureuse d’avoir pu découvrir ce recueil de nouvelles ainsi que la plume de l’auteur que je ne connaissais pas. Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette maison d’éditions avec cet ouvrage. J’ai encore beaucoup de romans à découvrir.

Les – :

  • Certaines histoires qui m’ont laissé de marbre.
  • J’aurais apprécié plus de détails sur l’institut.

Les + :

  • Un recueil fourni d’histoires diverses.
  • La plume de l’auteur.
  • Le personnage d’Amy qui m’a fichu la trouille.
  • L’histoire de l’institut, son vécu historique.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Sous ton envoutement – Thibault Beneytou

sous-ton-envoutement-1033535-264-432Résumé : Etudiant, j’ai une vie assez banale rythmée par mes cours et mon emploi à mi-temps. Une routine terne, insipide et sans la moindre vie sentimentale… Jusqu’au jour où… Morgan, jeune homme mystérieux et terriblement séduisant décide de revenir à Isla et s’empare de mon cœur. Je découvre par son biais, l’existence d’un monde inconnu pour les humains, m’entraînant aux confins des océans et bouleversant mon quotidien. Je m’appelle Maël et je n’imaginais pas qu’en rencontrant l’homme de ma vie, cette dernière allait changer du tout au tout…

Mon avis : Je tiens à remercier les éditions Livresque pour l’envoi de ce Service Presse. En effet, j’ai demandé à Nathan s’il était possible de le lire et je ne regrette pas. Merci aussi à Thibault pour sa gentillesse et la facilité avec laquelle on peut converser, c’est très plaisant.

Je vous avoue que j’ai adoré la couverture ! Qu’elle est belle !!! Moi aussi, j’étais complètement sous son envoutement.

Je me suis de nouveau lancée dans une lecture M/M. C’est une lecture d’un genre fantastique puisque, comme vous avez pu rapidement le comprendre, on y parle de monde marin et de sirène.

On fait la rencontre de Maël, un jeune homme qui poursuit ses études mais qui est bien plus attiré par l’océan que sa vie estudiantine. Même s’il peut compter sur ses deux amies Soline et Léna, il manque quelque chose dans sa vie. Cours, boulot minable avec un patron bedonnant dans un café et appartement rythment sa vie jusqu’à la venue de Morgan dans sa vie. Morgan est un jeune homme charmant et terriblement beau. Il n’en faut pas plus à Maël pour avoir envie de le revoir et de le connaitre un peu plus. Rapidement, les deux jeunes hommes vont entamer une idylle parfaite entre terre et mer. Cependant, l’amour est toujours mis à rude épreuve. Ici, on ne déroge pas à cette règle.

J’ai apprécié les personnages principaux. Ce sont deux hommes (oui, forcément !) cf1fd0_63ff9bfabdc143dabf176710c7c859f6_mv2_d_3000_3000_s_4_2charismatiques et touchants. L’innocence de Maël est touchante et la gentillesse de Morgan est à toute épreuve. J’ai apprécié la complémentarité entre ces deux êtres qui sont fait l’un pour l’autre.

La seule chose que je pourrais reprocher à ce roman c’est cet effet de rapidité dans le texte. En effet, très rapidement, les deux garçons s’avouent leur amour. Je n’ai pas forcément trouvé cela cohérent. Même si l’amour les frappe de plein fouet, c’était un peu trop rapide à mon goût. J’ai aussi ressenti un effet de rapidité au moment où Maël découvre que Morgan est un demi-triton : il part en courant, ce qui est complètement naturel, je pense que j’aurais fait la même chose mais… Le lendemain, il est complètement fasciné par la queue de sirène de Morgan. J’ai trouvé l’acclimatation un peu trop directe.

L’univers des sirènes est très bien maitrisé, j’ai beaucoup apprécié les descriptions du monde aquatique, je m’y serai crue. C’est très agréable.

Je pense que ce roman est très bien pour débuter dans le monde du M/M et aussi dans le fantastique. Il n’est pas fait pour les enfants ni adultes puisqu’il y a une scène de sexe (d’ailleurs très soft ! J’ai adoré cela, merci Thibault de ne pas m’avoir noyée – ah, quel bon jeu de mots ! – sous les détails sexuels de leurs ébats.) mais je pense qu’il peut facilement convenir aux jeunes adultes qui décident de sauter le pas.

Je découvre par ailleurs la plume de Thibault qui est très sympathique. Je trouve qu’elle pourrait être excellente dans les romans Young Adult : il s’en dégage une certaine douceur et poésie. C’est top.

Les – :

  • Cet effet de rapidité dans le texte, j’aurais aimé plus de détails et un texte un peu plus fourni par moment pour ne pas avoir cette sensation d’incohérence.

Les + :

  • Le couple Maël / Morgan
  • Le voyage entre terre et mer
  • Le fait que la scène sexuelle soit très soft !
  • Une couverture qui envoie du rêve !
  • La plume de l’auteur et l’univers proposé. 

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

22

L’apprenti oiseau – Gaya Tameron

51-Kbvy75qLRésumé : Inspiré par ses lectures, Nook rêve d’aventure et d’ailleurs. Sa petite île, isolée du reste du monde, lui paraît trop étroite et limitée. Prêt à tout pour la quitter, il fera preuve d’inventivité et de ténacité pour y parvenir. Cela sera-t-il suffisant ?

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real pour l’envoi de ce service presse assez surprenant au final. Je remercie l’équipe pour leur présence et leur gentillesse. Il est rare de voir une équipe aussi sympathique !

J’ai donc pu lire l’apprenti oiseau. C’est une nouvelle, un conte contemporain qui nous propose une belle histoire.

On fait la rencontre de Nook, un jeune ours qui rêve d’aventure. Marginal, il est rejeté par la plupart des ours de son clan qui ne veulent pas comprendre le rêve de Nook : partir d’ici pour voir ce que l’on peut trouver, voir et vivre ailleurs. La tribu est bien où elle est et ne veut pas forcément changer. Outre la divergence d’opinion entre Nook et la tribu, on sent qu’une barrière s’érige entre lui et sa tribu. Poussé par quelques membres ours du groupe, il fait tout ce qu’il peut pour vivre ses rêves et entreprendre la grande aventure de sa vie.

Je vous avoue que c’est la première fois que je suis les aventures d’un ours. J’ai trouvé ça assez original. Ça s’est plutôt bien passé dans le sens où on a un bel anthropomorphisme ici (pour faire simple, on parle d’anthropomorphisme lorsque l’on donne des traits humains à des animaux, dieux, objets ou même idées. On en parle souvent au XVIIème siècle avec les fables de la Fontaine). On ne sent pas forcément énormément le côté animal dans ce conte. Bien entendu, on a des rappels, des petits indices, des réflexions qui montrent que c’est un conte animalier mais rien de plus, cela ne m’a pas gêné du tout.

J’ai beaucoup voyagé dans ce conte, déjà, on est dans une civilisation autre que la nôtre,téléchargement on est plus proche de la civilisation indienne qu’européenne. Il y a beaucoup de sagesse, de douceur et de poésie dans les mots choisis par l’auteur. On sent vraiment une notion de sagesse intense tout au long du roman. La morale est belle. Bref, on se sent bien à la fin de la lecture de cette nouvelle.

Je ne connaissais pas la plume de Gaya Tameron mais je suis agréablement surprise. Elle m’a été utile pour compenser le fait que ce soit une nouvelle, j’aurais apprécié un peu plus de détails (mais cela reste un avis personnel, je savais pertinemment qu’il n’était pas long.)

Les rêves de Nook nous donnent envie de sourire. C’est plein d’espoir que je suis ressortie de cette lecture. Je ne pensais pas apprécier autant cette nouvelle. Je m’attendais à quelque chose de différent. Bref, c’est une belle surprise.

Si vous êtes un rêveur, un lecteur qui apprécie les nouvelles différentes de ce que l’on peut trouver, je ne peux que vous conseiller ce beau voyage entre ciel, terre et mer.

Les – :

  • Le format « nouvelle », j’aurais aimé en savoir plus sur la vie de Nook au sein de la tribu.

Les + :

  • La couverture que j’ai beaucoup appréciée.
  • La plume de l’auteure qui est une belle découverte.
  • Le personnage de Nook et son côté rêveur.
  • La fin que j’ai trouvé mignonne à souhait.

Ma note :155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Hex in the city – tome 2 : Die with style – Dorian Lake

510eKbhFnfL._SX195_Résumé : La série littéraire événement, avec plus de 40 000 chapitres lus sur Wattpad, enfin disponible ! Résumé : Taylor remplace au pied levé une chanteuse de rock disparue sans crier gare, alors qu’une nouvelle menace, aux beaux yeux bleus et à l’accent so british, arrive en ville. À la croisée des chemins entre fantasy urbaine et polar, découvrez la suite des aventures de Taylor, Lionel et Jake dans un récit sans temps mort, dans la lignée des meilleures séries télévisées américaines.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois les éditions Noir d’Absinthe pour l’envoi de ce service presse qui me permet de poursuivre mon aventure et ma découverte de la saga « Hex in the city » de mon cher Dorian Lake. En effet, j’ai débuté ma découverte et mon partenariat avec Taylor et ça m’a fait plaisir de retrouver ces personnages.

Taylor se retrouve à devoir remplacer la chanteuse du groupe de rock qui s’appelle « Die with style ». J’adore l’idée proposée qui nous propulse dans un univers excellent. Le personnage de Taylor est en constante évolution et cela fait du bien. On en apprend plus sur elle, sur ce qu’elle fait, sur son passé qui devient de moins en moins brumeux pour le lecteur. J’ai apprécié voir cette barmaid chanteuse et sorcière grandir, prendre confiance et devenir un personnage coloré, dont on a envie de connaitre la vie.

On retrouve aussi Lionel qui fait de nouveau partie de la vie de Taylor. On a aussi des personnages secondaires féminins qui font partie de la sphère de Lionel et qui viennent ponctuer le roman.

Ce second opus reste plus sombre que le premier. On est plongé dans un monde surnaturel où la sorcellerie prend plus de place que dans le premier tome. On comprend pourquoi Taylor n’utilise pas autant ses pouvoirs alors que des fois, elle pourrait. C’est plus concret, cela donne envie d’en savoir plus.

Le rythme de lecture est effréné par plusieurs facteurs : les chapitres sont courts, c’est noir-absinthe.pngplutôt sympathique, on ne s’ennuie jamais. De plus les descriptions que Dorian Lake nous propose nous envoient directement dans les coins de San Fransisco, on retrouve le bar « the witch hour » ainsi que des endroits qui font froid dans le dos. On aime, on adore ! C’set comme si j’avais quitté le premier tome hier ! C’est top.

La plume de Dorian Lake est toujours aussi délectable, on ne s’ennuie jamais. J’ai pu découvrir Hex in the city mais aussi Isulka (Dorian, si tu passes par ici, j’ai fini le deuxième tome d’Isulka J). Les mots se lisent facilement, on aime ce rythme, cette poésie des mots que nous propose l’auteur. Bref, on est vraiment dans un genre que j’aime, avec un auteur que j’adore. Je suis certaine que Dorian Lake ira loin. En tout cas, il mérite d’être connu et reconnu par les lecteurs. On ne peut qu’apprécier ses histoires.

La fin nous réserve un beau troisième tome ! Quelle pression ! On a envie d’avoir la suite sous les yeux très rapidement !

Les – :

  • Les longueurs quelques fois dans les descriptions.

Les + :

  • Le fait que les personnages se dévoilent et évoluent.
  • Le personnage de Taylor qui est savoureux.
  • Ce cliffhanger de fou ! Vivement le troisième tome !
  • La plume de Dorian qui finira par devenir une véritable source de bonheur littéraire pour moi

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie