14

Hopeless romantic – Tome 02 : pain de Sissie Roy

41KkDuIAnHL._SX342_SY445_QL70_ML2_Si vous souhaitez vous lancer dans la lecture du premier tome, je ne vous conseille pas de lire cette chronique si son résumé.

Résumé : À la suite de l’accident ayant causé la mort de plusieurs membres du groupe Hopeless romantic et de sa relation avec Lacey, James n’est plus que l’ombre de lui-même. Il boit trop, fume trop, et provoque colère et scandale partout où il passe. Lorsqu’il tombe sur Lacey lors d’une fête, il revoit ses priorités et tente de redevenir celui qu’elle aimait il n’y a pas si longtemps. Malheureusement pour lui, la jeune femme traîne un mal de vivre que seul Tristan Bennett semble pouvoir apaiser. Toutefois, James ne baissera pas les bras et se battra pour la reconquérir, car elle est toute sa vie. Parviendra-t-elle à trouver la paix et se pardonner d’être vivante alors que son groupe est mort ? Est-ce qu’elle réussira à vivre enfin heureuse avec celui qu’elle aime vraiment ? Une question s’impose, Tristan ou James.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce deuxième tome. J’avais beaucoup apprécié ma lecture du premier roman. J’étais plutôt curieuse de voir ce que l’auteure nous réservait pour le deuxième tome.

On retrouve Lacey dans une situation vraiment terrible : elle est la seule survivante de son groupe. Lacey est vide : elle a perdu ses amis, sa sœur, sa famille. C’est très compliqué pour elle. Elle se demande pourquoi elle a su se tirer de cet accident et pas les autres. Pourquoi elle ? Elle a ce poids sur la conscience depuis bien trop longtemps mais elle se refuse de vivre sa vie. Elle préfère rester dans les regrets. Elle se refuse de jouer de la musique et de monter sur scène : tout cela n’a plus aucun sens pour elle.

James n’en mène pas large non plus. En effet, James est au plus bas lui aussi depuis que sa relation avec Lacey a volé en éclat. Il n’est plus que l’ombre de lui-même. La musique ne l’intéresse plus, l’alcool et les bagarres sont beaucoup plus tentants. Séparé depuis trop longtemps de Lacey, une rencontre avec la jolie demoiselle va pourtant lui remettre les idées en place : Lacey est la femme de sa vie et il fera tout pour la conquérir de nouveau.

J’ai apprécié cette idée d’une vie brisée et de devoir apprendre de nouveau à faire confiance à l’autre. J’ai aimé trouver une Lacey qui avait des choses à dire et des choses à faire. On se retrouve avec un personnage féminin fort qui est intelligente mais qui sait aussi écouter son cœur.

James va commencer à voir d’un mauvais œil l’arrivée de Tristan dans la vie de Lacey. A la tête d’un label musical, il est un homme que James ne peut pas voir en peinture. Il lui fait d’ailleurs bien sentir : rancune de cœur un jour, rancune de cœur toujours ! Tristan va alors intégrer le panel des personnages principaux de ce tome. Sissie Roy décide de nous proposer un triangle amoureux. Lacey va devoir choisir entre son cœur et la raison, entre deux hommes qu’elle estime, elle va devoir faire son choix. Ce dernier ne va être facile.

Comme vous le savez, je ne suis pas excessivement fan du jeu du chat et de la souris ainsi que format triangle amoureux. Même si les personnages sont forts, j’aurais apprécié quelque chose d’autre. Lacey vogue entre les deux hommes. Elle ne sait vraiment pas ce qu’elle souhaite. Elle va trouver des choses chez Tristan et chez James.

Personnellement, j’ai adoré le personnage de James. Il fonce dans le tas, il ne s’offusque pas des quand dira-t-on. Il va vraiment montrer une facette de lui que j’ai appréciée. Ce n’est pas parce que c’est un gros dur qu’il n’a pas de sentiments, qu’il ne ressent rien. J’ai beaucoup apprécié la douceur qui se dégage de ce personnage lorsqu’il se bat pour Lacey.

La présence de la musique est aussi importante : ici, elle va être libératrice. Elle va permettre d’avancer dans la vie, elle va aussi permettre à Lacey d’ouvrir les yeux sur sa relation avec sa mère mais aussi avec son père. La musique est ce qui relie Lacey à James mais aussi à Hopeless romantic. Si au départ, elle va faire peur à Lacey mais aussi à James, elle va aussi être la voie de la rédemption. L’espoir au bout de ce couloir d’angoisse et de tristesse.

En définitive, malgré la présence d’un triangle amoureux, j’étais heureuse de retrouver Lacey et James. J’aime toujours autant la présence de la thématique de la musique. La plume de l’auteure est toujours aussi belle. J’aime beaucoup la manière dont l’auteure écrit : c’est dynamique, détendu et moderne. C’est chouette. Le tome trois m’attend avec impatience dans ma liseuse !

03 bonnes raisons de lire cette saga :

  • Le duo Lacey/James qui est vraiment très bon
  • La plume de l’auteure que j’aime beaucoup
  • L’univers de la musique mis en avant ainsi que la place qu’elle prend dans l’intrigue

4

19

Hopeless romantic – Tome 01 : lies de Sissie Roy

jvHNu2P7MUthd6QKff8CPNiiVYwRésumé : Lacey Jenkins, fille d’un célèbre musicien, baigne dans le monde de la musique depuis sa tendre enfance. Enfin, tendre n’est peut-être pas le mot. Il y a dix ans elle a créé son groupe, Hopeless Romantic, qui aujourd’hui est sur le déclin. Pour lui donner un nouveau souffle, Gerry, leur manager, fait appel aux frères Combs, très réputés dans le monde fermé de la musique. Si Aaren accepte avec plaisir, James compte bien de ne pas céder à la pression. Après tout, quand ils étaient au fond du trou, personne n’est venu les aider ! Il n’a pas l’intention de se plier aux caprices d’une fille à papa. Mais tout se sait dans ce monde, y compris les mensonges. Vont-ils arriver à travailler ensemble ? Quand la vérité éclatera, Lacey arrivera-t-elle à la supporter ? Et James, a-t-il pris part à tout cela ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce service presse. Sissie Roy est une auteure que j’ai croisé avec le premier tome de Together (et d’ailleurs, je vous écris bientôt à propos du deuxième tome). Sa plume m’ayant bien plu, j’ai décidé de poursuivre ma découverte avec Hopeless romantic.

Hopeless romantic met en scène Lacey Jenkins, une jeune femme chanteuse et musicienne qui est célèbre grâce à son groupe de musique. Seulement, Lacey a un père musicien connu dans le monde entier. Il est dur de se faire sa place dans le monde de la musique lorsque son père est passé avant. On ne sait pas si on est pris pour son talent ou pour l’influence de son père. Lacey n’a pas de bons rapports avec son père qu’elle a plus vu et entendu lors de ses concerts qu’autour d’une table pour le repas. Intransigeant et perfectionniste, il n’a pas peur de blesser ses filles pour qu’elles donnent le meilleur d’elles même.

Lacey est donc le leadeur de son groupe Hopeless romantic. Avec sa sœur, son petit copain et son meilleur ami, ils sillonnent depuis des années les salles de concert. Cependant, ils le sentent, ils sont sur le déclin. Lacey ne sait plus qui elle est ni ce qu’elle veut vraiment. Si la musique a une place très importante dans sa vie, son métier ne la porte plus comme avant, il lui manque quelque chose. Il semblerait que la petite flamme se soit éteinte… C’est à ce moment que les frères Combs vont apparaitre grâce au manager des Hopeless romantic. Ils sont là pour donner un coup de main et par la même occasion une image un peu moins terne du groupe. Aaren et James sont deux frères assez différents mais qui vont ajouter une sacrée dose de piment dans l’équipe. James ne veut pas céder à la pression alors qu’Aaren est plus ouvert à la discussion. Celle qui va repousser James et Aaren d’emblée, c’est Lacey. James va se montrer plus qu’incorrecte avec elle et mettre le feu aux poudres. Une relation ennemies to lovers va alors se mettre en place entre les deux.

Dans l’ensemble, l’idée m’a beaucoup plu. Je pense qu’il y a certains passages un peu trop rapides pour moi (je pense à la mise en place de la relation particulière entre James et Lacey) mais sinon, j’ai beaucoup apprécié ce premier tome qui donne envie de connaitre la suite. Même si Lacey et James sont les personnages les plus importants de ce premier tome, je trouve que Sissie Roy laisse de la place  tous les personnages sans forcément se focaliser en totalité sur la romance. En effet, le monde de la musique est assez bien exploité dans ce premier tome : les enregistrements, les conflits entre membres du groupe mais aussi les contrats, la manipulation, l’abus de confiance… Je trouve que tout est très bien dosé et intelligemment mis en place. Je vous avoue que le premier tome se termine sur un cliffhanger de malade et que j’ai bien envie de savoir la suite ! Il fera partie de mes prochaines demandes de service presse.

J’ai apprécié aussi les obstacles que Lacey va devoir traverser. Au-delà des relations personnelles qu’elle tisse dans ce roman, j’ai aimé aussi la remise en question à travers une quête identitaire. Il est dur de vivre dans l’ombre de quelqu’un notamment lorsqu’il s’agit de son père. Cette idée d’une relation très difficile entre un père et ses filles et assez sympathique et propose quelque chose d’original avec le monde de la musique qui vient s’intégrer à tout cela.

James est un personnage bien construit. Sous l’attitude du parfait petit con, il reste un homme qui sait écouter et retranscrire les émotions des gens dans ses chansons. C’est très intéressant de comprendre la construction des personnages. J’ai aimé le découvrir et le connaitre un peu plus. J’ai trouvé sa relation avec Lacey assez ambigüe mais très bien construite. Tout n’est pas rose dans la vie et l’autre le montre très bien à travers la relation que James entretient avec Lacey.

La plume de Sissie Roy est très agréable ! A l’image de ce premier roman, elle est fluide et permet une bonne compréhension de l’intrigue. Malgré quelques moments trop rapides pour moi, on se retrouve avec une intrigue qui mêle les émotions à la musique, la quête identitaire à l’avenir d’un groupe. Bref, on se prend rapidement au jeu. Vivement le deuxième tome que je puisse connaitre la suite des aventures de Lacey !

03  bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Plonger dans le monde de la musique est très sympathique !
  • Le duo Lacey/James que j’ai beaucoup apprécié
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé très sympathique

4.5

18

Together – Tome 01: Ennemy de Sissie Roy

together-tome-1-ennemy-1307724-264-432Résumé : Les seules choses que Brian Lewis aime dans la vie sont sa caisse, les femmes qu’il collectionne et lui-même. Intransigeant, trop souvent arrogant, il utilise les gens comme bon lui semble. Cependant, il porte un amour fraternel à Mat, son meilleur ami qui est le seul à toujours avoir été là pour lui. S’il se fout bien de décevoir parents et amis, il tient mordicus à ne pas trahir Mat. Lorsque ce dernier lui apprend qu’Abby, sa petite sœur, viendra vivre avec eux, Brian n’est pas tout à fait d’accord et il ne se gênera pas pour le faire sentir à la nouvelle venue. À la demande de son ami, il accepte de garder un œil sur elle, mais ça implique de passer du temps avec elle. Mat ordonne à Brian de ne pas coucher avec sa frangine. À force de se côtoyer et de se connaître, il devient difficile pour les deux nouveaux colocataires de rester loin l’un de l’autre. Parviendront-ils à respecter l’ordre de Mat ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence éditions pour l’envoi de ce roman en service presse. Pour tout vous dire, j’ai apprécié la douceur et la délicatesse qui se reflètent dans la couverture. J’avais très envie de découvrir la plume de Sissie Roy, j’ai donc sauté sur l’occasion.

Together est une saga qui compte (pour l’instant) 05 tomes. Ça peut faire peur, c’est clair. En attendant, le premier tome se lit si facilement que l’on a envie de rempiler sur la suite très rapidement. Il fait un peu moins de 500 pages mais on ne voit pas le temps passer.

On fait la rencontre d’Abby, une jeune femme à la dérive complète après une trahison sentimentale. Elle est complètement dévastée par la rupture qu’elle subit. Elle ne peut se retourner sur personne puisqu’elle ne peut plus faire confiance à sa meilleure amie. Seule avec sa mère, elle dépérit de jours en jours. Une seule solution s’impose : partir loin et laisser les démons du passé et essayer d’aller de l’avant. Abby va quitter sa mère, ses repères et partir rejoindre son frère Mat qu’elle ne connait pas très bien. Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que si Mat est dans les parages, son coloc et meilleur ami, Brian, n’est jamais bien loin…

J’ai apprécié ma lecture sans que cette dernière ne soit un coup de cœur. Si j’ai aimé les personnages, j’ai trouvé qu’il y en avait peut-être un peu de trop. Cette accumulation au niveau des situations épineuses additionnée au jeu du chat et de la souris a été un peu compliqué à gérer pour moi. J’avoue que j’ai levé les yeux au ciel de temps en temps. En revanche, le panel de personnages est très agréable. Les personnages sont variés : on a une jeune femme un peu naïve qui est beaucoup trop impulsive, un frère un peu trop protecteur et sa fiancée à l’écoute, on fait aussi la rencontre d’un ours mal léché qui va aussi nous en faire voir de toutes les couleurs, des jeunes hommes et des jeunes femmes en quête de chair fraîche et d’histoire d’un soir et je vous en passe. Les caractères sont très différents, les psychologies sont diverses et variées.

L’intrigue est complète. Pour un premier tome, les bases sont vraiment bien posées. On vit cette histoire avec Abby et on apprend à la découvrir et à la comprendre. J’aime énormément le fait qu’on est dans la phase de « reconstruction ». Cela apporte beaucoup de crédibilité à l’histoire même si je n’ai pas adhéré à tout ce que l’auteure a proposé, ce n’est pas pour autant que je n’ai pas apprécié ce que j’ai lu d’un point de vue global. S’ajoute aux thématiques un peu dures, une légèreté notable avec la colocation. En effet, Abby et Brian sont deux personnages aux antipodes : feux d’artifice garantis ! Cela vient vraiment dynamiser le roman.

Je ne connaissais pas la plume de Sissie Roy mais j’ai vraiment aimé ce que j’ai découvert : une plume fluide et dynamique qui pose un cadre sans en faire de trop. Les personnages proposent de réelles discussions sur les relations humaines et amoureuses. Ainsi, la thématique de la confiance, de l’amitié mais aussi de la famille sont présentes. J’espère en apprendre plus sur le duo Mat/Abby. On sent toute la colère et la frustration de ces deux enfants à avoir subi les décisions des grandes personnes.

Le duo Abby/Brian est aussi très intéressant. Au-delà du jeu du chat et de la souris, ce sont deux personnalités différentes mais brisées par la vie. J’ai apprécié découvrir Brian autrement que dans la colocation.

L’alternance des points de vue dans la narration apporte vraiment beaucoup. On ne se place pas que du côté d’Abby, le point de vue de Brian permet au lecteur de mieux cerner le personnage et de comprendre que ce n’est pas le « monsieur connard » qu’il prétend être.

En définitive, malgré quelques petits bémols, je sors relativement ravie de ma lecture et de ma découverte de la plume de Sissie Roy. Je signe pour la suite très rapidement !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un premier tome d’une saga New adult qui pose les bases.
  • Un panel de personnages très intéressant et coloré.
  • Une plume fluide et dynamique

4

8

La malédiction de l’amour de vacances de June Caravel

41mwKy0O+VL.jpgRésumé : Lorsque Miguel jette un sort à Julia après qu’elle ait refusé ses avances, elle n’y croit pas. Mais après des années d’échecs sentimentaux, elle est forcée de se rendre à l’évidence. La malédiction de l’amour de vacances la poursuit. C’est lors d’un voyage sur la terre natale de Miguel que Julia est bien décidée à retrouver son jeteur de sort et à conjurer la malédiction.

~ Service presse 📖 ~

Je remercie June Caravel pour l’envoi de son roman via SimPlement. Plus le temps passe, plus j’apprécie cette plateforme où je ne peux que vous pousser à vous inscrire. C’est très intéressant et ça permet, pour les petites cervelles de moineau comme moi, de ne pas oublier vos SP… Ahahah. Bref, rentrons dans le vif du sujet, parlons du roman de June Caravel !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Une malédiction originale
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est ce qui m’a attirée dans ce roman : la malédiction de l’amour de vacances. Je me demandais bien ce que June Caravel pouvait tirer de cette thématique qui semble être rapidement épuisable. Je suis ravie de vous dire que cela n’a pas été le cas ! Le roman tient, tout au long, sur la malédiction dont est victime Julia.

Refusant un baiser à Miguel, cousin mexicain de sa meilleure amie, Julia se retrouve depuis de nombreuses années victime d’une malédiction. Celle de voir tourner en catastrophe ses possibles aventures lors de ses vacances. Farfelu ? Original ? Intéressant ? Je vous dis « oui » aux trois.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Julia, notre personnage principal   
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Je vous avoue que ma lecture n’est pas un coup de cœur mais elle s’est révélée être une agréable lecture. En effet, on se retrouve propulsé dans la vie de Julia. Malheureusement pour moi, j’ai eu du mal à m’attacher à ce personnage. Elle a l’air d’être très sympathique mais j’ai trouvé que son caractère était peut-être un peu trop différent des valeurs que j’apprécie retrouver dans les psychologies des personnages principaux des livres que je lis.

Peut être que c’est le fait qu’elle subisse une malédiction qui m’a dérangée un peu. Elle est dans une forme d’apitoiement (bon, on ne peut pas vraiment lui reprocher) qui forme une sorte de nuages noirs au-dessus de sa tête.

« Ce qui m’avait toujours manqué, c’était la confiance en moi. Je connaissais des filles qui n’étaient pas terribles, mais qui étaient sûres d’elles, et cette attitude agissait comme un aimant sur les hommes. Et pourquoi diable n’arrivais-je pas à être comme elles ? Pourquoi est-ce que je ne me sentais jamais assez belle ou pas à la hauteur ? »

Cependant, c’est assez drôle d’ailleurs, parce que je trouve que le duo qu’elle forme avec sa meilleure amie Luana est très rythmé. Elles donnent la pêche, les filles ! Le duo fonctionne très bien et le côté pétillant et dynamique de Luana est très intéressant et ajoute un petit peu de folie et de pep’s à cette histoire.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Intrigue et thématiques
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les thématiques abordées dans le texte sont assez sympathiques. En effet, j’ai trouvé agréable de mélanger la magie, aux histoires d’un soir, à la question du grand amour mais aussi à une malédiction. L’auteure aborde toutes ces thématiques de manière légère et propose un moment de lecture agréable, sans fioriture.

Je vous avoue que j’ai eu un peu de mal avec la rapidité de l’intrigue. Dès les premières pages, ça explose au visage : la malédiction a lieu. On fait des bonds dans le temps, on se retrouve au Mexique, puis dans l’avion, on rentre, on revient, on repart. Bref, on ne s’ennuie pas un instant mais j’avoue que la rapidité m’a gênée. Il m’a manqué des informations, quelques descriptions histoire de se poser. Notre visite au Mexique est assez brève et finalement, l’exotisme qui se dégage du pays ne se fait pas forcément ressentir. Quelques pages en plus auraient été les bienvenues pour la lectrice que je suis.

Roman assez court, c’est un beau livre objet. J’aime beaucoup la couverture qui m’a tout de suite tapé dans l’œil (je suis faible, que voulez-vous…). Le roman est très agréable à tenir en main. On se retrouve avec un roman aux pages aérées. Le roman se lit rapidement. En quelques heures, hier soir, il a été lu et apprécié.

L’intrigue propose aussi des personnages secondaires masculins qui ajoutent un peu de piment à l’intrigue. Ainsi, on fait la rencontre d’Eric mais aussi de Charlie. Avec un roman qui va droit au but, on n’a pas vraiment assez de temps pour plonger un peu plus profondément dans les psychologies des personnages mais ils ont été sympathiques.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La plume de l’auteure  
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

J’ai apprécié le fait d’en savoir un peu plus sur June Caravel. On apprend qu’elle est chanteuse (et douée qui plus est ! Je vous invite à aller faire un tour sur sa page Youtube). La malédiction de l’amour de vacances est son premier roman et le premier tome d’une trilogie. Je lirai la suite sans aucun doute pour voir si Julia a un peu évoluée.

La plume reste très fluide et dynamique. Ainsi, on se retrouve avec une histoire farfelue qui nous propose un dénouement réaliste. J’ai apprécié cette fin qui propose à Julia de faire le point sur sa vie. C’est avec beaucoup de maturité qu’elle revient sur ses dernières expériences personnelles et qu’elle en tire une conclusion intelligente.

Si vous voulez une petite lecture agréable à caler entre deux lectures plus importantes et plus sérieuses, le roman de June Caravel sera très bien répondre à vos attentes. C’est une histoire originale qui nous fait voyager et passer quelques temps avec Julia.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

–        Une plume fluide et dynamique

–        Un roman court qui se lit rapidement

–        Une originalité avec la malédiction amoureuse

3