3

Angeline : les tourments du passé – C. Meyer

xcover-3038.jpgRésumé : Une nuit d’été, un dîner qui se termine… Simon fête son installation dans la propriété de ses grands-parents. Il y a passé ses plus belles vacances lorsqu’il était adolescent. Une rencontre fortuite avec Angeline à la sortie du restaurant et ce sont deux destins qui s’en trouvent bouleversés. Lors du décès de sa mère, une religieuse ayant renoncé à ses vœux pour la voir grandir, cette jeune femme de 18 ans à peine va récupérer des documents qui révéleront, en partie seulement, un lourd et épouvantable secret familial. Pas à pas, elle va reconstituer ce passé tumultueux où les événements dramatiques côtoient l’inimaginable.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie C. Meyer pour la gentille proposition faite via la plateforme SimPlement. Je suis toujours très heureuse de trouver des demandes d’auteurs sur mon profil. C’est vrai que je ne peux répondre à tout le monde mais quand j’ai l’opportunité de rencontrer une nouvelle plume et un nouvel univers, je suis toujours preneuse !

Entre passé et présent

C’est ce qui m’a énormément plu dans ce roman. Le lien inévitable entre le passé et le présent. L’auteur mise tout sur le fait que l’individu ne peut se comprendre et accepter les choses qu’en connaissant son passé et celui de sa sphère familiale. J’ai trouvé cette quête identitaire et ce questionnement très intéressant.

Je reste plutôt d’accord avec ça. On a besoin du passé pour se construire son identité, définir ses valeurs. On a besoin d’un passé collectif mais aussi d’un passé plus personnel. Ainsi, les convictions se dessinent dans nos vies.

Les personnages

Deux personnages sortent du lot et mènent l’histoire. Ainsi, Angeline et Simon sont deux personnages que j’ai adoré découvrir. J’ai trouvé que les deux se complétaient et portaient l’histoire sur leurs épaules. On a deux personnages qui s’aident, qui essayent de comprendre leurs passés pour pouvoir aborder l’avenir plus sereinement.

Simon est un personnage que j’ai apprécié par sa simplicité et sa bienveillance. Il n’hésite pas à aider les autres. J’ai apprécié cette relation qui se créée très rapidement et qui est vraiment crédible.

La couverture illustre très bien le personnage d’Angeline. Un côté clair et un côté dans l’ombre. Ainsi, on comprend qu’elle ne sait pas tout, qu’il y a encore des zones d’ombre dans sa vie. Son regard est franc, non fuyant : elle veut savoir et fera tout pour y parvenir. La partie craquelée montre aussi qu’Angeline est une femme qui a souffert et qui souffre toujours : quelque chose est brisé et elle cherche des réponses.

Je trouve la couverture très poétique, belle et évocatrice de beaucoup de choses. C’est assez porteur de sens finalement, j’ai eu l’impression de connaitre Angeline avant même d’avoir ouvert ce roman.

La plume de C. Meyer

Je fais un plus gros paragraphe sur la plume de l’auteur parce que je me dois de parler d’un choix narratif : le lecteur est spectateur. Le choix d’une narration externe est sympathique de temps en temps mais je ne suis pas forcément hyper fan dans ce genre de romans. Je pense que je me serai sentie plus proche d’Angeline si la narration avait été interne, du point de vue d’Angeline.

J’ai trouvé les descriptions très sympathiques. En effet, les décors, les ambiances, les psychologies des personnages sont extrêmement minutieuses et pointilleuses : cela permet au lecteur de s’immerger dans un univers que l’on n’a pas forcément envie de quitter.

Je salue donc une très belle plume qui permet au lecteur de s’immerger dans une histoire assez sympathique. La quête identitaire, les secrets, l’amitié sont au rendez-vous. C’est un roman qui pourra être lu par beaucoup de lecteurs tant il saura toucher un panel varié par les sujets abordés.

Les – :

  • Le choix de la narration

Les + :

  • Simon & Angeline
  • La couverture évocatrice, qui nous rend curieuse
  • La plume de l’auteur
  • Les thématiques abordées.

4

Publicités
10

Le doux parfum des marguerites – Amélie B.

couverture rectoRésumé : Hannah a tout pour être heureuse : un père bienveillant, une grand-mère aimante, une amie pétillante, un quotidien confortable à Saint-Tropez, et une passion dévorante : le surf. Seul l’amour manque à ce tableau presque parfait… jusqu’à ce qu’elle rencontre Mathias, jeune trentenaire récemment installé en ville. Sous des airs durs et une humeur changeante, il cache une gentillesse qui séduit immédiatement la jeune fille. Mais… Mathias est-il aussi sincère qu’il le prétend ? Lors d’un voyage en amoureux, Hannah va découvrir avec horreur ses véritables intentions …

∼ Service presse ∼

Mon avis : Je remercie Amélie B pour la confiance renouvelée. En effet, depuis que j’ai pu me plonger dans son roman pour le Prix des Auteurs Inconnus, j’ai eu la chance de pouvoir discuter avec elle. Cela nous a permis de mieux nous connaitre et de créer un partenariat très sympathique. Ainsi, j’ai encore quelques romans à découvrir de l’auteure. J’ai pu, ici, plonger dans son dernier, excellent, roman : Le doux parfum des marguerites.

Un mélange des genres très sympathique

J’ai eu du mal à savoir genrer ce roman. En effet, on tangue entre romance et suspense. Et finalement, je trouve que cette qualification lui va bien. Ce roman est une bouffée d’air frais. Il est juste parfait pour cet été, à la plage. Il est, à l’image de sa couverture, coloré, pétillant mais aussi mystérieux et impossible à deviner. Bref, on ne s’ennuie pas un instant.

Les personnages

Je pense qu’Amélie B est une auteure qui mise énormément sur ses personnages dans ses romans. Ils sont toujours forts, courageux et dans des situations assez compliquées. Hannah ne déroge pas à cette règle puisqu’elle fait partie des personnages de cette histoire que j’ai le plus apprécié par sa psychologie et son côté mystérieux. En effet, au départ, je ne pensais pas pouvoir m’attacher à cette fille : riche, qui a tout ce qu’elle veut, qui ne travaille pas parce que papa est riche, bref, je ne pensais absolument pas pouvoir comprendre ce personnage. J’ai été très surprise de voir ce que l’auteure fait à ce personnage. En effet, on se rend rapidement compte que Hannah est une jeune femme à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Même si elle a un père aimant, une grand-mère très présente dans son cœur, elle a aussi une mère qui n’a jamais pris ses responsabilités, une vie amoureuse très compliquée. C’est une jeune femme fragile qui est très naïve et qui n’aspire qu’à une chose : trouver l’amour et un équilibre dans sa vie.

Il y a beaucoup de personnages secondaires dont je ne vous parlerai pas en détail par souci de ne pas vous spoiler une partie de l’intrigue. Cependant, je peux souligner la relation assez intense qu’il y a entre Hannah et sa mamie. Je me suis sentie proche d’elles deux parce que je vis la même chose avec ma mamie.

Entre amour et amitié, Hannah va devoir apprendre à faire confiance et surtout à savoir lâcher du lest et comprendre les autres.

L’intrigue

En soi l’intrigue est très intéressante. En effet, j’ai trouvé que le voyage à Ibiza était une formidable manière d’amener un personnage qui vit d’une manière très différente d’Hannah. En effet, il y a un choc des cultures et des classes sociales. Si Hannah n’a pas besoin de regarder ses comptes en banque, certains doivent le faire et l’auteure souligne cela à merveille.

L’intrigue n’est pas sombre. Au contraire, Amélie B trouve encore une fois une manière incroyable de traiter de sujets compliqués comme la confiance, la famille, l’amour. On se retrouve dans une lecture confortable qui nous tient en haleine. Véritable page turner, le doux parfum des marguerites saura séduire de nombreux lecteurs.

La plume d’Amélie B

Qu’est-ce qu’elle est belle, qu’est-ce que c’est fort, beau et puissant. Franchement, je ne peux qu’apprécier ce que j’ai lu. La seule petite frustration c’est la présence de la mamie d’Hannah que j’aurais voulu plus importante. En effet, Hannah en parle avec énormément d’amour et de douceur mais il m’a manqué la présence physique de la grand-mère que j’aurais apprécié plus importante.

Les – :

  • Le léger manque de la présence de la mamie de Hannah

Les + :

  • La plume d’Amélie B. ♥
  • Le personnage d’Hannah que j’ai adoré et qui m’a beaucoup surpris.
  • L’intrigue
  • La relation entre petite-fille et grand-mère

4

18

Hot experiences – Shana Keers

41a93h5xVeL.jpgRésumé : Si Tarah compare Douglas à un iceberg incandescent, ce n’est pas pour rien. D’humeur changeante, son homme est tantôt glacial, tantôt enflammé, mais toujours impétueux, et c’est comme ça qu’elle l’aime. Alors, le jour de son emménagement avec lui, elle est consciente que son existence ne sera pas de tout repos. Cependant, elle est sereine. Son passé est derrière elle et Sabrina, l’ex de Douglas, n’est plus qu’un lointain souvenir. Elle peut enfin accéder au bonheur. Seulement, la chambre conjugale qu’il lui a interdit pendant de nombreuses semaines, ne ressemble pas au sanctuaire auquel elle s’attendait. Son esprit se met à divaguer et elle doute. Tarah sait qu’elle ne réfléchit pas assez avant de parler, pourtant, une question franchit la barrière de sa bouche et, au vu de la réaction de Douglas, elle décide de ne pas en rester là. Elle veut comprendre ce qui cloche. Elle le doit. Et le seul moyen d’y parvenir est de lui proposer l’expérience intégrale. Elle a conscience de s’aventurer sur un terrain volcanique. Cependant, elle ignore que la réalité de cette « hot expérience » sera bien au-delà de tout ce qu’elle imaginait.

NOTE IMPORTANTE DE L’AUTEURE AVANT LECTURE : Hot Experiences est un tome intermédiaire à Night Experiences, son intrigue débute donc au milieu de celle de Night Experiences avec les mêmes protagonistes et dans les mêmes lieux. Pour une bonne compréhension de Hot Experiences, il est donc IMPÉRATIF de lire Night Experiences avant de vous lancer dans la lecture de celui-ci.

∼ Service Presse ∼

Je remercie Shana Keers pour sa confiance. En effet, depuis un peu plus d’un an, j’ai la chance d’être partenaire avec l’auteure. Ainsi, je découvre un genre qui me rebute un peu, un univers et une plume qui me plaisent beaucoup.

Le genre

Je ne peux absolument pas dire qu’ici je n’ai pas été prévenue. Si Night experiences m’avait énormément plu, j’ai trouvé que ce roman intermédiaire était une excellente idée. Je l’ai bien apprécié. Je savais très bien ce que j’allais lire grâce au titre assez évocateur, au résumé mais surtout grâce à l’avertissement de l’auteure. Bien entendu, ici, l’exploration du désir et des sens est aux premières loges. Du sexe, il y en a. On fait le tour des room qui étaient restées un peu à l’écart dans le roman Night experiences. J’avoue que le sujet ne me plaisait pas tant que cela mais, encore une fois, l’auteure a su me surprendre par la manière dont elle traite le sujet.

Je pense que Shana Keers est une plume à lire pour les frileux dans le genre New Adult. Franchement, je sais que jamais ce ne sera un genre que j’adorerai mais grâce à mes découvertes à travers les différents univers proposés par l’auteure, je suis moins rebutée.

La construction narrative

Là, j’ai été scotchée ! Franchement, ce que Shana nous propose ici, c’est un sacré travail ! Pour nous, petit lecteur, c’est juste un tome intermédiaire. Pour un auteur, c’est faire coïncider les scènes, les personnages, les actions, les émotions. Je n’ai relevé aucune incohérence ! Je salue le travail gigantesque de relecture… Bravo !

Trouver un équilibre

Ce que j’ai grandement apprécié dans ce roman c’est qu’il n’y a pas QUE le sexe. Bien entendu, c’est une part majeure de ce roman mais cependant, j’ai retrouvé les personnages que j’appréciais énormément : que ce soit des personnages principaux ou secondaires. J’ai principalement apprécié retrouver Tarah qui m’avait énormément plu ainsi que Douglas. Franchement, j’ai apprécié le côté mystérieux de Douglas, il cache quelque chose et Tarah va tout faire pour comprendre ce qui se passe. Bref, j’ai trouvé la construction des personnages très intéressante et très bien faite.

La plume de Shana Keers

Ce qui est bien avec Shana c’est de ressentir ce travail phénoménal d’écriture. Chaque mot est précis, choisi avec soin. C’est beau. Shana n’est pas une auteure à sortir des romans à la pelle mais je trouve que cela se ressent dans la qualité de la plume et de ses mots.

Les – :

  • Le genre NA. Après, j’ai apprécié découvrir ce roman qui me permet de voir le NA d’une autre manière. En attendant, cela reste à petite dose.

Les + :

  • La plume de Shana Keers qui reste parfaite pour faire ses premiers pas dans le genre. La poésie et la délicatesse de la plume me plait énormément.
  • La psychologie des personnages et le plaisir de les retrouver
  • La construction narrative.

4

10

The new life of Emma – Adeline Loron

41BW17+pvRL._SX195_.jpgRésumé : L’amour… Nécessite souvent une seconde chance ! Si seulement la sienne pouvait se trouver à San Diego au côté de Gabin ! Seulement elle arrive trop tard… Une autre louche sur la place qui aurait dû être la sienne, elle devra se battre bec et ongles pour la récupérer !

Mon avis : Je remercie Adeline Loron pour l’envoi du second tome de sa saga. On garde toujours Emma comme personnage central. On est dans une lecture agréable qui permet de passer un moment de lecture sympathique dans la lignée du premier tome.

Un personnage principal intéressant

J’avoue que j’ai bien aimé suivre Emma dans sa fuite. Elle quitte tout pour essayer de reconstruire sa vie. Elle veut une vie meilleure, un avenir certain et elle ne se voit pas sans Gabin. Rapidement, elle se trouve un travail, des amis que l’on va suivre dans ce deuxième volume. Emma est un personnage qui montre un certain courage, une envie folle de s’en sortir. Elle ne manque pas de caractère et ne se laisse pas faire.

On a des personnages secondaires assez sympathiques. J’avoue que certains m’ont plus, d’autres moins… C’est ce qui se passe dans une bande, on a nos préférés ! Ici, j’ai juste été un peu surprise par le fait que l’on insiste pas mal sur l’homosexualité d’un des personnages. Rien de dégradant, bien au contraire mais j’ai trouvé qu’on était un peu trop insistant là-dessus. (Ceci n’est qu’une affaire de goût, au moins, on est prévenu !)

Une intrigue sympathique malgré une fin attendue

J’avoue que lorsque Gabin arrive, l’intrigue prend de l’ampleur. On sent vraiment que le couple de personnages Emma/Gabin est un couple qui fonctionne. Il donne un élan de pep’s à l’histoire qui, grâce à l’arrivée du personnage masculin, ne s’essouffle pas. J’avoue que le format ne m’a pas dérangé ici dans le sens où la partie de l’intrigue qui nous intéresse est très bien traitée. L’auteure n’en fait ni trop peu ni trop. C’est équilibré entre les personnages et aussi dans les actions. Emma agit comme n’importe qui l’aurait fait je pense.

La manière dont l’auteure traite de la notion d’amour inconditionnel est très belle et très bien maîtrisée. On y croit vraiment. Gabin aime Emma et Emma aime Gabin, cela ne fait aucun doute. On voit qu’ils sont prêts à tout pour parvenir à être ensemble et, grâce à la plume de l’auteure, on s’en rend bien compte.

J’ai trouvé ce deuxième volet dans la lignée du premier. Pour moi, c’est un moment de lecture agréable qui donne envie de savoir la suite bien que la fin de ce deuxième tome ne m’a pas surprise. J’ai senti venir ce que l’auteur nous annonce. Cependant, cela ne gâche en rien la découverte de cette histoire.

La plume de l’auteure

J’ai trouvé qu’Adeline Loron a fait les bons choix dans la construction narrative de ce tome. En effet, l’effet d’annonce à la fin du deuxième tome nous donne envie de savoir la suite de l’histoire. J’ai trouvé que l’intrigue était bien maîtrisée, qu’elle était rondement menée. Je pense qu’un public jeune adorerait ce genre de lecture ! Voilà une petite saga « New Adult » qui pourrait plaire aux fans du genre et aux jeunes femmes. La plume est très sympathique, dynamique et ne manque pas d’humour.

Les – :

  • Une fin un peu attendue pour ma part

Les + :

  • Le couple Emma / Gabin
  • La notion d’amour traitée très joliment
  • La plume et la construction narrative en évolution
  • Un roman qui peut plaire aux jeunes et aux fans de NA

3

 

Retrouvez mon avis sur le premier roman par ici ! téléchargement

10

La liberté de nous aimer de Ninon Amey

CVT_La-liberte-de-nous-aimer_6241.jpgRésumé : Et si on vous proposait de correspondre avec un détenu ? Tenteriez-vous l’expérience ? Abigaïl, une jeune femme passionnée par les mots, décide de rentrer dans ce programme expérimental mis en place par la prison locale. Si cette expérience est pour elle l’opportunité de s’adonner à son amour de la prose, pour son correspondant, David, elle représente surtout une bouffée d’oxygène dans son quotidien morose. D’échanges timides en confidences intimes, un lien particulier va progressivement se tisser entre eux. L’une des règles du programme est pourtant claire : ils n’ont pas le droit de tomber amoureux. Entre échange de lettres et d’e-mails, plongez au cœur d’un roman épistolaire moderne, dans lequel l’amitié, l’amour et la famille occupent une place centrale.

Mon avis : Je remercie Ninon de m’avoir proposé son nouveau roman en service presse via la plateforme SimPlement.

Je vous avoue que maintenant, je suis Ninon dans ses aventures les yeux fermés. La couverture était très jolie, le résumé tentant et la demande de Ninon très gentille (comme d’habitude). Je ne pouvais qu’accepter.

Un roman épistolaire

Voici un genre que je n’avais pas lu depuis quelques années ! Ninon m’a permis de comprendre à quel point cela m’avait manqué. Pour ceux qui ne savent pas, un roman épistolaire est construit simplement avec des échanges de lettres (et ici d’email).

Voilà un genre qui a des qualités mais aussi un défaut : la suspension du temps. En effet, même si les lettres sont datées, les pages défilent et j’ai ressenti une rapidité dans les événements, dans les dévoilements et l’avancée de l’intrigue. En effet, on suit les personnages sur un peu plus d’un an. Il peut se passer énormément de choses mais quand un an est réduit à un échange épistolaire, cela donne une impression que tout va vite. On est coupé de tout ce qui se passe en dehors des lettres. Honnêtement, c’est le seul point « négatif » que j’ai à émettre sur ce roman. En effet, j’ai adoré ma découverte !

Les personnages

On fait la rencontre d’Abigaïl et de David. Voilà les deux personnages les plus importants de l’intrigue. Un échange épistolaire né entre eux : David est en prison et les lettres d’Abigaïl sont sa seule source de chaleur. A travers leurs lettres, ils apprennent à se connaitre, à devenir proches, à se livrer sur leurs espoirs, leurs craintes… On fait le tour de leurs vies.

Entre dans la danse des lettres Fred, Rose, Laurène. Ils sont des amis ou des membres de la famille des deux personnages. J’ai trouvé que l’auteure avait eu une excellente idée d’intégrer des personnages secondaires à cet échange principal. Ainsi, des petites intrigues viennent aussi alimenter le roman et nous permet de ne pas nous engluer dans la correspondance entre David et Abigaïl. J’ai pris plaisir à découvrir Rose que j’ai énormément apprécié. Le personnage de Fred est aussi sympathique. Laurène m’a semblé un peu trop directe mais cela est dans son caractère. On a pu aussi suivre les vacances d’Abigaïl grâce à des cartes postales. Bref, on ne s’ennuie pas.

L’intrigue

J’ai trouvé l’idée excellente. Un roman épistolaire moderne qui tient debout est denrée rare ! Honnêtement, Ninon nous embarque très facilement dans un nouvel univers plein de doutes et d’incertitudes mais aussi d’amour, de douceur, d’amitié. On a un savant équilibre entre les choses négatives et les choses positives de la vie. Encore une fois, Ninon signe un roman bourré de sensibilité.

La plume de Ninon Amey

Encore une fois, elle nous permet de passer un excellent moment de lecture. Les pages ont défilés très rapidement et je n’ai pas vu le temps passer. Ce que j’apprécie toujours c’est le fait que les faits peuvent facilement coller à la réalité. On se retrouve avec des situations réelles, des personnages qui ne sont pas parfaits mais qui savent demander pardon, se remettre en question. C’est très sympathique à découvrir.

Les – :

  • Ce sentiment de rapidité lié au genre épistolaire.

Les + :

  • Le panel de personnages
  • L’intrigue et les péripéties
  • Le genre épistolaire que j’apprécié globalement
  • La plume de Ninon Amey et sa manière intelligente de gérer ce genre assez délicat

4

10

Lucy in my sky de Callie J. Deroy

51llmAP5YbL._SX309_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Décidée à se poser, la très rock’n’roll Lucy Petrelli accepte un poste dont personne ne veut. Elle est désormais la secrétaire de l’infâme, de l’exécrable patron de CareTek : Cameron Blake. Lui qui était adulé à l’époque du lycée est devenu un paria et, depuis l’accident, tout Mount Pleasant lui voue une haine tenace. Seulement voilà, Lucy n’aime pas faire comme tout le monde. Alors quand elle devine que son nouveau boss cache quelque chose, elle ne résiste pas à l’envie d’aller mettre son nez là où il ne faudrait pas. Qui est donc ce Mystérieux bienfaiteur dont parlent sans cesse les journaux ? Et pourquoi, derrière l’épaisse muraille dont il s’est lui-même entouré, le détesté M.Blake ne semble pas être aussi méprisable que tout le monde le dit ? Lucy est têtue, mais Cameron ne l’est pas moins. Surtout quand une petite tornade en jupe écossaise commence à faire fondre la glace qui le protège. 

Mon avis : Je remercie les éditions Sharon Kena pour l’envoi de ce roman qui m’a énormément plu. Je ne connaissais ni l’auteure ni le titre et franchement, j’ai fait une très belle, drôle et agréable découverte !

Les personnages

Je trouve que les personnages sont un des points essentiels du roman. En effet, Lucy est un personnage principal pétillant que l’on prend plaisir à suivre. On se retrouve à suivre les aventures d’une jeune femme rock’n’roll qui prend le poste d’assistante de direction dans l’entreprise de Cameron Blake, l’homme le plus détesté de Mount Pleasant.

Lucy reste fidèle à elle-même : soit on l’accepte comme elle est, soit on sort de sa vie. Elle est comme cela et se moque des quand dira-t-on. J’ai apprécié ce grand cœur maladroit parfois. Lucy est d’une générosité sans pareille. Elle est fraîche, drôle, pétillante. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense, à protéger ceux qu’elle aime et ceux en qui elle voit ce que les autres ne voient pas.

De l’autre côté, on a un personnage masculin qui partage cette intrigue avec Lucy. Cameron Blake, cet homme que tout le monde déteste. Au départ, on ne comprend pas bien pourquoi on déteste cet homme puis, petit à petit, l’auteure dévoile ce qu’il en est. J’ai apprécié ce personnage qui estime qu’il mérite ce qui lui arrive. Il comprend qu’on le déteste et il ne blâme personne pour cela. J’ai trouvé ce personnage meurtri et très touchant. Sexy, intelligent mais tellement râleur et bougon ! Avec cette histoire qui a détruit sa vie, Cameron préfère rester seul : c’est ce qu’il mérite.

Ce couple de personnages est assez intrigant et drôle. Lucy est le contraire de Cameron mais avec sa ténacité, elle parvient à percer cette carapace.

On a aussi d’autres personnages secondaires que j’ai beaucoup appréciés : Joshua, Lise mais aussi les parents de Lucy : Mike & Carol.

L’intrigue

Quand j’ai commencé ma lecture, j’ai eu peur de la facilité de l’intrigue. En effet, dur, durtéléchargement de ne pas être dans la facilité. Cependant, j’ai trouvé que Callie J Deroy s’en sortait magnifiquement bien. Les intrigues sont cherchées, fouillées et font que l’on ne s’ennuie pas. On suit l’histoire de Lucy et de Cameron bien sur mais on évolue aussi dans d’autres intrigues propres aux personnages. Ainsi, on suit Lucy dans son quotidien, on suit aussi les histoires de Cameron et on apprend son passé. (Bon, j’avoue que je ne comprends pas cet acharnement sur lui… Je m’attendais à autre chose et j’ai trouvé la méchanceté des gens gratuite).

La plume de Callie J Deroy

C’est excellent. Sur ma liseuse, j’ai lu « 1062 pages ». Je me suis dit « oh purée, c’est énorme ». Puis, finalement, j’ai lu ce roman d’une traite. Du matin au soir, je n’ai lâché que rarement ma lecture (faut bien se laver et se nourrir hein). J’ai ri, j’ai vécu cette histoire avec Lucy. J’ai pris une belle claque pendant la soirée du nouvel an (j’ai même versé une petite larme tellement j’étais dans mon roman). Bref, les émotions étaient là, j’avais hâte de savoir comment cela se terminait. Vous comprendrez que je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans cette histoire très fraîche, divertissante et très agréable à lire !

Les – :

  • Une petite déception quant au passé de Cameron.

Les + :

  • Le panel de personnages que j’ai adoré !
  • La plume de l’auteure : je relirai, c’est certain !
  • L’intrigue et la manière dont l’auteure aborde ses péripéties ainsi que son histoire en général.

4

16

Un jour de ta vie – Véronique Rivat

ob_15552d_couverture3.jpgRésumé : Florent, gendarme mobile dans le nord de la France rencontre Alexandra dans un bar le 14 juin 1994. Immédiatement, il tombe amoureux fou de la jolie blonde à demi irlandaise. Ils vont s’aimer passionnément. Le 6 octobre 1995, au retour d’une mission en Corse, Florent prend sa voiture et quitte précipitamment la caserne sans autorisation après avoir été accusé de vol par son commandant d’escadron. Huit jours plus tard, on le retrouve en Belgique, une balle dans la tête. Bien que l’enquête judiciaire retienne la thèse du suicide, Alexandra n’y croit pas. Elle va entamer des recherches et diligenter sa propre enquête avec l’aide de la mère de Florent et d’une amie avocate. 

Mon avis : Je remercie le Prix Des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman qui signe ma quatrième participation dans la catégorie « littérature noire ». J’étais, en effet, très curieuse de lire ce roman. N’ayant pas voulu lire les chroniques de mes camarades qui font partie du jury, j’ai tout fait pour éviter de rencontrer des avis.

Un roman très poignant

Il faut le dire, ce roman est criant de vérité. On est rapidement plongé dans cet accident de vie, dans cette histoire bouleversante qui prive Alexandra de Florent pour toujours. On suit une enquête pour mettre fin à cette histoire de suicide à laquelle Alexandra ne croit pas. Coute que coute, elle finira par savoir comment Florent a vécu ses derniers instants.

Littérature noire ?

C’est le plus gros problème pour moi dans cette histoire. Si le roman a su me plaire sur certains points, j’en ressors dubitative dans le sens où je ne comprends pas pourquoi ce roman est placé en littérature noire. En effet, rien de bien noir là-dedans ! J’ai été déçue par le fait que l’intrigue ne reflète pas forcément ce que l’on trouve dans le résumé. On se retrouve avec une quête identitaire, une sorte de chemin de croix à faire pour retrouver la paix, faire son deuil.

Si le résumé souligne une sorte d’enquête, on retrouve cela que très loin dans le roman. 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nJ’ai passé la première moitié du roman à me demander quand allait arriver l’intrigue criminelle.

Un côté paranormal

Ici, on est dans un entre deux. En effet, avant d’être une histoire d’enquête, on est dans une histoire d’amour. Une histoire d’amour qui va au-delà de la réalité puisque l’on suit Alexandra qui est accompagnée de l’âme de Florent. J’ai apprécié l’histoire d’amour (grande romantique que je suis) ! Cette notion « d’amour plus fort que la mort ». C’est très sympathique à découvrir. Je pense qu’il aurait été plus juste de mettre ce roman dans la catégorie « romance ». Cela ne me dérange pas dans le fond puisque j’apprécie le genre « romance ». Cependant, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à mes camarades qui ne sont pas fan de romance. Comment juger un roman dans ce cas ? Difficile.

La plume de l’auteure

On sent très bien que l’auteure doit parler de ce sujet. La plume est ultra réaliste. On sent bien que l’auteure s’implique dans son histoire, dans ses mots et c’est certainement ce qui m’a poussé à lire ce roman jusqu’à la fin. L’auteure m’a touchée. Si la romance m’a plue, il y avait peut-être un peu trop de guimauve par moment (je pense surtout aux surnoms que l’on voit un peu partout, dommage !). Cependant, je salue, avec force, la plume de Véronique Rivat qui est très belle. Elle parvient à véhiculer des idées fortes : loyauté, amour, deuil, courage.

Les – :

  • La catégorie dans laquelle le roman est positionné. A mon avis, il aurait dû se retrouver en romance.
  • L’usage un peu excessif des surnoms.
  • Le résumé qui ne fait pas forcément écho à l’intrigue. On y met l’accent sur la volonté de savoir qui a tué Florent, dommage !

Les + :

  • Une histoire ultra réaliste
  • Une jolie romance avec une touche de paranormal
  • Une plume au service de la vérité, du réalisme. Bravo !
  • Le fait de mettre un gendarme en action, cela fait plaisir !

3