10

Stand by you and more – Tome 4: Lou de Flo T.B.

413AkQhfZfL.jpgRésumé : Mon innocence perdue aux mains de cet homme m’a changé à jamais. Plongeant mon être dans la noirceur et la froideur, vibrantes de colères, de rancœurs et de cauchemars. M’empêchant de retrouver la petite fille pleine de vie que j’étais autre fois. Je n’ai plus la force de me battre. J’ai perdu l’espoir d’être à nouveau moi. Mon âme souffre et s’essouffle dans l’obscurité depuis si longtemps… Mais à présent, il y a Ashton. Grâce à lui, main dans la main, je ferai face à mes peurs, je combattrai mes démons et je m’accrocherai pour ne plus sombrer. Ashton éclairera mes ténèbres et guidera mon âme jusqu’à l’aube d’une paix nouvelle.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie du fond du cœur Flo TB pour cette quatrième collaboration. En effet, j’ai passé un excellent moment de lecture avec la saga Stand by qui met en scène Maxine et Aloys. Deux êtres qui s’aiment et qui apprennent à se connaitre. C’est sans doute une de mes lectures du genre New Adult que j’aime le plus.

Flo T.B. nous propose de nous replonger le temps de quelques pages dans l’univers de sa trilogie en prenant le point de vue de Lou, le petit pou et sœur d’Aloys qui prend de la place dans la trilogie.

Comme je le disais à l’auteure hier après ma lecture, je suis dans un état où je ne sais pas quoi faire : frapper de toute ma force dans les murs tant l’histoire m’a fait chavirer ou la prendre dans mes bras pour la remercier d’avoir écrit ce quatrième tome. Je suis encore sur les fesses mais je ne peux que vous pousser à lire ce roman.

~ Retour à CreekHill ~

Le retour s’est fait tout en douceur pour moi, c’est comme si j’étais une amie de la famille et que je revenais après avoir vu du pays. On revient facilement dans l’univers. On retrouve tous les personnages qui ont participé à la trilogie : Maxine, Aloys, Soyla, Eddy mais aussi Luc et bien entendu Lou et ses parents.

Il y a aussi de nouvelles têtes : Maxwell – Well-, Ashton et Alessia par exemple. Le mélange des personnages se fait bien. Ces trois nouveaux personnages sont des personnages qui font partie de la sphère de Lou : Well est son meilleur ami, Alessia sa meilleure ennemie et Ashton est le boulet de canon qui vient bouleverser la vie bien triste de Lou.

J’ai pris plaisir à redécouvrir ce monde où chevaux et rodéo bercent l’intrigue. C’est toujours original pour moi parce que je ne suis pas forcément adepte de ce monde dans mes romances. Flo T.B. nous propose une plongée dans le monde des cowboys et ça fait du bien d’y retourner.

~ Lou, le petit pou ~

Cela ne fait aucun doute, Lou est le personnage principal de ce quatrième tome. Enfance brisée par des abus sexuels, elle se retrouve dans une vie où elle ne supporte plus rien. Son existence a été réduite à néant par un viol et malheureusement, elle ne sait pas remonter la pente.

Méchante, blessante et peu reconnaissante, Lou est devenue l’ombre d’elle-même. Petite fille attachante dans les deux premiers tomes, elle est complètement différente dans les tomes 3 et 4.

« — T’es aussi chiant que les parents ! C’est leur faute, j’ai juste riposté à leurs brimades, mais je vais bien !
— Tu as le droit de te défendre, Lou, mais là, tu es violente et je sais d’où provient ta colère… j’ai la même en moi.
Ces derniers mots me font hurler de rire à tel point, que je me tiens les côtes.
— Toi, t’as la même ? Ma parole ! T’es vraiment un abruti.
— Tu vois, tu t’énerves !
— Parce que t’es trop con, voilà pourquoi je m’énerve ! Ne confond pas ton pauvre petit cœur brisé avec ce que j’ai vécu, ce n’est pas comparable ! Putain !
Il s’apprête à ouvrir la bouche, mais je lève la main pour l’intimer de se taire. Ce qu’il fait en pinçant avec force ses lèvres.
— T’es en colère parce qu’elle s’est foutue de ta gueule ! Mais ne compare plus jamais ma colère à la tienne, jamais ! Tu pourras toujours retrouver ce que tu as perdu, pas moi. »

Phrases percutantes et violentes, c’est ce qui vous attend. L’auteure parvient, à merveille, à nous décrire cette colère sombre qui hante les jours et les nuits de Lou. On se retrouve dans un tourbillon de disputes, d’acharnement, de doutes et de crainte.

Lou est un personnage très touchant même si cinglant. Elle est vraiment dans une situation que je ne souhaiterai même pas à ma pire ennemie.

La personne qui va tout changer dans sa vie c’est Ashton, ce grand gars au sourire lumineux. Il est tellement positif qu’il va faire chavirer le cœur de Lou. Sa présence va l’illuminer et la guider vers la paix qu’elle doit faire avec elle-même.

~ Intrigue, plume et construction narrative ~

J’ai beaucoup apprécié faire ce voyage pour découvrir ce que Lou a dans le cœur. Si sa vie n’est pas facile, elle ne lâche rien et essaye de s’en sortir avec Ashton à ses côtés. Tous les deux sont des grands blessés de la vie et ensemble beaucoup plus forts.

L’auteure a construit son roman sur des périodes ainsi, on vogue entre les 13 ans de Lou et ses 26 ans. J’avoue que j’ai été un peu perturbée par cet énorme bon de 13 ans mais les chapitres concernant les 26 ans de Lou restent sporadiques. On s’intéresse bien plus à la période de ses 13 ans.

Ce roman est à l’image des trois premiers tomes : une petite merveille dans l’intrigue et dans les idées. Cependant, il y a des fautes d’orthographe et de syntaxe ce qui ne lui permet pas d’arriver au coup de cœur total. Honnêtement, pour ce genre de roman, ce voyage au cœur des émotions, je ferme les yeux sur les fautes. Enfin, j’en tiens compte mais je sacrifie mon principe de « j’arrête s’il y a trop de fautes » et j’y vais. Elles ne sont pas nombreuses mais là quand même. Bref.

J’aurais aussi aimé que Well ait plus sa place dans les deux parties de la vie de Lou. Elle dit que Well est au même rang qu’Eddy pour Aloys mais finalement, il n’est pas là souvent. L’épilogue ne donne pas forcément de place aux personnages comme lui. Dommage.

La plume de Flo T.B est une petite merveille. Je trouve que ce quatrième tome est nécessaire. La fin m’a fait buguer devant mon ordinateur. Quoi ? Quoi ? REMBOBINEZ ! C’est quoi ça ??? Après avoir laissé mes émotions parler, j’ai compris. Même si le choix de l’auteure n’est pas forcément celui que j’aurais fait, c’est son droit et cela fait de ce quatrième tome, le tome qui m’a le plus remuée. C’est excellent. Bravo à Flo T.B. qui signe là une saga digne des plus grands auteurs de New Adult.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Véritable page turner à l’image des trois premiers tomes.
  • Une expédition au cœur de la vie de Lou
  • Une plume qui nous fait chavirer le cœur

4

Publicités
12

Esprits infinis – Tome 1 : perception d’Adeline Dias

esprits-infinis-tome-1-perception-789014-264-432.jpgRésumé : Et si certains d’entre nous étaient dotés de capacités psychiques hors normes ? Votre facteur pourrait lire dans votre esprit, votre collègue de travail ressentir vos émotions… Mais vous ne pourriez pas le savoir, les Psis gardent bien leur secret. Lorsque Lou rencontre Antoine, elle sent en lui une dangerosité, un mystère qui l’attirent et l’effraient tout à la fois. Elle ne le sait pas encore, mais il va l’entrainer dans son monde. Celui des Psis.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie chaleureusement Adeline pour l’envoi de ce roman en version papier. C’était vraiment un chouette moment de découverte. J’ai pu lire quelques romans d’Adeline mais je n’avais jamais fait l’expérience d’un roman fantastique avec cette plume. Si ma lecture n’est pas un coup de cœur, elle reste très agréable !

~ Le monde des Psis ? Késako ? ~

Dès ma lecture du résumé, je me suis demandée ce que pouvait bien être « les Psis ». Jamais, je n’avais vu ce terme dans mes romans (comme quoi, des fois, on se couche moins bête). Donc, pour commencer, je vais tenter de vous expliquer à coup de définition wikipédia ce que c’est ! Ce sont en fait les personnages dotés de pouvoirs psychiques. Ainsi, les grandes figures de la fantasy sont souvent associées à cette caractéristique : les grands mages, les sorciers, les vampires par exemple. Cela peut aussi être lié à la télépathie. Enfin, si j’ai bien compris. Sachez donc que lorsqu’il y a des influences mentales, des contrôles psychiques ou encore des événements inexplicables (la cuillère qui se tort par la force de l’esprit), on est dans la figure des Psis.

~ A la rencontre des personnages ~

On fait la rencontre de Lou, une jeune femme que j’ai appréciée pour son courage et sa gentillesse. C’est un personnage qui a une vie relativement tranquille, elle baigne dans son quotidien et sa routine. Jusqu’au moment où, elle rencontre Antoine. Si j’ai apprécié le personnage dans sa globalité, je l’ai trouvé très naïve ! En effet, elle est entourée de personnages qui sont considérés comme étant des Psis et elle ne se rend compte de rien. Il faut vraiment qu’Antoine rentre dans sa vie pour qu’elle comprenne ce qui se passe… J’ai trouvé ça un peu trop gros. C’est comme si, d’un coup, elle se réveillait.

Antoine est un personnage qui m’a beaucoup plu aussi. J’ai trouvé qu’il évoluait très bien. On a un homme qui pue le mystère, on ne sait pas trop ni pourquoi ni comment mais, comme Lou, on se sent attiré par ce personnage. Il est fort et intelligent.

C’est bien la première fois que cela m’arrive : si j’ai apprécié les personnages lorsqu’ils évoluent dans l’histoire de manière séparée, j’ai eu un peu de mal avec l’histoire d’amour naissante entre les deux personnages. En effet, même si on se doute que cela va se terminer de cette manière, pour moi, on passe trop vite de la détestation à l’amour. C’est vrai, ils vivent ensemble un événement traumatisant et qui peut rapprocher les gens. Néanmoins, ce sentiment de rapidité n’a pas su être étouffé par la beauté de la romance. J’ai préféré les personnages de Lou et d’Antoine mais je les ai moins appréciés lorsqu’ils évoluaient en couple.

Il y a énormément de personnages dans ce premier tome. On sent vraiment qu’une communauté se dessine sous nos yeux. Des personnages m’ont convaincus, d’autres un peu moins. Ici, ce n’est qu’une affaire de goûts. Il y a beaucoup de réaction sur le moment, on est dans l’impulsivité pure à plusieurs moments et parfois, on se retrouve avec des réactions un peu exagérées chez certains personnages. C’est ce qui explique que je n’ai pas forcément adhéré à tous les personnages proposés par Adeline Dias.

~ Un monde fantastique ~

Ainsi, on fait la découverte du monde des Psis. Le but de ce monde? Se fondre dans la masse, ne pas se faire remarquer et vivre au milieu des humains mais vivre comme ils l’entendent. L’auteure fait fort : elle mélange toutes sortes de dons pour faire de son roman un roman où il y a une multitude de personnages tous très différents : on parle de télépathie mais aussi d’empathie par exemple. Il y a beaucoup de pouvoirs hors normes très différents et cela est assez intéressant. Puisque je ne connaissais pas le monde des Psis, j’ai vraiment apprécié le contexte de la découverte de ce monde. Cette multitude de dons permet de voir beaucoup de possibilités et le lecteur ne s’ennuie pas avec une redondance des dons.

~ L’intrigue ~

Adeline Dias prend le pari de ne pas nous faire de longues descriptions des lieux ni des situations. On se retrouve donc avec une intrigue qui nous fait rentrer très rapidement dans le vif du sujet ! Pas de fioriture, on est tout de suite mis dans le bain. Ainsi, les actions s’enchaînent comme les révélations. On n’a pas le temps de se reposer que l’on est déjà sur un autre front. J’ai personnellement adoré ce choix, je trouve que cela donne du rythme à l’histoire et à la découverte de ce monde.

~ La plume ~

J’avoue que l’histoire de cette romance fantastique m’a moins plu que les romances contemporaines que j’ai pu déjà lire de l’auteure. Cependant, ce premier tome est une belle surprise. On se retrouve avec une belle histoire qui ouvre beaucoup de voies à l’imagination de l’auteure mais aussi du lecteur qui est propulsé dans un univers original.

La plume m’a, encore une fois, séduite. On a un vocabulaire juste qui parvient à véhiculer beaucoup d’émotions. On est bien dans cette histoire, le rythme de lecture est très sympathique et on ne s’ennuie pas. Bravo à Adeline Dias pour ce premier tome.

3 raisons de lire ce roman :

  • La découverte d’un univers très intéressant
  • La découverte des Psis qui est très sympathique
  • La plume d’Adeline Dias que j’aime toujours autant

3

18

Quand l’amour s’en mail de Tamara Balliana

41w8k9-Jq7L._SX195_Résumé : Quand sa meilleure amie lui demande d’être son témoin de mariage, Solène est aux anges et décide de lui organiser un enterrement de vie de jeune fille dont elle se souviendra ! Pour cela, elle écrit à Léonie, surnommée « Léo », la sœur de la future mariée… Mais à cause d’une erreur de destinataire, c’est Léo, architecte parisien et homonyme de Léonie, qui lui répond ! Débute alors une correspondance qui devient de plus en plus personnelle à mesure que les jeunes gens se découvrent l’un l’autre. Mais quand Léo propose à Solène de se rencontrer enfin, elle refuse catégoriquement. Bien décidé à connaître le visage de sa mystérieuse amie virtuelle, Léo s’obstine… Solène lui cacherait-elle quelque chose ? La complicité qu’ils ont développée derrière leurs écrans résistera-t-elle à l’épreuve du réel ?

~ Lecture détente ~

Mon avis : Je vous l’avoue, si j’ai craqué pour ce roman, c’est bien pour la couverture et le jeu de mot qui m’a donné envie d’en savoir plus sur ce roman. C’est donc la première fois que je rencontre la plume de Tamara Balliana.

~ Un roman qui se lit très bien ~

Dis donc ! Je ne pensais pas que j’aurais ce genre de roman dans les mains. En effet, j’étais un peu frileuse. Quand je l’ai reçu, je l’ai rangé. D’habitude, je lis directement ce que je reçois (quand j’ai le temps de sortir une lecture détente). Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu peur de lire ce roman que j’ai vu partout sur le net pendant quelques semaines.

Quelle belle surprise ! J’ai vraiment adoré ma lecture et ma découverte de l’univers proposé par Tamara Balliana.

~ Des personnages incroyables ~

S’il y a bien quelque chose que j’ai apprécié dans le roman, ce sont les personnages et particulièrement Léo et Solène. Solène est une jeune fille incroyable : courageuse, intelligente et pleine de bonnes intentions. C’est un personnage que j’ai apprécié pour les qualités qu’elle a et sa volonté à déplacer des montagnes.

Léo est un homme que j’ai trouvé très touchant. Bourreau de travail, il veut, lui aussi, toujours faire plaisir aux gens qu’il aime. Il est prêt à tout pour que ses parents soient fiers de lui. Il a des amis, une vie stable mais son passé lui saute à la figure quand Solène arrive dans sa vie. Son côté surprotecteur est vraiment très touchant mais je peux comprendre que ça soit énervant de vivre avec une personne qui veut toujours tout diriger et contrôler. A force de vouloir faire les choses de cette manière, on finit par tout contrôler et c’est fatiguant.

Les personnages secondaires sont tous très sympathiques mais j’avoue que je suis plutôt attirée par les personnages principaux dans cette histoire.

~ Mariage et petits tracas ~

L’intrigue parle de mariage. Si vous me suivez, vous savez forcément que je suis en pleine préparation du mien. Beaucoup de choses à faire, un investissement de tous les jours pendant plus d’un an. Je trouve que le roman décrit très bien le stress que peut subir les fiancés et même les témoins. Solène est une personne qui sait gérer sur tous les fronts : Solène est le témoin de sa meilleure amie, sa sœur de toujours et franchement, elle va encore une fois montrer qu’elle est capable de soulever des montages. Elle va gérer les disputes entre demoiselles d’honneur, entre mère et fille, entre organisation et vie personnelle, Solène a du pain sur la planche !

~ Quand le virtuel ne suffit plus ~

Rapidement, un échange entre Solène et Léo se met en place. En effet, suite à une erreur de destinataire, Solène envoie un mail à Léo. Une conversation se met en place puis une réelle amitié entre les deux protagonistes.

On sent toute la frustration des deux personnages à ne pas pouvoir faire plus tant la distance géographique mélangée à la peur semble insurmontable.

On se met à espérer d’en vouloir un peu plus entre ces deux personnages qui semblent être faits l’un pour l’autre. On sent bien les barrières qu’ils se mettent, les barrières qui barrent leur route, leur destin. C’est très intéressant.

~ Un roman qui fait du bien ~

J’ai apprécié les thématiques du roman. Cela va bien au-delà d’une romance. On a des notions comme l’acceptation, la différence mais aussi l’amour, l’amitié et la tolérance. On passe aussi par la peur, la solitude et l’envie d’avancer. Bref, on a un roman hyper équilibré qui fonctionne bien.

L’auteure va crescendo dans la complexité de l’intrigue. Elle ajoute des pièces petit à petit pour mener le lecteur à des rebondissements qui permettent d’avoir l’envie de connaitre la suite très rapidement. Ainsi, le roman n’a fait que quelques heures entre mes mains. Il est réellement bon et, à l’image de Solène, remplit de bienveillance.

« Dans ma tête, la vie, c’est comme une multitude de routes. Tu as l’autoroute, celle qui va exactement là où tu voulais aller. Parfois, tu es obligé de la quitter pour emprunter un itinéraire secondaire, ou tu choisis même de le faire volontairement. Et tu peux avoir de belles surprises. Même si le chemin est un peu plus long, tu peux rejoindre ta destination initiale, tu prends plaisir à faire ce détour. Tu peux même te retrouver à un endroit où tu n’avais pas prévu d’aller, mais peu importe si au final l’endroit est beau, tu ne crois pas ? »

~ La plume de Tamara Balliana ~

Assurément, ce roman est une très belle trouvaille. Ça fait beaucoup de bien ! Je vous assure, c’est un roman à lire. Il n’est pas un coup de cœur mais une très jolie lecture, cela ne fait aucun doute ! On rit, on pleure, on a peur, on est surpris, on sourit et on reprend espoir. Bref, ce roman est tout ce que j’attendais.

On a une plume bourrée d’émotions qu’elle véhicule à merveille. J’ai adoré découvrir cette auteure. Je lirai ses autres romans, c’est certain !

3 bonnes raisons de lire ce roman

  • Une jolie romance pleine de bons sentiments
  • Solène et Léo, un duo de personnages super intéressant
  • Une plume qui véhicule énormément d’émotions

4

10

Peu importe de Julie Marini

41I8vdMEJEL.jpgRésumé : Sébastien a toujours vécu dans l’ombre de sa sœur. Marion est prioritaire, il ne peut rien lui refuser, après tout c’est elle qui est malade. Alors quand elle lui demande de rencontrer ce garçon dont elle est tombée amoureuse pour qu’il se rapproche de lui, Sébastien hésite. Il éprouve des difficultés à créer des liens avec les autres. Et ce n’est pas ce mec si souriant qui va changer les choses. Pourtant, Yannick, grâce à sa bonne humeur et sa persistance parvient petit à petit à percer la carapace du jeune homme et pour la première fois de sa vie, Sébastien pense à lui en premier.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Julie Marini qui m’a gentiment contactée via SimPlement pour me proposer la lecture de son roman. Une romance M/M qui me tentait bien avec cette couverture assez mystérieuse.

~ Les personnages ~

Lecture belle et pleine d’émotions, on déboule dans la vie de Sébastien. Séb est un jeune homme qui a toujours vécu dans l’ombre de la maladie de sa sœur Marion. En effet, atteinte d’une grande maladie, elle a besoin de beaucoup d’attention. Sébastien accepte, par amour pour sa sœur, de devoir se débrouiller par lui-même et de ne pas forcément devoir compter sur ses parents bien trop occuper à surveiller leur fille.

Forcément, Sébastien devient un garçon calme, qui a tendance à s’effacer, même au lycée. Il a son ami Loïc et ça lui convient bien. Il a du mal à s’ouvrir aux autres et n’a pas forcément l’envie d’aller vers les autres. Si la famille a une grande place dans la vie de Sébastien, il y a aussi Loïc, son meilleur ami depuis toujours. Leur relation est très sympathique à lire, elle permet d’aérer un peu le texte et de rendre l’histoire un peu plus légère, plus banale.

Loïc est un jeune homme aux antipodes de Sébastien, il drague tout ce qui bouge et n’a pas peur d’amuser la galerie. Marion, la sœur de Sébastien est un personnage que j’ai aussi apprécié pour sa volonté à montrer qu’elle est une jeune femme avant d’être une jeune malade. La relation qu’elle entretient avec son frère est très belle, ils sont très proches et forcément Sébastien est très protecteur envers elle.

~ L’amour plus fort que tout ~

Je crois qu’il n’y a pas de sentiment plus fort que l’amour sur cette terre. Le roman de Julie Marini exprime bien cette idée pour moi.

« Banalité », j’aurais bien aimé que le problème de Sébastien fasse partie de la banalité. En fait, j’aurais apprécié que l’angoisse de Sébastien n’en soit pas une. L’homosexualité est toujours difficile à affronter. C’est vraiment quelque chose qui me révulse. Aujourd’hui, encore, des enfants sont mis dehors du foyer parce qu’ils sont homosexuels. Aujourd’hui, encore, certains se font tabasser dans la rue parce qu’ils n’ont pas la liberté d’aimer la personne qu’ils souhaitent. Mais MERDE ! J’aimerai qu’un jour, un hétéro se fasse tabasser parce qu’il aime une fille. On verrait un peu comment la société réagirait. Je trouve ça tellement révoltant. Enfin, bref.

Finalement, l’amour va vaincre les doutes, les craintes et les appréhensions de Sébastien. Une fois que Yannick va arriver et chambouler sa vie, il va voir sa vie changer. C’est une chose que j’ai appréciée lire. C’était très beau, très frais et ça fait du bien au cœur !

« Il voulait le protéger de tout, de l’esprit étroit de ses parents, de la crainte de perdre sa sœur, des embûches que la vie mettrait sur son chemin. Si seulement, il en avait les moyens, il accomplirait l’impossible pour lui, rien que pour le voir sourire. »

~ Une intrigue intéressante ~

J’ai apprécié la manière dont l’auteure a choisi de construire son roman. On est sur deux temps : une sur le passé : les débuts de la relation entre Yannick et Sébastien (les années lycées) et une autre sur le moment présent (des années plus tard).

On aborde beaucoup de thématiques : la trahison des parents, le regard des autres sur l’homosexualité, la jalousie mais aussi l’amitié, l’amour, le pardon,  la parentalité et la difficulté à accepter la différence. J’ai trouvé tout cela intéressant.

La romance est présente, forcément, mais elle n’est pas de trop. En effet, c’est quelque chose que j’apprécie. La romance entre les deux jeunes hommes est noyée dans un flot d’autres thématiques. C’est super ! Franchement, pour ceux et celles qui sont encore frileux.ses par rapport aux romances F/F ou M/M, je ne peux que vous conseiller ce roman. Rien de maladroit n’est présent, rien n’est de trop. Effectivement, il y a des scènes érotiques mais cela reste tranquille. On n’est pas dans la surenchère de sexe et ces scènes se fondent aussi bien dans l’intrigue. L’auteure a vraiment gérer ce point-là.

La seule chose que j’ai trouvée dommage, c’est le manque de musique dans ce roman. En effet, Sébastien écoute beaucoup de musique mais il arrive à percer dans ce milieu et finalement, on n’a pas beaucoup de choses à dire sur cela. C’est dommage. Il semble que l’inspiration fasse défaut à Sébastien à un moment, une panne musicale mais finalement, c’est dommage de ne pas en savoir plus.

~ La plume de l’auteure ~

J’ai encore fait une sympathique découverte avec ce roman. Je ne connaissais pas la plume de Julie Marini et je vous avoue que j’ai passé un moment agréable en compagnie de Sébastien, Marion, Loïc, Yannick et tout le reste de la bande.

Les chapitres sont courts, ça donne beaucoup de rythme à l’intrigue. On veut savoir comment va se terminer cette histoire.

L’histoire nous touche, forcément. Un premier amour, c’est toujours beau. On est pris dans un tourbillon d’émotions qui sont très belles. On oscille entre la peur, la joie, l’espoir de jours meilleurs, la tristesse. On parvient à vivre tout cela avec les personnages grâce à cette plume qui retranscrit très bien toutes les émotions que peuvent vivre les lycéens.

~ Le mot de la fin ~

C’est tout en douceur que Julie Marini nous propose de découvrir une romance très sympathique. C’est une lecture qui est rapide (177 pages sur ma liseuse) et franchement, on ne voit pas le temps passer tant on se plait à découvrir tout ce qui tourne autour de Sébastien.

On fait la rencontre d’un duo qui se complète bien, qui est très beau et que l’on apprécie voir évoluer à travers les pages du roman.

Je conseille vivement à tous les fans de romance

3 raisons de lire ce roman :

  • Un regard plein d’émotion sur l’homosexualité et les difficultés rencontrées à ce sujet
  • Un panel de personnages que j’ai apprécié découvrir
  • Une plume très sympathique

4

16

Casanova de Matteo Strukul

41eapQnb8dL._SX195_.jpgRésumé : Saurez-vous résister au plus grand séducteur et à la plus belle ville du monde ?1755, Venise. Après avoir parcouru l’Europe pendant dix ans, Giacomo Casanova revient enfin dans sa ville natale, si chère à son cœur. Acclamé par les habitants, l’enfant rebelle de la Sérénissime enchaîne les coups d’éclat et ne perd pas la moindre occasion de se faire remarquer. Notamment par la comtesse Margarethe von Steinberg qui lui lance un défi : séduire la jeune Francesca Erizzo avant qu’elle ne se marie. Un défi que le célèbre séducteur accepte comme un jeu… sauf qu’il n’a pas prévu les sentiments que la jeune fille éveillerait en lui, ni les manigances des hautes instances de la cité des Doges qui n’ont plus qu’un objectif : mettre Casanova aux fers avant qu’il pervertisse les mœurs vénitiennes.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman ainsi que Camille qui est toujours présente pour répondre à mes questions. Merci beaucoup ! J’avoue que je n’ai pas cherché bien loin avant de faire la demande de ce service presse. C’est typiquement le genre de couverture que j’aime : mystérieuse, sublime et grâce à ce masque de mascarade, nous plongeons directement à Venise. Le titre évocateur nous propose de rencontrer un personnage que l’on connait : Casanova, le bourreau des cœurs.

~ Le mythe de Casanova ~

Expression devenue populaire, le personnage de Casanova est devenu un mythe. Cependant, Giacomo Casanova est un homme qui a réellement existé au 18ème siècle. Avant d’être considéré comme un séducteur par la gente féminine, il s’inscrit dans des activités comme la musique et l’écriture. Il laisse une œuvre littéraire intéressante et assez conséquente à la fin de sa vie.

Malheureusement pour lui, ou heureusement, cela dépend de la manière dont on se place dans cette histoire, il est considéré comme étant le prototype du « libertin des mœurs » par le clergé. Dès son plus jeune âge, il est un homme à femmes, il libère ses pulsions et tensions pour atteindre le paroxysme de l’érotisme avec ses conquêtes.

Voici donc un mythe que je ne connaissais pas forcément très bien, j’en attendais beaucoup et j’avoue que j’ai été un peu déçue par ma lecture. Je m’attendais à être surprise, bousculée sur mes certitudes sur ce personnage. Finalement, c’est un goût un peu amer que me laisse cette lecture. En effet, la surprise n’est pas là et mon étonnement sur ce personnage est plutôt négatif que positif.

~ Venise : la ville des amours par excellence ~

Je vais commencer par un point qui m’a énormément plu. Les décors et la ville de Venise. On sait que la ville de Venise est considérée comme étant la ville de tous les amours. Ici, on a une description parfaite de cette ville qui, finalement, ne l’est pas. En effet, on se retrouve avec une partie de la ville plutôt tranquille, on y vit paisiblement en couple ou en famille. Il y a aussi l’autre côté de cette ville, plus sombre, plus dangereuse entre les trahisons, les mésalliances et les mensonges. Les passions y sont libertines, érotiques. On y trouve aussi un côté secret. C’était très intéressant.

La manière dont l’auteur amène son personnage à évoluer dans ce genre de décors est tout bonnement incroyable. On a une impression assez intéressante : je me suis retrouvée dans des décors dignes d’Alexandre Dumas : combat de capes et d’épées, de complots pour assassiner les personnes hautement placées. Bref, on ne s’ennuie pas une seule seconde dans la ville de Venise.

~ Et si on parlait « personnages »  ~

Les personnages, parlons-en ! J’ai trouvé qu’il y en avait qui étaient très intéressants dans la manière dont ils ont été construits. Pleins de promesses, ils m’ont intriguée. Certains m’ont même déçue.

Commençons par Casanova. Giacomo revient après 10 ans d’errance. Pour se sauver, il a fui Venise, son passé est assez obscur mais on prend plaisir à découvrir ce qui s’est passé. Son retour sonne le glas pour certains : cet homme est un mystère, un poids, une menace. Il y a une atmosphère assez sombre qui s’émane de lui.

« Tout ce qu’il touchait devenait aussitôt mort et gémissements. Certes, le peuple l’aimait, les femmes étaient folles de lui, les cercles d’artistes et de lettrés le voyaient comme un rebelle, un antihéros, et donc un modèle. »

On sent vraiment l’homme menaçant tout au long du texte. Et j’avoue que de ce côté-là, j’ai été servie. C’est un homme dangereux et on s’en rend bien compte tout au long du texte. C’est un homme qui n’hésite pas à manigancer les pires complots pour obtenir ce qu’il désire.

Francesca est un personnage assez bien construit. Figure assumée, elle ne manque pas de courage et est décrite comme étant une femme forte, qui n’est pas l’objet du désir des hommes et qui sait dire non. Elle n’est pas considérée comme étant l’archétype de la femme facile et soumise à son mari. Bien au contraire ! Elle est l’objet d’une machination particulière : un pari entre la comtesse allemande Margarethe von Steinberg et Giacomo Casanova. J’avoue que déjà là, j’ai tiqué. Cette partie de l’intrigue n’est pas sans me rappeler Les liaisons dangereuses et le pari entre la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont.

Là où ça n’a pas collé pour moi, c’est le comportement de Francesca qui n’est pas du tout conforme au caractère que l’on nous décrit. Le fait que la femme (en général dans le texte) soit une sorte de kleenex qu’on balance dans le caniveau après utilisation ne m’a pas forcément plu. Je m’attendais à quelque chose de différent, qui viendrait un peu casser le mythe de ce rustre de Casanova. La place de la femme reste inférieure à celle de l’homme dans cette histoire et j’avoue que je n’ai pas été très réceptive à cette idée.

~ Un voyage ~

Ce qui sauve le roman à mes yeux, en plus des somptueux décors proposés par l’auteur, c’est le voyage historique. En effet, on voyage dans l’histoire, l’auteur prend le temps de planter des décors assez sympathiques et qui collent à la réalité du siècle dans lequel on évolue.

On nous explique certains conflits, certaines situations historiques et franchement, cela ajoute un côté réaliste à cette fiction.

~La plume de Matteo Strukul ~

J’ai apprécié une fiction autour d’un personnage historique que l’on ne connait peu voire pas du tout. Cela reste très crédible puisque l’auteur se cale sur des événements qui sont vraiment arrivés. J’ai apprécié ce côté.

L’auteur parvient à garder quelques secrets sur la fin. Finalement, on se rend compte que Casanova est un personnage apprécié par certains habitants et détesté par d’autres. Les complots pleuvent, les menaces de mort contre lui aussi mais il se bat jusqu’au bout pour comprendre ce qu’il en est.

La plume est vive, atypique et très sympathique à découvrir. J’ai adoré les décors et l’ambiance, un peu moins certains personnages mais dans l’ensemble, j’ai passé une lecture agréable mais pas transcendante.

3 raisons de découvrir ce roman

  • Le mythe de Casanova exploité
  • Le fond historique et les décors plantés
  • La plume de l’auteur assez sympathique

3

11

Mon prince ne viendra pas (tant pis, je ferai sans) d’Alex Kin

41qaAyT3lWL._SY346_.jpgRésumé : Clothilde en est persuadée : elle est victime d’une terrible malédiction. Sinon, comment expliquer pourquoi le destin ne met sur sa route que des tocards ? Mais désormais, c’est terminé. Elle ne permettra plus à aucun homme de s’approcher pour ensuite lui briser le cœur. Après tout, quand on abandonne ses illusions, on ne peut plus être déçu. Et puis, de toute manière, elle a bien assez à faire avec ses amies, l’organisation d’un mariage, ses voisins et une révolution des croissants. Ajouter à cela son nouveau travail, elle n’a pas le temps de s’ennuyer. Il faut dire que la vie de bureau n’est pas toujours de tout repos. Alors ce n’est pas cet homme mystérieux qui va la faire changer d’avis. Sûrement pas. Une comédie romantique pour celles qui ne croient plus au prince charmant… et pour les autres !

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Alex Kin pour l’envoi de son roman via la plateforme SimPlement. J’étais très contente d’avoir le roman entre les mains. J’ai eu un léger moment de flottement en me rendant compte qu’il faisait un peu moins de 500 pages. Pour une comédie romantique, j’avoue que j’ai rarement vu si gros. Intriguée, j’ai commencé ma lecture avec quelques appréhensions. Finalement, j’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de Clothilde.

~ Une romance qui se fait attendre ~

On fait la rencontre de Clothilde, une jeune femme charmante et souriante. Elle est un personnage féminin principal parfait pour une comédie romantique moderne. Humour décapant, la capacité à se mettre dans des situations incroyables, elle est vraiment pétillante et nous permet de passer un très bon moment de lecture.

J’avoue que, pour moi, le démarrage a été assez long. Le jeu du chat et de la souris ne m’a pas permis d’entrer rapidement dans ma lecture. C’est pour cette raison que j’ai mis un peu plus de temps que prévu pour lire ce roman. En effet, on fait aussi la rencontre d’Hugo qui travaille dans la nouvelle entreprise de Clothilde. Hugo est le patron mais Clothilde s’en rend compte après avoir accepté un rendez-vous.

A partir de là, Clothilde refuse toute relation avec Hugo et tente de mettre des distances entre elle et son patron. Elle est intègre et j’aime ça ! J’ai commencé à réellement apprécier ma lecture passé les cent cinquante premières pages environ.

~ Des personnages explosifs et surprenants ~

Mis à part ce petit problème de démarrage, j’ai pu lire le reste de mon roman très rapidement. Je pense qu’en une soirée et demie c’était plié. J’ai adoré Clothilde et son caractère détonnant. Elle est drôle, fraiche et à tendance à être très maladroite

« Après son départ, je ne sais plus où me mettre. Je suis mortifiée. Mes collègues essayent de dédramatiser la situation en blaguant sur l’incident. Jacques m’interdit de m’approcher à nouveau d’une piste, de peur que je décime toute son équipe. Tic et Tac sont morts de rire et racontent à qui veut l’entendre à quel point je suis dangereuse. Héloïse semble désormais me trouver totalement inoffensive. C’est vrai, qui pourrait avoir peut d’une greluche maladroite dans mon genre ? »

Elle m’a beaucoup fait rire. Elle se met dans des situations incroyables tout au long de la lecture. Néanmoins, on se rend compte que cette fille a un cœur en or et qu’elle ferait tout pour sa famille et ses amis. Elle a juste peur de l’amour. Ainsi, souvent, on la trouve sur la défensive vis-à-vis de la situation qu’elle vit.

Les personnages secondaires sont assez sympathiques. Je n’ai pas forcément su m’attacher plus à l’un qu’à l’autre mais dans la généralité, l’auteure nous propose un panel intéressant. En effet, on a des collègues de travail, des amis, des voisins. Tous les âges sont présents et cela fait plaisir. On a des enfants, des adultes, des jeunes adultes et des personnes âgées. C’est plutôt très sympathique.

~ Contournement des stéréotypes ~

L’auteure a été intelligente sur ce coup là. Les romances sont souvent des trames narratives dont on ne sait pas forcément se défaire. Résultat ? Lassitude, yeux levés au ciel avec des « ahlala mais c’est du déjà-vu ! ». L’auteure brode autour de son personnage principal plusieurs intrigues. Cela nous permet d’alterner nos mini-intrigues et cela fait du bien ! En effet, on se retrouve avec une nouvelle vie professionnelle, une vie de quartier à sauver en aidant les Petit et leur boulangerie contre la mairie, le mariage de Vi (sa meilleure amie) à organiser. J’ai trouvé que le rythme de lecture était plus intense ainsi. On ne s’englue pas dans une romance gnan-gnan qui nous laisse un goût amer dans la bouche. Ici, c’est frais, drôle et divertissant. Je n’en demande pas plus à une romance moderne.

~ La plume d’Alex Kin ~

Si vous me suivez sur la page facebook du blog, vous avez pu apercevoir un extrait de ma lecture qui m’a franchement fait rire. La plume d’Alex Kin est très accessible. Un public large est touché et franchement, que l’on soit une jeune adulte, une mère de famille ou une personne un peu plus âgée, on apprécie se détendre avec un roman comme celui proposé ici. C’est une très jolie découverte qui aborde des choses avec humour mais aussi avec sérieux. Ainsi, on se retrouve à gérer des peines de cœur qui nous font réfléchir, une personne qui vient tourmenter ses collègues au travail, la vie de parents divorcés et la volonté des parents séparés de faire vivre une vie « normale » à leur fille.

~ Le mot de la fin ~

En définitive, on se retrouve avec une plume très sympathique qui est au service d’une intrigue intelligemment construite. Malgré le démarrage un peu périlleux, j’ai passé un très bon moment de lecture. Je suis ravie d’avoir découvert ce que l’auteure pouvait nous proposer. Les personnages sont explosifs et m’ont bien fait rire ! Entre humour et sérieux, l’équilibre est parfait. On suit Clothilde dans sa nouvelle vie et cela fait du bien. Mention spéciale pour les mini-intrigues dans l’intrigue. On ne s’ennuie pas et l’on évite les stéréotypes.

3 raisons de plonger dans le roman :

  • Des personnages très sympathiques à découvrir.
  • Une plume bourrée de qualité.
  • La fin des stéréotypes dans la romance.

4

12

La fille de Paris de Noah Damour

41lBhrvZgrL.jpgRésumé : Ines, une parisienne de tout juste 18 ans venant de perdre ses parents lorsqu’elle a été prise en charge par sa tante, Bernadette Leroy. Cette dernière, ancienne fêtarde, culpabilise de la mort subite de sa soeur qu’elle avait entrainée dans le monde de la nuit. Ines vit depuis enfermée dans son appartement parisien où les domestiques de sa tante la gavent de corvées. Quand l’été arriva et qu’Ines atteignit bientôt ses 18 ans, madame Leroy décida de la marier sans la prévenir avec un homme de 37 ans qui entrera bientôt en politique. Pour appliquer son plan machiavélique, elle prend le prétexte d’un voyage en Côte d’Azur où vit cet homme avec sa mère. Mais c’est sans compter sur la rencontre que fera Ines lors d’un accident, avec la riche famille Martin dont le père médecin et ses filles, ses vraies premières amies, entreront en conflit avec le fameux projet de mariage. Cela dit, c’est surtout Arthur, un entrepreneur milliardaire et membre de la famille Martin qui enchantera le coeur d’Ines et bouleversera son quotidien.

~ Lecture détente ~

Mon avis : J’ai décidé de me plonger dans cette petite lecture suite à l’appel de l’auteur pour avoir des avis sur son ouvrage. 116 pages, vous pensez bien qu’en quelques heures, c’était terminé. Voici mon avis, plutôt mitigé, je vous l’avoue.

~ De bonnes idées mais de gros problèmes de forme ~

Premier roman de l’auteur, je ne suis pas forcément à l’aise avec cette chronique. Oui, je sais que ça prend du temps d’écrire, quand on met tout son cœur à l’ouvrage. Cependant, laisser ce texte ainsi ne serait pas rendre service à l’auteur.

Il y a un travail de fond, c’est certain. Il y a des idées sympathiques, on sent la volonté de l’auteur de nous emmener dans une histoire prenante et poignante. Seulement, la volonté ne suffit pas forcément. En effet, la forme prend le dessus sur le fond. Ainsi, cela ralentit énormément la lecture. Il y a beaucoup de fautes d’accord, de conjugaison et de syntaxe et ça dès le résumé. Je pense que soumettre le texte à une béta lecture pourrait être très bénéfique parce que, je me répète, il y a de bonnes idées dans le texte.

~ Les personnages ~

On fait la rencontre d’Ines, une jeune femme qui a été prise en charge par sa tante Madame Leroy à la mort de sa mère. Ines est une demoiselle assez fragile, elle est complètement soumise à sa tante qui est très stricte avec elle et qui ne la laisse pas vivre la vie d’une adolescente de 18 ans. J’ai eu l’impression d’avoir une personne froide, hautaine et venant d’un autre milieu que celui d’Ines. Un peu comme Folcoche dans Vipère au poing. Cette image a été vite cassée par une utilisation d’un langage soutenu puis ordinaire, on repasse au soutenu avec des références modernes et qui ne collent, selon moi, pas vraiment au personnage décrit. Madame Leroy perd rapidement de sa superbe.

Ines est un personnage que j’ai apprécié découvrir. C’est une fille naïve et intelligente. Elle n’ose pas vraiment vivre une vie normale par peur de décevoir sa tante. Rapidement, elle change. Au contact des Martin, une famille voisine lors de ses vacances dans le Sud de la France, elle va connaitre ce qu’est la vie d’une jeune fille moderne : balades, sorties entre amis et musique (interdite depuis la mort de sa mère).

La famille Martin est une bonne idée, elle apporte une bouffée d’air frais dans le roman. Ça apporte de la modernité à l’intrigue et cela fait du bien, c’est un petit regain d’énergie nécessaire à l’intrigue.

~Plume et intrigue ~

Un roman court est toujours un petit risque pour moi. Ici, c’est ce qui s’est passé. Ca n’a pas tenu. En effet, j’ai trouvé que les relations manquaient de crédibilité face au peu de pages qui constituent le roman. Le constat ? Une rapidité extrême qui est associée à ce manque de crédibilité. C’est vraiment dommage parce que les idées sont bonnes. J’ai aussi une petite remarque sur le titre : je ne comprends pas le rapport. Ce n’est pas forcément très clair pour moi.

La plume mérite aussi d’être soulignée. Pour un premier roman, ce n’est pas trop mal. En effet, je pense que la narration au passé est trop lourde. Franchement, c’est vraiment dommage.

Je ne peux qu’applaudir le courage de Noah Damour pour avoir publié son roman. Mais cela mérite vraiment un travail sur le fond avec une équipe qui pourra aiguiller ce jeune auteur.

3 raisons de découvrir ce texte

  • Un personnage principal intéressant qui évolue rapidement.
  • Un décor sympathique : le sud de la France et ses cigales.
  • Des idées intéressantes dans l’intrigue.

3

(3 étoiles d’encouragement!)