7

Une nuit à Carthage d’Annick Perez

CVT_Une-nuit-a-Carthage_6000Résumé : L’histoire commence à Beausite, banlieue de Tunis en 1947, au temps où Alice Barenti, 15 ans et demi, tombe folle amoureuse du mystérieux Neldo, agent-recruteur du Mossad en Afrique du Nord. Mais il y a aussi le jeune Paul Samama, affairiste en culotte courte ou presque, qui s’est juré de n’épouser qu’elle. Partagée entre Neldo l’idéaliste et Paul l’ambitieux, Alice traverse sa jeunesse à vélo, au milieu des rires et des cris d’une famille si nombreuse qu’on ne sait plus qui est qui, dans cette Tunisie qu’on dirait ensoleillée à jamais. Mais l’Histoire guette tous ces personnages comme au coin du bois, et avec la décolonisation, le paradis de Beausite est bel et bien perdu. L’exil pousse Alice et les siens vers la France aimée mais inconnue. Seulement son dilemme amoureux entre Neldo et Paul, traverse la Méditerranée avec elle et l’accompagnera jusqu’à son dernier souffle. Histoire d’une famille tune et d’un amour fou, Une Nuit à Carthage est un roman polyphonique, un joyeux foutoir, une ode à l’éternelle jeunesse. Ce roman au naturel et à la fluidité poignante est une saga romanesque où la vie et les drames éclaboussent à chaque page et les secrets aussi. Il a le souffle et la spontanéité de certains grands livres, de ceux dont le souvenir demeure longtemps après les avoir refermés.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Gilles Paris, son équipe ainsi que Balzac éditions pour l’envoi de ce roman dans le cadre d’un service presse.

J’avoue que j’avais besoin de dépaysement. De voir autre chose dans mes lectures que ces histoires qui, habituellement, bercent mes soirées. Une nuit à Carthage semblait être une bonne option pour partir quelque temps loin du nord de la France dans lequel je réside.

Récit sur fond historique, nous allons faire la rencontre d’Alice, la fille du maire de Beausite, ville de Tunisie dans la fin des années 1940 et début des années 1950. Alice vit une vie paisible et rencontre Neldo qui recrute de jeunes personnes pour le Mossad qui est une agence de renseignement d’Isräel. Complètement sous le charme et partageant ses idées, Alice est prête à tout quitter : famille, amis et vie paisible pour vivre cet idylle avec Neldo. Cependant… rien ne se passe comme prévu et Neldo disparait le soir de sa probable demande en mariage.

Je vous avoue que le démarrage a été un peu long. J’ai bien mis 60/70 pages à prendre un bon rythme de lecture et à me mettre dans l’ambiance de ce roman. Une fois cette difficulté passée, je n’ai pas lâché le roman avant de l’avoir terminé.

Alice va donc se marier à Paul, un « second choix » qui ne la satisfait pas pleinement puisqu’elle n’oubliera jamais Neldo. De ce mariage vont naitre deux petites filles dont la narratrice de ce roman qui va rapidement nous faire comprendre que sa mère n’a jamais oublié Neldo. C’est l’histoire d’un amour inachevé mais aussi d’une Tunisie touchée par l’exode et la décolonisation.

Ce que j’ai grandement apprécié dans ce roman, c’est l’ambiance générale qui se dégage. C’est un roman vivant. C’est une cacophonie de rires, de pleurs, de joies mais aussi de drames. Tantôt personnelles, tantôt historiques les anecdotes qui tissent cette histoire rendent l’aspect général de l’intrigue intéressant. On ne s’ennuie pas en compagnie de tous nos personnages. A travers plusieurs décennies, on va voir évoluer, grandir et vieillir ces personnages. C’est très intéressant.

On va lire une histoire qui s’étend sur plusieurs décennies, comme je vous le disais juste au dessus : plus précisément de 1947 à 2019. On va donc avoir l’avant décolonisation puis l’après. Au-delà de cette idée d’avant et d’après, nous avons aussi cette divergence dans les religions : la famille est juive. En parlant de cette famille, j’avoue que j’ai pris grand plaisir à la découvrir même si certaines petites choses m’ont fait défaut : il y a beaucoup de personnages. Ca grouille de noms, de caractères, ça fuse dans tous les sens et bien évidemment, je me suis un peu perdue en route. Rien de bien grave en soi mais j’ai dû relire certains passages pour comprendre et me souvenir de qui est qui. Cette famille est construite par beaucoup de membres bien différents. Cela donne de l’authenticité au roman et de la matière.

J’ai trouvé que l’on avait beaucoup d’informations sur « l’avant » fuite de la famille. Le contexte historique en Tunisie est assez compliqué. En effet, la décolonisation va faire du tort à la famille d’Alice puisqu’elle est contrainte à fuir cette terre pour retourner en France. France qui est un pays inconnu pour Alice. J’aurais apprécié avoir plus d’informations sur cette période de transition. En effet, je n’ai pas forcément eu assez à me mettre sous la dent sur l’impact de la décolonisation sur les personnalités, les caractères et les personnages de manière générale.

En définitive, ce roman est très sympathique. Il m’a permis de changer un peu de registre. Je me suis attachée à certains personnages et un peu moins à d’autres. La quantité de personnages ne m’a pas permis de retenir tout le monde. Au-delà d’une fresque familiale, on retrouve aussi une fresque sociale sur fond historique. C’est vraiment sympathique. La seule chose dommage c’est cette impression de trop peu sur l’impact du contexte historique sur les personnages de manière générale.  On a un bon équilibre entre la romance et les événements qui vont bercer Alice et sa famille.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une fresque familiale très belle
  • Un roman qui dépayse et une romance très belle 
  • Un panel de personnages intéressants

3.5

10

La captive de Dunkelstadt de Magali Lefebvre

519XkVAdxOL._SX195_Résumé : Émile Dupontel compte terminer son tour de l’Europe en beauté avant de devenir notaire, comme on l’attend de lui. Friand de frissons comme de bonnes histoires, il jette son dévolu sur le château de Dunkelstadt, dont l’architecture, digne d’un conte de fée macabre, a enfanté moult superstitions. Dans ces terres reculées, Émile était préparé à tout, sauf à tomber sous le charme de la belle Katarina, beauté sibylline, recluse entre les murs d’un édifice qui a tant à conter. Secrets chuchotés et échos sinistres ont beau hanter les couloirs, Émile est déterminé à faire la lumière sur le mystère de Dunkelstadt, quitte à s’y égarer lui-même… et à perdre Katarina.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Fleur d’absinthe pour l’envoi de ce roman. Je n’ai plus aucun souci à me faire avec la petite sœur de Noir d’absinthe. En effet, toutes les lectures que j’ai la chance de faire dans le cadre de mon partenariat avec Fleur d’absinthe sont toujours des succès. Ce roman ne fait pas exception à la règle ! La captive de Dunkelstadt est une histoire originale teintée d’une touche gothique et romantique. La couverture est juste magnifique et a attiré mon œil tout de suite. Je ne pouvais pas laisser passer cette petite merveille.

Emile Dupontel est un personnage assez ambivalent. Romantique dans l’âme, il nous montre toute la complexité d’un homme amoureux. Il a entrepris un voyage dans toute l’Europe pour fêter la fin de ses études. Avant d’entrer dans le monde professionnel Emile est allé partout, a visité de nombreux endroits et, pour terminer ce voyage, il pose ses bagages dans le petit village de Dunkelstadt. J’ai beaucoup apprécié ce personnage qui va, au-delà de la raison, essayer de comprendre ce qui se passe dans le château de ce village : mystère et créatures de la nuit vont venir peupler le périple d’Emile à Dunkelstadt. Persévérant, il va tout faire pour aider cette femme qui va faire battre son cœur.

Sa curiosité et probablement une force surnaturelle va le pousser à aller voir d’un peu plus près la source de tous les cauchemars sur village : le château et ses étranges propriétaires : une mère et sa fille qui vivent recluses dans ce château. Katarina, la jeune et belle demoiselle vivant avec sa mère va vite devenir l’objet de la fascination d’Emile.

J’ai beaucoup apprécié les personnages d’Emile et de Katarina avec qui j’ai vécu une belle histoire. Je vous avoue qu’il m’a manqué quelques pages même si j’ai apprécié la dimension fantastique de cette histoire, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur le passé de la famille de Katarina et de cette mère mystérieuse et intrigante. Emile veut emmener Katarina loin de ce château de ses mystères. Cependant, il va se frotter à plusieurs obstacles sur son chemin.

Même si j’ai apprécié les personnages, j’avoue que ce n’est pas ce qui m’a le plus plu dans cette histoire. Magali Lefebvre a un don pour installer une ambiance pesante mais équilibrée. On sent bien que quelque chose ne va pas : le château va susciter de nombreuses interrogations. Les décors plantés sont sublimes. J’ai adoré visiter le château en compagnie d’Emile et de Katarina : les murs, les décorations choisies, l’histoire de ce château mais aussi sa malédiction. Le titre est assez évocateur : la captive de Dunkelstadt. On comprend qu’il va y avoir une intrigue autour du château et d’une des propriétaires. Je trouve que c’est savamment amené et expliqué.

Je trouve que le roman est très équilibré : entre romance et malédiction, le lecteur est rapidement happé par l’ambiance générale de ce roman. On ne peut s’empêcher de penser à Dracula dans la mise en place d’une ambiance pesante et inquiétante mais le lecteur est comme hypnotisé. La fin de ce roman est spectaculaire et j’ai apprécié l’épilogue. L’intrigue ne souffre qu’aucune longueur ni fausse note.  De nombreuses thématiques vont être abordées : l’amour sincère, l’amour imparfait, une vie de mensonges mais aussi de manière générale la thématique de la malédiction et tout ce qu’on est prêt à faire pour protéger les siens…. Bref, c’est un roman riche bien que court. L’auteure sait aller à l’essentiel sans oublier de véhiculer des émotions propre à la romance. C’est une très belle découverte que j’ai fait là !

En définitive, sublimé par une plume magnifique, cette intrigue va proposer de mettre en lumière une histoire d’amour originale et imparfaite. A travers des personnages humains et eux aussi imparfaits, l’auteure a su happer la lectrice que je suis rapidement. Avec une ambiance qui monte crescendo en pression, le château devient de plus en plus menaçant. Cette intrigue a mis mes nerfs à rude épreuve mais sans entrer dans l’horreur. L’auteure a su équilibrer son intrigue pour mon plus grand plaisir !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les décors ! J’ai adoré la manière dont l’auteure a construit le château de Dunkelstadt
  • L’ambiance de ce roman. Cette romance sort des sentiers battus et ça fait terriblement plaisir !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée équilibrée et dynamique

4.5

12

Des cendres renaîtra l’amour de Virginie T

119151674_776294746457332_2273801575404814856_oRésumé : Je m’appelle Beth Gracy. Ma vie n’a jamais été facile. Je me bats depuis des années pour élever seule ma fille Océane, quatorze ans, en pleine crise d’adolescence. Je voulais prendre un nouveau départ et j’ai pris comme un signe d’hériter du ranch de mon grand-père, le ranch du Phénix. C’était l’occasion de tourner la page et de repartir sur de nouvelles bases au Texas. Seulement rien ne se passe comme prévu. Ma fille m’en fait voir de toutes les couleurs, je n’y connais rien en élevage de vaches et les cow-boys du coin sont bien trop sexy. Je ne dois pas me laisser perturber par eux. Mais c’est difficile de rester sur le droit chemin que je me suis fixé quand c’est Luke Madew, le pompier le plus beau que j’ai jamais vu, qui me tourne autour.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman. J’avoue que j’ai vraiment craqué pour la couverture, une fois n’est pas coutume (rangez vos tomates !)

J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de la plume de Virginie T mais aussi de Beth, Océane et Luke. Si cette lecture a été assez agréable, elle comporte pour moi un point qui n’a pas été concluant pour moi.

Nous allons directement commencé par ce qui n’a pas été évident pour moi dans cette lecture. C’est beaucoup trop rapide. Le roman est assez court : je l’ai dévoré en une soirée. Ce roman fait 182 pages, il est par définition court. En revanche, lorsque l’on met en place une intrigue où on repart de zéro, où il y a une rencontre, une relation amoureuse et quelques péripéties pour tenir le lecteur en haleine, c’est beaucoup trop court. Je râle quand certains passages sont trop longs mais, ici, j’aurais aimé en avoir un peu à me mettre sous la dent. D’autant plus que ce que j’ai lu m’a beaucoup plu ! J’aurais tant apprécié en savoir un peu plus sur ce qu’Océane pouvait ressentir, sur le passé de Luke ou de celui de Jo. On a quelques informations mais sans plus et c’est vraiment dommage.

Voilà, j’ai râlé, on peut avancer maintenant dans la chronique en vous proposant ce que j’ai apprécié dans ma lecture ! Dans un premier temps, le cadre : un ranch ! J’ai trouvé ça très agréable et dépaysant. C’est vraiment sympathique de voyager (surtout en ce moment) : j’aurais aimé avoir plus de détails mais j’ai aussi apprécié la relation entre Océane, Neige et Eclair. C’est vraiment beau d’avoir une relation humain/cheval de cet acabit. Au-delà du ranch, j’ai apprécié le fait d’évoluer dans une petite ville où tout le monde se connait. On se sent proche de tout le monde et on retrouve cette ambiance si particulière que l’on retrouve dans les petites villes américaines. Ca dépayse complètement. Bien entendu, lorsque l’on parle de ranch, on parle aussi de nature : des plaines à perte de vue, des balades à cheval, l’air frais. On s’y croit et on s’y sent bien !

Dans un second temps, ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, ce sont les personnages. En effet, j’ai adoré la relation mère/fille que propose nt Beth et Océane. On sent bien toute la tension entre les deux femmes, l’incompréhension et la frustration. Océane est jeune, rebelle et ne comprend pas sa mère. Elle lui a pourri la vie en l’emmenant loin de la Nouvelle-Orléans et de son père. Beth avait besoin de repartir à zéro, en héritant du ranch de son grand-père, Beth prend la plus grosse décision de sa vie : refaire sa vie loin de son passé avec Nolan, le père d’Océane qu’on ne peut pas forcément qualifier d’homme idéal. Luke est pompier. C’est un jeune homme que j’ai beaucoup apprécié découvrir : intelligent, doux et taquin, il m’a vraiment beaucoup plu. Son frère Jo est son coéquipier et son meilleur ami, j’ai apprécié le duo qu’ils forment.

L’intrigue a de très bons points. J’ai apprécié les péripéties que l’auteure ajoute à son roman. Le fait que Luke soit pompier était une bonne idée même si j’aurais bien apprécié que l’on pousse un peu plus cette thématique. L’évolution d’Océane est aussi très agréable à découvrir. Elle est une adolescente, elle est un personnage attachiant. On avance de deux pas et on recule d’un mais on finit quand même par avancer ! J’ai aimé le recul des adultes sur la situation d’Océane qui sait qu’il y a des limites à son comportement. Colère, incompréhension, désobéissance, il n’y a pas de doute, la crise d’adolescence pointe le bout de son nez. Du haut de ses 14 ans, elle va se métamorphoser aux côtés des chevaux du ranch. Certaines thématiques sont assez sympathiques dans le sens où on ne les retrouve pas forcément dans toutes les lectures.

Si vous avez envie de vous évader le temps d’une soirée, cette lecture est faite pour vous. Au-delà du fait qu’il m’a manqué des détails et une intrigue un peu plus développée, je conseille cette lecture aux amoureux et amoureuses des jolies romances qui n’ont pas peur de la rapidité dans ce genre d’intrigue. De plus, la plume de Virginie T est très agréable et nous envoie directement aux Etats Unis, c’est chouette ! Fluide et dynamique, on ne perd pas de temps pour découvrir la nouvelle vie de Beth.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La relation Beth/Océane que j’ai trouvé très intéressante et très crédible.
  • Les décors plantés et le rapport à la nature
  • Les personnages qui sont le point fort de ce roman

Encore merci à Evidence Editions pour l’envoi de ce roman =) !

3.5

15

Double morale de Gaëlle Magnier

xcover-6401Résumé : Londres, 1895. Alors que le procès d’Oscar Wilde occupe les colonnes de la presse londonienne, la jeune Betty découvre une aristocratie hypocrite qui met à mal sa bonne éducation. En entrant au service des Trengove en tant que gouvernante, elle se rend rapidement compte qu’un secret pesant, lié à la présence de William Goodfeather – étudiant en arts à la Royal Academy – vient perturber l’équilibre de cette famille de bonne réputation. Lors d’une des célèbres soirées de Lady Trengove, Betty fait la connaissance du capitaine Ashby, qui partage son sentiment quant à la double morale de la noblesse anglaise…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Séma Editions pour cette jolie proposition via SimPlement. Il est inutile de revenir sur mon parcours sur cette plateforme mais je la conseille à tous. Elle est vraiment top !

De mémoire de Pauline, je pense qu’il s’agit de mon premier coup de cœur chez Séma. Je suis vraiment agréablement surprise de trouver cet ouvrage chez eux. C’est fantastique ! Je louchais déjà sur La dramaturge de Gaëlle Magnier mais ici, la tentation était trop grande et comme le dit si bien Oscar Wilde (en anglais bien évidemment mais une traduction s’impose ;)) « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder […] »

Je vais essayer de vous parler de tout ce que j’ai aimé dans ce roman qui est un sacré coup de cœur ♥. J’ai adoré la trame historique : le procès d’Oscar Wilde en toile de fond. Une thématique historique qui va apporter une autre dimension au roman : une dimension homosexuelle très controversée au 19ème siècle.

J’ai dévoré le roman. On fait la rencontre de Betty, une jeune femme qui va devoir se débrouiller dans la vie pour trouver un poste et gagner sa vie. C’est chose faite dans la demeure des Trengove. La famille Trengove cache des secrets et Betty, en tant que gouvernante, va se trouver au cœur d’un tumulte. Le personnage de Betty est très attachant. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’elle soit courageuse, qu’elle ne se laisse pas impression par un titre ou un rang. Elle sait d’où elle vient et sait où elle veut aller. Au sein de la maisonnée, Betty va vite prendre ses marques. Elle va se faire apprécier de tout le monde. Cependant, elle va vite comprendre que quelque chose ne tourne pas rond entre ces deux patrons : Les Trengove sont distants et méfiants. Rapidement, le secret va éclater et propulser Betty dans une aventure dont elle sortira changée pour toujours.

Betty va faire la rencontre de plusieurs personnages qui vont venir bercer cette intrigue. Dans un premier temps, le capitaine Ashby qui va lui faire découvrir les plus belles choses de la vie. William Goodfeather, un jeune peintre qui va venir faire trembler la maisonnée des Trengove mais aussi Lady et Lord Trengove qui vont mettre en place une autre dimension dans cette intrigue.

Le titre « double morale » est assez mystérieux mais l’auteure nous apporte toutes les informations nécessaires à la compréhension de ce titre. J’ai trouvé ça brillant. On se rend rapidement compte que l’auteure sait de quoi elle parle. Ayant fait une thèse sur Oscar Wilde, elle vient apporter ses connaissances par parcimonie. Cela apporte vraiment beaucoup à cette romance historique. Ce roman ne peut pas se réduire à la classification « romance », on y trouve aussi une fresque sociale, un fond historique intéressant et aussi une aventure.

Une chose est certaine, ce roman m’a énormément plu avec tout ce qu’il apporte en termes d’informations et de péripéties. Les personnages sont très bien construits, l’intrigue rondement menée, les décors intelligemment plantés. Le tout étant sublimé par une plume incisive, intelligente et véhiculant les émotions d’une manière formidable. J’ai apprécié le parti pris de l’auteur sur les thématiques abordées et la manière dont les personnages réagissent face à ces dernières.

En définitive, je ne peux que vous conseiller de plonger dans ce roman qui sait captiver son lectorat. Je ne connaissais pas la plume de Gaëlle Magnier mais ce qui est certain c’est que je replongerai rapidement dans un autre univers proposé par l’auteure. La dramaturge me tente beaucoup. Je remercie une nouvelle fois les éditions Séma pour l’envoi et la proposition de lecture.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les thématiques abordées dans la noblesse du 19ème siècle.
  • Le personnage de Betty que j’ai trouvé remarquable.
  • La plume de l’auteure que j’ai franchement adorée !

5

18

Put a ring on it: Tome 01 – Hold me today de Maria Luis

c-romance-hold-me-today-put-a-ring-on-it-1-maria-luis-webRésumé : Le fond du gouffre n’a jamais été aussi tentant. Du moins, c’est ce que je me dis alors que je négocie avec l’ennemi dans le but de le convaincre de rénover mon salon de coiffure. L’ennemi ? Nick Stamos, le frère aîné de ma meilleure amie. Il a le corps et le visage d’un dieu grec, mais sa personnalité aurait besoin d’un bon relooking aussi. Il est trop sérieux. Il suit les règles coûte que coûte. Et est-ce que j’ai mentionné le fait qu’il m’a déjà vue dans le plus simple appareil ? J’ai peut-être craqué sur lui pendant des années, mais le seul endroit où je veux le voir donner de sa personne désormais, c’est dans mon salon de coiffure. Sauf qu’il a besoin d’un service en retour… Une fausse petite amie. Et je suis assez inconsciente pour accepter.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais envie de romance, j’avais besoin de romance. Le résumé était tentant, je n’ai pas hésité plus longtemps et j’ai fait la demande de ce service presse. Grand bien m’en fasse !

Alors là ! Quand il y a une intrigue qui mélange meilleur(e) ami(e), frères et sœurs et relations compliquées, je sors mon pop-corn et déguste les pages avec avidité. J’adore les complications, j’adore les bagarres avec ce petit goût d’interdit. C’est le genre d’intrigues dont j’ai besoin lorsque le temps n’est pas au beau fixe, que la vie n’est pas toujours simple et que j’ai besoin de me déconnecter.

Impossible de ne pas avoir la chanson de la grande Queen B dans la tête en lisant le titre de cette romance, non ? Alors, j’en remets une couche et j’espère que vous la chanterez toute la journée ! J

Je trouve que le résumé est assez parlant et qu’il n’y a pas besoin d’en ajouter à ce sujet. Simple et efficace, l’intrigue ne souffre pas de longueurs. La force de ce premier tome réside dans le duo de personnages principaux que l’on nous propose de découvrir.

Nick Stamos représente certainement l’archétype de l’homme parfait. J’ai découvert un personnage tellement beau et bien construit. Quand je dis qu’il est beau, il n’y a pas que physiquement parlant que ce jeune homme à certains atouts. J’ai beaucoup apprécié ne pas avoir un énième coureur de jupons qui, lorsqu’il parle, nous claque trois insultes sur une phrase. C’est vraiment très agréable. On sort des sentiers battus et j’aime ça. Pour une fois, c’est la figure féminine qui est un plus légère et j’ai trouvé ça très sympathique. Mina est notre personnage principal féminin qui va venir pimenter un peu tout ça.

Ce que j’ai apprécié, c’est le changement de comportement dès que ces deux personnages sont ensemble. En effet, ils se connaissent depuis des années puisque la sœur de Nick est la meilleure amie de Mina. Cela apporte une touche qui fait sourire : les réparties sont assez drôles. Mina n’a jamais été insensible au charme de notre dieu grec. Tiens… Encore quelque chose que j’ai apprécié ! Les origines grecques des personnages. Je trouve ça super chouette ! Cela vient apporter une petite touche d’exotisme et c’est très agréable. Cela permet, encore une fois, de sortir des sentiers battus. Nick va ainsi montrer une autre facette de lui qui ne laisse pas la lectrice que je suis de marbre.

L’auteure parvient facilement à équilibrer l’érotisme et la sensualité avec le reste de l’intrigue. Cela permet d’avoir une romance ancrée dans une réalité certaine mais cela laisse aussi une porte ouverte sur l’intrigue qui va proposer des thématiques assez modernes et originales. Je vous laisse lire ce premier tome pour que vous puissiez le découvrir.

J’ai apprécié pouvoir découvrir les personnages séparément mais aussi ensemble. L’alternance des points de vue permet de faire connaissance avec Nick et Mina mais aussi de comprendre un peu mieux certaines choses. Je trouve qu’ici, l’alternance des points de vue se justifie et permet d’avancer dans la lecture. Véritable page turner, j’ai trouvé que ce roman tenait ses promesses : on se sent bien, on lit quelque chose d’agréable et de bien construit.

La plume de l’auteure est une véritable découverte pour moi et j’avoue que je l’ai appréciée. C’est fluide, dynamique et moderne. Je pense que beaucoup de lecteurs et lectrices seront sous le charme de ces deux personnages qui sont vraiment la force et le moteur de ce roman. Ils apportent une touche de pep’s et de couleur tant ils sont différents. Mina va dynamiser un peu le récit tandis que Nick va nous permettre d’avoir une certaine stabilité dans la lecture.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture qui n’est pas un coup de cœur mais qui reste très agréable. Je conseille ce premier tome et je lirai certainement la suite avec plaisir.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un duo coloré et très intéressant
  • Une plume dynamique et fluide
  • On sort des sentiers battus et ça fait du bien

Encore merci aux éditions Alter Real

4

16

Ghost Love de Loïc Le Borgne

51V+D8hO+hLRésumé : La vie de Mathis a pris un tournant bien sombre depuis que son frère s’est tué en voiture. Oscillant entre soirées alcoolisées avec sa bande d’amis et job étudiant au journal du coin, son été s’étire dans la chaleur et la culpabilité. Il dérive jusqu’à Éléonore, jeune femme pleine de charme et de mystères. Ses goûts, ses paroles, ses passions s’accordent à merveille à ceux du jeune homme, bien qu’elle refuse tout contact physique… Sans cesse ramené au manoir abandonné du coin, Mathis s’embarque dans une histoire qui le dépasse, mais qui pourrait bien l’aider à panser quelques plaies.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Jérôme et les éditions Naos pour l’envoi de ce roman que j’attendais avec tellement d’impatience ! J’ai plongé dans Ghost Love comme si je n’avais rien à perdre. J’ai eu raison ! Quelle belle découverte ! Quelle lecture !

Comme vous le savez, dès qu’il y a une romance, je fonce. Ici, on trouve une romance fantastique et franchement, elle est très bien maitrisée ! L’auteur a trouvé l’équilibre parfait entre réalité et fiction mais aussi entre romance et action.

On fait la rencontre de Mathis, un jeune homme très attachant. Il a perdu son frère dans un accident de voiture : son meilleur ami, sa famille, son repère. La vie sans son frère est différente et compliquée. Sa vie est morne jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’Eléonore. Elle vient éclairer la vie de Mathis au point qu’il en oublie ses soucis. Elle est belle, hors du commun et tellement différentes des filles fades que Mathis côtoie. Pigiste dans un journal le temps d’un été, Mathis va se battre avec Eléonore pour qu’un promoteur ne détruise pas le manoir de sa ville, là où il a l’habitude de trainer avec ses amis.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Mathis qui est un jeune homme blessé par la vie mais surtout calme et réfléchi. J’aime ce genre de personnage. J’ai beaucoup apprécié Eléonore pour le côté mystérieux qu’elle apporte à l’intrigue. Il m’est difficile de vous parler de l’intrigue sans vous en dévoiler une partie. Je vous conseille donc, si vous êtes un lecteur ou une lectrice adepte de la romance fantastique, de plonger dans cet univers.

On a aussi une dimension historique qui se met en place avec le personnage d’Alice Heine. Deuxième femme du prince Albert 1er de Monaco. Elle finira recluse dans son château reniée. Elle va finir par s’entourer des plus grands esprits français : entre littérature et philosophie, Alice Heine s’entoure de noms qui ne nous sont pas inconnus : Hugo, Proust… Elle a inspiré plus d’un de ces auteurs qui sont devenus ses amis. C’est son château que les jeunes de notre époque vont essayer de sauver d’un parc d’attraction.  J’ai beaucoup apprécié cette thématique du sauvetage du patrimoine. En effet, je trouve que cela n’est pas assez présent dans nos lectures. De plus, c’est très original de retrouver cette thématique dans une romance dite paranormale. J’ai trouvé cela très bien amené et construit. L’impulsion de la dimension fantastique se fait avec Eléonore et Alice Heine. Bien entendu avec le titre, on sait très bien que l’on va parler de fantôme mais je ne vous en dis pas plus…

Si j’ai apprécié la dimension fantastique de ce roman, j’ai trouvé quand même deux petits points qui ne m’ont pas forcément convaincue à 100%. Dans un premier temps, j’ai trouvé la séance de spiritisme assez attendue. En effet, Mathis et ses amis se lancent dans une partie d’ « esprit es-tu là ? » au début de l’intrigue. J’ai trouvé cette idée un peu trop attendue malheureusement. Dans un second temps, pour moi, la romance s’installe de manière trop rapide et abrupte dans cette histoire. Cela arrive trop rapidement pour que ce soit totalement crédible.

La plume de Loïc Le Borgne est très agréable. Je trouve que le roman ne souffre pas de longueur. Il se lit très rapidement et de manière très agréable. J’avoue qu’au départ, je me suis demandée où l’auteur allait nous amener. J’ai fait une petite pause au bout de 50 pages… Une fois la lecture reprise, j’ai mis mon nez dans ce roman sans pouvoir arrêter ma lecture. J’ai complètement adoré la dimension historique.

En définitive, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Les personnages de Mathis, Eléonore et Alice sont très agréables. Je les trouve bien construits et ils apportent de la matière à l’intrigue. De plus, l’intrigue est très équilibrée : entre romance et fantastique, j’ai apprécié le fait que l’on soit ni noyé par l’un ni par l’autre. J’ai apprécié le contexte historique ainsi que les personnages qu’il amène. Malgré quelques facilités, on se trouve dans une ambiance romantique que j’ai beaucoup appréciée. La plume de Loïc Le Borgne vient sublimer l’ensemble. Bravo à l’auteur pour ce roman tout en finesse et délicatesse.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages très sympathique. J’ai adoré Eléonore, Mathis et Alice.
  • Le contexte historique est très agréable. Cela apporte beaucoup au roman.
  • La thématique de la sauvegarde du patrimoine que j’ai trouvé intelligemment amenée et très originale dans ce genre de littérature.

4

20

Umbra luna : Tome 01 : la révolte magique de Nina Davis

81dRwu+tYEL.__BG0,0,0,0_FMpng_AC_UL320_SR226,320_Résumé : L’Ordre secret d’Umbra Luna recence les créatures surnaturelles et étudie tous les phénomènes magiques. Jenna, spécialiste des auras, travaille au département des énergies. Lorsqu’elle est envoyée en mission en Irlande, elle est loin d’imaginer ce qui l’y attend. Sous couverture en tant qu’étudiante à l’université de Cork, elle rencontre William, séduisant professeur d’art à l’aura ténébreuse. Très vite, elle le soupçonne de ne pas être qui il prétend mais se retrouve piégée. Un seul choix possible : s’allier à cet homme énigmatique et terrifiant pour survivre. De nombreuses vies sont en jeu, et Jenna ne peut plus rester dans l’ombre, même s’il lui faut affronter de très anciennes et terribles puissances. Et faire face à l’attirance magnétique irrépressible qui la pousse vers William. Série précédemment publiée sous le titre « Lumina Tenebris ». Version retravaillée.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour m’avoir permis de découvrir le premier tome de la saga Umbra Luna de Nina Davis. Ici, j’ai été charmé par le résumé. En effet, la couverture est un peu trop chargée à mon goût. J’ai quand même été au-delà de ce que je pouvais penser de ce torse nu… J’ai trouvé le résumé tentant, il en dit suffisamment sans en dire de trop… Bref, il ne m’en a pas fallu plus comme vous devez vous en douter !

Umbra Luna est une société secrète qui a pour but de recenser toutes les créatures surnaturelles qui existent ainsi que tout ce qui touche à la magie. En effet, la moindre manifestation magique est étudiée. C’est via Umbra Luna que nous allons rencontrer Jenna, une jeune sorcière talentueuse qui travaille dans cette société secrète depuis quelques années. Son patron, David, est un sale type. Détestable à souhait, lorsqu’il comprend qu’il n’obtiendra pas ce qu’il veut de la jeune demoiselle, il l’envoie, en Irlande, étudier un phénomène magique important et inconnu. C’est donc sous couverture estudiantine que Jenna va intégrer l’université de Cork et rencontre William, un professeur particulièrement intrigant…

J’ai beaucoup apprécié l’angle pris pour raconter cette histoire. J’avais peur que cela soit trop surnaturel, je ne suis pas forcément fan des intrigues où un chasseur part à la traque de quelqu’un ou quelque chose. C’est ce que je craignais avec cette histoire mais j’ai rapidement été soulagée de voir que je n’étais pas du tout dans ce genre d’histoire. Le fait que Jenna travaille sous couverture dans une université permet d’avoir un axe assez léger qui permet de respirer et de ne pas s’embourber dans une histoire de créatures.

L’Irlande est une très bonne idée tant la culture et le folklore de ce pays est propice à la découverte de créatures en tout genre. J’ai vraiment trouvé l’idée excellente. Vous savez, sans doute maintenant, que j’ai un gros coup de cœur pour le Royaume Uni et particulièrement pour l’Irlande qui est un pays que j’aime énormément pour sa culture, sa richesse mais aussi son folklore. Quel bonheur de retrouver cette thématique dans une de mes lectures.

Bien entendu, le mystère qui se dégage de William va attirer notre petite sorcière. Ils vont se rapprocher et une certaine romance va naitre entre les deux personnages. J’ai toujours peur que la romance empiète sur un univers comme celui-ci. En effet, une saga fantastique est riche en termes de découverte et de création. Il est souvent compliqué d’équilibrer la découverte d’un nouvel univers et d’une romance. Ici, j’ai été agréablement surprise par le fait que la romance « reste dans son coin » et ne vient pas éclipser le reste de l’histoire. C’est vraiment très intéressant. La romance est sympathique et vient se fondre dans tout le reste de l’intrigue de ce premier tome, c’est très agréable.

Au-delà du monde incroyablement coloré et agréable que j’ai découvert, j’ai apprécié la quête identitaire à laquelle doit faire face Jenna. En effet, sa vie a déjà dû prendre un virage à 180° avec son intégration à Umbra Luna mais, une fois de plus, après certaines révélations, ses convictions et ses certitudes vont être mises à mal une nouvelle fois. J’aime énormément lorsque les personnages principaux de mes lectures ont une psychologie détaillée et ne se contentent pas d’être seulement là physiquement.

Une chose est certaine : je lirai le tome 02 sans aucun doute. Je ne connaissais pas la plume de Nina Davis mais je suis ravie d’être tombée dessus. Alter Real a le don pour dénicher de petites perles et cette plume en fait partie. C’est fluide, dynamique et très agréable. Je trouve que le roman ne souffre pas de longueurs et se lit très bien. Les thématiques sont agréables et équilibrées, l’intrigue rondement menée par des personnages fins et détaillés. J’ai une petite préférence pour Jenna et William (forcément !) mais j’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure mette le folklore irlandais en avant. C’est vraiment un beau et savant mélange que l’on nous propose ici. Le roman n’est pas un coup de cœur mais j’ai, quand même, passé un super moment de lecture !

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Une plongée au cœur de l’Irlande et de l’université de Cork
  • La romance ultra équilibrée avec le reste de l’intrigue
  • Les thématiques abordées que j’ai adorées !

Je remercie une nouvelle fois les éditions Alter Real pour ce partenariat que j’aime tant ! Merci pour votre confiance et votre dévouement. Vous êtes formidables.

4

15

Cry Baby de Capucine B

Cry-babyRésumé : L’amour peut-il guérir les pires blessures ? Brandon travaille comme serveur dans une boîte de nuit branchée de Chicago. Il vit dans un appartement avec sa soeur, Lia, qui tente de survivre mais qui, sans la générosité de Brandon, ne pourrait s’assumer financièrement. Une mère trop protectrice, un père qui a fait de la prison, une soeur dépendante : la vie de Brandon n’est pas de tout repos et le jeune homme a tendance à s’oublier pour aider les siens. Ashley est correctrice dans une maison d’édition. Abandonnée par ses parents et hantée par ses vieux démons, elle doit apprendre à laisser son passé de côté pour pouvoir avancer et enfin toucher du doigt le bonheur. Chicago va-t-elle être le théâtre d’une nouvelle romance ? La rencontre de Brandon et Ashley est-elle une chance ? S’ils s’aiment passionnément, vont-ils être capables de construire une histoire solide et épanouissante ? Capucine B. a toujours écrit de petites histoires, d’abord pour ses amies, au collège, puis pour elle-même. Passionnée de lecture et d’écriture depuis son enfance, elle suit aujourd’hui des études de communication. Son imagination débordante et l’amour des mots lui ont permis d’écrire Cry Baby, son premier roman.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions de l’opportun pour l’envoi de ce roman en service presse. Je vous avoue, sans honte, que j’ai clairement craqué pour la couverture de ce roman. Cette couverture est magnifique. J’adore les couleurs !

On fait la rencontre de deux âmes perdues et déchirées. D’un côté, on a Brandon, un jeune homme très courageux qui m’a énormément plu. C’est un jeune homme qui va aider les siens même si pour cela, il doit s’oublier. Il ne peut vivre pleinement parce qu’il pense à sa sœur Lia qui n’est pas tendre avec lui… Mais aussi sa mère qui ne le laisse pas respirer, un père qui a fait de la prison. De l’autre côté, on fait la rencontre d’Ashley, une jeune femme qui travaille dans une maison d’édition et qui vit beaucoup de mauvaises choses dans la vie : l’abandon de ses parents et une relation amoureuse toxique…

Je ne vous le cache pas : ce roman est une grosse pavasse… Le roman fait plus de 800 pages. Ca peut effrayer plus d’un lecteur, c’est clair. Je pense en rassurer plus d’un en disant que le temps passe quand même assez rapidement.

Je ne vous le cache pas, j’ai adoré les personnages de Brandon et Ashley. J’ai trouvé que ces deux âmes tellement belles ensemble… Malgré le fait que je trouve que la romance arrive trop vite pour moi, j’ai trouvé qu’au fil des pages, elle était belle et crédible. De plus, la narration à la première personne du singulier permet de vivre cette histoire au plus proche des personnages. J’ai aussi adoré le fait qu’il y ait une alternance des points de vue. C’est bien, dans ce cas, d’avoir les points de vue des deux protagonistes.

La romance, même si elle s’installe trop vite pour moi, reste très bien traitée. En effet, on n’a pas d’excédent de guimauve et de rose à paillette. On a des thématiques dures mais qui est très bien assimilées au reste de l’intrigue. En effet, la présence d’une relation toxique est très intéressante. Cela souligne encore plus la crédibilité dont je vous parle. Au-delà de la relation toxique, on a la thématique de l’abandon qui s’installe mais aussi des choses plus sympathiques comme l’amitié, la complicité, la découverte de l’autre… C’est un très bon équilibre.

En revanche, j’ai trouvé les personnages secondaires un peu fades. Dommage, parce que Cole était assez sympathique mais ce personnage s’essouffle vite. Je suis complètement passée à côté du personnage de Becky qui ne me correspond pas du tout. C’est vraiment dommage parce que les personnages principaux sont très bien travaillés. En même temps, cela n’a pas beaucoup d’incidence parce qu’ici, c’est la romance le cœur de l’intrigue. Il est clair que si vous ne voulez pas une romance pure et dure, il vaut mieux passer votre chemin.

En définitive, je suis globalement surprise par ma lecture qui propose la rencontre de deux âmes sœurs. La romance est très prenante malgré une petite rapidité au départ, l’auteure a su prendre son temps dans un second temps et proposer une histoire d’amour crédible. Le personnage d’Ashley est très compliqué : elle a besoin d’amour et de reprendre confiance en elle. Brandon donne toute sa vie pour les autres en s’oubliant… La rencontre va être percutante. Les émotions sont très présentes dans l’intrigue : on passe du rire aux larmes, de la joie à la tristesse… bref on ne s’ennuie pas. Même si je n’ai pas plus apprécié que cela les personnages secondaires, j’ai adoré la psychologie d’Ashley et de Brandon. La plume de l’auteure est une découverte très sympathique, je lirai cette plume de nouveau sans aucun problème.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une romance très crédible
  • Un duo très intéressant
  • Une plume agréable

3.5

15

I will marry you de Marie Ves et Millie Jappe

116417806_287598975800626_6501814243259417783_oRésumé : Alice est une femme indépendante qui vit dans son pays aux merveilles. Ce qu’elle aime dans la vie se résume à son chien, ses cours de yoga, sa passion pour les vertus des pierres et des plantes. Léo est un homme ambitieux qui ne croit que ce qu’il voit. Dans sa vie, il n’y a pas de place pour le hasard, en dehors de sa passion pour les comics, il se concentre sur son job de programmeur informatique. Il est aussi maniaque qu’elle est bordélique. Il est aussi terre à terre qu’elle est rêveuse. Il pense stabilité et avenir, elle veut vivre au jour le jour sans se soucier du lendemain. Leurs convictions et leurs modes de vie si différents seront-ils des barrières trop solides à l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre ?

~ Service presse ~

Je remercie M.E.C éditions pour l’envoi de ce roman. J’étais curieuse de savoir ce que cette romance pouvait donner. J’aime beaucoup la couverture. C’est très frais et cela sent bon la romance… On est parti pour mon avis !

On fait la rencontre de deux jeunes gens : Alice et Léo. Alice est tout le contraire de Léo. Indépendante, courageuse, elle a une passion certaine pour tout ce qui touche aux pierres et aux plantes. Calme et zen, Alice vit dans son monde avec son chien Riquiqui le Saint Bernard. Léo est un jeune homme qui a beaucoup d’ambition professionnelle, il va toujours plus loin, toujours plus haut (et pas toujours plus fort, on n’est pas dans Fort Boyard, oh !). Léo adore les comics, on va dire que c’est un « geek ». Ces deux personnages évoluent dans un monde parallèle. Rien ne semble pouvoir les rassembler mais… Le destin va se charger de tout chambouler dans leurs existences.

J’ai apprécié la narration qui va permet d’alterner les points de vue entre Léo et Alice. Le fait d’avoir choisi la première personne du singulier permet de mieux s’immerger dans les univers des personnages. C’est sympathique.

Clairement, l’idée de base me semblait sympathique. Je n’ai pas non plus ressenti un engouement de malade mais c’était une lecture qui pouvait être sympathique entre deux gros pavés, par exemple. Puis, je suis de nature très curieuse, donc, je me suis plongée dans cette lecture en me disant que ça allait le faire. Résultat ? C’était sympathique mais certains petits points ne m’ont pas forcément plu plus que cela.

Dans un premier temps, il y a trop de références «geek ». En effet, on est inondé sous les références. Je pense à la série The Big Bang Theory par exemple qui est citée assez souvent. Je ne suis pas fan de cette idée dans le sens où je ne suis pas certaine qu’un geek va toujours faire des références à cela. Cela donne un côté hyper gamin au personnage de Léo et franchement, pour côtoyer des vrais «geek », je vous assure que c’est très réducteur. C’est dommage. En revanche, j’ai apprécié en découvrir plus sur la lithothérapie.

Alice est un personnage que j’ai apprécié dans son ensemble. Si j’ai eu du mal avec le personnage de Léo, avec Alice c’était agréable. En revanche, j’ai plus apprécié le duo que les personnages traités de manière indépendante. Léo et Alice ont leurs caractères propres. Ca fait des étincelles. La répartie est au rendez-vous et c’est avec beaucoup d’humour que l’on découvre les péripéties de ces deux personnages. C’était vraiment très drôle. J’avoue que ça a rééquilibré mon ressenti sur ce roman. J’ai trouvé que les échanges étaient frais, fluides, dynamiques et modernes. L’histoire d’amour est semée d’embûches et d’obstacles. On se retrouve avec deux personnages qui sont très têtus et qui ne reviennent pas facilement sur ce qu’ils disent ou leurs convictions. C’est une histoire pleine d’émotions diverses. Je suis certaine que beaucoup de lectrices et lecteurs pourraient être séduits.

On n’est pas en reste au niveau des personnages secondaires. J’ai beaucoup apprécié la maman de Léo qui est une maman dite chiante mais qui veut le bonheur de son fils. C’est d’ailleurs elle l’instigatrice de la rencontre entre Alice et Léo. Elle apporte une bonne touche d’humour à ce roman et c’est très sympathique. Il y a aussi Olivier, le meilleur ami de Léo. Bon, j’ai été moins touchée par lui mais je trouve que ce personnage est aussi sympathique.

Les plumes sont très sympathiques et fraiches. Le rendu de ce roman à quatre mains est très intéressant. Il prouve que, même si un personnage ne nous plait pas plus que cela, ce n’est pas pour autant qu’on ne peut pas apprécier le roman. J’aime beaucoup ça !

En définitive, ma lecture a été agréable. J’ai eu quelques petits soucis avec les nombreuses références et avec le personnage de Léo qui soulève, pour moi, trop de stéréotypes par rapport au profil geek et c’est dommage. Alice est aussi un personnage sympathique mais sans plus. En revanche, le duo Léo/Alice est explosif et très drôle et permet de rebondir rapidement dans l’intrigue. Ceci est assez agréable. J’ai aussi apprécié les plumes des auteures.

03 bonnes raisons pour lire ce roman :

  • La répartie dont les deux personnages principaux sont dotés.
  • Les personnages secondaires qui sont sympathiques et le duo Léo/Alice
  • Les plumes agréables et fluides des auteures.

3

18

L’âme cœur de Sandra Duhot

xcover-5823Résumé : Constance, Adam et Sarah se lient d’une pure et profonde amitié sur les bancs de l’université. Quelques années plus tard, au moment de s’engager dans leur vie d’adulte, ils ne peuvent concevoir de rompre l’attachement si particulier qui les unit. Persuadés de pouvoir se contenter d’un simple compromis, chacun se fait la promesse de se revoir tous les quatre ans en un lieu spécifique, choisi à tour de rôle. Constance s’envole alors pour les États-Unis, où elle convole en justes noces. Adam part pour la Grèce afin d’y intégrer la célèbre école française d’archéologie. Sarah, professeure à la Sorbonne, s’installe à Paris et renoue avec ses racines provençales qui vont la conduire de Vauvenargues au nord d’Aix-en-Provence jusqu’aux calanques de Marseille et lui révéler le douloureux secret de sa naissance. Entre chassés croisés amoureux, souffrances conjugales et retrouvailles chargées de vaines promesses, chacun tente de trouver le bonheur. Mais comment être heureux loin de ses convictions profondes en niant l’essentiel : le lien indéfectible qui unit ces trois êtres à la vie, à la mort ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais déjà croisé la route de la plume de Sandra Duhot, c’était donc, pour moi, un plaisir de tenter l’expérience de nouveau avec une nouvelle histoire, un nouveau genre et un nouvel univers.

Ce roman est très agréable. Je l’ai lu sur une soirée tellement j’étais happée par l’histoire. On fait la rencontre de Constance, Adam et Sarah. Trois personnages qui vont être les personnages principaux de cette intrigue. Ces trois personnages vont rapidement devenir de véritables amis. Très proches, ils commencent leurs études ensemble. Ils sont inséparables et se connaissent comme leur poche. C’est une belle relation qui se tisse au fil des pages et des années.

Rapidement, les ambitions professionnelles vont faire surface. Cela va commencer doucement : ils vont choisir des orientations différentes, des options universitaires différentes, puis les chemins vont se séparer un peu plus : les carrières professionnelles vont prendre un virage à 180° lorsque Constance va quitter la France pour les Etats-Unis et y faire sa vie, qu’Adam va intégrer un programme d’archéologie en Grèce et que Sarah va commencer sa vie de professeur universitaire en France, à la Sorbonne.

Honnêtement, d’habitude, j’ai toujours une préférence dans un trio. Ici, j’ai trouvé très intelligent le faire de pouvoir traiter ces personnages comme une entité unique mais aussi savoir les séparer et les « rencontrer » de manière isolée. Cela permet de mieux les découvrir et les cerner. C’est vraiment très sympathique. Ainsi, on s’attache à eux et on va les voir évoluer dans leurs vies personnelles et professionnelles. C’est le trio que j’ai grandement apprécié dans l’ensemble. Ils sont très attachants. Ces personnages marquent le fait que l’amitié, sous sa forme la plus forte et intense, va rapidement migrer vers un amour certain. Ils deviennent une véritable famille les uns pour les autres.

C’est pour cette raison que tous les quatre ans, les amis se retrouvent dans un lieu qu’ils choisissent à tour de rôle pour se retrouver. Une parenthèse accueillie avec bonheur à chaque fois. Il est toujours difficile de reprendre le cours de la vie et du quotidien mais j’ai trouvé l’idée belle et sensible. Ils sont là les uns pour les autres et j’adore cette idée.

La narration externe va se diviser en plusieurs chapitres et plusieurs années. Si cette narration va permettre de suivre les trois personnages, on va passer un peu plus de temps avec Sarah qui est très touchante. On a rapidement envie de la prendre sous notre aile et de l’aider du mieux que l’on peut. On va aussi avoir la thématique du passé qui est très présente. En effet, il va falloir comprendre et accepter son passé pour pouvoir avancer. Ce n’est pas donné à tout le monde. Je pense que j’aurais préférée une narration à la première personne avec une alternance des points de vue. En effet, on apprécie ce que l’on lit mais on n’est pas forcément dans le vif de l’action.

« La qualité première d’une amitié vraie n’était-elle pas précisément de trouver le bon dosage entre une écoute attentive, un partage des expériences et une entraide désintéressée de tous les instants ? Les conseils prodigués devaient rester des conseils et l’orientation des choix laissée à l’appréciation de la personne concernée. En cela, l’amitié se différenciait de l’amour qui, avec le temps, pouvait être dévoyé vers une forme de possession et d’autoritarisme des partenaires, ces derniers oubliant, volontairement ou involontairement, le sens profond de l’amour »

Au-delà de ces thématiques abordées, Sandra Duhot m’a surprise plus d’une fois. C’est vraiment très sympathique et cela rend la lecture prenante et inoubliable. Franchement, c’est un très bon roman : une jolie ode à l’amitié qui ravira plus d’un lecteur. On soulève des thématiques dures et difficiles mais l’équilibre est parfait. La plume de Sandra Duhot est très fluide, elle véhicule les émotions d’une manière subtile et poétique. Les descriptions sont très jolies, l’auteure sait de quoi elle parle et ça se sent. On est propulsé dans une histoire qui nous propose de jolis voyages.

En définitive, voici une superbe découverte ! Je suis ravie d’avoir remis le nez dans l’univers de Sandra Duhot. Les personnages sont bien campés, les descriptions très bien maitrisées ainsi qu’une plume qui nous propose des thématiques difficiles et une jolie ode à l’amitié, la vraie.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une histoire qui met l’amitié en avant. Je suis vraiment sous le charme de cette amitié.
  • Le trio de personnages mis en avant, c’est top !
  • Les descriptions très bien faites et crédibles.

4

20

Cuba libre de Céline Jeanne

41doT1xKw+L._SX195_Résumé : Cristina est Cubaine, Ethan est Américain… Leur rencontre improbable va-t-elle faire naître une belle histoire d’amour ? Un roman aux multiples rebondissements… Une rencontre peut tout changer. À cause d’une rupture des ligaments, les rêves d’Ethan, espoir du football américain, ont été brisés à tout jamais. Son monde a explosé, ses repères se sont envolés, il a perdu pied et a abusé des antidouleurs jusqu’à l’overdose. Après une cure de désintoxication, il est contraint de rejoindre sa mère partie se ressourcer à Cuba. Ethan n’espère rien de ce voyage, mais ce qu’il découvre sur cette île pourrait bien changer sa vie. Parce que là-bas, il rencontre Cristina, une beauté cubaine qui l’attire irrésistiblement et le met à l’épreuve. Cristina se bat au quotidien pour survivre dans une société en pleine évolution. La jeune femme porte sur ses épaules le poids des dettes de son frère, ancien toxicomane, et semble hantée par ses propres démons. Elle est belle, sportive, convoitée, notamment par El Faro, un puissant dealer qui, dans l’ombre, fait sa loi à La Havane. Il veut la posséder à tout prix. Elle, elle veut juste survivre et garder sa liberté. Et puis, elle croise Ethan : il est arrogant, séduisant et tourmenté, mais aussi loyal, courageux et obstiné. Il l’exaspère, la défie, mais l’apaise aussi. Ils viennent de deux univers différents et n’auraient jamais dû se rencontrer. Mais le destin en a décidé autrement… La puissance du lien qui les attire l’un vers l’autre sera-t-elle suffisante pour leur permettre d’échapper à leur passé ? Ethan saura-t-il se construire un avenir avant de se briser définitivement ? Cristina pourra-t-elle sortir indemne de ce monde qui veut la dévorer ?

~ Lecture prix des auteurs inconnus 2019 ~

Je remercie chaleureusement le prix des auteurs inconnus pour leur travail. En effet, je suis très heureuse de faire partie du jury depuis quelques années. Cette année se clôt dans la catégorie « romance » avec le roman de Céline Jeanne : Cuba Libre.

Je ne vais pas vous mentir, Céline Jeanne est une auteure que j’aime beaucoup. Elle prend toujours un cadre hispanique dans ses romances et j’avoue que ça me plait : en effet, cela change de ce que l’on peut trouver dans les lectures actuelles et c’est plutôt très sympathique ! J’aime beaucoup la plume de l’auteure ainsi que sa volonté à donner du corps et du fond à ses romances. Elles portent toujours des thématiques fortes et mettent en valeur les femmes. Ça, c’est très important pour moi.

Ici, nous faisons la rencontre de Cristina, une jeune femme habitant à Cuba. Cuba est une île assez paradisiaque sauf pour ceux qui y vivent. Elle rime avec pauvreté, drogues et réseaux de délinquants. Au service des touristes ignobles dans un hôtel de l’île, Cristina essaye de gagner sa vie pour faire vivre sa famille et d’étudier en même temps. Nous rencontrons aussi Ethan, un jeune américain qui a dépassé les limites : son rêve d’être un jour un sportif de haut niveau est derrière lui. Il a essayé de se guérir à coups d’antidouleurs : une mauvaise idée qui le conduit à l’overdose et à la cure de désintoxication. Il doit rejoindre sa mère qui est en vacances à Cuba. La rencontre avec Cristina est inévitable et formidable. Une histoire incroyablement intense qui va nous proposer de lire une relation amoureuse qui semble impossible et pourtant…

Si l’idée de base m’a beaucoup plu, je dois aussi souligner la seule chose qui ne m’a pas83635699_10216845068819798_5287050577543430144_n émoustillée que ça : le résumé. C’est beaucoup trop long et révélateur. A la fin de ma lecture, j’ai été lire le résumé du second tome… C’est aussi spoilant que le résumé du premier tome. Je trouve ça dommage parce que le résumé en dit de trop. C’est vraiment dommage. Bien entendu, l’auteure nous réserve des surprises mais je trouve quand même ça dommage.

La Havane est l’endroit où habite Cris. C’est idyllique sur la carte postale mais nous découvrons rapidement que vivre là-bas n’a rien d’idyllique. En plus d’avoir sur les épaules la pression de devoir subvenir aux besoins de sa famille, elle doit aussi garder un œil sur son frère qui n’est pas en reste lorsque l’on parle de faire des bêtises ! Elle a toujours peur qu’il retombe dans ses travers et j’avoue que j’ai eu mal au cœur pour elle à plusieurs reprises. Cette situation n’est pas normale bien que nécessaire. Elle renonce à tout pour sa famille, elle s’oublie complètement et c’est dommage. Cris est une athlète. C’est la seule chose à laquelle elle ne renonce pas. Elle est tellement douée qu’elle a attiré des gens autour d’elle : des mauvaises personnes qui lui veulent du mal. L’intrigue est plutôt chouette de ce côté-là. C’est très sympathique.

Ethan est américain, il vient à Cuba pour « les bons côtés ». Il est un touriste et ne voit que le luxe que l’île met en place pour les touristes aussi mal élevés que mal polis. Ethan est un jeune homme que j’ai appris à apprécier au fil de mal lecture. Il est, pour moi, imbuvable au début du roman. Néanmoins, il évolue rapidement et change au contact de Cristina. C’est très agréable. J’aime beaucoup l’idée. Ethan avait besoin d’un coup de main et c’est Sainte Cristina qui va le lui donner. Ethan a aussi un côté rassurant pour Cristina qui a beaucoup de mal à faire confiance aux hommes depuis quelque temps. Ils ont un effet bénéfique l’un sur l’autre et cela rend la relation qui se tisse encore plus jolie.

Les passés de ces personnages vont entrer en collision et permettre à l’auteure de soulever des thématiques assez intéressantes. Au-delà de ces passés et vies très différentes, on va aussi assister au choc des cultures, des traditions et du mode de vie de ces deux personnages qui semblent être aux antipodes. Le fossé entre ces deux personnages semble trop important pour être franchi : Cristina, la fille forte mais fragile, blessée par la vie, Ethan, le jeune homme qui ne cache pas qui il est mais qui ne sait pas comment faire pour franchir tous les obstacles entre eux deux.

La narration permet de vivre l’intrigue pleinement. En effet, en choisissant la première personne du singulier, l’auteure permet aux lecteurs de s’immerger complètement dans cette intrigue. C’est assez intelligent et cela apporte de la profondeur aux personnages et à ce qu’ils vivent.

La plume de Céline Jeanne est toujours aussi belle, juste et fluide. Elle est sincère et propose de pénétrer dans une intrigue aux multiples thématiques qui vont, elles aussi, donner beaucoup de profondeur à l’intrigue. C’est très agréable et dépaysant d’avoir une romance qui se déroule à la Havane.

Je félicite Céline Jeanne pour son travail de qualité qui permet au lecteur de passer un moment de lecture très agréable et sans longueur. Je suis toujours ravie de m’immerger dans un roman de l’auteure. Cuba Libre n’est pas l’exception : il est à lire ainsi que sa suite dans laquelle je me plongerai avec plaisir dans quelque temps.

Cuba Libre vient donc clore ma participation à la catégorie « romance » avec brio.

Retrouvez le PDAI par ici :

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un dépaysement total grâce à la Havane.
  • Le choc des cultures et le choc social que l’on nous propose de découvrir
  • Le duo Cristina/Ethan

4

21

No way de Céline Jeanne

no-way-1358680-264-432Résumé : Accro au chocolat et aux parties d’échecs, fan de super héros, Teodora est une étudiante comme tant d’autres, du moins, elle aimerait bien… Difficile de ne pas attirer l’attention quand votre frère jumeau est un surdoué du sport, une étoile montante du foot et que vous habitez Barcelone. Elle déteste cet univers et tout ce qui va avec, les médias et les groupies en particulier. Elle a une certitude : sortir avec un sportif ? Jamais de la vie ! Plutôt dormir avec Marcelino, l’iguane de sa colocataire. Dante est l’attaquant vedette de l’équipe B du Barça, il espère pouvoir suivre les traces de Lionel Messi. Son enfance difficile dans un bidonville de Buenos Aires l’a marqué à vie. Il a connu la misère, le dénuement, et il veut mettre sa famille à l’abri du besoin. Pour toujours. Les filles ? Il les collectionne. Mais s’engager ? Jamais de la vie ! Il est parti de trop loin pour tout foutre en l’air. Sauf que… Ils devraient le savoir, on ne doit jamais dire jamais…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais adoré la plume de Céline Jeanne dans Solo Tu, je n’ai donc pas hésité une seule seconde malgré le fait que la couverture ne soit pas forcément à mon goût.

On fait la rencontre de Teodora, Teo, qui est une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée. Teo est un personnage frais, dynamique, qui sort des sentiers battus. En effet, elle adore les super-héros, les échecs et le chocolat. Sa naïveté d’enfant n’est pas une faiblesse, au contraire. C’est une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche malgré une volonté de ne pas trop se faire voir et de faire sa vie de son côté. Teo à un frère : Jaume. Si Teo est calme, réservée et plutôt responsable, son frère jumeau est tout le reste. Faisant partie de l’équipe B du Barça, il est extravagant et ne sait pas rester en place. Obligé de se vanter de ses exploits, il m’est apparu comme insupportable dès le début. Ultra protecteur envers sa sœur, les jumeaux vont faire des étincelles ! J’ai vraiment apprécié retrouver la thématique de la relation frère/sœur et surtout quand les personnages sont des jumeaux.

Dante est un jeune homme bien sous tous rapports. C’est un jeune homme sportif, un brin vantard mais il veut réussir ses études si son plan A ne fonctionne pas comme prévu. Footballeur talentueux, il veut percer dans cette profession. Sachant pertinemment que la carrière d’un footballeur peut être éphémère, il se donne toutes les possibilités pour réussir dans la vie. Dante va avoir une sacrée responsabilité au sein de l’équipe : prendre sous son aile un électron libre de son équipe pour prouver qu’il mérite sa place de capitaine. Sa rencontre avec Teo va être explosive et très drôle. Ces deux-là vont vous faire passer un très bon moment de lecture.

J’avoue que ma lecture n’est pas un coup de cœur même si j’ai passé un très bon momenttéléchargement de lecture ! J’ai beaucoup apprécié le fait qu’il y ait un équilibre certain entre les passions de Teo et de Dante. On n’est pas dans un roman 100% football même si celui-ci reste présent. Je trouve que la thématique est exploitée sans trop en faire et ça, c’est chouette parce que le football n’est pas forcément ma tasse de thé. Le caractère des personnages est aussi très bien construit. La plupart du temps, on n’est pas dans les stéréotypes de sportifs décérébrés même si Jaume peut vraiment nous faire penser à cette idée de sportif fêtard qui ne doit rien à personne. Néanmoins, j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure va venir contrebalancer ce caractère un peu fou avec le personnage de Dante qui sait ce que la difficulté veut dire : sa jeunesse il l’a passée à essayer de gagner de l’argent pour aider ses parents. Buenos Aires et ses bidonvilles était sa maison. Il est aussi un personnage qui porte un poids assez lourd sur ses épaules. Cela lui donne beaucoup d’ampleur au personnage. Dante est un personnage complexe et c’est aussi très sympathique d’en trouver dans des romances de ce genre.

Les personnages secondaires sont très intéressants aussi. J’ai beaucoup apprécié découvrir la colocataire de Teo, les membres de l’équipe de Dante… Bref, c’est un petit cocktail frais de caractères en tout genre qui vient bercer l’intrigue. C’est vraiment très agréable d’avoir un petit vivier de personnages secondaires comme celui-ci.

Là où, pour moi, les choses se sont un peu corsées, c’est avec les scènes érotiques. Même si je comprends tout à fait le fait que la manière dont on amène les choses et le vocabulaire choisi collent au personnage un peu volage de Dante, je n’ai pas du tout apprécié ces moments. Ce sont des moments trop crus, trop vulgaires et trop nombreux pour moi. L’énergie et le caractère de Teo viennent un peu chasser mon appréhension de ces moments mais ce ne sont pas mes préférés de l’histoire.

La plume de Céline Jeanne est une force incroyable. Elle a un don, c’est certain, pour apporter à son intrigue un côté original tout en parlant de thématiques importantes. C’est une intrigue fluide, forte et dynamique qui nous est proposée ici. Les personnages sont très bien travaillés et construits. J’ai trouvé que c’était vraiment le point fort de cette intrigue.

Comme d’habitude, Céline Jeanne nous propose une histoire avec de réelles thématiques importantes. C’est une romance très sympathique qui prend le temps, avec une certaine dose d’humour et qui vous permet de décrocher de votre quotidien. Plongez avec Teo & Dante au cœur de l’Espagne, au cœur du Barça et des super héros ! Bravo à l’auteure pour cette romance équilibrée, sans faille qui était très sympathique à découvrir.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le duo Dante/Teo que j’ai apprécié découvrir et voir évoluer
  • La thématique du football qui est très équilibrée dans l’intrigue, c’est très bien.
  • La plume de Céline Jeanne que j’adore !

4

14

Les hommes de nuit – Tome 01 : la rose de Marie L’Or Viollet

51acABLkEuLRésumé : 1700 : Marie est une belle jeune femme aux goûts raffinés, élevée par son père veuf. Elle a tout appris de la vie dans les livres. Mais ils doivent quitter leur pays, leur travail de libraire pour honorer un étrange contrat engagé par son père auprès d’un personnage singulier venu d’un autre continent. Après une longue et éprouvante traversée dans la cale d’un navire, au milieu d’une foule d’émigrés, Marie rencontre son étrange destin et devient une femme très peu ordinaire dans un monde où se partagent les rêves les plus fabuleux ainsi que des cauchemars insoupçonnés et terrifiants.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman. J’ai complètement flashé sur la couverture de ce roman et le résumé me tentait bien. Malheureusement, je ne peux pas avoir que de bonnes lectures et je ressors mitigée en tournant la dernière page de ce premier tome qui ne me donne, malheureusement, pas envie de poursuivre ma découverte.

La rose est un symbole très fort dans la littérature : symbole olfactif mais aussi celui de l’amour, la rose a tout de suite attirée mon attention ainsi que la période historique proposée dans ce premier tome.

On fait la rencontre de Marie, une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée pour les qualités que ce personnage met en avant ainsi que ses défauts (ce qui est important pour moi, les personnages trop parfaits ont tendance à m’agacer). Marie va voir sa vie prendre un virage à 180° lorsque son père lui demande de faire ses bagages direction l’inconnu ! Marie va devoir tout quitter pour pouvoir honorer un étrange contrat que son père a signé… Marie va apprendre à vivre une autre vie, loin de son père et de ses romans. Une vie qui va lui proposer de voir les choses différents et de faire la rencontre des hommes de nuit.

Je trouve que le monde de la nuit comme il est représenté ainsi que les hommes de nuit est beaucoup trop lourd. Le tout est trop mystérieux. C’est trop compliqué pour moi : entre les règles, les secrets de cette caste de personnages et les secrets entre les personnages, ça fait trop de secret pour moi. Marie et le lecteur restent trop sans réponse. C’est vraiment dommage parce qu’on perd tout le tissu de l’univers pour mettre en place une romance dont la fin se laisse deviner assez rapidement.

Au niveau des personnages, on a quatre personnages qui vont se détacher des autres : Marie & Nicolas ainsi que Luc & Lucie. Luc & Lucie sont deux personnages qui vivent en osmose et dans une harmonie totale. Rien que les prénoms peuvent mettre sur la piste… Marie & Nicolas sont deux caractères plus trempés, qui se comprennent un peu moins que notre premier couple. Nicolas veut et exige beaucoup de choses. J’ai eu énormément de mal avec ce personnage : trop direct et possessif.  Il est très perturbé par la présence de Marie qui va éveille quelque chose en plus. Marie résiste, on est quand même au 18ème siècle. Elle veut se préserver des mœurs légères et va avoir du mal à « quitter » sa vie d’avant. On rencontre d’autres personnages aussi qui vont faire partie d’un panel de personnages secondaires intéressant.

Ayant déjà quelques soucis avec la thématique des hommes de la nuit, j’étais déjà dans une position délicate pour continuer ma lecture. En plus de cela, il faut ajouter quelques longueurs que l’on associe à une sorte de brouillard qui vient flouer un peu la vue d’ensemble. En contrepartie de ces petites longueurs qui font tourner en rond l’intrigue, on a une romance qui s’installe très vite. C’est assez paradoxal mais entre lenteur et rapidité, je n’ai pas su trouver mon équilibre. Dommage.

Il faut quand même noter que tout le fond historique nous met dans l’ambiance. On fait le tour des us et coutumes de l’époque. On n’est pas au château de Versailles, non, on est dans la violence, dans la vie de tous les jours. On ne se pavane pas en robe qui coûte les yeux de la tête. Le côté historique permet de s’immerger dans le roman. C’est sympathique. De plus, l’opposition des hommes de la nuit aux hommes de jour est assez intelligente. Ils s’opposent comme le noir et le blanc. J’ai aimé cette idée d’opposition mais aussi d’association (avec les prénoms par exemple Luc & Lucie).

Je pense que si vous aimez un monde fantastique avec une caste d’hommes de la nuit mélangé à une petite touche de romance), c’est un premier tome qui pourrait vous plaire. La plume de l’auteure est très agréable. Je pense que j’aimerai la découvrir une nouvelle fois dans un autre univers. Ce premier tome pose les bases d’une histoire qui manque un peu d’équilibre mais qui se laisse lire passer les petits couacs du départ. Ceci reste mon avis personnel et je reste certaine qu’il pourra plaire à des lecteurs qui aiment ce mélange de fantastique et de romance.

3

20

Opération séduction à l’Otak’kafé de Chani Brooks

410A-HDWq5LRésumé : Il est sexy, il sera son colocataire. Elle est prête à tout pour le séduire mais c’est pas gagné! Fanny tente de gérer l’Otak’Kafé, un café-lecture dédié au manga hérité de sa cousine. Grande romantique et éternelle gentille, Fanny se laisse facilement berner. Heureusement qu’elle peut compter sur ses fidèles clientes, pas pour l’aider à sauver la boutique, mais pour conquérir son prince charmant : Yannis. Lorsqu’un soir, il échoue sur son canapé, Fanny décide de tout tenter pour le faire « atterrir » dans son lit. Les filles déjantées de l’Otak’Kafé ont un plan ! Mais les doux papillons devraient se méfier des princes qui brillent, les ailes de l’amour sont fragiles. Yannis est un séducteur rendu cynique par la vie. Il profite de la gentillesse de Fanny tout en ignorant ses tentatives pour le séduire. Car il sait qu’il va la blesser. Si encore il était capable d’admettre qu’il a besoin d’elle… désespérément.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Chani Brooks pour l’envoi de son roman. C’est toujours un plaisir pour moi lorsque les auteurs reviennent vers moi pour savoir s’il est possible que je lise de nouveau l’un de leurs romans. Je trouve cela toujours agréable de pouvoir les découvrir avec d’autres personnages, d’autres univers…

Ce roman est une comédie romantique très sympathique mais qui soulève quand même des thématiques assez lourdes. Les personnages sont agréables et j’ai apprécié que l’auteure sorte des sentiers battus grâce à l’évitement des stéréotypes en matière de personnages. Néanmoins, il y a quelques petites choses qui ne m’ont un peu ralentie dans ma lecture… Et si je vous en disais un peu plus ?

On fait la rencontre de Fanny, une jeune femme très sympathique qui va porter l’intrigue sur son dos. Fanny gère un café-lecture : l’Otak’kafé qu’elle a hérité de sa cousine. J’aime déjà beaucoup l’originalité de l’apport de la culture asiatique à travers des éléments du roman. C’est très sympathique parce que je n’en lis jamais. C’est plutôt cool ! Même si Fanny est un personnage que j’ai apprécié, pour moi, on a trop insisté sur son côté « trop bonne trop conne ». Elle est gentille, certainement un peu trop. Elle se laisse facilement avoir en voulant plaire à tout le monde… Ce n’est pas un souci pour moi d’avoir ce genre de personnages dans mes lectures mais j’ai eu l’impression qu’on me rabâchait ce trait de caractère très souvent. Elle m’a fait mal au cœur plus d’une fois. J’ai fini par la prendre en pitié et je pense que cela n’aurait pas été le cas si on avait moins exagéré ce côté-là de sa personnalité.

Fanny est entourée de fidèles clientes qui sont devenues des amies, c’est très agréable d’avoir ce genre de personnages secondaires. En effet, ils sont bien travaillés et nous proposent une opération séduction ! C’était assez comique. Yanis est le personnage masculin principal de l’histoire. C’est un homme qui est aux antipodes de Fanny : elle est pétillante, il est cynique, elle est romantique, il balaie les histoires d’amour d’un revers de main, elle aimerait bien que ça aille plus loin entre eux, lui la manipule pour parvenir à ses fins… Elle est lumière, il est ombre… Un joli feu d’artifice en perspective.

Je pense que c’est inutile de revenir de manière plus précise sur l’intrigue puisqu’elle est déjà bien détaillée dans le roman. En effet, il est inutile de parler des péripéties en détail pour éviter de vous spoiler. Chani Brooks a plus d’un tour dans son sac et je suis certaine que vous y trouverez votre compte si vous êtes fan des comédies romantiques et des mangas.

Chani Brooks est une auteure que j’apprécie tant elle fout des coups de pied dans les stéréotypes. J’ai été ravie de rencontrer un personnage comme Yanis : un métis. OUI ! Enfin du changement ! J’en avais un peu marre des bruns ténébreux, des blonds aux yeux bleus. Ca fait du bien d’avoir des personnages différents : que ça soit la couleur de peau, la morphologie, le QI, les caractères. Bref, on veut du neuf !!! Ca fait tellement de bien. J’aime beaucoup ça !

Chani Brooks nous emmène du côté du Japon avec des termes comme otaku (pour ceux qui veulent savoir ce que cela peut être, c’est en gros une personne fanatique des de la culture japonaise actuelle. Je pense que c’est la définition qui colle le plus au roman. Ainsi, vous allez mettre les pieds dans un univers qui va parler aux fans de la culture japonaise. Personnellement, ce n’est pas ce que je préfère mais cela ne m’a pas dérangé d’en avoir un peu plus sur cette culture que je ne connais pas très bien. C’est assez dérangeant pour moi de la restreindre aux mangas, aux sushis et aux dragons. De ce côté-là, c’était très enrichissant. On ne se perd pas étant donné que l’auteure apporte beaucoup d’explications. C’est sympa.

L’auteure nous fait rire, nous faire réfléchir et nous rend même tristes. C’est vraiment une comédie romantique sympathique mais qui a quand même un fond réflexif assez intéressant.  La plume de Chani Brooks est fluide et agréable. Je ne peux que vous recommander cette plume et les différents univers qu’elle peut proposer. En effet, on peut trouver un univers geek, faire un petit tour par le Québec et aussi par les démons et la noirceur de l’âme humaine. C’est très captivant.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un mélange sympathique des thématiques légères et d’autres plus dures
  • Un panel de personnages important et intéressant
  • Une plume sympathique

4

18

Together – Tome 01: Ennemy de Sissie Roy

together-tome-1-ennemy-1307724-264-432Résumé : Les seules choses que Brian Lewis aime dans la vie sont sa caisse, les femmes qu’il collectionne et lui-même. Intransigeant, trop souvent arrogant, il utilise les gens comme bon lui semble. Cependant, il porte un amour fraternel à Mat, son meilleur ami qui est le seul à toujours avoir été là pour lui. S’il se fout bien de décevoir parents et amis, il tient mordicus à ne pas trahir Mat. Lorsque ce dernier lui apprend qu’Abby, sa petite sœur, viendra vivre avec eux, Brian n’est pas tout à fait d’accord et il ne se gênera pas pour le faire sentir à la nouvelle venue. À la demande de son ami, il accepte de garder un œil sur elle, mais ça implique de passer du temps avec elle. Mat ordonne à Brian de ne pas coucher avec sa frangine. À force de se côtoyer et de se connaître, il devient difficile pour les deux nouveaux colocataires de rester loin l’un de l’autre. Parviendront-ils à respecter l’ordre de Mat ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence éditions pour l’envoi de ce roman en service presse. Pour tout vous dire, j’ai apprécié la douceur et la délicatesse qui se reflètent dans la couverture. J’avais très envie de découvrir la plume de Sissie Roy, j’ai donc sauté sur l’occasion.

Together est une saga qui compte (pour l’instant) 05 tomes. Ça peut faire peur, c’est clair. En attendant, le premier tome se lit si facilement que l’on a envie de rempiler sur la suite très rapidement. Il fait un peu moins de 500 pages mais on ne voit pas le temps passer.

On fait la rencontre d’Abby, une jeune femme à la dérive complète après une trahison sentimentale. Elle est complètement dévastée par la rupture qu’elle subit. Elle ne peut se retourner sur personne puisqu’elle ne peut plus faire confiance à sa meilleure amie. Seule avec sa mère, elle dépérit de jours en jours. Une seule solution s’impose : partir loin et laisser les démons du passé et essayer d’aller de l’avant. Abby va quitter sa mère, ses repères et partir rejoindre son frère Mat qu’elle ne connait pas très bien. Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que si Mat est dans les parages, son coloc et meilleur ami, Brian, n’est jamais bien loin…

J’ai apprécié ma lecture sans que cette dernière ne soit un coup de cœur. Si j’ai aimé les personnages, j’ai trouvé qu’il y en avait peut-être un peu de trop. Cette accumulation au niveau des situations épineuses additionnée au jeu du chat et de la souris a été un peu compliqué à gérer pour moi. J’avoue que j’ai levé les yeux au ciel de temps en temps. En revanche, le panel de personnages est très agréable. Les personnages sont variés : on a une jeune femme un peu naïve qui est beaucoup trop impulsive, un frère un peu trop protecteur et sa fiancée à l’écoute, on fait aussi la rencontre d’un ours mal léché qui va aussi nous en faire voir de toutes les couleurs, des jeunes hommes et des jeunes femmes en quête de chair fraîche et d’histoire d’un soir et je vous en passe. Les caractères sont très différents, les psychologies sont diverses et variées.

L’intrigue est complète. Pour un premier tome, les bases sont vraiment bien posées. On vit cette histoire avec Abby et on apprend à la découvrir et à la comprendre. J’aime énormément le fait qu’on est dans la phase de « reconstruction ». Cela apporte beaucoup de crédibilité à l’histoire même si je n’ai pas adhéré à tout ce que l’auteure a proposé, ce n’est pas pour autant que je n’ai pas apprécié ce que j’ai lu d’un point de vue global. S’ajoute aux thématiques un peu dures, une légèreté notable avec la colocation. En effet, Abby et Brian sont deux personnages aux antipodes : feux d’artifice garantis ! Cela vient vraiment dynamiser le roman.

Je ne connaissais pas la plume de Sissie Roy mais j’ai vraiment aimé ce que j’ai découvert : une plume fluide et dynamique qui pose un cadre sans en faire de trop. Les personnages proposent de réelles discussions sur les relations humaines et amoureuses. Ainsi, la thématique de la confiance, de l’amitié mais aussi de la famille sont présentes. J’espère en apprendre plus sur le duo Mat/Abby. On sent toute la colère et la frustration de ces deux enfants à avoir subi les décisions des grandes personnes.

Le duo Abby/Brian est aussi très intéressant. Au-delà du jeu du chat et de la souris, ce sont deux personnalités différentes mais brisées par la vie. J’ai apprécié découvrir Brian autrement que dans la colocation.

L’alternance des points de vue dans la narration apporte vraiment beaucoup. On ne se place pas que du côté d’Abby, le point de vue de Brian permet au lecteur de mieux cerner le personnage et de comprendre que ce n’est pas le « monsieur connard » qu’il prétend être.

En définitive, malgré quelques petits bémols, je sors relativement ravie de ma lecture et de ma découverte de la plume de Sissie Roy. Je signe pour la suite très rapidement !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un premier tome d’une saga New adult qui pose les bases.
  • Un panel de personnages très intéressant et coloré.
  • Une plume fluide et dynamique

4

22

Menthe royale : un prince (pas tout à fait) charmant de Johanna Laury

menthe-royale-un-prince-pas-tout-a-fait-charmant-1341035-264-432Résumé : Annabelle, 21 ans, jolie rouquine aux yeux vairons et à la maladresse légendaire, posera ses valises pour la première fois en Solvanie. Pour les nuls en géographie, je vais vous aider. Je plaisante ! Il s’agit du fruit de mon imagination, mais jouez le jeu. Visualisez l’Europe de l’est. Vous voyez l’Allemagne et les Pays-Bas ? Bon, maintenant, imaginez entre ces deux pays, une toute petite principauté à peine plus grande que le Liechtenstein. Vous y êtes ? Ah ! Super ! Représentez-vous maintenant notre jeune française, seule, dans la Capitale de ce magnifique pays, où elle y fera d’étonnantes et royales rencontres qui changeront à tout jamais sa vie, et l’image qu’elle se faisait du Prince (pas tout à fait) Charmant.

~ Service presse ~

Je remercie l’auteure pour sa proposition via SimPlement. J’avais craqué pour la couverture ainsi que le résumé pétillant que l’auteure nous proposait. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à découvrir le roman de Johanna Laury.

On fait la rencontre d’Annabelle, un personnage haut en couleurs. Il est fort probable que son père soit Gaston Lagaffe et qu’elle ait du sang de Pierre Richard qui coule dans ses veines… C’est une jeune fille que l’on peut qualifier d’aimant à ennuis.

Suite au concours estival annuel avec Baptiste et Julie, ses deux amis, Annabelle se retrouve à passer ses vacances en Europe de l’Est. La Solvanie ouvre ses portes à notre personnage principal. Je dois avouer que j’ai apprécié le fait que l’auteure ait inventé de toutes pièces ce pays qui, soyons honnêtes, pourrait exister !

Le point fort de ce roman est, pour moi, le panel de personnages. En effet, il y en a beaucoup qui sont assez sympathiques. Bien que différents, ils apportent tous quelque chose à l’histoire. J’ai trouvé cela très intéressant et intelligent. On commence par Annabelle qui est le personnage principal de ce roman. Annabelle est un personnage féminin atypique et haut en couleurs. Cette fille est un feu d’artifice ! C’est un équilibre juste entre humour, maladresse, gentillesse et caractère de feu. Annabelle a son caractère et il ne faut pas l’ennuyer ! Si elle a quelque chose à dire, elle va le faire même si pour cela elle se met dans des situations incroyablement périlleuses. A peine arrivée en Solvanie, Annabelle va enchaîner les catastrophes à l’aéroport et devant sa maison de vacances. Elle va ainsi rencontre Albert et Brigit que j’ai beaucoup appréciés. Ils sont les gérants de la maison de vacances d’Annabelle et j’ai beaucoup apprécié la touche de fraicheur qu’ils ajoutent à l’intrigue. Karel & Karl sont les deux figures masculines de ce roman. J’ai trouvé que les deux frères étaient très intéressants. Ils sont aux antipodes mais se complètent. L’un est très naïf, l’autre est trop méfiant. L’un est d’une gentillesse incroyable, l’autre est arrogant et, par moments, méchant. Bref, Karl et Karel sont deux personnages que j’ai appréciés. Ce que l’auteure parvient à faire est assez chouette et, à mon grand désespoir, cela n’arrive pas assez souvent : elle donne une importance à tous ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, j’ai trouvé chouette l’idée de ne mettre personne sur le côté.

Annabelle va tisser des relations très différentes les unes des autres mais je les trouve vraiment très sympathiques. La relation Karl/Annabelle m’a beaucoup plu mais ma préférée reste celle entre Annabelle et Karel. C’est vraiment sympathique.

Je ne vous le cache pas, ce roman n’est pas un coup de cœur même s’il est très agréable. Cette comédie romantique pétillante et très drôle va, de temps en temps, un poil trop vite. La mise en place de certaines relations va trop vite pour moi. Maintenant, cela reste un minuscule point mitigé pour moi. Je comprends l’intention de l’auteure mais ce n’est pas quelque chose que j’apprécie plus que cela. Bref ! Le second point fort de l’intrigue est certainement la plume de l’auteure ! Que cela soit dans l’action ou dans la description, l’auteure trouve toujours les mots justes, c’est très appréciable. Malgré une rapidité certaine au début du roman, j’avoue que je reste séduite pour la vitesse de croisière que l’on prend une fois les premières pages passées.

L’alternance des points de vue (celui d’Annabelle et de Karel) est très agréable aussi. Cela permet d’ajouter une certaine émotion au roman et on finit par mieux comprendre l’attitude de Karel par rapport à Annabelle. J’ai trouvé ça chouette. Cela permet aussi au lecteur de mieux comprendre le personnage dans son ensemble, c’est cohérent et ça ajoute de la profondeur à cette comédie romantique.

En définitive, malgré un petit souci au démarrage, je reste très contente de ma lecture. En effet, on se retrouve embarqué en Solvanie pour une aventure très intéressante qui va mêler l’amour, l’amitié et la royauté. Le personnage d’Annabelle est très intéressant, riche et atypique. On ne rencontre pas ce genre de personnage principal dans tous les romans. Un peu d’originalité fait du bien ! J’ai aussi rencontré une plume fouillée, riche et dynamique. Cela m’a permis de lire le roman dans son intégralité sans faire de pause.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un cadre original que j’ai apprécié
  • Un panel de personnages qui est la réelle force de ce roman
  • Une comédie romantique pétillante et pleine de belles surprises

4

21

Irish Therapy de Mily Black

41ihmgL44DLRésumé : L’amour est la meilleure thérapie. Dans la vie de Salomé, il y a deux hommes : Auguste, son meilleur ami de toujours, et Jules, l’homme qui l’attire en secret. Lorsqu’elle perd le premier brutalement, c’est tout son monde qui s’écroule. Sans cette amitié, Salomé perd peu à peu goût à la vie. Jusqu’à ce que Jules, son collègue franco-irlandais, décide de prendre les choses en main. Armé de son sourire indécemment craquant et de son regard hypnotique, il a l’air déterminé à ne pas la laisser tomber. Et, même s’il n’a jamais semblé partager ses sentiments jusqu’à présent, il fait tout pour passer du temps avec elle et l’aider à retrouver sa joie de vivre. Salomé commence alors à douter : Jules agit-il par simple amitié ou ressent-il vraiment quelque chose pour elle ?

~ Lecture détente ~

Je vous avoue, j’ai été charmée par le titre. Ce n’est pas forcément le genre de lecture que je lis le plus mais j’ai fondu pour ce résumé et ce titre. Quelle faiblesse ! Roman qui se lit rapidement, l’histoire de Salomé est très forte. On y va ? C’est parti !

Salomé est une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée. En effet, elle subit la pire des choses : elle perd Auguste, son meilleur ami de 23 ans à cause d’une maladie. C’est avec une grande justesse que Salomé nous fait comprendre qu’Auguste était plus que son meilleur ami, c’était son âme-sœur.

« Tout le monde croit, à tort, que deux âmes sœurs sont forcément des gens voués à s’aimer, se marier et repeupler une planète qui compte déjà beaucoup trop d’habitants. Aucun ne songe que cela peut aussi être deux personnes qui partagent la même âme sans pour autant rêver d’être en couple. »

J’ai beaucoup apprécié cette subtilité dans les relations. Je comprends totalement Salomé parce que ça m’est déjà arrivé. On se sent tellement bien dans ce genre de relation. Pas besoin de discuter pour se dire les choses : les gestes, les postures, les intonations de la voix, cela suffit à se comprendre. Auguste était sa personne comme Cristina est celle de Meredith.

Si ce roman m’a plu pour le côté romance, je n’ai pas apprécié la totalité de l’histoire. En effet, je n’ai pas compris comment et pourquoi Jules apparaît dans la vie de Salomé. Comment un quasi inconnu (enfin, c’est un supérieur au travail canon) va finir par aider Salomé à aller mieux. Je reste un peu sceptique sur le début de la relation. J’ai trouvé le duo très agréable à voir évoluer mais j’ai eu un peu de mal à le trouver crédible au départ.

Salomé va se confier à Auguste sur l’attirance qu’elle éprouve envers Jules, ce bel irlandais, qui travaille dans la société pour laquelle elle est stagiaire. J’ai apprécié la voir évoluer aussi professionnellement que personnellement. Cela permet de ne pas forcément se focaliser sur la peine de Salomé.

J’ai, en revanche, été très touchée par la perte de Salomé. Auguste laisse un grand vide dans son cœur et la pente est très difficile à remonter pour elle. J’ai aimé la manière dont Jules essaye de l’aider à faire son deuil et à aller de l’avant. Je trouve que l’auteure a trouvé les mots justes pour toucher son lectorat.

Véritable page turner, ce roman est très agréable à lire. On voyage entre le sud de la France, la Bretagne et l’Irlande. J’espérais secrètement faire un petit tour chez nos amis irlandais, j’ai donc été séduite par ce voyage initiatique. Réelle quête de soi, Salomé va essayer de trouver le moyen de renaître de ses cendres et d’apprendre avec la moitié d’elle, que représentait Auguste, en moins. C’est très intéressant de lire le processus d’acceptation du deuil.

Si j’ai apprécié ma lecture, elle me laisse un goût de trop peu dans la bouche. Effectivement, même si on a le fin mot de l’histoire pour Salomé, j’ai trouvé que c’était un peu trop abrupt. J’aurais aimé plus de souvenirs d’Auguste et Salomé et surtout quelques mots de plus sur Lysandre et sa famille. Même si on comprend comme se termine l’histoire pour elle, j’ai trouvé que cela n’était pas forcément équilibré vu la place que prend ce personnage dans une partie de l’intrigue. Je pense qu’il y a matière à creuser par rapport au personnage de Lysandre.

C’est, pour moi, la première fois que je me plonge dans l’univers de Mily Black et c’est une très belle réussite. En effet, j’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure qui est un subtil mélange de tendresse et d’émotions. On passe un bon moment avec Salomé et Jules. Ce roman pourra plaire à un sacré nombre de lectrices, cela ne fait aucun doute !

En définitive, Mily Black, au-delà d’une jolie romance nous propose une réelle réflexion sur le deuil d’un être cher. Salomé va devoir apprendre à se reconstruire sans une partie d’elle. Jules est la personne sur qui elle va pouvoir s’appuyer et se reposer le temps de reprendre des forces. Le voyage géographique et intérieur de Salomé est très intéressant, j’ai beaucoup apprécié ma découverte malgré les quelques petits bémols que j’ai pu souligner. Je relirai, avec plaisir, la plume de Mily Black.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une romance sur fond dramatique
  • L’équilibre de la plume de l’auteure qui permet de ne pas sombrer dans un roman trop dur à lire
  • Le personnage de Salomé que j’ai beaucoup apprécié

4

10

Sensual Bachata de Charlie Genet

41DiKKalWsLRésumé : Noé, jeune homme au passé secret, est féru de bachata. Lorsqu’il croise Suzanne, championne de danses latines, au détour d’une soirée, l’osmose musicale est parfaite. Pourtant, la jeune femme disparaît… Un an plus tard, le destin les réunit, mais Suzanne, meurtrie par les violents et tragiques événements du Bataclan, n’est plus que l’ombre d’elle-même. De son côté, victime de ses addictions, Noé espère encore préserver ce qui lui reste. … Et si danser ensemble les sauvait de leurs démons ?

~ Lecture prix des auteurs inconnus 2019 ~

Je remercie chaleureusement Virginie et Julie pour m’avoir fait de nouveau confiance. En effet, pour la troisième année consécutive, je suis membre du jury pour le Prix des Auteurs Inconnus. Sensual Bachata était un roman très attendu ici. C’était l’un des extraits qui m’avait le plus plu lors de la sélection. Quand j’ai reçu le roman, j’étais très contente et j’ai dévoré le roman en quelques heures. Si le roman est une très belle découverte, j’avoue que certains petits points m’ont un peu fait tiquer. Préparez-vous à entrer dans la danse !

Première chose que j’ai appréciée : j’ai découvert la bachata (maintenant, j’ai plein de vidéos dans mes différents fils d’actualité mais bon, au moins, j’ai vu des vidéos ahah). La bachata qu’est-ce que c’est ? Un petit point Wiki ? C’est parti ! La bachata est un rythme dansant originaire de République dominicaine, plein de folklore. On peut le considérer comme un mélange de boléro (surtout, le boléro rythmique) avec d’autres influences musicales d’origine africaine et avec d’autres styles comme le son,le Kompa haïtien, le merengue, le cha-cha-cha et le tango. On est bien avancé tiens… Je vous invite à regarder des petites vidéos sur Youtube pour avoir une idée. Ce qu’il faut savoir, c’est que Charlie Genet est très douée pour les descriptions… C’est une plume très visuelle qui nous emmène très rapidement dans le monde de la danse et plus particulièrement dans le monde de la bachata.

On fait la rencontre de Suzanne, une jeune femme à la dérive depuis la mort d’un être cher lors des attentats du Bataclan. J’ai beaucoup apprécié retrouver cette thématique. En effet, je trouve que c’est aussi important d’avoir des événements aussi tragiques dans 83635699_10216845068819798_5287050577543430144_ndes romances. Cela permet d’ancrer la romance dans la réalité mais aussi de donner un côté plus grave à l’intrigue qui rend la romance encore plus forte. Suzanne est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. En effet, on a une jeune femme têtue, qui est dans une situation que je ne souhaite à personne. On a juste envie de la serrer dans nos bras et d’essayer de la sortir de la situation dans laquelle elle se trouve.

On fait aussi la rencontre de Noé, un personnage que j’ai détesté au départ. Imbu de sa personne, beau gosse et vantard, Noé représentait tout ce que je peux détester chez un homme. Cependant, il m’a beaucoup surprise : son évolution est formidable et le rend beaucoup plus humain. Si je ne l’ai pas apprécié dans un premier tiers de la romance, j’ai trouvé qu’il était beaucoup plus sensible et adorable dans les deux derniers tiers de cette romance.

Le duo Noé/Suzanne est très intéressant. En effet, j’ai beaucoup apprécié l’alchimie qu’il y a entre ces deux êtres. Leur binôme de danse met le feu au plancher. Ils sont tellement beaux à lire et à voir. J’ai complètement été immergée dans le monde de Charlie Genet. En effet, le fait que sa plume soit très visuelle m’a permis d’imaginer très facilement les scènes de danse. Bien entendu, Suzanne et Noé vont se rapprocher même si au départ, Suzanne n’était pas forcément pour. Noé a su trouver les bons mots et avoir les bons gestes pour que Suzanne se sente en confiance, c’était très beau à découvrir.

La plume de Charlie Genet nous offre un cocktail d’émotions intenses : on passe du rire aux larmes, de la colère à la tendresse, de la sensualité à la violence… C’est vraiment très fort de ce côté-là. Là où j’ai peut-être été un peu moins sensible, c’est sur l’accumulation des addictions. En effet, on se retrouve avec deux personnages complètement brisés par la vie. Suzanne a toute la partie « descente aux enfers » après avoir perdu un proche dans la fusillade de Bataclan mais Noé doit, lui aussi, faire face à ses addictions. Je pense que j’ai été un peu noyée dans tous ses addictions. On a l’impression que l’on ne va pas s’en sortir. En plus de ces soucis-là, s’ajoutent des problèmes financiers et des problèmes familiaux et amicaux. Personnellement, c’est un peu trop pour moi. J’aurais certainement préféré me concentrer sur certaines thématiques et ne pas forcément m’éparpiller avec tous les points soulevés dans ce roman.

Cela n’enlève rien à la qualité de la plume et à la finesse des mots employés par l’auteure. Charlie Genet a un talent fou et j’ai grandement apprécié faire la connaissance de Noé & Suzanne. Il faut aussi souligner la qualité des personnages secondaires comme Juan ou encore Barts. Cela prouve que l’auteure a soigné les psychologies de tous ses personnages et cela se ressent. De plus la narration nous propose de découvrir le point de vue des deux personnages principaux. Cela rend le récit beaucoup plus vivant et dynamique.

La danse est la thématique principale mais se traduit de différentes manières : elle peut être une thérapie comme pour Suzanne qui l’utilise pour combattre ses démons et reprendre une vie normale, elle est aussi un moyen pour Noé de se libérer des frustrations de son quotidien. La danse est une liberté certaine, un médicament pour d’autres. La danse est aussi un moyen d’unir ces deux âmes brisées. J’ai beaucoup apprécié toutes ces facettes de la danse.

« Les derniers accords courent dans mes veines. Une caresse mélodique me parcourt, avant que je rejoigne Suzy, les mains tendues. Nous sommes liés par un fil invisible, si fin qu’il semble fragile. Il pourrait se briser d’une minute à l’autre, la musique sur le point de s’arrêter. Pourtant, je tente de le sauver, je ne veux pas perdre cette communion entre nous Je m’accroche à son regard, garde ses doigts dans les miens, nous sommes unis dans un porté au ras du sol, dans une sphère intime. »

En définitive, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. J’ai aimé la profondeur des personnages principaux. J’ai aimé la plus visuelle de l’auteure qui rend parfaitement justice à la sensualité de la danse sans en faire de trop. La plume est fluide, dynamique et pleine de jolies surprises. J’ai aussi apprécié trouver des thématiques plus importantes et sérieuses comme la fusillade du Bataclan qui a brisé tant d’âmes et de cœurs. Cela ajoute une dimension plus grave au roman. J’ai adoré.

Retrouvez le PAI par ici :

03 bonnes raisons de découvrir ce roman : 

  • La place de la danse dans le roman. C’est très intéressant. 
  • La plume de Charlie Genet formidable vecteur d’émotions
  • Le duo Noé/Suzanne

notation

21

My mysterious protector de Nadège Fillion

my-mysterious-protector-1331069-264-432Résumé : Le monde de Sarah s’est écroulé depuis qu’on a retrouvé le cadavre de son frère, Ethan, dans le lac derrière chez elle. Les enquêteurs en ont déduit que c’était un bête accident. Alors qu’elle sombre dans la dépression, un mystérieux inconnu débarque et lui annonce qu’Ethan était un agent secret et que sa dernière mission a mal tourné. La mafia russe aurait envoyé un tueur à gages pour lui régler son compte, et elle est devenue la cible numéro un des ennemis de son frère. Obligée de fuir, elle n’a d’autre choix que de faire confiance à ce mystérieux protecteur. Entre attirance, amitié, vengeance et trahison, le danger rôde à chaque instant…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi papier de ce roman. Je suis vraiment très heureuse de recevoir des surprises comme celle-ci. My mysterious protector est une très belle surprise. Je vous avoue que, comme c’était un envoi surprise, je n’avais donc pas fait la demande de ce SP. Quand j’ai lu le résumé, j’ai eu peur. Ce n’est pas ce que je lis habituellement : mafia, agent secret… Mouaiiis. Et bien figurez vous que je me suis largement trompée sur ce roman. J’ai beaucoup apprécié l’histoire !

On fait la rencontre de Sarah qui est à la dérive depuis quelques mois. Son frère, Ethan, dont elle était très proche s’est suicidé dans le lac derrière la propriété de ses parents. Meurtre ? Suicide ? Sarah ne sait plus quoi penser et ne parvient pas à avancer depuis l’annonce du décès de son frère. Alors qu’elle est au plus mal, Sarah va ouvrir la porte à un collègue d’Ethan : Darel. Darel va lui révéler quelque chose de surprenant : son frère n’était pas celui qu’il prétendait être. C’était un agent secret qui mentait tout le temps à ses proches pour ne pas les mettre en danger. Sa mort n’était donc pas un accident, c’était volontaire.

Darel & Sarah vont vivre une aventure aussi dangereuse qu’instructive, aussi forte que difficile, aussi belle qu’effrayante. J’ai beaucoup apprécié ma lecture parce que les thématiques sont savamment mélangées et équilibrées. Personnellement, vous me parlez de mafia, de russe et d’agent secret, j’ai l’impression d’être dans un vieux roman d’espionnage style S.A.S et, en toute honnêteté, ce n’est pas franchement ma tasse de thé. Le tour de force de l’auteure réside dans cette manière de mélanger toutes les thématiques du roman d’espionnage à une personnalité féminine moderne et qui vient mettre un bon coup de pied dans tous les stéréotypes que l’on peut avoir sur ce genre de roman. Ajoutons à cela une petite touche de romance moderne et nous avons un savant mélange qui tient le lecteur en haleine jusqu’au bout.

Dans ce roman, on voyage beaucoup. On ne prend pas le temps de se poser, le danger rode, il faut bouger. Il y a un sacré dynamisme dans ce roman grâce à ce mouvement perpétuel. Le dynamisme réside aussi dans le duo Darel/Sarah. Sarah est une jeune femme pleine de dynamisme : dès qu’elle peut, elle se fourre dans des ennuis incroyables. Elle n’écoute pas, n’en fait qu’à sa tête et met son « équipe » dans des situations périlleuses qui pourraient leur coûter la vie. Plusieurs fois, Darel va mettre sa vie en danger pour éviter que Sarah ne meurt. La loyauté de Darel envers Ethan est intense et très belle. Il ferait tout pour son ami.

Darel est accompagné d’autres agents secrets qui vont tout faire pour que Sarah reste saine et sauve. J’ai trouvé l’idée agréable. Même si on a des personnages secondaires très attachants, l’attirance physique entre Darel & Sarah vient pimenter l’intrigue. J’ai trouvé cela très sympathique. Darel est un personnage mystérieux qui ne laisse rien transparaitre de ses émotions ou de ce qu’il peut penser. Insondable, il va vivre avec Sarah une aventure incroyable.

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, c’est l’originalité de l’intrigue. L’auteure n’est fait pas de trop. En effet, on se retrouve avec une plume très agréable, bourrée d’humour et d’émotions. J’ai trouvé que l’auteure parvenait, avec une extrême justesse, à nous faire ressentir la tristesse et la détresse de Sarah face à la perte de son frère. J’ai aussi aimé l’idée de la musique et de la guitare, cela a apporté beaucoup de douceur au personnage de Sarah qui peut aussi paraitre distante et un peu froide par moments.  Dynamique et fluide, la plume est le reflet de cette intrigue dans laquelle on ne perd pas de temps. En revanche, j’ai eu quelques petits moments où cela a été trop rapide pour moi. C’est le seul petit bémol de cette histoire. Des fois, il m’a manqué un peu de détails dans l’histoire. Ca allait un peu trop vite.

Il faut aussi parler du livre objet. Franchement, le format est génial. Entre le poche et le grand format, je l’ai trouvé très agréable. En plus d’avoir une histoire chouette entre les mains, le support est ultra agréable. La qualité du papier et la souplesse du format sont à souligner. Je trouve que c’est le format le plus sympathique. Je n’ai pas eu peur de l’abimer, je l’ai pris avec moi au boulot pour lire pendant ma pause déjeuner. Bref, je trouve que c’est un formidable travail et qu’il est important de le souligner. Bravo à Evidence Editions pour leur travail !

En définitive, j’ai adoré ma lecture ! Pourtant, à la lecture du résumé, ce n’était pas gagné. Il faut dire que les thématiques liées aux romans d’espionnage ne me tentent pas plus que cela. Nadège Fillion est parvenue à me faire oublier mes aprioris grâce à une plume pleine de surprise et de malice. Sautez le pas et passez un bon moment de lecture avec Sarah & Darel !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’auteur met un bon coup de pied dans les stéréotypes liés au roman d’espionnage en mélangeant romance et modernité aux thématiques de base.
  • Le duo Sarah/Darel que j’ai pris plaisir à découvrir
  • La plume de l’auteure : dynamique et rafraîchissante

4

12

Du soleil sur ma vie de Claire Bertin

105385935_2870626406397029_8823245983031633988_nRésumé : Je m’appelle Anne, je suis sage-femme. Mon boulot, c’est ma vie. Je vis presque dans l’hôpital où j’exerce le plus beau métier du monde. Quand je n’y suis pas, je passe mon temps libre avec Gaby, ma voisine de palier, en pyjama pilou et grosses chaussettes. Il semblerait que je travaille trop ! Alors, un soir, verres de Chardonnay à la main, ma voisine et moi réservons un séjour de luxe en Guadeloupe. Je l’ignore encore : la décision prise ce soir-là va changer le cours de mon existence. Et si le soleil pouvait briller pour moi aussi ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Claire Bertin pour l’envoi de ce roman. Je suis toujours très heureuse de lire un nouveau roman de cette auteure. Si j’avais bien apprécié la duologie 20 ans de l’auteure, ici, je suis ravie d’avoir partagé ce moment de lecture avec Anne.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans cette lecture, c’est le fait que l’on reconnaisse vraiment Claire dans ce qu’on lit. En effet, pour avoir papoté à de nombreuses reprises avec elle, des termes comme  « ma bichette » ou encore la manière dont Anne voit le monde représente totalement Claire. J’ai beaucoup apprécié partager cet instant avec Claire, comme si je rentrais dans son monde, c’est vraiment très intéressant et agréable.

Claire nous envoie directement sous le soleil de la Guadeloupe ! Le temps de quelques jours de vacances bien mérités pour la charmante Anne, une sage-femme au cœur d’or. Qu’est-ce que j’ai aimé ce personnage. Cela m’a fait beaucoup de bien ! C’est un roman plein d’émotions, bienveillant, qui m’a retourné le cœur (dans le bon sens du terme). Je félicite l’auteure pour ce joli voyage en Guadeloupe mais aussi au cœur de la vie d’Anne que j’ai pris plaisir à découvrir dans l’exercice de son métier mais aussi dans sa sphère intime et privée.

La Guadeloupe ! Pas de doute en ce moment, ça fait rêver : ça sent le monoï, on entend le bruit des vagues, on fait un tour de bananeu mais aussi des excursions. Il ne faut pas oublier le plus important : on rencontre des gens. On brasse une population de vacanciers qui sont là en même temps qu’Anne et Gaby (sa meilleure amie et voisine). J’ai beaucoup apprécié Marcel & Fabien. Ce sont deux personnages aux antipodes mais tellement rafraîchissants, j’ai beaucoup apprécié ce que l’auteure en fait. Même s’ils restent des personnages secondaires, ils ne sont pas là pour jouer les plantes vertes : bien au contraire ! De temps en temps, on fait trouve quelques piqûres de rappel pour ne pas les oublier, j’ai trouvé ça très chouette !

Du soleil sur ma vie n’est pas qu’un récit de voyage. On va bien au-delà de ça. Véritable hymne aux sages-femmes, j’ai trouvé très agréable le regard porté sur la profession à travers le personnage d’Anne. J’ai vraiment eu un petit coup de cœur pour ce personnage qui représente tout ce que j’aime : honneur, loyauté mais aussi la bonne humeur et la bonté. Elle a le cœur sur la main et ça se découvre très rapidement. J’ai trouvé qu’Anne était un personnage haut en couleur. C’est vraiment une très belle découverte. Autour d’Anne gravite un nombre certain de personnages dont Gaby, sa meilleure amie. Si je l’ai trouvé plus en retrait et peut être un peu moins en raccord avec ce que je peux apprécier au niveau du caractère, elle se montre pétillante et dynamique. Ca vient remettre un coup de fouet après le retour des vacances !

L’intrigue est en deux temps. En effet, si on se prélasse sous le soleil de la Guadeloupe dans un premier temps, on reprend vite la route du travail et de la routine française avec Anne dans un second temps ! L’auteure ne laisse pas le temps au lecteur de s’ennuyer. Je n’ai pas vu le temps passer. Pour tout vous dire, j’ai commencé les premières pages du roman via mon ordinateur (je n’aime pas trop ce support pour lire) et prise dans l’engrenage, j’ai terminé ma lecture d’une traite ne lâchant pas mon ordinateur.

Je pense que la force de Claire réside dans sa plume et dans la simplicité de ses intrigues. On se reconnait dans ce que l’auteure expose. Anne est un personnage dans chacun d’entre nous peut se retrouver. Il y a un panel de personnages riche qui permet de trouver ce que l’on aime. Le panel de lecteur s’élargit grandement grâce à cette idée. Claire écrit avec son cœur (enfin, pas vraiment, mais dans l’idée, c’est vrai !), on ressent vraiment un tourbillon d’émotions. J’ai aimé l’histoire d’amour, j’ai aimé le voyage, j’ai aimé le questionnement d’Anne, j’ai aussi aimé mon immersion dans le monde des naissances et du métier de sage-femme. C’est la magie Bertin ! On se sent bien, en paix et tranquilles dans cette histoire.

Bien que je n’aie clairement pas la tête à penser à cette stupide histoire avec lui, son comportement de ce matin prouve que le monde n’est pas manichéen. On peut se comporter comme un connard un jour, et faire preuve d’empathie le lendemain. L’être humain est complexe et quelque part, ça me rassure. Il y a du bon en chacun de nous.

Véritable page turner, je ne peux que vous le conseiller en cette période de l’année. Vous me direz, même en hiver, je vous le conseillerai : il réchauffera votre cœur à coup sûr ! Plein de bienveillance, ce roman vous montrera la profondeur du personnage d’Anne et l’humanité qui se dégage de ce personnage et, de manière générale, de l’univers de l’auteure. Claire Bertin décide de parler de la vie, la vraie vie. On est dans une réalité intense. On nous parle de la vie faite de bonheurs mais aussi de malheurs. La manière dont on côtoie cette réalité est faite pour que l’on comprenne, que l’on accepte que tout n’est pas toujours rose. L’auteure fait grandir ses personnages et nous fait passer un moment intéressant et bourré d’émotions en tout genre. A lire de toute urgence !

Je tiens aussi à féliciter Claire pour la qualité de sa plume. Quelle évolution depuis le premier tome de 20 ans !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • On nous parle de la vie comme on peut la vivre. Cela fait du bien de pouvoir se projeter dans une histoire dans ce genre.
  • Le personnage d’Anne que j’aime énormément.
  • La qualité de la plume de Claire Bertin qui ne cesse de m’épater et m’étonner.

5

14

Ange du destin de Mady Flynn

41QFOTLZ9NLRésumé : Margaux a 18 ans lorsqu’elle perd la vie dans un tragique accident de voiture. Jeune, insouciante et aimée de tous, elle pensait avoir la vie devant elle. C’était sans compter sur le destin et ce qu’il lui réserve… Une seconde chance ! Réincarnée en ange, Margaux est invisible pour la plupart des humains mais pas pour Valentin. Le jeune homme, qui rêve de partir pour un tour du monde en camping-car, voit ses projets chamboulés. Deux mondes les séparent et leur amour naissant devra surmonter de nombreuses épreuves. Réussiront-ils à dépasser les frontières qui les séparent ? Parviendront-ils à changer le cours du destin et quel sera le prix à payer ? Un chemin semé d’embûches les attend…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement MEC éditions pour l’envoi de ce roman. J’ai eu la chance de pouvoir le découvrir grâce à mon partenariat. Une fois n’est pas coutume (la bonne blague), j’ai craqué pour la couverture. J’adore les anges, j’adore les histoires avec les anges, il était donc naturel pour moi de lire cette histoire.

D’un côté, on fait la rencontre de Margaux, une jeune femme de 18 ans qui est morte. Un accident de voiture, un pont et c’est le décès assuré. Cela fait trois ans qu’elle erre, qu’elle fait du stop, qu’elle essaye de se sortir de ce pont où elle revient toujours. Bloquée dans cet entre-deux, Margaux va essayer de s’en sortir.

D’un autre côté, on fait la rencontre de Valentin, un jeune homme qui tombe en panne en camping-car juste devant le pont de Margaux. Invisible aux yeux de la plupart des humains, elle ne l’est pas aux yeux de Valentin. S’en suit, forcément, une rencontre qui va bouleverser la vie de ces deux jeunes gens.

J’ai beaucoup apprécié cette histoire. L’équilibre entre la romance et le fantastique est très bon. Je trouve que l’ambiance est vraiment très sympathique. En effet, je trouve que les thématiques sont assez difficiles : le deuil, l’acceptation, la maladie. Ce sont des sujets très présents dans l’intrigue mais ils sont traités avec beaucoup de douceur et d’émotions. L’amour naissant entre Margaux & Vincent est très agréable à lire, l’auteure prend le temps de poser les choses et rend l’histoire très crédible à mes yeux. J’ai aimé la manière dont l’auteure traite de la thématique de l’amour impossible : on ne tourne pas en rond, on ne joue pas au chat et à la souris. On est en face de deux jeunes personnes qui avancent de trois pas, qui reculent de temps en temps d’un pas ou deux par hésitation. La réalité de cette relation rend l’ensemble très agréable.

« Je soulève ma robe jusqu’au niveau de mes mollets et regarde le spectacle de mes pieds qui avancent. C’est ridicule et pourtant c’est mon rêve depuis trois ans. Comme une personne hospitalisée qui fixerait la vie d’un parc juste en dessous de sa fenêtre, s’imaginant de pouvoir un jour y poser le pied.       J’avance dans le flou le plus total, personne ne m’a dicté ce que je devais faire. Personne ne m’a jamais expliqué qui j’étais et quel était mon rôle sur Terre. J’ai dû assister à mon propre accident, au défilé des pompiers et des voitures de police. Personne ne m’a dit pourquoi j’ai dû rester près de ma voiture en flammes pour finir par comprendre toute seule que ma vie était finie. On utilise souvent ces mots : ma vie est finie. Ça a été le cas pour moi. Et aujourd’hui, je renais. Pour la première fois, je me sens vivante aux côtés d’un homme qui note finalement l’étrangeté de mon comportement »

J’ai aimé le personnage de Margaux. Cet ange qui vit dans un entre-deux sans vraiment comprendre son rôle sur terre va nous retourner le cerveau et vous proposer une très jolie histoire. J’ai aimé la lire raconter son passé, envisager un avenir, s’il y en a un de possible. Sa rencontre avec Sarah va la faire avancer et évoluer, elle va pouvoir essayer de trouver des réponses à ses questions, c’est assez sympathique parce que ça fait avancer l’histoire, on ne stagne pas dans les malheurs de Margaux et de Valentin. Le duo qu’il forme est équilibré. J’ai aimé beaucoup de situations qui prêtent à sourire. L’invisibilité de Margaux fait que certains humains prennent Valentin pour un zinzin qui parle tout seul, j’adore. Ca m’a fait sourire plus d’une fois. Ils évoluent comme deux personnes complémentaires, on ressent toute la force de leur amour, j’adore !

Le personnage de Sarah est le seul personnage secondaire notable dans ce roman. C’est un personnage intéressant qui vient marquer un peu plus le côté fantastique de l’intrigue. Sarah est, elle aussi, un ange. On va un peu plus comprendre leur fonctionnement et leur rôle sur terre. Sarah est une jeune femme bien plus âgée que Margaux en âge angélique, elle va prendre Margaux sous son aile pour essayer de lui faire comprendre la dangerosité de cette relation et son caractère impossible.

La seule petite chose qui m’a manquée, c’est un épilogue. Quelque chose à se mettre sous la dent pour avoir un petit regard quelques années plus tard, c’est vraiment la seule chose que je peux reprocher à ce roman qui, pour moi, est excellent. Il est fort et intense. Les lecteurs qui aiment les romances fantastiques vont adorer, j’ai trouvé cela chouette.

Il faut aussi parler de la plume de Mady Flynn qui est très jolie. Pleine d’émotions, le lecteur va être chamboulé par tout ce qu’il va lire et découvrir. C’est vraiment une plume dynamique et fluide. Les chapitres se lisent rapidement et le roman est une petite douceur à se mettre sous la dent.

03 raisons de lire ce roman : 

  • Le duo Margaux/Valentin 
  • La plume de Mady Flynn 
  • L’univers proposé et son originalité 

notation

18

Des paillettes dans le sable d’Enolla Brunetti

412GV2M1uGL._SX195_Résumé : Ça vous est déjà arrivé à vous, ce moment dans la vie où vous avez l’impression que tout part en vrille ? Eh bien, c’est le cas d’Anna, 30 ans. Ça démarre par un réveil en fin d’après-midi, dans son salon alors qu’elle devait préparer l’anniversaire de sa mère, puis ça s’enchaine : une panne de voiture, son conjoint qui la trompe, sa mère qui disparait mystérieusement, l’accident, la rupture. Elle se retrouve alors seule, face à elle-même, à faire le point sur sa vie. Elle rêvait d’être pâtissière et de fonder une famille : c’est foutu ! Heureusement, sa famille va la secouer sérieusement. Elle décide alors de reprendre sa vie en main. Elle se retrouve ainsi, malgré elle, dans une folle aventure épaulée par Antony, un charmant pâtissier malheureusement marié et papa d’une petite fille. Sur les routes, entre les landes et la Bretagne, au gré des plages au sable pailleté, elle voyage sur les traces de son passé dévoilant un peu plus les mystères sur sa famille et ses origines. Jusqu’à LA révélation. Rien ne sera plus jamais comme avant. Comment assumer ce qu’elle va apprendre ? Que faire de ses sentiments naissant pour cet homme déjà pris ? Est-elle vraiment capable de changer de vie ? De reprendre des études pour réaliser son rêve ? Son amour pour Antony trouvera-t-il une issue ? C’est l’histoire d’une vie qui éclate pour mieux se reconstruire, mais également une histoire d’amour et de réalisation. Anna, pétillante, sensible et timide va nous prouver que quoi qu’il arrive, il faut tout faire pour réaliser ses rêves.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Enolla Brunetti pour l’envoi de son roman via SimPlement. Je suis aussi très touchée d’avoir reçu ce roman en papier. Je sais à quel point l’investissement peut être important pour les auteurs. Merci pour ce geste.

On fait la rencontre d’Anna. Une jeune femme de 30 ans qui a une vie sans aucun problème. Elle voit sa vie changer suite à la découverte d’un adultère. Sa vie va s’effondrer. Comme si cela ne suffisait pas, sa mère disparait mystérieusement. Elle est aussi victime d’un accident. Cette accumulation va créer une sacrée dynamique dans la lecture. En effet, à chaque page tournée, je me demandais ce qui allait lui tomber sur la tête ! J’ai beaucoup apprécié la manière dont elle va tomber dans les abysses.

Anna doit se reprendre en main, à trente ans, tout est encore possible. A l’aide de sa famille et d’Antony, un jeune homme incroyablement bon, à l’écoute et très prévenant. J’ai beaucoup apprécié les discussions entre Antony et Anna. Il va lui montrer que tout est possible. Etant pâtissier, il va être un sacré pilier pour Anna qui a toujours voulu exercer cette profession. Entre rêve et réalité, entre mauvaises passes et belles surprises, entre rires et larmes, ce roman est une tranche de vie incroyable que j’ai beaucoup apprécié découvrir.

On s’attache très rapidement aux personnages, notamment à Anna & Antony qui vont venir bercer toute notre intrigue. J’ai aimé le fait que ces deux personnages se complètent. Anna est une jeune femme qui a besoin d’aide dans la vie. Elle fait partie de ces gens qui ont besoin de voir que les gens croient en elle. Antony est un fonceur, il bosse et bosse et bosse. S’il en est là aujourd’hui, c’est à lui qu’il le doit. J’ai beaucoup apprécié ce duo de personnages qui fait grandement avancer l’intrigue.

Les thématiques proposées sont aussi très fortes. Enolla Brunetti est assez douée : elle va nous faire avancer dans une histoire sympathique, pleine de douceur en nous proposant des thématiques assez lourdes : adultère, changement de vie, deuil. Bien entendu, ce genre d’histoire va mêler passé et présent. Pourquoi la mère d’Anna a disparu ainsi de sa vie ? Pourquoi ces mystères ? Au fil de son aventure, Anna va découvrir un passé familial trouble dont les révélations vont être folles et fortes. Elles vont venir exploser l’équilibre naissant dans la vie d’Anna.

C’était très intéressant de suivre l’évolution d’Anna au fil des pages. En effet, elle va prendre sa vie en main et prouver que l’on peut s’en sortir même quand on est au plus bas. C’est vraiment très intéressant. Ca fait du bien à lire. Le roman est plutôt court, ça se lit rapidement.

Je tiens aussi à féliciter l’auteure pour la qualité de son roman. Le livre objet est très agréable à découvrir. C’est très sympathique.

La plume est aussi très agréable. C’est une jolie découverte pour moi. Elle rend la lecture dynamique et fluide, il n’y a pas de longueur. Bien au contraire, j’ai, dans la première moitié du roman, j’ai ressenti une certaine rapidité dans l’exécution des actions. On se retrouve rapidement au cœur d’une tempête qui ravage la vie d’Anna et j’avoue que j’ai mis un peu de temps avant de trouver mon rythme. Mis à part ce petit couac, je suis ravie de vous dire que ma lecture a été très agréable. Au service des émotions, la plume d’Enolla Brunetti est vraiment douce. L’épilogue m’a serrée le cœur mais j’ai eu une sensation d’accomplissement intense à la fin de ma lecture. Je n’ai pas fermé le roman à regret. La fin est juste, équilibrée et nous donne l’impression de quitter proprement et correctement nos protagonistes. Bravo pour cela.

En définitive, c’est une histoire très agréable que je vous propose de découvrir aujourd’hui. En effet, on se retrouve avec Anna, une jeune femme qui va tout faire pour renouer avec une vie pleine de surprise et de bonheur. Antony est un personnage attachant qui vient compléter à merveille le personnage qu’est Anna. On voyage, on voit du pays, on se sent bien. La plume de l’auteure est riche et pleine de douceur. Cela permet au lecteur de passer un bon moment de lecture.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage d’Anna et sa constante évolution.
  • Les thématiques abordées que l’auteure lie à merveille
  • La plume d’Enolla Brunetti que j’ai trouvée très touchante

4

18

Le lieutenant et la dame blanche de Coralie Winka

713bea25qCLRésumé : Lorsque les Allemands envahissent la zone sud en novembre 1942, Angélique a dix-sept ans. Elle s’occupe seule de la ferme familiale et de sa grand-mère qui est gravement malade. Croulant sous le poids des tâches et des responsabilités, elle trouve une aide inespérée en la personne du lieutenant Ulrich von Brackenstein, un jeune officier de la Wehrmacht, qui vient réquisitionner une parcelle de forêt appartenant à la famille. Son comportement correct et son charme ont très vite raison des réticences d’Angélique à côtoyer l’occupant. Elle accepte de l’affronter aux échecs en guise de remerciements. C’est le début d’une histoire d’amour interdite.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Coralie Winka pour sa confiance et sa proposition. J’adore lire des romances historiques et j’avoue que la période de la seconde guerre mondiale est, en ce moment, au cœur de mes lectures dans ce genre. Après la promesse de l’apiculteur, j’ai plongé dans l’univers de ce formidable roman.

C’est une lecture très agréable, très juste, qui nous propose une plongée au cœur des années de guerre. En effet, étant nordiste, le réseau de résistance était particulièrement déployé dans la région. Ayant eu des arrières grands-parents résistants et grands-parents résistants, j’ai tout de suite adoré ma lecture

On fait la rencontre d’Angélique, une jeune femme de 17 ans, qui vit la guerre dans le sud de la France. Angélique s’occupe de la ferme familiale et de sa grand-mère très malade. Angélique va voir s’installer les allemands au cœur de son village et commencer à prendre leurs aises comme s’ils étaient chez eux et que tout leur appartenait. Ce sentiment de colère et d’injustice ne va pas quitter Angélique. En effet, lorsqu’elle va faire la rencontre du lieutenant Ulrich Von Brackenstein, leurs échanges vont faire des étincelles.

Là où l’auteure frappe fort, c’est en mettant en scène cette relation « interdite ». En effet, plus le temps passe, plus la relation entre Angélique et Ulrich change et devient amoureuse. Cette passion est magnifique. Dans le respect et l’amour, ces deux jeunes gens vont apprendre à se connaitre et à ne plus savoir se quitter. De nombreuses questions viennent bercer l’intrigue : comment une jeune française résistante va pouvoir tomber sous le charme d’un lieutenant allemand ? Comment va-t-elle faire pour échapper à l’acharnement de sa patrie ? Comment échapper à la tonte, au jugement et à l’accusation de « collaboration horizontale »?

Honnêtement, j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure amène le sujet. C’est très intéressant. Même si le résumé est assez explicite, j’ai trouvé que c’était très intelligent. On comprend pourquoi, on n’est pas du tout dans le jugement. On comprend pourquoi Angélique tombe sous le charme d’Ulrich et inversement. Il n’est pas question de nationalité, il s’agit juste de deux cœurs qui battent l’un pour l’autre. Je n’ai pas plus aimé Angélique qu’Ulrich. Ce duo de personnages évolue vraiment en harmonie et propose un bel équilibre. C’est beau, c’est frais, ça donne envie de tomber amoureux.

Bien entendu, une partie de l’intrigue est forcément liée à cet interdit : un allemand ne peut aimer une française et inversement. Mais l’auteur va au-delà de ça : un allemand n’est pas forcément un nazi et une française n’est pas forcément une collabo. On va au-delà de ça. C’est très beau. Une autre partie de l’intrigue est très intéressante aussi : elle met en avant la dangerosité d’une relation pareille : trahison, jalousie, délation. Jusqu’où nous sommes capables d’aller par amour ?

Je tiens aussi à féliciter l’auteure pour avoir mis en lumière une partie de l’Histoire dont on ne parle pas forcément. On a tendance à mettre tous les allemands dans le même paquet. On les voit tous comme les soldats d’Hitler. Cependant, il faut aussi penser au fait que la politique d’Hitler n’était pas forcément acceptée par tout le monde. Bien entendu, la patrie reste la patrie. Servir son pays est un devoir. Néanmoins, l’auteure apporte quelques nuances salvatrices que j’ai énormément appréciées. Cela fait du bien de lire que tout n’est pas noir ou blanc mais qu’il existe aussi du gris qui permet d’arriver au pardon, aux regrets et à un nouveau départ. Il existe encore des cœurs purs, des cœurs qui voient au-delà des apparences. Lorsque l’on mélange cette vision au fond historique incroyable, cela nous offre une petite pépite à lire.

L’idée de cette romance historique interdite m’a beaucoup plu. En effet, on met de côté l’idée de l’homme riche et de la femme pauvre. L’interdit n’est pas de ce goût-là, il est beaucoup plus profond. Il souligne la cruauté de l’homme et sa capacité à juger sans comprendre. J’aime beaucoup l’idée d’avoir de l’originalité avec cette thématique. J’ose le dire : c’était du jamais vu pour moi. J’ai passé un excellent moment avec cette intrigue surprenante et pleine de d’émotions. La plume de Coralie Winka est très sympathique, dynamique et fluide. En effet, on est vraiment pris dans une spirale d’émotions. La palette est variée : on passe du rire aux larmes, des petits bonheurs aux vives inquiétudes dues à la période historique dans laquelle on évolue.

Je félicite chaleureusement l’auteure pour la qualité de son texte ainsi que pour la plume que j’ai beaucoup appréciée. Je suis aussi scotchée par les recherches qui représentent un boulot titanesque. Bravo.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’originalité de la relation amoureuse
  • La plume de l’auteure que j’ai beaucoup appréciée
  • La fresque sociale et historique mise en avant

notation

18

L’ombre aux yeux rouges Tome 1 : la forêt d’Helmsley de Maëva Delattre

51pzjf4e7mLRésumé : 1875. Helmsley. Une affaire macabre touche le Yorkshire. Des personnes disparaissent sans laisser d’autres traces qu’un mort ou un disparu derrière eux. Les murmures s’élèvent. La légende est désignée. Et Katarina Kingsley, jeune fille de bonne famille, sourit face aux rumeurs. Jusqu’au jour où, à l’arrivée des très attendus et richissimes amis de ses parents, les De La Courtepiert, sa vie bascule. Quelque chose ou quelqu’un semble l’épier… Il y a des fantômes qu’il aurait mieux valu ne jamais réveiller…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence éditions pour l’envoi de ce premier tome en service presse. Je vous propose de découvrir le premier tome de la trilogie de Maëva Delattre. J’ai terminé de lire ce roman fin mai mais il a fallu que je me calme un peu avant de vous écrire la chronique. Ce premier tome est un tome qui pose les bases, c’est une petite pépite victorienne. Franchement, je suis sous le charme. Après réflexion, j’ai décidé de ne pas mettre la note maximale à ce roman, parce qu’il y a deux petits points qui m’ont fait un peu tiquer (mais rien de bien méchant). Ce premier tome frôle le coup de cœur de peu. C’est un excellent premier tome et il m’a fallu un peu de temps pour me remettre les idées en place avant de vous en parler.

On fait la rencontre de Katarina Kingsley, une jeune femme qui va dénoter un peu avec la période historique dans laquelle elle vit. Avide de liberté, elle se rebelle très facilement face à la rigueur de ses parents. Il ne faut pas oublier que nous sommes au 19ème siècle, en Angleterre et plus particulièrement dans le Yorkshire (région que j’adore, d’ailleurs). Le 19ème siècle, en Angleterre, dans une famille riche comme celle des Kingsley, ce sont les bals, les mondanités, les promesses de mariage pour unir des familles… Mais Katarina ne l’entend pas de cette oreille. Quand elle comprend les plans de ses parents et leur volonté de la marier à un homme qu’elle ne connait pas, elle s’enfuit. S’en est trop pour elle. Elle s’engouffre dans la forêt d’Helmsley qui borde sa demeure et plonge au cœur de cette forêt si mystérieuse et secrète.

Si cette intrigue est une romance paranormale, j’ai trouvé un équilibre très intéressant. En effet, quand on parle de romance fantastique, on a plutôt tendance à oublier le reste. Souvent, lorsqu’une romance est au cœur de l’intrigue, on a tendance à oublier tout le background. On est focalisé sur les personnages et leurs actions. Ici, on n’oublie pas l’ère victorienne et j’adore ça ! Rien qu’à regarder la couverture, on comprend. Les décors sont très intéressants, ils reflètent vraiment cette période. On se retrouve aussi avec des us et coutumes de l’époque. C’est vraiment charmant. Un des points forts de ce premier tome reste les descriptions. Oh purée !!! C’est juste formidable. On y croit, on se balade dans un manoir magnifique, les demeures sont somptueuses décrites et décorées… On s’y sent bien, on a envie de se balader dans cet univers.

Pourquoi est-ce que je parle de surnaturel ? Lors de sa fuite dans la forêt, Katarina va tomber sur un vieux manoir. Elle va y rencontrer un homme mystérieux qui va lui proposer l’hébergement contre ses services dans la maison (un peu comme un majordome). Elle va accepter mais rapidement, elle va se rendre compte que certaines choses et certains comportements ne sont pas normaux au sein de ce manoir. L’intrigue va nous proposer, au-delà de la romance, une sorte d’enquête. Katarina va s’interroger sur des disparitions, des gens qui ne donnent plus de nouvelles et que personne ne semble avoir croisé depuis quelque temps. A cet univers qui sent la mort, s’ajoute aussi une dimension surnaturelle avec une présence de fantômes.

La plume de Maëva Delattre nous propose aussi de découvrir un univers sombre, riche et très mystérieux. Tout au long du roman, on sent une présence surnaturelle. Plus on avance dans la lecture, plus on sent que quelque chose ne va pas. Katarina va devoir passer de sacrées étapes dans sa vie. Elle va vivre énormément d’événements dont certains qui m’ont fait froid dans le dos. Si certains peuvent lever les yeux au ciel face à cette idée d’accumulation, il n’en est rien ici : l’auteure équilibre très très bien son roman. Le cadre victorien nous donne cette envie d’en savoir plus, le côté fantastique/surnaturel nous donne envie de partir en courant. Donc… d’un côté le lecteur veut savoir, veut avancer dans la lecture et d’un autre, l’instinct du lecteur souffle à l’oreille de partir en courant. C’est délicieux ! Cet équilibre se retrouve aussi dans le traitement des thématiques. Le suspens, le côté légendaire et cette aura mystique qui flotte autour des personnages et dans l’ambiance générale et la romance sont vraiment bien équilibrés. Je tiens même à dire que les lecteurs les plus frileux avec la romance pourraient vraiment se plaire dans cet univers. La romance n’est pas ce que l’on retrouve le plus dans ce roman. Elle est présente mais pas forcément au cœur de l’intrigue.

Pour les deux petits points qui m’ont un peu dérangée dans ma lecture, je reviens rapidement dessus : les surnoms donnés tout au long du roman m’ont un peu ennuyée. Je ne les ai simplement pas aimés. De plus, comme ce premier tome pose les bases d’un univers qui semble dense, il y a quelques longueurs. C’est certainement aussi dû à l’aspect contemplatif du roman. On en prend plein les yeux mais il ne faut pas oublier qu’une plume descriptive est forcément plus lente dans le déroulement des actions.

En définitive, j’ai adoré le personnage de Katarina, cette jeune femme libre et rebelle qui va se mettre dans une situation incroyable. La plume de l’auteure est une véritable merveille. Je pense que le cadre victorien est fait pour elle. On sent tout le travail derrière le roman et cela fait plaisir à voir.

Je lirai le tome 2 sans hésitation (pas tout de suite, par manque de temps mais il est dans le top de ma WL)

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le cadre sublime dans lequel on évolue.
  • Le personnage de Katarina
  • La plume de l’auteure

notation

12

Le jour de ton arrivée d’Isabel Komorebi

51btqnAM5JL

Résumé

*Amour * Étoiles * Poésie * Métaphysique*
_____________________________________
« Je m’endors sur une pensée, sur une certitude. Pour moi, l’amour n’est pas sur Terre, l’amour est dans les étoiles. »
_____________________________________

« Dans un monde à bout de souffle, un garçon et une fille se croisent, ouvrent leurs cœurs, se chérissent. Ils n’auraient jamais dû se rencontrer, mais l’univers en a décidé ainsi. Car la fille à un message pour le garçon. Un message d’avenir, un message d’amour. Acceptera-t-il de l’écouter et de s’offrir à la promesse apportée par la nuit ? »

« L’amour, c’est le cri de l’aurore. L’amour, c’est l’hymne de la nuit. »Victor Hugo

Le Monde. Lui. Elle. La Nuit.

Je l’ai remarqué il y a longtemps déjà.
Lui, le garçon toujours de côté. Celui qui ne veut pas se faire remarquer. Celui qui veut se faire ignorer. Celui qui ne veut pas parler.
Il ne regarde jamais devant lui, le garçon aux yeux sans cesse rivés au sol. La vie et le temps semblent glisser sur lui comme un jour de pluie. Gris, triste, mélancolique.
***
Il me parle de son enfance.
Il ne retient même pas ses larmes, n’est pas gêné de se laisser aller à sa douleur devant moi. On m’avait pourtant prévenue que les hommes se retenaient, qu’ils n’aimaient pas montrer leurs chagrins, que ça les faisait se sentir faibles, inférieurs. C’est idiot. En quoi ouvrir son cœur et parler de ses souffrances serait-il une marque de faiblesse ?
Le cœur a besoin de se relever. Il a besoin d’être rempli, il a besoin d’aimer. Il n’oublie pas, il ne remplace pas. Jamais. Mais il peut grossir. Encore. Encore. Encore. Pour accueillir. Pour se rengorger. Pour se fortifier. Pour exalter.
Le cœur grossit.
Encore. Encore.
Pour aimer.
Pour aimer sans limite.
Pour aimer jusqu’à l’infini, jusqu’à l’éternel.

Lui : le garçon cassé.
Elle : la fille des étoiles vêtue de couleurs.
La Nuit : la promesse de quelque chose de différent, de plus puissant, de plus grand.

~ Lecture prix des auteurs inconnus 2019 ~

Je remercie chaleureusement Julie & Virginie pour leur confiance. En effet, je suis, pour la troisième année consécutive, membre du jury du PAI. Voici ma deuxième lecture pour la catégorie « romance » pour le prix des auteurs inconnus 2019

Je ne vous le cache pas, cette lecture était très attendue ici. Elle faisait partie de ma sélection. J’étais trèèèèès curieuse de mettre le nez dans ce roman. Le résumé m’a serré le cœur, j’ai tout de suite été tentée par cette plume poétique et très belle.

Ma lecture a été un peu en deçà de ce que j’espérais mais elle reste quand même particulièrement belle et porteuse de messages très intéressants. Je suis heureuse d’avoir mis le nez dans l’univers proposé par l’auteure mais je ne m’attendais simplement pas à ça.

C’est une lecture courte, prenante et pleine d’émotions. Ca se lit bien, ça se lit vite, on ne se pose pas de question et on se laisser bercer par les mots de l’auteure.

On fait la rencontre de Lui et d’Elle. Lui, c’est un garçon ravagé par la tristesse et la peine. Lui, c’est un ciel gris. Lui, c’est la tristesse. Elle fait partie d’Eux. Elle est intéressante, Elle est mystérieuse. Elle est sa bouée de sauvetage, la seule personne qui pourra lui proposer un avenir meilleur. Elle est un personnage que j’ai apprécié autant que Lui. Finalement, savoir comment ces personnages s’appellent n’est pas très utile. Parce qu’Elle & Lui peuvent être vous & moi. C’est un couple de personnages qui est fort, unit et qui nous propose une grande et belle balade au cœur de leur amour. C’est magnifique, c’est beau, c’est puissant.

L’auteure est très douée. La langue française est sublimée par les mots, la poésie et la

83635699_10216845068819798_5287050577543430144_n
manière dont l’auteure va nous montrer toute l’étendue de son talent. C’est clairement le point fort de ce roman pour moi : la plume de l’auteure. L’amour prend vie sous ses mots. La profondeur des sentiments est très bien retranscrite. C’est vraiment à couper le souffle. Le jour de ton arrivée est l’histoire d’Elle & de Lui. C’est l’histoire d’un amour profond, sincère basé sur l’écoute, la tendresse et la passion amoureuse sous toutes ses formes. De plus, l’alternance des points de vue dans ce roman est très sympathique. Au delà du fait que cela ajoute du dynamisme à la lecture, on peut découvrir les deux personnages ainsi que l’évolution de leurs sentiments. J’ai trouvé que cette alternance était vraiment très agréable.

Là où j’ai eu un peu plus de mal, c’est avec le mélange des genres. Si cette romance est très belle, les petites touches de fantasy ne m’ont pas forcément convaincue. Je pense que j’aurais été plus à l’aise sans ces petites touches. Cela ne freine pas la lecture mais propose une vision différente de leur histoire et j’ai été un peu désarçonnée par cela.

Le roman propose aussi des thématiques comme l’écologie. On s’interroge sur l’avenir de notre planète. On est vraiment dans une idée de conte, de quelque chose de beau à raconter. C’est très sympathique. Si la dimension fantasy ne m’a pas tentée, j’ai aimé cette idée d’apprentissage. On est dans cette idée de partage, d’une transmission. Quelle est la place de l’Amour dans ce monde qui semble s’éteindre ? Que faire pour vivre dans un monde où tout semble partir dans tous les sens ? Ce conte prend une dimension philosophique très intéressante.

J’ai quand même trouvé quelques répétitions dans le texte, c’est à noter. Cela a ralenti un peu mon rythme de lecture bien que cette lecture ne soit pas bien longue. Je pense que l’auteure a visé juste avec son roman et sa longueur. Il est très équilibré : autant dans le dosage des thématiques que dans la longueur du texte. Il est très bien. Le style est percutant : phrases courtes, incisives, pleines d’émotions. J’adore.

En définitive, bien que les touches de fantasy ne m’aient pas convaincue, j’avoue que je suis sous le charme de cette romance originale et poétique. La plume est très belle et véhicule beaucoup d’émotions. On est dans une romance sincère, belle et pure. Elle & Lui sont des personnages qui peuvent être, finalement, tout le monde. J’ai aimé cette idée de ne pas nommer les personnages tout au long de cette histoire, on s’approprie, ainsi, bien mieux les identités, les caractères, les émotions dans le texte. Le roman d’Isabel Komorebi est intense, il s’apparente à un conte philosophique qui nous propose de réelles réflexions. Bravo.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Elle & Lui, deux personnages que j’ai grandement appréciés.
  • La plume de l’auteure : un pur délice.
  • L’idée d’apprentissage et de transmission qui m’a bien plu.

Retrouvez le PAI par ici :

4

12

Touche pas à mon cœur d’Oriane

cover-touche-pas-mon-coeur-finalRésumé : Mathieu parviendra-t-il à percer les secrets de Chloé ? Chloé veut être une femme libre et autonome. Pas question de se retrouver flanquée d’un mec qui lui dicte ce qu’elle peut faire ou pas ! Mais son passé tumultueux n’est jamais très loin. Dépassée par la situation, Chloé n’arrive pas à surmonter les événements. Mathieu, un mec croisé par hasard quelques jours auparavant, lui offre son aide, mais la jeune femme se met à douter. Elle ne veut pas dépendre d’un riche comme lui, qui en plus rêve d’une histoire à l’eau de rose… Mais quelle autre possibilité lui reste-t-il ? Oriane détourne avec brio les clichés de romance pour traiter des traumatismes dus aux violences féminines. Une véritable montagne russe émotionnelle ! À PROPOS DE L’AUTEURE : Romancière belge, Oriane a écrit une vingtaine de romans. Elle aime s’inspirer de faits réels et de son vécu, tout en exploitant un imaginaire riche. Elle publie Touche pas à mon cœur ! en partenariat avec le Collectif contre les Violences Familiales et l’Exclusion (CVFE), qui milite dans le domaine des droits des femmes et de l’égalité.

~ Service presse  ~

Je remercie chaleureusement les éditions So Romance pour m’avoir permis de lire le nouveau roman d’Oriane. J’ai découvert Oriane via le prix des auteurs inconnus et j’avais plutôt bien apprécié De terre et de racines. J’ai eu la chance d’avoir pu la voir évoluer dans un tout autre registre que le young adult avec Blue Carla qui est une romance érotique. Ici, Oriane poursuit son petit bout de chemin avec Touche pas à mon cœur : une romance new adult qui va mettre un sacré coup de pied dans le tas des clichés et stéréotypes que l’on peut trouver en romance.

C’est parti pour mon avis (Oriane, ne stresse pas, tout va bien se passer).

Je vous avoue que ma lecture n’est pas un coup de cœur mais elle reste très bonne. Il y a quelques petites choses qui font que ce n’est pas un 20/20 mais mon appréciation générale reste top.

Je salue le travail de l’auteure pour l’originalité que l’on côtoie tout au long du roman. En effet, j’ai aimé que l’auteure prenne cette romance comme un terrain de jeu. Aucun Kevin, James ou Chris ici. Aucune grande ville romantique (bien que Liège soit très agréable), pas de romance sous la neige, pas de cœur brisé… Oriane réinvente la romance en nous proposant une intrigue 100% belge. J’adore. Mes voisins ! Ça m’a tellement fait plaisir de retrouver leurs expressions (bravo aussi pour le lexique très sympathique pour ne pas se perdre). On (re)découvre la ville de Liège qui est le terrain de l’histoire. Moi, personnellement, ça m’a fait un bien fou. Connaissant un peu la ville, je m’imaginais très bien en train d’évoluer avec nos personnages.

Nos personnages… parlons-en ! On fait la rencontre de Chloé. Chloé est le feu et la glace, la joie et la tristesse, le calme et l’impulsivité. Je reconnais bien volontiers que ce personnage peut être sympathique tant elle ne représente pas l’héroïne de romance comme on peut en trouver de manière générale mais c’était un caractère un peu trop fort pour moi. En effet, elle m’a très rapidement tapée sur le système. C’est une battante, une fille courageuse qui n’a pas eu la vie facile, c’est clair et net. Cependant, il m’en faut un peu plus pour m’attacher à un personnage. Mon agacement s’est un peu apaisé une fois qu’elle nous parle de son passé mais dans l’ensemble, je l’ai trouvé trop impulsive, un vrai lion. On a intérêt à filer droit avec elle. D’un autre côté, on fait la rencontre de Mathieu, un jeune homme assez sympathique. J’avoue qu’il a un peu équilibré le duo Chloé/Mathieu et que cela m’a rendu ma lecture plus digeste. Mathieu est un jeune homme tout à fait équilibré : pas un fils à papa qui claque tout l’argent de son père (ben quoi, c’est pas parce qu’on a de l’argent qu’on est obligé de le claquer à tout va, non ? J), pas un petit égoïste qui va coucher avec tout ce qui bouge, rien de tout ça. Mathieu a un sacré caractère, un boulot stable et une envie certaine d’avancer dans la vie et de faire ses preuves.

Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est le fait que l’auteure fasse une romance incroyable avec du banal. Elle a su doser toute son intrigue pour tenir le lecteur en haleine (j’ai lu ce roman sur une soirée en débordant un peu sur ma nuit). C’est juste très sympathique comme idée ! On a une romance francophone qui va au-delà des stéréotypes et des clichés qu’on peut aisément nous proposer dans les lectures. J’adore l’idée !

Là où Oriane va aussi frapper fort, c’est dans les thématiques abordées. Principalement une : la violence féminine. J’ai trouvé que l’auteure en parlait avec justesse sans trop en faire. C’est une thématique importante mais elle ne vous saute pas au visage à toutes les pages, c’est plutôt intelligent. Une romance est un moment de détente, même si certaines sont parfois dures, il ne faut pas trop en faire. Ici, c’est savamment mélangé au reste. On a aussi la volonté de Chloé à rester indépendante et ne pas dépendre de quelqu’un. Il est hors de question pour elle de se faire entretenir. C’est une jeune femme pleine de ressources qui ne va pas reculer devant les problèmes. A chaque problème, sa solution.

On a aussi un panel de personnages secondaires. On peut penser à Alex, le frère de Mathieu. C’est un jeune homme ambitieux qui, parfois, fait de l’ombre à son frère. Ainsi va s’installer une autre petite intrigue que je vous laisse découvrir.

La plume d’Oriane est juste et je trouve que la romance lui convient très bien. Pleine de malice et d’intelligence, cette plume saura, à coup sûr, plaire aux lectrices et lecteurs tentés par le new adult. Bravo pour joli moment de lecture équilibré, qui chasse les stéréotypes, qui propose aussi des thématiques plus dures et moins faciles que d’autres.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les personnages très bien travaillés que nous propose l’auteure.
  • L’intrigue 100% Belge. J’adore !
  • Ce coup de pied fichu aux stéréotypes

4

13

Nos cœurs noyés d’Amélie Hanser

51BD46Xy6ML._SY346_Résumé : Un amour de vacances peut-il devenir éternel ? C’est décidé ! Mathieu va quitter sa bonne ville de Lyon pour s’installer à Paris avec sa petite amie, Virginie. Trop diffcile de continuer d’entretenir cette relation à distance. Mais au dernier moment, alors que Mathieu vient d’arriver à Paris, Virginie le quitte brutalement. Sans domicile fixe ni emploi, Mathieu doit vite trouver une solution pour se construire une nouvelle vie qui commence dans le chagrin. Désespéré, il est accepté, le temps d’un été, un job dans un club vacances à La Réunion. Le voici parti pour un nouvel horizon! Là-bas, il rencontre Élisa, si belle et si mystérieuse. Elle semble cacher un lourd secret, ce qui n’empêche pas Mathieu de tomber fou amoureux d’elle. C’est le début d’une renaissance pour le trentenaire meurtri par sa triste aventure parisienne. Mais Mathieu parviendra-t-il à apprivoiser Élisa ? Réussira-t-il à lever le voile sur le secret que lui cache Élisa ? Et, surtout, leur amour survivra-t-il aux vacances ?

~ Service presse ~

Je remercie les éditions de l’opportun pour l’envoi de ce roman. Un merci particulier à Théa qui gère les services presse avec bienveillance et gentillesse.

Lorsque j’ai vu le nom de l’auteure, j’ai tout de suite été tentée. J’avais lu la trilogie fantasy d’Amélie Hanser que j’avais bien aimé. J’ai tout de suite accroché au style et aux personnages. Ici, on ne parle pas de fantasy mais de romance. J’étais ravie de pouvoir découvrir Amélie Hanser dans un autre registre.

Même si la lecture est sympathique, elle n’est pas un coup de cœur malheureusement. Il y a eu un gros point noir pour moi qui m’a fait perdre l’engouement de base. On en reparle un peu plus bas dans la chronique. Laissez-moi d’abord pour présenter les personnages principaux.

On fait la rencontre de Mathieu, un jeune trentenaire qui a tout lâché pour rejoindre sa copine sur Paris. Au revoir Lyon, bonjour la pollution et l’amabilité parisienne… Seulement, voilà. Virginie décide de le quitter une fois qu’il pose les pieds dans l’appartement dans lequel il devait vivre. Il se retrouve sans domicile, sans emploi et célibataire en un clin d’œil. Mathieu est au plus mal, que faire de sa vie ? Après quelque temps de flottement, il va choisir de partir l’histoire d’un été. Changer d’air, changer de boulot, changer d’ambiance. Direction la Réunion pour un job de maitre-nageur dans un club vacances !

D’un autre côté, on fait la rencontre d’Elisa, une jeune femme qui vit à la Réunion et qui a un travail dans le même club vacances. Elisa est une jeune femme pétillante, gentille mais mystérieuse. Dès les premiers moments où Elisa apparait dans l’intrigue, on sent qu’elle cache quelque chose. Elle a un poids sur les épaules.

Le dépaysement est total. En effet, les descriptions sont très sympathiques et nous permettent vraiment de décrocher avec la routine. J’ai lu ce roman pendant le confinement… Ca fait beaucoup de bien au moral.

Il faut le dire, le duo Elisa/Mathieu fonctionne bien. C’est une jolie romance que nous propose l’auteure. C’est certain. Maintenant, je ne vous cache rien, vous le savez. J’ai nettement préféré le duo qu’Elisa forme avec sa sœur. La sœur d’Elisa travaille, elle aussi, dans le club vacances dans lequel se trouve Elisa & Mathieu. Gentille, pétillante et complètement folle, elle prouve rapidement à Mathieu qu’elle n’a peur de rien, quitte à se mettre en danger. Dès l’arrivée de la petite sœur, j’ai eu peur : peur d’un triangle amoureux. Je remercie l’auteure de m’avoir épargné ça. Je ne me sentais vraiment pas capable de supporter un triangle amoureux ici. On comprend que les sœurs partagent le même secret, la même peine. En revanche, j’ai trouvé hyper intéressant le fait que cette peine n’est pas forcément vécue de la même manière. J’ai trouvé ça brillant ! Ainsi, on comprend que la tristesse et la peine peuvent être appréhendées et vécues différemment selon les personnes. Ça a ajouté beaucoup de profondeur aux personnages, c’est top.

Là où j’ai été un peu déçue, c’est sur la romance. J’ai beaucoup apprécié les personnages de ce roman mais franchement, la romance entre Mathieu & Elisa est beaucoup trop rapide. Le roman se lit en quelques heures, il n’est pas bien gros. Pour moi, il y a un sérieux manque de crédibilité. Soit on surfe sur la vague de « l’amourette de vacances » soit on est dans un autre style de romance, plus profonde, qui prend plus de temps à se mettre en route. Ici, on est entre les deux, comme si on n’avait pas su faire de choix entre deux types de relations. Personnellement, j’ai été gênée. J’ai bien aimé ma lecture jusqu’au moment où j’ai compris que le roman se terminait ainsi. Malheureusement, la romance manque de crédibilité à mes yeux.

En définitive, je reste sur ma faim. Je suis déçue par la fin du roman. La lecture sentait bon le soleil, les vacances et la mer. J’ai adoré partir à La Réunion avec Mathieu et faire la rencontre d’Elisa. La plume d’Amélie Hanser est très jolie, fluide et agréable. Le roman se lit vite. Malgré le manque de crédibilité pour moi. La lecture reste sympathique. Je tiens aussi à souligner le fait que ce sentiment de rapidité n’engage que moi. Si vous souhaitez découvrir une petite lecture sympathique pour l’été, ce roman est fait pour vous. Si, en revanche, vous avez besoin de temps pour avoir un développement dans la romance et dans la relation, je ne vous le conseille pas.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Il est parfait pour l’été. Le dépaysement est total. La Réunion ouvre ses portes et nous propose ses délicieux paysages qui donnent envie de partir en vacances.
  • Les personnages de Mathieu & d’Elisa que j’ai bien appréciés. Ce sont deux personnages agréables dont les passés respectifs apportent une petite touche de douceur à l’intrigue
  • La plume d’Amélie Hanser que j’ai apprécié retrouver. C’est une petite lecture fluide et agréable qui nous est proposée.

3

16

Bleu et chaud à la fois – Tome 01 : le chapeau d’Indiana de Rozenn Laloy

book-8163Résumé : « Je t’aime : jamais ces mots ne franchiront mes lèvres ! » s’est juré Anne-Sophie, « abandon et souffrance, j’ai déjà donné, je n’aurai pas la force d’en supporter plus ! » Forte de cette résolution, la jeune journaliste se consacre au but qu’elle s’est fixé depuis son enfance : suivre les pas de son père, le reporter italien Angelo Volccione, tué en Irak dans un attentat, et, peut-être, comprendre enfin pourquoi il n’a pas voulu d’elle. Mais le ciel bleu d’Italie a des fulgurances imprévues, comme le regard moqueur d’un jeune footballeur qui se pose sur elle… si bleu et si chaud qu’il pourrait presque la convaincre que l’amour est possible… À moins qu’un mystérieux chapeau ne la guide vers d’autres cieux. Vers la délivrance ? « Un hymne à l’amour. Magnifique ! »

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Rozenn Laloy pour l’envoi de son premier tome. J’avais déjà pu faire la connaissance de la plume via le roman Marie & le loup que j’avais apprécié pour les thématiques qu’il soulevait. C’était donc avec plaisir que j’ai accepté de lire un nouveau roman de l’auteure.  Rozenn Laloy ne m’a pas déçue. Je suis agréablement surprise par ma lecture.

C’est une lecture agréable mais qui n’est pas forcément un coup de cœur. Je vais commencer par les points qui ne m’ont pas convaincue pour laisser place au meilleur par la suite. Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’attacher pleinement aux personnages. Anne-Sophie est très sympathique mais je suis un peu restée en surface en termes d’émotions. En effet, je pense que la narration à la troisième personne du singulier ne m’a pas permis de me plonger totalement dans cette histoire. Je suis restée spectatrice dans l’histoire et c’est vraiment, pour moi, le gros « point noir » de cette histoire. Même si j’ai apprécié les personnages, j’aurais aimé des psychologies plus fouillées, travaillées, qui auraient pu donner plus de relief à la lecture qui, malheureusement, reste sans surprise.

Voilà, maintenant, nous pouvons passer au positif dans cette histoire. Je vous assure qu’il y en a. J’ai beaucoup apprécié l’idée de base. Tout le mystère qui plane autour de la figure d’Angelo Volccione, J’ai aimé ces petites intrigues qui viennent nourrir l’idée d’origine : on a d’un côté une romance qui se met en place et qui va permettre à Anne-Sophie d’ouvrir les yeux sur la vie et sur l’Amour. On a aussi cette idée d’un père qui l’a abandonnée. Ce père autour duquel il y a tant de mystères. On a plein de thématiques fortes qui s’entrecroisent et qui nous permettent d’être alpagués par l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié les thématiques qui s’installent. Encore une fois, Rozenn Laloy nous propose des thématiques fortes et intéressantes : la sphère familiale dans un premier temps. Cette vie sans père. Ce père qui est un célèbre reporter et qui a surement donné l’envie à sa fille d’être journaliste. A travers la sphère familiale, on se retrouve la lourde thématique de l’abandon paternel (dans la mort de ce dernier mais aussi dans l’abandon de sa famille) qui est lourde et difficile à vivre pour Anne-Sophie.

On fait aussi la rencontre de Gianni Pelegrini, un célèbre joueur de football qui va remettre en cause la perception d’Anne-Sophie sur l’Amour en général. Anne-Sophie est une jeune femme sûre d’elle avec un fort caractère. Elle a des certitudes dans la vie comme celle de ne plus jamais ouvrir son cœur à personne. Anne-Sophie se plonge corps et âme dans son travail ne laissant aucune place à l’amour dans sa vie. Sa rencontre avec ce fameux footballeur va changer sa vie.

On voyage aussi dans ce roman : ce premier tome a un goût d’Italie. Cela est très chantant et on a vraiment une envie de partir au soleil ! Ca chante, ça respire le soleil et l’air chaud, on adore lire quelques mots d’italien dans ce roman. Ca dépayse beaucoup et j’avoue qu’en période de confinement, j’étais heureuse de lire ça.

Ce premier tome pose bien les bases. On découvre le personnage d’Anne-Sophie. C’est une lecture agréable qui promet de sacrées belles découvertes dans le deuxième tome. La plume de Rozenn Laloy est toujours aussi agréable et délicate. Les messages passés à travers ses mots et son intrigue sont très intéressants. L’auteure prend son temps pour poser les bases et les décors de son intrigue, c’est très intéressant. Il ne me manque plus qu’un peu plus de détails sur les personnages et je serai aux anges. Bravo à l’auteure pour ce premier tome.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le voyage. Cela fait du bien.
  • L’idée originale du roman
  • Les thématiques abordées dans ce premier tome.

notation 1

18

Quand la vie s’emmêle de Milie Jappe

95859015_235052454388612_217709237944451072_oRésumé : Astrid est une jeune femme qui n’a toujours eu qu’un rêve : devenir psychologue spécialiste des troubles alimentaires. Lors d’un stage dans une clinique réputée, elle croise le chemin de Maxime. Diététicien, grand, beau et charismatique, il a tout pour lui. Mais les apparences ne sont pas toujours ce qu’elles laissent paraître. Si finalement Astrid avait un autre objectif que celui d’une grande carrière ? Si Maxime n’était pas qu’un simple collègue de travail ? Lorsque la vie s’en mêle, on ne sait jamais à quoi s’attendre

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement MEC Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. Je suis toujours contente de pouvoir découvrir de nouvelles romances de cette maison d’édition. J’ai toujours de jolies propositions, originales et pleines d’émotions.

J’ai fait la rencontre de la plume de Milie Jappe. J’ai découvert l’histoire d’Astrid & de Maxime. Si cette romance était très agréable à découvrir, elle ne signe pas un coup de cœur. C’est une lecture agréable mais j’avoue que certains petits détails m’ont fait tiquer.

J’avoue qu’à la lecture du résumé, j’étais plutôt indécise. Pourquoi ? La thématique des troubles alimentaires ne me tentait absolument pas. J’avoue que ce n’est pas forcément quelque chose que j’aime retrouver dans mes lectures. J’ai vite été rassurée. En effet, s’ils sont présents dans l’histoire, ils restent en toile de fond. On en parle plus professionnellement que personnellement. Astrid et Maxime travaillent dans le milieu. Cela rend la thématique plus digeste. Après, ne vous leurrer pas, la thématique est aussi traitée personnellement, on rencontre un personnage qui a vécu cet enfer, mais, j’ai trouvé que c’était une bonne idée de le traiter aussi avec un regard médical.

J’ai beaucoup apprécié Astrid, cette jeune femme de 22 ans (seulement) et qui a déjà vécu beaucoup de choses dans sa vie. Maxime est un jeune homme qui ne manque pas de charme. Ils forment un duo détonant et étonnant. En effet, rapidement, on est mis dans le bain. Astrid est l’ex-compagne de Maxime. Maxime est amoureux d’Astrid et Astrid aussi. Cependant, la vie a fait qu’ils se sont séparés. Maxime a essayé de survivre, Astrid aussi. Ça va nous donner des péripéties assez originales, on va assister à des joutes verbales incroyables.

La narration est assez chouette. On sépare les chapitres entre le point de vue d’Astrid et de celui de Maxime. On partage le livre aussi entre le passé et le présent. Ainsi, on a la naissance du couple Astrid/Maxime ainsi que les années qui suivent. Bref, on se retrouve avec l’histoire de Maxime de la naissance à la rupture, des retrouvailles aux déchirements.

La lecture reste agréable. Les pages se tournent facilement et rapidement (je l’ai lu en deux soirées). En revanche, j’ai quand même un petit point à souligner. Pour moi, il y a un petit effet d’accumulation qui m’a fait lever les yeux au ciel. En effet, Astrid est jeune et pourtant, elle a déjà vécu un peu trop de choses vraiment intenses. A force je me disais un peu « qu’est ce qui va encore lui tomber sur la tête ? » C’est, pour moi, ce qui m’a vraiment le plus gêné dans cette histoire.

On fait aussi la rencontre de Nora, Lyuba ainsi qu’Emma. Elles sont des personnages qui viennent graviter dans la vie d’Astrid et de Maxime. C’est vraiment sympathique de les voir évoluer dans leurs sphères intimes et de les découvrir séparément. Il n’y a pas que Maxime & Astrid, il y a aussi Astrid d’un côté et Maxime de l’autre. C’est plutôt sympathique. Ce que je regrette un peu, c’est de ne pas en savoir plus sur eux. En effet, on soulève des sortes de petites intrigues dans l’intrigue, c’est une idée que j’aime et qui permet de respirer dans l’intrigue principale mais j’ai trouvé qu’il me manquait un peu de détails sur la fin de l’histoire. Je n’ai pas forcément trop compris le mystère qui plane autour d’Emma, par exemple. Dommage, j’étais curieuse !

La plume de Milie Jappe est sympathique. Elle est facile d’accès ce qui permet à un lectorat large d’être séduit par l’intrigue et l’histoire. C’est dynamique, je trouve que l’intrigue ne souffre pas de longueurs. On va droit au but en sachant mettre en avant les émotions des personnages. On est vite pris dans le tourbillon des sentiments et dans l’histoire, tout simplement.

En définitive, malgré un petit sentiment d’accumulation et un petit manque de détails sur la vie des personnages secondaires, Quand la vie s’emmêle est une lecture assez agréable qui pourra plaire à de nombreuses lectrices. En effet, même si c’est du New adult, j’ai trouvé que l’auteure savait équilibrer son intrigue pour la rendre plus que digeste. C’est vraiment très sympathique à découvrir et à lire. Je vous souhaite une belle découverte en compagnie d’Astrid & Maxime. La thématique des troubles alimentaires est bien amenée et permet au lecteur de ne pas avoir une overdose de ce sujet sensible. La plume est très agréable et nous emmène dans une histoire d’amour moderne. Bravo

3 raisons de lire ce roman :

  • Le duo Astrid/Maxime
  • Les différentes thématiques amenées avec équilibre dans l’histoire.
  • La narration qui permet de voguer entre les deux personnages mais aussi entre passé et présent.

notation 1

12

Nous – Tome 2 : nous soutenir de Salomé Hanson

c-romance-salome-hanson-nous-soutenir-pfRésumé : Trois mois se sont écoulés depuis que Luke est parti de Los Angeles en laissant Brianna derrière lui. À cause du départ de Luke, les vieux démons de la jeune femme ont refait surface, la ramenant dans la spirale infernale qu’elle avait eu tant de mal à quitter. Elle a essayé de l’oublier, et s’y efforce encore, mais comment effacer de votre vie quelqu’un qui vous a tant marqué ? Quand sa route recroise celle du surfeur, l’ambiance est électrique. Rancœur, ressentiments, Brianna n’accepte pas sa trahison. Mais Luke est bien décidé à se faire pardonner, quoi qu’il lui en coûte, car il a compris d’une chose : elle est son phare dans l’obscurité, et il est sa bouée dans la tempête. Il était son salut, elle était sa rédemption. Et s’ils étaient simplement « eux », l’un pour l’autre ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman. En effet, j’avais bien aimé le premier tome de la saga Nous. J’ai pris un peu plus de temps pour lire ce tome 2. Je pense que c’était la période durant laquelle je l’ai lu qui m’a un peu ralentie (j’étais dans une phase « panne de lecture »).

C’était un plaisir de retrouver Luke & Brianna. On retrouve nos deux âmes brisées par leurs passés respectifs. On est vraiment dans la continuité du premier tome. On reprend la lecture facilement. Comme pour le premier tome, j’ai trouvé quelques petites choses attendues et d’autres qui ne m’ont pas forcément attirée.

On retrouve nos deux personnages trois mois après la fin du premier tome. On se rappelle que le tome 1 se terminait sur un sacré cliff hanger qui donnait vachement envie de savoir la suite. J’avoue que l’auteure ne nous déçoit pas et nous propose des retrouvailles explosives. J’avoue que certaines petites choses m’ont fait tiquer… Luke est un personnage que j’apprécie beaucoup mais franchement, ce gentil monsieur revient un peu trop facilement dans la vie de Brianna qui râle pour le principe mais qui, finalement, ne semble pas si mécontente que cela. J’ai trouvé une rapidité certaine dans l’intrigue, c’est ce qui m’a un peu déstabilisé. Il est vrai que Luke est très mystérieux sur son passé. On ressent bien son désarroi. Il veut dire les choses, il veut se libérer, il veut expliquer à Brianna mais ne peut pas. Le souci qui se pose ici, c’est qu’on est, pour moi, trop dans l’attente. Il fait mariner trop longtemps Brianna et le lecteur par la même occasion.

Les personnages sont des personnages blessés, le cœur à vif. On est vraiment dans une intrigue qui laisse place aux émotions, aux souvenirs. Cela fait remonter plusieurs interrogations : peut-on vivre avec son passé ? Peut-on avancer dans la vie, regarder vers l’avenir en ayant le poids du passé sur les épaules ? C’est assez intéressant parce qu’on a tendance à dire « non, c’est impossible » mais finalement, on ne peut jamais vraiment se séparer de ce que l’on a vécu. Jamais personne ne va se lever en disant « ok, je mets mon passé de côté, je n’y pense plus, on recommence tout ». C’est clairement impossible. Cette saga va proposer une alternative : savoir vivre avec son passé.

J’ai apprécié ce deuxième tome pour ça. Cette thématique-là est ultra bien travaillée et ça permet d’avancer rapidement dans la lecture. En revanche, les personnages m’ont un peu ennuyée par moments. Leurs caractères sont bien détaillés mais quelques petits détails m’ont fait tiquer. J’ai déjà souligné le caractère de Luke. J’avoue que le fait qu’il revienne un peu sans pression dans la vie de Brianna m’a fait lever les yeux au ciel. Brianna a vraiment un caractère que j’apprécie. On sent qu’elle ne sait pas avancer avec tous les malheurs qui lui sont tombés dessus. Elle a vraiment rééquilibré, à mes yeux, le duo. Si la tendance était plutôt inverse dans le premier tome, j’avoue qu’ici, j’ai préféré Brianna à Luke (vilaine Pauline !). Le duo fonctionne toujours aussi bien en revanche. Les joutes verbales sont franches et directes. On sent que ce sont deux gros caractères et qu’ils ne se laissent pas faire. Il va pourtant bien falloir baisser la garde et laisser l’autre entrer dans sa vie (et son cœur, tant qu’on y est).

Cette romance n’a rien d’évident. Déjà parce que Brianna et Luke ont des choses personnelles à régler avant de pouvoir être capables d’avancer. On a encore un peu ce jeu de « fuis moi je te suis, suis moi je te fuis » mais il est beaucoup moins présent que dans le premier tome. C’est une romance complexe et pleine de drames que l’on lit. Il ne faut pas oublier qu’on a aussi la thématique de la célébrité qui s’ajoute à la trame puisque Brianna est une étoile montante du cinéma. Ca fonctionne bien, ça se lit rapidement.

La plume de Salomé Hanson est toujours aussi intéressante et agréable à lire. C’est dynamique, fluide et agréable.

En définitive, même si quelques petites choses ne m’ont pas forcément beaucoup plu, je reste quand même avec une belle découverte de manière générale. Le tome 3 est attendu ici. Je suis contente d’avoir pu retrouver Luke & Brianna pour me replonger dans cette histoire complexe sur fond d’acceptation et de pardon. C’est un deuxième tome plus mature que le premier, on le sent dans le caractère des personnages et dans leurs manières d’agir. Bravo à l’auteure pour ce deuxième tome qui laisse présager de belles surprises pour le troisième tome. Encore un grand merci aux éditions Alter Real.

3 bonnes raisons de lire ce deuxième tome :

  • On retrouve Luke & Brianna avec grand plaisir
  • La thématique du poids du passé que j’ai appréciée. La manière dont cette dernière est traitée et moderne et n’émet aucun jugement. J’aime beaucoup l’idée.
  • La plume de l’auteure que j’aime beaucoup aussi.

4

12

M.A.D Crush de Shana Keers

m-a-d-crush-1327493-264-432Résumé : L’arrivée des vacances est une bonne nouvelle pour la plupart des gens, mais pas pour Swann, avocate rigoureuse et véritable bourreau de travail. Elle doit abandonner ses dossiers en cours et ne plus penser aux audiences à venir pendant trois semaines. Tout ça parce que sa mère, celle qu’elle admire, mais qui est aussi sa patronne, en a décidé ainsi. Les motifs invoqués ? Éviter le burn-out et profiter de la vie comme n’importe quelle femme de son âge. Les moyens utilisés ? Prendre des congés ou être cantonnée aux affaires civiles dont elle déteste s’occuper. Swann est contrariée par cet ultimatum, mais elle compte bien prouver à sa mère qu’elle peut se reposer et, pourquoi pas, s’amuser. Seulement, même une femme organisée comme elle ne peut pas tout prévoir. Ni la surprise que lui réserve son amie Isabella, ni sa rencontre avec Milan, un voisin au regard troublant. C’est un provocateur, grossier et intrusif. Il n’a aucune manière. Il rassemble à lui seul tout ce qu’elle déteste chez un homme. Pourtant, elle ne parvient pas à l’ignorer. Bien au contraire ! Il occupe toutes ses pensées. Sortir avec lui serait du délire. Serait-ce un coup de folie estival ou peut-être un coup de foudre ? Et s’il s’agissait de tout autre chose ? Note de l’auteure : ce roman contient quelques scènes décrites dans un langage adulte.

~ Service presse ~

Je remercie Shana Keers pour l’envoi de ce roman en service presse. Je suis toujours ravie de pouvoir étayer mon avis sur les romances contemporaines érotiques avec la plume de Shana.

Shana, Shana, Shana, que vais-je faire de toi ?! Je n’ai pas l’habitude de dire ça mais ce roman est une révélation. Certainement, à mes yeux, le roman le plus abouti de l’auteure. Celui que j’aime le plus, celui sur lequel je n’ai rien à dire… MEME AVEC DE L’EROTIQUE !!!! Comment ça ? Pauline fond pour de l’érotique ??? On va dire que M.A.D. Crush est une pépite dans son genre. Moi qui n’accroche pas forcément à 100% avec ce genre de romance, j’ai été soufflée par la qualité de la plume et de l’intrigue.

On fait la rencontre de Swann. Swann est un personnage que j’ai apprécié pour l’évolution constante qui la touche. En effet, si au départ, Swann peut paraitre un peu coincée, rigide dans son travail mais aussi dans son intimité, elle est époustouflante. J’ai aimé cette dualité dans le personnage. J’ai aimé le fait qu’elle découvre autre chose d’elle-même que la rigueur professionnelle et cette volonté de tout maitriser dans sa vie. Swann va se dévoiler et nous en mettre plein la vue au contact de Milan. Milan, ce bourreau des cœurs, cet homme sans manière ni savoir vivre. Milan & Swann sont aux antipodes, deux opposés qui vont finir par… se séduire. Préparez-vous ! Le feu d’artifice va éclater lors de la rencontre entre Swann & Milan.

J’ai trouvé que ce roman prouvait, pour ceux qui n’étaient pas encore convaincus, que Shana a beaucoup de talent. Si on a pu la retrouver avec des textes mettant l’érotisme et le sexe au cœur de ses intrigues, ici, son nouveau roman nous prouve qu’il n’y a pas que ça dans ses intrigues. En effet, il n’y a jamais de « sexe pour du sexe » et, ici, je trouve que c’est la meilleure illustration possible de ce que je dis. Shana va insister sur les personnages, leurs psychologies. Bien entendu, il y a des scènes érotiques, sexuelles (dans un langage qui n’est pas fait pour les adolescents, vous êtes prévenus !) mais ça ne dérange aucunement.

L’équilibre dans ce roman est intéressant et très sympathique. Si j’ai eu beaucoup de mal avec Milan au départ (je suis navrée mais c’est tout ce que je déteste chez les hommes), j’ai trouvé que, couplé avec Swann, ils forment un couple détonnant. L’équilibre se trouve aussi dans ce que fait l’auteur de son roman : une romance profonde, mêlant suspense et érotisme. J’aime beaucoup cet équilibre qui donne un nouvel aspect à la plume de Shana Keers. Pour moi, elle se réinvente toujours. Son travail est parfait, je ne dénote aucune faute, aucune erreur de ponctuation. Elle prend le temps de faire les choses bien et cela donne vraiment un excellent rendu.

C’est un bon pavé. On prend son temps. On prend son temps pour découvrir le personnage de Swann dans un premier temps. J’ai trouvé qu’il était important de prendre le temps de la découvrir. En effet, on peut se dire que le démarrage est un peu longuet mais il faut aussi mettre l’intrigue en place. La crédibilité se retrouve dans ces 10 premiers chapitres. En effet, Swann, la jeune femme qui donne tout à son travail est en congés forcé. Elle repousse tout ce que Milan est. Le fossé entre les deux est si vaste qu’un rapprochement rapide aurait juste manqué de crédibilité. Personnellement, j’aime bien quand on prend le temps (du coup le mot « temps » apparait 20.000 fois, navrée) de poser les choses, de faire avancer les personnages à leurs rythmes. On déguste les mots et la rencontre, l’avancée de cette relation qui nous semble impossible. Swann se dévoile, sort de son cocon et libère ses ailes. Ce joli papillon nous offre vraiment une belle évolution que j’ai appréciée.

Voici donc un roman qui pourra plaire aux plus frileuses au niveau érotisme et aussi aux lectrices qui veulent du contemporain, de l’originalité ainsi qu’une touche de sensualité (enfin plusieurs touches ahah). Je suis toujours aussi contente de retrouver la plume de Shana Keers qui me touche en plus en plus. Je trouve que cette auteure est formidable dans ce genre d’exercice. C’est tellement agréable de lire des romans travaillés dans cette catégorie. Cela prouve encore une fois que montrer un bout de fesse dans les écrits n’est pas la seule chose à faire pour avoir un excellent roman dans les mains. Bravo à Shana pour tout ce travail, la qualité du roman est exceptionnelle. Ca vous étonnera surement mais ce roman signe un joli coup de cœur et reste la meilleure de mes lectures pour 2020 dans cette catégorie.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’équilibre dans l’intrigue. J’ai aimé que l’auteure n’en fasse pas trop.
  • Une intrigue bien ficelée, réaliste et crédible qui nous propose de belles surprises 
  • Le personnage de Swann qui fonctionne très bien en duo avec Milan

5

12

Te revoir : Renaiss’ens d’Eny Rêves

9782491329099-200x303-1Résumé : La vie de Romie semblait être un vrai conte de fée jusqu’à cet accident qui la plonge dans l’obscurité. Lors de sa convalescence, elle fait la rencontre de Luke. Peu à peu, des sentiments fusionnels prennent le pas sur cette amitié. Malheureusement pour Romie, Luke quitte l’hôpital sans un au revoir et piétine son cœur déjà bien fragile. Deux ans plus tard, le destin les met de nouveau sur le même chemin. Romie pourra-t-elle lui pardonner son abandon ? Ressentiront-ils de nouveau cette alchimie ?

~ Service presse ~

Je remercie M.E.C éditions pour l’envoi de ce roman. Te revoir était mon SP du mois de mai. Il a été lu au début du mois et franchement, c’était une découverte assez sympathique. Pas de coup de cœur cette fois ci mais honnêtement, c’est un roman qui pourra plaire aux fans de romances modernes.

On fait la rencontre de Romie. Romie a une vie formidable : un métier qu’elle adore, une entreprise florissante, un homme, Vincent, qu’elle aime et qui l’aime, bref, on est vraiment dans une bulle d’amour. Forcément, le drame arrive et Romie est victime d’un grave accident : ses séquelles sont importantes mais la plus grave reste sa cécité. Rien ne l’explique, c’est une sorte de blocage psychologique.

Lors de son séjour dans un centre de convalescence, beaucoup de choses vont changer. Elle va faire deux superbes rencontres dont Luke, un jeune homme qui va lui faire vivre des moments formidables. Cependant, l’histoire ne se termine par forcément très bien puisque Luke quitte le centre sans rien dire à personne laissant Romie dans une sorte de léthargie et dans une incompréhension totale.

Bien entendu, quelques années plus tard, Romie et Luke vont se rencontrer de nouveau, l’heure des explications a sonné. Ainsi, Romie et Luke vont pouvoir mettre les choses à plat et se (re)découvrir. Ce qui frappe tout de suite, c’est le courage de Romie, cette volonté de s’en sortir même si on ne sait pas vraiment dans quel état. Luke est très doux, à l’écoute et ce côté mystérieux m’a beaucoup plu. Ils sont complémentaires et permettent de passer un bon moment de lecture.

L’intrigue reste plutôt simple mais la cécité passagère de Romie est très originale et permet de donner une autre vision à la romance en général. On se retrouve vraiment avec une pointe d’originalité qui vient mettre un peu de piment entre Romie & Luke. J’ai beaucoup apprécié cette idée : Romie, n’ayant jamais vu Luke se pose des questions : elle connait cet homme : qui est-il ? Il lui semble tant familier… Luke va freiner des quatre fers et tout faire pour ne pas qu’elle le reconnaisse. J’ai trouvé cette idée très sympathique et fortement originale (enfin, personnellement, je ne l’ai jamais trouvée dans mes lectures).

Les personnages sont vraiment très sympathiques à découvrir. Romie & Luke trainent leurs casseroles et j’ai aimé les découvrir dans leurs passés et intimités. J’ai trouvé que le panel de personnages était très intéressant : on fait la rencontre de la famille de Luke mais aussi de celle de Romie, on rencontre aussi les amis de cette dernière. Cela vient colorer l’intrigue et la dynamiser un peu.

Le seul point négatif de cette lecture pour moi : la rapidité avec laquelle ça se déroule. Tout va trop vite pour moi. J’ai beaucoup aimé l’histoire et passer mon temps de lecture avec Romie & Luke mais tout se dévoile trop vite pour moi. Que ce soit la cécité de Romie ou encore la découverte de Luke, c’est vraiment ultra rapide. C’est dommage parce que finalement, l’originalité de l’histoire s’essouffle assez rapidement pour laisser place à la seconde partie de l’histoire : les règlements de compte entre les deux personnages, la (re)découverte des deux personnages et l’installation de la romance. Si cela n’a pas forcément gêné dans ma lecture, j’ai trouvé dommage de ne pas avoir faire plus mariner les personnages et pousser cette originalité plus loin.

La plume de l’auteure est très agréable. Elle est parfaite pour faire véhiculer des émotions. La douceur est très intéressante dans cette intrigue. On va traiter d’une relation particulière avec beaucoup de douceur. Bien sûr, il y a la colère et l’incompréhension mais la douceur reprend toujours le dessus et nous permet de passer un moment de lecture agréable sur ce point. Pour moi, l’intrigue ne souffre pas de longueur (forcément, si je parle de rapidité d’exécution… Bravo Pauline), l’auteure ne s’embarrasse pas forcément de beaucoup de détails, j’en aurais peut-être voulu un peu plus pour pouvoir savourer encore plus ce roman mais, c’est le choix de l’auteure et il se respecte.

En définitive, malgré une rapidité trop importante pour moi, je reste quand même ravie d’avoir découvert la plume de l’auteure et l’histoire de Luke & Romie.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un duo de personnages sympathique
  • Une plume agréable et pleine de douceur
  • Une originalité certaine dans l’intrigue

notation 1

14

Notre échappée belle d’Alex Kin

CVT_Notre-echappee-belle_1094Résumé : Les routes de Lila et Noé se croisent par hasard, et dès le début, c’est une évidence, une attirance immédiate et intense. Cependant, le destin s’est moqué d’eux en leur accordant à peine le loisir de se découvrir. Peu importe pour les jeunes gens. Portés par le même crédo de vivre sans regret, ils choisissent de saisir cette opportunité et de la savourer pleinement. Leur plan est simple, limpide : profiter du peu de temps à leur disposition, sans se poser de questions ni se faire de promesses. Mais c’est sans compter sur leur entourage qui ne voit pas leur aventure d’un bon œil. Leurs proches vont tout essayer pour les ramener dans le droit chemin. Mais Lila et Noé n’entendent pas se laisser dicter leur conduite. Avec humour, tendresse et légèreté, ils vont goûter chaque moment précieux passé ensemble. Ils devraient pourtant se méfier, car cette échappée belle pourrait les mener plus loin qu’ils ne l’ont imaginé

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Alex Kin pour l’envoi de son roman. J’ai eu le plaisir de pouvoir découvrir le nouveau titre de cette auteure que j’avais découvert avec Mon prince charmant ne viendra pas (tant pis ! je ferai sans).

Notre échappée belle est un roman très agréable à lire. Si le nombre de pages peut faire peur au premier abord, j’ai été agréablement surprise par ma lecture.

On fait la rencontre de Lila, une jeune femme pétillante et pleine de vie. Dynamique, on a parfois du mal à la suivre mais elle reste très agréable à vivre. Sa spontanéité n’a d’égal que son sourire et sa joie de vivre. Noé croise aussi notre route et celle de Lila. Noé est un homme plein de ressources qui est prêt à tous les sacrifices pour profiter de la vie.

Lila & Noé se rencontrent lors d’une soirée, Lila & Noé passent la nuit ensemble puis… Lila & Noé décident de faire un petit bout de chemin ensemble, le temps des vacances, le temps de fuir un peu la banalité du quotidien. Le plan est plutôt simple : partir quelques jours, vivre une expérience incroyable et se séparer, reprendre la vie et son quotidien. Cette histoire, c’est une petite pause dans cette vie vécue à 100 à l’heure sans forcément en profiter. Lila & Noé sont deux personnages assez différents mais qui s’accordent à merveille : ils ont tous les deux des passés difficiles et des secrets qu’ils ont du mal à partager. Ils sont tous les deux très drôles et apportent beaucoup de fraîcheur à l’intrigue. On aime les découvrir et se balader avec eux dans toute la France, c’est vraiment génial.

Alex Kin nous propose de voyager avec Lila & Noé qui apprennent à se connaitre, à se plaire et à s’amuser. Alex Kin nous invite à nous questionner sur ce que l’on veut vraiment dans la vie. La vie peut être pleine de surprises, c’est ce que l’auteure nous propose de découvrir ici.

J’ai beaucoup apprécié cette relation qui se met en place expressément. Ici, la mise en place rapide de cette relation ne m’a pas dérangée puisque cela traduit aussi la rapidité de la mise en place de la relation. Tout est fait sur un coup de tête et sur cette volonté de profiter tant qu’il est encore temps. Si d’habitude, la mise en place rapide de la relation ou de l’intrigue me gêne, ici, cela ne m’a pas dérangé outre mesure.

Noé & Lila apporte avec eux un flot de personnages secondaires que j’ai apprécié découvrir. Ils apportent une autre teinte à l’histoire : on ancre vraiment la vie des personnages dans la réalité. Ce n’est pas une idylle amoureuse : on est vraiment dans l’instant présent, on profite le temps qu’il reste. Les thématiques sont vraiment intéressantes, c’est certainement ce qu’il y a de plus singulier dans cette histoire et ce qui la rend mémorable : on n’est pas seulement dans une passion amoureuse passagère, on soulève aussi des thématiques plus importantes qui donnent du poids à l’histoire.

La plume d’Alex Kin est très agréable. Elle est dynamique, sincère et douce. On est vraiment dans une lecture agréable et qui fait du bien. C’est une romance moderne très sympathique qui nous propose un véritable moment de pause dans cette vie un peu perturbée. Cela fait du bien ! Le texte est plein d’émotions et soulève des thématiques très intéressantes. Les aventures de Lila & Noé sont pleines de surprise et de fraicheur ! C’est la spontanéité à l’état pur et ça fait du bien !

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Lila & Noé : un couple détonnant que j’ai adoré découvrir
  • La plume d’Alex Kin que j’ai beaucoup appréciée
  • Les thématiques soulevées dans ce roman

notation

14

Ze british dream de Caroline W. Barnes

ze-british-dream-1295363-264-432Résumé : Laura Layne a 34 ans, une vie monotone, un travail qu’elle n’aime pas et une mère envahissante pleine d’énergie. La seule chose qui illumine son quotidien ? Son amour des comédies romantiques britanniques. Aussi, quand l’occasion se présente d’enfin sauter dans l’Eurostar pour la première fois depuis des années, Laura franchit (fébrilement) le pas. Mais ce qui l’attend de l’autre côté de la Manche va dépasser ses rêves les plus fous ! L’insaisissable James Turner est-il son « Prince William » tant attendu ? Où a-t-elle déjà pu apercevoir son jeune frère, Thomas ? Et c’était sans compter sur sa sœur aînée la grande voyageuse, qui revient auprès d’elle avec bien plus que des photos souvenirs dans ses valises… Quand un coup de pouce du destin lui permet de changer de vie, Laura ne se doute pas que des chamboulements en cascade seront au programme !

~ Service presse ~

Je remercie les éditions Plumes de Marmotte pour l’envoi de ce roman en service presse. Etant une fervente inconditionnelle du Royaume Uni, je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture. Ayant vécue là-bas, mon affection l’Angleterre est à double tranchant : je suis très pointilleuse à ce sujet… Vos bagages sont prêts ?! Angleterre, nous voilà !

Ce roman est une lecture agréable. On passe un bon moment de lecture qui répond à toutes les attentes que l’on peut en avoir : on fait un petit voyage frais, dynamique, qui porte à sourire. Si ce roman n’est pas un coup de cœur, il est une lecture sympathique que je recommanderai avec plaisir aux copines lectrices qui veulent une lecture sans prise de tête, rapide et agréable.

Pourquoi ce n’est pas un coup de cœur ? Je vous dis tout : on retrouve un triangle amoureux… J’avoue que j’en ai un peu marre de retrouver ça dans mes lectures. L’auteure n’y peut absolument rien, c’est une affaire de goûts mais c’est quelque chose que je trouve de manière trop récurrente dans mes lectures et cela a tendance à me faire lever les yeux au ciel. Deuxième (et dernière, je vous rassure !) petite chose qui m’a chagrinée : Londres. J’en ai tellement marre de voir l’Angleterre à travers Londres… J’aurais franchement aimé un autre cadre, une autre région qui stéréotype moins le pays.

En revanche, j’ai beaucoup apprécié la comédie romantique qui se dessine sous nos yeux. La touche britannique est vraiment présente dans la psychologie et le comportement des personnages. Bien entendu, le décor joue aussi énormément dans notre vision de la comédie romantique britannique. C’est simple, mais efficace ! On se sent bien dans cette histoire.

Laura est un personnage sympathique auquel il est facile de s’identifier. Elle se sent « bof ». Facile à dire mais compliqué à définir. En effet, on se sent toutes et tous parfois « bof ». Bof les cheveux, bof le physique, bof la vie. Je comprends tout à fait ce que Laura traverse : ce n’est ni bien, ni mauvais, c’est juste bof !

Il y a un groupe de personnages qui se dessine tout au long de notre lecture, j’ai aimé les rencontrer. L’auteure prouve que ce n’est pas parce qu’un personnage est secondaire qu’il est rapidement effacé. Ici, l’auteure prend le parti de donner un rôle à tous ses personnages. Ils ont tous de l’importance à un moment donné dans cette histoire, j’ai trouvé ça chouette comme idée, cela apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire, bravo. J’ai beaucoup apprécié Dehlia et James. Deux personnages bien campés, attendus mais très sympathiques.

Je ne sais pas forcément dans quelle catégorie classer ce roman : il y a une romance certaine mais il y a aussi une bonne dose de feel-good et de rire… Généralement, ce sont deux genres qui passent bien. Ici, l’association des deux est assez sympathique et rend une certaine originalité au roman.

La plume de l’auteure est assez dynamique. Le roman ne souffre pas de longueur. Il est frais, nous invite au voyage (en ces temps troublés, c’est plutôt sympathique comme idée). Il m’a rappelé à quel point l’Angleterre peut me manquer parfois (pas Londres, désolée, je ne supporte plus cette ville ahahah). Les personnages sont bien travaillés et j’ai apprécié cette idée de tous les mettre en avant à un moment donné dans l’intrigue.

En définitive, Ze british dream est une comédie romantique très sympathique voguant entre la french touch et le charme britannique bien connu. Par ses qualités, le roman peut éventuellement être affilié à Bridget Jones ou Love Actually. Néanmoins, j’aurais certainement préféré que l’on embarque pour un autre endroit que Londres et qu’on évite un peu certains stéréotypes. Il faut souligner le fait que l’on est vraiment dans cette idée de lire un roman qui fait du bien avec des personnages colorés et originaux. Ce roman porte à sourire et fait passer un moment de lecture agréable. Bravo à l’auteure pour ce roman.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une histoire qui nous fait voyager en Angleterre
  • Le personnage de Laura auquel on peut facilement s’identifier
  • Une lecture qui fait du bien

notation 1

14

Féerélia – Tome 3 : Floryanna de Florina l’irlandaise

51vJfVQZmDL._SY346_Résumé : Je suis le commencement, mais peux être aussi votre fin. Pas besoin d’être humain pour être un monstre, bien souvent ceux-ci sont moins cruels. Depuis ma naissance, l’on a cherché à me nuire ou à me tuer. Je me pensais en sécurité, enfin… L’on exige de moi que je vous offre mon mari et mes enfants, pour protéger les mondes. Mais qu’est-ce qu’ils ont fait eux, pour moi? Il y a des destins horribles, mais vous pouvez choisir, vous battre ou abandonner. Personnellement, je n’ai pas eu le choix. Je suis la descendante des dieux. Je m’appelle Floryanna O’Malley. Je suis la fille du roi de Féerélia et de la demi-Déesse Moïra. Qu’est-il arrivé aux princesses, mais aussi à tous les personnages de Féerélia et son entourage? Rien n’est jamais noir ou blanc. Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre. Les mondes et les créatures qu’ils abritent ne font pas exception, ils sont eux aussi touchés par cet adage… Ce tome se révèle plus sombre, mais il prône également l’espoir, l’amitié et une constante sur tous les mondes : l’amour. Ne te contente pas d’avoir envie d’aimer, mais fais-le sans remords, sans réserve et sans barrières… De nouveaux personnages font leurs apparitions et je suis sûr que vous allez les adorer (ou les haïr)

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Florina l’irlandaise pour l’envoi de ce roman. Je continue ma découverte de cette saga grâce au partenariat qui nous lie. Tous les mois, je découvre la suite de Féerélia. Cela fait mon quatrième tome (une nouvelle se lit entre les tomes 1 et 2) que je découvre.

Ma découverte a été en deux temps. J’ai eu un mal de chien à entrer dans l’intrigue, le personnage de Floryanna ne m’avait pas forcément beaucoup plu dans le tome 2. J’avais donc un peu d’appréhension. J’ai eu peur d’abandonner mais je me suis accrochée et j’ai eu raison de le faire. Ce troisième tome reste dans la lignée de ma découverte : je suis charmée par le folklore et la culture qui sont mis en avant mais quelque chose me gêne sur la forme de l’intrigue. La plume est vraiment sympathique mais il persiste quelques défauts dans la syntaxe, l’orthographe et la grammaire.

Je reste globalement satisfaite de ma lecture. L’univers est très sympathique et l’on s’y sent bien. L’univers est riche et coloré, il nous permet de passer un bon moment de lecture. Ce troisième tome nous propose de faire un peu plus connaissance avec Floryanna. Floryanna est la fille de Moïra. Ce troisième tome ne déroge pas à la règle : il y a un nombre incalculable de personnages. On retrouve des personnages des tomes précédents mais certains s’ajoutent. Si le principe me plait, il y a une certaine confusion dans tout cela. Je pense que c’est ce point, précisément, qui a commencé à semer la confusion dans mon esprit. C’est ce qui a fait que j’ai décroché dans une première partie du roman.

L’intrigue prend un peu d’ampleur et nous propose un tome plus sombre que les autres. Floryanna est un personnage fort, profond, qui cache ses blessures et qui enrichit l’intrigue par son passé, véritablement dur et blessant. Si ce personnage m’avait agacée lors du tome précédent, j’arrive bien à la cerner à la fin de ma lecture du ce troisième et avant-dernier tome. En effet, je reste vraiment surprise par mon revirement personnel. Généralement, lorsque je n’aime pas un personnage, je ne l’aime pas. Mais ici, l’auteure m’a surprise et tant mieux pour moi ! Aydan, son époux et elle forme un couple détonnant mais qui fonctionne. J’ai beaucoup apprécié ces deux personnages.

La famille de Floryanna est complètement hétéroclite. On a de tous : des jeunes, des moins jeunes, des rebelles, des personnages plus posés. Ils forment à eux tous une joyeuse troupe qui ne va pas se laisser faire. J’ai aimé cette idée d’une famille atypique qui va se souder dans l’adversité.

On apprend beaucoup sur les passés respectifs des personnages. On nous propose, une fois de plus, de partager cette narration en la divisant en plusieurs points de vue. C’est une idée sympathique mais encore une fois, avec un nombre aussi important de personnages, cela peut créer un sentiment de confusion.

La guerre gronde. Morrigann n’est pas loin. Floryanna est prête à tout pour sauver sa famille de cette guerre. Elle se fout de savoir si les dieux sont avec elle ou pas, s’ils existent ou pas, elle ne veut que la protection de son époux. Cet instinct de protection et de survie va montrer un tout autre pan du personnage que j’aime beaucoup ! Le mal s’installe petit à petit dans l’intrigue et assombrit le ton du roman. On a l’impression de rentrer dans le vif du sujet.

Ce troisième tome, enfin la deuxième partie de ce troisième tome est comme un pivot : clac, on déverrouille un pan de l’intrigue. Clac, les personnages gagnent en profondeur. Clac, l’intrigue prend un tout autre virage qui permet à cette dernière de se propulser un peu et de se revêtir de ce ronflement qui commençait à se faire sentir. Ajoutons à ça une touche de romance et le tour est joué. Bonne nouvelle !

La plume de Florina l’irlandaise est toujours aussi sympathique. Cependant, je ne peux pas m’empêcher de relever certains passages trop longs, certaines tournures de phrases un peu tarabiscotées qui m’ont fait un peu perdre le rythme de lecture.

En définitive, ce troisième tome, bien que destiné à comprendre un peu plus les personnages, nous permet d’avancer dans l’intrigue générale de la saga. Si mon début de lecture a été compliqué pour moi, il faut souligner le fait que lorsque l’intrigue se débloque un peu, on se retrouve avec un tome plus sombre mais plus intéressant. Véritable pivot pour moi, ce tome fait monter la tension et j’espère avoir un quatrième et dernier tome à la hauteur de mes espérances.

3 bonnes raisons de lire ce troisième tome :

  • L’univers folklorique utilisé dans l’univers.
  • Le personnage de Floryanna qui est une très belle découverte finalement
  • L’atmosphère qui gagne en tension

notation 1

Retrouvez mes avis pour cette saga

                                      41pdFZt4fHL._SX331_BO1,204,203,200_ 41fv6FztOmL feerelia-tome-2-ludmilla-1268878-264-432

15

La fille qui danse de Lisa Soto

xcover-5001Résumé : Quand Asa part en quête de ses origines, le bleu à l’âme sur les sentiers irlandais, elle ne s’attendait pas à rencontrer un homme tel que Marec. Elle est une enfant du monde. Lui, des montagnes. Dans des contrées proches ou lointaines, entre deux pas de danse, Asa et Marec se croisent et s’éloignent, s’interrogent sur la vie, son sens et leur amour, seule constante dans cette valse des sentiments. La Fille qui Danse est une ode à l’autre et à la vie, un récit féministe et humaniste, voyage vers un ailleurs, mais surtout vers l’intérieur.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Noir d’Absinthe pour l’envoi de ce service presse. La fille qui danse m’a bouleversée, chamboulée, hypnotisée. Véritable page turner, il fallait que je vous en parle rapidement. J’ai donc modifié un peu mon planning de publication. Fleur d’absinthe est la collection « romance » de la maison d’édition. Encore une fois, cette maison d’édition a fait un choix formidable avec cette romance qui n’est pas comme les autres.

On fait la rencontre d’Asa, une jeune femme un peu perdue, qui n’a rien des personnages principaux que l’on peut rencontrer dans ce genre. Asa pétille, marque les esprits, danse sa vie. Cependant, elle est aussi mystérieuse, un peu étrange dans ses réactions et ses interrogations. Elle n’est pas comme les autres : elle dérange, elle attire les regards, elle est perpétuellement jugée. Pourquoi ? La faute à sa peau trop blanche, à ses cheveux trop roux, à ses tatouages trop présents. En étant née au Liban… il est vrai que la différence peut être rapidement remarquable.

Marec est un homme des montagnes, un jeune homme qui écume les festivals tous les étés pour payer ses études. Marec, c’est la gentillesse incarnée. Lorsqu’il rencontre Asa, rapidement, on sent une alchimie parfaite entre ces deux êtres. Si Asa est à la recherche de ses origines, Marec, lui, vit avec des remords et des regrets. Il est aussi plein d’interrogations et part un peu à la dérive.

Entre cette fille qui vient de partout et de nulle part en même temps et cet homme qui vit dans les montagnes depuis sa naissance, une histoire va naitre et nous permettre de plonger dans une histoire pleine d’originalité, de thématiques et d’une beauté surprenante.

Cette romance nous fait voyager aux quatre coins de la planète. Nous, on ne s’envole pas pour les Etats-Unis ! Complètement surfait ! Lisa Soto nous propose une romance qui sort des sentiers battus : Asa est une jeune femme qui a un père français et une mère irlandaise. Elle est née au Liban. On voyage avec elle au gré de sa vie et de ses souvenirs : on part en Irlande, en France, dans les pays d’Afrique. On part faire la rencontre des parents d’Asa, de Marec. Les voyages pour des causes humanitaires sont aussi très présents.

« J’ai grandi ici. Et dans d’autres pays arabes. Je suis de nulle part. Mon pays est partout. »

Fleur d’absinthe est une collection qui va retourner le monde de la romance. Ici, on ne reste pas en surface. Si la romance est présente, elle est aussi sérieuse. Lisa Soto apporte une touche féministe à ce roman. Mes aïeux, j’ai adoré cette idée ! Ainsi, on va s’attarder sur les droits de la femme (ô combien inégaux dans ce vaste monde, je ne vous apprends rien), les droits des enfants aussi. On va aussi parler de sujets forts et importants : le terrorisme, l’excision et d’autres thématiques aussi lourdes.

L’auteure est une magicienne. Cette plume, purée, elle est magnifique. Ma lecture frôle le coup de cœur. Franchement, cette lecture est formidable et je ne peux que vous la proposer si vous avez des envies d’ailleurs, d’une romance qui n’est pas seulement une histoire entre deux personnages. L’histoire est beaucoup plus vaste qu’une histoire d’amour entre Asa et Marec, c’est une histoire qui va ouvrir les yeux de nos personnages sur le monde. Asa est un véritable guide, une sagesse incroyable, un équilibre dans ce monde. Elle regarde le monde avec un profond respect pour la nature et un dégoût pour les pires défauts de l’Homme : la volonté de tout s’approprier, le manque d’équilibre entre les hommes et les femmes, l’égoïsme.

J’ai beaucoup apprécié ce rapport qu’a Asa avec la nature. Elle vit avec elle. C’est beau, fort, poétique. J’ai beaucoup aimé cette idée d’égalité entre l’homme et la femme, entre l’Homme et la nature. La vision qu’Asa a du monde est belle, forte et fragile à la fois, elle représente très bien ce personnage.

« Il la repose au sol avec douceur, des souvenirs plein la tête, comme lorsqu’elle courait dans les couloirs de l’ambassade en riant si fort que les journées rayonnaient de plus belle. Elle était leur soleil. Elle est devenue celui d’un autre ».

Je remercie la maison d’édition pour m’avoir fait confiance une nouvelle fois. Je suis aussi ravie d’avoir rencontré la plume de Lisa Soto : elle est magnifique. Elle raconte les histoires avec une sensibilité particulière. On a de la douceur mais aussi la violence des hommes, le tourbillon des sentiments… Bref, tout est présent pour que l’on passe un excellent moment de lecture. Merci pour toutes ces cultures, toutes ces traditions. Ma lecture a été magnifiée par cet apport de culture.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une romance qui remet les idées en place et qui ne reste pas en surface. C’est typiquement le genre de lecture que je proposerai à mes amies lectrices qui ne sont pas fan de roman.
  • Une plume à se damner. Mon dieu, un coup de foudre littéraire.
  • Asa & Marec : une histoire d’amour magnifique qui m’a transportée

notation

14

A new melody (saisons 1 &2) d’Elisa Houot Hope

a-new-melody-saison-1-1304509-264-432

Résumé
– Retrouvez les aventures de Riley et Alexander
– Londres est au cœur de cette romance
– Le dénouement tant attendu par les lectrices

Lucy a quitté le foyer familial pour accomplir son rêve à Los Angeles : devenir chanteuse. En attendant de vivre de sa musique, elle travaille comme serveuse dans un diner et, grâce au soutien de son colocataire Liam, envoie ses démos à des maisons de disques dans l’espoir de convaincre un manager. Ex-chanteur très connu des Madness Brothers, Sawyer a laissé de côté depuis un bon bout de temps le monde de la musique et ne vit que de ses anciens succès. Régulièrement raillé dans la presse à scandales, Sawyer est souvent perçu comme quelqu’un d’instable et d’égoïste. Il a perdu la confiance de son ancien manager et de ses proches. Jusqu’au jour où ces derniers décident de lui donner une ultime chance. Grâce à son frère, Alexander, son ancien manager lui propose de travailler sur un nouvel album… Dans les couloirs de sa maison de disques, Sawyer entend par hasard la chanson de Lucy et en tombe immédiatement amoureux. Il désire ardemment en faire son prochain single et arrive à convaincre Lucy de travailler avec lui en lui promettant qu’elle enregistrera également son propre album. Sawyer réussira-t-il à relancer sa carrière ? Lucy parviendra-t-elle à percer en tant que chanteuse ? Les sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre vont-ils compliquer les choses dans l’évolution de leurs carrières ?

~ Service presse ~

Je remercie les éditions de l’Opportun pour l’envoi de ce roman composé en deux saisons. J’avais apprécié One last song, il était donc évident que je lise A new melody. Si dans one last song, on s’intéressait à Alex, ici, c’est Sawyer, son frère qui devient le personnage principal de ce roman Il est envisageable de lire ce roman sans lire One last song mais vous perdez quand même certaines informations.

Sawyer est un personnage que je n’ai pas apprécié dans One last song. Imbu de lui-même, il n’hésite pas à blesser, être dur et rancunier. Sawyer est l’archétype même du chanteur qui a perdu toute sa gloire. Pas très glamour comme portrait. Ici, on fait la rencontre de cet homme qui va changer radicalement. Ce n’est pas forcément évident de changer et de se remettre en question mais Sawyer y parvient quand même.

On fait aussi la rencontre de Lucy, une jeune femme bourrée de talent qui a abandonné ses études de droit pour tenter de saisir sa chance dans le monde de la musique. Ce choix n’a pas été facile à faire, sa mère tente de la remettre dans le droit chemin et de la réveiller au sujet de ce choix. Lucy est passionnée et passionnante. Au-delà de la gentillesse qui émane de ce personnage, on se rend rapidement compte que derrière cette petite timidité, Lucy est une femme qui n’abandonne pas et qui s’accroche.

Si au départ, j’ai eu un peu de mal à accrocher, j’avoue qu’une fois dans l’intrigue, j’ai lu les deux saisons rapidement et consécutivement. La plume de l’auteure est toujours aussi agréable et permet de passer un bon moment de lecture. J’avoue que je n’ai pas ressenti un engouement phénoménal pour ce roman. La faute à cette fin qui ne me convient pas forcément. Néanmoins, je dois souligner le fait que ça se lit très bien. C’est le genre de lecture parfaite pour un moment détente à l’ombre d’un arbre dans un hamac.

Si j’ai appris à apprécier Sawyer et que Lucy est un personnage que j’ai aussi aimé, je dois vous avouer que je suis un peu passée à côté des personnages plus secondaires. En effet, je suis restée hermétique à Liam qui est bien trop intrusif et exubérant pour moi (affaire de goût, que voulez-vous). La mère de Lucy parait très compliquée à gérer, même si le personnage est sympathique par le dynamisme qu’il apporte, cette idée de faire plier sa fille pour qu’elle fasse ce que la mère désire, j’avoue que ça passe moyen chez moi. Cependant, il faut souligner le faut que j’ai aimé reconnaitre certains personnages rencontrés dans One last song.

J’ai apprécié retrouver la thématique de la musique au travers du travail des Madness Brothers ainsi que par le talent incontestable de Lucy. J’aime beaucoup retrouver cet univers dans mes lectures, je trouve que j’ai toujours de bonnes surprises, c’est top. L’auteure met aussi l’accent sur les émotions. Ainsi, grâce au personnage de Sawyer, on peut facilement comprendre comment on peut en arriver là où il en est. On pense aussi à l’acceptation des erreurs et la volonté d’aller de l’avant. L’amour, le rapprochement, l’amitié sont au rendez-vous.

En définitive, j’ai autant apprécié cette nouvelle histoire que One Last Song. Elisa Houot Hope semble se sentir à l’aise dans l’univers de la romance et de la musique et ça se sent. C’est dynamique, l’intrigue ne souffre pas de longueur (bien au contraire, j’aurais peut-être apprécié prendre plus de temps sur certains points et ne pas faire un bon de trois mois tout de suite, mais cela reste quelque chose de personnel). Romance fraîche et très sympathique, je vous la conseille pour un moment de détente avec deux personnages principaux très attachants.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Sawyer et Lucy que j’ai beaucoup appréciés.
  • Une intrigue agréable mêlant romance et musique
  • La plume agréable de l’auteure

notation 1

15

Comme un murmure de Camille Jullien

41v7AQqYQdL._SY346_Résumé : Alors que la conquête de l’Ouest bat son plein, Meggan quitte Denver pour épouser un éleveur du Nevada et s’installer dans son ranch. La jeune femme, plongée dans l’immensité des terres sauvages, doit faire face à un nouveau monde empli de violence et de barbarie. Lorsqu’un étranger aux traits sombres et inquiétants fait irruption dans sa vie, elle n’a d’autres choix que de remettre en question ses croyances et ses certitudes.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C éditions pour l’envoi de ce roman en service presse. Avec le confinement, j’en profite pour explorer un peu plus les différents romans proposés dans mes maisons d’édition partenaires.

Comme un murmure me faisait de l’œil avec cette couverture très jolie et poétique. Comme d’habitude, je n’ai pas lu le résumé. Ma première surprise fut de trouver une romance historique. J’ai apprécié le fait que la géographie choisit dans ce roman nous éloigne un peu des grandes maisons anglaises du 19ème siècle. Ici, on est dans la période de la conquête de l’ouest. En plein cœur du Nevada, on va faire la rencontre de Meggan.

Meggan est une jeune femme qui m’a plu dès le départ. Un brin naïve, elle débarque dans le Nevada seule, pour rejoindre son époux David McPhiels installé dans son ranch avec sa famille. Si au départ, elle était un peu perdue par ces grands bouleversements dans sa vie, elle finit par s’y faire malgré certaines choses qui ne collent pas avec sa personnalité.

En soi, le roman est très sympathique et se lit assez rapidement. On est propulsé dans l’univers avec une facilité déconcertante. J’ai aimé vivre la vie au ranch avec Meggan. C’est un personnage très intéressant. Avide de vouloir vivre une vie qui rime avec « liberté », elle va rapidement déchanter avec son mari.

J’ai aimé cet aspect du roman. On est dans une époque où l’homme exerce sa supérioritétéléchargement sur la femme. Rapidement on se rend compte que Meggan n’est plus une femme mais LA femme de son époux et qu’elle doit agir en tant que tel. Meggan est probablement née durant la mauvaise période de l’histoire. Il y a un vent féministe qui plane dans ce roman. Meggan veut juste être libre. Pouvoir faire ce qu’elle veut sans devoir donner des comptes à son époux. Ce qu’elle souhaite par-dessus tout ? Pouvoir partir avec un cheval, seule, se promener les cheveux au vent. Pourquoi pas ! Ma foi, l’intrigue de base est très sympathique.

En revanche, là où j’ai eu un peu plus de mal c’est avec certains détails : Meggan doit obéir à son mari, s’occuper de la maison et être une femme parfaite. Même si historiquement parlant, ça peut se passer, j’ai trouvé certaines idées qui dénotaient un peu avec tout le reste de l’histoire. Je tiens quand même à préciser que cela ne tient qu’à moi. Cela reste un détail mais qui m’a fait tiquer.

On est dans une quête identitaire. Meggan se demande qui elle est mais aussi qui elle voudrait être, c’est avec l’aide d’un homme pas forcément recommandable – Rawinson- que Meggan va se rendre compte de la dangerosité du monde dans lequel elle vit mais surtout de ce qu’elle voudrait être.

Ce roman permet d’approfondir de manière intense le personnage de Meggan. Le roman fonctionne par un système d’opposition : entre Rawinson & McPhiels par exemple : l’un solitaire, ne craignant pas la liberté ni les dangers du mode de vie d’un nomade, l’autre vivant au cœur d’un ranch, étant un patron, un frère et un mari. Entre Rawinson & Meggan : les deux personnages sont complètement opposés au-delà du sexe. Rawinson aime la liberté, ne croit pas en dieu et avance dans la vie au gré du vent. Meggan est une femme naïve, un peu coincée, elle apprend la vie au fur et à mesure de sa vie au ranch. Meggan s’oppose aussi à … Meggan. La Meggan croyante, qui doit être une bonne épouse et une bonne mère se bagarre intérieurement avec son envie de liberté, de ne rien devoir à personne. C’est plutôt intéressant.

Meggan dénote avec ses belles sœurs. En effet, dans ce roman, la hiérarchie est assez bien mise en avant : en effet, les femmes sont aux fourneaux pendant que les hommes sont au repos. Meggan dénote complètement avec ses deux belles sœurs qu’elle apprécie mais qui ne vivent pas comme elle. Cela fait ressortir le caractère de Meggan et sa volonté farouche de faire autre chose que des tartes et servir le café à son mari.

J’ai adoré l’évolution du personnage de Meggan. Surtout avec les derniers chapitres et l’épilogue. La plume entrainante et dynamique. Cela change de ce que je peux lire dans la romance historique et cela fait du bien.

Bravo à l’auteure

3 bonnes raisons de lire le roman :

  • L’univers du far west
  • Le personnage de Meggan
  • La plume de l’auteure

4

22

Emmy & Oliver de Robin Benway

51TmXJegtLL._SX210_Résumé : Emmy et Oliver sont inséparable depuis leur naissance, jusqu’au jour où Oliver est enlevé par son propre père. Emmy ne cesse de penser à lui. Dix ans plus tard, Oliver est de retour. Cependant, après une absence si longue, Emmy craint qu’il ait oublié leur amitié. Elle tente alors de retrouver sa place dans le cœur d’Oliver.

~ Lecture détente ~

Je vous propose de plonger avec moi dans l’univers du roman Emmy et Oliver de Robin Benway. Je l’ai choisi sur Kiwibook. Je pense que c’est le genre de roman que je n’aurais pas acheté si je ne l’avais pas trouvé à petit prix et d’occasion. Clairement, ce roman young adult a ses qualités mais ce n’est pas la lecture de l’année.

On fait la rencontre d’Emmy, une jeune fille qui grandit entourée de sa famille et de ses amis. Cependant, une chose rend la vie d’Emmy particulière : le retour d’Oliver, son meilleur ami d’enfance, kidnappé par son père de nombreuses années plus tôt. Emmy est toujours entourée par Caro & Drew qu’elle a rencontré à l’école primaire. Le temps a passé et Emmy, Drew et Caro se sont habitués à l’absence d’Oliver…

Niveau personnage, j’ai apprécié l’harmonie et la complémentarité entre les adolescents. Les personnages ont des caractères tous très différents. J’ai aimé cette diversité dans le groupe. Caro est explosive, impulsive et ajoute beaucoup de dynamisme dans ce groupe d’amis. Drew est plus sensible, plus dans l’émotion. Emmy est aussi un personnage que j’ai aimé, qui grandit, qui ose dire les choses même si ça lui prend du temps. Le retour d’Oliver vient un peu perturber ce trio. Oliver revient sans quasiment plus aucun souvenir de ses amis : depuis le CE1, il ne les a pas revus. Si Oliver est resté dans les mémoires de tous les habitants de son coin, il s’est vite acclimaté à la vie que son père lui offrait loin de sa vie d’avant et de sa mère.

Le personnage d’Oliver est très intéressant. En effet, si Oliver a été kidnappé, il ne l’a pas compris. En effet, pour lui, son père reste son père malgré son geste. Si, aux yeux de la loi, le père d’Oliver est un criminel, à ses yeux, il reste l’homme qui lui a appris à faire du vélo et avec qui il a découvert le cinéma. Cette thématique du kidnapping offre deux visions bien distinctes. C’est chouette.

Les adultes sont aussi présents : la mère d’Oliver et tout le stress du retour de son fils engendre mais aussi les parents d’Emmy, voisins de la mère d’Oliver. J’ai beaucoup apprécié la présence des parents qui marquent aussi que les enfants ne font pas ce qu’ils veulent. Par moments étouffants, on comprend qu’Emmy ne leur dit pas tout. J’ai apprécié la complicité entre elle et ses parents.

Comme vous l’avez constaté, ce roman soulèvement des thématiques intéressantes : la famille, l’amitié mais aussi des thématiques que l’on ne voit pas très souvent dans les romans : le kidnapping d’un enfant par un parent, le retour de l’enfant kidnappé. Je trouve que sur ce point, Robin Benway a cerné avec délicatesse et crédibilité ces deux thématiques. L’auteure en parle avec justesse et équilibre. Rien que pour ça, il faut se plonger dans l’histoire.

En parlant de plongeon… Cela reste ma grande interrogation. Pourquoi avoir mis des planches de surf sur la couverture ? Ok, on en parle. Ok, Emmy fait du surf en cachette et ne dit rien à ses parents. Ok, c’est une activité qui va faire évoluer la relation entre Emmy et Oliver. Cependant, on n’en parle pas tant que ça. Le surf n’est, en aucun cas, la thématique centrale de ce roman et peut porter à confusion. Je m’attendais à découvrir le surf au cœur du roman alors qu’il n’est qu’un élément parmi tant d’autres, j’ai trouvé ça dommage.

Ce roman est une romance young adult très sympathique. Je pense qu’elle plaira beaucoup aux lecteurs plus jeunes où aux lecteurs qui veulent lire quelque chose de léger et de rapide entre deux gros pavés. C’est vraiment agréable. Les personnages sont en pleine croisée des chemins. Ainsi, il y a tout un questionnement sur ce qu’il va se passer après le lycée. Qui part ? Comment ? Avec qui ? Bref, cela vient bercer l’intrigue aussi.

La relation entre Emmy & Oliver est au cœur de cette histoire. Comment redevenir amie avec un garçon qui a disparu pendant dix ans ? Comment composer ? Que dire ? Que faire ? On va suivre Emmy et ses tâtonnements. Rapidement, on va s’accrocher à ces deux personnages. Cela rend cette histoire belle et touchante.

En définitive, même si ce roman ne signe pas la découverte de l’année pour moi, je tiens tout de même à préciser que l’histoire est sympathique et agréable à lire. Cela dépayse un peu, on part sur les plages, surfer un peu. On découvre une amitié entre trois personnes. Caro, Drew et Emmy forment un trio d’amis remarquable qui va survivre à la tempête qu’est le retour d’Oliver. Je pense que le point fort de cette histoire reste les personnages. Ils sont tous différents et attachants. Les thématiques soulevées dans ce roman sont très intéressantes et originales. J’ai aimé cette idée de kidnapping. La plume de l’auteure est agréable.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une découverte légère et agréable
  • Un panel de personnages très intéressant
  • Des décors qui dépaysent. En ce moment, c’est le plus important.

notation 1

18

De l’ombre à la lumière de Sully Holt

41H5nz+K2NL._SY346_Résumé : Après le décès de son compagnon, Camille décide d’emménager au milieu de nulle part, en pleine campagne, à des kilomètres de ce qu’il a toujours connu. Il vient de faire le pari le plus risqué de sa vie. Non content de rénover la vieille bicoque en ruine de son oncle, il doit de plus s’occuper de son frère, s’habituer à son nouveau boulot dans un nouveau collège, s’accommoder des bestioles qui viennent régulièrement squatter son jardin, et supporter les propos déplaisants de Pierre, l’ours borné qui fait office de garde-forestier dans la région et qui traîne autour de sa propriété été comme hiver. Heureusement, les villageois vont se révéler des amis sincères. Avec sa joie de vivre et sa volonté d’acier, son petit frère Tom va l’aider à reprendre confiance en lui. Leur maison ne deviendra jamais un modèle d’élégance, inutile de croire aux miracles. Mais un vrai foyer, pourquoi pas ? Et Camille lui-même va tout doucement réapprendre à vivre.

~ Lecture détente ~

Je remercie Sully Holt d’avoir participé au mouvement sur Amazon ! Sully a mis ses œuvres gratuitement sur Amazon. J’en ai profité. En ayant lu la duologie Cape Cove, j’avais envie de retrouver la plume de Sully Holt que j’avais beaucoup appréciée.

De l’ombre à la lumière est tombé à point nommé dans ma liseuse. J’étais vraiment dans un état d’esprit assez particulier avec ce confinement. J’avais besoin de souffler, de m’évader. Et là… arrive avec son chien Pierre, garde forestier de la ville dans laquelle arrive Camille & son frère. J’ai respiré l’air pur de la forêt, j’ai assisté à des scènes magiques, j’ai écouté attentivement les explications de Pierre sur toute cette nature qui nous entoure… Bref, le pied total !

Pierre et Camille sont les deux personnages principaux de cette histoire. Si Pierre est bourru et peut paraitre un peu rentre dedans aux premiers abords, Camille est plus réservé. On sent rapidement que son passé n’a pas été facile. Camille est un professeur de français qui a décidé de quitter la ville pour venir retaper la maison de son oncle reçue en héritage. La première rencontre entre les deux hommes est explosive : l’un rentre dedans, l’autre facilement vexé… On a un joli feu d’artifice dès les premiers chapitres.

Ce que j’aime beaucoup dans les romans de Sully Holt, c’est sa capacité à nous faire entrer dans son univers. Son intrigue ne se focalise pas que sur Pierre & Camille. On se retrouve au cœur de la vie du village, on fait la rencontre des gens qui y vivent, qui y tiennent des magasins, des bars… Bref, on fait partie de cette vie et ça fait du bien. Cela ajoute beaucoup de pep’s à l’histoire. C’est très sympathique.

Dans tout ce panel de personnages, on fait la rencontre de Tom, le petit frère de Camille. J’ai beaucoup aimé le regard de cet adolescent sur la vie en général. De quoi faire redescendre un peu son frère. Camille a un tempérament de feu, il n’hésite pas à exploser les gens avec des paroles qui, parfois, peuvent faire mal. Je déteste ça ! Le mec a vidé, vidé, vidé son sac et Pierre accuse le coup, prend tous les uppercuts dans la figure sans avoir le temps de dire quelque chose… Plus d’une fois, le comportement de Camille m’a légèrement fait lever les yeux au ciel.

Globalement, tous les personnages sont chouettes, j’ai aimé passer ce moment avec eux. Rapidement, on sent que Camille en a gros sur le cœur et c’est à ce moment que Pierre m’a beaucoup surprise. En effet, on avait un Pierre plutôt bourru, qui semble ne pas forcément avoir tous les codes pour s’adresser aux autres… et là, grosse surprise ! Quand Camille va s’ouvrir un peu à lui, expliquer le pourquoi du comment, Pierre va poser un autre regard sur Camille. Ces deux hommes qui ne peuvent pas se voir en peinture vont apprendre à s’apprivoiser, à se comprendre et à se découvrir.

De nombreuses thématiques surgissent de cette lecture : l’acceptation de son orientation sexuelle, le regard des autres sur les différences, le poids du passé, les secrets de famille… Tout ça est présent dans ce roman et m’a énormément plu.

Sully Holt fait, encore une fois, preuve de maturité dans cette plume très travaillée qui nous offre un très bon moment de lecture. Je n’arrête pas de le dire (et je ne m’arrêterai jamais), si vous voulez commencer les romances M/M, Sully Holt est une très bonne référence française. Personnellement, j’ai commencé avec cette auteure et je ne regrette absolument pas mon choix.

En définitive, si vous aimez les caractères piquants, les situations pleines de quiproquo et les réactions qui fusent comme des feux d’artifices, vous pouvez lire cette romance sans aucun souci. Cette lecture est un grand bol d’air frais. Votre lecture sera sublimée par cette formidable plume que j’aime toujours autant !

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une romance M/M pleine de douceur
  • Un cadre idyllique
  • Une plume que j’adooooore !

notation

26

Clair obscur de Lily Haime

51newZuVHLL._SY346_Résumé : Il a le regard vairon, des yeux qui m’ont poursuivi pendant des années. Si je l’aime… » Gwenn a deux rêves, la danse et Sevan. Après avoir réussi ses auditions à la célèbre Julliard School, il prend sa voiture malgré les conseils de son meilleur ami et roule jusqu’à chez Sevan. Gwenn a l’arrogance de ses dix-sept ans, la prétention des sentiments. Sevan a vingt-quatre ans ; militaire de carrière, il est sur le point de quitter Portland pour se marier. Gwenn repart en cachant ses larmes, démarre trop vite, prend la fuite en faisant déraper les roues de sa Jeep. Une seconde d’inattention et un chauffard ivre… Un arbre au bas d’une pente… Sept ans plus tard, Gwenn est un jeune homme qui n’a plus rien à voir avec l’adolescent qu’il a été, ce rêveur aux grandes ambitions. Professeur de danse, propriétaire d’un bar en chantier, fils, frère, ami et tonton, il a appris à composer avec une vie différente de celle qu’il pensait mener. Si ses espoirs ont foutu le camp, s’il reste cabossé et rafistolé, il ne cache pas ses cicatrices. Quand Sevan revient à Portland, Gwenn a appris à le haïr pour ne plus l’aimer. « Une seconde chance, un souffle sur ses lèvres, une main au creux de son dos. Des riens qui changent tout… »

~ Lecture détente ~

Avec le confinement, la seule chose que positif que je trouve, c’est mon temps de lecture qui a décuplé. Je remercie chaleureusement les auteurs qui ont mis leurs romans gratuitement sur les plateformes. J’ai, grâce à cela, pu découvrir le roman et la plume de Lily Haime.

J’avais envie d’un peu de changement. J’ai donc décidé de lire une romance M/M. Je sais que ce n’est pas forcément dans mes habitudes mais j’ai décidé, avec cette jolie couverture, de me lancer dans cette nouvelle lecture. Résultat ? Je n’ai pas lâché le roman avant de l’avoir terminé.

On fait la rencontre de Gwenn : un jeune homme amoureux de la vie mais surtout amoureux de Sevan, le meilleur ami de son grand frère Patrick. C’est un danseur incroyable qui sait ce qu’il veut. Ses yeux vairons donnent à son physique un charme atypique. Gwenn c’est ça : une personnalité atypique explosive… On rencontre aussi Sevan, cet homme mystérieux plus âgé que Gwenn. Si l’homosexualité de Gwenn n’est pas un secret, Sevan se cherche encore et n’ose pas affirmer son homosexualité, il se cache derrière une relation factice avec une femme. C’est comme ça, qu’un soir, sous le coup de la colère, Gwenn quitte la maison de Sevan et l’irréparable est commis : un accident qui va bouleverser la vie de Gwenn.

« Le regard des autres, c’était ce qui vous perdait. Ce regard posé sur les différences, qui vous marginalise et qui vous blesse. Mais qui fait aussi croître votre résolution. Parce que vous vous relevez, vous vous endurcissez, vous vous épanouissez. C’était un chemin long, parfois douloureux, parfois plus que ça. »

Cette lecture est addictive tant elle est bien construite. La seule chose sur laquelle je pourrais rechigner un peu, c’est le fait que je n’ai pas été surprise par la tournure que prenait l’histoire. C’est beau, c’est fort, c’est plein d’émotions mais ça reste sans surprise. Je reconnais, avec grand plaisir, que ce roman est très fort. On alterne avec des moments mêlant passé et présent. On fait un bond de quelques années dans le temps et on retrouve un Gwenn changé : physiquement, mentalement et moralement. Le jeune homme dont la carrière était toute tracée n’est plus que l’ombre de lui-même. Même s’il remonte doucement la pente grâce à sa famille et à ses amis, on se retrouve avec un homme qui ne veut plus faire confiance en amour.

On va assister à un combat : Sevan qui va essayer de faire comprendre ses choix et ce passé à Gwenn qui ne veut rien entendre mais aussi ce combat interne que l’on a tous déjà connu : la raison & les sentiments. Ce combat intense qui ne prend pas forcément la tournure que l’on souhaite. Il y a des thématiques intéressantes qui sont implantées dans l’intrigue : l’amour, l’amitié, la famille mais aussi la difficulté de faire confiance, ce sentiment de trahison, cette envie d’avancer dans la vie sans savoir comment faire.

La réelle force de ce roman réside certainement dans la plume de Lily Haime qui est très belle, très visuelle. Elle nous propose une poésie incroyable dans chacun de ses mots. Je ne suis pas du genre à prendre des notes et pourtant, je l’ai fait. Lily Haime nous dresse les portraits de deux personnages forts et intenses. Lily Haime nous propose des personnages terriblement humains : avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs qualités et leurs défauts. Bref, c’est très prenant.

La danse a une place très importante dans ce roman. Je suis contente d’avoir pu la découvrir sous un aspect différent que via un corps de ballet. Lily Haime en parle terriblement bien. La danse est le quotidien de Gwenn : il la vit, la respire, le fait vivre.

« Ca hurlait en moi, ça me bouleversait, ça faisait du bruit. Ca me foutait à l’envers. C’était fort et fou. Chaotique et tumultueux. Sensuel comme un tango, effréné comme un charleston. Ce qu’il me faisait ressentir était une danse au bon rythme, à la bonne mesure, lancinante. Il y avait cette fureur et cette sauvagerie tapies en lui. Cette beauté. »

En définitive, je suis convaincue de lire un nouveau roman de Lily Haime. C’est vraiment très intéressant. D’un point de vue littéraire, on a une plume d’une très grande qualité et des personnages profondément humains. C’est ce qui me plait le plus. C’est une très belle romance entre deux hommes que j’ai pris plaisir à rencontrer. Même si je n’ai pas eu de surprises au fil de ma lecture, je suis vraiment heureuse d’avoir pu découvrir ce roman.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une jolie romance M/M
  • Une plume ultra belle
  • Les personnages qui fonctionnent comme une grande famille

4

19

Croire encore au bonheur de Ninon Amey

51qmwCRGlTL._SY346_Résumé : Amélia menait une vie paisible aux côtés de ses enfants et de son mari. Pourtant, tout a basculé le jour où celui-ci a brutalement disparu dans une terrible explosion… Après avoir connu la perte de celui qu’elle considérait comme l’homme de sa vie, Amélia se débat seule entre l’éducation de ses enfants et la gestion du quotidien. Son précaire équilibre est fragilisé avec l’arrivée d’un mystérieux voisin, aussi charmant que troublant. De l’autre côté de la Manche, le célèbre chanteur Joshua Darell voit sa sécurité compromise. Las que ses moindres faits et gestes soient constamment révélés dans la presse, il décide de s’exiler en France dans le plus grand secret… Sa rencontre avec la jeune mère de famille lui confirmera que le bonheur ne se mesure ni à la notoriété ni à la richesse. Au fil des mois, une étonnante histoire s’écrit, laissant place à des sentiments nouveaux que ces deux-là pensaient ne plus avoir le droit d’éprouver. Mais alors qu’Amélia et Josh se découvrent et s’apprivoisent petit à petit, des évènements inattendus mettent à mal leur amour naissant… Tandis que tout semble se liguer contre eux, peuvent-ils croire encore au bonheur ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Ninon Amey pour sa confiance renouvelée. En effet, depuis maintenant quelque temps, j’ai la chance de pouvoir recevoir les romans de Ninon en service presse. C’est toujours de belles lectures. J’avoue qu’ici, encore une fois, la magie a opéré.

Amélia est une jeune femme, une mère de famille, une veuve. Pendant de nombreux mois, elle n’a pas vécu, elle a survécu grâce à ses enfants et à ses amis. Joshua est un jeune homme dont la popularité auprès de son public est intense et incroyable. Chanteur ultra connu, il n’aspire qu’à une chose : se retrouver et avoir la paix. C’est plutôt difficile à vivre : cette notoriété étouffante n’est plus supportable. Ni une, ni deux, Joshua se trouve un point de chute pour pouvoir vivre en toute tranquillité. Direction la France, plus particulièrement sous l’appartement d’Amélia et de sa petite famille…

J’ai aimé vivre dans ce quotidien avec Amélia mais aussi dans la vie de Joshua. Ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer. Joshua représente tout ce qu’il y a de bon sur terre. J’ai l’impression qu’il n’a pas de défauts : gentil, prévenant, courageux, travailleur… Amélia est toujours en proie au doute. Vulnérable, elle n’oublie pas d’être gentille, prévenante et pleine de bons sentiments. C’est une maman formidable et ses deux enfants ont une chance incroyable d’avoir une maman aussi à l’écoute et prête à tout pour leur rendre la vie plus agréable. La rencontre entre Joshua et Amélia est très simple et belle : comme eux. Ils vont se rencontrer, s’apprécier et devenir inséparables amicalement parlant. L’auteure prend le parti de laisser les sentiments apparaitre petit à petit entre les deux personnages et cela ajoute une crédibilité encore plus intense au roman.

Au-delà de la romance qui s’installe dans notre lecture, on y trouve aussi des thématiques très intéressantes. Bien sûr il y a la musique avec Joshua et son métier, il y a aussi la difficulté d’être une maman seule avec deux enfants à charge. Faire son deuil et laisser au passé ce qui appartient au passé. L’importance de la famille y est aussi soulignée que ce soit à travers la famille d’Amélia ou de la grand-mère de Joshua, elle est très présente et cela fait du bien. Si vous saviez comme j’ai aimé partager ce week-end chez la mamie de Joshua… Je m’y suis sentie si bien. Je pense que c’est la force de ce roman et des romans de Ninon Amey en général : on s’y sent bien. Pas de langage pompeux, juste de la simplicité dans les mots. Ninon Amey écrit avec son cœur et cela me convient très bien. Elle réussit encore une fois son pari : c’est un roman doudou qui se lit si facilement…

Entre la France et l’Angleterre, on se retrouve avec une romance haute en couleurs et franchement bien maitrisée ! L’auteure nous ajoute du piquant avec ces péripéties que je n’avais jamais rencontrées dans mes lectures, j’ai été grandement surprise à deux reprises !

La seule petite (mais minuscule) frustration, c’est sur l’amitié entre Amélia et Samantha. En effet, j’aurais aimé voir ce personnage un peu plus vers la fin du roman. En effet, Samantha est la meilleure amie d’Amélia et j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure utilise ce personnage. J’ai aimé les différences de caractères entre les deux amies mais aussi dans leurs attitudes. J’aurais peut être aimé une discussion entre Amélia et Samantha après une certaine péripétie. Mais c’est vraiment la seule chose que j’aurais à redire !

En définitive, j’ai, encore une fois, adoré le roman de Ninon Amey. Quel plaisir de retrouver cette plume et cette imagination débordante. Ninon Amey est une valeur sûre en termes de roman doudou ! Une jolie romance, pleine de douceur. Les personnages vont devoir faire face à des difficultés pour enfin pouvoir croire encore au bonheur… Bravo à l’auteure pour ce beau succès !

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Amélia et Joshua, deux personnages intenses
  • La plume de Ninon Amey que j’adore
  • Les thématiques abordées dans ce roman

notation

18

Féerélia – Tome 2 : Ludmilla de Florina l’irlandaise

feerelia-tome-2-ludmilla-1268878-264-432Résumé : Je m’appelle Ludmilla. Je suis vétérinaire indépendante. Mon frère jumeau, Arwen, jouit d’une réputation de mauvais garçon. Sûrement par sa carrure et sa passion pour les motos. Je ne vais pas commencer à vous détailler mon étrange et grande famille, le mieux étant de suivre nos aventures. Je peux vous assurer que l’on ne s’ennuie pas chez nous. Je m’appelle Aëllig. Je suis un protecteur, mon « métier » est de retrouver et assurer la sécurité des « disparus ». Je m’appelle Anasthasia. Et comme dans un film : « Je vois des gens qui sont morts ». Ça vous fait peur ? Et à moins donc ! Magie et mystère, secrets et révélations. Découvrez ce nouvel opus et entrez dans l’univers fantastique de Féerélia.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Florina l’irlandaise pour l’envoi de sa saga. En effet, j’ai la chance de découvrir le monde de Féerélia à travers cette saga. Hier, j’ai lu en une journée le tome 2 (Hop, on valide une catégorie du challenge confinement au passage).

Avec ma lecture de ce tome 2, mon impression est confirmée. Cette saga est pleine de bonnes intentions, c’est certain. Il y a de bonnes idées, une bonne volonté à rendre cette saga forte et intense mais… malheureusement, il y a encore quelques petits points qui me font tiquer. Néanmoins, il faut aussi souligner les points positifs de ce roman (il y en a, c’est certain).

Les personnages sont très nombreux dans ce tome. Si j’ai apprécié découvrir les différentes personnalités, je me suis confrontée à un problème dès les premiers chapitres : la narration se partage entre différents points de vue. Je n’ai pas compté mais ils sont nombreux. Cette décision a ses avantages et ses inconvénients. Niveau avantage, on se retrouve avec plusieurs points de vue, plusieurs manières de voir la situation, plusieurs points dans l’histoire. L’auteure parvient à ne pas raconter la même chose sous différents points de vue. Ça c’est vraiment top ! On avance dans l’histoire. On peut aussi ajouter le fait que le lecteur trouve forcément son bonheur parce que tous les personnages sont différents par leurs physiques mais aussi leurs comportements et psychologies. Ainsi, j’ai adoré Ludmilla et Anasthasia. Maintenant, je dois vous avouer que j’ai été perdue dans les premiers chapitres. J’ai eu cette impression que ça partait un peu dans tous les sens sans forcément savoir/pouvoir me raccrocher aux branches et je pense que ce changement de narration à chaque chapitre y est certainement pour quelque chose.

Le livre se lit bien. Une fois passé ce sentiment de perdition, on est embarqué dans une histoire plutôt sympathique. On fait la rencontre de la famille de Ludmilla, sa mère ne veut pas croire en la magie, elle s’y refuse malgré tous les événements qui se passent. Il va falloir attendre un événement tragique pour qu’elle se réveille enfin et essaye de sortir tout le monde de cette situation délicate. Les personnages sont plus ancrés dans le réel puisque la mère de famille veut que sa famille passe inaperçue. Les enfants sont donc priés de faire profil bas et ça fonctionne plus ou moins bien…

La plume de Florina l’irlandaise est toujours aussi agréable. Même s’il y a encore des fautes, elles restent moins nombreuses que dans le premier tome. On mélange toujours des thématiques sympathiques : magie, amour, amitié, trahison… L’auteure va aussi ajouter cette touche de folklore que j’ai apprécié et des légendes sur les dieux et la présence de créatures légendaires comme les métamorphes. Le changement est plutôt agréable. Ce qui est plus que intéressant dans les thématiques, c’est celle de la protection animale qui est ultra présente et qui est croisée à la thématique des métamorphes. J’ai trouvé l’idée intéressante et intelligemment intégrée dans l’intrigue.

En définitive, même si j’ai été noyée dans le nombre un peu trop important pour moi de personnages, je reste sur une bonne note finalement. C’est certain que certaines petites choses ne m’ont pas forcément plu plus que cela mais j’avoue que Ludmilla et Anasthasia ont remonté la note de ce deuxième tome. La présence de ce folklore et de cette toile de fond légendaire m’a permis de me détendre dans cette lecture qui partait un peu dans tous les sens pour moi. J’ai su dompter mon appréhension grandissante et avancer dans ma lecture. J’avoue que ce changement de narration n’est pas forcément fait pour moi mais c’est le choix de l’auteure et je le respecte. Je suis contente de voir que, même si les fautes persistent, il y en a moins que dans le premier tome.

3 bonnes raisons de lire ce deuxième tome :

  • Un folklore présent que j’ai beaucoup apprécié
  • La présence de mythes et de légendes que je ne connaissais pas forcément
  • La thématique animale que j’ai trouvée frappante. Bravo

3

Black Circle with Utensils Restaurant Logo

24

Black Sea – Tome 1: Abysses de LS Down

41q5hOlklOL._SX347_BO1,204,203,200_Résumé : Partie en croisière avec sa petite-amie et des proches, loin du stress de la ville et des études, Aesma ne se doutait pas que leurs vacances sur les mers allaient virer au cauchemar. Attaqués et enlevés, une nuit, par quelque chose d’inconnu, elle se réveillera changée, dans un monde qui n’est pas le sien. Un monde où les hommes ont tous les pouvoirs et où les femmes n’ont aucune pitié entre elles. Jetée au milieu d’un harem, elle devra subir les sauts d’humeur du colérique et possessif Dagon qui fera tout pour la voir ramper à ses pieds. Ainsi que la colère et la jalousie des autres femmes composant le harem de son bourreau. Son seul réconfort se trouvant être celui d’une autre femme répondant au nom de Cadence. Pourtant, ce qui semblait n’être un simple cauchemar éveillé au début va rapidement révéler d’autres secrets qui vont changer la vision de Aesma sur le monde qui l’entourent et surtout sur sa propre existence. Violentée et réduite au rang de vulgaire objet, Aesma devra user de tous ses atouts pour espérer s’en sortir indemne.

~ Lecture Crazy book day ~

Je remercie chaleureusement Evidence éditions pour l’envoi de ce roman dans le cadre du Crazy book day. Deuxième roman que j’ai la chance de lire dans ce cadre, je suis très heureuse d’avoir pu plonger dans l’univers de Black Sea. La couverture est juste magnifique, j’avais vraiment envie d’en savoir plus sur ce premier tome qui semblait sortir des sentiers battus tant au niveau du résumé que des thématiques abordées. On y va ? Inutile de mettre votre maillot de bain…

Ce premier tome est très riche. Il se lit vite et bien (je l’ai lu en une après-midi). C’est une lecture très prenante qui nous met tout de suite dans le bain. Il n’y a pas de préambule : Aesma est sur un bateau, en croisière, il y a de gros tremblements et finalement, elle tombe à l’eau et est entrainée. Dès le premier chapitre, on est dans le vif du sujet. C’est plutôt intéressant.

Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est ce mélange des genres. On est dans une histoire fantastique avec ce monde sous-marin qui prend forme sous nos yeux, dans une romance au sens large du terme puisqu’il y a quand même un harem qui vit autour d’un homme et on est, pour moi, dans le new adult puisqu’il y a quand même pas mal de passages osés qui feront frétiller les fans du genre. Je n’avais jamais encore jamais croisé ce mélange, je pense. C’est plutôt original et cela m’a permis de vivre une histoire captivante.

Je ne vais pas forcément m’attarder sur le côté érotique du roman parce que le résumé en dit bien assez et que, pour moi, la force de ce roman ne réside pas forcément dans cette facette-là. En revanche, j’ai énormément apprécié le personnage d’Aesma. Aesma est une jeune femme qui est amoureuse d’Amber. Elle va vite déchanter dans sa prison dorée. Elle a été choisie par Dagon, un homme fort, séduisant qui est très colérique. Pour survivre, elle ne va pas avoir le choix : elle va devoir se plier à tous les désirs de ce cher Dagon qui la veut plus qu’autre chose. Aesma ne l’entend pas de cette oreille. Ce qu’elle veut ? Partir d’ici, retrouver Amber et sa famille et mettre un coup de pied bien placé à ce Dagon. Aesma est pleine de courage, de force et d’intelligence. Elle va vite apprendre à savoir se taire quand il le faut et à savoir avancer ses pions de manière intelligente.

Aesma va vite inverser la tendance. Si dans ce harem, tout le monde semble être résigné aux assauts des pulsions de Dagon, Aesma va tout faire pour s’en sortir. Elle va faire la rencontre de beaucoup de figures féminines : celles qui sont complètement soumises à Dagon, qui l’aime malgré tout ce qui peut se passer comme horreur dans ce harem et celles qui aimeraient partir de là sans jamais vraiment avoir essayé. Aesma est le souffle qui va faire lever un vent de révolte au cœur du harem de Dagon. Elle va trouver des appuis, des personnes à qui parler, des mots qui vont lui donner du courage. Aesma est la force de ce roman, pour moi. Clairement, dès le départ, j’ai apprécié son caractère et ce qu’elle dégage. Elle est forte et fragile à la fois, naïve et intelligente, pleine d’espoir mais garde les pieds sur terre. On est dans un monde où les femmes sont là pour enfanter (enfin seulement les humaines que l’on chasse et transforme). On est dans cette dureté de la vie, dans cette difficulté d’exister.

Comme je le dis ci-dessus, il y a beaucoup de personnages secondaires qui viennent donner de la matière au roman. On a vraiment cette impression d’avoir un peuple qui vit là. Les figures masculines restent cruelles et méchantes la plupart du temps. C’est assez paradoxal avec Dagon, on le voit, comme étant une personne détestable et méprisante et à certains moments, il laisse transparaitre une certaine humanité qui désarçonne complètement le lecteur qui ne sait plus quoi penser de ce personnage.

J’ai aimé cette volonté de s’en sortir. J’ai aimé la manière dont l’auteure traite de la place de la femme dans son univers. Honnêtement, je ne pensais pas que cette idée de harem serait pour moi et finalement, je n’ai pas su lâcher le roman. J’attends le tome 2 avec impatience !

La plume de LS Down est aussi très sympathique. Je pense que cet univers va plaire aux lectrices et lecteurs qui aiment avoir une figure féminine forte à la tête d’une intrigue. Un univers fantastique dont certains passages peuvent nous faire penser à notre propre société et à la place que la femme a dans la société actuelle. C’est plutôt intéressant. A cette touche de fantastique, s’ajoute une bonne touche d’érotisme.

3 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Une plume moderne et très agréable
  • Aesma qui est la réelle force du roman
  • Le mélange du genre fantastique, de la romance et du new adult

4

15

Lola de Sandra Duhot

71Z8vsJYvULRésumé : Lola est espagnole, idéaliste et pleine de fougue. Elle a quinze ans lorsqu’en 1936, la guerre civile fait vaciller l’Espagne dans le chaos. Avec elle, toutes ses certitudes volent en éclat. Républicaine de cœur, elle fuit le régime totalitaire comme des milliers d’autres pour se réfugier en France. Mais les français ont peur de ces espagnols qui arrivent en masse alors ils les renvoient à la frontière.

Lola et les siens trouvent refuge en Catalogne encore républicaine mais l’ennemi approche et l’accalmie est de courte durée. Lola doit s’enfuir de nouveau pour survivre et découvre, dans son exil, l’amour et une nouvelle patrie : la France, pour laquelle elle se battra au péril de sa vie. Lola est libre et c’est au nom de cette liberté, à laquelle elle tient par-dessus tout, qu’elle organisera ses choix tout au long de son existence.

LOLA est un hommage aux victimes des conflits de par le monde. Mais au plus profond de la souffrance, Lola montre également les ressources insoupçonnées dont peut faire preuve l’être humain pour préserver la vie et sa liberté. Ainsi, lorsqu’on touche du doigt le désespoir de vivre, l’amour de la vie apparaît plus intense.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Évidence éditions pour l’envoi de ce roman. J’avais eu la chance de pouvoir le lire dans le cadre d’un prix de lecture dans lequel j’étais jury. M’ayant bien plu, j’ai demandé s’il était possible de le lire dans sa totalité et j’ai bien fait.

Lola est un personnage à part entière et complètement emblématique. Symbole de la période de la guerre civile espagnole, elle ne manque ni de courage, ni de détermination. C’est un personnage que j’ai apprécié dans sa construction et dans sa psychologie. Elle vit au nord de l’Espagne. C’est un personnage que j’ai aimé tant il dénote avec la figure féminine de l’époque. Lola est à contre-courant des femmes de cette époque. Elle ne se laisse pas faire, elle va se battre pour sa liberté de penser, de parler, de vivre. Lola est une jeune femme piquante et pétillante qui va tenir ce roman à bout de bras.

Ce qui est tout à fait remarquable, c’est le contexte. C’est ce qui m’a le plus plu dans cette histoire. En effet, j’ai trouvé que le contexte de la guerre civile espagnole était tout à fait intéressant. C’est une période historique que je ne rencontre pas beaucoup dans mes lectures et j’avoue que l’attrait de la nouveauté a fortement fonctionné sur moi. Avec l’arrivée de Franco au pouvoir, la plupart de la population espagnole fait un choix : celui de l’exil vers les pays frontaliers et notamment vers la France qui est le seul accès direct. Au-delà du contexte de la guerre civile espagnole, lorsque Lola et sa famille débarquent en France, il y a un autre grondement qui fait rage : la seconde guerre mondiale qui est sur le point d’éclater.

Ce roman n’est pas le roman de la facilité. On se retrouve avec, en guise de personnage principal, Lola. Lola est une jeune femme que j’ai tout de suite appréciée pour son caractère et sa franchise. Ce que j’ai aussi grandement aimé, c’est le fait qu’elle ne passe pas forcément par la case « facilité ». Les choix qu’elle fait peuvent être surprenants mais sont toujours réfléchis. J’ai aimé la suivre dans son exil. La famille est une thématique importante dans ce roman. En effet, Lola a fui son pays, ses repères, ses amis, sa culture. Elle n’a plus que sa famille. Cependant, avec un exil massif, rapidement, elle va être séparée de sa famille ce qui va rendre son voyage encore plus dur et difficile.

Au-delà de ce contexte historique, j’ai trouvé que l’idée d’une romance était assez intéressante. En effet, cela donne une impulsion dans la lecture. C’est vraiment très original et intelligent. En effet, cela rend le texte un peu moins lourd. On peut facilement comprendre que la lecture n’est pas facile à faire. La violence, la difficulté de la guerre et de l’exil sont très intéressantes mais pas forcément des thématiques faciles à appréhender au niveau de la lecture.

La plume de Sandra Duhot était inconnue au bataillon dans mes bibliothèques mais je suis ravie d’avoir fait sa connaissance. L’intrigue est rondement menée et ne souffre pas de longueurs (ce qui est plutôt bien pour un roman qui est en grande partie historique). La romance n’est pas exagérée et très crédibles. Les personnages sont richement travaillés, cela est très agréable et rend le récit beaucoup plus vivant. Bravo.

En définitive, Lola est un personnage que j’ai grandement apprécié par toutes les valeurs qu’elle véhicule. Elle est un personnage fortement intéressant et qui vient casser les codes de la femme et de l’idée qu’on peut en avoir à cette époque. Avec un contexte historique très présent et très compact, on se rend compte des difficultés que tous ces gens ont pu rencontrer durant leur existence. Même si Lola est un personnage fictif, elle incarne des milliers de personnes qui ont vraiment vécues cette horrible situation.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un fond historique intéressant et très riche
  • Le personnage que Lola que j’ai beaucoup apprécié
  • Les thématiques présentes dans le roman dures et fortes à la fois

4

13

Tailored events – Tome 3 : les fantômes du passé de Pierrette Lavallée

517ZPmMxaKL._SY346_Résumé : Autrefois, Lydia était amoureuse de Bastien, un séduisant étudiant en médecine. Après sa disparition lors d’une mission humanitaire, elle a décidé de ne plus croire en l’amour et, à présent, utilise les hommes uniquement pour son plaisir. Devon, quant à lui, éprouve des difficultés à faire confiance aux femmes et souffre de la peur de l’abandon suite à sa rupture avec Shaundra. Pourtant, ces deux êtres abîmés par la vie veulent se donner une chance d’être heureux ensemble, mais pour cela, ils vont devoir affronter les fantômes du passé, au risque de se perdre…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditons Sharon Kena pour l’envoi du troisième tome de la saga de Tailored Events de Pierrette Lavallée. Si vous vous souvenez bien, j’avais adoré les deux premiers tomes et j’avais vraiment, mais alors vraiment envie de découvrir le troisième volet. Finalement, je ressors de cette lecture avec un sentiment d’accomplissement puisque je redoutais le tome sur Lydia. J’avoue, je ne suis pas forcément ressortie de ma lecture aussi enchantée que pour les deux premiers tomes mais laissez-moi vous expliquer pourquoi…

La raison est assez simple finalement. Je ne suis pas parvenue à m’attacher à Lydia qui est un personnage que je n’apprécie pas depuis le début de ma lecture. Elle m’est apparue comme une femme prête à tout pour séduire les hommes même ceux qui ne sont pas libres ou pas pour elle, elle est jalouse et parfois un brin manipulatrice. Tout ce que je déteste chez une femme. J’avoue que mon aversion pour ce personnage s’est quand même un peu estompée au fil de ma lecture sur ce tome centrée sur Lydia. En effet, à travers les pages, on la découvre autrement, on comprend son passé et pourquoi elle est ainsi. Cependant, rien n’y fait, je n’ai pas su apprécier ce personnage.

En revanche, j’ai adoré retrouver tout le petit monde qui berce le monde de Tailored Events depuis les premières pages de la saga. Pierrette Lavallée est vraiment très douée, en effet, elle va broder des petites intrigues qui vont permettre de souligner la présence des personnages en nous montrant qu’ils sont encore là et qu’on ne les oublie pas. C’est plutôt très plaisant. Beaucoup de sagas suivent le chemin de mettre en avant les personnages sur un tome puis plus les tomes passent, plus les personnages s’estompent. Sur ce point, Pierrette Lavallée prend un autre chemin qui me plait beaucoup plus.

Encore une fois, les personnages présents soulèvent des thématiques réelles. Ce que je veux dire par « thématiques réelles », c’est le fait que ce sont des choses qui peuvent arriver à n’importe qui. Lydia est le parfait exemple de personnage qui transpire la réalité. Cette jolie femme qui n’est sûre de rien, qui a peur de ce qu’elle peut ressentir, qui ne sait pas comment faire pour avancer dans la vie. Ainsi, on découvre la jalousie au cœur d’un couple, une envie de faire vite et faire bien sans y parvenir…

La plume de Pierrette Lavallée est toujours aussi belle, fluide et dynamique. On se retrouve avec un texte qui va toucher beaucoup de monde par la réalité des choses qui sont relatées dans ce roman. Le lecteur est proche des personnages et cela fait du bien.

En définitive, Tailored events est une saga romance remarquable. Il faut se le dire : on est témoins de scènes physiques érotiques explicites. Cependant, il faut souligner les incroyables psychologies des personnages. Les personnages sont le point fort de cette saga que j’apprécie beaucoup. J’ai découvert la profondeur des mots de Pierrette Lavallée avec ces trois tomes qui plairont aux lecteurs fans de romance moderne. Bravo à l’auteure pour cette idée. J’espère avoir un prochain tome à me mettre sous la dent et une nouvelle saga à dévorer très bientôt ! J

3 raisons de lire ce tome & cette saga :

  • Le panel de personnages (malgré le fait que Lydia n’a pas su toucher mon cœur totalement).
  • La plume de Pierrette Lavallée
  • Les thématiques actuelles soulignées dans le texte

4

14

Stand by You and more – Tome 5 : Soyla de Flo TB

CVT_Soyla-stand-by-you-and-more_1514Résumé : Être mariée au seul homme qu’elle a toujours aimé et être entourée d’une famille bienveillante ne font pas une vie parfaite, en tout cas, pas pour Soyla. Il lui manque quelque chose qu’elle ne peut avoir et cela pèse sur sa vie. L’arrivée de certaines personnes au ranch changera la donne et Soyla devra faire des choix qui détermineront son avenir. Ils se seront pas faciles à gérer et chambouleront le chaos qu’est devenue sa vie au fil du temps.

~ Service presse ~

Je remercie Flo TB pour sa confiance. Je suis toujours au taquet lorsque je vois une nouvelle histoire sortir de son chapeau de super auteure. En effet, depuis le début, je suis une fervente lectrice de la saga Stand by you and more.

Après la lecture de Lou, je ne savais pas à quoi m’attendre. Cet opus a été une pure claque émotionnelle et j’ai eu la trouille de commencer ma lecture de ce cinquième roman tiré de la saga. Finalement, Flo TB m’a offert un bon moment de lecture. J’ai apprécié ma rencontre avec Soyla, la fille d’Aloys et de Maxine.

Ici, on se retrouve avec une Soyla adulte qui va prendre la place principale de ce roman. Soyla est une jeune femme accomplie et mariée. Cependant, quelque chose ne va pas. Quelque chose fout le camp dans la vie amoureuse de Soyla. Un mari absent, qui travaille beaucoup. Un mari avec qui le courant ne passe plus, avec qui parler devient compliqué. Au rythme des absences de son mari, Soyla va entamer une période très compliquée dans sa vie. Les questions vont s’enchainer et nous proposer des pistes assez intéressantes.

Comme pour les autres romans, on retrouve tous les autres personnages. Maxine, Aloys qui sont maintenant plus âgés, Eddy aussi. On croise Lou, ce personnage que j’ai tant apprécié. Sa présence est très belle, j’ai aimé la retrouver. Ces anciens personnages sont dynamisés par l’apport de nouveaux personnages comme Mac que j’ai trouvé sympathique.

Plonger dans ce cinquième tome, c’est comme retrouver sa famille. Flo TB a su créer un univers cosy qui nous donne l’envie d’y rester. Il s’y passe beaucoup de choses : drames, rires, malheurs, péripéties en tout genre. Le ranch est un endroit incroyable où il fait bon vivre. C’est beau, ça donne envie. Je pense que je ne peux pas mieux vous dire les choses pour vous donner envie. Ce ranch, c’est le cœur d’une famille. On n’a pas besoin de lien de sang pour avoir sa place, on a juste besoin d’être franc, dynamique et de vouloir faire partie de cette incroyable famille. Ce cinquième tome est introduit par Paix, une sorte d’épilogue de Lou. C’est un passage dur mais nécessaire pour comprendre toute l’étendue de cette partie de l’intrigue dans le tome 5.

J’ai toujours le cœur serré de quitter mes lectures dans cette saga. Même si les deux spin off de la trilogie sont très bons, je reste quand même ultra fan des trois premiers tomes qui mettent Maxine & Aloys au cœur de l’intrigue. Si Soyla tient de ses parents, je suis, peut-être, restée un peu en marge dans cette histoire. J’ai aimé Soyla et sa force de caractère mais, je ne sais pas comment l’expliquer, je me suis sentie moins proche d’elle. Comme si Maxine et Aloys me correspondaient plus. En soi, rien de grave mais je n’ai pas ressenti les choses avec la même intensité. Je pense qu’ici, il s’agit d’une affaire de goût.

La plume de Flo TB est toujours aussi fraiche et sincère. C’est la vraie force des romans de Flo. On s’y sent bien parce qu’elle raconte les choses de la vie. En effet, ce sont des choses qui peuvent nous arriver, aux voisins, aux gens que l’on rencontre. Bref, Flo raconte la vie, la vraie vie. Adieu les histoires de princesses qui finissent bien. Ici, tout n’est pas rose. On est dans une réalité qui peut faire mal mais qui a aussi ses bons côtés. C’est ce qui rend cet univers aussi chaleureux. J’avoue qu’il reste encore quelques fautes à chasser mais la lecture se passe très bien. On a un roman dont on veut savoir la fin et vite !

En définitive, si ce cinquième tome se focalise sur Soyla, l’auteure n’en oublie pas les autres personnages. Si j’ai été un peu moins séduite par ce tome que par les autres, il reste très bon. On est dans un petit cocon qui nous propose une aventure réaliste, qui pousse les personnages dans leurs retranchements. Cette lecture est très agréable grâce à la plume fraiche et dynamique de l’auteure. J’ai toujours le cœur gros de serrer cette saga.

3 bonnes raisons de lire cette saga :

  • Le panel de personnages incroyable. Soyla est particulièrement forte et courageuse.
  • Les thématiques très réalistes qui nous propose l’auteure.
  • Une plume vraiment fraiche que j’aime beaucoup

4

16

Journey to crossroads de Vickie Combers

c-romance-vickie-combers-journey-to-crossroads-webRésumé : Depuis la mort de son mari, Samantha n’a plus goût à rien. La déprime et le désespoir qu’elle ressent déteignent sur son chien, qui se laisse dépérir. Si elle ne fait rien, il risque de mourir. Mais elle refuse de le perdre, lui aussi. Alors, elle tente le tout pour le tout et décide de parcourir des milliers de kilomètres pour rencontrer un éthologue capable de l’aider. Elle s’accroche à ce dernier espoir, c’est une question de vie ou de mort ; pour son chien comme pour elle. Malheureusement, l’homme qui est censé les aider doit faire face à ses propres démons. Il est bourru, autoritaire et colérique. Elle est désespérée, distante et têtue. Deux âmes en perdition qui ne savent plus aimer. Deux destins à la croisée des chemins.

~ Service presse 📱 ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman qui signe une nouvelle lecture pour mon partenariat avec cette maison d’édition qui propose des romances diverses et variées. J’ai passé un moment de lecture agréable, ce n’est pas un coup de cœur pour quelques petites raisons, rien de bien méchant, ne vous inquiétez pas !

On fait la rencontre de Samantha qui est une femme perdue depuis que son mari est décédé. Elle vit dans les souvenirs et ne parvient plus à se reconnecter avec ce présent qui lui rappelle l’absence de son mari. Sur un coup de tête, elle décide de partir aux Etats Unis pour sauver son chien. Elle n’a plus d’autres solutions, c’est la dernière chose envisageable pour sauver son animal de compagnie.

Aux Etats-Unis, elle va faire la rencontre de Josh, un homme blessé par la vie au caractère bien trempé. Josh est un homme qui a bon cœur, généreux, il va rapidement montrer deux facettes de son caractère : s’il peut être compréhensif et très sympathique il peut aussi s’emporter très rapidement et être le pire des c*****ds (oui, « canards » vous avez deviné le mot).

C’est un duo qui fonctionne même si c’est plutôt compliqué. C’est un peu « suis-moi je te fuis, fuis-moi, je te suis ». Bien que bien maitrisé, à un moment, je me suis demandée si ça allait le faire ou pas. Bref. On est dans une romance moderne. Josh est un être bousillé par la vie et Sam aussi. On a donc un duo de personnages qui va essayer de se tirer vers le haut même si, des fois, certaines gamelles sont certaines. L’intrigue, en soi, n’est pas forcément originale mais le climat et les péripéties qui sont proposés dans ce roman le rendent intéressant. Par moments, j’ai eu un peu de mal avec les réactions de Sam mais dans la globalité, j’ai adoré le duo qui fonctionne très bien.

J’ai apprécié l’histoire. Néanmoins, il y a quelques petites choses qui m’ont fait tiquer. Déjà, les scènes de sexe. Je n’ai rien contre, on parle d’une romance new adult, je sais à quoi m’en tenir dans ce cas. Mais, trop de détails tuent les détails. Le vocabulaire cru n’est pas forcément non plus ma tasse de thé. Qu’on soit dans l’érotisme, dans la sensualité et dans la passion ne me dérange absolument pas mais quand c’est trop cru, brut et direct, cela me met très mal à l’aise. C’est ce qui s’est passé ici.

En revanche, j’ai apprécié découvrir les passés respectifs des personnages. On est vraiment dans une intrigue qui propose une vision moderne de la vie et qui propose de soulever des thématiques douloureuses et nécessaires d’un côté mais sans oublier d’avoir un regard positif sur la vie et les événements qui viennent la ponctuer.

La plume de Vickie Combers est très agréable. Le roman ne souffre d’aucune longueur. On si rapidement ce roman. On est pris dans le rythme et dans l’intrigue. J’ai apprécié les descriptions de ces paysages typiquement américains.

En définitive, mises à part les scènes de sexe que j’ai trouvées trop détaillées et crues, j’ai passé un bon moment avec Josh et Samantha. Les passés respectifs des personnages sont très intéressants et proposent une plongée au cœur d’une intrigue pleine d’émotions. C’est avec une plume agréable et de belles descriptions que l’on fait la découverte de l’histoire de ces deux vies brisées qui tentent de remonter à la surface.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le duo Josh/Samantha qui promet de faire des étincelles
  • La plume de Vickie Combers
  • Les thématiques abordées.

notation 1

12

Tombé pour elle de Maddie D

51lCWM8tnQLRésumé : Scott et Mara sont inséparables depuis leurs 10 ans. Malgré leurs personnalités très différentes – elle est une élève sérieuse et timide et lui un des sportifs stars du lycée – ils restent les meilleurs amis du monde. Cette amitié qui leur est chère est régie par des règles strictes, élaborées lorsqu’ils étaient enfants. Le point n°6 est clair : sortir ensemble est strictement interdit. Aussi, quand Scott franchit la ligne rouge et déclare sa flamme à Mara, tout est remis en question. Alors qu’ils sont à un tournant de leurs vies, un simple baiser remettra-t-il leur amitié en question ? Et si c’était plutôt le début de tout autre chose ?

~ Service presse 📱 ~

Je remercie Maddie D ainsi que Netgalley pour l’envoi de ce roman en service presse. J’ai pu essayer, par la même occasion, la plateforme Netgalley qui propose beaucoup de romans aussi. C’est très intéressant. Une couverture très sympathique et pleine de couleurs, une auteure dont je voyais passer beaucoup de romans, il ne m’en a pas fallu plus pour me lancer dans l’aventure avec Scott et Mara.

On fait la rencontre de Mara & de Scott qui sont les meilleurs amis du monde depuis qu’ils sont petits. Ayant un code de l’amitié, nos deux personnages principaux sont très fidèles et se protègent mutuellement.

Scott et Mara sont deux personnages que l’on prend rapidement en amitié. Je ne sais pas pour quelle raison mais mon esprit a décidé d’associer Scott à K.J Apa (Archie Andrews dans Riverdale). Donc, j’ai passé d’agréables moments avec Scott, ahah. Mara est un personnage que j’ai beaucoup apprécié aussi : forte, intelligente, elle ne se laisse pas faire. C’est une jolie jeune fille qui veut se faire une place dans la vie. Scott & Mara grandissent, Scott devient le protecteur de Mara qui n’en peut plus du comportement de son ami. Trop paternaliste, Scott prend trop ses aises et prend surtout la place de son père.

On alterne les points de vue des deux meilleurs amis dans ce roman, c’est une bonne idée. On a, ainsi, deux visions de cette amitié qui, finalement, prend énormément de place dans leurs vies… Peut-être un peu trop ?

Au niveau de l’intrigue, il n’y a rien de neuf. Je n’ai pas eu de surprises quant à la fin mais des fois… Ça fait du bien ! J’ai besoin de belles histoires d’amour modernes (ou pas) qui sont toutes mignonnes et toutes douces. C’est ici ce qui nous attend. J’ai apprécié la modernité de l’intrigue mais aussi certains personnages qui viennent marquer ponctuellement l’intrigue. J’aime beaucoup être surprise à ce sujet. C’est très intelligent et cela apporte beaucoup de dynamisme à la lecture. Je ne vous le cache pas, j’ai commencé le roman au travail (une petite période creuse…Enfin deux heures) et je ne l’ai pas lâché avant de le terminer. C’est additif, on a envie de savoir comment cela va se terminer entre Mara & Scott.

J’ai aimé la plume de Maddie D. Elle est belle, fluide et elle est faite pour raconter de jolies histoires. Je suis contente de m’être arrêtée sur ce titre pour commencer ma découverte des romans de l’auteure. C’est vraiment très sympathique. Je comprends ce que Mara & Scott peuvent ressentir vu que je l’ai vécu. Je suis tombée amoureuse de mon meilleur ami. C’est plutôt compliqué. Peur de tout gâcher, peur de perdre cette amitié… C’est très difficile de franchir le pas (on a mis plus de 6 mois alors bon). Les relations changent, c’est normal. Scott et Mara vont passer du temps à se prendre la tête, n’étant plus forcément en phase à cause de certains comportement… Je trouve que Maddie D parvient, avec justesse, à décrire toutes ces tensions mais aussi ces moments à part, ces jolis moments qui cimentent l’amitié entre Mara & Scott.

Clairement, c’est la relation entre nos deux personnages qui est au cœur de l’intrigue. J’ai aimé le fait qu’un regard suffit. Ils sont tellement amis qu’il n’y a plus besoin de parler. C’est fort et on le ressent bien.

En définitive, c’est une romance new adult que j’ai appréciée découvrir. Il y a des scènes de sexe mais franchement, l’auteure maîtrise très bien son texte et rend cela assez sensuel et doux. Cette histoire est prenante, très jolie et nous explique aussi la complexité d’une amitié qui peut prendre beaucoup de place dans la vie des principaux concernés mais aussi dans la vie des autres personnages extérieures à cette amitié exclusive (amis, camarades de classe, famille). Bref, on est dans une histoire additive grâce à une plume que j’ai apprécié découvrir. Je suis ravie d’avoir pris le temps de croiser le chemin du roman de Maddie D qui m’a fait du bien. C’était exactement ce qui me fallait pour me calmer un peu avec une semaine de fou furieux.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un duo de personnages frais et dynamique qui m’a fait passer un très bon moment de lecture.
  • Une plume que j’avais envie de découvrir et qui m’a ravie.
  • Une intrigue simple mais efficace : une lecture très sympathique que j’ai trouvée chouette.

4

10

Entre les vagues de Julie Thomières

c-romance-entre-les-vagues-julie-thomieres-webRésumé : Lison et Tristan partagent la même passion : la natation, qu’ils exercent tous deux dans un programme de sport-étude. Si la jeune femme est isolée et peu appréciée du groupe, ce n’est pas le cas de la star de l’équipe. Aux antipodes, les deux sportifs ne s’adressent jamais la parole. Envoyés à Estepona en Andalousie pour suivre un stage intensif en vue de préparer les championnats, ils se découvrent sous un nouveau jour. Alors qu’ils se rapprochent, un drame terrible chamboule leur destin. Il lui doit la vie. Elle doit tirer un trait sur ses rêves. Deux destins brisés sur une planche, que seul l’amour pourrait soigner.

~ Service presse 📱 ~

Je remercie les éditions Alter Real pour l’envoi de ce one shot très agréable à lire. Entre les vagues est une romance moderne qui va mettre en scène des personnages touchants qui vont parler à beaucoup de lecteurs et lectrices. Ce qui m’a attirée dès le départ, c’est cette jolie couverture et le résumé. La thématique de la natation me plait bien, du coup, je n’ai pas hésité une seule seconde et j’ai bien eu raison !

Enfilez votre maillot de bain les amis, c’est l’heure du grand plongeon !

On fait la rencontre de Lison, une jeune fille très réservée qui a beaucoup de mal à trouver sa place au sein de son équipe de natation : entre moqueries et désillusions, la jeune femme ne trouve pas sa place. Lison est un personnage que j’ai adoré pour sa volonté à réussir mais aussi pour le fait qu’elle ne veuille pas laisser tomber ses coéquipiers qui ne mériteraient que ça !

D’un autre côté, on fait la rencontre de Tristan. Ce jeune homme qui ne supporte plus l’attitude de ses camarades vis-à-vis de Lison. Ayant silencieusement participé à la mise de côté de Lison, Tristan est un jeune homme courageux qui va finir par franchir le pas et qui va essayer de se rapprocher de Lison, cette jeune femme solaire qui ne demande rien à personne.

Lors d’un stage sportif en Andalousie, Lison va être victime d’un drame qui va bouleverser sa vie. Si beaucoup trouvent encore à redire sur son acte héroïque qui permet à Tristan d’avoir la vie sauf, Tristan va vite comprendre qu’il doit la vie à Lison mais aussi que ses sentiments pour la jeune fille sont présents depuis bien plus longtemps que ce qu’il pensait. C’est dans les cris, les larmes et les peurs que Tristan & Lison vont se découvrir et essayer de s’aimer.

Autour de ces deux personnages principaux, il y en a beaucoup de secondaires. J’ai adoré Mitch et détesté Soraya. J’ai apprécié découvrir ces personnages par « bloc ». On fait la rencontre de l’équipe française, puis américaine. C’est très intéressant. J’ai apprécié cela : cela forme une impression de cohésion, de famille mais comme on le sait… Toutes les familles cachent des secrets…

Si la romance ne révolutionne pas le genre, j’ai apprécié la manière dont Julie Thomières parlait de l’amour. Cette histoire semble tellement crédible. On a envie d’y croire de tout notre cœur. On a envie que Lison et Tristan soient heureux. J’ai aimé le fait que la vie n’est pas simple pour eux et que cette romance n’est pas une petite histoire merveilleuse au pays des Bisounours. Non. C’est la vie, la vraie vie. Il y a des obstacles, il y a des moments de perdition. Lison a besoin d’aide et Tristan lui donne. Tristan a besoin de ne plus se sentir seul et Lison est sa lumière au bout du tunnel.

En toile de fond, on a toujours cette idée de natation et de jeux olympiques avec cette envie de faire ses preuves, d’y aller à fond et de pouvoir réaliser ses rêves. C’est très sympathique à lire. Les leçons à tirer de cette histoire sont belles et pas du tout dans un aspect moralisateur.

Je ne connaissais pas la plume de Julie Thomières mais j’ai apprécié ma rencontre. C’est vraiment une très belle lecture que j’ai faite. Les mots sont justes et les émotions au rendez-vous. On se sent bien dans cette histoire humaine qui montre les bons sentiments comme les mauvais. J’ai adoré ce côté-là de l’histoire. Il fait du bien : on a des personnages humains en face de nous. Il n’y a aucun bad boy, aucune perfection. On parle d’amour, d’amitié, de famille, de force, de courage, d’acceptation et de renoncement. C’est chouette ! C’est une lecture additive qui fait du bien.

En définitive, entre les vagues est un roman plein d’émotions et de bons sentiments. La plume de Julie Thomières est une très belle découverte. C’est un roman sur l’acceptation mais aussi sur les relations sociales et l’humanité des hommes. J’ai trouvé cela crédible et juste. Bravo à l’auteure pour ce bon et beau moment de lecture.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Tristan et Lison : un duo de protagonistes très beau que l’on aime découvrir
  • La thématique du sport et plus particulièrement de la natation. J’aime beaucoup.
  • La plume de l’auteure au service des émotions

4