16

Origines – Tome 02 : La première pluie d’Agnès Rabotin

41EJ4JnKeLL._SX195_

203918357_358888342426382_7178756803542822040_n

Résumé : Huit jours ont passé. Mais huit jours dans les Enfers, c’est huit ans à la surface de la terre. Ainsi, quand Hadrien ressort du Royaume d’Hadès, plus rien n’est comme avant. Comment réapparaître quand son corps a été brûlé selon les rituels ? Comment reconquérir sa femme quand on a l’apparence d’un autre ? Johanne, qui élève seule sa petite déesse charmeuse des dieux, est à mille lieux de savoir ce qui se trame sur Ortygie et aux Enfers pendant qu’elle et Apollon jouent au chat et à la souris. Quand Zeus s’en mêle, il ne leur reste plus que huit jours. C’est peu. Mais c’est tout ce qui leur reste. La première pluie, tout comme le précédent opus Le dernier oracle, est un roman contemporain dont les clins d’œil aux mythes fondateurs permettent une réflexion sur les mystères de l’existence. Deux doigts de fantastique, un zeste de romance, une plume fluide font du triptyque Origines une lecture adaptée à tous les âges.

Chronique du premier tome 
Roman fantastique ◊ 27€00 ◊ 582 pages
Amazon ◊ Babelio ◊ site de l’auteure

205171203_794956758051315_961739039758654074_n

Je remercie chaleureusement Agnès Rabotin pour l’envoi de son deuxième tome. Ayant beaucoup apprécié le tome 1 de la saga Origines, je me suis lancée avec plaisir dans la découverte de cet opus. La première impression est souvent la bonne ! J’ai beaucoup apprécié ma lecture. C’est comme si j’avais enchaîné les deux tomes alors que plusieurs mois se sont écoulés. C’est très agréable.

206451699_339630797545106_5790021870084230444_n

J’ai retrouvé ce que j’appréciais le plus dans le premier tome : la présence des dieux grecs qui est vraiment le point fort de ce roman ainsi que la présence de la magie. J’aime beaucoup ces deux thématiques. Lorsque le fantastique se confronte au réel, cela donne de belles choses et franchement Agnès Rabotin gère avec précision et élégance cette confrontation.

Second tome assez conséquent, je n’ai pas vu le temps passer. Tout est bien mis en place et c’est avec plaisir que j’ai suivi les aventures de Johanne et d’Hadrien. Leur évolution est juste incroyable. Ce sont deux personnages que j’ai apprécié dans leur globalité. Je les ai trouvés plus travaillés, plus matures et plus intéressants que dans le premier tome. Cela prouve qu’Agnès Rabotin tient le bon bout !

L’alternance des points de vue est très bien maîtrisée : le côté psychologique des personnages ressort de manière intense et cela donne de la profondeur à ces derniers. J’ai aimé comprendre les différents personnages qui se partagent la narration. Cela apporte beaucoup à l’intrigue.

La plume de l’auteure est charmante, j’irai même jusqu’à dire ensorcelante : comme hypnotisé, le lecteur se plonge dans une intrigue sans longueur et qui tient ses promesses. Personnellement, je n’ai pas lâché ma lecture avant de terminer ce deuxième tome. Ce tome est plus entré sur les émotions et les sentiments, j’ai beaucoup apprécié cette idée. Cela fait du bien de mettre en avant cela. Nous ne sommes pas dans un deuxième tome contemplatif puisqu’il y a une place pour l’action. Néanmoins, j’ai apprécié qu’il y ait autre chose. On se sent bien avec ces personnages.

En définitive, j’ai beaucoup apprécié ce deuxième tome qui est dans la lignée du premier. Elégant et raffiné, il va plaire à un large panel de lecteur. Entre mythologie et monde contemporain, on se plonge dans un univers riche et détaillé qui laisse place aux dieux et aux humains. Bravo à l’auteure pour la construction narrative et cette plume magnifique et dynamique.

205328789_809678396349712_8158550088570131874_n

18

Les anges d’acier – tome 01 : l’escadrille d’Aliénor Eusimarok

514Qgclg4QL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_ML2_Résumé : Eastbourne, Sussex, avril 1943. Base RAF Beachy Head. À 18 ans, Félicien est le plus jeune pilote français intégrée à la RAF sur la base de Beachy Head car il possède son propre avion militaire. Pour conserver le manche de son appareil, et peut-être intégrer un jour l’escadrille de combat, il s’efforce de faire sa place via des missions sur la Grande Bretagne. Sauf que Félicien s’appelle en réalité Léontine, a 20 ans, et qu’une femme ne peut pas piloter au combat. Enfin, il parait. Face aux AS, les troublants « Saint Ange » et « Steel Bird », celui dont le nom de code est « Chérubin » parviendra-t-il à garder son secret ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Aliénor Eusimarok pour l’envoi de son roman. Je suis toujours contente de faire de nouvelles découvertes, surtout lorsqu’il s’agit d’en faire en romance historique. Grâce au groupe facebook de Thalie Perrot, Aliénor fait partie des auteurs que j’ai pris plaisir à découvrir.

Ce que j’apprécie particulièrement ici, c’est le cadre utilisé et l’originalité de ce dernier. En effet, Aliénor Eusimarok ne choisit pas la facilité puisqu’elle nous plonge dans une intrigue qui prend place lors de la seconde guerre mondiale. J’ai aimé l’angle pris, les décors, les idées. Cela change vraiment de ce que j’ai déjà pu lire en romance historique et franchement : cela fait du bien !

On fait la rencontre de Félicien qui cache un profond secret. Félicien est, en fait, Léontine. Léontine est une jeune femme de 20 ans qui fait partie de la RAF. Jeune pilote pour l’armée française, elle est sous couverture : tous les jours, elle cache ses formes et tout ce qui pourrait trahir sa féminité. Elle devient alors Félicien, un jeune pilote extrêmement doué. Accompagnée de sa cousine Penny, Léontine va faire tout ce qui est en son pouvoir pour vivre sa passion sans se faire découvrir.

Le cadre historique est assez bien trouvé je trouve. J’ai apprécié la manière dont Aliénor Eusimarok met en place la place de la femme dans ce monde. Tout est verrouillé. La femme n’a pas sa place dans ce monde d’homme : elle ne peut pas faire la guerre, elle ne peut pas se battre pour sa patrie. La femme est naturellement moins douée que l’homme. Léontine va mettre à mal cette manière de pensée. C’est un personnage fort et courageux. Il faut déjà avoir du cran pour se déguiser et prendre l’apparence d’un homme pour vivre de sa passion, mais il en faut encore plus pour évoluer dans un monde où l’on doit survivre.

L’auteure apporte assez de détails au niveau du contexte historique. On est littéralement plongé dans un monde incroyable. On se rend vraiment compte de tout le travail de documentation que l’auteure a fait pour son roman. C’est crédible et prenant. Pour ajouter de la crédibilité à son intrigue, l’auteure décide de partager la narration en trois points de vue : celui de Félicien, de Steel Bird et Saint Ange qui sont des personnages récurrents dans ce premier tome.

La plume d’Aliénor Eusimarok est incroyable. Fine et délicate, elle nous propose une intrigue fluide et dynamique. Elle ne souffre d’aucune longueur. Cela donne envie de découvrir le deuxième tome. Le cliff hanger à la fin de ce premier tome est juste incroyable. Lorsque je suis arrivée à la fin du roman, j’ai crié de frustration. Impossible. Comme l’auteure peut jouer ainsi avec mes nerfs ?! Ah la vilaine ! 😉

Entre France & Angleterre, nous allons suivre Léontine dans son aventure. J’ai trouvé l’équilibre assez sympathique. Il y a autant de place pour l’action que pour les émotions. J’ai aussi apprécié la construction narrative qui permet de mieux comprendre nos personnages principaux. Nous entrons vraiment dans l’intimité des personnages et la dimension psychologique est assez bien construite.

C’est une lecture très agréable que nous propose donc Aliénor Eusimarok. Je ne pensais pas que j’apprécierai autant ce premier tome. J’ai toujours un pied de recul lorsque l’intrigue est mise en place dans le cadre de la seconde guerre mondiale. C’est tellement vu et revu … Mais Aliénor Eusimarok est parvenue à me surprendre de la plus belle des façons.

En définitive, j’ai apprécié ma découverte et j’ai hâte d’avoir la suite entre les mains. C’est formidable de mettre en place des figures féminines aussi fortes dans un cadre aussi dur que celui de la seconde guerre mondiale. En toute honnêteté, je suis bluffée. C’est juste excellent : l’intrigue est forte et riche. La documentation est utilisée à bon escient. Bref, aucune fausse note pour moi. J’ai hâte de retrouver les personnages pour un deuxième tome ! Bravo à l’auteure pour ce formidable premier tome qui se montre à la hauteur de mes espérances.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le personnage de Félicien/Léontine qui m’a énormément plu.
  • La plume de l’auteure qui nous fait voyager
  • La documentation incroyable et la richesse de l’historique dans cette intrigue

4.5

 

19

La Vecchia Signora de Carla Hay

48894221._SY475_Résumé : Apprendra-t-elle à se laisser aller ? Giulia, maman dévouée à son fils, consacre ses journées à son activité de traductrice. Une proposition de journalisme vient bousculer son quotidien et elle se promet de n’accepter que la réalisation d’une seule interview, afin de ne pas réveiller le passé. Maximiliano, footballeur star de son club en Serie A n’a que sa carrière en tête. Lui, les interviews font partie de son quotidien. Intrigué par cette femme qui ne répond pas à ses avances, il ne compte pas la laisser faire son travail dans les règles. Entre eux, les étincelles sont inévitables… Et pourquoi pas le désir ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Carla Hay pour l’envoi de son roman via la plateforme SimPlement. J’ai beaucoup apprécié l’appel au voyage dans un pays que j’aime beaucoup : l’Italie. On ne va pas se le cacher, en ce moment, voyager est quelque chose qui donne vachement envie. La situation sanitaire ne le permet pas vraiment alors plonger dans un roman est la solution idéale pour voyager en restant chez soi.

La vecchia signora est un premier tome très agréable à découvrir. Romance New Adult, elle a su me transporter assez facilement. Même si ma lecture n’est pas un coup de cœur, j’en ressors agréablement surprise.

Nous faisons la rencontre de Giulia. C’est un personnage féminin fort que j’ai beaucoup apprécié découvrir. En effet, au-delà d’être une super maman qui ferait tout pour son petit garçon, c’est avec une force et un courage désarmant qu’elle se bat contre les obstacles qui la vie lui met sur son chemin. Traductrice, elle travaille comme une acharnée pour que son fils ne manque de rien. La vie ne lui a certainement pas fait de cadeau mais elle avance et elle se bat. Giula est un personnage que j’ai beaucoup apprécié pour la force de caractère qu’elle a mais aussi pour ce qu’elle dégage. Elle ne se laisse pas faire et n’a pas froid aux yeux, elle est vraiment exceptionnelle. C’est un personnage féminin fort qui va porter à bout de bras cette intrigue.

Qui dit romance, dit forcément deuxième personnage principal. Je vous présente donc Maximiliano, un joueur de football célèbre qui va craquer sur Giulia lors d’une rencontre au café de sa sœur où Giulia a ses habitudes. Giula et Maximiliano c’est la rencontre de deux caractères bien trempés qui ne se laissent pas faire. Si Giulia va tout faire pour tenir ses promesses et protéger Marcus, son fils, elle va aussi devoir faire face au footballeur sur de lui qui ne lâche rien facilement. C’est une rencontre explosive qui va nous tenir en haleine tout au long du roman.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans cette lecture, c’est l’équilibre. On a un équilibre parfait dans tous les sens du terme. Les thématiques peuvent être dures et difficiles comme un peu plus légères et agréables. Cela permet de ne pas avoir un livre trop dur émotionnellement à lire. C’est vraiment très agréable. Les personnages ont tous les deux un passé à gérer dans leur présent. J’aime beaucoup le fait que les personnages ne sont pas parfaits mais qu’ils trainent des casseroles. C’est bien, cela rend l’intrigue plus humaine et plus crédible.

Les personnages sont aussi complémentaires. Si Giulia est plus réservée et réfléchie, Maximiliano est lui plus franc, plus direct et ne recule pas devant des refus éventuels. Les deux personnages, radicalement opposés, vont apprendre à composer ensemble et à écrire une histoire qui nous propose une belle évolution. Les deux personnages sont forts mais évoluent avec le temps. C’est vraiment agréable, on a l’impression de faire partie de leur histoire et d’avancer avec eux. Je trouve cela charmant.

Même si l’équilibre est ce que j’ai apprécié le plus dans ma lecture, j’ai aussi grandement apprécié ma découverte de la plume de Clara Hay. C’est vraiment une plume au service des diverses émotions que l’on peut rencontrer. C’est vraiment top. La plume est fluide et propose des thématiques différentes : le sport grâce au métier de Maximiliano, la difficulté qu’est d’être mère et d’être seule mais aussi le lâcher prise et savoir avancer malgré les blessures et les promesses du passé. C’est rondement mené et l’intrigue ne souffre pas de longueurs. Le fait d’avoir fait le choix de ne pas avoir des personnages parfaits est quelque chose de très bien aussi : cela permet au lecteur de s’identifier aux personnages et de les rendre plus humains. La romance est à l’image de nos personnages : imparfaite mais tellement chouette.

En définitive, Clara Hay nous propose une histoire vraiment excellente. Les décors italiens sont formidables et proposent vraiment une invitation au voyage que je n’ai pas pu refuser. J’ai apprécié nos deux personnages principaux et leurs différences de caractères et de vie. Je trouve cela charmant. La plume de l’auteure est au service des émotions et nous en fait une palette vraiment agréable. Quelle belle découverte ! Prenez le temps de plonger dans l’histoire de Giulia et de Maximilano, ça vaut le détour !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Deux personnages principaux forts mais très agréables à rencontrer
  • Une plume au service des émotions : tout ce que j’aime !
  • La romance imparfaite mais qui est très crédible. On s’identifie très facilement aux personnages.

4

14

Hopeless romantic – Tome 03: Fear de Sissie Roy

410HxJXcZOLJe vous invite à ne pas lire la chronique si vous avez l’intention de vous lancer dans la lecture de cette trilogie. Certains détails, présents dans le résumé et par extension dans ma chronique, pourraient vous gâcher certaines surprises.

Résumé : Quand les démons du passé et la folie se mêlent au bonheur. Lacey et James ont enfin pu trouver la paix. Ensemble, ils ont pu établir le parfait équilibre entre être parents d’une petite fille de trois ans et vivre de leur passion pour la musique. Malheureusement pour eux, une personne n’est pas d’accord avec leur succès et décide d’y mettre son grain de sel en kidnappant leur bébé. L’enquête n’est pas évidente et laissera des séquelles sur le couple. Ils se répètent qu’ensemble ils pourront surmonter cette épreuve difficile. Qui peut bien les détester à ce point ? Où est leur fille ? Que lui est-il arrivé ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman qui signe le dernier tome de la trilogie de Sissie Roy. En effet, j’ai eu la chance de découvrir la plume de l’auteure et je voulais aller jusqu’au bout de ma découverte avec ce troisième tome. Mon avis est à l’image de ce que je peux penser de la trilogie : elle est très sympathique dans son ensemble, bien que certains points ne m’aient pas convaincue à 100%

J’ai apprécié retrouver Lacey et James qui sont deux personnages attachants. Si au départ, tout n’était pas rose entre eux deux, Lacey et James ont traversés tellement d’épreuves que leur amour est devenu une évidence.

Là où j’ai eu un peu plus de mal, c’est avec cette impression d’accumulation. Le premier tome propose une péripétie finale qui nous met en feu jusqu’à la lecture du deuxième tome. Dans ce troisième tome, on se retrouve avec un kidnapping. J’ai eu du mal à y croire. On a l’impression que tout leur tombe sur la tête. Il est évident qu’aucune histoire d’amour n’est rose, mais je trouve que ce qui arrive à nos personnages est un peu trop spectaculaire pour être totalement crédible. Mis à part cela, j’ai trouvé ce troisième tome à la hauteur de mes espérances. La fin est belle et très agréable.

Il est clair que, pour moi, la force de ce roman réside dans la plume de l’auteure que je trouve très belle. En effet, elle véhicule à merveille les émotions. La palette est large et nous permet de plonger dans l’univers de Lacey et de James qui est bercé par la musique mais aussi par l’amour sous toutes ses formes. L’auteure décide de mettre en page des thématiques assez fortes : le deuil, la famille, l’amour mais aussi la trahison et les déconvenues. Je trouve que cela forme un cocktail assez agréable et détonnant. Il est vrai que les péripéties sont surprenantes malgré qu’elles soient trop nombreuses pour moi. Ceci reste un avis personnel, je vous rassure.

Je suis persuadée que les lectrices et les lecteurs de New Romance trouveront leur compte dans cette trilogie qui reste globalement très agréable. On avance dans la vie avec ces deux personnages qui grandissent, évoluent et tentent de prendre leur envol malgré tout ce qui peut se passer dans leurs vies. La vie n’est pas évidente et est semée d’embûches, c’est exactement ce qui se passe dans ce roman. Ces deux personnages incarnent cette thématique.

L’intrigue prend un tournant dramatique et oppressant lorsqu’un corbeau s’amuse à menacer Lacey et James. J’ai beaucoup apprécié cette idée assez innovante et qui permet de sortir un peu de la romance moderne comme on la trouve dans la plupart des intrigues. Cela permet vraiment de mettre les nerfs à rude épreuve et de tester les limites des personnages. J’ai trouvé l’idée vraiment intéressante et intelligemment mise en place dans cette intrigue.

La plume de Sissy Roy est vraiment très belle. Elle permet de véhiculer une palette d’émotions très large. J’aime beaucoup. Je relirai avec grand plaisir une saga ou un one shot de l’auteure. Je suis contente d’être allée au bout de ma lecture et de ma découverte. J’ai fait la rencontre de personnages attachants et atypiques. C’est le principal pour moi.

En définitive, même si cette saga n’est pas parfaite à mes yeux, j’en garde un bon souvenir. Les thématiques diverses et variées La plume est très belle et s’associe à une intrigue qui propose de belles surprises malgré une impression d’accumulation.

03 bonnes raisons de lire cette saga :

  • La thématique de la musique que j’aime retrouver dans mes lectures
  • La plume de Sissie Roy
  • Lacey et James : deux personnages intéressant et richement construits

4

12

Entre les orages, le soleil brille d’Amélie B

51u7zOF2axSRésumé : Chouchou est une jeune professeure mutée dans un village breton. Quitter l’effervescence parisienne pour la tranquillité d’une vie en bord de mer va challenger son couple. Jasmine vit dans le noir sans contact avec l’extérieur depuis la fin d’une relation amoureuse. Malgré l’aide d’une psychiatre, elle peine à trouver un sens à sa vie. Juliette se rend en train au rendez-vous mystère fixé par son ex. Elle y rencontre Jean-Philippe, un compagnon de voyage très divertissant. Trois femmes fortes, trois vies malmenées, trois récits bouleversants avec un point commun : l’envie de surmonter la tempête émotionnelle qui bat dans leur cœur.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Amélie B pour la chance qu’elle m’a donnée en lisant ce roman en avant-première. Roman lu depuis quelque temps déjà, j’ai pris un peu de temps pour prendre du recul. C’est ce que je fais lorsque j’ai une bombe atomique entre les mains. Les avis à chaud, c’est bien mais j’ai aussi, de temps en temps, besoin de prendre du temps et du recul pour vraiment comprendre ce que j’ai ressenti à la lecture d’un roman. Amélie B est une auteure que je suis maintenant depuis quelques temps : je prends toujours autant de plaisir à découvrir ses romans. J’ai commencé avec le prix des auteurs inconnus et la fille aux cheveux roses et je n’ai pas arrêté. Quel plaisir à chaque fois. Ici, ce roman est différent mais ô combien touchant. Une pépite qui me fait prononcer les trois mots magiques : coup de cœur.

Nous faisons la rencontre de trois jeunes femmes : Chouchou, Jasmine et Juliette. Ce sont trois femmes dont les vies ne sont pas faciles. Elles vivent toutes les trois des situations différentes : Chouchou est mutée en Bretagne et son compagnon n’est pas forcément à l’aise avec l’idée, Jasmine vit seule, recluse chez elle et tente de chasser les démons qui hantent son âme et Juliette part rejoindre son mystérieux rendez-vous.

Je vous avoue qu’au début, je me suis demandée où l’auteure voulait nous emmener. En effet, je ne trouvais pas le point, la thématique ou encore le lien qui unissait les trois femmes. Ces trois destins semblent si différents mais pourtant… Il est vrai que, comme souligné dans le résumé, elles vivent toutes les trois une « tempête émotionnelle » mais cela s’arrête là, rien d’autre ne peut les unir.

J’ai adoré Chouchou, c’est un personnage que j’ai trouvé vrai, fort et vraiment dynamique. Elle ne baisse pas les bras, fait tout pour que Noah, son conjoint, soit le mieux possible dans cette nouvelle vie en Bretagne. Chouchou et Noah vont traverser les tempêtes d’un couple. Noah est un personnage attachant mais il peut se montrer injuste et un peu égoïste. Il a tendance à fuir le conflit et à s’enfermer dans une bulle où personne ne peut entrer lorsque quelque chose ne va pas. En Bretagne, dans le petit village où ils vont habiter, Chouchou va s’épanouir aux côtés de Rémy mais aussi de Céleste. Noah va avoir plus de mal. J’ai trouvé assez intelligent de faire évoluer deux personnes complètement opposées dans leur épanouissement dans le même endroit : la tension monte et cela donne beaucoup de dynamisme à l’intrigue.

Jasmine est un personnage plus sombre, elle vit vraiment une situation que personne n’envie. Elle est un personnage touchant mais qui ne se laisse pas approcher. J’ai eu beaucoup de mal à l’amadouer. Sa sœur, Ariel, va être un personnage fort et ô combien important. Lorsque je vous dis que les personnages secondaires ont une force sans nom, Ariel en est le parfait exemple. Jasmine est au fond du trou, dans le noir complet et ne parvient pas à avancer et à retrouver la lumière. Elle est touchante mais complètement perdue : elle ne parvient pas à oublier le passé pour aller de l’avant. J’ai beaucoup apprécié suivre ce personnage.

Juliette est le personnage doux et plein d’incertitudes. On la retrouve dans un train. Elle fait la rencontre de JP, un homme qui va lui raconter sa vie et à qui elle va se confier. Anxieuse et terriblement stressée, elle ne peut pas rater son rendez-vous mystère. Elle ne peut pas arriver en retard, elle nous fait comprendre que sa vie en dépend. Cela rend le lecteur curieux et donne une nouvelle impulsion à ce roman.

Le roman se divise donc en trois voix : celle de Chouchou, celle de Jasmine et celle de Juliette. Tour à tour, elles nous racontent leurs vies, elles nous expliquent qui elles sont et comment elles en sont arrivées là. J’ai trouvé l’idée formidable.

Bon, j’avoue, lorsque le dernier tiers de la lecture a commencé, j’ai commencé à comprendre certaines petites choses. Même si la fin m’a carrément surprise, j’avais une vague idée, quelques petites hypothèses qui se sont validées mais j’étais quand même bien loin de ce que l’auteure nous réservait pour la fin.

Amélie B, avec cette plume formidable, va encore une fois, nous livrer un morceau de vie avec beaucoup de délicatesse et de fraîcheur. Elle nous prouve que des thématiques dures et profondes peuvent être traitées avec beaucoup de douceur et d’émotions. On ne tombe pas dans le pathos. On vit cette aventure avec tous les personnages et, clairement, je n’avais pas envie de quitter la Bretagne et les filles. C’était vraiment un exceptionnel roman. Une belle claque et une merveilleuse découverte.

Amélie B signe un roman formidable, avec une palette d’émotions fantastique : j’ai pleuré, j’ai souri, j’ai eu peur… Bref, c’est vraiment un roman exceptionnel ! Je n’ai pas assez de mots pour vous expliquer ce que j’ai pu ressentir à la lecture de ce roman mais il faut le lire. Vraiment.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Trois femmes fortes qui traversent des tempêtes et qui se livrent, à cœur ouvert, aux lecteurs.
  • La plume d’Amélie B qui a, une nouvelle fois, ravagée mon cœur
  • Les décors choisis et les descriptions qui donnent envie d’aller visiter la Bretagne.

5

14

La dynastie des Sambourg – Tome 01 d’Alexandrine Solane

Résumé : Au centre de l’Europe médiévale du XIIIème siècle, le royaume des Sambourg étale sa puissance et provoque la papauté par ses péchés. Lorsqu’Alizée, sublime et incandescente jeune femme, découvre qu’elle possède le Don, elle est exilée sur l’île des initiés et devient prêtresse du Culte de la Déesse. Mais pour valider son adoubement, Alizée doit subir une épreuve qui changera son destin, ainsi que celui d’une longue lignée de Sambourg. Cette malédiction l’oblige à défier les lois divines pour vivre un amour interdit, cependant, passionnel et sans limite.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Emilie de plumes de Mimi éditions pour l’envoi de ce premier roman qui scelle le début de notre partenariat. Ce sont des éditions qui me faisaient de l’œil depuis quelque temps. J’étais donc hyper heureuse de recevoir la proposition d’Emilie.

J’ai découvert le premier tome de la dynastie des Sambourg grâce au groupe de romance historique tenu par mon amie Nathalie (NDLR Perrot). Je suis donc ravie de pouvoir vous donner mon avis sur ce premier tome.

Je pense que l’on va commencer par le petit point qui m’a chiffonnée. En effet, pour ne pas vous gâcher une partie de l’intrigue et de la surprise, je ne vous dirai pas clairement ce qui m’a gênée. On va dire que j’aurais préférée être avertie par une thématique dans cette romance. La thématique en question n’est pas du tout mon style. Je ne suis pas forcément très à l’aise avec cela. L’amour interdit reste très vague et peut vraiment proposer différentes perspectives et hypothèses. Clairement, j’aurais préféré savoir. Maintenant, je respecte totalement la volonté de ne pas en parler pour ne pas gâcher la surprise. Je vous annonce simplement que si vous souhaitez en savoir plus à cause d’une hésitation d’achat, je peux vous éclairer mais cela sera en message privé.

C’est un roman de fantasy puisqu’il s’agit d’un royaume qui est inventé de toute pièce. Je vous avoue que j’ai laissé l’information de côté, je pensais que c’était de l’historique mais non. C’est de la fantasy. J’avoue que dans ce genre de roman, j’aime avoir des détails dans les décors, dans les us et coutumes et j’ai eu un peu de mal à m’immerger complètement dans l’univers parce que j’étais un peu en « manque » de détails de ce côté-là.

Le premier tome est en deux parties. Personnellement, j’ai fait le choix de lire les deux parties l’une après l’autre. Il y a un côté attirant dans cette lecture. Je pense que la saga familiale m’a énormément plu. En effet, ce premier tome tourne autour de Richard et d’Alizée. Deux personnages forts qui vont être séparés par le Don d’Alizée. Un don fantastique qui lui permet d’avoir des visions. Cependant, ce don peut être dangereux s’il n’est pas maîtrisé : c’est pour cette raison qu’Alizée va être séparée de ses parents et de Richard pendant quelques années. Avec sa tante Sylvia, elle va se retrouver sur une île des initiés pour apprendre à utiliser son don et les us et coutumes des prêtresses.   Elle va rencontrer Sarra sa grande amie qui va être pour elle comme la sœur qu’elle n’a jamais eu.

J’ai beaucoup apprécié les personnages que l’on va rencontrer tout au long du premier tome. Ils sont nombreux, ont tous leurs caractères, leurs forces et leurs faiblesses. J’ai apprécié la force de caractère d’Alizée qui va tout faire pour protéger les siens. Dolorès est aussi un personnage que j’ai beaucoup apprécié tant elle a une rage qui la ronge. Elle va être brillante et forte. Les personnages féminins sont tous brossés dans le détail. Les femmes sont toutes différentes mais permettent d’avancer dans l’intrigue. On comprend les actes même si on n’est pas forcément d’accord avec ces derniers. Cela me permet de revenir sur la notion de viol dans ce premier tome : je peux comprendre l’idée d’avoir utilisé ce siècle pour dépeindre ces scènes plus « banales » au 13ème siècle que de nos jours. En revanche, cette idée où le personnage féminin se fait violenter et violer pour au final ressentir des frissons de plaisir, j’ai eu un peu de mal.  Cela ne reste que mon avis personnel.

J’ai apprécié la plume de l’auteure qui est percutante et qui permet d’entrer dans une saga familiale intense et sans longueur. On ne s’ennuie pas, on vit cette folle histoire avec les personnages et à travers plusieurs générations. C’est vraiment très prenant et la fin du premier tome me laisse sur un cliffhanger de folie qui donne envie de lire le deuxième tome.

En définitive, même s’il y a eu quelques petits points qui n’ont pas forcément eu l’effet escompté sur moi, cette romance est très agréable à lire. La plume offre un dynamisme certain et une lecture attrayante. L’auteure me prouve encore une fois que ce n’est pas parce que certaines choses ne sont pas à mon goût que tout le roman ne me plaira pas. Le panel de personnages est très intéressant et étoffé. Cette romance médiévale et appartenant à la fantasy est pleine de surprises. Je vous conseille de vous plonger dans l’univers de la dynastie des Sambourg. Je lirai le deuxième tome avec plaisir.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • La saga familiale proposée
  • La plume de l’auteure
  • Les personnages d’Alizée et de Dolorès

3.5

10

Je déteste mon boss (passionnément) de Juliette Sachs

51YC0CmMWXLRésumé : Avoir son ennemi d’adolescence pour patron… quel enfer ! Lorsqu’Anaïs s’est retrouvée face à son nouvel employeur pour la première fois, elle a cru à une mauvaise blague. Comment expliquer, sinon, que le garçon qui lui a brisé le cœur au lycée se retrouve sous ses yeux des années plus tard ? Elle, qui vient d’être embauchée comme cuisinière dans une petite auberge loin de tout, n’imaginait pas un seul instant que le gérant pourrait être son Guillaume. Pourtant c’est bien lui et, avec ces cheveux noirs de jais et ce regard déstabilisant, cet idiot est encore plus irrésistible qu’avant… Bien que toujours aussi agaçant. Pourquoi persiste-t-il à nier le passé ? Il l’a humiliée, elle ne le lui a jamais pardonné. Autant le reconnaître ! D’autant qu’ils n’ont maintenant plus aucun moyen de s’éviter. Et il est hors de question qu’Anaïs se laisse de nouveau marcher sur les pieds ! 

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Juliette Sachs pour l’envoi de son roman et sa confiance renouvelée. Grâce à elle, j’ai pu lire son roman publié chez Harlequin.

Juliette Sachs m’a encore surprise. Elle a encore frappé là où je ne l’attendais pas. Encore une fois, je suis charmée par la plume de l’auteure. Elle a fait d’une intrigue simple, une intrigue drôle, fraîche et très agréable à découvrir.

Nous faisons la rencontre d’Anaïs, une jeune femme qui est à la dérive. En plein divorce, elle prend le large et décide de changer de vie, de prendre l’air. Elle accepte un job de chef dans les cuisines d’une auberge. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle se rend compte que son patron n’est personne d’autre que Guillaume ! Le garçon dont elle était amoureuse au lycée, qui s’est littéralement foutu de sa poire tout au long du lycée.

Guillaume et Anaïs vont vivre une histoire assez complexe. Ils ne semblent pas avoir les mêmes souvenirs de la période du lycée : lui était un garçon assez connu, beau et séduisant. Elle était une jeune fille effacée, qui n’avait pas confiance en elle et qui a été réduite à une moins que rien lorsque Guillaume s’en est pris à elle. Elle n’est que mépris pour ce gars. Lui semble avoir occulté toute cette période.

Ils sont deux personnages attachants et drôles. On retrouve cette notion d’humour chère à l’auteure. Juliette Sachs va, une nouvelle fois, nous emporter dans une intrigue rafraichissante mais qui traite de thématiques assez costaudes quand même. Effectivement, on parle de harcèlement scolaire (même si l’idée n’est pas aussi dramatique que dans certains romans, on est quand même dans l’évocation de cela), la rancœur, les peines et déceptions amoureuses. Ils vont représenter la thématique de la seconde chance, du pardon et de l’envie d’avancer. Il n’est pas facile d’oublier le passé et de pardonner les erreurs mais ces deux personnages vont nous surprendre et le lecteur est suspendu à la plume de l’auteure.

L’intrigue, aussi simple soit elle, est très efficace. En effet, on se retrouve avec des personnages très bien travaillés dont les psychologies sont fines et détaillées. Ce travail de fond permet de s’attacher très rapidement aux personnages mais aussi de vouloir savoir la suite de leurs aventures. De plus, le cadre proposé par Juliette Sachs est très intéressant. En effet, j’ai trouvé que la région mise en avant était vraiment magnifique. L’ayant déjà visitée, je me suis vue propulsée dans les décors. C’est très agréable. De plus, le travail d’Anaïs m’a donnée faim tout au long de ma lecture.

Le panel de personnages est vraiment le point fort de cette intrigue. J’ai trouvé que les personnages secondaires avaient tous une place dans l’histoire et qu’aucun d’entre eux ne servait de potiche. J’ai trouvé que c’était juste, finement joué et qu’ils permettaient tous de faire avancer l’intrigue à un moment ou à un autre de l’intrigue. J’aime beaucoup la manière dont l’auteure réfléchit par rapport à la construction de l’intrigue.

J’ai pris grand plaisir à retrouver la plume de Juliette Sachs qui devient une valeur sûre de mes étagères. On retrouve ce côté pétillant, doux et un peu fou. On sourit, on rit, on se met à la place des personnages. C’est profondément humain et cela fait du bien. L’auteure nous embarque, le temps d’une lecture, dans un univers fin et détaillé qui donne envie de savoir la suite des aventures d’Anaïs et Guillaume. Le passé se mélange au présent, les adultes prennent une vague de souvenirs en pleine figure et cela donne vraiment des situations assez sympathiques bien qu’enfantines.

En définitive, j’ai beaucoup apprécié la lecture du nouveau roman de Juliette Sachs. J’ai pris plaisir à retrouver cette plume que j’aime de plus en plus. Bravo à l’auteure pour ce moment de lecture très agréable.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un duo de personnages assez attachant
  • La plume de Juliette Sachs que j’aime beaucoup
  • Les thématiques abordées : l’équilibre est parfait entre légèreté et sérieux

4

20

Aquarel – Tome 01 : initiation de Mélissa Scanu

xcover-4765Résumé : Sur notre planète, la majeure partie des profondeurs marines reste inexplorée. Il n’est donc pas étonnant que des créatures méconnues y résident. Parmi elles, les sirins et sirènes. Cachés des humains en pleine mer, ils vivent tels des poissons, en toute quiétude. Malgré tout, depuis quelques décennies, les plus téméraires d’entre eux ont évolué en s’approchant des côtes, découvrant et s’inspirant de la civilisation terrienne. C’est ainsi qu’Iris, une jeune serveuse réservée et très sensible, rencontre l’un de ces êtres : Estran. Après avoir franchi les barrières de la différence, les épreuves de la vie rapprochent ces deux âmes. Ainsi débute une histoire entre terre et océan. Sachant que la mer reste mystérieuse, Iris a-t-elle bien fait d’y laisser voguer son cœur ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Livresque éditions pour l’envoi de ce roman via SimPlement. Vous savez maintenant que je ne résiste pas à l’appel des sirènes. Le roman de Mélissa Scanu m’a tapée dans l’œil.

J’ai fait une agréable découverte grâce à ce roman. En effet, Mélissa Scanu nous propose de faire la rencontre d’Iris et d’Estran. Deux êtres qui n’auraient jamais dû se rencontrer mais qui vont, par la force du destin, se rencontrer et se découvrir.

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Iris. C’est une jeune femme que j’ai pris d’amitié tout de suite : elle prône des valeurs qui me plaisent. Elle n’a pas peur de faire des heures pour gagner sa vie, elle a du courage et ne baisse pas les bras. Elle est introvertie et ne dira jamais rien même si elle est dans une situation gênante pour elle. Elle ne renonce pas facilement. Estran n’est pas humain : c’est un sirin (le masculin de sirène). C’est un personnage mystérieux et audacieux. Ensemble, ils forment un duo assez surprenant mais très intense. J’ai trouvé qu’ils étaient la vraie force de ce roman.

J’avais un peu peur de me retrouver avec Ariel & Polochon mais pas du tout ! L’univers est très travaillé et très crédible. On n’oublie pas que les sirènes sont avant tout des créatures légendaires marines. Elles ne sont pas que des gentilles petites sirènes qui jouent avec les dauphins. Bien au contraire ! L’auteure fait du peuple des sirènes un peuple construit, avec une histoire et des valeurs auxquelles on adhère ou non.

J’ai beaucoup apprécié la thématique de la pollution et de l’impact de l’homme sur le monde marin. J’ai trouvé que c’était intelligemment mis en place dans l’intrigue et que l’on ne se prenait pas une leçon moralisatrice.

L’intrigue est vraiment bien ficelée, j’ai apprécié toute ma lecture. Cette dernière n’est pas un coup de cœur mais elle reste une très belle découverte. Je suis pressée d’avoir la suite entre les mains. La plume de l’auteure est, elle aussi, très agréable. J’ai apprécié ma double découverte. Les points forts sont, pour moi, le duo de personnages que j’ai trouvé fort et très intéressant mais aussi l’univers marin que l’auteure construit avec beaucoup d’intelligence.

J’ai toujours eu un faible pour le monde marin et les créatures légendaires que l’on y trouve. Les sirènes sont des créatures fascinantes lorsqu’elles sont bien dessinées et utilisées. C’est ce que je trouve très bien fait ici. L’auteure rend son intrigue très crédible ! Même si cela reste une intrigue fantastique, elle est très fine : la romance n’est pas une romance « coup de foudre » comme les appelle, l’auteure prend le temps d’amorcer les choses et de proposer quelque chose de très intéressant. De plus, on va vraiment avoir une grande place pour la psychologie des personnages. C’est très immersif. Il y a quand même de la place pour l’action mais j’ai aussi apprécié en avoir une aussi pour cette psychologie qui m’a énormément plu. On s’attache aux personnages et on a envie d’en savoir plus sur eux. Personnellement, je suis pressée de les retrouver dans le tome 02.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture et suis pressée de retrouver les personnages dans le tome 02. La plume de Mélissa Scanu est très belle et immersive.  Bravo à elle pour ce monde et la construction de l’intrigue.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La création de l’univers marin. J’ai beaucoup apprécié toutes les précisions que l’auteure apporte au monde des sirènes et des Aquarel
  • Le duo Iris /Estran que j’ai beaucoup apprécié découvrir
  • La plume de l’auteure que j’ai beaucoup appréciée. Elle est fine et fluide, c’est chouette !

4

21

Nos âmes perdues d’Ellen Stuart

142576180_823375835199653_5568834727668194075_oRésumé : Deux êtres brisés peuvent-ils renaître ensemble ? Après un tragique accident qui lui a laissé des séquelles aussi bien physiques que psychologiques, Hanna McAlister tente de se reconstruire. Mais ses camarades ne lui rendent pas la tâche facile. Entre moqueries et harcèlement, elle s’enferme un peu plus chaque jour dans sa bulle. Mais lors de sa rentrée en terminale, Hanna fait la connaissance d’Holden Scott, beau garçon au charme ténébreux qui porte les stigmates d’un sombre passé. Derrière le sourire enjôleur, Hanna perçoit les failles d’Holdent. Entre les deux adolescents, l’attirance est bien réèlle. Vont-ils pouvoir s’aider à retrouver le goût de vivre ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions de l’opportun pour la chance qu’ils m’ont donnée : j’ai pu lire le roman nos âmes perdues d’Ellen Stuart.

Nous faisons la rencontre d’Hanna et d’Holden. Ce sont nos personnages principaux. Ils sont profondément humains : ils ont des passés douloureux, d’horribles blessures et une histoire à raconter. Hanna, c’est cette jeune fille qui, jour après jour, essaye de se reconstruire et de rendre à la vie les coups qu’elle a reçus. Holden est, en apparence, plus sûr de lui qu’Hanna mais il n’en reste pas moins un personnage attachant au passé trouble et cabossé.

L’intrigue est forte, les thématiques abordées la rendent dure et intéressante. On va parler de handicap, de boulimie mais aussi de harcèlement scolaire. La vie n’est pas simple, à travers le spectre des personnages de ce roman, nous nous en rendons bien compte. C’est une histoire percutante et pleine de sens.

Cette lecture n’est pas un coup de cœur parce qu’il y a eu quelques petits points qui ne m’ont pas forcément touchée : l’intrigue met un certain temps à se mettre en place. Je ne sais pas comment expliquer mais pendant les cent premières pages, j’ai eu l’impression de tourner en rond, de ne pas accrocher à ce que je lisais, de ne pas comprendre où l’auteure voulait en venir. Puis, passé le cap des cent premières pages, l’auteure donne une impulsion à son roman qui démarre vraiment. Néanmoins, il faut quand même tenir compte de cela : 100 pages pour se mettre en jambes, c’est beaucoup quand même. Il en va de même pour la plume. Je ne comprends toujours pas le comment du pourquoi mais j’ai l’impression que l’auteure se « lâche » une fois ces cent premières pages passées.

Je salue le travail de l’auteure, notamment sur la profondeur des personnages principaux. Ils sont vrais, purs et vraiment humains. J’aime beaucoup ce genre de personnages. La plume prend de l’ampleur et devient très forte au fil des pages. On est bouleversé par les émotions et on se prend la cruauté et la violence des hommes en plein visage. C’est fort et crédible.

La romance qui se dessine prend le temps. C’est ce qu’il faut à ces deux personnages : prendre le temps de se découvrir, prendre le temps de s’apprendre, prendre le temps de se reconstruire et de s’accepter. C’est vraiment très difficile mais Hanna et Holden représentent cette force et cette volonté de croire encore en l’homme. L’espoir est toujours là même si cela peut être compliqué.

Je salue le travail de l’auteure et sa plume qui mérite de s’épanouir comme une jolie fleur au printemps. Les personnages sont forts et vraiment très bien construits. Bravo pour ce roman fort en émotions avec des thématiques fortes.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Hanna et Holden sont deux personnages forts aux passés sombres et difficiles
  • Des thématiques fortes et dures qui sont très bien utilisées dans ce roman
  • La plume de l’auteure

3.5

12

Nos vagues à l’âme de Julie Thomières

nos_vagues_a_l_ame-1424910-264-432Résumé : Une nuit. Une simple nuit a tout changé. D’amis, Michigan et Jade sont devenus amants, et leur relation a éclaté. Jade ne pouvant assumer cette attirance irrépressible, fuit sans un mot. Un an après, la blessure de Michigan est encore à vif, et c’est d’un mauvais œil qu’il voit le retour de Jade. Ce dernier revient pour coacher l’équipe de natation handisport de Chicago. Michigan est bien décidé à ne pas le laisser entrer dans sa vie. Ils ne partageront que le sport, rien de plus. Hors de question de souffrir à nouveau. Les retrouvailles sont houleuses, la distance qui les sépare paraît infranchissable, mais les braises de leur passion brûlent toujours. Un second souffle est-il possible pour ressusciter la flamme ? Spin off du roman « Entre les vagues« .

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman. Je suis ravie d’avoir pu me plonger dans le spin off du roman entre les vagues de Julie Thomières que j’avais particulièrement apprécié.

On fait de nouveau un plongeon dans l’univers du handisport avec de nouveaux personnages. C’est une romance M/M (je le précise tout de suite pour les lecteurs et lectrices frileux(ses) avec cette sous-catégorie de la romance. Je suis vraiment heureuse d’avoir lu ce roman. On fait donc la rencontre de Michigan et Jade qui sont deux jeunes hommes qui sont devenus amants. Malheureusement, la relation n’a pas su résister au choc de la fuite de Jade. Michigan doit avaler cette histoire, accepter l’échec de cette relation et aller de l’avant. Il est évident que la thématique de la rupture est mise en place ici. Néanmoins, aller de l’avant et essayer d’oublier une personne est une chose beaucoup plus facile à faire lorsque la personne n’est plus là.

Tout va se bousculer pour Michigan lorsque Jade revient pour coacher l’équipe de natation. Jade va de nouveau bouleverser l’existence de Michigan qui a gardé une rancœur absolue envers Jade (ce que je peux aisément comprendre).

Ce que j’ai le plus apprécié dans cette lecture, c’est le panel de personnage qui est très intéressant. Je trouve que la dimension psychologique est très bien amenée et travaillée. Les personnages sont forts, construits et la psychologie est détaillée. Cela amène beaucoup de profondeur. J’ai aimé le fait qu’ils ne soient pas traités comme des gens parfaits : ils sont humains avec leurs qualités et leurs défauts.

Les thématiques abordées ne sont pas évidentes mais sont très bien traitées. En effet, j’ai apprécié trouver la thématique lié à Jade. Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler l’intrigue mais j’ai aimé cela ainsi que le compte à rebours qui met un peu de suspense dans ce roman. J’ai trouvé ces deux idées remarquables. C’est aussi avec bonheur que j’ai retrouvé Lison et Tristan.

La seule chose que j’ai, finalement, à reprocher à ce roman, c’est le léger manque d’équilibre entre les personnages. Si le côté de Michigan est très développé, j’ai trouvé que l’on restait dans le flou par rapport à Jade. En effet, même si l’effet de surprise et l’intrigue autour de ce personnage peut expliquer ces contours un peu flous, je suis un peu restée sur ma faim par rapport à cela.

La plume de Julie Thomières est toujours aussi belle, fine et délicate. Je trouve qu’elle a une plume d’une rare élégance qui nous embarque dans l’intrigue très facilement et rapidement. C’est une histoire d’amour compliquée que nous propose Julie Thomières. En effet, j’ai trouvé que l’histoire était crédible et proposait une réelle réflexion. J’aime beaucoup les romances qui ne restent pas en surface et proposent une réflexion immersive. C’est très intéressant et cela m’a permis de changer un peu de registre. La thématique du handisport m’a aussi plu. J’aurais aimé en savoir un peu plus.

En définitive, l’auteure a su me toucher une nouvelle fois avec cette romance forte et très belle. La profondeur des personnages m’a beaucoup plus bien que j’ai senti un léger déséquilibre entre les personnages de Michigan et de Jade. La plume de l’auteure est magnifique et pleine d’émotions. Ce spin off peut se lire indépendamment du roman entre les vagues mais je vous conseille quand même de lire les deux romans.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le plaisir de retrouver l’univers de Julie Thomières
  • La plume de l’auteure ♥♥♥
  • Le panel de personnages très bien travaillé.

4

15

Hide out de Lily Arnould

Résumé : Les apparences sont parfois trompeuses… Ville de Charlotte en Caroline du Nord. April, jeune femme réservée, mène une vie paisible, auprès de sa mère et de son frère. Un travail qu’elle aime dans une petite librairie, des amis qu’elle adore ; tout semble parfait. En apparence… Ézéchiel, 28 ans, est une star déchue du football américain. Sa vie est aux antipodes de celle d’April ! Drogue, sexe, alcool… tout est bon pour tenter d’oublier ses problèmes. Et pourtant ! Ces deux âmes perdues, ces deux passés cabossés, ces deux vies que tout oppose vont entrer en collision ! Les masques tombent, des points communs apparaissent, deux secrets inavouables se côtoient. April et Ézéchiel seront-ils capables de tout se dire ? De tout s’avouer ? De tout se pardonner ? Passionnée de lecture, Lily Arnould ouvre en 2015 son blog de chroniques littéraires : Histoires de plumes. Elle se lance ensuite à son tour dans l’aventure de l’écriture et publie ses premiers textes sur Wattpad. Eternelle rêveuse et romantique dans l’âme, elle espère offir à ses lecteurs des histoires qui les font vibrer. Ainsi naît Hide out, son premier roman, qui connaît le succès avec plus de 320 000 vues sur la plateforme.

~ Service presse ~

Je remercie les éditions de l’opportun pour l’envoi de ce roman ô combien surprenant.

En toute franchise, j’ai décidé de lire Hide out parce que j’avais besoin de quelque chose de différent. Ces derniers temps, je me plonge souvent dans les mêmes romans et j’avais besoin d’une impulsion pour me faire sortir de cette boucle.

Avec Hide Out, je m’attendais à une romance moderne du genre « New Adult ». Même si bien évidemment nous retrouvons les codes de NA, je me suis retrouvée avec un roman ultra complémentaire et vraiment très bien pensé.

On fait la rencontre d’April, une jeune femme qui a un passé assez compliqué et parsemé de blessures que le temps ne parvient pas à guérir. April tient une librairie et essaye de vivre malgré tout. Elle parvient à trouver un équilibre entre son travail et ses amis qui sont devenus un de ses piliers. On fait aussi la rencontre d’Ezéchiel : un jeune homme de 28 ans qui est aux antipodes d’April : entre drogues et violences, Ezéchiel n’est fidèle qu’à lui-même : les femmes sont des jouets, la vie est une saleté et il ne fait que ce qu’il veut. Dans les problèmes jusqu’au cou, Ezéchiel est un jeune homme imbu de lui-même. Vous vous doutez que ma rencontre avec Ezéchiel n’a pas été de tout repos. Je vais être claire : c’est un personnage que je n’ai pas apprécié.

J’ai trouvé qu’April venait vraiment équilibrer ce duo. Il est évident que les personnages ont des caractères vraiment travaillés et pointus mais je n’ai juste pas su apprécier Ezéchiel. Ce sont des choses qui arrivent : j’ai aimé son parcours, l’évolution de ce personnage qui n’a pas su toujours prendre les bonnes décisions. C’est juste que l’on n’a pas su s’entendre. En revanche, j’ai apprécié April et son passé. C’est une jeune femme fragile et délicate, elle est intelligente et ne manque pas de courage. Elle est vraiment, selon moi, la force de ce roman. Le personnage d’April nous permet d’avoir une femme forte et sensée à la tête de ce roman, cela fait plaisir à lire !

Là où l’auteure a fait fort, c’est dans le choix de ses thématiques : j’ai aimé que l’auteure nous propose une romance originale dans les péripéties qu’elle offre. C’est pensé, réfléchi et pour la première fois depuis bien longtemps, je me suis autant accrochée au panel de personnages qu’à l’intrigue. J’ai trouvé que le tout était harmonieux malgré le fait que je sois passée à côté d’un des personnages principaux.

Clairement, ce roman est une belle découverte et je suis heureuse de l’avoir lu. J’ai découvert une plume très agréable et dynamique. J’ai aussi apprécié l’idée de l’auteure d’insuffler quelque chose de neuf dans le genre de la romance. C’est vraiment très intéressant.

En définitive, c’est donc une intrigue sans faille que j’applaudis ici. Malgré le fait que le personnage d’Ezéchiel ne m’a pas plu, j’ai trouvé que la plume de l’auteure et ses idées sont remarquables et permettent de lire ce roman d’une traite et rapidement. On a envie de connaitre la suite dès le départ de la lecture. Bravo à l’auteure pour ce roman très sympathique.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage d’April
  • La plume de l’auteure
  • Les thématiques mises en avant dans ce roman.

28

Armance de Morgane Pinon

armance-1372225-264-432Résumé : Florian vient d’hériter de la fortune de sa tante Marie. Sur un coup de tête, il décide de tout abandonner derrière lui pour fuir la vie parisienne, au profit d’un manoir de l’époque victorienne. Il souhaite restaurer la demeure pour lui redonner sa grandeur d’antan et proposer à ses clients des chambres d’hôtes garantissant un voyage dans le temps réussi. Après quelques mois, les travaux avancent bien jusqu’au jour où l’État impose un confinement pour limiter la propagation d’un virus sur le pays. Florian se retrouve désormais seul dans cette grande bâtisse et bien incapable de finir le chantier en cours par ses propres moyens. Tout à fait par hasard, il accède à une pièce secrète dissimulée derrière un miroir. Le jeune homme y trouve plusieurs objets qui n’ont pas vu le jour depuis plus de 150 ans. Parmi ces vieilleries se trouve un journal intime rédigé par Armance de Bellieu. Pour occuper son temps, Florian se prend au jeu de découvrir quels secrets pouvait bien cacher cette jeune femme du passé…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Morgane Pinon pour son envoi. J’ai été comme attirée par ce roman. J’ai vu la couverture, j’ai lu le résumé : il me le fallait ! Morgane a su apaiser ma rage très rapidement et je l’en remercie pour ça. Il y a des romans comme ça où l’on est certain d’apprécier l’histoire : Armance en est une parfaite illustration. J’ai adoré ce roman, c’est un véritable coup de cœur.

La seule question que je me pose reste celle-ci : peut-on vraiment parler de romance historique ? Pour moi, non. Effectivement, on retrouve une partie de l’intrigue qui se déroule 150 ans plus tôt mais une bonne partie de l’intrigue se déroule de nos jours. Du coup, je n’ai pas envie de vous « induire en erreur » : cette romance va se diviser en deux époques : celle dans laquelle nous évoluons et le 19ème siècle.

On fait la connaissance de Florian, un jeune homme qui, grâce à l’héritage de sa tante Marie, décide d’acheter un manoir en Bretagne. Somptueux manoir victorien, il réserve beaucoup de secrets à son propriétaire. Lors des rénovations, Florian va rencontrer quelques problèmes : le gros méchant confinement. Tout va être à l’arrêt et Florian va se retrouver seul dans cette vaste demeure.

Je sais, vous êtes étonnés de lire que j’ai lu un roman qui parle du confinement. Vous savez certainement que je suis complètement réfractaire à tout cela. Comme d’habitude, je n’ai pas lu le résumé dans sa totalité, donc cette partie de l’intrigue m’était inconnue, de plus, j’avoue que j’ai été très surprise de la manière dont l’auteure utilise ce confinement : on n’en parle pas plus que cela, c’est vraiment un contexte. Le confinement sert à planter le décor et à expliquer pourquoi Florian erre seul dans les pièces du manoir. C’est grâce à ces périodes d’errance qu’il va trouver la pièce secrète dans laquelle se trouvent les journaux intimes d’Armance.

J’ai trouvé la symbolique du miroir assez agréable et poétique : on traverse le miroir pour connaitre le passé. Ce miroir qui va renvoyer le reflet du passé et qui va permettre de révéler les cicatrices de la vie d’une femme blessée. Ainsi, grâce à cette pièce secrète, Florian va plonger dans le passé de la famille Bellieu.

Parallèlement, à travers la lecture de Florian, nous allons faire la rencontre d’Armance. Nous allons la suivre de sa tendre enfance jusqu’à la fin de sa vie. Nous allons vivre avec elle les deuils qui vont jalonner sa vie, son histoire d’amour, son évolution dans la vie : de la jeune fille à la jeune femme puis à l’épouse.

J’ai vraiment trouvé les deux périodes de cette intrigue équilibrées : on passe autant de temps avec Florian qu’avec Armance. J’ai trouvé que l’intrigue était vraiment forte et porteuse de beaucoup de belles choses. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Florian qui, sous ses apparences d’homme voulant avancer seul dans la vie, il a un cœur énorme. J’ai aimé sa combativité, sa curiosité et ses valeurs. Armance est aussi un personnage que j’ai beaucoup apprécié pour son courage, son intelligence mais aussi son dévouement. J’ai aussi apprécié les personnages de Moïra et de Sarah qui incarnent l’avenir et le passé. Le panel de personnages est riche et très bien travaillé. Il rend l’intrigue vraiment crédible et permet de dynamiser le tout avec des caractères différents.

La plume de Morgane Pinon est délicate et pleine de générosité. On passe vraiment un excellent moment en compagnie de ces deux personnages, de ces deux époques qui sont réunies par l’envie de vivre et de comprendre les choses. J’ai aimé la palette d’émotions proposée par l’auteure, j’ai aimé la plume, j’ai aimé les personnages. Bref, j’ai tout apprécié. L’auteure a su combler mon cœur de lectrice en frappant dans le mille avec ce roman qui me fait revoir un peu ma copie sur la thématique du confinement dans mes lectures.

Je vous conseille ce roman sans hésitation et sans modération. Bravo à l’auteure pour ce roman que j’ai adoré et qui restera en mémoire un très long moment : peut être qu’on retrouvera mes carnets de lecture dans 150 ans et que l’on comprendra à quel point ce roman m’a touchée.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les décors que j’ai vraiment adorés.
  • Les personnages d’Armance et de Florian
  • La plume de l’auteure

5

14

Toi et moi contre le reste du monde de Célia Haden

130766941_381614619732394_8329933297857993865_oRésumé : Ben et Inès ne sont que des adolescents lorsque leur relation prend brutalement fin, sans aucune explication. Lorsque Ben réapparaît des années plus tard, Inès a tenté de se relever, entourée de sa meilleure amie et ses amis, mais sans réellement parvenir à l’oublier. Le pouvoir de son regard captivant et la sensation de sa peau contre la sienne sont toujours ancrés dans sa tête et dans son cœur. Bien que son corps semble prêt à l’accueillir à nouveau, Inès ne peut lutter contre les doutes qui l’assaillent. Inès ne sait plus qui elle est, ce qu’elle souhaite et où est sa place dans cette nouvelle relation. Quel avenir peuvent-ils prétendre après tant de non-dits ? Et si la solution était de s’éloigner à nouveau de lui, pour apprendre à s’aimer elle-même ? Si s’aimer et se pardonner elle, pour l’aimer lui, était un mal nécessaire pour que leur amour puisse survivre ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions MEC pour l’envoi de ce roman en service presse. Roman qui me tentait pour son résumé, j’avoue que j’ai bien apprécié cette lecture. Elle n’est pas un coup de cœur mais cela reste une lecture très agréable.

On fait la rencontre d’Inès et de Ben. Ce sont deux personnages attachants qui nous permettent de nous immerger dans une histoire assez sympathique à découvrir. Inès et Ben ont été ensembles durant leur adolescence. Ils se sont quittés de la pire des manières qu’ils soient : sans aucune explication. La trahison, la colère et l’incompréhension habitent Inès qui ne comprend pas l’attitude de Ben. Quelques années plus tard, Ben revient à la surface et Inès va devoir gérer ce retour qui va de nouveau bouleverser sa vie.

L’intrigue est simple et efficace. J’ai beaucoup apprécié les personnages d’Inès et de Ben. Je les ai trouvés vrais et crédibles. Cette histoire est vraiment belle et terriblement humaine. C’est ce qui m’a le plus plu. En effet, j’ai trouvé que la reconstruction d’Inès était vraiment belle et terriblement vraie. En partant comme Ben l’a fait, il a complètement explosé cette jeune femme : elle manque de confiance en elle et ne sait plus faire autrement que de se méfier des gens.

L’amour est un sentiment très fort : il peut construire une vie mais aussi la démolir en quelques instants. J’ai apprécié comme l’auteure appréhendait cette thématique : elle ne montre pas que les bons côtés d’une relation amoureuse. J’ai aussi aimé la manière dont l’auteure mettait l’amitié en avant grâce aux amis d’Inès.

Inès et Ben sont des personnages vraiment intéressants : en effet, en un éclair, un regard et tout le monde autour d’eux s’arrêtent de tourner. Inès ne compte pas s’en arrêter là. Ces deux protagonistes représentent une histoire d’amour dans tout ce qu’il y a de plus pur mais aussi de plus compliqué. L’amour n’est pas simple, l’histoire d’Inès et de Ben non plus. Quand le passé ressurgit, le présent se complique et l’intrigue prend une tournure que j’ai appréciée.

Même si j’ai trouvé que l’idée de base n’était pas forcément originale, j’ai vraiment trouvé que l’auteure avait de belles idées : c’est une très belle histoire riche en émotions. Les personnages sont la réelle force de ce roman ainsi que la plume que j’ai trouvée très sympathique. J’ai trouvé le côté psychologique très bien amené. Il apporte une véritable force au roman.

La plume de l’auteure est très agréable comme je le dis ci-dessus. Elle est très belle, forte et dynamique. Le roman ne souffre pas de longueurs. La plume nous propose une immersion totale dans l’histoire d’amour de Ben et d’Inès.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une histoire d’amour crédible et très humaine.
  • Un panel de personnages vraiment très intéressant
  • La plume de l’auteure qui est accessible et au service des émotions

4

16

Les Erainn Tome 02 – Le souffle d’infinité de Thalie Perrot

71KlDf-Nq9LRésumé : Sean Erainn est de retour à Saint-Malo. Trois ans après le mariage de son frère Rory avec Cordélia de Montrésor, il vient rencontrer son neveu. C’est dans la demeure de son aîné que Sean fait la connaissance de Madeline Kerradec, une jeune femme très belle, mais auréolée de mystère qui a, de surcroît, un passé trouble. Pourtant, il se sent irrésistiblement attiré par elle. Décidé plus que jamais à découvrir qui se cache derrière la carapace de la jeune femme, il est loin d’imaginer dans quelles aventures il va être entraîné.Leur attirance saura-t-elle survivre aux embûches que le destin s’acharne à mettre sur leur chemin ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C Editions pour l’envoi de ce roman. Il me tardait de vous parler de ce roman. Si vous vous souvenez bien, j’avais eu un réel coup de cœur pour l’univers de Thalie Perrot à travers son premier tome « Attractif enchantement » qui proposait de découvrir la famille Erainn à travers Rory et la famille de Montrésor à travers le personnage de Cordélia. J’avais beaucoup apprécié ma découverte et la manière dont Thalie Perrot avait, avec brio, mélangé le folklore irlandais à la romance historique.

Le tome 02 de la saga Erainn permet de mettre en lumière Sean, le frère de Rory. Sean est un personnage que j’ai beaucoup apprécié tant il dégage les qualités que j’aime trouver chez mes personnages principaux masculins : l’écoute, la gentillesse, l’abnégation aussi. Sean a tendance à vouloir chercher le meilleur en chacun des êtres qu’il rencontre. Il a tendance à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. J’aime cela. Sean n’en est pas pour autant mièvre et naïf. Il sait que le monde n’est pas rose, il sait que la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais il préfère être bon qu’être une brute.

Sean va tomber sous le charme de Madeline. La fille Kerradec qui a dû vivre avec une mère absente et un père vivant dans l’ombre du spectre de sa femme qui a été kidnappé. Madeline apparait dans le premier tome ainsi que ses parents. Yves et Gwenaëlle Kerradec sont la parfaite illustration d’un couple amoureux dans lequel l’un ne peut vivre sans l’autre. Madeline est une jeune femme qui a connu les pires atrocités : entraves, violences, horreur, angoisses… Tout cela fait de Madeline une jeune femme à part qui va nous prouver que les apparences sont trompeuses. Elle m’a beaucoup fait penser à Elizabeth Swann : un caractère bien trempé, une envie de savoir les choses et cette absence de crainte lorsqu’il s’agit de braver les convenances de la société pour arriver à ses fins.

Je pourrais aisément comprendre que Sean apparaisse comme le stéréotype de l’homme parfait. Néanmoins, je trouve que Sean est un personnage très bien construit quand on pense à ce que l’auteure a voulu mettre en place. Même si j’ai eu des débuts un peu compliqués avec Madeline, j’ai aussi compris où l’auteure voulait en venir. J’ai accepté cette part d’ombre chez Madeline. Il est assez rare de trouver cette noirceur chez un personnage féminin, cela dénote mais cela fait du bien. Après tout ce qu’elle a vécu, Madeline ne croit plus en rien et encore moins en l’amour. Comment pourrait-il en être autrement ? L’auteure a décidé de nous proposer des personnages atypiques. La situation l’est aussi, pour mon plus grand plaisir !

Madeline et Sean vont fonctionner comme deux personnages aux antipodes : l’un bienveillant et solaire, l’autre plongée dans une noirceur et dans la tristesse. Néanmoins, les opposés s’attirent et vont nous proposer une romance historique d’aventure vraiment palpitante.

L’auteure met vraiment en avant ce jeu d’ombre et de lumière. Si on peut l’apercevoir à travers le duo Sean/Madeline, on va aussi pouvoir le comprendre à travers d’autres relations. Lorsque je vous parlais de « romance historique d’aventure » je voulais souligner le fait que l’auteure va venir mettre un bon coup de pied dans les codes de ce genre qu’est la romance historique. Ici, il n’y a pas de bal, de grands châteaux, de carnets de bals et des premiers émois. Rien de tout ça.

Il y a la thématique du voyage. Ce voyage géographique que l’on va faire, cette balade aussi riche en émotions qu’effrayante sur le bateau des Paoli. C’est aussi un voyage personnel. L’aventure apparaît aussi comme une quête identitaire, un voyage initiatique. Madeline doit en passer par là pour comprendre qui elle est et d’où elle vient.

On va se plonger sans aucune difficulté dans une nouvelle aventure avec notre famille préférée : les Erainn. Ils sont le fil conducteur de cette saga : Thalie Perrot n’en oublie aucun et nous propose de retrouver les personnages du premier tome. Il est vrai qu’elle garde certains codes de ce genre souvent boudé mais ô combien riche. Néanmoins, l’auteure prend le parti de nous proposer quelque chose d’original ! Son œuvre est une œuvre pivot et visionnaire qui va dépoussiérer le genre de la romance historique ! Comment ? Rien de plus simple pour Thalie ! Une bonne dose de piraterie, de caractère bien trempé et de folklore. On retrouve le folklore celtique qui m’avait beaucoup plu dans le premier tome avec la banshee. La famille Erainn est très soudée. Rory et Liam ne vont pas perdre un instant pour porter secours à Sean qui va se retrouver dans une situation assez délicate. Avec Madeline, ils vont apprendre à se comprendre et à se voir sous un jour différent : et si l’ombre et la lumière pouvait cohabiter dans une seule personne ? Et si… Et si… Et si… Tant de questions qui vont trouver des réponses à travers la plume et les mots de Thalie Perrot.

Il y a tant d’émotions et de délicatesse à travers cette plume. La générosité de Thalie se ressent dans le personnage de Sean mais aussi à travers Madeline qui va être là où on ne s’y attend pas. Sur le bateau des frères Paoli, elle va comprendre d’où elle vient, elle va en apprendre plus sur cette mère qui lui manque tant dans sa vie et va apprendre à accepter son passé. Le message que Thalie véhicule est très beau : apprendre à accepter d’où l’on vient pour choisir où l’on va. L’auteure va savoir faire vivre une relation mère/fille entre Gwenaëlle et Madeline alors qu’elle n’a quasiment pas existé. A travers les mots des protagonistes, on va se rendre compte de la générosité de Gwenaëlle et de sa manière de voir les choses : elle est la lumière qui manque à Madeline. Elle est la source de la noirceur de manière indirecte. Son absence marque une noirceur dans son âme. L’ombre et la lumière, cette idée est poétique et mise en place tout au long du roman à travers différentes relations et différents personnages.

Là où l’auteure a choisi de dérouter son lectorat, j’y ai vu du génie. Là où certaines et certains d’entre vous y verront de l’incompréhension, j’y vois un grain de folie et une réelle envie de construire une intrigue sans faille. Là où certaines et certains seront déroutés par l’aventure dans la romance historique, moi j’y vois une bouffée d’air frais dans un genre qui commençait, pour moi, à se répéter. J’ai tellement hâte d’avoir le troisième tome entre les mains.

C’est donc un nouveau coup de cœur pour moi. Avant que quelqu’un ose mettre ça sur le dos de l’amitié qui m’unit à Thalie, je n’ai qu’une chose à vous dire : la complaisance, chez moi, n’existe pas. Il parait que je suis crainte sur la toile, que les auteurs tremblent quand ils savent que je vais les chroniquer : c’est bien comme ça. Je n’ai rien à cacher et encore moins à Thalie. Elle signe un deuxième tome terriblement différent mais ô combien riche. Je la remercie pour sa confiance et son amitié. Thalie, n’ait jamais peur d’écrire, tu as un talent fou.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La plume de Thalie Perrot, toujours aussi formidable, belle et douce. Merci pour ce moment parfait ! J’avais besoin d’avoir un être solaire comme Sean pour changer un peu de la morosité du quotidien
  • Le coup de pied fichu aux codes poussiéreux de la romance historique
  • La thématique filée de l’ombre et la lumière à travers tout le roman. Bravo !

5

22

L’impossible pardon de Martine Delomme

9782258164130ORIRésumé : Rédactrice en chef adjointe d’un journal local indépendant, Marion pensait simplement recevoir un client de Romain, son mari tonnelier, lors de ce dîner improvisé. Mais celui qui franchit sa porte n’est autre que Fabien, l’homme qu’elle a aimé et qui a disparu il y a huit ans. Alors que Marion et son petit garçon, Lucas, sept ans, ont retrouvé un bonheur paisible, revoir Fabien réveille en elle des sentiments qu’elle croyait enfouis. Lorsque des soupçons de fraude pèsent sur la coopérative vinicole locale, la vie de Marion bascule. Au premier plan de cette scandaleuse affaire, la courageuse journaliste sortira-t-elle indemne de ce tourbillon de dangers et d’émotions ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Presses de la cité pour l’envoi de ce roman. Issu de la collection « terres de France », je ne savais pas à quoi m’attendre. Moi qui n’ai pas forcément l’habitude de ce genre de littérature, j’ai été très agréablement surprise.

On fait la rencontre de Marion, une jeune femme qui n’a pas eu la vie facile. Quittée subitement par l’homme de sa vie, elle s’est retrouvée seule face à son avenir. Enceinte, elle a dû passer sa grossesse seule à ne pouvoir compter que sur elle et sa famille. Fabien a littéralement disparu de sa vie, elle ne savait même pas s’il était encore vivant ou non. Marion a fait face et quelques années plus tard, elle est mariée à Romain qui a adopté Lucas, son petit garçon de sept ans.

Fabien lui n’est pas mort, il a quitté sa vie d’avant à cause d’un secret familial qui a éclaté et salit l’image de la famille. Les portes de la politique se sont fermées laissant Fabien seul et honteux. Il a préféré laisser Marion seule et ne pas être un poids pour elle. Fabien va changer de route et devenir l’heureux possesseur de vignes en Italie. Il lui manque quelque chose dans sa vie : Marion. Il donnerait n’importe quoi pour revenir en arrière et ne pas faire les mêmes choix. Néanmoins, la vie est parfois drôlement faite. Romain, le mari de Marion et Fabien son ex-compagnon sont des collaborateurs et Marion se prend son passé en pleine figure lorsque Fabien fait irruption dans sa cuisine alors qu’il est invité à manger par Romain.

Marion va devoir se poser les bonnes questions. Elle n’a pas oublié Fabien mais elle ne peut pas non plus oublier tout le mal qu’il lui a fait. Fabien va faire la rencontre de Lucas et va tout de suite comprendre qu’il est son fils. C’est sa copie parfaite. Fabien va tout faire pour avoir une place dans la vie de Lucas et dans celle de Marion… Cependant, comment faire pour ne pas blesser Romain qui pensait le père de Lucas décédé ?

Ce roman m’a beaucoup plus parce qu’il ne s’arrête pas seulement aux blessures du passé enfouies au plus profond dulogo-presses-de-la-citc3a9 cœur et blablabla. Cette soupe-là, j’en ai assez. J’ai trouvé que l’auteure abordait plusieurs thématiques et que cela fonctionnait plutôt bien : on touche au monde journalistique avec Marion qui est dans la profession, dans le milieu viticole puisque Romain & Fabien travaillent dans ce domaine mais on a aussi une touche de personnel avec l’histoire que partagent ces trois personnages. J’ai eu peur qu’à un moment, l’auteure prenne le chemin du triangle amoureux mais elle s’est rapidement éloignée de cette idée pour mon plus grand plaisir.

Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne ce tournant et que l’Histoire prenne place dans ce roman qui réserve beaucoup de belles surprises. J’ai pris ce roman en me disant que ça me permettrait de faire une pause entre deux gros romans. Une lecture tranquille et sans prise de tête. Je me suis bien trompée ! Je me suis même trompée sur toute la ligne. L’enquête de Marion va la pousser dans ses retranchements et dans les côtés les plus sombres de l’industrie du vin.

Martine Delomme m’a énormément surprise, à tel point que je n’ai pas su lâcher le roman sans avoir le fin mot de l’histoire. Si nos trois personnages sont les principaux, l’auteure ne lésine pas sur le panel de personnages secondaires pour ménager l’effet de surprise.

J’ai aussi apprécié en connaître d’avantage sur le monde de la viticulture. J’ai trouvé que l’auteure apportait beaucoup de détails sans nous donner de leçon, c’est vraiment très intéressant. J’ai eu envie de me poser sur une terrasse dans le sud de la France et de boire un bon verre de vin plus d’une fois ! Elle m’a vraiment transportée dans cette histoire. Sa plume est vraiment belle et fraîche. J’ai apprécié la rencontrer et je pense que je me laisserai séduire par d’autres romans.

En définitive, ce roman est une vraie bouffée d’air frais. Le style est sympathique, le roman se lit bien. Il n’est pas un coup de cœur mais reste très agréable à découvrir. J’ai apprécié le portrait de Marion qui est une femme forte et qui va tout faire pour découvrir le fin mot de l’histoire. Elle est une femme courageuse et qui va nous montrer qu’elle ne reculera devant rien pour l’avenir de son fils. J’ai trouvé les personnages très intéressants. Les décors sont vraiment beaux et nous proposent une excursion intéressante. Bravo à l’auteure pour ce roman.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Différentes thématiques intéressantes : le journalisme et la viticulture. On ajoute aussi une sphère intime qui vient dynamiser le tout.
  • La plume de l’auteure que j’ai beaucoup appréciée.
  • Les décors proposés : j’ai aimé me balader avec Fabien dans ses vignes et dans l’entreprise de Romain

4

14

Hopeless romantic – Tome 02 : pain de Sissie Roy

41KkDuIAnHL._SX342_SY445_QL70_ML2_Si vous souhaitez vous lancer dans la lecture du premier tome, je ne vous conseille pas de lire cette chronique si son résumé.

Résumé : À la suite de l’accident ayant causé la mort de plusieurs membres du groupe Hopeless romantic et de sa relation avec Lacey, James n’est plus que l’ombre de lui-même. Il boit trop, fume trop, et provoque colère et scandale partout où il passe. Lorsqu’il tombe sur Lacey lors d’une fête, il revoit ses priorités et tente de redevenir celui qu’elle aimait il n’y a pas si longtemps. Malheureusement pour lui, la jeune femme traîne un mal de vivre que seul Tristan Bennett semble pouvoir apaiser. Toutefois, James ne baissera pas les bras et se battra pour la reconquérir, car elle est toute sa vie. Parviendra-t-elle à trouver la paix et se pardonner d’être vivante alors que son groupe est mort ? Est-ce qu’elle réussira à vivre enfin heureuse avec celui qu’elle aime vraiment ? Une question s’impose, Tristan ou James.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce deuxième tome. J’avais beaucoup apprécié ma lecture du premier roman. J’étais plutôt curieuse de voir ce que l’auteure nous réservait pour le deuxième tome.

On retrouve Lacey dans une situation vraiment terrible : elle est la seule survivante de son groupe. Lacey est vide : elle a perdu ses amis, sa sœur, sa famille. C’est très compliqué pour elle. Elle se demande pourquoi elle a su se tirer de cet accident et pas les autres. Pourquoi elle ? Elle a ce poids sur la conscience depuis bien trop longtemps mais elle se refuse de vivre sa vie. Elle préfère rester dans les regrets. Elle se refuse de jouer de la musique et de monter sur scène : tout cela n’a plus aucun sens pour elle.

James n’en mène pas large non plus. En effet, James est au plus bas lui aussi depuis que sa relation avec Lacey a volé en éclat. Il n’est plus que l’ombre de lui-même. La musique ne l’intéresse plus, l’alcool et les bagarres sont beaucoup plus tentants. Séparé depuis trop longtemps de Lacey, une rencontre avec la jolie demoiselle va pourtant lui remettre les idées en place : Lacey est la femme de sa vie et il fera tout pour la conquérir de nouveau.

J’ai apprécié cette idée d’une vie brisée et de devoir apprendre de nouveau à faire confiance à l’autre. J’ai aimé trouver une Lacey qui avait des choses à dire et des choses à faire. On se retrouve avec un personnage féminin fort qui est intelligente mais qui sait aussi écouter son cœur.

James va commencer à voir d’un mauvais œil l’arrivée de Tristan dans la vie de Lacey. A la tête d’un label musical, il est un homme que James ne peut pas voir en peinture. Il lui fait d’ailleurs bien sentir : rancune de cœur un jour, rancune de cœur toujours ! Tristan va alors intégrer le panel des personnages principaux de ce tome. Sissie Roy décide de nous proposer un triangle amoureux. Lacey va devoir choisir entre son cœur et la raison, entre deux hommes qu’elle estime, elle va devoir faire son choix. Ce dernier ne va être facile.

Comme vous le savez, je ne suis pas excessivement fan du jeu du chat et de la souris ainsi que format triangle amoureux. Même si les personnages sont forts, j’aurais apprécié quelque chose d’autre. Lacey vogue entre les deux hommes. Elle ne sait vraiment pas ce qu’elle souhaite. Elle va trouver des choses chez Tristan et chez James.

Personnellement, j’ai adoré le personnage de James. Il fonce dans le tas, il ne s’offusque pas des quand dira-t-on. Il va vraiment montrer une facette de lui que j’ai appréciée. Ce n’est pas parce que c’est un gros dur qu’il n’a pas de sentiments, qu’il ne ressent rien. J’ai beaucoup apprécié la douceur qui se dégage de ce personnage lorsqu’il se bat pour Lacey.

La présence de la musique est aussi importante : ici, elle va être libératrice. Elle va permettre d’avancer dans la vie, elle va aussi permettre à Lacey d’ouvrir les yeux sur sa relation avec sa mère mais aussi avec son père. La musique est ce qui relie Lacey à James mais aussi à Hopeless romantic. Si au départ, elle va faire peur à Lacey mais aussi à James, elle va aussi être la voie de la rédemption. L’espoir au bout de ce couloir d’angoisse et de tristesse.

En définitive, malgré la présence d’un triangle amoureux, j’étais heureuse de retrouver Lacey et James. J’aime toujours autant la présence de la thématique de la musique. La plume de l’auteure est toujours aussi belle. J’aime beaucoup la manière dont l’auteure écrit : c’est dynamique, détendu et moderne. C’est chouette. Le tome trois m’attend avec impatience dans ma liseuse !

03 bonnes raisons de lire cette saga :

  • Le duo Lacey/James qui est vraiment très bon
  • La plume de l’auteure que j’aime beaucoup
  • L’univers de la musique mis en avant ainsi que la place qu’elle prend dans l’intrigue

4

14

Objet de toutes les convoitises de Françoise Bourdin

9782714493880ORIRésumé : À la mort de son grand-père, Alexander Leander, comte de Donagh, devient l’unique héritier de l’immense fortune familiale. À 35 ans, il est un aristocrate accompli et l’un des avocats d’affaires les plus recherchés de la City. Tandis que son idylle avec Dimitri, danseur étoile, nourrit les pages people des magazines, Alexander s’éprend en secret de Mark, son jeune associé. Mark forme un couple heureux avec la douce Joyce. Pourquoi céderait-il à un improbable coup de cœur ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Belfond pour l’envoi de ce roman dans le cadre de notre partenariat. Françoise Bourdin est le genre d’auteure que je ne pensais jamais lire. A force de voir ses titres dans les étagères de ma mamie, je me disais que ce n’était pas forcément pour moi. J’avais oublié à quel point ma grand-mère avait bon goût ! Ainsi, Françoise Bourdin et son monde m’ouvrent leurs portes.

Je ne vais pas vous le cacher : ce roman n’est pas un coup de cœur mais il a au moins eu le mérite de me divertir le temps de ma lecture. C’est un roman que j’ai lu très rapidement. En effet, il est assez court. Au départ, j’ai eu un peu peur par l’afflux des thématiques : une romance interdite, des liens très forts entre un patron et un collaborateur mais aussi la présence de l’aristocratie britannique. J’ai eu un peu peur que cela fasse beaucoup pour le nombre de pages proposé. J’ai trouvé que l’auteure s’en sortait plutôt bien.

Nous nous retrouvons à Londres. En présence d’Alexander Leander comte de Donagh. J’ai trouvé cette idée assez intéressante : on a l’habitude d’associer l’aristocratie britannique (ou tout court même) à une époque comme le 19ème siècle. Il est plutôt rare de la voir associée à un monde contemporain. Idée plutôt intéressante. Rien ne nous est épargné : élégance, camouflage des émotions et des sentiments, règles strictes. Bref, l’aristocratie est belle et bien en place. Notre cher Lord est un jeune avocat brillant mais surtout un jeune héritier à la tête d’une fortune incroyable.

Mark est un jeune époux amoureux de sa femme Joyce. Mark est un collaborateur d’Alexander. Rapidement, Mark va comprendre qu’Alexander nourrit des sentiments bien plus que professionnels à son égard. Alexander est en couple avec Dimitri mais il est terriblement tenté par Mark, ce jeune homme qui réveille en lui de doux sentiments. Dimitri va vivre l’éloignement d’Alexander avec beaucoup de peine, il ne comprend pas pourquoi Alexander met ces barrières entre eux. Joyce, la femme de Mark va aussi être de la partie : c’est le seul personnage qui ne m’a pas convaincue. Je l’ai trouvé insipide et un peu idiote. Elle est vraiment niaise et se fait passer pour la femme un peu bêbête qui va venir flatter Alexander.

La narration se sépare en trois points de vue : Mark, Dimitri et Joyce qui vont avoir un œil différent sur Alexander. L’un pour son attirance, l’un pour l’éloignement et l’autre pour un œil un peu naïf. Ceci apporte différentes facettes au personnage d’Alexander. On le perçoit sous différents angles.

Cette romance particulière et originale est assez sympathique. Elle ne révolutionne pas le genre mais permet de passer un bon moment de lecture en compagnie de ces personnages. Comme je le dis ci-dessus, j’ai apprécié les personnages masculins mais suis passée complètement à côté du personnage de Joyce qui m’a rapidement tapée sur le système. Rien de bien grave en soi.

La plume de Françoise Bourdin est agréable. Je trouve que le début est un peu long à se mettre en place mais une fois passée cette difficulté, nous nous retrouvons avec une intrigue crédible. J’ai juste trouvé un peu dommage que l’auteure mette l’accent sur le côté manipulateur et froid d’Alexander. Il y en a peut être un peu trop de ce côté.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture bien que l’auteure en a, selon moi, fait un peu trop vis-à-vis du côté manipulateur d’Alexander. J’ai trouvé l’intrigue sympathique et la romance assez intéressante. C’est assez original. Je suis restée de marbre face au personnage de Joyce mais j’ai apprécié Mark et Dimitri. Alexander est un personnage bien brossé mais avec lequel j’ai pris un peu de distance mais cela est dû au caractère brossé par l’auteure. La plume est fluide et dynamique et permet au lecteur d’accrocher aux mots de l’auteure.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le panel de personnages masculins que j’ai apprécié
  • La plume sympathique que j’ai appréciée découvrir
  • L’aristocratie dans une intrigue contemporaine, belle idée !

3.5

11

Secret Bikers de Céline B

xcover-7052Résumé : Tyler a intégré depuis quelques années le club des bikers du Hoana Hell qui sont devenus sa famille. Et comme dans toutes les familles, il y a des secrets… Bien qu’il est très proche de Joshua, Président du club et son frère de cœur, celui-ci ne lui a jamais rien révélé. Pourtant, une nouvelle venue va aiguiser sa curiosité et menacer l’équilibre du club. A qui profitent tous ces secrets ? Et une fois qu’il saura, saura-t-il garder le silence ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. Je sors un peu de mes sentiers battus avec cette histoire de Bikers. De temps en temps, j’aime bien me diversifier un peu et de voir ce qui se passe ailleurs. J’ai donc fait la rencontre de la plume de Céline B et de Tyler.

Tyler est un homme qui fait partie du club de bikers « Hoana Hell ». J’ai beaucoup apprécié le fait que ce club fonctionne comme une famille. C’est vraiment particulier mais assez chouette. On s’entend comme des frères et sœurs : on n’est pas d’accord sur tout, on se dispute, on se rabiboche mais le plus important : on s’aime et on fait tout les uns pour les autres.

Deborah est une jeune femme qui a vu son monde complètement bouleversé. Son passé est douloureux. Elle a décidé de prendre le taureau par les cornes et changer de vie après ce qu’elle a du faire pour survivre. Deborah est un personnage que j’ai apprécié pour tout ce qu’elle dégage. Si on la prend au départ pour une « femme victime », elle n’en est rien. Elle est déterminée à passer à autre chose, à ne plus avoir peur de son passé. Elle veut se venger et elle ne reculera devant rien pour y parvenir. Avocate de profession, elle est déterminée à ce que justice soit faite. Elle s’attaque à un club de Bikers assez dangereux : les Black Horses. Elle va gagner une bataille mais la victoire sera de courte durée : les menaces pleuvent et Deborah va se retrouver à vivre de manière proche des Hoana Hell pour sa propre sécurité.

Joshua est le président des Hoana Hell. Il prend sous son aile Deborah qu’il connait depuis des années. Il n’a pas toutes les clés pour comprendre ce que vit Deborah qui reste très secrète sur ce qu’elle a vécu. Il sait simplement que c’est fort, c’est violent et que cela a complètement bousillé la vie de son amie. Si l’intrigue tourne principalement autour de Deborah, on y trouve aussi des questions sur les autres personnages. Joshua va nous éclairer sur son passé, sur ses années d’absence auprès de Deborah. On va percer les mystères autour du personnage de Deborah.

Tyler est aussi un personnage que j’ai apprécié. Il ne comprend pas pourquoi son ami est assez proche de l’avocate qui les aide. Il ne comprend pas pourquoi sa sécurité et la vie de Deborah et de ses proches sont si importantes pour lui. Joshua, si discret sur son passé va devoir la jouer fine pour ne pas trahir la confiance de Deborah. Tyler va, petit à petit, comprendre cette femme et lui faire de la place dans sa vie.

En toute honnêteté, je m’attendais à une ambiance un peu plus sombre. Je m’attendais à une intrigue plus dure par rapport à la thématique des Bikers. On est, au final, avec un roman qui va proposer quelque chose de dur et de violent mais plus par rapport à Deborah. J’ai trouvé original que l’on « inverse la tendance » parce que la douceur vient plus de Tyler & de Joshua alors qu’ils sont « les gros durs » de l’intrigue. J’ai trouvé ça surprenant.

Je ne connaissais pas la plume de Céline B mais j’avoue que j’ai été très agréablement surprise. Je pense que Secret Bikers est un roman fait pour les lectrices et les lecteurs comme moi : ceux qui n’aiment pas trop la violence mais qui aiment quand même les péripéties et l’action en général. J’ai trouvé qu’il y avait des choses intéressantes dans ce roman. J’ai aimé l’action et le dynamisme qui se dégagent de cette intrigue. J’ai même trouvé que, par moments, tout était un peu trop rapide. J’ai eu l’impression qu’il y avait des passages un peu trop faciles à passer.

En définitive, entre romance et action, nous avons un véritable plongeon dans les passés respectifs de nos personnages. C’était intense, intéressant et vraiment très agréable. Malgré quelques petits passages un peu trop rapides à mon goût, je reste agréablement surprise par ma lecture.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le panel de personnages forts que j’ai trouvé intéressant. Je me suis attachée à Deborah. C’est un personnage équilibré et vraiment très agréable. Elle m’a surprise.
  • La plume de l’auteure très fluide et dynamique
  • Le cadre et la thématique des Bikers que je ne connais pas assez bien mais je suis contente d’avoir mis un petit pied dans ce monde

4

6

Is Tarlah de Gaya Tameron

couv2087268Résumé : Rien ne va plus dans la vie de Benjamin. Après avoir rencontré Cathy, une femme exceptionnelle, pendant ses vacances à Lacanau, il est obligé de la quitter pour retrouver une vie qu’il déteste, dans la grisaille de Paris. Cathy a dû renoncer à Benjamin. Leurs univers semblent incompatibles. Et pour cause, il vit sur la terre et elle vit sous l’eau. Mais quand une marée noire déferle sur les côtes de l’Atlantique, Cathy n’a pas le choix : pour sauver son peuple, les Sirénéens, elle a besoin d’une aide extérieure. Et elle se tourne vers Benjamin. Ensemble, ils vont unir la terre et la mer pour mener le plus dur des combats : celui de la survie de leurs espèces et de l’amour. Et si la solution n’était pas là où on l’attendait ? Une histoire haletante entre survie de l’espèce, amour, magie et suspense.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman. Is Tarlah m’a convaincue avec cette merveilleuse couverture mais aussi par le résumé prometteur. J’adore tout ce qui va toucher aux créatures aquatiques.

Malheureusement, cette lecture ne m’a pas convaincue. Cela arrive de temps en temps et je ne m’attarderais pas forcément très longtemps. Cela ne sert à rien de remuer le couteau dans la plaie. Mais je vous dois quelques explications.

Tout va beaucoup trop vite dans ce roman. Il est déjà court, on se retrouve donc avec peu de pages mais surtout beaucoup trop de choses. On fait la rencontre de Cathy et de Benjamin. L’un vit sur terre, l’autre sur dans la mer. Leur histoire d’amour semble impossible mais on finit toujours par trouver un moyen. Cela n’est pas encore le problème majeur du roman. Une romance impossible peut être chouette. Ici, le souci c’est que tout va beaucoup trop vite. En quelques pages, Cathy et Benjamin sont fous amoureux. Les personnages sont très sympathiques mais cela n’ira pas plus loin pour moi.

J’ai trouvé les personnages un peu trop « gentils ». Je ne sais pas trop comment expliquer le pourquoi du comment mais ce roman pourrait cartonner chez les plus jeunes si on enlevait les scènes érotiques. J’ai vraiment l’impression qu’il manque un petit quelque chose pour que la magie opère.

En revanche, j’ai beaucoup apprécié l’univers et les descriptions de ce roman. L’auteure est très douée. Je ne lui retirerai jamais cela. J’ai déjà rencontré sa plume et j’adore la plume de Gaya Tameron. C’est juste que, pour le coup, je m’attendais à autre chose. Les thématiques sont chouettes : l’écologie, l’amour, les différences. Je trouve ça vraiment très sympathique, c’est seulement une affaire de goûts je pense. J’ai besoin d’avoir un cadre posé clairement dans mes lectures. J’ai trouvé des Sirénéens m’a plu mais je n’ai pas eu assez de détails. Quand on construit un monde comme celui-ci, j’ai besoin d’avoir les traditions, les personnages, une immersion dans un peuple que je ne connais pas. Je n’ai pas eu ça ici et je pense que c’est cela qui m’a perdue.

Comme je le dis, je ne retire vraiment pas à l’auteure le fait qu’elle a une belle plume. J’ai juste eu un souci avec cette construction et cette intrigue. On a l’impression de lire un conte de fées des temps modernes avec une très belle morale écologique en fond d’intrigue.

Je n’ai pas pour habitude de faire une chronique rapide mais ici, je n’ai pas grand-chose à dire. Je pense que le roman pourra plaire aux plus jeunes mais en enlevant les scènes érotiques. J’ai apprécié les descriptions et la volonté de créer un peuple. J’ai aussi apprécié la morale écologique et le traitement de cette question tout au long du roman. Cependant, la romance est trop rapide, elle est trop vite mise en place et les personnages ne m’ont pas plus plu que cela. J’ai manqué de détails sur les Sirénéens. Malgré une plume formidable, je pense que ce roman n’était simplement pas fait pour moi. Ce sont des choses qui arrivent.

3

17

Mission anti dépression d’Erika Arribard

140375761_404858927407963_9106765735872462853_oRésumé : Lorsque Brooke se fait larguer, son monde s’écroule. Grâce à sa meilleure amie, elle ne vivra pas sa rupture seule devant une comédie romantique accompagnée d’un pot de glace, mais devra réaliser la liste de 10 défis : La mission anti-dépression qu’elles ont créée plus jeunes…Malheureusement, le passé et les secrets de Brooke pourraient bien revenir à la surface et se mettre en travers de cette mission. Et si dans cette histoire Cupidon n’était pas le gentil ? Brooke réussira-t-elle à se réconcilier avec l’amour ? Mensonges et trahison viendront s’en mêler.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C Editions pour l’envoi de ce roman. J’ai craqué sur cette jolie couverture pleine de fraîcheur.

On fait la rencontre de Brooke, une jeune femme qui vient de se faire larguer par Paul avec qui elle était en couple depuis quelque temps. Brooke est une jeune femme pétillante avec qui je me suis bien entendue dès le départ. Elle essaye de se sortir de cette rupture mais Paul revient toujours au galop : souvenirs, les chemins qui se croisent ainsi que les regards. Tout semble être fait pour que Brooke ne parvienne pas à l’oublier.

Cependant, il ne faut pas oublier quelqu’un dans l’équation : sa meilleure amie ! Elle va lui faire rappeler leur pacte de jeunes filles ! La liste « mission anti dépression » qui va lui permettre de réaliser 10 défis pour ne pas sombrer dans les romances à l’eau de rose, dans les pyjamas pilou-pilou et dans l’antre du chocolat. C’était une idée assez sympathique je trouve ! Qu’en pensez-vous ?

Clairement, j’ai passé un bon moment de lecture même si cette dernière est en deux temps : la première partie a été mitigée pour moi. Vous savez que je ne vous cache rien ! J’ai vu les défis défiler sous mes yeux à une vitesse préoccupante. Je me demandais comment l’auteure allait s’en sortir pour la fin de son roman. Je n’étais même pas au tiers du nombre de pages de ma liseuse que six défis avaient déjà eu lieu. Ça allait beaucoup trop vite pour moi. Je ne vous cache pas qu’à un moment, j’ai eu peur de mon appréciation générale… Puis, tout à coup, l’ambiance change ! Un cupidon mystérieux fait son apparition : menaces, coups bas et grandes péripéties sont au rendez-vous et nous voilà vraiment sur les rails !

Cette petite lecture pleine de fraicheur va se transformer en une lecture avec une ambiance un peu plus feutrée. On ne tend pas vers le thriller quand même : pas de sang, pas de violence mais juste une romance new adult qui prend un peu d’ampleur. J’ai aimé en savoir un peu plus sur le passé de Brooke bien que je n’en ai pas eu assez à mon goût. J’ai apprécié voir son passé et son présent entrer en collision ! C’était vraiment très sympathique.

Le panel de personnages est assez intéressant ! Nos personnages masculins principaux sont assez agréables : Jackson et Paul sont aux antipodes mais cela permet aussi au lecteur de mieux connaitre et comprendre Brooke. Si j’ai adoré Brooke, sa meilleure amie ne m’a pas totalement convaincue. Extravagante et trop entreprenante, j’ai eu un peu plus de mal à l’apprécier à sa juste valeur. Je reconnais aisément qu’elle est là pour sa copine mais les amitiés qui prennent trop de place et d’aisance, je ne suis pas fan. Ceci reste un avis personnel, bien entendu.

L’auteure décide de partager son roman en court chapitres. Il y a plusieurs personnages qui se disputent l’intrigue. C’est assez sympathique d’avoir le point de vue de plusieurs personnages sur la même histoire.

J’ai aussi fait la rencontre de la plume d’Erika Arribard. J’ai trouvé cette rencontre fort sympathique ! C’est une plume fluide et très agréable à lire.

En définitive, malgré un départ un peu mitigé pour moi, mission anti dépression est une lecture qui s’avère être agréable à découvrir. Brooke est notre personnage principal qui va porter l’intrigue à bout de bras. Cette romance new adult a son lot de surprises. C’est plutôt très intéressant et donne un coup d’originalité à cette intrigue. La plume de l’auteure est très sympathique et agréable. A découvrir pour les lecteurs et lectrices qui apprécient une lecture légère et surprenante.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage de Brooke que j’ai apprécié
  • L’originalité de l’intrigue et le tournant qu’elle prend
  • Cupidon et ses mystères.

3.5

16

Le vallon des lucioles d’Isla Morley

CVT_Le-Vallon-des-lucioles_2036Résumé : 1937, Kentucky. Clay Havens et Ulys Massey, deux jeunes photographe et journaliste, sont envoyés dans le cadre du New Deal réaliser un reportage sur un coin reculé des Appalaches. Dès leur arrivée, les habitants du village les mettent en garde sur une étrange famille qui vit au cœur de la forêt. Il n’en faut pas plus pour qu’ils partent à leur rencontre, dans l’espoir de trouver un sujet passionnant. Ce qu’ils découvrent va transformer à jamais la vie de Clay et stupéfier le pays entier. À travers l’objectif de son appareil, se dévoile une jeune femme splendide, Jubilee Buford, dont la peau teintée d’un bleu prononcé le fascine et le bouleverse. Leur histoire sera émaillée de passion, de violence, de discorde dans une société américaine en proie au racisme et aux préjugés. Inspiré par un fait réel, ce roman est une bouleversante histoire d’amour et un hymne à la différence. Isla Morley a grandi en Afrique du Sud puis s’est installée aux Etats-Unis où elle vit aujourd’hui. Son premier roman, Come Sunday, a obtenu le Janet Heidinger Prize, prestigieux prix littéraire féminin. Le Vallon des lucioles est son premier roman à paraître en France.

~ Masse critique Babelio ~

Je remercie chaleureusement Babelio pour l’envoi de ce roman via leur évènement masse critique. J’ai eu la chance de plonger dans le roman d’Isla Morley.

C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié pour les messages qu’il diffère. On se retrouve en 1937, au Kentucky plus particulièrement à Chance, petit village dans le fin fond de l’Etat. Clay et Ulys sont nos personnages principaux. A la recherche d’un article passionnant à mettre en place, ils vont faire la rencontre de Jubilee, une jeune femme magnifique mais ô combien différente.

J’ai beaucoup pensé au roman là où chantent les écrevisses de Delia Owens dans les thématiques qu’ils traitent : la différent, le racisme ainsi que la peur de l’inconnu. Il est tellement plus facile de détester ce qui nous fait peur et ce que l’on ne connait pas que de comprendre et d’essayer d’avancer avec la différence à nos côtés. J’ai aussi pensé à ce roman pour le rapport de l’homme à la Nature. La famille Jubilee est la famille atypique, qui vit reclus dans le vallon des lucioles. Cette famille atypique est rejetée par la société parce que les enfants ont la peau bleue qui s’explique par une anomalie générique : la méthémoglobinémie. La population préfère penser à de la sorcellerie (vous me direz, c’est plus facile niveau compréhension).

Les personnages sont très bien décrits et pensés. Ils sont tous différents mais cela apporte vraiment une épaisseur au roman. J’ai beaucoup apprécié Jubilee ainsi que Clay. Ils portent le roman à eux deux. J’ai trouvé Ulys un peu plus en retrait mais il apporte aussi un certain charme à ce roman. Néanmoins, j’ai eu envie de les secouer plus d’une fois tant les choses mettent du temps à se mettre en place. J’ai trouvé qu’à certains moments, une léthargie s’emparait du panel de personnages.

Le pan historique de cette intrigue est très agréable tant on ne le croise pas souvent dans les lectures. On est en pleine lutte contre une énorme crise financière économique et politique. Le pays est sans dessus dessous et on essaye de garder la tête hors de l’eau quoi qu’il arrive.

Le point fort de ce roman, c’est le fait de mêler la romance (plusieurs histoires se dessinent mais je vais vous laisser découvrir cela) crédible à une réalité certaine. On a vraiment un roman ultra crédible qui vient nous mettre des claques tant les réactions des hommes peuvent être racistes, violentes et pleines de haine.

Le roman se divise en deux années : 1937 et 1972. J’ai trouvé que le roman était long à démarrer. J’ai cru que je n’allais jamais m’en sortir mais finalement, j’ai trouvé cette impulsion qui me manquait au début.

En définitive, si j’ai apprécié la relation entre Jubilee et Clay que j’ai trouvé vraiment belle et juste, j’ai eu du mal avec le début de ce roman. J’ai trouvé qu’il était long à démarrer. J’ai bien du atteindre les 100 premières pages avant de vraiment trouver de l’intérêt à ce roman. La chose qui m’a gênée, dans ce roman, c’est le fait que j’ai tous les éléments pour que ce roman me plaise : un rapport à la Nature présent, une non compréhension entre la population et la famille Jubilee mais aussi une touche de romance. J’ai aimé cette plongée dans le vallon des lucioles mais la magie n’a pas opéré totalement. Je pense que j’ai eu un peu de mal avec la plume de l’auteure. Je dirai que c’est un roman « des bonnes intentions ». Il y a de bons éléments mais aussi des choses qui peuvent être perfectibles.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le duo Jubilee/Clay
  • Le rapport à la Nature très fort
  • Le contexte historique

3.5

18

Je t’attendrai de l’autre côté du lac de Julie Bradfer

125383844_772070256996878_6213241843004586945_oRésumé : Une simple rencontre peut-elle guérir les plaies les plus profondes ? Sarah et June sont les meilleures amies du monde depuis leur plus tendre enfance. Passionnées de musique, elles souhaitent entrer ensemble au conservatoire de Boston après leur bac. Mais la mort tragique de Sarah remet tout en cause. Le monde de June s’écroule : elle ne veut plus entendre la moindre note de musique, renonce au conservatoire et quitte sa ville natale, direction Pine Lake ! Pine Lake est une petite ville de Colombie-Britannique où vit le grand-père de June, Richard qui accepte de l’héberger. Entre les séances de groupe de soutien et les petits boulots, June fait la rencontre d’Asher, un jeune homme silencieux et plutôt distant. Tout comme June, Asher est tourmenté par une passion reniée, un deuil douloureux et de lourds secrets familiaux… Leurs blessures respectives vont-elles se refermer au contact de l’autre ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Nisha éditions pour l’envoi de ce roman. J’ai craqué pour la couverture que je trouve magnifique. Elle m’a directement tapée dans l’œil.

On fait la rencontre de June une jeune fille qui est vraiment dans une situation vraiment très compliquée. Sarah et June sont les meilleures amies du monde. Elles font tout ensemble depuis leur plus tendre enfance mais Sarah a décidé de faire quelque chose sans June mais qui va la démolir de l’intérieur. Sarah s’est donné la mort en laissant June toute seule avec ses questions et son désarroi. June essaye d’avancer mais cela n’est plus possible d’avoir les mêmes rêves sans Sarah. Elle l’a quitté et à emporter avec elle sa joie de vivre et sa passion pour la musique.

June a décidé de partir voir son grand-père. Richard vit à Pine Lake. Une petite ville en Colombie Britannique au Canada. J’ai beaucoup apprécié le voyage. Le Canada est un pays que je croise rarement dans mes lectures et pourtant, il est vraiment un pays magnifique que j’apprécie beaucoup.

June va essayer de refaire sa vie après cette bombe atomique qui a tout éclaté sur son passage. June souffre, sa mère ne comprend pas pourquoi elle met sa vie professionnelle entre parenthèses alors qu’elle est très douée pour la musique. June et sa mère ne se comprennent plus. Richard est un homme un peu bourru mais au grand cœur. Il va essayer d’aider June à reprendre sa vie en main même si cela ne va pas être facile.

June va se trouver un petit boulot à la bibliothèque de Pine Lake et va tisser des liens avec Asher. Asher est un jeune homme plein de mystère. On va vitre comprendre que si June doit panser ses blessures, elle n’est pas la seule dans ce cas ! Ces deux personnages ont un passé terriblement lourd à porter. Au fur et à mesure des pages, ils vont se rapprocher et tisser une belle relation.

J’ai beaucoup apprécié le duo June/Asher. Je trouve qu’ils sont vraiment très bien travaillés. Ces deux psychologies sont fines et détaillées et cela donne beaucoup de relief et de crédibilité aux personnages. J’ai aimé en apprendre plus sur le passé de June mais j’ai une petite préférence pour la vie d’Asher. C’est un personnage qui ne cesse de se sacrifier pour les autres et j’ai apprécié comprendre comment il en était arrivé là.

June est un personnage doux et compliqué mais j’ai apprécié suivre son aventure au Canada. J’ai aimé la manière spéciale dont elle tirait Asher vers le haut et inversement. On a vraiment cette impression d’avoir deux âmes sœurs en perdition qui se rencontrent enfin pour permettre à nos deux personnages d’enfin pouvoir respirer et voir la vie du bon côté.

La seule chose que j’ai à reprocher à ce roman, c’est le fait de nous proposer l’histoire de plusieurs personnages comme le frère d’Asher et Olivia, une amie de Dan et Asher. On les suit un peu, on comprend pourquoi eux aussi ont eu des tracas dans leurs vies. L’auteure propose un épilogue mais malheureusement, je trouve qu’il est trop centré sur Asher et June. On n’entend pas forcément parler du père d’Asher même s’il n’est pas souvent évoqué j’aurais aimé savoir ce qu’il en était de lui. Il en va de même pour Richard pour la relation de June avec sa maman. C’est vraiment dommage, c’est la seule chose que j’ai pu relever de « négatif » dans ce roman.

La plume de Julie Bradfer est magnifique. Elle est pleine d’images et de couleurs, ça nous fait du bien ! J’ai aussi grandement apprécié les descriptions proposées par l’auteure. Les lieux ont l’air magnifique et cela fait vraiment du bien. J’ai été propulsée dans un univers que j’ai adoré découvrir. Bravo à l’auteure pour ce formidable roman dont les thématiques sont fortes mais très bien traitées : l’amitié, l’amour, l’acceptation, le deuil. Ce sont des choses qui ne sont pas évidentes à vivre mais l’auteure s’en sort avec justesse.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le couple Asher/June que j’ai beaucoup aimé.
  • La plume de l’auteure que j’ai découvert avec grand plaisir
  • Les descriptions de Pine Lake et des alentours ♥

4.5

15

Magical London de Jérôme Patalano

couve-MLRésumé : Notting Hill, douze jours avant Noël. Carl, libraire solitaire, profite des derniers instants de sa boutique avant la démolition prévue pour le soir du réveillon. Il n’a aucune idée de ce qui se joue juste sous ses pieds… Située sur une bouche des Enfers, sa librairie est l’objet de tous les désirs. Perla et son mentor Ezekiel, des agents démoniaques, sont prêts à tout pour se l’approprier. C’est sans compter sur la contre-attaque d’Archibald et de sa supérieure au paradis, Simone, tous deux agents du bien. Déterminés à contrecarrer les plans de leurs ennemis, tous les moyens seront bons pour sauver la librairie, quitte à faire appel à Marc Levy ou Taylor Swift… Mais quand l’amour s’en mêle, les plans s’affolent. Alors qui remportera la bataille ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce service presse. J’ai tout de suite été attirée par cette couverture remplie de magie et de jolies couleurs. Non, je vous le promets, le monsieur en plein milieu qui marche déterminé vers moi ne m’a pas du tout interpelée… A la lecture du résumé, deux choses se sont passées pour moi : une librairie ? Un libraire en danger ? Ca, ça me plait beaucoup ! On ajoute à cela une touche de fantastique avec les Enfers et un côté décalé avec des noms comme Taylor Swift ou Marc Levy… il n’y a pas photo ! Je me devais de plonger dans ce roman.

Le 24 décembre est, pour la plupart d’entre nous, une belle journée. Le cœur est à la fête et l’envie de se retrouver entouré des personnes qu’on aime pour déballer les cadeaux est très forte. Néanmoins, on va vite se rendre compte que Carl, notre libraire et personnage principal de cette intrigue ne le vit pas comme la plupart des gens. Le 24 décembre signifie cette année pour lui la démolition de sa librairie. Un énorme coup dur et un crève-cœur d’une taille béante. Joli cadeau pour Noël. Pour la joie, on repassera. Carl résiste. Il est le seul à ne pas avoir cédé. Cette librairie est le dernier vestige de son héritage de ses parents.

Jérôme Patalano prend le cadre de Notthing Hill pour son intrigue. J’adore ce quartier que je connais très bien. C’est vraiment un de mes endroits préférés à Londres (et il n’y a pas beaucoup d’endroits que j’aime dans cette ville, c’est pour vous dire ^^). J’étais contente de retrouver un cadre connu. La véritable force de ce roman réside dans l’originalité de la mise en place de l’intrigue ainsi que la construction de cette dernière.

Le panel de personnages est vraiment intéressant. Large et varié, il y a beaucoup de personnages. J’aime le principe. Tout le monde peut s’identifier à un personnage, en apprécier certains et ne pas aimer certains autres. L’intrigue va nous proposer une thématique que l’on connaît assez bien : la lutte éternelle entre le bien et le mal. Cependant, on va vraiment travailler cette thématique de manière originale et atypique. A travers les personnages, on va avoir deux « camps » qui vont s’affronter. La librairie de Carl est sur une bouche des enfers. Les envoyés de Lucifer n’ont qu’une mission : faire céder Carl et démolir cette librairie tant convoitée. S’il se suicide par la même occasion, c’est encore mieux ! Décalée et imprévisible, cette intrigue m’a beaucoup plu.

Dans ce panel de personnages, on va trouver des rôles bien précis : Archibald, l’ange envoyé par Dieu. Sa mission est très simple, il doit veiller sur Carl et tout faire pour qu’il se sente mieux. Archibald va trouver un appui fort et fidèle à travers le personnage de Samantha. Samantha est une journaliste qui va découvrir le pot-aux-roses et tout faire pour aider Carl dans cette sauvegarde du dernier souvenir de ses parents. Samantha est un personnage que j’ai apprécié tout comme Archibald. J’ai une fâcheuse tendance à toujours apprécier les gentils. Même si les autres personnages sont aussi très sympathiques, j’avoue que ces deux-là sont mes préférés. On va vite se rendre compte que si Dieu à ses envoyés, Lucifer va aussi se régaler : il missionne Perla qui essaye de gagner sa rédemption. Une seule chose à faire pour que cela soit possible : il faut que Carl cède. Il faut le faire souffrir et le rendre dingue. Elle va être un personnage redoutable mais très bon dans son rôle de « peste ». Elle est prête à tout pour parvenir à ses fins. Juliette est l’avocate de l’histoire, clairement, elle m’a rapidement énervée. Avocate aux dents longues, c’est un personnage que je trouve très égoïste. Maintenant, elle apporte elle aussi un peu de piment à l’intrigue. Abby travaille dans une agence immobilière, elle travaille pour Perla et par extension pour Lucifer. C’est un personnage ambivalent. Elle est tiraillée entre ce qu’elle doit faire et ce qu’il faut faire. Elle est coincée entre son ambition extrême et les convenances et le respect de l’Homme. C’est très affligeant par moments. J’ai eu envie de la secouer une ou deux fois.

Tous ces personnages ont des caractères vraiment bien campés. On s’attache à eux ou pas, il y en a pour tous les goûts. Si j’ai adoré Archibald, Samantha et Carl les autres ne m’ont ni plus ni déplus. Je trouve que l’on est un peu resté en surface pour certains d’entre eux.

Ma lecture a été très agréable. Elle n’est pas un coup de cœur mais reste mémorable puisque j’ai lu ce roman il y a plusieurs semaines. C’est le signe que le roman est bon !

En définitive, j’ai apprécié le fait que l’auteur amène une belle dose d’originalité à travers son traitement de la thématique du bien et du mal. Le fait qu’une petite romance soit ajoutée au tout m’a beaucoup plu aussi. Je suis vraiment ravie d’avoir croisé le chemin de la plume de l’auteur qui est très fluide et dynamique. Je n’ai pu m’empêcher de voir quelques références à des séries que j’ai pris plaisir à découvrir et à regarder de temps lorsque la nostalgie me guette. Le panel de personnages est assez éclectique mais très intéressant.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les références que j’ai pris plaisir à reconnaître
  • Le panel de personnages
  • L’originalité et l’atypisme de l’intrigue

4

12

Origines – Tome 01 : le dernier oracle

81Ug0zNhx4LRésumé : A 29 ans, Johanne a une mémoire hors norme et un odorat d’une extrême sensibilité. Elle est enceinte de son premier enfant et tout serait parfait si Hadrien, le futur papa, n’était pas un jeune homme trop immature pour faire face à ses responsabilités. Hadrien est parti. S’ajoute à cela l’intrusion dans sa vie d’un mystérieux personnage. Elle voit à travers son regard tandis qu’il la fait entrer dans une nouvelle réalité. Un voyage qui va lui permettre de comprendre les plus grands mystères de l’existence et plus encore, que rien dans sa vie à elle n’est le fruit du hasard. Et si son bébé était l’enjeu d’une rivalité olympienne ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Agnès Rabotin pour l’envoi de son roman, sa gentillesse et son incroyable patience. J’ai dévoré ce premier tome symbole d’une impatience certaine d’avoir la suite entre les mains.

Nous faisons la rencontre de Johanne, une jeune femme de 29 ans que j’ai beaucoup appréciée. Johanne est une personne à qui on accorde de l’importance  tout de suite ! Elle est gentille et attachante. Johanne est un personnage qui possède deux capacités incroyables : une mémoire qui ne lui fait pas défaut ainsi qu’un odorat très développé. Johanne porte son premier enfant. Elle est seule puisque Hadrien, l’homme qui partageait sa vie est parti. Il fait preuve d’une lâcheté sans épreuve et reste très immature. Johanne en ressort encore plus forte à cause du départ d’Hadrien qui décide de partir sur les traces de ses origines, à Athènes.

L’intrigue nous propose d’avoir un texte entre réalité et mythologie. On va mélanger le réel à la mythologie grecque. On va se retrouver avec des personnages qui ne nous sont pas inconnus : Apollon, Hermes et bien d’autres encore. C’est vraiment une intrigue passionnante. J’avoue qu’au début, j’ai été un peu déstabilisée. En effet, le style est assez percutant. J’ai mis une bonne cinquantaine de pages à entrer dans l’intrigue. Il faut le temps que l’intrigue se mette en place. En effet, même si le début est un peu lent et déroutant, il est nécessaire.

Ce qui a été assez perturbant pour moi, c’est le fait que a construction narrative nous propose une alternance des points de vue entre Johanne et Hadrien. Si j’ai su m’attacher au personnage de Johanne, Hadrien est resté un peu à part. J’avoue que je n’ai pas su me faire d’avis sur ce personnage que ce soit en bien ou en mal. J’ai trouvé qu’on n’en savait pas assez sur le passé de ces deux personnages. C’est vraiment la seule chose que je peux reprocher à ce roman.

L’auteure, avec sa plume équilibrée, nous embarque dans son premier tome avec un dynamisme déconcertant. La romance est présente sans être dégoulinante, le fantastique a aussi sa place mais nous propose une intrigue qui tient debout. De plus, l’intrigue nous propose de faire la découverte d’un panel de personnages riches. Tout le monde y trouve son compte. C’est ce qui me plait énormément : on aime certains, on tique sur d’autres. Le lecteur a le choix et cela fait du bien ! Je trouve que le suspens est très bien maitrisé : on a envie de savoir la suite. La première partie est éclairée par la deuxième. Tout est lié et j’ai aimé la manière dont cela est amené dans ce premier tome.

La manière dont Agnès Rabotin amène les thématiques dans ce premier tome est vraiment intéressante. Même si ce roman a une visée clairement fantastique, l’auteure parvient à l’ancrer dans le réel avec des thématiques qui nous permettent de garder les pieds sur terre. L’auteure rend le tout crédible en nous proposant de traverser cette histoire avec Johanne que j’ai grandement appréciée.

Agnès Rabotin connait son sujet cela ne fait aucun doute. Le bagage culturel est impressionnant et le lecteur se sent tout de suite en confiance par rapport à cela. En effet, dès que je comprends que l’auteur, de manière générale, touche un sujet qu’il connait, cela me plait beaucoup. J’apprends de nouvelles choses et me réapproprie certaines que j’avais oubliées.

Bravo à l’auteure pour ce premier tome juste, équilibré et qui ne prend pas le lecteur de haut avec une culture inatteignable. C’est juste. Malgré un départ un peu long (mais nécessaire), je n’ai rien à redire sur ce superbe premier tome !

Je conseille cette trilogie (oui, le reste est attendu de pied ferme) à tous les lecteurs férus de mythologie grecque et d’originalité. Sans oublier cette formidable plume.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le panel de personnages large qui permet au lecteur de se plaire au milieu de tous ces personnages.
  • La plume de l’auteure que j’ai adorée et le bagage culturel de l’auteure
  • La présence de différentes thématiques très bien amenées ainsi que la mythologie grecque.

4.5

9

Nocturne de Charles Sheehan-Miles et Andrea Randall

xcover-6798Résumé : Un nouveau récit d’amour interdit et de seconde chance par les auteurs des best-sellers In the Stillness et The Last Hour. — Que me demandes-tu là ? fit-elle en pleurant. — Je veux que tu aies une liaison avec moi. Les paroles résonnèrent dans la pièce et le silence régna soudainement tout autour de nous. Elle me fixa du regard, la lèvre inférieure légèrement tremblante. Savannah Marshall est une flûtiste de talent et fille de la noblesse musicale lorsqu’elle s’inscrit au prestigieux Conservatoire de musique de Nouvelle-Angleterre. Brillante, éclectique et passionnée, elle vit pour la musique, mais peine à former des projets d’avenir. Gregory Fitzgerald est l’un des violoncellistes les plus réputés de sa génération. Membre de l’Orchestre symphonique de Boston et professeur au Conservatoire, il est rivé sur sa carrière au détriment de ses amis, de sa famille et surtout de l’amour. Lorsque les chemins de Gregory et Savannah se croisent en classe, ils risquent de remettre en question bien plus que leurs conceptions diamétralement opposées de la musique. Amitiés, éthiques et carrières sont en jeu tandis que Gregory et Savannah jouent une symphonie mêlée de passion et de chagrin. Dans le dernier mouvement, Gregory et Savannah sont confrontés à leur plus grand défi et à la menace de perdre tout ce qu’ils ont jusqu’à présent considéré comme vrai.

~ Service presse ~

J’ai eu la chance de lire ce roman via la plateforme SimPlement. Je remercie chaleureusement l’équipe pour l’acceptation de ma demande.

Nocturne est un roman qui m’a tout de suite tapée dans l’œil : en effet, j’ai été attirée par la couverture instantanément. J’aime le jeu des couleurs, le mystère qui émane de la couverture. Bref, c’était déjà un énorme point positif pour moi.

Nocturne c’est l’histoire d’une romance « interdite ». Je mets le terme entre guillemets parce que cette romance ne me choque pas : effectivement, on parle d’une relation entre une élève et son professeur de son école de musique mais franchement, vu que les deux protagonistes sont majeurs, je n’ai pas du tout été choquée par la relation en elle-même. Effectivement, on trouve moins ambigu comme relation mais bon… Pas de quoi fouetter un chat non plus.

On fait la rencontre de Savannah Marshall, une jeune femme belle, drôle, intelligente et terriblement douée. Elle a la musique dans le sang, fille d’une célèbre chanteuse d’opéra, elle semble suivre le chemin de sa mère sur la voie du succès. Elle va tout de suite taper dans l’œil de son professeur Gregory Fitzgerald pour son talent et sa manière d’être. Au-delà du fait d’être magnifique et de ne pas forcément le montrer à tout le monde, Savannah est une talentueuse flutiste. Pour un célèbre violoncelliste, il ne fait aucun doute que son avenir dans la musique est tout tracé.

Grégory et Savannah nous propose un duo fort et électrisant. Ils sont aux antipodes l’un de l’autre. La seule chose qui les réunisse, c’est la musique. Grégory, un homme qui vit pour la musique, Savannah, une jeune femme qui sait que la vie ne se résume pas seulement à la manière de jouer mais aussi à la façon de ressentir les choses… Ca promet de belles étincelles.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture, franchement, après une grosse panne de lecture, j’ai plongé dans un univers qui me parle puisque j’adore la musique et la romance. C’était forcément une intrigue faite pour moi. Cependant, j’ai quand même eu certains moments de flottement. Savannah entre dans une célèbre école de musique où elle retrouve Nathan, son meilleur ami. C’est là que, pour moi, tout n’a pas été rose. Si j’apprécie les amitiés fortes, j’ai eu encore de mettre des claques à Nathan très rapidement. Même si on comprend rapidement que les attentes de Savannah ne sont pas les mêmes que les siennes, je n’ai pas forcément adhéré à toutes ses réactions et réflexions. Surprotecteur, culpabilisant et un peu égoïste, j’ai trouvé son attitude vis-à-vis de Savannah limite limite à plus d’une reprise. Personnellement, si un de mes amis se comporte comme ça avec moi, rapidement cela va dégénérer. Je salue donc la patience de Sainte Savannah.

« Sainte » n’est certainement pas le terme approprié pour Savannah. Mon dieu quel caractère ! Quel tempérament de feu. J’ai eu, avec elle aussi, quelques moments de flottement. Elle est impulsive et explosive. Je ne sais pas si on peut parler de comportement de diva mais on n’en est pas loin de temps en temps. Savannah est une personne qui a la tête sur les épaules et qui comprend toute l’implication dont elle va devoir faire preuve dans ce milieu. Elle est très humaine et à l’écoute mais lorsque des sujets la touche de trop près, elle explose en plein vol. Les deux relations qu’elle a avec Nathan et Gregory sont compliquées et des sujets sensibles.

Dans l’ensemble, j’ai apprécié Grégory et Savannah : ces deux personnes portent cette romance à bout de bras et le font bien. J’ai trouvé que les auteurs avaient de belles idées. La plume est délicate et détaillée. C’est vraiment une lecture agréable qui se fait très facilement. J’ai apprécié le fait que l’on soit sur deux temporalités. En effet, dans la première partie du roman, on se retrouve à vivre dans cette école de musique avec Savannah, Nathan et les autres personnages mais la deuxième partie du roman nous propose de passer quelques années et de retrouver nos personnages une fois leur carrière débutée.

La manière dont les auteurs amènent la musique au cœur de l’intrigue est aussi intéressante. Plus d’une fois, le lecteur assiste à des découvertes musicales intéressantes et des moments d’émotions très troublants. J’aime beaucoup cela.

En définitive, j’ai adoré ma lecture. Elle n’est pas parfaite, c’est certain mais elle me reste en mémoire et c’est ce qui m’importe le plus. Elle se dégage d’autres romances traitant des mêmes thématiques et c’est très beau. Les plumes sont dynamiques, les auteurs trouvent les mots pour capter le lecteur très facilement.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages intéressant bien que de temps en temps un brin agaçant
  • Une plume très entrainante
  • La thématique de la musique très bien traitée

4

9

Snow flake dream de Nolwenn Nedelec

Snow-Flake-DreamRésumé : Léna a un rêve : fêter Noël sous la neige. Difficile à réaliser quand on vit sur les terres arides du Togo. Depuis le décès de ses parents, elle a repris le centre Eden qu’ils ont fondé pour venir en aide aux enfants, et elle se bat pour le maintenir à flot. Stéphane n’a plus qu’un but : rendre sa fille Mya heureuse. Pour faire le deuil de sa femme partie trop tôt, il fuit New York pour un tour du monde avec sa fille. Il n’attend plus rien de la vie, mais son escale au Togo pourrait bien tout remettre en question. Stéphane se noie dans sa douleur, Léna se perd dans sa mission. Mais quand on croit que tout est fini, la vie recommence… Et pas forcément là où on l’attend… Deux âmes seules qui luttent pour survivre, deux âmes généreuses qui s’oublient pour le bonheur des autres. Une histoire très émouvante qui vous fera croire en la magie de Noël.

~ Service presse ~

Qu’on se le dise : j’ai dû sortir mes bottes de neige et prier le bon dieu pour qu’un gamin ne me balance pas une boule de neige dans la figure. L’hiver est bel et bien là. Quel meilleur moment que celui-ci pour vous parler de Snow flake dream ? Je remercie donc chaleureusement Alter Real pour l’envoi de ce roman ainsi que Nolwenn Nedelec pour le joli moment qu’elle m’a fait passer en compagnie de Léna et de Stéphane.

Ce roman fait voyager : autant au cœur des plus profonds secrets de nos personnages mais aussi de manière géographique : l’intrigue nous propose de découvrir un pays que l’on ne retrouve pas forcément souvent dans les livres : le Togo. Cette idée m’a clairement plu dès le départ ! J’adore ce dépaysement ! 

Au-delà du dépaysement, j’ai beaucoup apprécié en apprendre plus sur ce fabuleux pays ! A travers ses mots, Nolween Nedelec parvient à nous décrire des endroits magnifiques. C’est vraiment une très bonne idée de mettre en avant les us et coutumes de ce pays. Les traditions sont belles, expliquées et très bien amenées dans ce roman. Nous n’avons pas l’impression de lire un guide touristique ou un roman sur l’histoire du Togo.

Si j’ai apprécié découvrir le pays en lui-même, je ne suis pas en reste par rapport à la romance. Quelle belle histoire. C’est magnifique. On fait, d’un côté, la rencontre de Léna. Une jeune femme de trente ans qui a passé toute sa vie au Togo grâce à ses parents qui ont quitté leur pays d’origine pour aller faire leur vie en Afrique. Ils ont créé Eden : un centre de vacances qui permet aux enfants de se rencontrer et de passer du temps ensemble. Léna est un personnage que j’ai beaucoup apprécié pour sa douceur, sa gentillesse et sa volonté à toujours donner le meilleur d’elle-même pour apprendre aux enfants le plus possible. Trentenaire professeur, Léna est très compréhensive et appréciée de tous. D’un autre côté, on fait la rencontre de Stéphane et de Mya : un père et une fille qui cherchent à se reconstruire après le décès de la femme de Stéphane et donc, par extension, de la maman de Mya. Ils fuient New-York et leur tristesse. Ils fuient dans l’espoir de trouver quelque chose de beau à travers leur tour du monde. Ce sont trois personnages très attachants. Grâce aux mots de l’auteure, on s’attache très facilement aux personnages. Que ce soit Léna, Mya ou Stéphane, on a envie de les prendre sous notre aile.

La couverture peut quand même porter à confusion pour les lectrices et lecteurs qui, comme moi, ne lisent pas forcément les résumés et s’attardent plutôt sur le titre et la couverture. Je pensais tomber sur une romance d’hiver avec des chocolats chauds, des cadeaux sous le sapin et une romance sous la neige. Seulement, on n’est pas forcément dans ce schéma là. La neige est bien présente, seulement, elle représente le rêve le plus cher et le plus vieux de Léna. Elle a toujours voulu fêter un Noël sous la neige. Seulement, vivant au Togo depuis ses 3 ans… alors pour la neige, c’est un peu compliqué.

La rencontre entre Léna et Stéphane est magique. C’est un coup de foudre qui propose une première rencontre pleine d’électricité. De manière générale, les émotions sont au rendez-vous, on vit de sacrés ascenseurs émotionnels mais tout est fait dans l’équilibre et la mesure. C’est très agréable. Cette lecture est très abordable et se lit très facilement. L’auteure sait manier la langue et les mots. C’est très prenant. L’auteure utilise, de manière subtile, les flash back : on en apprend plus sur Léna et sur sa vie. On fait la rencontre de ses parents et de ses relations amicales. A travers les souvenirs de Léna, on fait la découverte de cette vie qui peut être très différente de la nôtre. Le choc des culture est très bien gérer et ne mène pas le lecteur à une certaine incompréhension : l’auteure pose tous les éléments pour que le lecteur se sente bien dans la lecture.

En définitive, je recommande cette romance qui fait du bien ! Elle est belle, douce et réconfortante. C’est une très jolie découverte des us et coutumes ainsi que les traditions du Togo.

03 bonnes raisons de lire ce roman :
  • Le travail des personnages : ils sont fins et sacrément bien dessinés. On les adore tous !
  • La romance très belle et délicate. On est dans un schéma qui fait du bien en cette période
  • La culture du Togo. J’ai adoré voyager avec cette lecture.

Encore merci aux éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman =)

4

12

Forever elle de Julie Rose

120076379_364564214715018_1118058045934530992_oRésumé : Il paraît que le premier grand amour est souvent celui qui vous marque pour toujours. Tout sourit à Gabriel. Gérant d’une salle de sport, en couple depuis dix ans et des amis fidèles… Il a tout pour être heureux. Jusqu’à ce fameux jour où son passé resurgit de nulle part. Que fait-elle ici ? Pourquoi est-elle revenue ? Pourquoi maintenant ? Et surtout pourquoi n’a-t-elle pas repris contact ? Un regard, quelques paroles échangées et toutes ses certitudes sur son avenir s’envolent. Le destin aurait-il décidé de réécrire l’histoire ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Julie Rose ainsi que les éditions M.E.C pour ce partenariat. Je suis toujours ravie de pouvoir découvrir de nouvelles romances chez M.E.C. En effet, elles sont toujours au top et il y en a pour tous les goûts ! De quoi ravir toutes les lectrices et les lecteurs de la maison d’édition.

Ici, je plonge de nouveau avec délice dans l’univers de Julie Rose que j’avais rencontré avec le roman Quelqu’un comme toi qui me laisse un souvenir agréable.

Nous faisons la rencontre de Gabriel et Léana. Deux personnes qui se sont connus étant jeunes, qui ont eu une relation mais qui n’étaient pas forcément destinés pour rester ensemble. Gabriel et Léana se séparent. Gabriel est un personnage que j’ai apprécié pour la sincérité qu’il dégage. Que ça soit dans l’expression de ses sentiments ou dans la vie de tous les jours, c’est un homme que j’ai apprécié. Gabriel n’est jamais parvenu à oublier totalement Léana. C’est d’ailleurs ce qui va causer la perte du jeune homme : au coin de la rue, il croise Léana dix ans après la fin de leur relation. Gabriel et Léana se prennent leur passé en plein visage, le choc est rude mais les sentiments toujours présents.

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure décrive une situation qui peut arriver à tout le monde. Gabriel est rangé, il a sa vie avec Emily, une femme adorable, un groupe d’amis sincère et soudé. Cependant, on ne peut rien faire face à l’amour vrai et pur. Gabriel manque de quelque chose dans sa vie : il manque de Léana. Pour ne pas lui faciliter la tâche, Léana semble être émotionnellement indisponible, elle aussi a refait sa vie et cela semble lui convenir.

Cette histoire est très belle. L’auteure, avec sa sublime plume, nous relate une intrigue avec bienveillance et douceur, cela fait plaisir à lire. Il n’y a pas de violence, on décroche complètement de ce que l’on peut trouver ces derniers temps dans les romances : il n’y a ni bad boy, ni sexe à outrance, ni relation conflictuelle. On a juste Gabriel qui va devoir choisir entre passé et présent pour envisager au mieux son avenir. J’ai adoré cette petite parenthèse.

Rien n’est facile dans la vie, surtout en matière de relation amoureuse. Julie Rose en parle avec beaucoup de pudeur et d’émotions. Personnellement, j’ai adoré. Ce roman n’ira pas jusqu’au coup de cœur pour la simple et bonne raison que je suis trop curieuse dans la vie ! Il m’a manqué quelques petits détails sur les passés respectifs de nos deux personnages. De plus, j’ai trouvé un léger déséquilibre entre nos personnages principaux. J’ai moins cernée Léana et je me suis donc moins accrochée à elle.

J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure compose avec son intrigue : le choix va être à faire pour Gabriel et Léna, cela est certain. Là où beaucoup aurait joué la carte de l’incertitude à outrance, d’un « oui » puis d’un « non » pour finalement « oui » puis en fait « non », Julie Rose prend le problème sous un angle différent et nous propose une intrigue dénuée de toute redondance ou de cliché attendu dans la romance.

J’avais déjà apprécié la plume de Julie Rose mais ce deuxième roman est très abouti. Beaucoup plus que le premier à mon sens. C’est vraiment très agréable à lire tant ce n’est pas ce qu’on lit habituellement. J’espère que j’aurais plus de romans dans ce sens, ça me manque.

En définitive, Julie Rose nous propose une très belle histoire. Gabriel et Léana sont deux personnages que j’ai appréciés bien que Gabriel a eu ma préférence. Cela n’enlève en rien la douceur et la pureté qui se dégage de la plume de l’auteure. Julie Rose choisit de nous parler d’une thématique qui peut arriver à tout le monde. J’ai beaucoup apprécié cette idée de choisir entre le passé et le présent pour avancer et concevoir l’avenir. C’était très poétique. De plus, Julie Rose décide de nous proposer une romance pleine de douceur qui gagne en crédibilité en ne nous proposant pas un énième bicker ou badboy. C’est vraiment très sympathique pour faire une pause douceur dans sa semaine. Bravo !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Gabriel et Léana : deux personnages composant une belle histoire
  • La thématique du choix entre deux femmes. J’ai trouvé que c’était traité avec beaucoup de sensibilité.
  • La plume de l’auteure qui est définitivement une auteure à suivre

4

13

Quartier Merlin – Tome 01 :Un instant et je suis à toi de Laurence Erwin et d’Elisabeth Faure

xcover-6303Résumé : Alice a accompli son rêve : ouvrir un café dans le Quartier Merlin. Les affaires tournent (même si elle apprécierait d’avoir un peu plus de clients) jusqu’au jour où le vieux restaurant d’en face est vendu. Mauvaise nouvelle : Valérien, le nouveau propriétaire, n’a pas du tout l’intention d’ouvrir un restaurant mais… un bar ! Bien que son voisin d’en face soit très attirant, Alice n’apprécie pas du tout la concurrence et n’a pas l’intention de se laisser faire. Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu et entre l’arrivée de bikers pas comme les autres, d’engins de chantier et de terribles animations musicales, c’est le début d’une série d’événements en cascade qui vont chambouler sa vie et celle de ses amis comme des habitués de son salon de thé.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Laurence Erwin et Elisabeth Faure pour l’envoi de ce roman. J’avais très envie de découvrir ce premier tome. J’aime l’ambiance des rues commerçantes et des bars. J’avais envie de quelque chose de frais et qui se lit rapidement. C’est ce qui est chose faite avec ce premier tome du Quartier Merlin.

On fait la rencontre d’Alice, un personnage très attachant. Il est compliqué de ne pas l’apprécier. Gentille, intelligente et pétillante, Alice m’a tout de suite plu. Alice est appréciée de toutes et de tous. Son petit commerce tourne correctement même s’il lui manque un peu de public pour être pleinement satisfaite. Le restaurant en face de sa boutique est vendu. Elle espère, secrètement, avoir un nouveau commerçant qui va dynamiser de nouveau cette rue qui a perdu de sa splendeur. Rien ne fonctionne comme prévu : Valérien, son nouveau voisin ouvre un bar ! A côté de son salon de thé ! Alice ne voit pas la concurrence d’un bon œil…

Bien sûr, on ne va pas dire qu’on ne voit pas les choses arriver. C’est clair, on comprend ce qui se dessine entre Valérien et Alice. Cependant, j’ai trouvé que l’originalité se trouvait quand même dans cette intrigue. J’ai beaucoup apprécié les péripéties et la manière dont les auteurs amènent ces dernières. De plus, avec cette période un peu compliquée, j’avoue que ça m’a fait du bien de me lancer dans une lecture où les rues sont bondées, où les gens se rencontrent, discutent et partagent des moments conviviaux. Ca fait plaisir.

Ce roman dit feel good m’a beaucoup plu. Il mélange des thématiques très agréables à découvrir. Bien sur, il y a une romance, bien entendu ! Mais il n’y a pas que ça. C’est un réel bol d’air frais. On a de l’amitié, de la solidarité mais aussi une bonne dose d’humour et de courage. C’est une saga à suivre à mon humble avis. En tout cas, il est clair que je lirai la suite qui est attendue avec impatience.

J’ai trouvé ce quatre mains très bien ficelé et construit. On suit les aventures d’Alice et de Valérien avec grand plaisir. Ce que je trouve aussi remarquable, c’est le fait que l’on se retrouve avec une intrigue très visuelle. En effet, on se projette très facilement dans l’univers proposé par les deux auteures grâce aux descriptions fouillées et aux caractères construits et très travaillés des personnages. On se retrouve dans une intimité certaine tout en faisant partie du monde. Le panel de personnages est très intéressant et j’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu. Pour les lecteurs et les lectrices qui ne sont pas fan du new adult et des scènes érotiques, ce roman est fait pour vous ! Aucune scène de ce genre n’est à souligner. Et j’avoue que cela fait du bien ! Je crois que cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un roman qui propose une romance sans aucune scène de sexe. CA FAIT PLAISIR !!! Cela apporte beaucoup de crédibilité à l’œuvre.

Ce roman n’est pas un coup de cœur. Il m’a manqué un petit quelque chose pour que cela fonctionne à 100% Je pense qu’il m’a manqué quelques pages pour que les deux personnages s’apprivoisent un peu plus. J’ai eu un sentiment de rapidité sur une courte durée. On passe d’ennemis à amoureux en quelques pages et c’est peut être ce qui m’a un peu perturbée. En attendant, cela n’enlève rien à ce que j’ai lu et aux qualités de l’intrigue, des plumes et des personnages.

Bravo aux auteures et vivement la suite ! 😉

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • La découverte du quartier Merlin que j’ai grandement apprécié
  • Le panel de personnages et surtout Alice. Tous les personnages sont bien construits et cela me fait bien plaisir
  • La plume des auteures. J’ai adoré les descriptions et ces plumes qui nous projettent dans un film romantique.

4.5

16

Marked men – Tome 01 : Rule de Jay Crownover

61Csme4bhfLRésumé : Rule est la première saison d’une série passionnante sur l’univers du tatouage et du métal. Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des percings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ? L’ambiance de cette série est celle d’un salon de tatouage, de concerts de métal, le tout agrémenté de délires de colocataires et de virées dans leur ville natale.

~ Lecture détente ~

Je vous propose aujourd’hui de découvrir mon avis sur le premier roman de la saga Marked Men. Cela fait quelque temps que j’ai lu ce premier tome mais ayant l’envie de poursuivre l’aventure, j’ai décidé de bouleverser un peu mon planning de chronique et d’en discuter avec vous !

Marked men est clairement une saga de romance dite « New Adult ». Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce premier tome, au-delà de la construction narrative et de la composition des personnages, c’est l’ambiance qui se dégage de l’univers proposé. J’ai beaucoup apprécié le fait que le monde du tatouage ouvre ses portes sur un fond de métal et de coiffure déjantée.

Nous faisons la rencontre de Rule et de Shaw qui sont les deux personnages principaux de ce premier tome. J’aime beaucoup ce que propose l’auteure : un panel de personnages varié. Chaque personnage, va, à un moment donné de la saga, devenir un personnage principal d’une intrigue. J’adore recroiser les personnages au fil des tomes différents. Vraiment tout est fait pour me plaire de ce côté. Rule et Shaw sont deux personnages qui se connaissent depuis plusieurs années. Shaw était la petite amie du frère de Rule : Rémy qui est décédé.

Rémy est un personnage omniprésent dans l’histoire bien qu’il soit le plus grand absent de l’intrigue. Vivant dans l’ombre de son frère, les parents de Rule lui en veulent des choix qu’il prend dans la vie : il change de fille comme il change de chemise, il boit à outrance et se moque des quand dira-t-on. En revanche, les parents des jumeaux ont pris sous leur aile Shaw, la jeune fille qui leur rappelle tant leur fils décédé. Shaw, cette jeune femme en manque de reconnaissance parentale, Shaw qui est blessée par l’absence de ses parents dans sa vie. Tout ne s’achète pas, Shaw en est la preuve vivante. Shaw et Rule sont deux personnages aux antipodes. L’une est un ange, l’autre est un diable.

Les apparences sont souvent trompeuses. Shaw et Rule vont en faire les frais. Rule trouve que Shaw est beaucoup trop sage, trop studieuse, trop gentille. Shaw trouve que Rule est obscène et terriblement rebelle. Pourtant, l’intrigue va prouver à nos deux personnages que les différences peuvent aussi apporter leur lot de joie et d’amour. Pas sans passer d’obstacle, ça ne fait aucun doute.

L’intrigue est riche et très bien ficelée. J’ai hâte d’en savoir plus sur le grand frère de Rule, Rome qui me plait plutôt bien. J’ai apprécié aussi découvrir tout le petit monde qui gravite dans cette intrigue. J’ai apprécié Shaw et Rule. Cette lecture frôle le coup de cœur, j’ai trouvé que tout fonctionnait. La seule petite chose c’est le démarrage un peu longuet, j’ai aussi eu un peu de mal à apprivoiser Rule mais c’est un personnage que j’ai su apprécier au fil des pages. En effet, au-delà des personnages et du milieu dans lequel ils évoluent, l’auteure a su équilibrer son intrigue pour en faire autre chose qu’un roman érotique. Plusieurs pans de l’intrigue sont vraiment intéressants et proposent de soulever des thématiques comme l’amour familial, l’incompréhension, mais aussi le deuil, l’amitié, l’amour. Bref, c’est très sympathique. Qu’est-ce que ça se lit bien !!!!

Je comprends aisément que l’auteure ait des fans partout dans le monde : l’intrigue est chouette et les personnages bien construits. J’ai adoré cette plume dynamique, fluide et bourrée d’humour. A lire sans hésitation pour les fans de new adult.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le panel de personnages que l’on retrouve dans les autres tomes de la saga !
  • Le milieu dans lequel évolue les personnages : tatouage et rock’n’roll !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé délicate et très sympathique
19

Together – Tome 02 : Truth de Sissie Roy

téléchargementRésumé : Quelques jours seuls à Santa Barbara auront suffi à sceller encore plus l’attirance entre Abby et Brian, mais est-ce suffisant ? Alors qu’elle pensait qu’il avait changé, Brian va lui démontrer une fois de plus qu’il sait être méchant et sans cœur. Déçue et blessée, Abby tire un trait sur l’homme qu’elle aime, mais celui-ci ne compte pas la laisser tranquille. Lorsqu’il commet l’irréparable, elle se retrouve en danger.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. Je suis vraiment contente d’être en partenariat avec cette maison d’éditions : elle varie les genres et les auteurs. Il y en a pour tous les goûts et ça me plait ! Nous faisons ici une avancée dans l’aventure de Brian & d’Abby deux personnages amoureux mais complètement perdus. Et si l’amour n’était pas toujours le grand vainqueur ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir à travers le deuxième roman de Sissie Roy.

On nous avait laissé sur les chapeaux de roue avec le premier tome. La tension entre Abby et Brian était à son paroxysme et nous ne savions pas très bien dans quel état nous allions les retrouver. Abby et Brian s’attirent comme deux aimants.

Ce deuxième tome est dans la lignée du premier. On en apprend un peu plus sur Brian : sa relation avec sa grand-mère par exemple. J’ai trouvé cette relation vraiment trop chouette. Si j’ai eu la chance d’avoir une mamie parfaite, je pense que Brian peut aussi compter sur Elisabeth pour l’aider dans la vie et à avancer lors des périodes difficiles. Brian est un personnage torturé que l’on va apprendre à connaitre et à pardonner pour ses maladresses. Abby est aussi une jeune femme pleine de mystères et d’interrogations. Matt, son frère, étant le meilleur ami de Brian, une relation entre les deux jeunes gens ne peut se concevoir. Complètement révoltée, Abby ne comprend pas pourquoi elle devrait renoncer à une belle histoire d’amour pour son frère. Cependant, l’intrigue se dévoile et l’auteure avance ses pions : Brian n’est pas un homme qui aime les relations stables. Il joue avec les filles comme on joue avec des pions. Matt ne veut que le bonheur de sa sœur et non son cœur en mille morceaux.

Tout au long de l’intrigue, les deux personnages vont se repousser pour mieux se rapprocher. L’expression « tenter le diable » prend tout son sens ici. Abby et Brian aiment jouer avec le feu et nous propose un deuxième tome muy caliente. Les lecteurs et lectrices de New Adult vont avoir de quoi se régaler avec ce tome.

Comme je le disais, il est dans la lignée du premier. Si j’ai apprécié ma lecture de manière générale, j’avoue que j’ai eu un peu de mal vers la moitié du roman. J’ai trouvé quelques longueurs dans la thématique du chat et de la souris. Je le soulignais déjà dans le premier tome et cela apparait une nouvelle fois dans le deuxième. Espérons y voir un peu plus clair dans le troisième tome. Vu que le tome deux se termine sur un sacré cliffhanger, je lirai donc le troisième tome (et probablement la suite) pour me faire une idée globale de l’intrigue. Mais clairement, j’ai eu une petite overdose par rapport au comportement de Brian : il joue l’homme parfait, met de sacrés espoirs dans la tête d’Abby puis fiche tout par terre. C’est redondant.

J’aime beaucoup la plume de l’auteure. Je trouve qu’elle a de la suite dans les idées et propose des péripéties intelligemment amenées dans le récit et qui permettent d’avancer dans l’histoire. Je trouve que cette intrigue est assez finement construite malgré la redondance qui nait à cause de la nature de la relation entre Abby et Brian. C’est vraiment la seule chose qui m’a fait tiquer. J’espère grandement que le tome 03 évoluera positivement sur ce petit point.

La plume de Sissie Roy est toujours aussi fraiche et sympathique. J’ai beaucoup apprécié l’équilibre entre les scènes érotiques et le reste de l’intrigue. Il n’y en a ni trop, ni trop peu. Tout ce que l’on lit colle vraiment aux personnages et à leurs caractères. C’est plutôt plaisant.

En définitive, c’est un deuxième tome agréable malgré la redondance que j’ai pu trouver dans le comportement de nos deux personnages principaux. Ils n’en sont pas moins attachants. J’ai aimé qu’Abby se lance aussi dans sa nouvelle vie et ouvre les yeux. La fin est spectaculaire et nous propose une suite sur les chapeaux de roues que je vais m’empresser de découvrir !

03 bonnes raisons de lire ce deuxième tome :

  • Un duo « attachiant » comme j’aime le dire. Ils ne sont pas parfaits à mes yeux, ils m’ont un peu fait sortir de mes gonds mais sont profondément humains et attachants.
  • La plume de Sissie Roy que je trouve très sympathique
  • L’équilibre au sein de l’intrigue : l’érotisme est présent sans l’être de trop. C’est chouette et cela promet une réconciliation entre moi et le New Adult !

4

18

L’orpheline des sœurs de la charité de Florence Roche

51fWXiOURvL._SX309_BO1,204,203,200_Résumé : Mai 1913. À quelques heures de quitter l’orphelinat où elle a grandi, Mathilde croise le regard d’Armand. C’est le coup de foudre. Mais les parents du jeune homme, industriels prospères, refusent catégoriquement de le voir épouser une simple lingère, d’autant que Mathilde serait la fille de Lise Leclerc, une criminelle accusée d’avoir tué trois hommes de sang-froid. Pour espérer enfin goûter au bonheur, la jeune femme va devoir faire la lumière sur son passé.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions presses de la cité pour l’envoi de ce roman. Je suis ravie de continuer mes découvertes avec ce nouveau partenariat. Je ne connaissais pas la plume de Florence Roche et j’avais envie de me lancer dans ce roman.

On va faire la rencontre de Mathilde, une jeune femme qui a été recueillie par les sœurs de la charité. A travers sa vie au sein des sœurs, elle apprend le travail, l’amitié et l’amour. Mathilde est une très belle fille, probablement la plus belle des alentours et cela n’a pas échappé à Armand, fils d’un riche notable de la région. A sa majorité, Mathilde prend son envol et trouve refuge auprès de la gérante d’une laverie qui va lui offrir un toit et un travail. Armand lui promet son amour et une vie merveilleuse à ses côtés. Cependant, rien ne se passe comme prévu : entre les deux classes sociales, l’écart est énorme et les parents d’Armand s’opposent à cette union… En plus d’être une lingère, Mathilde est la fille de Lise Leclerc, une femme qui a commis trois meurtres il y a quelques années. Entre passé et présent, le lecteur est propulsé dans une histoire intrigante et rondement menée…

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on doive, nous aussi, découvrir le passé de Mathilde via l’histoire de Lise pour comprendre son présent. Si quelques petits points étaient assez attendus, j’ai trouvé la fin assez spectaculaire et bien trouvée. Je ne me suis doutée de rien jusqu’au dernier mot. L’histoire est très bien ficelée : en effet, le lecteur est happé très rapidement par l’histoire de Mathilde. Franchement, j’ai passé une nuit sur ce roman. Je n’ai pas su le lâcher avant d’avoir la fin de l’histoire.

Mathilde est un personnage que j’ai grandement apprécié : douce, intelligente et pleine de bonté, Mathilde est un très beau personnage. C’est vraiment très intéressant de comprendre la construction de ce personnage mais aussi les liens que l’on peut tisser entre Lise et Mathilde. C’est vraiment très sympathique. Le personnage de Justine est aussi un personnage que j’ai apprécié pour son courage et sa bonté sans limite. Elle prouve que la vie peut réserver bien des surprises. Lise et Justine est un couple d’amies qui fonctionne très bien et qui permet d’avoir des personnages attachants dans ce récit qui n’est pas toujours évident.

Les figures masculines sont assez négatives dans ce roman : la famille d’accueil de Justine qui comporte trois hommes aussi mauvais les uns que les autres, le père d’Armand qui ne veut rien entendre et va faire vivre un enfer à Armand et par prolongement à Mathilde. Lise est accusée d’avoir tué trois hommes. Mis à part deux voire trois hommes, ils tirent tous ce que l’on peut penser de la gent masculine vers le bas.

La plume de Florence Roche est très agréable. Elle se lit très bien. Dynamique et rafraichissante, c’est une plume que j’appellerai VTT : elle s’adapte à toutes les situations : des plus ordinaires aux plus difficiles. C’est très intéressant. De plus, la construction de ses personnages est aussi très bonne : elle n’en dévoile pas trop pour laisser le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page. J’ai plutôt tendance à « fuir » les lectures qui proposent un cadre avec des bonnes sœurs, Florence Roche me réconcilie avec cette thématique !

La construction romanesque est aussi très intéressante : Florence Roche va, à travers son roman, mimer ce qui se dit dans le résumé. En effet, on doit faire les va-et-vient entre le passé et le présent pour appréhender ce dernier. Je trouve ça chouette.

En définitive, c’est vraiment une très belle découverte. J’ai aimé le cadre, les histoires personnelles de nos personnages mais surtout la plume de l’auteure que je relirai avec grand plaisir. J’ai apprécié l’enquête que Mathilde, notre personnage principal, va faire. J’ai beaucoup apprécié découvrir le passé de Lise et de comprendre comment et pourquoi elle a été accusée à tort ou à raison. C’est vraiment exceptionnel. Je ne m’attendais pas du tout à lire ce genre d’histoire qui, au départ, va être marquée par le cadre d’un couvent. C’est vraiment très agréable.

Ce roman n’est pas une simple histoire d’amour. Ce n’est pas que l’histoire Armand et de Mathilde. C’est bien plus que ça, c’est aussi une recherche d’identité. La quête identitaire va pousser Mathilde dans ses retranchements et va nous proposer d’aller de découverte en découverte. Je ne m’attendais pas à ce genre d’intrigue mais c’est agréablement surprise que je vous écris cette chronique !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages que j’ai beaucoup apprécié. Surtout Mathilde et Lise nos deux figurines principales qui vont bercer l’intrigue.
  • Les relations qui se tissent au fil des pages
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée remarquable

4

19

Hopeless romantic – Tome 01 : lies de Sissie Roy

jvHNu2P7MUthd6QKff8CPNiiVYwRésumé : Lacey Jenkins, fille d’un célèbre musicien, baigne dans le monde de la musique depuis sa tendre enfance. Enfin, tendre n’est peut-être pas le mot. Il y a dix ans elle a créé son groupe, Hopeless Romantic, qui aujourd’hui est sur le déclin. Pour lui donner un nouveau souffle, Gerry, leur manager, fait appel aux frères Combs, très réputés dans le monde fermé de la musique. Si Aaren accepte avec plaisir, James compte bien de ne pas céder à la pression. Après tout, quand ils étaient au fond du trou, personne n’est venu les aider ! Il n’a pas l’intention de se plier aux caprices d’une fille à papa. Mais tout se sait dans ce monde, y compris les mensonges. Vont-ils arriver à travailler ensemble ? Quand la vérité éclatera, Lacey arrivera-t-elle à la supporter ? Et James, a-t-il pris part à tout cela ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce service presse. Sissie Roy est une auteure que j’ai croisé avec le premier tome de Together (et d’ailleurs, je vous écris bientôt à propos du deuxième tome). Sa plume m’ayant bien plu, j’ai décidé de poursuivre ma découverte avec Hopeless romantic.

Hopeless romantic met en scène Lacey Jenkins, une jeune femme chanteuse et musicienne qui est célèbre grâce à son groupe de musique. Seulement, Lacey a un père musicien connu dans le monde entier. Il est dur de se faire sa place dans le monde de la musique lorsque son père est passé avant. On ne sait pas si on est pris pour son talent ou pour l’influence de son père. Lacey n’a pas de bons rapports avec son père qu’elle a plus vu et entendu lors de ses concerts qu’autour d’une table pour le repas. Intransigeant et perfectionniste, il n’a pas peur de blesser ses filles pour qu’elles donnent le meilleur d’elles même.

Lacey est donc le leadeur de son groupe Hopeless romantic. Avec sa sœur, son petit copain et son meilleur ami, ils sillonnent depuis des années les salles de concert. Cependant, ils le sentent, ils sont sur le déclin. Lacey ne sait plus qui elle est ni ce qu’elle veut vraiment. Si la musique a une place très importante dans sa vie, son métier ne la porte plus comme avant, il lui manque quelque chose. Il semblerait que la petite flamme se soit éteinte… C’est à ce moment que les frères Combs vont apparaitre grâce au manager des Hopeless romantic. Ils sont là pour donner un coup de main et par la même occasion une image un peu moins terne du groupe. Aaren et James sont deux frères assez différents mais qui vont ajouter une sacrée dose de piment dans l’équipe. James ne veut pas céder à la pression alors qu’Aaren est plus ouvert à la discussion. Celle qui va repousser James et Aaren d’emblée, c’est Lacey. James va se montrer plus qu’incorrecte avec elle et mettre le feu aux poudres. Une relation ennemies to lovers va alors se mettre en place entre les deux.

Dans l’ensemble, l’idée m’a beaucoup plu. Je pense qu’il y a certains passages un peu trop rapides pour moi (je pense à la mise en place de la relation particulière entre James et Lacey) mais sinon, j’ai beaucoup apprécié ce premier tome qui donne envie de connaitre la suite. Même si Lacey et James sont les personnages les plus importants de ce premier tome, je trouve que Sissie Roy laisse de la place  tous les personnages sans forcément se focaliser en totalité sur la romance. En effet, le monde de la musique est assez bien exploité dans ce premier tome : les enregistrements, les conflits entre membres du groupe mais aussi les contrats, la manipulation, l’abus de confiance… Je trouve que tout est très bien dosé et intelligemment mis en place. Je vous avoue que le premier tome se termine sur un cliffhanger de malade et que j’ai bien envie de savoir la suite ! Il fera partie de mes prochaines demandes de service presse.

J’ai apprécié aussi les obstacles que Lacey va devoir traverser. Au-delà des relations personnelles qu’elle tisse dans ce roman, j’ai aimé aussi la remise en question à travers une quête identitaire. Il est dur de vivre dans l’ombre de quelqu’un notamment lorsqu’il s’agit de son père. Cette idée d’une relation très difficile entre un père et ses filles et assez sympathique et propose quelque chose d’original avec le monde de la musique qui vient s’intégrer à tout cela.

James est un personnage bien construit. Sous l’attitude du parfait petit con, il reste un homme qui sait écouter et retranscrire les émotions des gens dans ses chansons. C’est très intéressant de comprendre la construction des personnages. J’ai aimé le découvrir et le connaitre un peu plus. J’ai trouvé sa relation avec Lacey assez ambigüe mais très bien construite. Tout n’est pas rose dans la vie et l’autre le montre très bien à travers la relation que James entretient avec Lacey.

La plume de Sissie Roy est très agréable ! A l’image de ce premier roman, elle est fluide et permet une bonne compréhension de l’intrigue. Malgré quelques moments trop rapides pour moi, on se retrouve avec une intrigue qui mêle les émotions à la musique, la quête identitaire à l’avenir d’un groupe. Bref, on se prend rapidement au jeu. Vivement le deuxième tome que je puisse connaitre la suite des aventures de Lacey !

03  bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Plonger dans le monde de la musique est très sympathique !
  • Le duo Lacey/James que j’ai beaucoup apprécié
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé très sympathique

4.5

16

Un Noël hors du commun d’Emilie De Mot

121126418_337678164126040_6869669714772614465_oRésumé : Mollie, fan incontestée de Noël, célibataire et maman du petit Charly âgé de 9 ans n’a que quelques jours pour trouver un lieu de vacances pour faire rêver son fils. Grâce à l’aide de sa mère, elle trouve une opportunité incroyable : une semaine de vacances dans le village du père Noël. Lorsqu’elle croise la route d’Eden, son cœur palpite au rythme des chants de Noël. En revanche, elle n’avait pas prévu qu’elle serait pourvue d’une mission très spéciale : sauver Noël. Claus II réserve une surprise de taille à nos vacanciers, entre réel et imaginaire la frontière est souvent mince. Mollie parviendra-t-elle à sauver Noël ? Parmi les cadeaux sous son sapin, trouvera-t-elle un beau brun pour lui réchauffer son cœur ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. J’en profite pour vous souhaiter à toutes et à tous un joyeux noël. Quoi de mieux qu’une chronique 100% noël pour cela ? J

On fait la rencontre de Mollie. Mollie est une jeune mère de famille mais aussi une jeune femme pétillante qui a une vie assez sympathique. Célibataire, elle essaye de trouver une personne dans sa vie pour équilibrer tout cela. Elle a aussi un mignon petit garçon : Charly qui ne peut compter que sur sa maman pour avoir un peu d’attention et de temps. Bien que son papa soit présent dans sa vie, il a une fâcheuse tendance à faire passer sa carrière professionnelle avant sa vie personnelle et donc son fils. Une fois n’est pas coutume, Mollie se retrouve à devoir organiser des vacances de Noël de dernière minute parce que Charly se retrouve seul pour Noël.

Ne perdant plus une seule seconde, Mollie va trouver LES vacances que son fils va adorer et elle aussi par la même occasion ! Le village du père Noël s’ouvre à eux deux. Une rencontre va bouleverser la vie de Mollie. Eden ! Son prénom va-t-il être aussi merveilleux que l’endroit qu’il décrit ? C’est ce que nous allons découvrir.

C’est dans les Hautes Alpes que notre village de Noël se trouve. C’est un joli petit village que les gens aimant Noël voudraient habiter à longueur d’année. Le rêve pour Mollie et Charly. Ca sent bon le pain d’épices, les chants de Noël, les cadeaux et les sapins. En contrepartie de petites tâches, Mollie peut, si elle le souhaite, offrir de sublimes vacances à son fils… Cela semble être un bon compromis. Elle accepte ce sacrifice pour son fils. Bien que le sacrifice ne soit pas énorme puisque Mollie adore Noël. C’est toujours compliqué d’adorer Noël mais de ne pas avoir le budget nécessaire pour le fêter correctement. Pourtant… Une fois arrivés sur place, mère et fils vont vite se rendre compte que quelque chose cloche… Et l’intrigue prend une impulsion salvatrice au roman. S’ouvre alors un panel de personnages liés à Claus II. Bravo pour cette idée, j’ai adoré !

A travers ce roman, j’ai passé un très bon moment de lecture. Honnêtement, j’avais besoin d’une petite pause dans mes lectures. J’ai essuyé une sacrée panne de lecture. Voulant être à jour dans mes services presse, je me suis lancée dans cette lecture en me demandant si j’allais savoir la lire… La réponse est oui ! C’est frais, dynamique et très bien pour cette saison de l’année.

J’ai beaucoup apprécié Mollie et Charly. Ces vacances vont être magiques et révélatrices pour nos deux personnages. J’ai adoré découvrir Mollie et la mission « sauvetage de Noël ». Je trouve que ce roman pourrait vraiment être retranscrit en film. Il est tout ce que l’on attend d’une romance de Noël. Munie d’un chocolat chaud, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Au départ, j’ai eu un peu peur. La raison ? La rapidité. En effet, j’ai trouvé que le roman allait vite, trop vite. En quelques pages, la situation est posée, la vie privée et professionnelle de Mollie aussi et les voilà partis. Je n’ai pas eu le temps de me poser dans la vie de Mollie que j’étais déjà dans ce village de Noël. Sur la même page, il y avait quelque chose qui expliquait que le personnage reviendrait plus tard sur un pan de sa vie… Très bien, idée assez bonne quand elle est bien construite mais quand j’ai l’information quelques lignes plus tard, je trouve que cela n’ajoute rien à l’intrigue. Cependant, ces petites choses sont vite disparues et ont laissé place à la magie de Noël, à l’humour et à la personnalité de Mollie. La romance est aussi très agréable à découvrir.

La plume de l’auteure est fraiche et très cinématographique. On s’y croit sans aucun problème. Cependant, il n’y a pas vraiment de surprises dans le déroulement de l’intrigue. Même si le village est un petit mystère, on voit rapidement où l’auteure veut en venir.

En définitive, j’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de Mollie et de la plume de l’auteure que je ne connaissais pas. C’est une jolie découverte faite pour être adaptée en téléfilm de Noël. Le personnage de Mollie est lumineux et très bien développé tout comme les descriptions, la romance de Noël et la relation entre Mollie et son fils Charly.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une belle romance de Noël
  • Un cadre agréable et très bien décrit
  • Une plume très sympathique.

4

14

Fireman tome 01 : Inflame me de Mila Marelli

fireman-tome-1-inflame-meRésumé : Ils n’ont rien en commun. Lui est pompier, il combat le feu et les dangers tous les jours. Il attend celle qui partagera sa vie, une femme douce avec qui il fondera un foyer chaleureux. Elle est une organisatrice de soirées mondaines, elle aime les fêtes, ses amis et sa liberté, et aucun homme ne lui fera changer cela. Et pourtant, leur rencontre va être explosive ! Seront-ils prêts à faire tomber les barrières qu’ils se sont imposées ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Edition pour l’envoi de ce roman en papier. Je suis certaine que le reste de cette saga va finir dans mes étagères. C’est Noël dans quelques jours maintenant, il n’est pas encore trop tard pour acheter ce premier tome et l’offrir aux lecteurs et lectrices qui apprécient le New Adult. Les fans de Marked Men vont adorer Fireman ! C’est O-BLI-GA-TOIRE ! Vous l’aurez probablement compris : coup de cœur enflammé en vue !

Ezéchiel et Zoé sont comme le feu et la glace : lui, pompier, est un jeune homme qui veut fonder une famille, agrandir le cercle des enfants dans sa famille plus que soudée. Ezéchiel cherche une femme pour vivre avec lui la plus grande aventure de sa vie. Zoé est une patronne au cœur de glace. Elle est directe, n’a pas peur de faire ce qu’elle veut et dire ce qu’elle veut. Elle est fan de sensations fortes et filer des attaques cardiaques à son cher père. Elle ne veut pas d’homme dans sa vie : les relations sans lendemain lui vont très bien. Ezéchiel et Zoé n’ont rien à faire ensemble et pourtant leur rencontre va être explosive et délicieuse. Les personnalités sont différentes, les caractères bien trempés. C’est vraiment un chouette premier tome que nous propose de découvrir Mila Marelli.

Vous le savez bien maintenant, le New Adult pour moi est dangereux. Pas assez d’équilibre, trop de vocabulaire cru. La limite est fine entre l’érotique et le pornographique. Personnellement, lire du sexe, du sexe et encore du sexe, cela ne m’intéresse pas. Une intrigue cousue de fils blancs pour mettre en scène deux personnages vides et qui ne vont que faire voler leurs vêtements, c’est mauvais pour moi. Mila Marelli vient de se hisser à la hauteur que j’apprécie énormément ! Elle a réussi à mettre en place le parfait équilibre entre érotisme, personnages forts et bien construits et une intrigue intéressante. Quoi de plus beau ? Quoi de plus beau, surtout en cette période.

Inflame me est un premier tome très bien maitrisé. Il met en place un panel de personnages très intéressant et varié. Ainsi on va faire la rencontre de la famille d’Ezéchiel, de ses collègues pompiers de la sphère familiale de Zoé et ses amies. Il y en a pour tous les gouts. Cela ouvre de nombreuses perspectives pour les prochains tomes et je suis très curieuse de voir où cela va nous mener. Lorsque je fais référence à Marked Men, je pense surtout à la construction : les frères, une thématique qui rassemble beaucoup de figures masculines de la saga, une romance intense et à laquelle on accroche très vite. Mila Marelli construit un univers moderne et dynamique, j’ai énormément apprécié ma découverte.

Je pourrais, je le crois, passer ma journée à vous parler de ce premier tome et vous inciter à le découvrir et à l’acheter. Une fois de plus le livre objet est très bon et beau. Les pages se tournent facilement et sont très agréables. Le roman est maniable à souhait sans l’abîmer. C’est vraiment très agréable à lire tant la qualité des mots et du papier est présente.

La thématique du monde des pompiers est vraiment présente. Même si on a l’image du pompier musclé qui fout le feu au lit, il n’y a pas que ça. On a vraiment le monde des pompiers qui est présent mais dans la partie technique et pratique de la chose. On vit avec les pompiers des moments durs, des moments forts. Pour avoir des amis pompiers, je sais qu’on ne fait pas ce boulot comme on peut se tourner vers des jobs purement alimentaires. Etre pompier, c’est dans le sang, c’est une vocation. « Sauver ou périr ». A travers le personnage d’Ezéchiel et ses camarades, on comprend parfaitement leur sacrifice. C’est chouette d’avoir mis en avant cette vision du pompier. Ce ne sont pas que des fantasmes sexuels et ça fait du bien de le rappeler !

La romance entre Zoé et Ezéchiel est intéressante. J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai découvert. Bien que radicalement différents, ces deux personnages s’attirent et l’alchimie nous saute aux yeux. Ça m’a beaucoup plus tant les émotions étaient au rendez-vous. J’ai apprécié le fait que ce ne soit pas qu’une simple histoire de sexe. On en apprend beaucoup sur les personnages et j’ai apprécié ça. De plus, le fait que les aprioris des personnages peuvent se faire malmener, ça me plait énormément aussi. J’aime beaucoup quand les personnages évoluent. C’est finement construit.

Au-delà de la construction du roman que j’ai apprécié, j’ai aussi apprécié l’alternance des points de vue entre nos deux personnages principaux. Le tout est sublimé par une plume qui est pleine d’émotions, d’humour et dynamique. Avec un personnage comme Zoé la tornade, le roman ne souffre d’aucune longueur, je peux vous l’assurer !

Bravo à l’auteur pour ce premier tome ! Un sans-faute pour moi et franchement, c’est assez rare pour un premier tome !

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le duo Ezéchiel/Zoé que j’ai beaucoup apprécié
  • Le panel de personnages que j’ai beaucoup aimé tant il est fort et varié
  • La plume de l’auteure. Géniale !

5

15

Pointes ou Rangers – Tomes 1 et 2 d’Ellie Thellier

Résumé tome 01 : Julie pensait son avenir de danseuse tout tracé jusqu’à ce qu’elle perde tout à cause d’un homme. Tirant un trait sur ses rêves, elle s’est lancée dans une carrière de gendarme où elle tente jour après jour de vaincre ses peurs. Suite à une tragédie familiale, Luke a dû mettre de côté sa carrière militaire pour prendre en charge les jumelles de son frère, à présent orphelines. Avec ces nouvelles responsabilités, il s’est réorienté dans le droit et officie en tant qu’avocat auprès de jeunes en difficultés. Lorsque leurs routes se croisent, l’attirance est immédiate. Mais Julie parviendra-t-elle à oublier le passé pour refaire confiance à un homme ? Luke trouvera-t-il de la place pour l’amour dans son nouveau quotidien ?

NE PAS LIRE LE RESUME DU TOME 02 SI PEUR DU SPOIL

Résumé tome 02 : Après avoir failli tout perdre une fois de plus, Julie se lance à corps perdu dans la nouvelle existence qui l’attend en Italie, dans une prestigieuse école de danse. Si son futur professionnel s’annonce radieux, il n’en va pas de même pour sa vie privée. En proie à toujours plus de doutes, elle peine à concevoir un avenir avec Luke à qui elle ne parvient pas à livrer ses sentiments. De quiproquos en malentendus, du Sud de la France à Rome, Luke et Julie devront encore se battre pour atteindre leurs objectifs. Et quand les fantômes du passé viennent hanter le présent, tout se complique. Entre pointes et rangers, l’amour et la passion pourront-ils triompher ?

~ Services presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ces deux tomes. J’ai fait la demande de ces services presse parce que les résumés m’ont beaucoup plu. Pour une fois, je n’ai pas craqué pour les couvertures. J’avoue que, pour le coup, elles ne sont pas forcément attirantes. Bien évidemment, cela reste mon avis personnel et je peux aisément comprendre que les lecteurs et lectrices soient attirés par ces dernières mais ce n’est pas mon cas.

A la lecture de la couverture, je me suis dit que j’allais encore avoir à faire à un énième bad boy qui va penser avec son entrejambe et non son cerveau… Et … Pas du tout ! Luke est vraiment un personnage aux antipodes de ce que la couverture peut dégager. J’ai vraiment été surprise mais je me dis que les lecteurs et lectrices qui s’arrêtent uniquement sur les couvertures vont, ici, passer à côté d’une lecture très agréable

Pointes ou Rangers est la duologie des associations improbables ! Je ne pensais pas que la gendarmerie et la danse pouvaient fonctionner ensemble. Ellie Thellier me prouve que c’est possible et cela me fait vraiment plaisir. J’ai trouvé de l’originalité dans les thématiques traitées. C’est chouette. Si on ne pense pas à associer les pointes de la danseuse et les rangers de la gendarme, je n’aurais pas non plus pensé pouvoir associer Luke et Julie. Ils semblent tellement différents qu’il parait impossible de les lier par quoi que ce soit… Et pourtant ! C’est tout l’intérêt de cette duologie.

J’avoue que j’ai eu un peu de mal au départ. Le rythme est très rapide : les chapitres sont courts, l’alternance des points de vue fait que l’on quitte l’un pour retrouver l’autre mais j’ai eu l’impression de suivre un match de tennis à faire des allers-retours dans mon esprit. J’ai eu du mal à m’accrocher à Julie. J’ai trouvé que le rythme prenait un rythme de croisière une fois les cinquante premières pages passées. J’ai eu l’impression d’avoir trop d’informations d’un coup et j’ai été un peu perdue. Cependant, cette sensation s’est dissipée au fil de ma découverte qui s’avère, au final, assez intéressante.

Ce qui a sauvé ma première impression du premier tome, c’est l’évolution des personnages. En effet, au départ, j’ai eu du mal avec le personnage de Julie. Pour moi, il y a eu quelques incohérences entre ces actes et ce qu’elle dégage. Maintenant, il n’y a rien de grave. Si ce personnage n’a pas été un coup de cœur direct, j’ai appris à l’apprivoiser et à l’apprécier. Le gros point fort du panel de personnages, c’est Luke que j’ai beaucoup apprécié pour la personne qu’il est et les valeurs qu’il dégage et qu’il souhaite inculquer à Lucia et Ana. Julie, cette jeune femme distante et rongée par ses peurs et Luke, cet homme à la carrure incroyable, qui a du faire des choix difficiles dans sa vie vont se rencontrer et former un duo de personnages improbable mais crédible.

L’auteure va soulever des interrogations assez convenues mais qui fonctionnent : Est-il possible de faire confiance après une déception ? Est-ce que malgré leurs différences deux personnes peuvent s’aimer ? Doit-on renoncer à ses rêves ? Faut-il braver ses peurs ? Bref, tant de questions qui vont trouver des réponses durant la découverte de l’univers que propose l’auteure.

J’ai apprécié la plume, elle donne un côté sympathique à l’histoire et permet d’évoluer de manière dynamique dans cette intrigue. J’ai aussi apprécié le voyage à Rome, très intéressant qui va marquer le véritable tournant dans l’histoire et marquer l’impulsion dont l’intrigue avait besoin pour démarrer réellement.

En définitive, malgré la rapidité au début du premier tome, j’ai su prendre le temps de découvrir l’univers de l’auteure qui est plein de surprise. J’ai eu un peu de mal à m’attacher à Julie mais cela est équilibré par le personnage de Luke que j’ai grandement apprécié dès le départ. Une plume fine et détaillée vient sublimer l’intrigue qui regorge de bonnes idées !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le panel de personnages bien que Julie fut un personnage un peu dur à appréhender
  • L’originalité de l’association des thématiques de la danse et du cadre militaire dans sa globalité.
  • La facilité de l’intrigue ce qui permet de passer un moment de lecture tranquille et plaisant

3.5

9

La messagère de l’ombre de Mandy Robotham

CVT_La-messagere-de-lombre_9922Résumé : En 1943, le monde est ravagé par la guerre. À Venise, la jeune Stella brûle de prendre part à la lutte contre les nazis et elle est recrutée par la Résistance italienne et jetée dans la gueule du loup. Durant la journée, la jeune femme travaille comme traductrice pour des officiers allemands et intercepte des informations stratégiques. La nuit, elle risque également sa vie en faisant passer des messages pour la résistance et en rédigeant un journal clandestin. C’est à la Kommandantur qu’elle tombe amoureuse d’un homme qui collabore avec les Allemands. Mais dans l’enfer de la guerre, comment croire en un quelconque avenir ensemble ? Au fur et à mesure que l’étau se resserre autour de Stella, elle découvre la part d’ombre que dissimule l’homme qu’elle aime. Leur histoire, déchirante, va faire basculer le destin de Stella dans le plus terrible des combats

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Eric Poupet et City Editions pour l’envoi de ce roman. J’étais très heureuse de pouvoir lire ce roman qui me tentait grandement.

Je ne vais pas vous laisser dans un suspense insoutenable : ce roman est une formidable découverte. En effet, j’ai trouvé qu’il était équilibré, détaillé et tellement bien documenté. Je me suis sentie propulsée en 1943 à Venise pour une aventure formidable.

C’est toujours compliqué pour moi d’avoir entre les mains un roman se déroulant lors de la Seconde Guerre Mondiale. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ce décor est vu et revu. J’en ai marre de lire les mêmes histoires, le même style d’intrigue. Ici, on va se placer d’une manière un peu différente ! On va se retrouver dans une idylle interdite, dans une romance qui va nous proposer une belle aventure.

Déjà, j’adore le fait qu’on ne nous a pas présenté un énième « combat » France / Allemagne. On se retrouve à Venise, en Italie. On reconnait certains noms qui vont venir jalonner notre histoire : Hitler, Mussolini… Peut-être que ces noms vont vous dire quelque chose. La famille de Stella est certaine d’une chose : Hilter n’est pas un homme bon, Mussolini le suit aveuglément et l’Italie va basculer du mauvais côté. Le nazisme grandit de manière exponentielle, cela ne dit rien qui vaille au grand-père de Stella. Naturellement, Stella et sa famille vont se tourner vers la Résistance. J’ai beaucoup apprécié découvrir la Résistance de cette manière. C’est vrai qu’on a tendance à croire que seule la France résistante existait mais non ! L’Italie a aussi eu une Résistance comme beaucoup d’autres pays. Une petite piqûre de rappel nous fait beaucoup de bien !

Stella est une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée. On la découvre à travers des souvenirs trouvés par sa petite-fille, Luisa, on va faire la rencontre d’une femme et d’une période historique fascinante. Stella est une jeune femme piquante, qui a ses convictions, courageuse et belle. Stella ne veut pas plier, Stella veut garder la tête haute et ne pas faire partie de ces gens qui vont collaborer. Jeune et courageuse, elle va tout faire pour libérer son pays de ce fléau qu’est le nazisme. Au risque de perdre la vie, Stella va tout faire pour pouvoir continuer à se regarder dans le miroir.

L’auteure brode intelligemment son intrigue. On va mélanger cette réalité que nous connaissons tous grâce à nos aïeuls, aux documentaires et à nos manuels d’Histoire. Le nazisme, la collaboration, le fascisme mais aussi l’occupation allemande et simplement la routine qui s’instaure malgré tout. Entre violence, trahison, famille et amitiés, on va suivre la vie de Stella Jilani qui va être la partie romancée de l’histoire. Au-delà de l’histoire de famille, on va suivre une histoire d’amour au goût d’interdit : Stella va tomber sous le charme d’un collabo. Comment vivre avec ce sentiment particulier : la joie d’avoir le cœur comblé par le sentiment amoureux et le poids qui pèse sur les épaules. Comment tomber amoureuse d’un homme qui représente tout ce que l’on déteste ? L’amour n’est pas simple et cette histoire nous le rappelle aisément. J’ai apprécié le fait que la romance ne prend pas toute la place. Le pan historique de l’histoire est très présent et j’ai beaucoup aimé cela. C’est un roman historique de qualité qu’on nous propose ici.

La narration se divise en deux points de vue et deux époques : On va vivre cette aventure avec Stella, bien évidemment mais on a aussi des chapitres qui se passent en 2017 et qui vont mettre en lumière les chapitres sur Luisa qui va tenter de comprendre l’histoire de sa famille à travers des photos, des lettres, des souvenirs de sa mère. C’est intéressant mais j’avoue que j’ai plus été transportée par les chapitres consacrés à Stella. J’ai trouvé un léger déséquilibre entre ces passages. Rien de très grave en soi.

La plume de Mandy Robotham est une véritable découverte pour moi et m’a énormément plu. En effet, j’ai adoré me perdre dans les rues de Venise. Les descriptions sont à couper le souffle et sont un véritable point fort du roman. J’ai apprécié les personnages très finement dessinés dont les caractères sont détaillés avec précision.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage de Stella que j’ai beaucoup apprécié
  • La localisation de l’intrigue : Venise et ses secrets !
  • Le côté historique de l’intrigue qui est très prenant

4.5

18

Rencontre sous les flocons de Coralie Winka

téléchargementRésumé : 1994. Séverine, lycéenne de Terminale sait précisément ce qu’elle fera une fois son Bac en poche. Grande adepte de la langue de Goethe, c’est à Strasbourg qu’elle fera ses études d’allemand. Un jour d’automne, elle tombe par hasard sur l’offre d’une agence de voyage proposant un séjour dans un ravissant petit hôtel au cœur des montagnes autrichiennes pendant les vacances de Noël. Ses amies ne pouvant malheureusement pas l’accompagner, elle se rend seule au voyage organisé en bus. Là-bas, elle fera la rencontre d’un groupe d’Anglais sympathiques et surtout celle de Dragan, le serveur de l’hôtel qui rendra ses vacances inoubliables. Entre sorties nocturnes, paysages époustouflants, premières expériences à ski, la découverte de la ville natale de Mozart et l’atmosphère magique de son marché de Noël, ce séjour va remettre toutes ses certitudes en question.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Coralie Winka pour sa confiance renouvelée. Si j’avais découvert la plume de l’auteure via une romance historique, ici, c’est tout autre chose. J’ai pris plaisir, le temps d’une soirée, à découvrir l’histoire de Séverine, une jeune lycéenne qui va partir à l’aventure !

Dans l’ensemble, j’ai apprécié ma lecture. Bien qu’elle ne soit pas un coup de cœur, cela reste une très belle lecture et je suis ravie qu’elle ouvre le bal des lectures de Noël sur le blog ! J

On fait donc la rencontre de Séverine, une jeune lycéenne qui aime ses amis, sa vie et qui adore l’allemand ! Elle a envie de savoir le parler comme elle parle le français. Séverine propose à ses amies un voyage pendant les vacances de Noël, si ses amies se voient refuser cette escapade, les parents de Séverine donnent leur aval et nous voilà partis en Autriche ! Le pitch est lancé et l’intrigue peut se dévoiler.

J’ai apprécié le voyage. Ça fait plaisir de voir autre chose que la France ou encore les Etats-Unis. On part en Autriche, ce cadre n’est pas souvent rencontré au fil de mes lectures donc c’est une très jolie surprise. Coralie Winka a un sacré don pour décrire les paysages. J’étais en Autriche, dans ce petit village, avec Séverine et toutes les personnes qui vont bercer l’intrigue.

Cette lecture se lit rapidement. C’est vraiment agréable. J’ai grandement apprécié la rencontre entre Séverine et Dragan, ce jeune homme magnifique et tellement agréable à vivre. Il semblerait qu’il soit un homme parfait ! Drôle, prévenant, galant et en plus de ça, beau garçon. Que demander de plus ? Cependant, une question va vite se poser : comment faire pour garder ce lien entre la France & l’Autriche ?

Au-delà de cette relation, nous faisons la rencontre d’un paquet de personnages. J’ai beaucoup apprécié le groupe d’anglais qui vient aussi passer des vacances au ski. Entre franches rigolades, soirées tous ensemble et visites du pays, Séverine ne va plus savoir où donner de la tête. Entre le cœur et la raison, des fois, ce n’est pas évident de faire son choix. Il ne faut pas oublier que Séverine n’est qu’une jeune lycéenne et que les choses peuvent être compliquées à cet âge.

La seule chose que je trouve à redire pour ce roman, c’est le manque de vie « normale ». En effet, au départ, Séverine est au lycée, avec ses copines, elle s’épanouit comme une fille de son âge. Ce que j’ai trouvé dommage c’est que l’on n’ait pas forcément d’informations sur les amies de Séverine. Il est vrai qu’à la fin, on a une petite mention de ses amies mais cela ne va pas plus loin. J’ai trouvé dommage ce manque-là.

En revanche, ce que j’ai apprécié, c’est le fait que l’on ne soit pas connecté ! Pas de blog, pas de téléphone portable : on est dans les années 1990 et ça fait un bien fou d’avoir quelque chose qui sort des sentiers battus dans ce sens. On a le fixe à la maison et les lettres ! Quelle belle idée. C’est près de nous mais il y a quand même quelques années qui nous séparent de cette intrigue.

La plume de l’auteure est toujours aussi douce et délicate. J’aime énormément la plume de Coralie Winka et j’ai hâte de bientôt plonger dans une nouvelle histoire. On sent que l’auteure sait de quoi elle parle. Les émotions n’en sont que décuplées. Ca fait terriblement plaisir à lire.

En définitive, c’est une histoire d’amour très mignonne qui se dessine sous nos yeux. Véritable ode à l’Autriche, ce roman va vous donner des envies de voyage !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une aventure riche en découverte qui nous emmène vers un pays que l’on ne croise pas beaucoup dans nos lectures : l’Autriche
  • Séverine, un personnage attachant que j’ai aimé suivre dans ses découvertes et visites
  • La plume de Coralie Winka que j’ai beaucoup aimée

4

14

Jusqu’au bout du rêve de Lucie Delacroix

119556345_319935902566933_5977544038571758091_oRésumé : En acceptant ce stage dans l’un des haras les plus réputés de Suisse, Jeanne ne s’attendait pas à ce que sa vie prenne un tel tournant. Entre son attirance pour Thomas, ses rêves qui la hantent et les mystères qui s’accumulent autour d’elle, Jeanne voit sa vie chamboulée. Plongés au cœur d’une enquête, Jeanne et Thomas feront tout pour aller jusqu’au bout du rêve.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C éditions pour l’envoi du roman de Lucie Delacroix en service presse. Certains d’entre vous le savent : je ne suis pas fan des intrigues qui mettent les animaux en avant. Aucune raison particulière : je ne déteste pas les animaux, nous parvenons à vivre ensemble mais on ne peut pas non plus dire que je suis l’Amie des animaux. Grande trouillarde de première, je ne sais pas accompagnée ma sœur qui est cavalière à son centre équestre. Je ne suis simplement pas attirée par la compagnie des bêtes et encore moins quand ils sont plus grands que moi. A travers ce que ma sœur me montre et me dit, je sais que la relation entre un cavalier et son cheval est importante et forte. C’est pour cela que j’ai tenté une intrigue qui proposait d’évoluer dans un centre équestre. J’ai voulu tenter quelque chose de nouveau pour moi, pour passer au-delà de mes appréhensions.

Ma lecture n’a pas été un coup de cœur mais elle a été agréable. Ça fait du bien d’avoir quelque chose de neuf à se mettre sous la dent. J’ai trouvé que les descriptions de la Suisse (oui, nous ne sommes pas en France, ça aussi, ça fait plaisir !) étaient formidables. J’ai eu envie d’aller y faire un petit tour. Il en va de même pour les décors dans lesquels on évolue ! Le haras est très beau, les descriptions des lieux et des paysages sont vraiment réussis. Ça donne envie de se projeter dans la lecture. Cela m’a aussi permis de mettre un petit pied dans le monde équestre et c’est plutôt sympathique (non, pas au point de vraiment mettre un pied là-bas).

Pour une fois, ce n’est pas la couverture qui m’a attirée. C’est le résumé ! Je l’ai trouvé original dans le sens où je ne savais pas où l’auteure pouvait nous emmener ? Entre romance et enquête policière, j’ai trouvé le mélange original et prometteur.

On fait la rencontre de Jeanne et de Thomas qui sont les personnages principaux. Jeanne est la chanceuse jeune femme qui s’est vu offrir une place dans le haras dans lequel Thomas travaille. Mystérieux et un peu sombre, Thomas va s’ouvrir peu à peu à Jeanne qui ne va pas avoir la vie facile dans ce roman. Entre jalousie et cruauté, elle ne va pas comprendre l’acharnement. La vie de Jeanne est peuplée de secrets : entre cauchemars et mystères, la jeune demoiselle va avoir beaucoup à nous dévoiler. Malheureusement pour moi, le panel de personnages ne m’a pas forcément plu dans sa totalité. Ils sont sympathiques, différents et apportent un peu de diversité au cœur de l’intrigue mais je n’ai pas su m’attacher à Jeanne. Pour moi, il y a trop de choses qui tournent autour d’elle : acharnement, méchanceté, secrets, cauchemars… Cette accumulation fait que je n’ai pas su m’accrocher à elle. Il en va de même pour Thomas.

Si l’idée d’avoir une enquête au cœur d’une intrigue qui propose aussi une romance, j’ai trouvé qu’il y avait un léger déséquilibre. L’enquête prend beaucoup de place. C’est, à mes yeux, au détriment de la romance qui, finalement, ne brille pas comme elle le devrait parce qu’elle est trop rapide pour moi. Il y a un manque de crédibilité. Même si on a quelques passages mignons, je n’ai pas eu, comme d’habitude, mon petit cœur qui rate un battement. Elle passe au second plan et s’efface complètement à cause de l’enquête policière. Quel dommage ! Je reconnais sincèrement et avec grand plaisir le travail de l’auteure, c’est vraiment une bonne idée de base mais malheureusement, je n’ai pas adhéré à tout. En revanche, j’ai beaucoup apprécié l’enquête policière qui se tisse dans l’histoire proposée. C’est chouette et un sacré bon point !

Avec une narration à la 3ème personne, l’auteure prend un risque. En effet, je trouve que c’est compliqué de s’investir dans une enquête lorsque l’on reste « spectateur » mais je trouve que Lucie Delacroix s’en est très bien sortie ! Sa plume est très équilibrée. Elle véhicule de belles émotions qui sont au rendez-vous du début à la fin de l’histoire.

En définitive, même si je n’ai pas adhéré à tout ce que l’auteure nous propose de découvrir dans ce premier roman, je suis quand même agréablement surprise par ma découverte !

Merci à M.E.C éditions !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La relation entre l’homme et le cheval mise en avant
  • Les descriptions qui sont fortes et permettent de se propulser dans l’intrigue
  • La plume de l’auteure

3.5

10

Une nuit à Carthage d’Annick Perez

CVT_Une-nuit-a-Carthage_6000Résumé : L’histoire commence à Beausite, banlieue de Tunis en 1947, au temps où Alice Barenti, 15 ans et demi, tombe folle amoureuse du mystérieux Neldo, agent-recruteur du Mossad en Afrique du Nord. Mais il y a aussi le jeune Paul Samama, affairiste en culotte courte ou presque, qui s’est juré de n’épouser qu’elle. Partagée entre Neldo l’idéaliste et Paul l’ambitieux, Alice traverse sa jeunesse à vélo, au milieu des rires et des cris d’une famille si nombreuse qu’on ne sait plus qui est qui, dans cette Tunisie qu’on dirait ensoleillée à jamais. Mais l’Histoire guette tous ces personnages comme au coin du bois, et avec la décolonisation, le paradis de Beausite est bel et bien perdu. L’exil pousse Alice et les siens vers la France aimée mais inconnue. Seulement son dilemme amoureux entre Neldo et Paul, traverse la Méditerranée avec elle et l’accompagnera jusqu’à son dernier souffle. Histoire d’une famille tune et d’un amour fou, Une Nuit à Carthage est un roman polyphonique, un joyeux foutoir, une ode à l’éternelle jeunesse. Ce roman au naturel et à la fluidité poignante est une saga romanesque où la vie et les drames éclaboussent à chaque page et les secrets aussi. Il a le souffle et la spontanéité de certains grands livres, de ceux dont le souvenir demeure longtemps après les avoir refermés.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Gilles Paris, son équipe ainsi que Balzac éditions pour l’envoi de ce roman dans le cadre d’un service presse.

J’avoue que j’avais besoin de dépaysement. De voir autre chose dans mes lectures que ces histoires qui, habituellement, bercent mes soirées. Une nuit à Carthage semblait être une bonne option pour partir quelque temps loin du nord de la France dans lequel je réside.

Récit sur fond historique, nous allons faire la rencontre d’Alice, la fille du maire de Beausite, ville de Tunisie dans la fin des années 1940 et début des années 1950. Alice vit une vie paisible et rencontre Neldo qui recrute de jeunes personnes pour le Mossad qui est une agence de renseignement d’Isräel. Complètement sous le charme et partageant ses idées, Alice est prête à tout quitter : famille, amis et vie paisible pour vivre cet idylle avec Neldo. Cependant… rien ne se passe comme prévu et Neldo disparait le soir de sa probable demande en mariage.

Je vous avoue que le démarrage a été un peu long. J’ai bien mis 60/70 pages à prendre un bon rythme de lecture et à me mettre dans l’ambiance de ce roman. Une fois cette difficulté passée, je n’ai pas lâché le roman avant de l’avoir terminé.

Alice va donc se marier à Paul, un « second choix » qui ne la satisfait pas pleinement puisqu’elle n’oubliera jamais Neldo. De ce mariage vont naitre deux petites filles dont la narratrice de ce roman qui va rapidement nous faire comprendre que sa mère n’a jamais oublié Neldo. C’est l’histoire d’un amour inachevé mais aussi d’une Tunisie touchée par l’exode et la décolonisation.

Ce que j’ai grandement apprécié dans ce roman, c’est l’ambiance générale qui se dégage. C’est un roman vivant. C’est une cacophonie de rires, de pleurs, de joies mais aussi de drames. Tantôt personnelles, tantôt historiques les anecdotes qui tissent cette histoire rendent l’aspect général de l’intrigue intéressant. On ne s’ennuie pas en compagnie de tous nos personnages. A travers plusieurs décennies, on va voir évoluer, grandir et vieillir ces personnages. C’est très intéressant.

On va lire une histoire qui s’étend sur plusieurs décennies, comme je vous le disais juste au dessus : plus précisément de 1947 à 2019. On va donc avoir l’avant décolonisation puis l’après. Au-delà de cette idée d’avant et d’après, nous avons aussi cette divergence dans les religions : la famille est juive. En parlant de cette famille, j’avoue que j’ai pris grand plaisir à la découvrir même si certaines petites choses m’ont fait défaut : il y a beaucoup de personnages. Ca grouille de noms, de caractères, ça fuse dans tous les sens et bien évidemment, je me suis un peu perdue en route. Rien de bien grave en soi mais j’ai dû relire certains passages pour comprendre et me souvenir de qui est qui. Cette famille est construite par beaucoup de membres bien différents. Cela donne de l’authenticité au roman et de la matière.

J’ai trouvé que l’on avait beaucoup d’informations sur « l’avant » fuite de la famille. Le contexte historique en Tunisie est assez compliqué. En effet, la décolonisation va faire du tort à la famille d’Alice puisqu’elle est contrainte à fuir cette terre pour retourner en France. France qui est un pays inconnu pour Alice. J’aurais apprécié avoir plus d’informations sur cette période de transition. En effet, je n’ai pas forcément eu assez à me mettre sous la dent sur l’impact de la décolonisation sur les personnalités, les caractères et les personnages de manière générale.

En définitive, ce roman est très sympathique. Il m’a permis de changer un peu de registre. Je me suis attachée à certains personnages et un peu moins à d’autres. La quantité de personnages ne m’a pas permis de retenir tout le monde. Au-delà d’une fresque familiale, on retrouve aussi une fresque sociale sur fond historique. C’est vraiment sympathique. La seule chose dommage c’est cette impression de trop peu sur l’impact du contexte historique sur les personnages de manière générale.  On a un bon équilibre entre la romance et les événements qui vont bercer Alice et sa famille.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une fresque familiale très belle
  • Un roman qui dépayse et une romance très belle 
  • Un panel de personnages intéressants

3.5

13

La captive de Dunkelstadt de Magali Lefebvre

519XkVAdxOL._SX195_Résumé : Émile Dupontel compte terminer son tour de l’Europe en beauté avant de devenir notaire, comme on l’attend de lui. Friand de frissons comme de bonnes histoires, il jette son dévolu sur le château de Dunkelstadt, dont l’architecture, digne d’un conte de fée macabre, a enfanté moult superstitions. Dans ces terres reculées, Émile était préparé à tout, sauf à tomber sous le charme de la belle Katarina, beauté sibylline, recluse entre les murs d’un édifice qui a tant à conter. Secrets chuchotés et échos sinistres ont beau hanter les couloirs, Émile est déterminé à faire la lumière sur le mystère de Dunkelstadt, quitte à s’y égarer lui-même… et à perdre Katarina.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Fleur d’absinthe pour l’envoi de ce roman. Je n’ai plus aucun souci à me faire avec la petite sœur de Noir d’absinthe. En effet, toutes les lectures que j’ai la chance de faire dans le cadre de mon partenariat avec Fleur d’absinthe sont toujours des succès. Ce roman ne fait pas exception à la règle ! La captive de Dunkelstadt est une histoire originale teintée d’une touche gothique et romantique. La couverture est juste magnifique et a attiré mon œil tout de suite. Je ne pouvais pas laisser passer cette petite merveille.

Emile Dupontel est un personnage assez ambivalent. Romantique dans l’âme, il nous montre toute la complexité d’un homme amoureux. Il a entrepris un voyage dans toute l’Europe pour fêter la fin de ses études. Avant d’entrer dans le monde professionnel Emile est allé partout, a visité de nombreux endroits et, pour terminer ce voyage, il pose ses bagages dans le petit village de Dunkelstadt. J’ai beaucoup apprécié ce personnage qui va, au-delà de la raison, essayer de comprendre ce qui se passe dans le château de ce village : mystère et créatures de la nuit vont venir peupler le périple d’Emile à Dunkelstadt. Persévérant, il va tout faire pour aider cette femme qui va faire battre son cœur.

Sa curiosité et probablement une force surnaturelle va le pousser à aller voir d’un peu plus près la source de tous les cauchemars sur village : le château et ses étranges propriétaires : une mère et sa fille qui vivent recluses dans ce château. Katarina, la jeune et belle demoiselle vivant avec sa mère va vite devenir l’objet de la fascination d’Emile.

J’ai beaucoup apprécié les personnages d’Emile et de Katarina avec qui j’ai vécu une belle histoire. Je vous avoue qu’il m’a manqué quelques pages même si j’ai apprécié la dimension fantastique de cette histoire, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur le passé de la famille de Katarina et de cette mère mystérieuse et intrigante. Emile veut emmener Katarina loin de ce château de ses mystères. Cependant, il va se frotter à plusieurs obstacles sur son chemin.

Même si j’ai apprécié les personnages, j’avoue que ce n’est pas ce qui m’a le plus plu dans cette histoire. Magali Lefebvre a un don pour installer une ambiance pesante mais équilibrée. On sent bien que quelque chose ne va pas : le château va susciter de nombreuses interrogations. Les décors plantés sont sublimes. J’ai adoré visiter le château en compagnie d’Emile et de Katarina : les murs, les décorations choisies, l’histoire de ce château mais aussi sa malédiction. Le titre est assez évocateur : la captive de Dunkelstadt. On comprend qu’il va y avoir une intrigue autour du château et d’une des propriétaires. Je trouve que c’est savamment amené et expliqué.

Je trouve que le roman est très équilibré : entre romance et malédiction, le lecteur est rapidement happé par l’ambiance générale de ce roman. On ne peut s’empêcher de penser à Dracula dans la mise en place d’une ambiance pesante et inquiétante mais le lecteur est comme hypnotisé. La fin de ce roman est spectaculaire et j’ai apprécié l’épilogue. L’intrigue ne souffre qu’aucune longueur ni fausse note.  De nombreuses thématiques vont être abordées : l’amour sincère, l’amour imparfait, une vie de mensonges mais aussi de manière générale la thématique de la malédiction et tout ce qu’on est prêt à faire pour protéger les siens…. Bref, c’est un roman riche bien que court. L’auteure sait aller à l’essentiel sans oublier de véhiculer des émotions propre à la romance. C’est une très belle découverte que j’ai fait là !

En définitive, sublimé par une plume magnifique, cette intrigue va proposer de mettre en lumière une histoire d’amour originale et imparfaite. A travers des personnages humains et eux aussi imparfaits, l’auteure a su happer la lectrice que je suis rapidement. Avec une ambiance qui monte crescendo en pression, le château devient de plus en plus menaçant. Cette intrigue a mis mes nerfs à rude épreuve mais sans entrer dans l’horreur. L’auteure a su équilibrer son intrigue pour mon plus grand plaisir !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les décors ! J’ai adoré la manière dont l’auteure a construit le château de Dunkelstadt
  • L’ambiance de ce roman. Cette romance sort des sentiers battus et ça fait terriblement plaisir !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée équilibrée et dynamique

4.5

14

Des cendres renaîtra l’amour de Virginie T

119151674_776294746457332_2273801575404814856_oRésumé : Je m’appelle Beth Gracy. Ma vie n’a jamais été facile. Je me bats depuis des années pour élever seule ma fille Océane, quatorze ans, en pleine crise d’adolescence. Je voulais prendre un nouveau départ et j’ai pris comme un signe d’hériter du ranch de mon grand-père, le ranch du Phénix. C’était l’occasion de tourner la page et de repartir sur de nouvelles bases au Texas. Seulement rien ne se passe comme prévu. Ma fille m’en fait voir de toutes les couleurs, je n’y connais rien en élevage de vaches et les cow-boys du coin sont bien trop sexy. Je ne dois pas me laisser perturber par eux. Mais c’est difficile de rester sur le droit chemin que je me suis fixé quand c’est Luke Madew, le pompier le plus beau que j’ai jamais vu, qui me tourne autour.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman. J’avoue que j’ai vraiment craqué pour la couverture, une fois n’est pas coutume (rangez vos tomates !)

J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de la plume de Virginie T mais aussi de Beth, Océane et Luke. Si cette lecture a été assez agréable, elle comporte pour moi un point qui n’a pas été concluant pour moi.

Nous allons directement commencé par ce qui n’a pas été évident pour moi dans cette lecture. C’est beaucoup trop rapide. Le roman est assez court : je l’ai dévoré en une soirée. Ce roman fait 182 pages, il est par définition court. En revanche, lorsque l’on met en place une intrigue où on repart de zéro, où il y a une rencontre, une relation amoureuse et quelques péripéties pour tenir le lecteur en haleine, c’est beaucoup trop court. Je râle quand certains passages sont trop longs mais, ici, j’aurais aimé en avoir un peu à me mettre sous la dent. D’autant plus que ce que j’ai lu m’a beaucoup plu ! J’aurais tant apprécié en savoir un peu plus sur ce qu’Océane pouvait ressentir, sur le passé de Luke ou de celui de Jo. On a quelques informations mais sans plus et c’est vraiment dommage.

Voilà, j’ai râlé, on peut avancer maintenant dans la chronique en vous proposant ce que j’ai apprécié dans ma lecture ! Dans un premier temps, le cadre : un ranch ! J’ai trouvé ça très agréable et dépaysant. C’est vraiment sympathique de voyager (surtout en ce moment) : j’aurais aimé avoir plus de détails mais j’ai aussi apprécié la relation entre Océane, Neige et Eclair. C’est vraiment beau d’avoir une relation humain/cheval de cet acabit. Au-delà du ranch, j’ai apprécié le fait d’évoluer dans une petite ville où tout le monde se connait. On se sent proche de tout le monde et on retrouve cette ambiance si particulière que l’on retrouve dans les petites villes américaines. Ca dépayse complètement. Bien entendu, lorsque l’on parle de ranch, on parle aussi de nature : des plaines à perte de vue, des balades à cheval, l’air frais. On s’y croit et on s’y sent bien !

Dans un second temps, ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, ce sont les personnages. En effet, j’ai adoré la relation mère/fille que propose nt Beth et Océane. On sent bien toute la tension entre les deux femmes, l’incompréhension et la frustration. Océane est jeune, rebelle et ne comprend pas sa mère. Elle lui a pourri la vie en l’emmenant loin de la Nouvelle-Orléans et de son père. Beth avait besoin de repartir à zéro, en héritant du ranch de son grand-père, Beth prend la plus grosse décision de sa vie : refaire sa vie loin de son passé avec Nolan, le père d’Océane qu’on ne peut pas forcément qualifier d’homme idéal. Luke est pompier. C’est un jeune homme que j’ai beaucoup apprécié découvrir : intelligent, doux et taquin, il m’a vraiment beaucoup plu. Son frère Jo est son coéquipier et son meilleur ami, j’ai apprécié le duo qu’ils forment.

L’intrigue a de très bons points. J’ai apprécié les péripéties que l’auteure ajoute à son roman. Le fait que Luke soit pompier était une bonne idée même si j’aurais bien apprécié que l’on pousse un peu plus cette thématique. L’évolution d’Océane est aussi très agréable à découvrir. Elle est une adolescente, elle est un personnage attachiant. On avance de deux pas et on recule d’un mais on finit quand même par avancer ! J’ai aimé le recul des adultes sur la situation d’Océane qui sait qu’il y a des limites à son comportement. Colère, incompréhension, désobéissance, il n’y a pas de doute, la crise d’adolescence pointe le bout de son nez. Du haut de ses 14 ans, elle va se métamorphoser aux côtés des chevaux du ranch. Certaines thématiques sont assez sympathiques dans le sens où on ne les retrouve pas forcément dans toutes les lectures.

Si vous avez envie de vous évader le temps d’une soirée, cette lecture est faite pour vous. Au-delà du fait qu’il m’a manqué des détails et une intrigue un peu plus développée, je conseille cette lecture aux amoureux et amoureuses des jolies romances qui n’ont pas peur de la rapidité dans ce genre d’intrigue. De plus, la plume de Virginie T est très agréable et nous envoie directement aux Etats Unis, c’est chouette ! Fluide et dynamique, on ne perd pas de temps pour découvrir la nouvelle vie de Beth.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La relation Beth/Océane que j’ai trouvé très intéressante et très crédible.
  • Les décors plantés et le rapport à la nature
  • Les personnages qui sont le point fort de ce roman

Encore merci à Evidence Editions pour l’envoi de ce roman =) !

3.5

15

Double morale de Gaëlle Magnier

xcover-6401Résumé : Londres, 1895. Alors que le procès d’Oscar Wilde occupe les colonnes de la presse londonienne, la jeune Betty découvre une aristocratie hypocrite qui met à mal sa bonne éducation. En entrant au service des Trengove en tant que gouvernante, elle se rend rapidement compte qu’un secret pesant, lié à la présence de William Goodfeather – étudiant en arts à la Royal Academy – vient perturber l’équilibre de cette famille de bonne réputation. Lors d’une des célèbres soirées de Lady Trengove, Betty fait la connaissance du capitaine Ashby, qui partage son sentiment quant à la double morale de la noblesse anglaise…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Séma Editions pour cette jolie proposition via SimPlement. Il est inutile de revenir sur mon parcours sur cette plateforme mais je la conseille à tous. Elle est vraiment top !

De mémoire de Pauline, je pense qu’il s’agit de mon premier coup de cœur chez Séma. Je suis vraiment agréablement surprise de trouver cet ouvrage chez eux. C’est fantastique ! Je louchais déjà sur La dramaturge de Gaëlle Magnier mais ici, la tentation était trop grande et comme le dit si bien Oscar Wilde (en anglais bien évidemment mais une traduction s’impose ;)) « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder […] »

Je vais essayer de vous parler de tout ce que j’ai aimé dans ce roman qui est un sacré coup de cœur ♥. J’ai adoré la trame historique : le procès d’Oscar Wilde en toile de fond. Une thématique historique qui va apporter une autre dimension au roman : une dimension homosexuelle très controversée au 19ème siècle.

J’ai dévoré le roman. On fait la rencontre de Betty, une jeune femme qui va devoir se débrouiller dans la vie pour trouver un poste et gagner sa vie. C’est chose faite dans la demeure des Trengove. La famille Trengove cache des secrets et Betty, en tant que gouvernante, va se trouver au cœur d’un tumulte. Le personnage de Betty est très attachant. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’elle soit courageuse, qu’elle ne se laisse pas impression par un titre ou un rang. Elle sait d’où elle vient et sait où elle veut aller. Au sein de la maisonnée, Betty va vite prendre ses marques. Elle va se faire apprécier de tout le monde. Cependant, elle va vite comprendre que quelque chose ne tourne pas rond entre ces deux patrons : Les Trengove sont distants et méfiants. Rapidement, le secret va éclater et propulser Betty dans une aventure dont elle sortira changée pour toujours.

Betty va faire la rencontre de plusieurs personnages qui vont venir bercer cette intrigue. Dans un premier temps, le capitaine Ashby qui va lui faire découvrir les plus belles choses de la vie. William Goodfeather, un jeune peintre qui va venir faire trembler la maisonnée des Trengove mais aussi Lady et Lord Trengove qui vont mettre en place une autre dimension dans cette intrigue.

Le titre « double morale » est assez mystérieux mais l’auteure nous apporte toutes les informations nécessaires à la compréhension de ce titre. J’ai trouvé ça brillant. On se rend rapidement compte que l’auteure sait de quoi elle parle. Ayant fait une thèse sur Oscar Wilde, elle vient apporter ses connaissances par parcimonie. Cela apporte vraiment beaucoup à cette romance historique. Ce roman ne peut pas se réduire à la classification « romance », on y trouve aussi une fresque sociale, un fond historique intéressant et aussi une aventure.

Une chose est certaine, ce roman m’a énormément plu avec tout ce qu’il apporte en termes d’informations et de péripéties. Les personnages sont très bien construits, l’intrigue rondement menée, les décors intelligemment plantés. Le tout étant sublimé par une plume incisive, intelligente et véhiculant les émotions d’une manière formidable. J’ai apprécié le parti pris de l’auteur sur les thématiques abordées et la manière dont les personnages réagissent face à ces dernières.

En définitive, je ne peux que vous conseiller de plonger dans ce roman qui sait captiver son lectorat. Je ne connaissais pas la plume de Gaëlle Magnier mais ce qui est certain c’est que je replongerai rapidement dans un autre univers proposé par l’auteure. La dramaturge me tente beaucoup. Je remercie une nouvelle fois les éditions Séma pour l’envoi et la proposition de lecture.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les thématiques abordées dans la noblesse du 19ème siècle.
  • Le personnage de Betty que j’ai trouvé remarquable.
  • La plume de l’auteure que j’ai franchement adorée !

5

18

Put a ring on it: Tome 01 – Hold me today de Maria Luis

c-romance-hold-me-today-put-a-ring-on-it-1-maria-luis-webRésumé : Le fond du gouffre n’a jamais été aussi tentant. Du moins, c’est ce que je me dis alors que je négocie avec l’ennemi dans le but de le convaincre de rénover mon salon de coiffure. L’ennemi ? Nick Stamos, le frère aîné de ma meilleure amie. Il a le corps et le visage d’un dieu grec, mais sa personnalité aurait besoin d’un bon relooking aussi. Il est trop sérieux. Il suit les règles coûte que coûte. Et est-ce que j’ai mentionné le fait qu’il m’a déjà vue dans le plus simple appareil ? J’ai peut-être craqué sur lui pendant des années, mais le seul endroit où je veux le voir donner de sa personne désormais, c’est dans mon salon de coiffure. Sauf qu’il a besoin d’un service en retour… Une fausse petite amie. Et je suis assez inconsciente pour accepter.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais envie de romance, j’avais besoin de romance. Le résumé était tentant, je n’ai pas hésité plus longtemps et j’ai fait la demande de ce service presse. Grand bien m’en fasse !

Alors là ! Quand il y a une intrigue qui mélange meilleur(e) ami(e), frères et sœurs et relations compliquées, je sors mon pop-corn et déguste les pages avec avidité. J’adore les complications, j’adore les bagarres avec ce petit goût d’interdit. C’est le genre d’intrigues dont j’ai besoin lorsque le temps n’est pas au beau fixe, que la vie n’est pas toujours simple et que j’ai besoin de me déconnecter.

Impossible de ne pas avoir la chanson de la grande Queen B dans la tête en lisant le titre de cette romance, non ? Alors, j’en remets une couche et j’espère que vous la chanterez toute la journée ! J

Je trouve que le résumé est assez parlant et qu’il n’y a pas besoin d’en ajouter à ce sujet. Simple et efficace, l’intrigue ne souffre pas de longueurs. La force de ce premier tome réside dans le duo de personnages principaux que l’on nous propose de découvrir.

Nick Stamos représente certainement l’archétype de l’homme parfait. J’ai découvert un personnage tellement beau et bien construit. Quand je dis qu’il est beau, il n’y a pas que physiquement parlant que ce jeune homme à certains atouts. J’ai beaucoup apprécié ne pas avoir un énième coureur de jupons qui, lorsqu’il parle, nous claque trois insultes sur une phrase. C’est vraiment très agréable. On sort des sentiers battus et j’aime ça. Pour une fois, c’est la figure féminine qui est un plus légère et j’ai trouvé ça très sympathique. Mina est notre personnage principal féminin qui va venir pimenter un peu tout ça.

Ce que j’ai apprécié, c’est le changement de comportement dès que ces deux personnages sont ensemble. En effet, ils se connaissent depuis des années puisque la sœur de Nick est la meilleure amie de Mina. Cela apporte une touche qui fait sourire : les réparties sont assez drôles. Mina n’a jamais été insensible au charme de notre dieu grec. Tiens… Encore quelque chose que j’ai apprécié ! Les origines grecques des personnages. Je trouve ça super chouette ! Cela vient apporter une petite touche d’exotisme et c’est très agréable. Cela permet, encore une fois, de sortir des sentiers battus. Nick va ainsi montrer une autre facette de lui qui ne laisse pas la lectrice que je suis de marbre.

L’auteure parvient facilement à équilibrer l’érotisme et la sensualité avec le reste de l’intrigue. Cela permet d’avoir une romance ancrée dans une réalité certaine mais cela laisse aussi une porte ouverte sur l’intrigue qui va proposer des thématiques assez modernes et originales. Je vous laisse lire ce premier tome pour que vous puissiez le découvrir.

J’ai apprécié pouvoir découvrir les personnages séparément mais aussi ensemble. L’alternance des points de vue permet de faire connaissance avec Nick et Mina mais aussi de comprendre un peu mieux certaines choses. Je trouve qu’ici, l’alternance des points de vue se justifie et permet d’avancer dans la lecture. Véritable page turner, j’ai trouvé que ce roman tenait ses promesses : on se sent bien, on lit quelque chose d’agréable et de bien construit.

La plume de l’auteure est une véritable découverte pour moi et j’avoue que je l’ai appréciée. C’est fluide, dynamique et moderne. Je pense que beaucoup de lecteurs et lectrices seront sous le charme de ces deux personnages qui sont vraiment la force et le moteur de ce roman. Ils apportent une touche de pep’s et de couleur tant ils sont différents. Mina va dynamiser un peu le récit tandis que Nick va nous permettre d’avoir une certaine stabilité dans la lecture.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture qui n’est pas un coup de cœur mais qui reste très agréable. Je conseille ce premier tome et je lirai certainement la suite avec plaisir.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un duo coloré et très intéressant
  • Une plume dynamique et fluide
  • On sort des sentiers battus et ça fait du bien

Encore merci aux éditions Alter Real

4

16

Ghost Love de Loïc Le Borgne

51V+D8hO+hLRésumé : La vie de Mathis a pris un tournant bien sombre depuis que son frère s’est tué en voiture. Oscillant entre soirées alcoolisées avec sa bande d’amis et job étudiant au journal du coin, son été s’étire dans la chaleur et la culpabilité. Il dérive jusqu’à Éléonore, jeune femme pleine de charme et de mystères. Ses goûts, ses paroles, ses passions s’accordent à merveille à ceux du jeune homme, bien qu’elle refuse tout contact physique… Sans cesse ramené au manoir abandonné du coin, Mathis s’embarque dans une histoire qui le dépasse, mais qui pourrait bien l’aider à panser quelques plaies.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Jérôme et les éditions Naos pour l’envoi de ce roman que j’attendais avec tellement d’impatience ! J’ai plongé dans Ghost Love comme si je n’avais rien à perdre. J’ai eu raison ! Quelle belle découverte ! Quelle lecture !

Comme vous le savez, dès qu’il y a une romance, je fonce. Ici, on trouve une romance fantastique et franchement, elle est très bien maitrisée ! L’auteur a trouvé l’équilibre parfait entre réalité et fiction mais aussi entre romance et action.

On fait la rencontre de Mathis, un jeune homme très attachant. Il a perdu son frère dans un accident de voiture : son meilleur ami, sa famille, son repère. La vie sans son frère est différente et compliquée. Sa vie est morne jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’Eléonore. Elle vient éclairer la vie de Mathis au point qu’il en oublie ses soucis. Elle est belle, hors du commun et tellement différentes des filles fades que Mathis côtoie. Pigiste dans un journal le temps d’un été, Mathis va se battre avec Eléonore pour qu’un promoteur ne détruise pas le manoir de sa ville, là où il a l’habitude de trainer avec ses amis.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Mathis qui est un jeune homme blessé par la vie mais surtout calme et réfléchi. J’aime ce genre de personnage. J’ai beaucoup apprécié Eléonore pour le côté mystérieux qu’elle apporte à l’intrigue. Il m’est difficile de vous parler de l’intrigue sans vous en dévoiler une partie. Je vous conseille donc, si vous êtes un lecteur ou une lectrice adepte de la romance fantastique, de plonger dans cet univers.

On a aussi une dimension historique qui se met en place avec le personnage d’Alice Heine. Deuxième femme du prince Albert 1er de Monaco. Elle finira recluse dans son château reniée. Elle va finir par s’entourer des plus grands esprits français : entre littérature et philosophie, Alice Heine s’entoure de noms qui ne nous sont pas inconnus : Hugo, Proust… Elle a inspiré plus d’un de ces auteurs qui sont devenus ses amis. C’est son château que les jeunes de notre époque vont essayer de sauver d’un parc d’attraction.  J’ai beaucoup apprécié cette thématique du sauvetage du patrimoine. En effet, je trouve que cela n’est pas assez présent dans nos lectures. De plus, c’est très original de retrouver cette thématique dans une romance dite paranormale. J’ai trouvé cela très bien amené et construit. L’impulsion de la dimension fantastique se fait avec Eléonore et Alice Heine. Bien entendu avec le titre, on sait très bien que l’on va parler de fantôme mais je ne vous en dis pas plus…

Si j’ai apprécié la dimension fantastique de ce roman, j’ai trouvé quand même deux petits points qui ne m’ont pas forcément convaincue à 100%. Dans un premier temps, j’ai trouvé la séance de spiritisme assez attendue. En effet, Mathis et ses amis se lancent dans une partie d’ « esprit es-tu là ? » au début de l’intrigue. J’ai trouvé cette idée un peu trop attendue malheureusement. Dans un second temps, pour moi, la romance s’installe de manière trop rapide et abrupte dans cette histoire. Cela arrive trop rapidement pour que ce soit totalement crédible.

La plume de Loïc Le Borgne est très agréable. Je trouve que le roman ne souffre pas de longueur. Il se lit très rapidement et de manière très agréable. J’avoue qu’au départ, je me suis demandée où l’auteur allait nous amener. J’ai fait une petite pause au bout de 50 pages… Une fois la lecture reprise, j’ai mis mon nez dans ce roman sans pouvoir arrêter ma lecture. J’ai complètement adoré la dimension historique.

En définitive, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Les personnages de Mathis, Eléonore et Alice sont très agréables. Je les trouve bien construits et ils apportent de la matière à l’intrigue. De plus, l’intrigue est très équilibrée : entre romance et fantastique, j’ai apprécié le fait que l’on soit ni noyé par l’un ni par l’autre. J’ai apprécié le contexte historique ainsi que les personnages qu’il amène. Malgré quelques facilités, on se trouve dans une ambiance romantique que j’ai beaucoup appréciée. La plume de Loïc Le Borgne vient sublimer l’ensemble. Bravo à l’auteur pour ce roman tout en finesse et délicatesse.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages très sympathique. J’ai adoré Eléonore, Mathis et Alice.
  • Le contexte historique est très agréable. Cela apporte beaucoup au roman.
  • La thématique de la sauvegarde du patrimoine que j’ai trouvé intelligemment amenée et très originale dans ce genre de littérature.

4

20

Umbra luna : Tome 01 : la révolte magique de Nina Davis

81dRwu+tYEL.__BG0,0,0,0_FMpng_AC_UL320_SR226,320_Résumé : L’Ordre secret d’Umbra Luna recence les créatures surnaturelles et étudie tous les phénomènes magiques. Jenna, spécialiste des auras, travaille au département des énergies. Lorsqu’elle est envoyée en mission en Irlande, elle est loin d’imaginer ce qui l’y attend. Sous couverture en tant qu’étudiante à l’université de Cork, elle rencontre William, séduisant professeur d’art à l’aura ténébreuse. Très vite, elle le soupçonne de ne pas être qui il prétend mais se retrouve piégée. Un seul choix possible : s’allier à cet homme énigmatique et terrifiant pour survivre. De nombreuses vies sont en jeu, et Jenna ne peut plus rester dans l’ombre, même s’il lui faut affronter de très anciennes et terribles puissances. Et faire face à l’attirance magnétique irrépressible qui la pousse vers William. Série précédemment publiée sous le titre « Lumina Tenebris ». Version retravaillée.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour m’avoir permis de découvrir le premier tome de la saga Umbra Luna de Nina Davis. Ici, j’ai été charmé par le résumé. En effet, la couverture est un peu trop chargée à mon goût. J’ai quand même été au-delà de ce que je pouvais penser de ce torse nu… J’ai trouvé le résumé tentant, il en dit suffisamment sans en dire de trop… Bref, il ne m’en a pas fallu plus comme vous devez vous en douter !

Umbra Luna est une société secrète qui a pour but de recenser toutes les créatures surnaturelles qui existent ainsi que tout ce qui touche à la magie. En effet, la moindre manifestation magique est étudiée. C’est via Umbra Luna que nous allons rencontrer Jenna, une jeune sorcière talentueuse qui travaille dans cette société secrète depuis quelques années. Son patron, David, est un sale type. Détestable à souhait, lorsqu’il comprend qu’il n’obtiendra pas ce qu’il veut de la jeune demoiselle, il l’envoie, en Irlande, étudier un phénomène magique important et inconnu. C’est donc sous couverture estudiantine que Jenna va intégrer l’université de Cork et rencontre William, un professeur particulièrement intrigant…

J’ai beaucoup apprécié l’angle pris pour raconter cette histoire. J’avais peur que cela soit trop surnaturel, je ne suis pas forcément fan des intrigues où un chasseur part à la traque de quelqu’un ou quelque chose. C’est ce que je craignais avec cette histoire mais j’ai rapidement été soulagée de voir que je n’étais pas du tout dans ce genre d’histoire. Le fait que Jenna travaille sous couverture dans une université permet d’avoir un axe assez léger qui permet de respirer et de ne pas s’embourber dans une histoire de créatures.

L’Irlande est une très bonne idée tant la culture et le folklore de ce pays est propice à la découverte de créatures en tout genre. J’ai vraiment trouvé l’idée excellente. Vous savez, sans doute maintenant, que j’ai un gros coup de cœur pour le Royaume Uni et particulièrement pour l’Irlande qui est un pays que j’aime énormément pour sa culture, sa richesse mais aussi son folklore. Quel bonheur de retrouver cette thématique dans une de mes lectures.

Bien entendu, le mystère qui se dégage de William va attirer notre petite sorcière. Ils vont se rapprocher et une certaine romance va naitre entre les deux personnages. J’ai toujours peur que la romance empiète sur un univers comme celui-ci. En effet, une saga fantastique est riche en termes de découverte et de création. Il est souvent compliqué d’équilibrer la découverte d’un nouvel univers et d’une romance. Ici, j’ai été agréablement surprise par le fait que la romance « reste dans son coin » et ne vient pas éclipser le reste de l’histoire. C’est vraiment très intéressant. La romance est sympathique et vient se fondre dans tout le reste de l’intrigue de ce premier tome, c’est très agréable.

Au-delà du monde incroyablement coloré et agréable que j’ai découvert, j’ai apprécié la quête identitaire à laquelle doit faire face Jenna. En effet, sa vie a déjà dû prendre un virage à 180° avec son intégration à Umbra Luna mais, une fois de plus, après certaines révélations, ses convictions et ses certitudes vont être mises à mal une nouvelle fois. J’aime énormément lorsque les personnages principaux de mes lectures ont une psychologie détaillée et ne se contentent pas d’être seulement là physiquement.

Une chose est certaine : je lirai le tome 02 sans aucun doute. Je ne connaissais pas la plume de Nina Davis mais je suis ravie d’être tombée dessus. Alter Real a le don pour dénicher de petites perles et cette plume en fait partie. C’est fluide, dynamique et très agréable. Je trouve que le roman ne souffre pas de longueurs et se lit très bien. Les thématiques sont agréables et équilibrées, l’intrigue rondement menée par des personnages fins et détaillés. J’ai une petite préférence pour Jenna et William (forcément !) mais j’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure mette le folklore irlandais en avant. C’est vraiment un beau et savant mélange que l’on nous propose ici. Le roman n’est pas un coup de cœur mais j’ai, quand même, passé un super moment de lecture !

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Une plongée au cœur de l’Irlande et de l’université de Cork
  • La romance ultra équilibrée avec le reste de l’intrigue
  • Les thématiques abordées que j’ai adorées !

Je remercie une nouvelle fois les éditions Alter Real pour ce partenariat que j’aime tant ! Merci pour votre confiance et votre dévouement. Vous êtes formidables.

4

15

Cry Baby de Capucine B

Cry-babyRésumé : L’amour peut-il guérir les pires blessures ? Brandon travaille comme serveur dans une boîte de nuit branchée de Chicago. Il vit dans un appartement avec sa soeur, Lia, qui tente de survivre mais qui, sans la générosité de Brandon, ne pourrait s’assumer financièrement. Une mère trop protectrice, un père qui a fait de la prison, une soeur dépendante : la vie de Brandon n’est pas de tout repos et le jeune homme a tendance à s’oublier pour aider les siens. Ashley est correctrice dans une maison d’édition. Abandonnée par ses parents et hantée par ses vieux démons, elle doit apprendre à laisser son passé de côté pour pouvoir avancer et enfin toucher du doigt le bonheur. Chicago va-t-elle être le théâtre d’une nouvelle romance ? La rencontre de Brandon et Ashley est-elle une chance ? S’ils s’aiment passionnément, vont-ils être capables de construire une histoire solide et épanouissante ? Capucine B. a toujours écrit de petites histoires, d’abord pour ses amies, au collège, puis pour elle-même. Passionnée de lecture et d’écriture depuis son enfance, elle suit aujourd’hui des études de communication. Son imagination débordante et l’amour des mots lui ont permis d’écrire Cry Baby, son premier roman.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions de l’opportun pour l’envoi de ce roman en service presse. Je vous avoue, sans honte, que j’ai clairement craqué pour la couverture de ce roman. Cette couverture est magnifique. J’adore les couleurs !

On fait la rencontre de deux âmes perdues et déchirées. D’un côté, on a Brandon, un jeune homme très courageux qui m’a énormément plu. C’est un jeune homme qui va aider les siens même si pour cela, il doit s’oublier. Il ne peut vivre pleinement parce qu’il pense à sa sœur Lia qui n’est pas tendre avec lui… Mais aussi sa mère qui ne le laisse pas respirer, un père qui a fait de la prison. De l’autre côté, on fait la rencontre d’Ashley, une jeune femme qui travaille dans une maison d’édition et qui vit beaucoup de mauvaises choses dans la vie : l’abandon de ses parents et une relation amoureuse toxique…

Je ne vous le cache pas : ce roman est une grosse pavasse… Le roman fait plus de 800 pages. Ca peut effrayer plus d’un lecteur, c’est clair. Je pense en rassurer plus d’un en disant que le temps passe quand même assez rapidement.

Je ne vous le cache pas, j’ai adoré les personnages de Brandon et Ashley. J’ai trouvé que ces deux âmes tellement belles ensemble… Malgré le fait que je trouve que la romance arrive trop vite pour moi, j’ai trouvé qu’au fil des pages, elle était belle et crédible. De plus, la narration à la première personne du singulier permet de vivre cette histoire au plus proche des personnages. J’ai aussi adoré le fait qu’il y ait une alternance des points de vue. C’est bien, dans ce cas, d’avoir les points de vue des deux protagonistes.

La romance, même si elle s’installe trop vite pour moi, reste très bien traitée. En effet, on n’a pas d’excédent de guimauve et de rose à paillette. On a des thématiques dures mais qui est très bien assimilées au reste de l’intrigue. En effet, la présence d’une relation toxique est très intéressante. Cela souligne encore plus la crédibilité dont je vous parle. Au-delà de la relation toxique, on a la thématique de l’abandon qui s’installe mais aussi des choses plus sympathiques comme l’amitié, la complicité, la découverte de l’autre… C’est un très bon équilibre.

En revanche, j’ai trouvé les personnages secondaires un peu fades. Dommage, parce que Cole était assez sympathique mais ce personnage s’essouffle vite. Je suis complètement passée à côté du personnage de Becky qui ne me correspond pas du tout. C’est vraiment dommage parce que les personnages principaux sont très bien travaillés. En même temps, cela n’a pas beaucoup d’incidence parce qu’ici, c’est la romance le cœur de l’intrigue. Il est clair que si vous ne voulez pas une romance pure et dure, il vaut mieux passer votre chemin.

En définitive, je suis globalement surprise par ma lecture qui propose la rencontre de deux âmes sœurs. La romance est très prenante malgré une petite rapidité au départ, l’auteure a su prendre son temps dans un second temps et proposer une histoire d’amour crédible. Le personnage d’Ashley est très compliqué : elle a besoin d’amour et de reprendre confiance en elle. Brandon donne toute sa vie pour les autres en s’oubliant… La rencontre va être percutante. Les émotions sont très présentes dans l’intrigue : on passe du rire aux larmes, de la joie à la tristesse… bref on ne s’ennuie pas. Même si je n’ai pas plus apprécié que cela les personnages secondaires, j’ai adoré la psychologie d’Ashley et de Brandon. La plume de l’auteure est une découverte très sympathique, je lirai cette plume de nouveau sans aucun problème.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une romance très crédible
  • Un duo très intéressant
  • Une plume agréable

3.5

15

I will marry you de Marie Ves et Millie Jappe

116417806_287598975800626_6501814243259417783_oRésumé : Alice est une femme indépendante qui vit dans son pays aux merveilles. Ce qu’elle aime dans la vie se résume à son chien, ses cours de yoga, sa passion pour les vertus des pierres et des plantes. Léo est un homme ambitieux qui ne croit que ce qu’il voit. Dans sa vie, il n’y a pas de place pour le hasard, en dehors de sa passion pour les comics, il se concentre sur son job de programmeur informatique. Il est aussi maniaque qu’elle est bordélique. Il est aussi terre à terre qu’elle est rêveuse. Il pense stabilité et avenir, elle veut vivre au jour le jour sans se soucier du lendemain. Leurs convictions et leurs modes de vie si différents seront-ils des barrières trop solides à l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre ?

~ Service presse ~

Je remercie M.E.C éditions pour l’envoi de ce roman. J’étais curieuse de savoir ce que cette romance pouvait donner. J’aime beaucoup la couverture. C’est très frais et cela sent bon la romance… On est parti pour mon avis !

On fait la rencontre de deux jeunes gens : Alice et Léo. Alice est tout le contraire de Léo. Indépendante, courageuse, elle a une passion certaine pour tout ce qui touche aux pierres et aux plantes. Calme et zen, Alice vit dans son monde avec son chien Riquiqui le Saint Bernard. Léo est un jeune homme qui a beaucoup d’ambition professionnelle, il va toujours plus loin, toujours plus haut (et pas toujours plus fort, on n’est pas dans Fort Boyard, oh !). Léo adore les comics, on va dire que c’est un « geek ». Ces deux personnages évoluent dans un monde parallèle. Rien ne semble pouvoir les rassembler mais… Le destin va se charger de tout chambouler dans leurs existences.

J’ai apprécié la narration qui va permet d’alterner les points de vue entre Léo et Alice. Le fait d’avoir choisi la première personne du singulier permet de mieux s’immerger dans les univers des personnages. C’est sympathique.

Clairement, l’idée de base me semblait sympathique. Je n’ai pas non plus ressenti un engouement de malade mais c’était une lecture qui pouvait être sympathique entre deux gros pavés, par exemple. Puis, je suis de nature très curieuse, donc, je me suis plongée dans cette lecture en me disant que ça allait le faire. Résultat ? C’était sympathique mais certains petits points ne m’ont pas forcément plu plus que cela.

Dans un premier temps, il y a trop de références «geek ». En effet, on est inondé sous les références. Je pense à la série The Big Bang Theory par exemple qui est citée assez souvent. Je ne suis pas fan de cette idée dans le sens où je ne suis pas certaine qu’un geek va toujours faire des références à cela. Cela donne un côté hyper gamin au personnage de Léo et franchement, pour côtoyer des vrais «geek », je vous assure que c’est très réducteur. C’est dommage. En revanche, j’ai apprécié en découvrir plus sur la lithothérapie.

Alice est un personnage que j’ai apprécié dans son ensemble. Si j’ai eu du mal avec le personnage de Léo, avec Alice c’était agréable. En revanche, j’ai plus apprécié le duo que les personnages traités de manière indépendante. Léo et Alice ont leurs caractères propres. Ca fait des étincelles. La répartie est au rendez-vous et c’est avec beaucoup d’humour que l’on découvre les péripéties de ces deux personnages. C’était vraiment très drôle. J’avoue que ça a rééquilibré mon ressenti sur ce roman. J’ai trouvé que les échanges étaient frais, fluides, dynamiques et modernes. L’histoire d’amour est semée d’embûches et d’obstacles. On se retrouve avec deux personnages qui sont très têtus et qui ne reviennent pas facilement sur ce qu’ils disent ou leurs convictions. C’est une histoire pleine d’émotions diverses. Je suis certaine que beaucoup de lectrices et lecteurs pourraient être séduits.

On n’est pas en reste au niveau des personnages secondaires. J’ai beaucoup apprécié la maman de Léo qui est une maman dite chiante mais qui veut le bonheur de son fils. C’est d’ailleurs elle l’instigatrice de la rencontre entre Alice et Léo. Elle apporte une bonne touche d’humour à ce roman et c’est très sympathique. Il y a aussi Olivier, le meilleur ami de Léo. Bon, j’ai été moins touchée par lui mais je trouve que ce personnage est aussi sympathique.

Les plumes sont très sympathiques et fraiches. Le rendu de ce roman à quatre mains est très intéressant. Il prouve que, même si un personnage ne nous plait pas plus que cela, ce n’est pas pour autant qu’on ne peut pas apprécier le roman. J’aime beaucoup ça !

En définitive, ma lecture a été agréable. J’ai eu quelques petits soucis avec les nombreuses références et avec le personnage de Léo qui soulève, pour moi, trop de stéréotypes par rapport au profil geek et c’est dommage. Alice est aussi un personnage sympathique mais sans plus. En revanche, le duo Léo/Alice est explosif et très drôle et permet de rebondir rapidement dans l’intrigue. Ceci est assez agréable. J’ai aussi apprécié les plumes des auteures.

03 bonnes raisons pour lire ce roman :

  • La répartie dont les deux personnages principaux sont dotés.
  • Les personnages secondaires qui sont sympathiques et le duo Léo/Alice
  • Les plumes agréables et fluides des auteures.

3

18

L’âme cœur de Sandra Duhot

xcover-5823Résumé : Constance, Adam et Sarah se lient d’une pure et profonde amitié sur les bancs de l’université. Quelques années plus tard, au moment de s’engager dans leur vie d’adulte, ils ne peuvent concevoir de rompre l’attachement si particulier qui les unit. Persuadés de pouvoir se contenter d’un simple compromis, chacun se fait la promesse de se revoir tous les quatre ans en un lieu spécifique, choisi à tour de rôle. Constance s’envole alors pour les États-Unis, où elle convole en justes noces. Adam part pour la Grèce afin d’y intégrer la célèbre école française d’archéologie. Sarah, professeure à la Sorbonne, s’installe à Paris et renoue avec ses racines provençales qui vont la conduire de Vauvenargues au nord d’Aix-en-Provence jusqu’aux calanques de Marseille et lui révéler le douloureux secret de sa naissance. Entre chassés croisés amoureux, souffrances conjugales et retrouvailles chargées de vaines promesses, chacun tente de trouver le bonheur. Mais comment être heureux loin de ses convictions profondes en niant l’essentiel : le lien indéfectible qui unit ces trois êtres à la vie, à la mort ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais déjà croisé la route de la plume de Sandra Duhot, c’était donc, pour moi, un plaisir de tenter l’expérience de nouveau avec une nouvelle histoire, un nouveau genre et un nouvel univers.

Ce roman est très agréable. Je l’ai lu sur une soirée tellement j’étais happée par l’histoire. On fait la rencontre de Constance, Adam et Sarah. Trois personnages qui vont être les personnages principaux de cette intrigue. Ces trois personnages vont rapidement devenir de véritables amis. Très proches, ils commencent leurs études ensemble. Ils sont inséparables et se connaissent comme leur poche. C’est une belle relation qui se tisse au fil des pages et des années.

Rapidement, les ambitions professionnelles vont faire surface. Cela va commencer doucement : ils vont choisir des orientations différentes, des options universitaires différentes, puis les chemins vont se séparer un peu plus : les carrières professionnelles vont prendre un virage à 180° lorsque Constance va quitter la France pour les Etats-Unis et y faire sa vie, qu’Adam va intégrer un programme d’archéologie en Grèce et que Sarah va commencer sa vie de professeur universitaire en France, à la Sorbonne.

Honnêtement, d’habitude, j’ai toujours une préférence dans un trio. Ici, j’ai trouvé très intelligent le faire de pouvoir traiter ces personnages comme une entité unique mais aussi savoir les séparer et les « rencontrer » de manière isolée. Cela permet de mieux les découvrir et les cerner. C’est vraiment très sympathique. Ainsi, on s’attache à eux et on va les voir évoluer dans leurs vies personnelles et professionnelles. C’est le trio que j’ai grandement apprécié dans l’ensemble. Ils sont très attachants. Ces personnages marquent le fait que l’amitié, sous sa forme la plus forte et intense, va rapidement migrer vers un amour certain. Ils deviennent une véritable famille les uns pour les autres.

C’est pour cette raison que tous les quatre ans, les amis se retrouvent dans un lieu qu’ils choisissent à tour de rôle pour se retrouver. Une parenthèse accueillie avec bonheur à chaque fois. Il est toujours difficile de reprendre le cours de la vie et du quotidien mais j’ai trouvé l’idée belle et sensible. Ils sont là les uns pour les autres et j’adore cette idée.

La narration externe va se diviser en plusieurs chapitres et plusieurs années. Si cette narration va permettre de suivre les trois personnages, on va passer un peu plus de temps avec Sarah qui est très touchante. On a rapidement envie de la prendre sous notre aile et de l’aider du mieux que l’on peut. On va aussi avoir la thématique du passé qui est très présente. En effet, il va falloir comprendre et accepter son passé pour pouvoir avancer. Ce n’est pas donné à tout le monde. Je pense que j’aurais préférée une narration à la première personne avec une alternance des points de vue. En effet, on apprécie ce que l’on lit mais on n’est pas forcément dans le vif de l’action.

« La qualité première d’une amitié vraie n’était-elle pas précisément de trouver le bon dosage entre une écoute attentive, un partage des expériences et une entraide désintéressée de tous les instants ? Les conseils prodigués devaient rester des conseils et l’orientation des choix laissée à l’appréciation de la personne concernée. En cela, l’amitié se différenciait de l’amour qui, avec le temps, pouvait être dévoyé vers une forme de possession et d’autoritarisme des partenaires, ces derniers oubliant, volontairement ou involontairement, le sens profond de l’amour »

Au-delà de ces thématiques abordées, Sandra Duhot m’a surprise plus d’une fois. C’est vraiment très sympathique et cela rend la lecture prenante et inoubliable. Franchement, c’est un très bon roman : une jolie ode à l’amitié qui ravira plus d’un lecteur. On soulève des thématiques dures et difficiles mais l’équilibre est parfait. La plume de Sandra Duhot est très fluide, elle véhicule les émotions d’une manière subtile et poétique. Les descriptions sont très jolies, l’auteure sait de quoi elle parle et ça se sent. On est propulsé dans une histoire qui nous propose de jolis voyages.

En définitive, voici une superbe découverte ! Je suis ravie d’avoir remis le nez dans l’univers de Sandra Duhot. Les personnages sont bien campés, les descriptions très bien maitrisées ainsi qu’une plume qui nous propose des thématiques difficiles et une jolie ode à l’amitié, la vraie.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une histoire qui met l’amitié en avant. Je suis vraiment sous le charme de cette amitié.
  • Le trio de personnages mis en avant, c’est top !
  • Les descriptions très bien faites et crédibles.

4

20

Cuba libre de Céline Jeanne

41doT1xKw+L._SX195_Résumé : Cristina est Cubaine, Ethan est Américain… Leur rencontre improbable va-t-elle faire naître une belle histoire d’amour ? Un roman aux multiples rebondissements… Une rencontre peut tout changer. À cause d’une rupture des ligaments, les rêves d’Ethan, espoir du football américain, ont été brisés à tout jamais. Son monde a explosé, ses repères se sont envolés, il a perdu pied et a abusé des antidouleurs jusqu’à l’overdose. Après une cure de désintoxication, il est contraint de rejoindre sa mère partie se ressourcer à Cuba. Ethan n’espère rien de ce voyage, mais ce qu’il découvre sur cette île pourrait bien changer sa vie. Parce que là-bas, il rencontre Cristina, une beauté cubaine qui l’attire irrésistiblement et le met à l’épreuve. Cristina se bat au quotidien pour survivre dans une société en pleine évolution. La jeune femme porte sur ses épaules le poids des dettes de son frère, ancien toxicomane, et semble hantée par ses propres démons. Elle est belle, sportive, convoitée, notamment par El Faro, un puissant dealer qui, dans l’ombre, fait sa loi à La Havane. Il veut la posséder à tout prix. Elle, elle veut juste survivre et garder sa liberté. Et puis, elle croise Ethan : il est arrogant, séduisant et tourmenté, mais aussi loyal, courageux et obstiné. Il l’exaspère, la défie, mais l’apaise aussi. Ils viennent de deux univers différents et n’auraient jamais dû se rencontrer. Mais le destin en a décidé autrement… La puissance du lien qui les attire l’un vers l’autre sera-t-elle suffisante pour leur permettre d’échapper à leur passé ? Ethan saura-t-il se construire un avenir avant de se briser définitivement ? Cristina pourra-t-elle sortir indemne de ce monde qui veut la dévorer ?

~ Lecture prix des auteurs inconnus 2019 ~

Je remercie chaleureusement le prix des auteurs inconnus pour leur travail. En effet, je suis très heureuse de faire partie du jury depuis quelques années. Cette année se clôt dans la catégorie « romance » avec le roman de Céline Jeanne : Cuba Libre.

Je ne vais pas vous mentir, Céline Jeanne est une auteure que j’aime beaucoup. Elle prend toujours un cadre hispanique dans ses romances et j’avoue que ça me plait : en effet, cela change de ce que l’on peut trouver dans les lectures actuelles et c’est plutôt très sympathique ! J’aime beaucoup la plume de l’auteure ainsi que sa volonté à donner du corps et du fond à ses romances. Elles portent toujours des thématiques fortes et mettent en valeur les femmes. Ça, c’est très important pour moi.

Ici, nous faisons la rencontre de Cristina, une jeune femme habitant à Cuba. Cuba est une île assez paradisiaque sauf pour ceux qui y vivent. Elle rime avec pauvreté, drogues et réseaux de délinquants. Au service des touristes ignobles dans un hôtel de l’île, Cristina essaye de gagner sa vie pour faire vivre sa famille et d’étudier en même temps. Nous rencontrons aussi Ethan, un jeune américain qui a dépassé les limites : son rêve d’être un jour un sportif de haut niveau est derrière lui. Il a essayé de se guérir à coups d’antidouleurs : une mauvaise idée qui le conduit à l’overdose et à la cure de désintoxication. Il doit rejoindre sa mère qui est en vacances à Cuba. La rencontre avec Cristina est inévitable et formidable. Une histoire incroyablement intense qui va nous proposer de lire une relation amoureuse qui semble impossible et pourtant…

Si l’idée de base m’a beaucoup plu, je dois aussi souligner la seule chose qui ne m’a pas83635699_10216845068819798_5287050577543430144_n émoustillée que ça : le résumé. C’est beaucoup trop long et révélateur. A la fin de ma lecture, j’ai été lire le résumé du second tome… C’est aussi spoilant que le résumé du premier tome. Je trouve ça dommage parce que le résumé en dit de trop. C’est vraiment dommage. Bien entendu, l’auteure nous réserve des surprises mais je trouve quand même ça dommage.

La Havane est l’endroit où habite Cris. C’est idyllique sur la carte postale mais nous découvrons rapidement que vivre là-bas n’a rien d’idyllique. En plus d’avoir sur les épaules la pression de devoir subvenir aux besoins de sa famille, elle doit aussi garder un œil sur son frère qui n’est pas en reste lorsque l’on parle de faire des bêtises ! Elle a toujours peur qu’il retombe dans ses travers et j’avoue que j’ai eu mal au cœur pour elle à plusieurs reprises. Cette situation n’est pas normale bien que nécessaire. Elle renonce à tout pour sa famille, elle s’oublie complètement et c’est dommage. Cris est une athlète. C’est la seule chose à laquelle elle ne renonce pas. Elle est tellement douée qu’elle a attiré des gens autour d’elle : des mauvaises personnes qui lui veulent du mal. L’intrigue est plutôt chouette de ce côté-là. C’est très sympathique.

Ethan est américain, il vient à Cuba pour « les bons côtés ». Il est un touriste et ne voit que le luxe que l’île met en place pour les touristes aussi mal élevés que mal polis. Ethan est un jeune homme que j’ai appris à apprécier au fil de mal lecture. Il est, pour moi, imbuvable au début du roman. Néanmoins, il évolue rapidement et change au contact de Cristina. C’est très agréable. J’aime beaucoup l’idée. Ethan avait besoin d’un coup de main et c’est Sainte Cristina qui va le lui donner. Ethan a aussi un côté rassurant pour Cristina qui a beaucoup de mal à faire confiance aux hommes depuis quelque temps. Ils ont un effet bénéfique l’un sur l’autre et cela rend la relation qui se tisse encore plus jolie.

Les passés de ces personnages vont entrer en collision et permettre à l’auteure de soulever des thématiques assez intéressantes. Au-delà de ces passés et vies très différentes, on va aussi assister au choc des cultures, des traditions et du mode de vie de ces deux personnages qui semblent être aux antipodes. Le fossé entre ces deux personnages semble trop important pour être franchi : Cristina, la fille forte mais fragile, blessée par la vie, Ethan, le jeune homme qui ne cache pas qui il est mais qui ne sait pas comment faire pour franchir tous les obstacles entre eux deux.

La narration permet de vivre l’intrigue pleinement. En effet, en choisissant la première personne du singulier, l’auteure permet aux lecteurs de s’immerger complètement dans cette intrigue. C’est assez intelligent et cela apporte de la profondeur aux personnages et à ce qu’ils vivent.

La plume de Céline Jeanne est toujours aussi belle, juste et fluide. Elle est sincère et propose de pénétrer dans une intrigue aux multiples thématiques qui vont, elles aussi, donner beaucoup de profondeur à l’intrigue. C’est très agréable et dépaysant d’avoir une romance qui se déroule à la Havane.

Je félicite Céline Jeanne pour son travail de qualité qui permet au lecteur de passer un moment de lecture très agréable et sans longueur. Je suis toujours ravie de m’immerger dans un roman de l’auteure. Cuba Libre n’est pas l’exception : il est à lire ainsi que sa suite dans laquelle je me plongerai avec plaisir dans quelque temps.

Cuba Libre vient donc clore ma participation à la catégorie « romance » avec brio.

Retrouvez le PDAI par ici :

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un dépaysement total grâce à la Havane.
  • Le choc des cultures et le choc social que l’on nous propose de découvrir
  • Le duo Cristina/Ethan

4

21

No way de Céline Jeanne

no-way-1358680-264-432Résumé : Accro au chocolat et aux parties d’échecs, fan de super héros, Teodora est une étudiante comme tant d’autres, du moins, elle aimerait bien… Difficile de ne pas attirer l’attention quand votre frère jumeau est un surdoué du sport, une étoile montante du foot et que vous habitez Barcelone. Elle déteste cet univers et tout ce qui va avec, les médias et les groupies en particulier. Elle a une certitude : sortir avec un sportif ? Jamais de la vie ! Plutôt dormir avec Marcelino, l’iguane de sa colocataire. Dante est l’attaquant vedette de l’équipe B du Barça, il espère pouvoir suivre les traces de Lionel Messi. Son enfance difficile dans un bidonville de Buenos Aires l’a marqué à vie. Il a connu la misère, le dénuement, et il veut mettre sa famille à l’abri du besoin. Pour toujours. Les filles ? Il les collectionne. Mais s’engager ? Jamais de la vie ! Il est parti de trop loin pour tout foutre en l’air. Sauf que… Ils devraient le savoir, on ne doit jamais dire jamais…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais adoré la plume de Céline Jeanne dans Solo Tu, je n’ai donc pas hésité une seule seconde malgré le fait que la couverture ne soit pas forcément à mon goût.

On fait la rencontre de Teodora, Teo, qui est une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée. Teo est un personnage frais, dynamique, qui sort des sentiers battus. En effet, elle adore les super-héros, les échecs et le chocolat. Sa naïveté d’enfant n’est pas une faiblesse, au contraire. C’est une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche malgré une volonté de ne pas trop se faire voir et de faire sa vie de son côté. Teo à un frère : Jaume. Si Teo est calme, réservée et plutôt responsable, son frère jumeau est tout le reste. Faisant partie de l’équipe B du Barça, il est extravagant et ne sait pas rester en place. Obligé de se vanter de ses exploits, il m’est apparu comme insupportable dès le début. Ultra protecteur envers sa sœur, les jumeaux vont faire des étincelles ! J’ai vraiment apprécié retrouver la thématique de la relation frère/sœur et surtout quand les personnages sont des jumeaux.

Dante est un jeune homme bien sous tous rapports. C’est un jeune homme sportif, un brin vantard mais il veut réussir ses études si son plan A ne fonctionne pas comme prévu. Footballeur talentueux, il veut percer dans cette profession. Sachant pertinemment que la carrière d’un footballeur peut être éphémère, il se donne toutes les possibilités pour réussir dans la vie. Dante va avoir une sacrée responsabilité au sein de l’équipe : prendre sous son aile un électron libre de son équipe pour prouver qu’il mérite sa place de capitaine. Sa rencontre avec Teo va être explosive et très drôle. Ces deux-là vont vous faire passer un très bon moment de lecture.

J’avoue que ma lecture n’est pas un coup de cœur même si j’ai passé un très bon momenttéléchargement de lecture ! J’ai beaucoup apprécié le fait qu’il y ait un équilibre certain entre les passions de Teo et de Dante. On n’est pas dans un roman 100% football même si celui-ci reste présent. Je trouve que la thématique est exploitée sans trop en faire et ça, c’est chouette parce que le football n’est pas forcément ma tasse de thé. Le caractère des personnages est aussi très bien construit. La plupart du temps, on n’est pas dans les stéréotypes de sportifs décérébrés même si Jaume peut vraiment nous faire penser à cette idée de sportif fêtard qui ne doit rien à personne. Néanmoins, j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure va venir contrebalancer ce caractère un peu fou avec le personnage de Dante qui sait ce que la difficulté veut dire : sa jeunesse il l’a passée à essayer de gagner de l’argent pour aider ses parents. Buenos Aires et ses bidonvilles était sa maison. Il est aussi un personnage qui porte un poids assez lourd sur ses épaules. Cela lui donne beaucoup d’ampleur au personnage. Dante est un personnage complexe et c’est aussi très sympathique d’en trouver dans des romances de ce genre.

Les personnages secondaires sont très intéressants aussi. J’ai beaucoup apprécié découvrir la colocataire de Teo, les membres de l’équipe de Dante… Bref, c’est un petit cocktail frais de caractères en tout genre qui vient bercer l’intrigue. C’est vraiment très agréable d’avoir un petit vivier de personnages secondaires comme celui-ci.

Là où, pour moi, les choses se sont un peu corsées, c’est avec les scènes érotiques. Même si je comprends tout à fait le fait que la manière dont on amène les choses et le vocabulaire choisi collent au personnage un peu volage de Dante, je n’ai pas du tout apprécié ces moments. Ce sont des moments trop crus, trop vulgaires et trop nombreux pour moi. L’énergie et le caractère de Teo viennent un peu chasser mon appréhension de ces moments mais ce ne sont pas mes préférés de l’histoire.

La plume de Céline Jeanne est une force incroyable. Elle a un don, c’est certain, pour apporter à son intrigue un côté original tout en parlant de thématiques importantes. C’est une intrigue fluide, forte et dynamique qui nous est proposée ici. Les personnages sont très bien travaillés et construits. J’ai trouvé que c’était vraiment le point fort de cette intrigue.

Comme d’habitude, Céline Jeanne nous propose une histoire avec de réelles thématiques importantes. C’est une romance très sympathique qui prend le temps, avec une certaine dose d’humour et qui vous permet de décrocher de votre quotidien. Plongez avec Teo & Dante au cœur de l’Espagne, au cœur du Barça et des super héros ! Bravo à l’auteure pour cette romance équilibrée, sans faille qui était très sympathique à découvrir.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le duo Dante/Teo que j’ai apprécié découvrir et voir évoluer
  • La thématique du football qui est très équilibrée dans l’intrigue, c’est très bien.
  • La plume de Céline Jeanne que j’adore !

4