10

Le dernier secret de Versailles – J.M. Riou

versailles-1Bonsoir,

Je sais, je sais… Le blog fut à l’abandon quelques mois, problèmes personnels + cours + travail font que j’ai du faire des choix qui ne m’ont pas forcément plu… Mais me revoilà! 🙂

Je tiens à remercier Gilles Paris pour l’envoi de ce nouveau service presse.

Quatrième de couverture: Louis XIV a réussi son pari : construire le fabuleux palais de Versailles. Des milliers d’hommes et de femmes, artistes, bâtisseurs, riches ou va-nu-pieds, ont rejoint l’aventure du chantier de toutes les promesses. Et c’est fait : Versailles illumine le règne du Roi-Soleil. Sa renommée s’étend jusqu’au lointain royaume de Siam.
Mais ce triomphe a son revers : tous les travers de l’homme se donnent rendez-vous dans le huis clos d’une cour prisonnière des intrigues et hantée par des êtres malveillants et retors.
Dans ce monde qui n’admet aucune faiblesse, Amandine Le Faillon, héritière de l’entreprise Pontgallet, commet l’erreur impardonnable d’être trop belle. Elle a attiré le regard du roi, provoquant la marquise de Maintenon. Et le talent de Jean, son époux, inquiète l’architecte Hardouin-Mansart. Jalousie, trahison, rivalité, la machine à détruire le bonheur est en marche. Qui peut les sauver ? Seul un ultime affrontement livrera la réponse : c’est le dernier secret de Versailles

Mon avis : Je vous avoue que ce roman a été lu en deux temps. J’ai eu du mal à me remettre dans ma lecture et c’est donc pour moi un avis en demie teinte.

Les points positifs sont quand même au rendez-vous. Effectivement j’ai beaucoup aimé l’ambiance que l’auteur nous propose. Il est vrai que j’ai toujours eu un petit faible pour l’univers de Versailles surtout lorsque Louis XIV était roi. Et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé mon roi préféré. Autre point positif c’est la facilité d’accès de cette lecture: en effet, c’est le quatrième tome d’une saga. Figurez-vous que je n’ai pas lu les trois premiers tomes et cette lecture a été comprise sans aucun problème! J’ai beaucoup apprécié cet aspect du roman. Autre point positif, c’est l’implication de l’auteur dans ce roman. J’ai vraiment beaucoup apprécié. Les personnages sont sympathiques et très envoutants! On a vraiment envie d’en savoir plus sur eux.

Maintenant, je vous avoue que le roman en lui même m’a pas forcément transporté. La construction du château est terminée et les intrigues m’ont un peu ennuyées. J’ai fait une pause dans ma lecture parce que j’avais vraiment peur que mon ressenti soit un peu faussé. Alors j’ai mis un peu beaucoup de temps à terminer ma lecture.

Avis court mais je pense que la meilleure des choses pour vous faire votre avis c’est de lire ce roman qui vaut quand même le détour! L’auteur a une très belle plume et je pense vraiment me laisser tenter par le reste de la saga.

En bref: un roman en demie-teinte: J’ai eu des moments d’ennui mais d’autres pleins de rebondissement. qui m’ont aidé à terminer ma lecture. Intrigues déjà vues et un peu ressassées mais la plume de l’auteur apporte beaucoup au roman! 

Ma note : 14/20

 beach_gate_weheartit

28

Les ailes d’émeraude – A. De Lys

les-ailes-d-emeraude-498984Quatrième de couverture: À 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat dans lequel elle vit depuis l’accident qui a tué sa mère. Seule au monde et lâchée dans la ville, elle a la désagréable et persistante impression d’être suivie… Un soir, elle est violemment agressée par deux inconnus. Très mal en point, elle est sauvée de ce mauvais pas par un mystérieux et séduisant garçon, Gabriel. Leur rencontre n’est pas un hasard. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle appartient aux Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels. En pleine métamorphose, la jeune fille se lance dans cet univers totalement nouveau avec l’espoir de percer, enfin, les mystères de son passé.

Mon avis : Dans un premier temps, je remercie une nouvelle fois, Gilles Paris et les éditions Nouvelles Plumes pour ce partenariat.

Ma lecture a été en deux temps. J’ai beaucoup apprécié ma lecture jusqu’à la moitié du roman (qui fait quand même 700 pages!). J’ai aimé découvrir le passé, la vie de Cassiopée qui est une héroïne haute en couleur. J’ai aussi beaucoup aimé découvrir le monde des Myrmes.

J’ai eu un petit moment de flottement mais rien de bien grave, la lecture a vite repris beaucoup d’intérêt pour moi. C’est un roman très intrigant. Il renouvelle le genre. J’en avais un peu marre des loups garou et des vampires. C’était très frustrant pour moi de lire un livre de ce genre. Cependant, l’auteure fait ici preuve d’un talent indéniable.

Cassiopée est une jeune fille de 18 ans qui voit sa voie et son existence changer. C’était intense et fort de la voir se transformer et évoluer dans un monde inconnu. On se rend compte de sa force de caractère mais aussi de sa force physique. Gabriel est un homme franchement plus direct et franc. Il m’a mis plus d’une fois mal à l’aise. Je n’ai pas su apprécier le personnage autant qu’il le faudrait. Néanmoins, j’espère que s’il y a une suite, les personnages vont un peu évolués. J’ai beaucoup aimé le panel de personnages que l’on nous propose. C’est très divertissant.

Seul reproche que je pourrais faire à ce roman c’est les remarques par moment un peu trop « clichées » pour moi. Même si on retrouve un certain humour dans les joutes verbales entre Cassiopée et Gabriel par exemple, je n’ai pas su me greffer à leur couple comme je l’ai déjà fait avec d’autres personnages. J’ai eu un peu de mal avec les répliques cinglantes et humoristiques proposées par l’auteure mais ça n’a absolument pas gâché mon plaisir

L’histoire en elle même est bien trouvée. Un beau monde se dessine face à nous. C’est vraiment très intéressant. On est en pleine découverte et c’est très plaisant d’avoir de la nouveauté à se mettre sous la dent.

La plume de l’auteure est vraiment très belle. Elle nous emporte dans son monde sans aucun souci. J’ai vraiment hâte de lire la suite de ce roman. Bien qu’imposant, ce dernier reste vraiment une lecture très agréable.

En bref: Une lecture très agréable malgré quelques petits bémols pour moi. J’attends la suite avec impatience. 

Ma note : 17/20 

beach_gate_weheartit

24

Drôle de Karma – S. Henrionnet

couverture-drc3b4le-de-karma-sophie-henrionnetQuatrième de couverture: Joséphine n’est pas une ballerine de la vie, Joséphine est un boulet de la vie. Elle fait partie de ceux qui « se vautrent lamentablement, leurs collants se filent et en se redressant elles se tapent la tête contre la table où les deux anglais si sexy prennent un verre, qu’elles renversent évidemment. » Et en plus, Joséphine a une poisse d’enfer. Entre son copain qui la largue comme une vieille chaussette et son insupportable voisine qui se fait assassiner, à coups de pot de fleurs, par des russes louches, juste sous ses yeux, Joséphine n’est pas sortie de l’auberge. Son drôle de karma l’entraîne (et nous avec) jusqu’en Angleterre, dans une aventure rocambolesque, qu’on ne va pas oublier de sitôt.

Mon avis: A lire très très rapidement ! J’ai passé un excellent moment avec Joséphine et sa malchance.

C’est une bouffée d’air frais ce roman ! J’ai adoré les petits tracas de Joséphine et les catastrophes qui lui arrivent. Franchement… C’est un livre qui renouvelle le genre chick-lit qui m’avait un peu lassé ces derniers temps.

Joséphine est une trentenaire avec une vie « moyenne » boulot, mec, appartement. Tout pourrait être mieux mais, aussi bien pire. Sa vie n’est pas désagréable mais, pourrait être bien plus agréable enfin vous voyez le genre.

J’ai beaucoup adoré le craquage de Joséphine au restaurant. Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus, sinon je vous dévoile tout et de plus, vous ne pourriez pas mourir de rire à votre tour.

Les péripéties sont excellentes. C’est vraiment le genre de quiproquo qui sont incroyablement drôles. A mon avis,  j’ai beaucoup aimé. Il m’est difficile d’en parler sans vous dévoiler beaucoup de choses. Mais je vous conseille vivement de courir l’acheter dès que vous le pouvez.

Humour forcément très présent. J’ai adoré le moment où Joséphine arrive en Angleterre en se faisant passer pour sa sœur  L’humour de Joséphine et l’humour anglais (spécialité du Pays) font KA-BOUM. C’était mythique. La rencontre des deux humour m’a bien fait rire. Charly est l’homme britannique par excellence, un peu coincé mais drôle. Ses sentiments bien cachés sous sa carapace d’anglais m’a fait retraverser la frontière. Je m’y croyais complètement. J’ai eu un faible pour Charly parce que d’abord j’adore ce prénom et le personnage en lui-même m’a séduite. J’ai réellement vécu cette histoire avec les personnages. C’était fantastique.

Ce livre regroupe tout ce que j’aime. L’humour détonnant de Joséphine, le côté thé-livres avec son amie en France. Et l’Angleterre que j’ai adoré revisiter.

De plus, petite particularité de ce livre : on suit une sorte « d’enquête policière » avec l’assassinat de sa voisine par un pot de fleurs. Tout le long du roman, on suit donc la vie de Joséphine mais, aussi cette enquête policière qui va nous emmener bien loin. On mélange tout cela avec un petit scandale près à éclater au nez de la richissime famille de Charly et le tour est joué. Nous avons tout ce qu’il faut pour passer un très agréable moment.

En parlant de la famille de Charly, il faut absolument lire ce livre pour sa grand-mère. Complètement déjantée. Elle m’a fait rire du début à la fin. Un vocabulaire à hurler de rire. Et des remarques on ne peut plus acerbes ! J’adore !

Ce roman frôle le coup de cœur parce que j’aurais voulu une fin encore plus heureuse ! Même si j’étais comme une guimauve devant les dernières pages de mon roman, j’en aurais voulu un peu plus. Hormis cette petite remarque, c’est un sans faute pour moi!

Le style de Sophie Henrionnet est très rafraîchissant et doté d’un certain humour ! En bref, j’ai adoré! Je le conseille à toutes les filles qui pensent que leur vie est catastrophique : Joséphine va vous prouver le contraire et avec classe et humour en plus !

Un grand merci aux Editions City pour ce joli partenariat !

En bref : une super chick lit qui vous réconcilie avec la vie en un rien de temps. Surtout en ce moment, il fait froid et tout gris, c’est un rayon de soleil! A consommer sans modération. 

Ma note : 19/20. 

beach_gate_weheartit

23

Malenfer T1 – Cassandra O’donnell

malenfer,-tome-1---la-foret-des-tenebres-519794-120-200Bonjour les amis, voilà une petite chronique pour un livre jeunesse que j’ai bien apprécié.

Quatrième de couverture: Malenfer, la forêt maléfique, grandit et s’approche chaque jour davantage de la maison où vivent Gabriel et sa petite soeur Zoé. Seuls depuis le départ de leurs parents, partis chercher de l’aide en terre de Gazmoria, les enfants doivent faire face aux ténèbres qui recouvrent lentement Wallandar. Mais aussi à un tout nouveau danger : ni les visions de Zoé, ni ses pouvoirs magiques ne parviennent encore à l’identifier…

Mon avis : J’ai choisi ce roman parce que la couverture est très belle et donne vraiment envie de se lancer dans la lecture. De plus, j’étais aux Halliénales et je n’ai pas eu la chance de pouvoir rencontrer Cassandra O’donnell.

J’ai bien apprécié cette petite lecture jeunesse. Je connaissais Cassandra O’donnell dans un registre beaucoup plus féminin avec Sans orgueil ni préjugés. C’est une belle surprise de la retrouver dans un monde complètement différent. De plus, le livre a été écrit avec l’aide d’une classe de petits bouts de ma région. Alors la surprise fut encore plus grande. J’ai beaucoup apprécié cette attention.

L’histoire en elle-même est très originale. Malenfer est une forêt maléfique qui s’approche de plus en plus de la ville où vivent Gabriel et Zoé qui vivent seuls depuis que leurs parents sont partis chercher de l’aide.

Zoé est une petite fille particulière. Elle « sent » les choses et est très proche de son frère Gabriel. Ils sont très proches et j’aime beaucoup cette relation frère et soeur.

Lors de cette histoire, on se rend compte de beaucoup de choses et on répond à beaucoup de questions. On s’attache forcément aux deux petits et à leurs amis qui sont « seuls au monde ». Des créatures comme professeurs, des amis particuliers, des comportements douteux… Tout est rassemblé pour avoir une bonne histoire! Ce qui est le cas. On retrouve la plume de Cassandra O’donnell et ça fait du bien!

Une histoire pour les jeunes qui est prenante et même à 21 ans, on peut encore apprécier. J’attends le tome deux de pieds fermes! Cette histoire peut donner l’envie à beaucoup d’enfants de vouloir lire plus. Et ça, ça fait bien plaisir! Bon, forcément, j’ai eu un peu plus de recul face à cette histoire. Elle est d’abord faite pour les enfants. Mais c’était très sympathique. La fin du premier tome me laisse sur ma faim. Et ça donne envie de savoir la suite. On peut s’attendre à tout puisque tout au long du roman j’ai été surprise.

Encore une fois, je remercie Gilles Paris pour sa confiance et sa patience et ce partenariat bien sympathique!

En bref : Une lecture sympathique avec plein de promesses. Une belle oeuvre pour les enfants. Un beau cadeau de Noël pour les petits bouts! 

Ma note : 16/20

beach_gate_weheartit

17

Le palais des ombres – Maxence Fermine.

cvt_Palais-des-ombres_5657Bonsoir tout le monde, me revoilà après quelques temps d’absence. Des problèmes personnels qui font que … J’ai pas eu le temps de lire ni le coeur de le faire. Mais me revoilà!

Quatrième de couverture: Paris, dans les années 1960. Nathan, un marionnettiste d’une trentaine d’années, apprend le décès soudain de son père avec lequel il était brouillé depuis plus de vingt ans. Cet ex-romancier à succès au caractère ombrageux lègue à son fils Le Palais des Ombres, une demeure à la sinistre réputation dont tous les propriétaires sont morts dans d’étranges circonstances, ainsi qu’un contrat signé en lettres de sang avec un éditeur sulfureux qui contraint Nathan à livrer un manuscrit dont il n’a jamais entendu parler. Commence alors pour le jeune homme à la vie jusqu’ici plutôt terne une quête incroyable et inquiétante, pour retrouver ce manuscrit qui suscite, semble-t-il, bien des convoitises. Une quête peuplée d’ombres qui révélera de lourds secrets familiaux liés aux heures sombres de l’Occupation. Car Le Palais des Ombres est bien plus qu’une simple maison, il regorge de faux-semblants et de pièges que Nathan devra déjouer pour découvrir sa véritable identité…

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon pour ce nouveau partenariat.

Bienvenu dans un monde sombre. Un livre qui va très bien avec cette saison. Un véritable coup de cœur. J’ai adoré cette histoire du début à la fin en passant par le milieu. On fait la rencontre de Nathan, un jeune marionnettiste qui a une vie normale quelques peu ennuyante mais qui va prendre un grand tournant lors de la mort de son père, qui ne l’a jamais aimé.

Hugo Tanner est le père de Nathan. Un écrivain qui a eu un quart d’heure de gloire et qui a été vite oublié.

Personnage très attachant, c’est avec Nathan que l’on retrace la vie de son père dans son « Palais des ombres » : sa maison qui fait peur. J’ai adoré découvrir cette maison aux milles merveilles et peurs. J’ai trouvé cette idée très originale. La maison détient des secrets, des pièces. Toutes les angoisses de Nathan remontent quand il se voit aller chez son père, chez lui maintenant.

A travers ce roman, on découvre deux histoires en parallèle qui sont intimement reliées. Celle de son père et de sa mère qu’il n’a pas beaucoup connu. Celle de sa famille. Ces secrets.

Nathan ne sera pas seul dans cette aventure, il rencontre Hannah, sa voisine qui lui apporte une aide fantastique.

Ce roman est un roman au carrefour de la culture, on rencontre le théâtre grâce au marionnettiste, la musique avec Hannah la professeure de violon, la lecture et l’écriture avec Hugo Tanner le père de Nathan qui était écrivain. C’est un des aspects du roman qui m’a beaucoup plu.

Le côté secret a déterré est aussi très attrayant dans le sens où l’on se prend vraiment au jeu de la chasse. La maison fait vraiment peur. On lit et découvre l’histoire de cette bâtisse qui est un personnage à part entière du roman. Je trouve que les idées sont très bonnes : la salle des automates, la chambre du pendu…

L’intrigue en elle-même sur le roman « le palais des ombres » est très bien ficelée. J’ai vraiment adoré ! D’ailleurs, même si je m’attendais à la fin, elle a quand même été surprenante.

J’ai été subjuguée par ce roman. Franchement, c’est un sans faute.  C’est le premier roman que je lis de cet auteur mais certainement pas le dernier. Il est excellent. Une écriture fluide et attachante. J’ADORE.

En bref : un coup de cœur !

Ma note : 20/20

20100628104007!Michellafon beach_gate_weheartit

27

Love letters to the dead – Ava Dellaira

18140047Quatrième de couverture: Laurel vient de rentrer au lycée. Dans son nouvel établissement personne ne la connait, personne n’est au courant de la tragédie qui l’a frappée au printemps. C’est sans compter sur sa professeur d’anglais dont le premier devoir consiste à écrire une lettre à une personne décédée. Trouvant l’idée intéressante Laurel va écrire à ses idoles Kurt Cobain, Amy Winehouse, River Phoenix, Judy Garland et bien d’autres.  Dans ses lettres, elle écrit sur sa nouvelle vie, de son insertion dans un groupe d’amis à la séparation de ses parents. Elle va petit à petit se dévoiler et aborder la peine et la culpabilité qu’elle éprouve depuis la perte de sa sœur aînée.

Mon avis: Dans un premier temps, je remercie les éditions Michel Lafon pour ce partenariat que j’ai beaucoup apprécié.
Ma lecture fut agréable et rapide: j’ai lu le livre en quelques heures même pas.
On rencontre Laurel qui doit faire face à la mort de sa sœur May et qui n’arrive pas vraiment à faire son deuil.

J’ai aimé l’histoire et la forme épistolaire du roman. J’ai trouvé l’idée d’écrire à des personnalités mortes très originale et très belle. C’était hors du commun et pour ma part, une première! Et vous savez comme j’aime découvrir de nouvelles choses! De plus, je suis une fan inconditionnelle de Nirvana, des Doors et j’adooooore Amy Winehouse. J’ai aimé les retrouver presque personnellement , dans leur intimité avec des détails de leurs vies qui au final, les ont beaucoup rapprochés de Laurel, le personnage principal.

Laurel est le personnage principal du roman. C’est une jeune fille qui vit dans l’ombre de sa sœur décédée, May. On retrouve une belle évolution dans son caractère tout au long de ces lettres. Je n’ai pas été complètement séduite par Laurel, même si je l’ai beaucoup apprécié, certains traits de son caractère m’ont déplu et à certains moments, j’ai trouvé un peu trop exagéré son comportement.
Quant aux autres personnages, je les ai trouvés un peu fades. Je pense qu’ils étaient trop jeunes, le cadre du lycée était un peu trop jeune aussi. Cependant, j’ai trouvé Tristan et Kristen très appréciables! J’ai apprécié ce couple touchant qui doit faire face aux problèmes d’adultes et à la réalité de la vie. Sky est aussi un personnage qui m’a bien plu et Natalie et Hannah ont été une belle découverte pour moi. Mon appréciation pour ce couple de filles a été crescendo. Au début elles ne me plaisaient pas du tout et puis… j’ai apprécié de plus en plus leur humour.
Ce qui est dommage, c’est que les personnages ont beaucoup de traits sympathiques, mais je n’ai pas trouvé qu’ils étaient abouti.
Le couple Laurel Sky est très beau du début à la fin! Je les ai trouvé beaux et touchants dans leurs recherches.

L’histoire et l’auteure abordent des thèmes particuliers et délicats comme le deuil (d’une adolescente et de sa famille), l’homosexualité et l’acceptation dans tous les sens du terme.

La mort de May est vécu d’une manière touchante et très émouvante. J’ai vraiment été tenu en haleine avec cette fin surprenante!
Le couple de sœurs (Laurel et May) est très beau. Ce couple de sœurs est complètement fou. Elles étaient telleme,t proches qu’au final, on vit l’histoire de May à travers les mots et les maux de Laurel. Elle ne sait plus quoi faire, ni comment expliquer comment tout s’est terminé pour May. C’était vraiment une fin touchante et pleine d’émotions. Malgré leurs différences dans leurs caractères, elles sont très complémentaires.

Beaucoup de bloggeurs m’ont dit avoir été très émus par cette histoire jusqu’aux larmes, alors j’ai été un peu déçue parce que justement je m’étais préparée à vivre une histoire déchirante. Et même si la mort de May est très triste, je n’ai pas été bouleversée comme je l’aurais souhaité. Alors une petite déception de ce côté là.

En bref: Malgré une histoire un peu moins touchante que ce que j’espérais et des personnages un peu fades… J’ai apprécié cette histoire qui reste touchante et émouvante. Le format épistolaire est très bien choisi et les personnes à qui elle écrit sont très différentes ce qui apporte beaucoup.

Ma note : 17/20

Encore merci aux éditions Michel Lafon!

beach_gate_weheartit

20100628104007!Michellafon

16

Après quoi on court – J. Sebbane

 

apres_quoi_on_court_01_j_1Me revoilà avec une nouvelle chronique : Après quoi on court de Jeremy Sebbane.
Je tiens à remercier dans un premier temps Gilles Paris et MA Editions pour ce partenariat.

Quatrième de couverture: Lisa aime Aaron, qui aime Michaël, qui aime Dana… Tour à tour, ces quatre personnages nous racontent leurs espoirs, leurs peurs, leurs attentes. Identités multiples, confusion des genres, désirs incontrôlés, leurs sentiments exacerbés les propulsent de l’adolescence à l’âge adulte dans une course effrénée au cours de laquelle leurs rêves de jeunesse risquent de voler en éclats. Roman générationnel qui se déroule tout au long des années 2000, truffé de références à la pop culture et aux événements marquants de la décennie écoulée, Après quoi on court interpelle le lecteur dans un style très direct pour qu’il devienne lui aussi partie intégrante de ce carré amoureux.

Mon avis : Nous suivons quatre jeunes : Lisa, Aaron, Michaël et Dana. Nous sommes embarqués dans une spirale d’amour, de déchirement et de haine. C’est comme on le lit souvent sur le net , le roman d’une génération. De MA génération. Je me suis tellement retrouvée dans ces quatre histoires complètement folles à leurs manières. Que ce soit personnellement où d’un point de vue externe, j’ai vécu quasiment toutes ses situations. N’ayant (que) 21 ans, je me sens complètement dans la réalité en lisant ce roman: c’est, comme je le disais au dessus, ma génération. Une génération d’égoïsme qui agit avant de réfléchir et qui ne pense pas forcément aux conséquences que ses actes peuvent avoir sur son entourage ou sur sa société.
Jérémy Sebbane nous partage ici une belle histoire qui aborde plusieurs thèmes assez importants : l’homosexualité, l’amitié, les relations amoureuses et les attentes des adolescents qui sont souvent vaines!

L’intrigue principale est lancée : Aaron et Michaël sont meilleurs potes. Mais Aaron est amoureux de Michaël. Michaël lui, est complètement fou de Dana. Et Lisa, même si elle arrive après, est amoureuse d’Aaron. Bref, sacrée histoire qui nous emmène dans le cœur de quatre adolescents complètement paumés.

J’ai trouvé les personnages très intéressants. Mais je n’ai pas pu apprécié Aaron qui, de par ses actes et son comportement, m’a complètement rendue FOLLE. Qu’est ce que c’est que ce gosse qui fait n’importe quoi sans forcément se soucier des autres outre mesure? J’ai aimé le lire se livrer sur les sentiments qu’il pouvait avoir pour Michaël mais son comportement d’enfant gâté m’a vite déplu. J’ai vécu l’histoire d’amour de Michaël et de Dana en deux temps : au début, je n’adhérais pas du tout à ce couple complètement hors norme pour moi. Je ne voyais pas cette peste de Dana d’un bon œil et étais plutôt dans l’équipe Aaron mais la donne à changé à partir du moment ou Aaron m’a tapé sur le système !
J’ai vécu la même chose pour le couple Michaël-Aaron : au départ j’étais complètement « sous le charme de Aaron » que je voyais souffrir en silence en se disant qu’il préférait être son ami plutôt que de ne rien avoir du tout venant de Michaël mais au final, quand on voit Aaron abuser et devenir limite manipulateur envers son ami, on se dit qu’en fait, Michaël à tout compris..!
J’ai eu mal au cœur pour Lisa qui elle a vécu des sales histoires et je me suis retrouvée dans ce personnage qui finit par prendre son courage à deux mains et de dire « Merde » à ceux qui se moquent complètement d’elle et de ce qu’elle pourrait devenir.

J’ai aussi apprécié l’implication directe ou indirecte du lecteur à travers des chapitres courts et qui changeaient de point de vue assez souvent. Les questions directes posées au lecteur pour qu’il puisse se mettre assez facilement à la place des protagonistes m’a séduite. Ca m’a permis de me sentir à l’aise dans ma lecture !

Ce roman frôle le coup de cœur pour la simple et bonne raison que j’ai eu des moments de « vide » surtout quand Aaron était le narrateur.
En revanche, j’ai trouvé les chapitres de Michaël beaux et drôles. Pleins de bon sens.

En bref : une lecture très agréable qui peut faire réfléchir beaucoup de gens impliqués dans cette génération de je-m’en-foutisme.
J’ai trouvé que la plume de l’auteur était très agréable et je replongerai dans un de ses romans avec délice et plaisir!

Ma note : 18/20

5uaym24nb4-ma-editions beach_gate_weheartit

14

Je suis sa fille – B. Minville

couv-je-suis-sa-filleBonjour, me revoilà avec une nouvelle chronique. Il s’agit d’un partenariat avec les éditions Sarbacane que je remercie vivement pour leur confiance 🙂

Quatrième de couverture : C’est l’histoire de Joan, qui a été élevée par son père sur fond de hard rock et de westerns. C’est l’histoire du père de Joan, un visage de plus écrasé par le Grand Capital. C’est l’histoire de Hugo, le meilleur ami de Joan, qui décide de l’accompagner pour quand elle hurle : Il faut que ça change ! Je veux que ça s’arrête ! On va tuer le Grand Patron ! Deux ados embarqués dans un road-trip ébouriffant, sur la N7 direction Nice… Ils ne savent pas ce qui les attend. L’aventure. L’amour. Les rencontres. Fuck la crise, vive la vie.

Mon avis : Je remercie tout d’abord l’équipe des éditions Sarbacane pour l’envoi de ce livre issu de la collection X’prim.

J’ai mis pas  mal de temps à me mettre dans cette lecture. Mais des fois, ça arrive, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

J’ai eu beaucoup de mal avec les deux personnages principaux : Joan et Hugo. Même si ce dernier était assez marrant, je l’ai trouvé hors du temps, hors norme même s’il apporte une touche comique et sensée au roman, je n’ai pas trouvé ce personnage transcendant.
Je comprenais déjà un peu mieux Joan qui a les nerfs, parce que son père a fait des conneries, et qu’il faut que quelqu’un soit puni. Mais à un moment, je me suis lassée de ses pensées qui tournaient en rond. On comprend parfaitement sa haine et sa douleur mais quand il n’y a que ça… Ca devient frustrant. Même s’ils font preuve d’une grande maturité, j’ai trouvé qu’ils étaient un peu trop jeunes pour moi.
Les personnages secondaires ne m’ont pas plu plus que ça non plus. En fait, ils étaient tous bien, mais sans plus. Aucun, principaux ou secondaires n’est sorti du lot.

Les relations et liens entre les personnages ont été le point fort de cette lecture : La relation entre Joan et son père est très belle. Même si elle nous arrive par bribes et réminiscences de Joan, je l’ai trouvé touchante et je pense que c’est ce qui a sauvé cette lecture. Le papa un peu rockeur mais qui fait tout pour sa fille, je trouve ça très beau ! La poésie des souvenirs de Joan était merveilleuse, elle m’a complètement fait planer.
Hugo et Joan sont des amis comme on n’en trouve plus.. ! Ils se connaissent comme leurs poches et c’est aussi une belle relation à lire !
Vasco et Hugo sont frères et même si les tensions existent, ils restent très proches et soudés.

Maintenant, l’histoire en elle-même ne m’a pas touché. Une sorte de road trip à l’américaine qui au final ne m’a pas plu plus que ça… J’ai quand même apprécié le fait qu’on n’attend pas après l’action. Tout est bien ficelé et tout se suit sans aucun problème : on ne s’ennuie pas.

Le thème abordé dans ce roman est un thème très délicat et a un effet coup de poing très appréciable!

La plume de l’auteur est une vraie force ici. Il a son univers et c’est très agréable de se dire : Il sait de quoi il parle. C’est touchant et émouvante. Elle veut venger son père. Elle veut tuer le grand patron. C’est très beau de vouloir tout faire pour protéger ses proches. Mais la magie n’a pas complètement opéré pour moi.

En bref : Malgré une quatrième de couverture qui me semblait me convenir et une plume très belle. L’histoire ne m’a pas complètement convaincue. Je reste sur ma faim. Les personnages et les liens qui les unit sont très agréables.

Ma note : 13/20

Livre lu dans le cadre d’un partenariat mais aussi pour les monstrueux de la pal 2 ! (Je tiens à préciser que ce roman n’est pas monstrueux par son contenu. Mais je devais me presser de le lire. Voilà la raison de sa place dans ce challenge.)

 

logo-editions-Sarbacane beach_gate_weheartit

10302171_483281408469535_5787053978846708823_n

24

Populaire – Maya Van Wagenen

CVT_Populaire_4591Bonjour,

Me revoilà avec une nouvelle chronique qui marque mon partenariat avec les éditions Michel Lafon que je remercie de tout coeur ! 🙂

Quatrième de couverture: Coincée au plus bas de l’échelle sociale de son école, Maya, 14 ans, se lance un défi : suivre à la lettre, pendant un an, les conseils du Guide de Popularité du top-modèle des années 50 Betty Cornell.  » Soyons honnêtes j’ai du pain sur la planche, je mesure 1.57 mètre, j’ai de l’acné, je suis molle, maladroite et voûtée. Pas de hanches, pas de poitrine. Je porte des lunettes et un appareil dentaire, j’achète des vêtements en grande surface et dans des friperies. Je passe plus de temps sur mes maths que sur ma coiffure. Régime, maquillage, posture, attitude: des conseils de popularité vieux d’un demi-siècle ont-ils encore un intérêt? Je vais voir ça On a connu plus fou, non? » 

Mon avis: Nous suivons Maya dans sa métamorphose. Le livre nous présente son histoire sous la forme d’un journal intime. Avec des photos (très bonne idée d’ailleurs) et son avis sur tout ce qu’elle doit entreprendre pour suivre tout ces conseils à la lettre.

Livre plutôt jeunesse mais qui peut séduire beaucoup d’entre nous. J’ai été littéralement aspirée dans cette charmante petite histoire. Lecture rapide et rafraîchissante, j’ai beaucoup apprécié les quelques heures passées en la compagnie de Maya et de tout son entourage.

Maya est du genre à être en bas de l’échelle sociale au collège. Elle ne veut simplement qu’on la laisse tranquille avec son sac à dos troué et sa meilleure copine Kenzie. Elles forment un duo assez atypique qui est très drôle.

Maya se rend compte que chaque conseil donné par Betty s’avère véridique. Elle sent le changement même si les autres ne le voit pas forcément.
Je dirai que ce livre est une leçon de vie. Un hymne que tous les collégiens ou autres qui ont les mêmes problèmes, doivent lire pour se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls et surtout que ça peut changer!

On suit la transformation de Maya qui est spectaculaire. Un par un, elle lit les chapitres et les applique. Elle devient une jolie jeune fille reine du vintage. Ce qui est bien c’est que grâce aux photos mais aussi à la plume de l’auteur, on sent vraiment le changement de Maya, qu’il soit physique ou mental, on la sent réellement grandir et c’est un pur régal!

Je pense que l’on peut féliciter Maya pour son parcours atypique. Elle mérite un beau succès. Son livre reflète vraiment le courage et l’amour qu’une petite fille de 14 ans à  besoin pour mûrir et grandir d’un coup ! Sa famille est tellement drôle et très atypique: un papa prof qui expérimente beaucoup de choses. Des petits frère et soeur trop mignons qui ajoutent une touche de douceur à cette histoire et une maman qui comprend et aide. C’est une histoire dans l’air du temps. Les plus réticents d’entre nous serons séduit par les touches d’actualité qu’il y a dans ce livre. Il peut toucher un panel très important de lecteurs parce que l’histoire est touchante, drôle et émouvante. Elle peut plaire facilement. C’est un beau livre qui peut donner à tous l’envie de se plonger dans la lecture.

J’ai aussi apprécié le fait que Betty Cornell soit impliquée personnellement dans cette histoire. Ca ajoute encore un peu plus de réel à cette histoire. Une réelle complicité s’est créée entre Maya & Betty. C’est vraiment très touchant à lire.

Le seul « point négatif » que j’ai pu trouver c’est la fin un peu longue.

En bref: Une belle histoire qui mérite beaucoup de succès. 

Ma note : 18/20

20100628104007!Michellafon beach_gate_weheartit

12

quel effet bizarre faites vous sur mon cœur – C. Orban

9782226258250gquatrième de couverture: « Après qu’il m’eut répudiée, j’ai eu envie d’écrire à Bonaparte. L’idée a germé une nuit, seule à la Malmaison alors qu’il était parti à l’île d’Elbe. Moi, Joséphine, répudiée, lui exilé, comment en sommes-nous arrivés là ? »

Mon avis : Dans un premier temps, je remercie Gilles Paris et les éditions Albin Michel de m’avoir envoyé ce service presse. Etant férue d’histoire, j’ai voulu me plonger dans l’histoire d’amour entre Joséphine et Napoléon Bonaparte.

Je ne connaissais pas Christine Orban mais je suis ravie du résultat. J’ai littéralement fondu pour ces mots d’amour à travers lesquels ont découvre une Joséphine humaine, belle et tourmentée. Je pense que c’est ce qu’il me manquait pour pouvoir vivre une aventure livresque avec ces personnages. Le côté humain qui n’est pas présent dans les livres d’histoire. Le plus gros échec de sa vie restera son divorce avec Napoléon qui au final garde des lourds sentiments pour cette femme, Sa Joséphine.

On pénètre dans l’intimité de l’Empereur et de l’ancienne Impératrice de France. J’ai été transporté par l’émotion. J’ai eu mal au cœur pour Joséphine qui doit faire avec. Il a choisi elle ne peut que se taire et accepter. Sa douleur ne la quittera jamais jusqu’à sa mort. Mais il est l’Empereur.

Je trouve leur amour beau et fatal à la fois. Comme toute grande histoire d’amour qui se respecte je pense. J’ai eu du mal à quitter mon livre. Je l’ai lu très rapidement mais je suis passée par beaucoup d’émotions : J’ai eu la sensation d’avoir le cœur brisé en même temps que Joséphine, j’ai partagé ses peines et sa tristesse. Ses moments de joie et de bonheur.
C’était troublant, je n’ai jamais, je pense, pu me rapprocher autant d’un personnage, qui plus est, la grande Joséphine.

J’ai trouvé la plume de l’auteure magnifique et pleine d’émotion. Elle a su me transporter au-delà des siècles. C’était vraiment une très belle découverte pour ma part.

Je n’avais jamais vu ou lu cet aspect de Napoléon que je voyais plutôt comme un homme froid et sévère. Dans l’intimité de sa vie, ce n’est pas vraiment la même chose. C’était un passionné, un amoureux de l’amour. Malgré ses choix, il reste quand même un personnage incroyable qui n’a besoin de personne (Je pense qu’il l’a prouvé à plusieurs reprises.)

Le couple uni ou désuni reste un couple merveilleux. On comprend ce qu’est un amour véritable après cette lecture. Le lien qui les uni et beaucoup plus fort qu’un papier, qu’un anneau ou autre.

Même si le divorce est prononcé, pour des décisions d’état, de descendance et autres, on sent l’amour que Joséphine à pour son Mari, son Napoléon qu’elle adore tant. C’est très beau et déchirant à la fois.

Je suis ressortie de cette lecture troublée. Je ne pensais pas pouvoir lire des mots aussi beaux, qui prennent tout le sens dans cette période de l’histoire.

En bref : un beau coup de cœur pour ce livre qui est plein d’émotion, d’amour et de sincérité. Je salue par la même occasion Christine Orban qui a fait un travail magnifique.

Ma note : 20/20 

Logo_Albin-Michel                                        beach_gate_weheartit

large

19

Ma vie, mon ex et autres calamités – M. Vareille

ma-vie-mon-ex-et-autres-calamites-avis-3Bonsoir,

Ca fait un long moment que je n’ai pas écrit. J’ai eu une panne de lecture, j’ai eu du mal à me plonger dans un livre. Plus quelques petits soucis personnels qui ont fait que j’avais besoin de prendre du temps pour moi. Alors, je m’en excuse. Je reprends du service avec un partenariat avec les éditions City, j’ai eu la chance de lire le roman de Marie Vareille, une blogeuse talentueuse que je considère comme une copinaute de haut talent! Et encore plus depuis que j’ai lu son roman!

Quatrième de couverture: Juliette a un amoureux, un appartement, un bon job et trente-et-une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin: du jour au lendemain elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement!
Elle déprime pendant des jours devant Gossip Girl en engloutissant des kilos de Chococookies. Jusqu’à ce qu’une série de quiproquos rocambolesques la contraigne à affronter sa plus grande terreur, l’avion, et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine.
Evidemment, là non plus, les choses ne tournent pas comme elle l’avait imaginé. Elle rencontre notamment un jeune homme, certes très beau, mais aussi très désagréable…

Mon avis: Quelle bouffée d’air frais et de rire! J’ai complètement adoré cette chick-lit qui m’a réconcilié avec le genre que je boudais un peu ces derniers temps!

Nous faisons la rencontre de Juliette et de son entourage! J’ai adoré ce personnage qui est juste naturelle, belle et très drôle! J’ai beaucoup aimé le côté « stéréotype » de la fille qui se fait larguer. J’ai directement pensé à la fameuse scène de Bridget Jones sous la couette en écoutant All by myself. J’ai beaucoup apprécié Juliette.
J’ai forcément insulté Nicolas, son ex petit ami, de tous les noms. Et j’ai trouvé Chiara irresistible! La bonne copine qui est toujours là quand il le faut! Bref, les personnages jouent bien leurs rôles.

J’ai trouvé tordant le fait que Juliette devienne complètement timbrée après sa rupture. Elle m’a beaucoup fait rire. Et le fait de partir aux Maldives m’a tué!
Vous me direz  » Ouais, cadre classique d’une chick lit » mais c’est là où vous vous trompez! Marie a su trouvé les mots, le ton, l’humour et l’ironie nécessaires pour que ce livre soit une mine d’or.
J’ai eu l’impression de partir en vacances avec Juliette et de vivre avec elle ses déboires et ses moments de joie.

Le seul petit « hic » que je trouverai à dire sur ce roman c’est qu’il est trop court! J’ai pris tellement de plaisir à lire ce roman que je n’ai pas vu les pages se tourner et j’ai eu un goût de trop peu au final.

En bref: une chick lit excellente! Des personnages au top et des situations cocasses!  

Ma note : 19/20

Je remercie encore City éditions et Marie!
Tu peux être certaine que ton prochain livre va trouver sa place dans ma bibliothèque 🙂

okbeach_gate_weheartit

 

12

Comme des images – Clémentine Beauvais

93572922_o Quatrième de couverture: « Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde.  C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la remière S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé. »

 Mon Avis: Je remercie Victor des éditions Sarbacane pour sa gentillesse et sa patience! J’ai trouvé la couverture de ce livre très belle et unique en son genre. Ce livre est issu de la collection X’prim. Le résumé me plaisait. J’ai donc eu le plaisir de lire ce livre!

Nous sommes dans le cadre et dans l’ambiance du lycée privé Henri IV de Paris. Lycée huppé, ou les gamins sont des enfants de familles très aisées: le cadre est placé. On se rend très vite compte que le lycée c’est le temple des coups dans le dos. Entre coups bas et horreurs, nos lycéens sont les proies de tout le monde. J’ai bien ri en voyant que dans leur lycée si tu es en L ou en ES: aucun avenir s’ouvre à nous. Il faut être en S pour espérer avoir un bon salaire et une belle vie. De plus, le niveau est élevé et très soutenu: 100 % de réussite au BAC ou sinon la honte est sur tout le lycée. Bref, vous avez compris.

Nous rencontrons Léo(poldine) et notre deuxième personnage principal: j’ai comme un doute. Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu son prénom. Alors Est-ce une erreur d’inattention de ma part où alors elle n’en a pas ? Ce qui ne me paraîtrai pas étrange: les deux amies sont très proches mais on voit que Léopoldine fait ce qu’elle veut de son amie qui la suit. La copine « Kleenex ».

Dans ce roman, on se rend compte que la génération d’aujourd’hui est quelque peu différente. Même si quand j’allais au lycée (il y a trois ans que j’ai terminé mes années lycée) ça commençait déjà à partir en live : sexe, drogue et grosses pétasses à tout va (pardon.). C’est pour cette raison je pense, que le livre m’a replongé dans ces années là. Même si beaucoup s’en sont sortis, on y a vécu des moments assez troublants. Je me suis rendue compte que le livre de Clémentine Beauvais était une belle référence pour moi.

L’intrigue est lancée : une rupture, des adolescents débiles et une vidéo qui ruine la vit d’une fille et de sa famille. On vit à travers cette intrigue, on est au cœur du problème et franchement, je n’ai pas trouvé de solution pour les personnages. J’étais là, dans ma lecture, en train de me dire « Mais comment ils vont s’en sortir?! »

J’ai trouvé l’œuvre et la plume de Clémentine Beauvais remarquables: on se retrouvait vraiment dans la cour de récréation. Même si c’est Henri IV et que les soucis sont énormes, la cruauté des élèves est impitoyable.
J’ai trouvé Léopoldine gênante. Elle m’a mise mal à l’aise et je n’ai pas réussi à adhérer au personnage. Au final, elle s’en fout de tout et de tout le monde. La superficialité est de mise. J’ai, cependant, adoré l’autre personnage qui est tout le contraire de son amie: elle a des travers, on le sait mais je l’ai trouvé touchante. Je l’ai trouvé hors norme: elle n’était pas comme les autres élèves et j’ai trouvé que son personnage était rafraîchissant et que c’était la bulle d’oxygène qui m’aidait à sortir la tête de la foule d’hypocrites.

Ce livre n’était pas sans me rappeler Frangine de Marion Brunet. Ou j’ai un peu vécu la même chose. L’ambiance, la méchanceté des autres et un regard tellement critique qu’il met mal à l’aise. Si vous avez aimé Frangine, vous aimerez comme des Images.

En bref: J’ai aimé ce roman qui est au final une grande claque dans la figure. J’ai beaucoup aimé cette petite lecture qui est remplie de vérité et de réel. On se rend vraiment compte de la cruauté des enfants qui au final n’en sont même pas conscients: ils vivent avec ça depuis toujours. Comme quoi, l’argent ne fait pas le bonheur et ne rend pas forcément service à tout le monde. Un roman bourré d’émotions qui au final a une force de dénonciation même s’il ne dérange pas. Il nous met mal à l’aise par justement ce qu’il dénonce. Mais une bonne découverte! 

Ma note : 18/20

beach_gate_weheartit

 

6

Tifenn 1 – Punk 0 – Vincent Mondiot

tifenn---1-punk---0-4099363

Quatrième de couverture: Moi, Tifenn, 17 ans, je pars demain en tournée avec un groupe de punk. Cette phrase est très drôle et j’ai beau me la répéter à voix haute et sur tous les tons, je n’arrive toujours pas à y croire.
Mais je n’ai pas le choix : il faut que je prenne la tangente. J’ai ce truc terrible qui a fait basculer ma vie, depuis peu, et… faut que je prenne l’air ! Il y a genre 10 ans, mon grand frère Geoffrey a quitté la maison. Il y a genre 10 jours, j’ai retrouvé sa trace sur Internet. Ce crétin est devenu batteur dans un groupe de punk. Et comme moi aussi je suis un peu crétine, je me suis dit qu’il fallait que je retrouve Geoffrey, et surtout que je lui dise tout sur ce qui m’arrive. Voilà comment je me retrouve à partir sur la route en compagnie de quatre punks qui aiment trop la bière et pas assez les douches.

Mon avis : Je tiens d’abord à remercier Lucie des éditions Sarbacanes pour sa bonne humeur et sa gentillesse. Grâce à elle, j’ai pu recevoir Tifenn 1 – Punk 0 de Vincent Mondiot. En un mot: C’est un gros coup de cœur.

On fait la rencontre de Tifenn qui est une ado de 17 ans qui n’a plus ses parents biologiques et qui a du reconstruire sa famille petit à petit. Elle n’a plus son frère qui est parti et reviens de temps en temps.
Tifenn est une fille dynamique qui doit faire face à un problème plutôt terrible. Mais elle fait face comme elle peut et passe du temps avec ses potes.

Puis elle décide de passer l’été avec son frère qu’elle a retrouvé sur Facebook. Elle veut partir à Rennes. Elle dit rien a personne et prend ses affaires et s’en va. Elle doit le faire, pour elle, pour sa famille. Il faut qu’elle dise à son frère que sa maladie est comme un pistolet chargé sur sa tempe.

Elle rencontre les amis de Geoffrey, une bande de crado qui vivent en bande. Ils sont musiciens et partent pour une tournée le lendemain de la venue surprise de Tifenn. Et la voilà partie pour une tournée estivale pleine de surprise et de rebondissement.

C’est un livre relativement court. Nous n’avons que trois chapitres. L’histoire est vécue à travers Tifenn et son journal intime mais ça ne m’a pas du tout dérangé au contraire. C’était un plus qui a rendue ma lecture encore plus palpitante.

Les tournées et les concerts sont un univers que j’aime beaucoup. Le rock/emo core sont les musique que j’écoute (ou écoutais pour certaines) depuis de nombreuses années. Certains d’entre vous savent que la musique est pour moi très importante. J’ai donc été séduite d’entrée de jeu par l’univers dans lequel l’auteur nous envoie.

On découvre de plus en plus les amis de Geoffrey et lui-même. En lisant les premières lignes sur eux on se dit qu’ils sont vraiment lourds et on imagine bien les gros métalleux qui puent et qui se moquent de tout. Mais ce n’est pas le cas quand on creuse un peu. Ils sont adorables (enfin, de temps en temps) sinon ce sont des crades. On se rend compte que ces gars sont vraiment une famille. Ils sont unis. Et c’est très beau à lire et à ressentir. On vit leur aventure avec eux et l’on se rend compte que Tifenn est acceptée de plus en plus et devient un membre à part entière de cette petite bande.

J’ai juste eu une petite frustration concernant Tifenn et ses relations ou non-relations avec les garçons! J’ai fermé le bouquin en me disant « Mais, j’aurais trop voulu qu’ils soient ensemble ces deux-là » (Ce n’est pas que j’ai pas envie de vous donner les noms, c’est juste que je ne m’en souviens plus. Je viendrai corriger ça dès que je serai chez moi)

Niveau musique, on est servi. Ce sont des goûts carrément différents qui viennent finalement par se rejoindre. Comme Katy Pery et sa chanson Teenage Dreams (qui est un peu le leit-motiv des chapitres) et les chansons émocore du groupe. La musique finit par réunir beaucoup de monde et c’est encore un bel hommage que l’auteur rend à celle ci dans ce livre!

Le road trip et les kilomètres avalés sont passés à une vitesse incroyable et j’ai vraiment adoré!

Un gros coup de cœur pour ce livre qui m’a fait mourir de rire, pleuré ou rendue triste.
La plume de l’auteur est une plume très belle mais qui s’adapte aussi à tout type de lecteurs. Et c’est vachement cool!

Ma note : 20/20

beach_gate_weheartit large

 

 

14

Les héritiers de Camelot – Sam Christer

Bonsoir,

Me revoilà pour chroniquer les héritiers de Camelot de Sam Christer, un Service Presse de MA éditions que je remercie beaucoup ainsi que Gilles Paris!

heritiers-camelot-1486470-616x0

Quatrième de couverture: Par une nuit d’été, dans une tour perdue au milieu des montagnes galloises, un vieil homme est arraché de son sommeil par un rêve prémonitoire. Une ancienne prophétie est sur le point de lui être révélée. Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un antiquaire américain se vide de son sang sur le sol de sa boutique après avoir été poignardé. À San Francisco, Mitzi Fallon commence un nouveau travail en tant qu’inspectrice pour le FBI, au Service des crimes historiques, religieux et inexpliqués. Lorsqu’on découvre qu’une précieuse relique celte a été dérobée à l’antiquaire assassiné, Mitzi se retrouve impliquée malgré elle dans un mystère qui concerne autant le gouvernement américain actuel qu’un homme jadis relégué au rang de mythe : le roi Arthur. La légende du roi Arthur est sur le point de prendre vie.

Mon Avis: La quatrième de couverture me faisait vraiment envie! Il n’en fallait pas plus pour me tenter. J’aime beaucoup les mythes et les légendes. Alors j’ai décidé de me lancer dans la lecture de ce Thriller. Vu la taille et le nombre de pages (un peu moins de 500) j’ai eu peur de perdre l’engouement que j’avais pour ce livre au départ. Mais non! Je me suis franchement bien trompée! J’ai beaucoup apprécié cette lecture.

Nous suivons un nombre assez conséquent de personnages que l’on suit dans différents chapitres. Un chapitre est consacré à un petit groupe. Ils finissent par croiser le chemin d’autres personnages et nous avons une histoire et une trame spectaculaire!
Le fait d’avoir des chapitres courts – qui ne parlent pas forcément des mêmes personnages – m’a fait un peu peur au début, j’ai cru avoir à faire à une lecture décousue où j’allais totalement me perdre (comme j’ai pu déjà le vivre avec des romans de Mary Higgins Clark). Étonnamment, cette lecture s’est très bien passée.

Mitsi Fallon est un agent du FBI qui travaille au Service des crimes historiques, religieux et inexpliquée. Elle et ses collègues se retrouvent impliqués dans une histoire incroyable où l’on voit revivre le mystère du roi Arthur. Ce personnage est détonnant! Une femme déterminée qui n’a pas sa langue dans sa poche et parvient toujours à ses fins.
Owain Gwyn, ancien Ambassadeur d’Angleterre aux Etats-Unis fait partie des personnages. L’aventure prend une tournure diplomatique et mystique. Deux choses qui vont finalement très bien ensemble.

Le côté historique de ce Thriller m’a beaucoup plu, je me suis envolée avec Mitsi au siècle d’Arthur et de ses chevaliers. C’était palpitant. Chaque personnage à son lot d’ennuis à résoudre et fait brillamment -ou non- face à ceux-ci.
Nous sommes embarqués en Grande Bretagne : Le pays de Galles et en Angleterre principalement. Mon amour pour la Grande Bretagne a été rassasié, les descriptions sont belles.

L’ajout de modernité et de réalisme a été appréciable pour ma lecture. On y trouve des sujets d’actualité comme Al-Quïda et le terrorisme.

Le seul « petit problème » que j’ai pu rencontrer c’est le nombre de personnages qui meurent mais aussi les descriptions qui sont un peu trop réalistes justement. La torture m’a un peu fait lever les yeux au ciel. Je n’ai pas trouvé qu’elle était nécessaire dans certains passages. Ca a ajouté une touche de cinéma américain qui est venu un peu assombrir cette belle découverte pour ma part.

En bref: Je ressors de cette lecture incroyablement surprise. Puisque le Thriller policier n’est pas forcément ce que je lis le plus. Mais j’ai été agréablement surprise par ce roman! Une belle découverte où l’histoire aussi vieille soit-elle est toujours une belle découverte. 

Ma note : 16/20

5uaym24nb4-ma-editions beach_gate_weheartit

18

La fille du papillon – Anne Mulpas

9782848651408

Bonsoir tout le monde,

Nouvelle chronique d’un livre que j’ai adoré! La fille du papillon d’Anne Mulpas.

Quatrième de couverture: Aujourd’hui-jour de pluie, Solveig, 16 ans, commence un journal
intime – elle qui, pourtant, exècre cette pratique ! C’est qu’elle vient de rencontrer « le Monde » en bas de chez elle… Fille d’un veuf un peu volage (papillon, donc !), elle apprend peu à peu, à force d’erreurs et de crises, à savoir quelle femme elle va devenir.

Mon avis: J’ai adoré ce petit roman, assez court mais tellement puissant!
On rencontre Solveig (prénom très original qui m’a beaucoup plu) qui est une adolescente de seize ans qui est un peu perdu. Elle se pose des milliers de questions et déplore la mort de sa mère qui lui manque beaucoup trop.

Nous suivons donc Solveig et ses histoires à travers son journal. Une manière assez sympathique d’aborder la vie d’une ado. Ce n’est pas forcément évident d’entrer dans un sujet aussi « délicat » que les tracas d’une jeune fille sans ennuyer son lecteur.
Ici, ce n’est pas du tout le cas, on est propulsé dans un monde où la magie des mots nous transporte loin. Je n’ai pas su lâcher le livre avant de l’avoir terminé.

Solveig a une manière particulière d’appeler ses amis. « Le monde » -son petit copain- est un garçon formidable duquel elle ne peut plus se passer. Elle nous donne l’impression de vivre une histoire d’amour magique, qui l’emmène loin et qui nous prend avec par la même occasion. « La Ni » -Manon, sa meilleure amie- avec qui elle vit une amitié belle et forte. Le genre d’amitié qui est si solide qu’elle passera le temps et les obstacles.

La poésie est présente dès le titre, la fille du papillon, le papillon étant son père qui est un peu volage. On entre dans le monde de Solveig: problèmes de famille, d’amis, d’amour. Tout y passe. Mais j’ai tellement été happé par cet univers délirant que j’étais contente de voir qu’elle avait des problèmes. Je me suis dit « Allez, où va-t-on encore aller maintenant? »
Même si après elle a des problèmes, elle s’en moque. Elle fait ce que bon lui semble, ce qui est bon pour elle, pour le monde, pour la Ni. Les péripéties sont vraiment touchantes. On sent carrément toutes les émotions que traversent Solveig et la Ni. Les problèmes, les larmes, les rires et l’amour.

En bref: Un très beau livre qui frôle le coup de coeur de très près. Je suis un peu restée sur ma faim et ma fin tellement les pages se sont tournées vite. J’ai adoré la plume de l’auteur qui est très poétique et qui m’a fait rêver! J’ai adoré Solveig et ses histoires, en bref, un super livre! 

 Je remercie encore une fois les éditions Sarbacane pour leur confiance!

Ma note : 19/20

beach_gate_weheartit  

logo-editions-Sarbacane