21

Cuits à point d’Elodie Serrano

51G6gWX9CIL._SY346_Résumé : Gauthier Guillet et Anna Cargali parcourent la France pour résoudre des mystères qui relèvent plus souvent d’arnaques que de véritables phénomènes surnaturels. Mais leur nouvelle affaire est d’un tout autre calibre : pourquoi la ville de Londres subit-elle une véritable canicule alors qu’on est en plein hiver et que le reste de l’Angleterre ploie sous la neige ? Se pourrait-il que cette fois des forces inexpliquées soient vraiment en jeu ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Jérôme ainsi que les éditions ActuSF pour l’envoi de ce roman. J’étais très curieuse de lire ce roman : la couverture est magnifique et le résumé alléchant, il ne m’en a pas fallu plus pour plonger dans cet univers !

Clairement, ma lecture n’est pas un coup de cœur. Je ne dis pas que ça a été une déception cuisante non plus. C’est une lecture qui est sympathique, agréable mais qui ne me laissera pas de souvenir impérissable. Si le roman a beaucoup de potentiel, il m’a laissé un goût de trop peu. Même si le roman a quelques petits défauts, il a aussi des qualités. On y va ? J

On fait la rencontre de personnages principaux, personnellement, je trouve qu’ils sont au nombre de 4 : Anna Cargali, Gauthier Guillet, Lloyd et sa nièce Maggie. Ce qui est dommage à ce niveau, c’est cette connotation par rapport aux nationalités. Je m’explique : Anna et Gauthier sont français, c’est leur métier qui fait qu’ils arrivent en Angleterre et plus particulièrement à Londres (je vous en reparle dans le paragraphe suivant). Gauthier est le stéréotype du français dans tout ce qu’il a de plus exaspérant : raleur, autoritaire, colérique, très souvent, il nous montre le pire de son caractère… Dommage ! Lloyd, son homologue britannique est souriant, garde l’esprit ouvert et le flegme britannique fonctionne encore une fois. Les deux figures masculines principaux sont malheureusement, pour moi, bien trop stéréotypées pour que je puisse m’attacher à eux. Anna & Maggie sont les comparses de ces deux gentlemen. Elles sont plus intéressantes pour moi. Elles représentent un renouveau dans la pensée féminine. En effet, elles ne sont pas les femmes de bonne famille prêtes à marier et à fonder un foyer à leur tour. J’ai aimé ce vent de changement dans l’Angleterre du 19ème siècle. Les personnages secondaires tiennent bien leur nom… Malheureusement, il m’a manqué un peu de relief dans les personnalités des personnages mais ils ne prennent pas de place, c’est vraiment dommage. Ils restent agréables mais sans plus.

A regarder la couverture, on sent tout de suite que l’univers va tourner autour du steampunk. Oui, il est présent. Malheureusement pas assez pour la lectrice que je suis. En effet, Anna, Gauthier et Lloyd sont des démystificateurs. Anna & Gauthier sont un duo de professionnels français qui partent à la chasse du paranormal qui s’explique bien souvent par une escroquerie. Ils voyagent beaucoup et sont amenés à travailler avec Lloyd sur une enquête en Angleterre. Une canicule s’est emparée de la ville de Londres… En plein hiver ! L’intrigue va se tisser autour de ce mystère.

Si l’auteure n’a pas forcément mis l’accent sur les personnages, elle a décidé de nous faire passer un temps de lecture fluide, dynamique et agréable. On ne perd pas une minute, on est tout de suite propulsé au cœur de l’action, c’est plutôt sympathique. C’est une décision qui se respecte mais pour moi, il m’a manqué un peu de détails et de surprises dans la découverte de l’intrigue… En revanche, je pense que ce roman pourrait être parfait pour les lecteurs novices dans le genre ou pour les lecteurs les plus jeunes.

En définitive, la lecture de ce roman est agréable. La plume de l’auteure reste à l’image de son roman : elle est agréable & sympathique. Elle ne manque pas de fluidité et de dynamisme. C’est un bon roman. Malgré les petits bémols au niveau des personnages, je me suis retrouvée avec un roman qui se lit vite et bien. C’est un roman qui va plaire aux jeunes lecteurs et aux lecteurs novices dans le genre steampunk

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La profession de démystificateur qui est originale et très intéressante
  • L’univers dans lequel on évolue
  • Les personnages féminins principaux qui sont forts

notation 1

10

Les brigades du steam d’Etienne Barillier & Cécile Duquenne

69697Résumé : Solange Chardon de Tonnerre, membres de la treizième Brigade mobile de la ville d’Aix-en-Provence, est une inspectrice coriace. Mais quand elle perd son coéquipier dans une explosion et qu’on lui remplace son bras par un bras mécanique, sa vie bascule. Il lui faudra surmonter ces épreuves pour relancer l’enquête et faire preuve de patience avec le jeune Auguste Genovesi, une nouvelle recrue avec qui elle doit faire équipe. Un grand roman steampunk dans le sud de la France, haut en couleur !

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Jérôme et les éditions Actusf pour l’envoi de ce roman. Comme vous le savez, je suis friande des romans steampunk. Quand j’ai vu qu’on me proposait de lire ce roman, je n’ai pas hésité une seule seconde. J’aime beaucoup cette couverture qui rappelle ce que l’on va trouver : le genre steampunk avec les rouages mais aussi le terme « brigades » qui nous met aussi sur la voie d’une enquête surprenante.

Quand les Brigades du Tigre inspirent les brigades du steam… Ça déménage !! On fait rapidement la rencontre de nos personnages principaux : Auguste Genovesi ainsi que Solange Chardon. Cette équipe va se former d’une manière assez atypique puisque Auguste fait la rencontre de Solange lors d’une convalescence particulière. En effet, victime d’une embuscade, elle perd son coéquipier mais aussi son bras. Auguste va devoir percer cette carapace d’acier que s’est forgée Solange. J’ai beaucoup apprécié Auguste qui va tout faire pour prouver qu’il a sa place dans la treizième Brigade mobile de la ville d’Aix en Provence. Solange a un sacré caractère mais elle est combative, courageuse et très intelligente : elle va beaucoup aider Auguste à progresser et à prendre en maturité aussi, lui qui a tendance à foncer dans le tas, il va vite apprendre qu’il ne faut pas forcément le faire… Les pièges sont nombreux.

L’enquête commence sur les chapeaux de roues et franchement, on ne voit pas le temps passer. Ma lecture a été rapide malgré le fait que le commencement a été un peu lent. J’ai attendu le côté steampunk avant de comprendre où et comment il allait arriver. Une fois ce petit obstacle passé, j’ai dévoré ma lecture.

Le must dans cette lecture a été le côté historique. On a des citations de Clémenceau, le Tigre évoqué dans « les brigades du tigre ». Ainsi, on a vraiment une ambiance feutrée et mystérieuse qui se dégage de ce roman. J’ai adoré cette ambiance qui rappelle la France du 19ème siècle. De plus, on se trouve dans le sud de la France, plus précisément à Aix en Provence et c’est très sympathique de se détacher un peu de la capitale française, on prend l’ai géographiquement ainsi qu’historiquement parlant.

Solange apporte avec elle un point important dans le roman : le manque de recrues féminines. Elle est la seule de sa brigade. Les femmes sont encore reléguées au second plan : les femmes à la maison entre la cuisine, les enfants et les courses, elles n’ont pas leur place dans le monde du travail et encore moins dans des métiers comme celui de mobilliard dans les brigades de Clémenceau. Entre brimades et insultes, elle doit travailler dur et ne pas se laisser faire pour rester la meilleure et faire son métier. J’ai aimé ce vent de fraîcheur qu’elle apporte pour dépoussiérer la mentalité des hommes. Le chemin est encore long mais avec Solange, on commence la marche !

J’ai apprécié l’intrigue. Même si le premier tiers a été un peu longuet (c’est probablement dû à la mise en place de l’histoire). On vogue entre le côté historique, le côté policier mais on touche aussi au personnel en apprenant les passés respectifs de Solange et d’Auguste. On met en avant le parler d’Aix en Provence. Au départ, j’ai été un peu déstabilisée (je suis ch’ti, faut pas trop m’en demander quand même) mais on s’y fait. J’ai l’impression que tout démarre au deuxième tiers du roman. Une fois que l’histoire commence réellement et qu’on essuie un peu les éclats de verre que l’on se prend dans la figure à un moment, on y va franchement et on part à l’aventure avec Auguste et Solange. L’écriture est fluide et dynamique. J’ai apprécié ce point.

En définitive, les brigades du Steam est un bon roman bien ficelé qui met un peu de temps à démarrer mais qui se laisse très facilement lire. Le dépaysement est total : on file à Aix-en Provence au 19ème siècle. La thématique des brigades de Clémenceau m’a beaucoup plu. La lecture est fluide et les personnages sont hauts en couleur. Une chose est certaine, avec Solange et Auguste, ça déménage !

Encore merci aux éditions ActuSF pour ce partenariat (que j’adore !)

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un cadre historique et géographique qui m’a beaucoup plu
  • Le personnage de Solange qui se bat dans ce monde d’hommes
  • L’ambiance du 19ème siècle qui ressort clairement avec cette enquête policière

4

14

Cendres – Johanna Marines

41uLYAKrRhL._SX319_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Londres, 1888. Nathaniel et Luna vivent dans un quartier mal famé de l’East-End. Pour survivre, ils sont obligés de revendre les objets qu’ils ont volés. Au même moment, à Westminster, Agathe accepte de devenir la domestique de la famille Henwoorth. Leur destin va basculer le jour où Nathaniel va découvrir un cadavre. Agathe, une jeune femme plutôt naïve prête à tout pour payer les médicaments de sa mère malade. Celle-ci va être embauchée comme parurière chez les Henwoorth. Mais, rapidement, le fils ainé de la famille, Archibald, se montre étrange… Qu’attend-il vraiment d’elle ? Et si un tout autre destin l’attendait ? Nathaniel Depford, un jeune homme de 27 ans, qui travaille comme allumeur de réverbères dans la vieille ville. Orphelin, il ne sait presque rien de ses origines. Mais, quand celle qu’il considère comme sa sœur, Luna, disparaît et que d’étranges cauchemars refont surface, son monde fragile vacille… Réussira-t-il à retrouver Luna avec l’aide de la police ? Ou devra-t-il faire chemin seul pour comprendre les forces obscures qui tirent les ficelles en coulisse ? Et si son passé le rattrapait ?

Mon avis : Je remercie les éditions SNAG pour l’envoi de ce roman dont j’attendais beaucoup. En effet, le résumé et le livre objet me plaisent beaucoup. Tout était réuni pour que je passe un excellent moment de lecture. C’est exactement ce qui s’est passé. J’ai passé un moment de lecture intense, exceptionnel que je n’oublierai pas de sitôt

Un siècle qui me plait beaucoup

Ce n’est plus une surprise pour personne : j’adore le 19ème siècle. Quand on me parle en plus d’Angleterre… Bon, il y a de grandes chances pour que je me jette sur le roman. En effet, j’ai trouvé ce roman captivant et brillant par l’atmosphère qui s’en dégage. Siècle de notre cher éventreur, j’avais hâte de voir ce que Johanna Marines allait faire de son intrigue. Tout au long de ce roman, on a une sorte de double intrigue qui va finir par ne fait qu’une. J’ai trouvé que l’intrigue était rondement menée. L’ambiance qui se dégage de ce roman est sombre, elle permet une immersion dans un siècle assez intéressant.

De plus, l’intrigue met en exergue deux cultures différentes bien qu’elles évoluent toutes les deux au sein du même pays. En effet, on a deux strates de la société qui vont se dessiner et s’entrechoquer dans le roman de Johanna Marines. Elles seront toutes les deux illustrées par nos personnages.

Les personnages : reflets d’une société qui ne pourra pas s’entendre

Facilement, on pourrait dire « il y a les riches et les pauvres » mais pour moi, cela va bien au-delà de ça. On va vraiment plonger dans les deux mondes. D’un côté on fait la rencontre de Luna et Nathaniel. Deux personnes à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Ils sont « frère et sœur » et s’entraident avec cette vie de pauvreté. D’une autre côté, on atéléchargement Agnès, une jeune fille pauvre qui quitte sa famille pour pouvoir gagner de l’argent et soigner sa mère. Agnès devient parurière pour une famille riche. Elle travaille au sein de la famille Henwoorth. Ainsi, elle devient une domestique au travail particulier : elle doit montrer les bijoux de la famille aux invités lors des réceptions en portant les parures plus belles les unes que les autres.

J’ai beaucoup apprécié ces trois personnages principaux que nous propose de découvrir l’auteure. En effet, j’ai su m’identifier à eux. Luna pour son coté direct, Nathaniel pour sa volonté à savoir ce qui s’est passé et à retrouver Luna. Agnès pour son sens de la loyauté et son courage. Ils portent tous les trois de sacrées valeurs qui font leurs richesses.

Les psychologies sont riches et détaillées. J’ai trouvé les personnages criant de vérité. J’ai aussi pris plaisir à découvrir les personnages plus « secondaires » comme Archibald qui est très mystérieux. Dès le départ, je me suis demandée ce qu’il pouvait bien cacher.

La plume de l’auteure

Franchement, il est difficile de parler de l’intrigue sans vous en dévoiler une partie. Je suis complètement sous le charme de cette plume qui permet au lecteur de vivre une histoire haletante, sans temps mort. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Pour moi, cette histoire regorge de référence aux personnages qui ont peuplés imaginairement ou non ce siècle. J’ai adoré l’enquête et la véracité qui se dégage des paysages et de l’environnement dans lequel évoluent les personnages.

La plume est vivante, pleine de ressource et fait de l’intrigue une intrigue qui tient debout et qui nous permet de vivre une histoire palpitante !

La touche de steampunk m’a énormément plu ! Bravo

Les – :

  • Rien, coup de cœur total =)

Les + :

  • Les décors.
  • Les personnages
  • L’intrigue
  • Le steampunk que j’adore !
  • La plume.

5