10

La pilule sans lendemain de Véronique Avart

51+qe7N7wQL._SX331_BO1,204,203,200_Résumé : Après avoir vécu un passé sombre parsemé d’embûches, Charlotte accepte de travailler dans un laboratoire pharmaceutique d’investigations cliniques. Elle est invitée à accompagner le moniteur chargé de vérifier le bon déroulement des études, à la suite de la disparition du propriétaire du centre de recherche en Argentine. Néanmoins elle doute. Pourquoi elle ? Doit-elle vraiment lui faire confiance ? A-t- elle été choisie par hasard ou pour ses antécédents criminels ? Elle est loin d’imaginer le tournant insoupçonné que va prendre sa vie et les risques qu’elle s’apprête à encourir pour tenter d’élucider toute cette affaire.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie chaleureusement Véronique Avart pour l’envoi de son roman en service presse. J’avais déjà lu son premier roman, c’est donc avec plaisir que j’ai renouvelé l’expérience. Si certains points m’ont plu, j’avoue que ma lecture ne s’est pas passée le plus calmement possibles. J’ai tangué, eu quelques frayeurs pour finalement terminé sur une note agréable. C’est donc la chronique mitigée de ce roman que je vous propose aujourd’hui.

~ Un début difficile ~

Je ne vous l’ai jamais caché. La lecture des PDF ne se fait exclusivement que sur mon ordinateur (c’est pour cela que j’en accepte de moins en moins et que je prends plus de temps pour lire puisque je ne lis qu’au travail sur l’ordinateur). La mise en page m’a dérangée. Je ne sais pas si cela est intentionnel ou non mais j’ai eu des changements de police  quasiment toutes les lignes. Finalement, c’est assez perturbant. J’ai déjà donc mis quelques pages pour m’adapter à ce que l’on me proposait de découvrir.

Mis à part ce petit problème de police de caractère, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. Il y a quelques longueurs et tout au long du roman, pour moi, il y a des changements de rythmes au niveau des actions et de la narration. Ce qui fait que j’ai subi une partie de ma lecture.

Si par moments, l’auteure prend le temps de nous expliquer une situation, de nous montrer ce qu’il faut comprendre, par moments, on se retrouve avec des actions ultra rapides qui s’enchainent et qui nous perdent. Je ne vous cache pas que j’ai dû relire certains passages.

~ Les personnages ~

On fait la rencontre de Charlotte, une jeune femme très charismatique qui nous donne l’envie de la prendre sous notre aile. En effet, Charlotte n’a pas eu une vie très facile ni très belle, son passé la rattrape et la propulse dans une situation qu’elle n’aurait jamais osé imaginer. On a une lecture directe des pensées de ce personnage. On sent qu’elle n’a pas dû avoir la vie facile. Elle a un regard très dur sur les gens qui l’entourent. C’est un personnage très dur que l’on prend rapidement d’affection.

Nicky est un personnage très mystérieux, une partie de l’intrigue tourne autour de lui. C’est un personnage qui m’a plu à certains moments, moins à d’autres. A l’image de l’intrigue, mes sentiments pour lui ont vécus de sacrées montagnes russes.

~ Une enquête policière  ~

C’est l’enquête policière qui a sauvé ma lecture. J’ai apprécié cette plongée en Argentine, au cœur d’une enquête. J’avoue que j’avais un peu deviné la fin avant que celle-ci n’arrive mais, pour moi, ce n’était pas le point fort de ces moments passés en Argentine. La relation que Charlotte entretient avec Nicky est des plus belles et fortes. J’ai apprécié l’évolution des personnages et de leur relation. L’enquête reste au premier plan mais le plan personnel est assez sympathique à découvrir.

~ Des scènes en trop ? ~

Ce que j’ai trouvé dommage, c’est le nombre un peu trop important de scènes érotiques pour moi dans ce roman. En effet, elles peuvent s’expliquer mais avec l’enquête policière qui a une fin assez prévisible, on se retrouve avec une sensation de scènes érotiques mises là pour les fans de ce genre. Personnellement, je ne suis pas fan de lire les ébats sexuels d’un couple, donc ça m’a très vite lassé. J’aurais apprécié plus de détails sur l’autre partie de l’intrigue, l’enquête policière, du sang, des actions un peu plus dynamiques, qui donnent du rythme à l’histoire.

L’équilibre n’est pas vraiment présent et je trouve cela dommage parce que, finalement, on noie un peu les points positifs de ce roman avec ces scènes qui ne sont pas nécessaires pour passer un agréable moment de lecture avec la plume et l’intrigue de Véronique Avart.

~ A la découverte de l’Argentine ~

Si je n’ai pas eu de coup de cœur pour ce roman, j’ai trouvé que l’auteure a mis le paquet sur les descriptions et cela fonctionne très bien ! En effet, on se retrouve avec de merveilleuses descriptions de l’Argentine. Cela ne nous empêche pas de côtoyer aussi la misère, la corruption, les crimes en tout genre et la famine dans ce roman. On se prend vraiment une claque culturelle nécessaire. La plume de Véronique Avart reste très belle ! Les descriptions sont naturelles et véridiques, on se sent « bien » dans ce décor qui semble refléter la réalité de la vie en Argentine.

~ La plume de Véronique Avart ~

J’avoue que ce roman m’a moins plu que le premier de l’auteure. Cependant, j’ai apprécié retrouver cette plume qui va à l’essentiel. On ne tourne pas autour du pot et l’intrigue est crédible. Si l’on met de côté les scènes érotiques qui n’étaient pas faites pour moi, le roman est assez intéressant.

Je pense sincèrement qu’il n’est pas forcément à mettre dans les mains de tous les lecteurs. Une intrigue aussi tremblante ne plaira pas aux grands fans du genre. Cependant, pour les lecteurs qui lisent des thrillers de temps en temps, il pourrait être sympathique à découvrir.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un personnage principal fort et attachant
  • Une vue directe sur l’Argentine qui n’est pas du tout exagérée. On a les bons mais aussi les mauvais côtés
  • Une plongée intéressante dans les pensées de Charlotte

3

Publicités
12

La solution Thalassa de Philippe Raxhon

CVT_La-Solution-Thalassa_6398.jpgRésumé : Lorsque l’historien François Lapierre est invité à donner un séminaire sur la Shoah par un chef d’entreprise du secteur de l’intelligence artificielle et militant écologiste, il ignore que son destin vient de basculer. En route pour les Ardennes belges, sollicitée par un général américain souhaitant rapatrier le corps d’un soldat tué en décembre 1944, l’historienne Laura Zante ne mesure pas la portée du voyage qu’elle entreprend. Ils sont loin d’imaginer l’ampleur de la confrontation qui les attend, le prix à payer, les défis qu’ils vont devoir relever au péril de leur couple, de leur vie. Quand le mensonge est plus vrai que la vérité, comment lutter contre lui ? Et que vaut l’esprit critique dans une époque où les Lumières s’éteignent ? Les leçons de la mémoire ont-elles encore un sens dans un monde où la manipulation atteint la perfection ? La Solution Thalassa n’est pas un voyage au fond des temps, c’est une plongée dans les bas-fonds de notre présent. La Solution Thalassa, mieux vaut y être préparé. Elle vous fera vaciller.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Philippe Raxhon pour l’envoi de son roman. J’avais découvert sa plume grâce à la source S qui fut un énorme coup de cœur pour moi l’année dernière. Je renouvelle mon expérience littéraire avec la solution Thalassa. Encore une fois, c’est un joli coup de cœur, à retardement ! (Oui, c’est possible).

~ Un couple de personnages intense ~

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé François Lapierre et Laura Zante. J’ai apprécié leur relation discrète. L’auteur ne fait pas des tonnes de ce lien. François et Laura s’aiment, ils s’apprivoisent chaque jour et cela donne de jolis moments de complicité. La confiance est mise à rude épreuve mais la maturité du couple est infaillible. C’est assez prenant et surprenant.

François est un historien qui ne lâche jamais l’affaire. Pourtant, des fois, il faudrait. Cela m’a fait sourire parce que je suis comme lui. Je ne lâche pas avant de comprendre le pourquoi du comment. Sale habitude ? Peut-être…

Laura est impulsive et explosive. Elle parvient à trouver le petit détail qui pourrait bloquer l’avancée de son bien aimé. Italienne, elle nous régale avec son accent chantant, ses petits surnoms italiens et ses pâtes au pesto qui avaient l’air divines…

« François esquissa un sourire. Laura était aussi son amie, sa meilleure amie. Et sa petite voix intérieure lui répéta qu’un cadeau pareil, c’était une fois dans une vie. »

~ L’Histoire et l’actualité au cœur de l’intrigue ~

Ce que je trouve très intelligent de la part de l’auteur, c’est le fait de sortir des sentiers battus. En effet, là où les auteurs historiques se servent des grands événements de notre Histoire pour faire avancer l’intrigue, Philippe Raxhon utilise un petit événement pour remonter le cours de l’Histoire pour nous raconter une histoire fabuleuse ! Ici, on plonge dans la seconde guerre mondiale. On parle de la Shoah, de la montée du nazisme ainsi que de l’incendie criminel du palais du Reichstag.

Un manuscrit vient perturber l’existence des deux historiens. Nous suivons donc l’enquête et les recherches de Philippe et Laura pour stopper ce manuscrit et la progression de ce dernier.

C’est assez paradoxal de mettre « Histoire » et « Actualité » dans le même sous-titre me direz-vous. Mais c’est terriblement terrifiant de le comprendre. La haine du nazisme, le terrorisme, la xénophobie… On a l’impression que l’homme n’apprend pas des erreurs du passé, de ses aïeuls, c’est terrifiant. Là où mon idéologie serait de vivre en paix tous ensemble, Philippe Raxhon me rappelle qu’il y a des gens, encore à notre époque, qui pensent qu’une race est inférieure à une autre. Que l’on a besoin de tuer pour vivre… C’est juste terriblement honteux.

Le numérique a aussi une place importante dans ce roman. L’auteur joue tellement avec nos nerfs. La recherche internet, les mots clés, les fake news, la rapidité avec laquelle l’information arrive à nous… Bref, Philippe Raxhon utilise la moindre ressource pour ajouter de l’eau à son moulin.

« Le climat était déjà incontrôlable, déstabilisé, et l’effet domino enclenché, et si les gouvernements n’agissaient pas ou traînaient des pieds, c’est parce qu’ils le savaient et préféraient ne pas l’avouer à leurs opinions publiques. Quoi qu’on fasse, c’était déjà trop tard. »

~ Une intrigue en deux temps ~

Ce fut un coup de cœur à retardement comme je le disais ci-dessus. En effet, j’ai trouvé que le début de l’intrigue était un peu lent, en effet, la résolution de l’intrigue, de cette solution Thalassa me semblait un peu facile, trop rapide. C’est comme si Philippe Raxhon m’avait entendu râler, et comme par magie, l’intrigue a passé la seconde, elle a évolué et m’a voyagé partout : entre l’Italie, la France, la Russie, j’ai passé un formidable moment. J’ai visité de formidables endroits et franchement… j’en redemande !

La fin m’a laissée béate d’admiration. J’ai trouvé saisissant l’idée de Philippe grâce à tous ses personnages. Pamela et son père, notre couple d’historiens et les personnages secondaires sont tous utiles et très intéressants. Philippe Raxhon transforme donc son deuxième roman en un deuxième chef d’œuvre ! Bravo !

~ La plume de l’auteur ~

Franchement, je suis ravie de replonger dans l’univers de l’auteur. Bien différent du premier tome pour moi, j’ai trouvé celui-ci plus psychologique, beaucoup plus intense dans la recherche. Philippe Raxhon a une plume parfaite pour raconter l’Histoire sans ennuyer son lecteur, c’est saisissant.

Les + :

  • Le retour de François et Laura, un couple que j’adore suivre !
  • Le voyage géographique qui me fait rêver
  • L’Histoire au service d’une intrigue parfaite
  • Histoire et actualités au cœur de l’intrigue
  • Des messages intéressants sur les sujets actuels comme le climat.
  • La plume de Philippe. Vivement le troisième roman.

5

18

Le violoniste : coup d’archet de GE Froideval

CVT_Le-violoniste--Coup-darchet_2151.jpgRésumé : Franz Schligg, violoniste de talent, est un homme adulé ou détesté : virtuose pour les uns, mégalomane pour les autres. Les femmes qu’il séduit puis rejette, le considèrent comme un monstre. Jusqu’au jour où, confronté à une femme qui lui tient tête, il la tue d’un coup d’archet. Accident ou pulsion ? Pris dans l’engrenage de sensations qu’il peine à contrôler, dépassé par ses actes et ses mensonges, sa vie bascule lorsqu’il devient le témoin d’un crime. Guetté par la folie, tiraillé par ses émotions et cerné par la paranoïa, Franz précipite sa chute d’un nouveau coup d’archet. Cet acte le conduit à Karl, un tueur à gages qui lui propose un sordide marché : contraindre le violoniste à remplir ses propres contrats lorsque la cible à atteindre est une femme. À contrecœur, Franz accepte afin de se donner le temps de trouver le moyen de s’affranchir de sa dette. Lorsque le corps de sa première victime est retrouvé dans d’étranges circonstances, l’étau se resserre autour du violoniste, lequel n’envisage qu’une seule solution à ses problèmes : la fuite. Mais à quel prix ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie l’auteure pour l’envoi de son roman. J’ai pris plaisir à découvrir un roman où se mêlent la psychologie, la musique ainsi que le sang.

~ Un thriller psychologique ~

Cela faisait longtemps que je n’avais pas mis le nez dans ce genre-là. Pourtant, il me plait, je vous l’avoue sans honte. Cependant, j’ai toujours du mal à me remettre de mes lectures, j’en fais donc peu. Ici, même si j’ai passé un agréable moment de lecture, ce ne fut pas un coup de cœur. Il a beaucoup de points forts mais aussi quelques faiblesses.

~ Des personnages surprenants ~

Dans cette petite rubrique, il y a du bon et du moins bon. En effet, je pense que cela jouera en fonction des attentes du lecteur.

On fait la rencontre de notre personnage principal Franz Schligg. Violoniste célèbre et talentueux, Franz est un homme hautain qui sait parfaitement qu’il est talentueux et bel homme. Il joue avec les femmes. Il joue à les humilier, à les pousser à ressentir du désir, à jouer le jeu de la séduction avant de se moquer et de ridiculiser ces jeunes femmes qui lui courent après.

On y trouve aussi tous les personnages qui gravitent autour de lui : Jacob Shann son mentor, Albert chaf d’orchestre anglais et ami de Franz mais aussi Karl. On a beaucoup de figures féminines qui tournent autour de Franz : Teresa, Lili, Liesl mais aussi Emilie et Andréa. Il y a bien d’autres personnages mais ceux-ci sont les récurrents.

S’il y a bien quelque chose que j’ai apprécié dans ce roman, c’est les psychologies des personnages ! Seigneur, quel travail. Vous me direz, pour un thriller psychologique, il vaut mieux avoir de bons personnages mais je trouve que l’auteure s’en sort haut la main ici. C’est incroyable.

Franz nous apparait comme étant un meurtrier mais que l’on prend de sympathie par moments. Je pense plus que j’ai ressenti de la pitié et un léger pincement au cœur pour ce personnage.

 Ce que j’ai moins apprécié ce sont ces réactions venant de tout le monde. S’il y a des réactions que l’on peut anticiper et apprivoiser, il y en a d’autres qui sont explosives, que l’on ne voit pas arriver et aussi, certaines sont apparues comme étant incompréhensibles… Encore une fois, je pense que cela est aussi en lien avec l’appréciation du lecteur. On aime ou non. Personnellement, je n’apprécie pas.

Il faut aussi dire que la femme a une place importante dans l’intrigue. Si elles commencent par être le jouet de Franz, les femmes sont aussi ses victimes, ses sauveuses et ses bouées de sauvetages. Grâce ou à cause d’elles, Franz se sent vivant. La femme a plusieurs visages dans ce roman : protectrice mais aussi séductrice ou encore intrigante. Franz va, plus d’une fois, faire face à ses cauchemars et les femmes ne sont jamais bien loin. Elles peuvent être bénéfiques ou, au contraire, être des personnages qui enfoncent Franz dans son propre cercueil.

~ L’intrigue et la plume ~

La thématique de la musique revient forcément sur le tapis en ayant un personnage principal violoniste qui évolue au cœur d’un orchestre symphonique. On est à Vienne, berceau de la musique classique. C’était un décor très sympathique. J’avoue qu’il m’a manqué une enquête policière plus soulignée et approfondie. L’auteure prend le pari de se placer du point de vue du tueur mais j’aurais apprécié le sentir plus en danger.

Cependant, l’intrigue ne s’essouffle pas, bien au contraire. On retrouve cette musique dans la plume, dans les rythmes et dans les figures de style proposés par G.E Froideval. C’est assez intéressant. La manière dont l’auteure traite de la musique, de la séduction et de la folie dans ce roman est très intéressante : on est vraiment dans un ensemble ultra culturel. On rencontre aussi une photographe ce qui souligne le milieu culturel et artisanal dans lequel on baigne tout au long de l’histoire. On voyage entre des villes qui sont connues pour la culture qu’elle soit musicale, cinématographique ou autre.

Ainsi, on vogue entre rêve et cauchemar, entre culture et horreur, entre séduction et meurtres mais aussi entre réalité et folie. Si parfois j’ai eu du mal à me placer dans toutes ces actions, le roman reste bon grâce aux décors, au milieu dans lequel on évolue ainsi qu’aux personnages aux psychologies fortes et détaillées.

Les relations ont une importance dans ce roman. J’avoue que si je n’ai pas su comprendre certaines réactions qui n’apportent pas les répercutions attendues (au moins, c’est surprenant !), j’ai apprécié découvrir la toile de personnages et leurs relations.

Ainsi, ce thriller souligne le pouvoir de la séduction mais aussi de l’amour dans tout ce qu’il peut y avoir de destructeur. On est dans un roman qui bouscule nos convictions. C’est une lecture saisissante.

En définitive, je pense que ce roman est un roman qui doit être lu pour les surprises qu’il réserve ainsi que pour ses personnages aux psychologies intenses et alambiquées. La plume de GE Froideval suit la ligne rythmique et musicale du roman. Aucune fausse note n’est à déplorer dans la syntaxe.

Les – :

  • Une enquête policière trop effacée pour moi
  • Des réactions que je n’ai pas comprises

Les + :

  • Les psychologies incroyables des personnages.
  • La plume de l’auteure
  • La place de la femme dans ce thriller
  • Le côté culturel de l’œuvre

4

17

Du sang sur les blés de Josée Llinares

51VJHbKS-PL._SX195_.jpgRésumé : Dans le huis clos d’un village de Beauce, des ossements sont découverts par un cultivateur. Aussitôt avertis, le commissaire Damien Melville et l’inspecteur Vincent Campos, basés à Chartres, se voient confier l’enquête. Les rebondissements se succèdent au rythme des meurtres. Une chasse à l’homme s’organise, c’est le début d’un cauchemar éveillé… Au même moment, Marie, journaliste à Paris, reçoit une lettre anonyme. Le doute s’immisce dans son esprit. Elle part sur la trace de ses origines sans se douter que son implication dans l’investigation policière va la plonger dans un univers sanglant. Les destins croisés dévoilent un lourd secret… Quelle abomination vont-ils encore découvrir ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Josée Llinares pour l’envoi de son roman ainsi que les éditions du Panthéon pour la confiance dont vous avez fait part envers mon travail.

Un thriller captivant

Voici une lecture assez intéressante. J’avoue que l’auteure ne fait pas dans la demi-mesure : on entre dans le vif du sujet en faisant la rencontre d’un groupe assez glauque qui est en route pour cacher un cadavre. Avant de l’enterrer, les hommes massacrent le corps… De quoi filer des sueurs froides. Le premier chapitre raconte donc ce meurtre dans les années 1980.

Le deuxième chapitre s’ouvre donc vingt-cinq ans plus tard. Le roman propose donc une enquête sur cet horrible meurtre qui remonte à la surface après tout ce temps.

On se rend rapidement compte que l’on est dans un petit village de Beauce. Plus c’est petit, plus les meurtres sont glauques. Ici, le petit village ne déroge pas à la règle. On entre dans un univers particulièrement sombre.

L’intrigue et les personnages

On est dans un roman où il y a énormément de personnages, j’avoue que je m’y suis un peu perdue au départ. Entre les policiers, les gens du village et les personnages internes à l’enquête, bref, on se retrouve vraiment dans une spirale de personnages en tout genre.  On fait la rencontre de Mado et Baptiste les aubergistes, Julien l’instituteur, Thomas le médecin, Brice le notaire, ainsi que les deux propriétaires du château aussi…  Tous ces gens font partie de la vie du village. L’équipe policière est aussi très présente avec l’inspecteur Vincent Campos et le commissaire Damien Melville ainsi que Gabriel Revert, le médecin légiste. Marie et Sam sont, quant à eux, arrivés dans cette histoire grâce à une lettre anonyme qui vient titiller Marie, journaliste et Sam photographe.

J’avoue que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages que Josée Llinares nous propose. Je crois qu’il y en avait trop pour moi. Je pense qu’aucun n’est sorti du lot pour moi. Ils ne m’ont pas empêchée de passer un bon moment de lecture mais je pense que j’aurais plus apprécié cette découverte en m’attachant à un personnage en particulier. Ici, ils sont tous sympathiques mais sans plus.

L’intrigue est vraiment prenante et captivante ! L’auteure sait où elle veut nous mener et y parvient sans grande difficulté. Tout est vraiment pensé et calculé. La fin reste très intéressante, j’adore être surprise et j’ai été servie. Dommage que le fin mot de cette histoire soit si hâtif.

Il m’est difficile de vous parler de l’intrigue tant le résumé est suffisant. Surtout dans une enquête policière, je n’ai pas envie de vous dévoiler l’intégralité de l’histoire.

La plume de Josée Llinares

Que de suspens ! Franchement, je ne pensais pas que j’aurais autant apprécié cette histoire. La plume est vive, piquante et intéressante. Josée Llinares a réussi son pari en nous proposant un thriller qui file des sueurs froides à tous les lecteurs.

Les – :

  • La fin un peu rapide pour moi
  • Les personnages : personne n’est sorti du lot

Les + :

  • Une enquête policière incroyable
  • Une vie dans un village qui reflète la réalité
  • La plume de Josée Llinares
  • Les décors captivants et l’histoire contée

4

13

L’inconnue de l’équation de Xavier Massé

411QzqijjlL._SX195_.jpgRésumé : Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol. Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes. Accident, meurtre, ou vengeance ? Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Joël et son équipe des éditions Taurnada pour l’envoi de ce roman qui m’a fait passer un très bon moment de lecture.

Un thriller qui signe une course contre la montre

Le résumé est assez évocateur : la police n’a que quatre heure pour parvenir à résoudre une histoire familiale dramatique. Deux témoins, deux versions différentes. Qui a tort, qui a raison ? Xavier Massé signe ici une intrigue originale et intrigante.

Les personnages

J’ai trouvé qu’ils étaient tous très bien campés. Franchement, les psychologies sont détaillées, les morts sont aussi importants que les vivants. On n’a pas seulement que deux camps qui se dessinent (les coupables/témoins et les victimes). L’auteur parvient à nous dessiner une véritable toile où se tissent des problématiques, des incidents et des liens entre les personnages. C’est très intelligemment conçu ! Cela permet aux fans de thriller de se régaler. C’est ce qui s’est passé pour moi. L’auteur est toujours là où on ne l’attend pas. Bravo !

François et Juliette sont les victimes retrouvées carbonisées. Leur fils, Julien, est retrouvé sur le sol, gisant dans une flaque de sang. On ne peut pas dire que ce sont des petits chanceux ces trois-là ! Cependant, durant le temps de ce thriller, ce sont eux qui sont sur le devant de la scène. Ainsi, toute l’intrigue tourne autour d’eux : qui a fait ça ? Est-ce un accident, un meurtre, un drame familial ? Bref, Xavier Massé nous propose tous les cas de figure avant que l’intrigue prenne un tournant formidable.

On a deux témoins dans des salles d’interrogatoire. Qui a fait quoi ? Qui dit la vérité ? Qui ment ? Tant de questions qui finissent par trouver des réponses. Deux personnagestéléchargement forts que l’on ne peut pas forcément imaginer faire du mal : la mère de François et une représentante des forces de l’ordre. J’ai trouvé cette idée remarquable, l’originalité des personnages est très sympathique.

Pour qu’un thriller tienne, il faut vraiment que l’auteur ait une sacrée imagination. Xavier Massé nous prouve ici que la sienne est sans limite. J’ai trouvé les psychologies des personnages très bien dessinées et trouvées. On ne s’ennuie pas tant les personnages sont différents.

En tant que lecteur, on est dans ce cas de figure où l’on ne fait confiance à personne. Je n’ai su m’attacher à aucun personnage tant la méfiance règne dans ce roman, c’est excellent!

Un style sympathique mais qui m’a posé problème

Par moments, j’ai eu du mal avec le style. Même si la plume est efficace, je trouve que, parfois, elle a quelques petites faiblesses. Par exemple, quand je lis « Françoiiiiiiiiiiiis » j’ai un peu de mal. C’est vrai que c’est tout à fait personnel mais je préfère un « cria-t-elle » à la rigueur. En soi, cela n’empêche pas l’avancée dans la lecture mais j’ai été un peu gênée par cela.

Je dois quand même vous dire que le roman est un roman dans lequel on ne s’ennuie pas. En effet, cette notion de quatre heures nous permet d’avoir un récit dynamique, sans longueur. C’est très intéressant. La lecture est intense jusqu’à la dernière ligne. La construction en flash back est très bien maitrisée ! Franchement, il vaut le coup d’oeil… Pour moi qui n’aime pas les maths, cette équation m’a donné fichue des sueurs froides 😉

Les – :

  • Quelques passages au style particulier

Les + :

  • L’intrigue originale et le thriller bien ficelé
  • Les personnages qui sont tous très intéressants
  • Une lecture dynamique et sans longueur

4

16

Survivantes – DF Novel

xcover-3205.jpgRésumé : Une randonnée entre amis qui devait réconcilier deux frères. Pourquoi cette animosité entre eux ? Quel lourd secret cache Mathias ? Qui sont ces agresseurs venus du fond de la forêt ? Cette randonnée se transformera-t-elle en voyage vers l’enfer? Dans ce nouveau thriller, nous retrouvons l’ambiance sombre des précédents livres de D.F Novel. Un voyage au cœur de la nature sauvage de Suède. Une course pour la survie.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie l’auteur de m’avoir contactée sur SimPlement. J’ai pu découvrir un roman court mais intense. Survivantes est un roman qui plaira aux fans de thriller.

Un décor surprenant

J’avoue ne jamais avoir pensé à la forêt de cette manière. C’est assez paradoxal quand même : se sentir oppressé dans des kilomètres carrés de verdures. Dense, immense et silencieuse, la forêt est le lieu principal de ce roman. J’ai énormément apprécié les descriptions que propose l’auteur. On plonge réellement dans l’histoire, on se retrouve avec un univers froid et assez dur. Grâce aux différentes descriptions proposées par l’auteur, on se sent vraiment évoluer dans l’histoire aux côtés de nos quatre personnages principaux. C’est assez prenant et surprenant.

Les personnages

On est avec quatre personnages : deux couples, deux frères. Tout n’est pas tout rose entre Mathias et Harald. Mathias et sa femme Erika ont décidés d’inviter Harald et Hilda pour essayer de tisser des liens plus profonds. Deux frères qui se déchirent c’est insupportable. J’étais curieuse de connaitre la raison de leur mésentente.

On a quatre personnages assez différents. Les deux frères évoluent de manière radicalement différente. Erika est une jeune femme que j’ai appréciée. D’un naturel très calme, elle se révèle être d’une grande aide lors de ce voyage. Elle est réfléchie et intelligente. Elle essaye de régler les problèmes pour que tout le monde sorte indemne de ce cauchemar.

Hilda est un personnage très effacé. Un peu trop pour moi je trouve. Mais ceci est une affaire de gout.

L’intrigue et le résumé

Si l’intrigue est bonne, j’ai trouvé le résumé trop révélateur. C’est dommage parce que la surprise que j’attendais n’est pas forcément venue. En revanche, ce que l’on apprend sur Mathias est excellent. On a une montée dans l’intrigue qui arrive à son paroxysme au moment où l’on comprend ce que Mathias cache et puis… ça retombe un peu très rapidement. En effet, il ne m’a pas été difficile de découvrir ce qui allait se passer par la suite.  C’est vraiment dommage parce que l’idée est vachement bonne et j’aurais aimé être surprise par la fin.

C’est un roman qui peut facilement plaire. Court, ce choix de format est à double tranchant. Pour un thriller, cela est assez sympathique puisque on ne perd pas une minute : le rythme effréné qu’impose l’auteur nous permet de vivre une aventure folle. On est dans le vif du sujet. Je trouve que le résumé en dit un peu trop, c’est dommage, cela gâche une partie de l’intrigue.

La plume

Je découvre la plume de D.F Novel avec ce roman. Je ne regrette pas mon choix d’avoir accepté ce roman. En effet, je l’ai trouvé très intéressant dans la construction de l’intrigue, de la mise en place des décors et de l’esquisse des psychologies très intéressantes.

Je trouve que la plume de D.F Novel est bonne, elle est plaisante dans l’exercice que propose le thriller. Je reste captivée par les décors proposés et par le choix de la forêt qui, au final, fait partie, elle aussi, des personnages de ce roman.

Les – :

  • Un résumé un peu trop évocateur, dommage !
  • Une fin qui ne m’a, malheureusement, pas surprise

Les + :

  • Quatre personnages différents que j’ai apprécié découvrir
  • Le lieu forestier ainsi que les descriptions des décors, chapeau !
  • Le secret de Mathias qui m’a énormément plu

3

20

Sex Doll de Danielle Thiéry

CVT_Sex-Doll_8054Résumé : À Paris, l’ouverture d’un hôtel de passe 2.0, dont les pensionnaires sont des poupées en silicone, ne fait pas l’unanimité. Son jeune propriétaire, précurseur sur le marché du sexe, n’avait pas imaginé les réactions violentes que sa start-up provoquerait … Dans le même temps, l’Office, dirigé par le commissaire Marion, est confronté à une série de meurtres atroces. Trois femmes sont retrouvées mutilées, des parties de leur corps trafiquées afin d’en faire des créatures parfaites. La psycho-criminologue Alix de Clavery, dont l’expertise est indispensable sur ce dossier, a mystérieusement disparu. Si Marion devine que ces affaires sont liées, elle n’imagine pas à quel point. De Paris au Japon, elle traque ce Docteur X qui l’obsède depuis quinze ans. 

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Gilles Paris ainsi que toute son équipe pour l’envoi de ce roman. Je remercie aussi les éditions Flammarion pour ce roman qui me faisait de l’œil. J’avoue que j’étais assez curieuse de découvrir l’auteure évoluer dans une nouvelle enquête. J’avais lu, à l’époque, Féroce de Danielle Thiéry et cela m’avait beaucoup plu !

La sexualité 2.0 au cœur du roman

J’avoue que je savais très bien à quoi m’attendre avec ce titre évocateur. Le sexe est au cœur du roman. Cependant, il ne l’est pas comme on peut le trouver dans le genre New Adult. Ici, l’auteure fait le pari de parler de sexe à travers la technologie et les poupées. Franchement, cela fait froid dans le dos. Poupées ultra réaliste en silicone, elles sont parfaites pour les hommes en quête de la perfection. En effet, elles sont bonnement parfaites ! Belles, silencieuses et dociles. Quel bonheur pour ces hommes !

Les personnages

On retrouve Edwige Marion que l’on avait rencontré dans Féroce. J’ai apprécié la retrouver. On l’avait laissé dans un sale état à la fin de la lecture de Féroce. Cependant, Edwige montre encore une fois sa force : elle ne s’est pas laissée abattre et avance dans la vie malgré les séquelles.

Cette aventure est un peu particulière puisque l’une des victimes est connue par Edwige.

Personnage fort, j’ai apprécié la suivre avec son équipe au cœur de cette enquête à couper le souffle.

Personnage aussi important pour ce roman c’est Martin Brand. Il est le propriétaire du XDoll 2.0 où l’on peut trouver les poupées en silicone dont je parle ci-dessus. Personne qui mise tout dans les nouvelles technologies, il est confiant : son entreprise est sur la route de la gloire lorsque l’un de ses clients explose en plein vol lors d’une sexcapade avec une poupée…

L’intrigue

J’avoue que cette enquête m’a tenu en haleine. Cependant, il m’a manqué quelque chose durant ma lecture : le voyage au Japon !!! Lieu de naissance des poupées en question, j’espérais partir là-bas. De plus, le fait qu’on en parle dans la quatrième de couverture était vraiment très sympathique et c’est un des points pour lesquels j’avais envie de lire le roman.

En soi l’intrigue est très digne d’intérêt. On a un grand malade en cavale. Tous les quatre du mois, un meurtre a lieu, un nouveau cadavre sur les bras, l’équipe d’Edwige Marion est aux aguets ! Haletante, pleine de rebondissement et de dynamisme, je n’ai pas su lâcher cette enquête. Cela se lit rapidement.

La plume de Danielle Thiéry

Je suis vraiment contente d’avoir fait le choix de poursuivre mon aventure dans l’univers de l’auteure. Je suis fan, j’aime beaucoup ce qu’elle propose et la diversité dans laquelle elle évolue et exerce. Il y a une réserve, une sorte de pudeur dans cette violence qui fait qu’elle peut tout dire sans choquer son lectorat, c’est une plume exceptionnelle que je vous conseille de découvrir le plus rapidement possible si vous n’avez jamais mis votre nez dans les romans de l’auteure !

Les – :

  • Le fait de ne pas avoir voyagé au Japon, quel dommage !

Les + :

  • Le retour d’Edwige Marion, j’apprécie cela ! On a une continuité dans les personnages mais un renouvellement dans l’intrigue.
  • La plume de l’auteure que j’apprécie énormément
  • L’univers proposé : choquant, violent mais très bien maîtrisé

4