10

Emma, le secret de Cendrillon de Vanessa Furchert

51y2hpmaPmL.jpgRésumé : Le destin. Aujourd’hui, il vient me défier une fois encore. Contrainte et forcée de l’affronter, trouverai-je la force de me relever ? Tiraillée désormais entre le bien et le mal, le présent et le passé, il me faut faire un choix et assumer mes décisions. Ma vie et celle de ma fille en dépendent…

Mon avis : Je remercie Erato édition pour l’envoi de ce Service Presse qui marque mon troisième partenariat avec cette maison d’édition via simplement.pro. J’avais beaucoup apprécié le premier tome de la duologie de Vanessa Furchert. C’était une revisite de conte et bien entendu, lorsque j’ai vu que le second tome était disponible, je n’ai pas réfléchi plus de trois secondes avant de demander ce roman en partenariat.

Une intrigue qui mélange deux histoires.

Encore une fois, j’ai été ravie de passer un moment de lecture en compagnie d’Emma, de Jeanne et de Sacha. Si l’intrigue est policière, elle reste aussi intime et personnelle lorsque l’on parle de la vie d’Emma. On jongle entre l’enquête et le passé d’Emma. L’auteure parvient à ré unir de manière intelligente ces deux pans de l’intrigue pour n’en faire qu’une. C’est très plaisant. Je ne m’attendais pas du tout à cela. L’intrigue prend un tournant intéressant qui nous tient en haleine jusqu’au bout.

Entre passé et présent.

Le personnage d’Emma est notre personnage principal. Si on la connait à cause du psychopathe qui a failli la tuer dans le premier tome, on la rencontre sous un autre angle. On vogue entre son passé et son présent. La mort de sa mère et le tournant qu’il marque dans la vie d’Emma. S’en suit alors une vie de débauche pour oublier la douleur : alcool, drogue et sexe. Je me suis retrouvée dans une situation particulière avec le personnage d’Emma. En effet, un sentiment d’impuissance s’empare du lecteur : que faire pour la sortir de là ? On a l’impression qu’elle est dans une impasse. Cependant, on n’a pas envie de la laisser tomber, on veut qu’elle s’en sorte. Alors on subit la situation en espérant que cela s’arrange.

J’ai apprécié ces allers-retours entre le passé d’Emma et son présent et de quelle manière ces deux morceaux de sa vie sont liés.

Des personnages intéressants.

Même si j’ai apprécié retrouver les personnages du premier tome, j’ai aussi aimé en découvrir de nouveaux. En effet, ils apportent un nouveau souffle à l’intrigue. C’est très intelligent d’avoir amené des personnages qui ne sont pas blancs comme neige. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Dario mais aussi Andrea. J’ai trouvé que cette famille sicilienne qui est dans le giron de la police était une bonne idée. Ainsi, on met Emma dans une situation assez délicate ainsi que Sacha à cause de son travail et de sa relation avec Emma.

Le personnage de Jeanne est assez intéressant. J’ai aimé l’épilogue qui la met en avant. Sa relation avec Sacha est très sympathique à découvrir.

La plume de l’auteure.

J’aime beaucoup ce que l’auteure nous propose de découvrir. C’est une plume intéressante et très sympathique que j’ai rencontré. La structure de cette duologie est très sympathique à découvrir et la plume y est pour beaucoup. J’ai trouvé la construction intéressante et intelligente. C’est aussi une plume qui véhicule beaucoup d’émotion : on est dans la peur de découvrir ce que les personnages vont subir mais aussi dans la douceur grâce à la relation entre Emma et Sacha.

Voici donc une duologie que je vous conseille de découvrir si vous aimez les enquêtes prenantes qui vous tiennent en haleine. C’est très sympathique.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir un peu plus sur la relation entre Jeanne et Andréa. J’espère avoir un spin off 

Les + :

  • Le personnage d’Emma que j’ai aimé découvrir plus en profondeur.
  • La plume de l’auteure.
  • Les va-et-vient entre le passé et le présent.
  • L’apport de nouveaux personnages.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
18

Le cercle de Caïn de Sophia Raymond

Le cercle de Caïn.jpgRésumé : Une journaliste baroudeuse en pleine débâcle professionnelle et affective. Un corps qui réapparaît, miraculeusement conservé, 5 000 ans après une mort peu naturelle. Et L’Enfer de Dante… Clara Fischer, en flairant le scoop qui doit relancer sa carrière de grand reporter, n’a-t-elle pas sous-estimé le danger menaçant ceux qui approchent de trop près la momie des glaces ?

Mon avis : Je remercie Camille et les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman en service presse. J’ai complètement craqué pour la couverture et le résumé. De temps en temps, j’aime bien me faire des lectures qui sortent du cadre et dont le sujet est prometteur.

 

Un univers incroyable.

Ce roman était hyper intrigant. Je suis vraiment sous le charme de ce que j’ai pu découvrir. C’est un roman tellement bien construit qu’une fois le nez dedans, on ne peut plus s’en détacher. De l’intrigue, en faisant un tour par les personnages et en passant par les décors et les descriptions, tout est rondement mené. La plume est belle, c’est excellent.

Une enquête policière sur fond historique.

Voilà un mélange intéressant mais qui est très glissant pour moi. Si j’aime ce genre, il est à double tranchant : soit j’adore, j’adhère et ma lecture est excellente soit c’est mal fait, mal maîtrisé et on court à la catastrophe. Ici, c’est la première option qui gagne : ce roman est très bon du début à la fin. Le seul petit point négatif que j’ai à souligner c’est le fait que, par moments, dans l’enquête policière, j’ai eu des moments de flottement suite à ce que l’on nous explique. En effet, même si la majorité reste plausible, il y a certains points qui semblent farfelus.

On fait la rencontre d’une journaliste : Clara Fischer. Elle fonce tête baissée dans cette enquête qui va l’emmener loin. Cela ne sera pas de tout repos. Cependant, elle prend le risque. Elle sent que quelque chose ne va pas avec cette enquête. Elle doit se lancer : elle est à un moment charnière de sa vie qui fait qu’elle doit se remettre sur les rails et faire avancer le train correctement. Elle doit changer ce qui ne va pas dans sa vie, coûte que coûte.

Le côté historique arrive avec le sujet de la momie d’Ötzi. Cette histoire, dans les années 1990 a fait parler d’elle. On a retrouvé un homme entre l’Allemagne et l’Italie. Complètement congelé. Le corps aurait plus de 5300 ans. Remarquable ! J’ai apprécié découvrir cette histoire. Cela fait du bien de ne pas aller repêcher les histoires sur les divinités. Ici, on est loin de tout cela, c’est bien !

Les personnages.

J’ai adoré le personnage principal. Elle est tout ce que j’apprécie. Elle ne manque pas de cran ni de courage. Elle sait ce qu’elle soit faire et le fait avec brio. Elle fait des erreurs, essuie des plâtres mais elle ne se détourne jamais de son objectif principal. C’est un personnage que j’ai apprécié. Voilà un personnage extrêmement bien pensé. On sait s’y identifier rapidement. Clara est une force qui porte le roman très haut. Franchement, je n’ai rien à redire.

Les personnages secondaires qui accompagnent Clara sont tous utiles. Franchement, j’ai adoré ma lecture et ils y sont pour beaucoup.

La plume de l’auteure.

C’est une découverte pour moi et j’avoue que je suis surprise. C’est une plume qui parvient à nous coller des frissons du début à la fin. J’ai lu cette lecture en une après-midi. C’est ni trop long, ni trop court. C’est parfait. L’auteure parvient à nous envoyer dans des directions différentes mais qui véhiculent beaucoup d’émotions. La lectrice que je suis a été satisfaite de cette découverte.

Je vous laisse un lien très intéressant sur la momie en question =)

Les – :

  • Quelques éléments farfelus dans l’enquête policière.

Les + :

  • L’originalité de l’intrigue.
  • Le personnage de Clara.
  • La plume de l’auteure.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Mauvais genre – Isabelle Villain

CVT_Mauvais-genre_2535.jpgRésumé : Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups. Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Joël ainsi que les éditions Taurnada pour l’envoi de ce service presse. J’ai pu découvrir l’univers d’Isabelle Villain. C’est un roman que j’ai pris plaisir à découvrir.

« Mauvais genre »

Je ne m’attendais pas à ce que ce terme soit utilisé de cette manière. J’avais plutôt l’impression que c’était « mauvais genre » dans le sens « mauvaise influence ». Je n’ai rien vu venir. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai su associer les deux trames narratives que l’on m’a mises sous le nez. Cet effet de surprise m’a beaucoup plu d’emblée. Cela nous met une intrigue assez bien pensée entre les mains. Je n’ai pas ressenti d’ennui lors de ma lecture, j’ai pu complètement m’immerger dans l’univers proposé ici.

Une enquête policière en toile de fond.

On fait la rencontre d’une équipe policière assez intrigante : on fait la rencontre de Rebecca de Lost un commandant assez imperturbable qui vit sa vie comme elle l’entend. C’est un personnage que j’ai apprécié par sa force de caractère et sa volonté de montrer àtéléchargement qui veut l’entendre qu’elle ne se laisse pas abattre par les coups durs de la vie. S’ajoute à ce personnage fort des hommes : Tom, Cyril ou encore Antoine.

Ce que j’ai apprécié c’est le fait que l’on ne voit pas que l’enquête policière. On voit aussi les personnages évoluer dans leurs sphères personnelles distinctes. Les chemins se croisent et se séparent, c’est très intéressant.

On a une sorte de double enquête qui se déroule sous nos yeux. On découvre l’intrigue policière concernant le meurtre d’une jeune femme mais aussi une autre intrigue qui elle se trouve être sous-jacente, elle apparaît petit à petit, au fil des pages. On fait la rencontre d’un serial killer que l’on pensait sous les barreaux.

Un choix narratif compliqué.

La chose avec laquelle j’ai eu du mal c’est avec la narration. L’auteure a fait le choix d’une narration externe. On se retrouve donc avec une narration à la troisième personne du singulier. J’ai trouvé cela dommage parce qu’au final, on assiste en tant que spectateur à cette histoire sanglante. J’aurais apprécié être prise à partie dans cette intrigue. Je me serai sentie plus proche de ce que je lisais, peut-être plus impliquée aussi. J’avoue qu’au niveau des émotions, je suis un peu restée de marbre face à aux événements. La plume de l’auteure reste sympathique à découvrir mais j’espère pouvoir étayer mon avis à ce sujet avec une autre enquête.

Une fin surprenante.

Cependant, je dois avouer que la fin m’a surprise. Lorsque j’ai compris qui était le coupable, j’avoue ne pas y avoir pensé. En lisant les dernières pages du roman, j’avoue espérer une suite. Cette fin me laisse sur ma faim. Je n’ai pas franchement compris la réaction de Rebecca face à Tom. J’espère en savoir plus dans une autre enquête.

Les – :

  • Un choix narratif qui ne m’a pas convaincu.
  • Je suis restée de marbre face aux événements.

Les + :

  • Une intrigue intéressante.
  • Une double enquête policière.
  • Une équipe policière assez sympathique à découvrir.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

23

Grand Froid – Cyril Carrere

CVT_Grand-blanc_704.jpgRésumé : Le jour où sa mère est retrouvée morte, la vie de Lucas bascule. Délaissé par la police qui conclut à un suicide, ses doutes l’incitent à surmonter sa douleur pour mener sa propre enquête. La lettre anonyme qu’il reçoit confirme ses soupçons : quelque chose ne tourne pas rond. Et lorsqu’un mystérieux individu s’attaque à ses proches, il n’a plus qu’une solution : lui échapper et tout faire pour établir la vérité… Grand froid a été finaliste du concours thriller VSD-Michel BUSSI 2018. Il s’est classé premier au terme du vote de la communauté de lecteurs.

Mon avis : Je remercie Emma et les éditions Nouvelle Bibliothèque pour l’envoi de ce service presse qui est un véritable chambardement dans ma vie de lectrice. Je remercie aussi Cyril Carrere pour sa gentillesse. Auteur très accessible, c’est un plaisir de discuter avec lui.

Attaquons nous à mon avis : j’ai eu la chance et l’extrême honneur de pouvoir mettre mon petit nez de lectrice curieuse dans les pages du roman de Cyril Carrere. Grand froid est un thriller que j’ai tellement mais tellement apprécié !

Je pense que j’ai lu ce roman au bon moment. Avec un titre si évocateur et une couverture si froide, la période de l’année est juste, très bien choisie (je ne l’ai même pas fait exprès ahah).

On fait la rencontre de Lucas, le fils de Gaëlle éminente personnalité du barreau. Lucas, urgentiste, travaille comme un fou pour parvenir à devenir le médecin qu’il a toujours voulu être. Cependant, un coup de téléphone et tout bascule. On retrouve sa mère morte dans sa voiture. Si tout le monde pense à un suicide, Lucas n’ose même pas y songer ! Il va remuer ciel et terre pour comprendre. Ce qu’il ne sait pas c’est que ce qu’il va remuer va le mettre en danger ainsi que toutes les personnes qui lui ont donné un coup de main. Les morts pleuvent autour de Lucas. On se demande bien ce qui va lui arriver et pourquoi il est dans cette situation du jour au lendemain.

A partir de là, on va de découverte en découverte, de personnages en personnages. C’est bon, c’est brillant, c’est rondement mené ! On en veut encore ! Je n’ai absolument rien vu venir à la fin de cette histoire, on se retrouve propulsé dans une ambiance très réelle : la tension est palpable à chaque fois que l’on tourne les pages.

J’ai apprécié le côté judiciaire que l’auteur ajoute à l’intrigue. On se retrouve donc avec Loïc, un membre de la police qui va aider Lucas à comprendre et à trouver ce qu’il recherche. Ce n’est pas une chose forcément évidente lorsqu’il y a conflit d’intérêt. En effet, Loïc se bat contre ce qu’est devenu son père : un flic un peu laxiste.

Il y a de nombreux personnages qui nous permettent de semer le doute. Qui est gentil ?téléchargement Qui est méchant ? Qui joue un double jeu ? Bref, tant de questions qui trouvent des réponses. J’ai apprécié le fait que l’on soit baladé du début à la fin. L’auteur écrit son roman d’une manière très intelligente : on se retrouve avec des bribes d’indices dont on ne sait pas trop quoi faire. On ne comprend pas vraiment le déroulement des événements jusqu’à la fin où tout s’éclaire !

Véritable histoire haletante, elle vous promet un très beau moment de lecture. La plume de Cyril Carrere est incroyable. Elle est belle, fluide, dynamique. Elle est parfaite pour l’exercice qui se déroule sous nos petits yeux ébahis. L’intrigue est pleine de mystère, de secrets de famille et de péripéties qui pourront ravir beaucoup d’entre vous !

Les – :

  • Premier coup de cœur chez Nouvelle Bibliothèque. Mais quel coup de cœur ! Le prochain thriller qui tombe entre mes mains aura vraiment de grosses difficultés !

Les + :

  • Un personnage principal que j’ai adoré ! Lucas est un jeune homme plein de ressources lorsqu’il est en quête de vérité.
  • Les personnages secondaires que j’ai aussi appréciés : Loïc par exemple qui nous permet de suivre l’enquête judiciaire.
  • La plume de Cyril Carrere qui a fait ses preuves avec ce roman qui est un véritable page turner.
  • La couverture qu’il faut souligner, elle est belle et pleine de mystère : à l’image de l’intrigue !

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Emma, la belle au bois sanglant de Vanessa Furchert

xcover-2468.jpgRésumé : Une décision de dernière minute que je regretterai toute mon existence. Je me croyais forte. Guerrière. Je menais une vie normale, simple. Et puis un jour… Un jour, je fais le choix de changer mon parcours habituel.

Mon avis : Je remercie les éditions Erato pour l’envoi de ce roman via la plateforme Simplement.pro qui me permet de faire de belles découvertes livresques ;

Ce qui m’a d’abord attiré dans ce roman c’est la petite musique des contes. Je savais pertinemment qu’ici, on aurait une revisite d’un conte à cause du titre. C’est ce qui m’a attiré. Étant une fervente admiratrice des contes et des réécritures, j’ai tout de suite été attirée par le roman proposé.

Il faut savoir que c’est le premier tome d’une duologie et que j’espère avoir le temps de me plonger dans le deuxième tome qui semble réécrire le conte de Cendrillon. J’ai hâte de voir ce que cela peut donner.

Ici, on fait la rencontre d’Emma, une jeune femme épatante. J’ai vraiment trouvé ce personnage adorable et attachant. La particularité d’Emma est qu’elle est une victime d’un serial killer. On fait sa rencontre dans une cave abandonnée, dans un état déplorable. Elle attend la mort. Cependant, son mental d’acier reprend vite le dessus. Emma parvient à s’échapper des mains de son bourreau.

À partir de là tout va s’enchaîner pour la demoiselle. Elle va rapidement comprendre qu’elle a échappé à une mort certaine et que plusieurs filles avant elles sont tombées dans les mains de ce pervers et sont mortes dans d’atroces souffrances.

On assiste donc à une enquête policière. Plusieurs personnages vont se détacher dans cette foule de personnages : Sacha & Jo. C’est vraiment des personnages qui font bouger l’histoire et l’enquête puisqu’ils sont policiers.

J’ai adoré le personnage de Sacha : c’est un bourreau des cœurs. Il a l’air mignon à croquer, il est intelligent et très courageux. C’est vraiment un personnage que j’ai adoré.

La seule chose que j’ai à reprocher à cette lecture c’est ce sentiment de rapidité qu’il y a dans la création des relations. Pour moi, après ce qu’a vécu Emma, elle devrait avoir du mal à faire confiance, à se remettre sur les rails. Mais ici, il n’y a rien de tout ça. Rapidement, après son agression, elle tombe sous le charme d’un personnage et je n’ai pas trouvé cela crédible.

Cependant, ce que j’ai aimé c’est le fait que derrière cette enquête policière qui reste la trame principale de ce premier tome, on a une histoire d’amour, une jolie romance qui m’a bien plu.

Au niveau de l’intrigue, il y a des rebondissements dans l’enquête mais aussi dans les autres petites intrigues que nous offrent ce roman.

Celle qui parvient à rendre l’ambiance moins lourde c’est Jeanne qui est la petite fille d’Emma. Je l’ai trouvé ADORABLE. Si mes futurs enfants pouvaient être ainsi… Je remercierai le seigneur tous les jours ! Charlotte est la meilleure amie d’Emma et elle s’avère être une personne assez sympathique aussi.

C’est ce qui m’amène à une interrogation. À un moment, on dévoile des informations sur l’enquête et sur l’identité du tueur sans aucun problème à Charlotte ! Pas de secret professionnel ni de confidentialité… Alors est-ce que c’est parce qu’elle fait partie de l’entourage d’Emma et que si ce n’est pas les policiers, c’est Emma qui l’aurait mis au courant ? Je ne sais pas mais c’est la seule réponse que j’ai su trouver.

La fin de ce premier tome m’a laissé sur les fesses et j’avoue que je suis curieuse d’en savoir plus avec le deuxième tome !

La plume de Vanessa Furchert est une petite pépite. J’ai adoré découvrir ses mots, le rythme de ses phrases. Son style est une très belle découverte.

Les – :

  • Un léger sentiment de rapidité dans l’évolution d’une relation.
  • L’interrogation sur les fuites d’informations.

Les + :

  • Les personnages d’Emma et de Sacha que j’ai adoré.
  • Jeanne, une petite fille passionnante que j’ai adorée aussi.
  • La plume de Vanessa Furchert qui m’a filé des frissons tout le long de ma lecture.
  • Une intrigue sans faille qui se laisse lire très rapidement.
34

Da Vinci Code – Dan Brown

téléchargement.jpgRésumé : Enfermé dans la Grande Galerie du Louvre, Jacques Saunière n’a plus que quelques instants à vivre. Blessé mortellement, le conservateur en chef va emporter son secret avec lui. Il lui reste cependant un mince espoir de ne pas briser cette chaîne ininterrompue depuis des siècles. Mais il lui faut agir vite. Une seule personne au monde peut prendre la relève, décrypter le code et être traquée à son tour… De passage à Paris, Robert Langdon, professeur à Havard et spécialiste de symbologie, est appelé d’urgence au Louvre, en pleine nuit. Jacques Saunière, le conservateur en chef a été retrouvé assassiné au milieu de la Grande Galerie. Au côté du cadavre, la police a trouvé un message codé. Langdon et Sophie Neveu, une brillante cryptographe membre de la police, tentent de le résoudre. Ils sont stupéfaits lorsque les premiers indices le conduisent à l’œuvre de Léonard de Vinci. Ils découvrent également que Saunière était membre du Prieuré de Sion, une société secrète dont avaient fait partie Nexton, Boticelli, Léonardo da Vinci, Victor Hugo, et qu’il protégeait un secret millénaire. L’enquête de nos deux héros les entraînera à travers la France et le Royaume-Uni, non seulement pour chercher une vérité longtemps cachée concernant la Chrétienté, mais également pour échapper à ceux qui voudraient s’emparer du secret. Pour réussir, il leur faut résoudre de nombreuses énigmes, et vite, sinon le secret risque d’être perdu à tout jamais.

Mon avis : Voici une chronique d’un roman que j’ai lu il y a quelques mois. Cependant, je n’avais jamais trouvé le temps de le chroniquer. Je répare mon erreur aujourd’hui. Je ne comprends toujours pas comment j’ai pu la laisser trainer à ce point. Des fois… Il y a des baffes qui se perdent…

Je n’ai pas pu passer à côté de ce roman. Il a quand même remué la littérature mondiale. Après ce roman et ce film, on a vu beaucoup d’intrigue prendre ce côté historique (pour mon plus grand plaisir) mélangé au thriller de manière brillante.

Pour le moment, c’est mon roman préféré de Dan Brown. J’avoue que j’ai un gros coup de cœur pour celui-ci. Je l’ai découvert avec mon petit chéri. D’habitude, je suis chiante en regardant la télévision : concentration d’une mouche. Il faut toujours que je fasse quelque chose en même temps mais là, j’ai été scotchée au point de me dire « JE VEUX LE LIRE ». Je n’ai pas hésité une seule seconde en le voyant en brocante et j’ai eu raison : j’ai passé un excellent moment avec Robert Langdon et Sophie Neveu.

Cette aventure nous plonge dans les secrets des templiers, de la vie personnelle de Jésus. On remet en cause des choses que l’on pensait depuis plusieurs millénaires avec une vérité qui a pris des coups sur la figure : en effet, on se rend rapidement compte que les hommes ont modifiés des choses pour en cacher d’autres. Bref, un roman plein d’aventures.

On voyage entre la France & l’Angleterre. J’ai apprécié ce voyage géographique mais aussi temporaire. En effet, en plus de voyager entre ces deux pays, on voyage dans le temps : on part à l’époque de Jésus mais aussi des templiers. C’est très intéressant.

Le personnage de Robert Langdon est un de mes personnages préférés dans la littérature. C’est un homme courageux, posé et tellement cultivé. Je vous avoue que j’ai la tête de Tom Hanks en tête durant mes lectures mais cela ne me gêne en aucun point. C’est vraiment le genre de personnages que j’aime beaucoup. Le personnage de Sophie Neveu est un peu plus compliqué pour moi. Je la trouve énervante à taper du pied quand cela ne va pas dans son sens. J’ai eu envie de la secouer à plusieurs reprises.

J’ai apprécié que l’intrigue mélange l’histoire universelle mais aussi une histoire personnelle puisque Jacques Saunière est le grand-père de Sophie. En plus d’une quête sur une vérité historique, on a aussi une quête identitaire. C’est très bien ficelé et mis en place. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

La plume de Dan Brown me plait de plus en plus. J’ai hâte de pouvoir me lancer dans les deux autres romans de cet auteur qui m’attendent dans ma bibliothèque.

Les – :

  • Un personnage féminin qui m’a tapé sur le système. Dommage, elle ajoute un peu de lourdeur par son comportement.

Les + :

  • Un Robert Langdon en méga forme qui m’a secoué durant la totalité de ma lecture.
  • Une plume que j’ai adoré !
  • Un voyage temporel et spatial que j’ai beaucoup aimé.
  • Un mélange entre historique et thriller rondement mené !

~ Roman lu dans le cadre du challenge ABC 2018 ~

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

16

Sorcière de chair – Sarah Buschmann

CVT_Sorciere-de-Chair_844.jpgRésumé : Australie, 2016. Sept ans après un massacre qui a décimé toute une famille, de nouveaux meurtres surviennent à Melbourne. Des homicides si sordides que la Sorcellerie de Chair, taboue depuis les grandes chasses qui ont déchiré le pays, est évoquée. Pour Arabella Malvo, lieutenant de la brigade criminelle, ils s’avèrent particulièrement déstabilisants. Pourquoi les victimes lui ressemblent-elles comme des sœurs ? Le meurtrier la connaît-elle ? Pourquoi maintenant ? Une chose est sûre : l’abîme qu’elle fuit depuis toutes ces années risque de s’ouvrir à nouveau sous ses pieds. Et cette fois, de l’engloutir pour de bon…

Mon avis : Je remercie Dorian et les éditions Noir d’Absinthe pour l’envoi de ce titre très différent des lectures que l’on m’a proposé depuis le début de mon partenariat avec cette fantastique maison d’édition.

Je dois vous avouer que je n’étais pas hyper tranquille en ouvrant le roman de Sarah Buschmann. En effet, lorsque Dorian me l’a proposé à la lecture via Simplement.pro voilà ce qu’il me dit : « C’est un mélange d’urban fantasy et de thriller horrifique. Il est adulte, assez dur et avait choqué une partie de mon comité, mais c’est une véritable pépite. » Honnêtement, je me suis demandée ce qui allait me tomber sur la tête. Il faut quand même le faire : diviser un comité de lecture, ce n’est pas donné à tout le monde. C’est donc avec une petite appréhension que j’ai commencé ma lecture.

Pour commencer, je pense qu’il faut parler du mélange des genres. L’urban fantasy est le genre qui met en place des monstres, des créatures dans les plus grandes villes du monde que l’on connait. Ainsi on mélange le fantastique au réel qui est ancré dans la ville. Le thriller horrifique lui est un sous genre du thriller comme on le connait. Il appelle au film d’horreur : il joue avec l’horreur, la répulsion, le dégoût (on peut prendre l’exemple de Destination finale).  [Vous trouverez tous les sous genres du thriller sur Wikipédia, c’est assez bien fait.]

Je plaide coupable, je ne sais pas par où commencer. On fait la rencontre de notre personnage principal : Arabella Malvo, une jeune femme qui a une vie complètement dingue. Elle en a vécu des horreurs qu’elle essaye de cacher plus ou moins bien. Mais vous savez ce que c’est, plus on cache, plus on le reprend dans la figure puissance 10.000. C’est bien évidemment ce qui va se passer ici.

Je trouve que le résumé en dit assez sur ce que vous pouvez trouver dans ce roman, je ne pense pas que cela soit utile de revenir dessus, j’ai bien peur de vous gâcher votre plaisir.

Le cadre géographique est l’Australie. C’est un dépaysement total pour moi. C’est un paysnoir-absinthe.png que j’aimerai beaucoup découvrir (quoi que … Après la lecture de ce roman, je ne suis pas certaine de savoir mettre un pied devant l’autre sans hurler sur la terre australienne.) On le découvre ici entre présent (2016) et passé. Grâce à la mémoire d’Arabella et aux flash-back, on comprend l’histoire, on se plonge avec horreur dans ce qui est l’histoire de notre personnage principal.

Ce que l’on lit n’est pas beau, ce n’est pas plein de douceur ni de bonheur. Non, ici on plonge dans une ambiance oppressante, sombre, pleine de dangers. Si cela a quand même pu me séduire, ma plongée fut un peu trop oppressante par moment. Il y a un côté dérangeant dans cette histoire par ce que l’on nous raconte. Une petite bulle d’air m’aurait fait du bien au pays des horreurs. J’avoue cependant avoir pris du plaisir à découvrir ce que l’auteure avait prévu pour nous.

J’ai apprécié le personnage d’Arabella ainsi que l’histoire qui tourne autour des sorcières de chair. Bon clairement, j’ai eu très peur pendant ma lecture. La petite Pauline qui regarde des Disney a hurlé plus d’une fois. Je me serai crue au cinéma. Franchement… C’est saisissant tellement j’y ai cru.

Ce que j’ai aussi à souligner c’est le fait que ce n’est pas forcément du gore pour du gore. Il y a une intrigue, des corps, des morts, des tripes qui volent mais il y a un aboutissement à cette enquête. On a une histoire, une trame narrative sous cet amas de corps. C’est très bien.

Ce roman n’est pas un coup de cœur pour moi parce que c’était bien trop sombre. J’ai apprécié la découverte de l’univers. Je suis contente d’avoir découvert un mélange de genre que je n’avais jamais expérimenté. C’était une belle aventure même si j’ai eu les pétoches.

La plume de Sarah Buschmann est très sympathique aussi. Sans fioriture, elle nous permet de suivre cette histoire du début à la fin sans problème. On est transporté dans son univers, on ne s’ennuie pas une seule fois. Il y a ce qu’il faut là où il faut : c’est justement dosé et net.

Âmes sensibles, ce n’est même pas la peine d’effleurer la (magnifique) couverture de ce roman. Il n’est pas à mettre entre les mains des plus jeunes, des plus sensibles. Maintenant, si comme moi, vous faites confiance aux éditions Noir d’Absinthe et que vous êtes curieux, je vous invite à découvrir l’univers de Sarah Buschmann.

Les – :

  • Un univers un peu trop sombre pour moi.

Les + :

  • Une intrigue qui tient la route : nous n’avons pas de l’horrifique pour dire de dégouter les gens. C’est top ! Un roman parfait pour Halloween
  • Une plume que je ne connaissais pas mais que je conseille de découvrir.
  • Une histoire entre passé et présent en Australie. C’est une belle destination.
  • Un panel de personnages intéressant.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie