11

Les larmes de Shiva de César Mallorqui

124040897.pngRésumé :  » Tout a commencé par une énigme : le mystère d’un collier d’une valeur inestimable, égaré durant sept décennies. Les Larmes de Shiva. Il donna lieu à des vengeances terribles, à des amours interdites, et à d’étranges disparitions.  » Cet été, Javier, 15 ans, est envoyé dans la villa de sa tante. Là-bas, il y découvre l’histoire de son aïeule, Beatriz. Disparue soixante-dix ans auparavant, la veille de son mariage, elle a emporté avec elle les Larmes de Shiva, déclenchant une querelle familiale sans précédent. Lorsque le fantôme de son ancêtre lui apparaît, Javier est prêt à tout pour enfin rétablir la vérité… une vérité que l’on a voulu faire taire à jamais.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman. Petit roman espagnol plein de promesses, j’ai vécu une aventure avec des hauts et des bas. J’en ressors contente de l’avoir terminé malgré les petits bémols.

~ Les personnages ~

On fait la rencontre de Javier, un jeune homme de 15 ans qui, suite à la maladie de son père, se voit obligé de quitter sa maison, le temps d’un été pour que tout rentre dans l’ordre. Le voilà catapulté à Santander dans la famille de la sœur de sa mère avec un oncle débrouillard et très sympathique, sa tante adorable et ses quatre mystérieuses cousines.

Livre court, cela permet de planter le décor assez rapidement. Je vous avoue que j’ai eu un peu de mal à me mettre dans ma lecture. Cependant, ce n’est pas vraiment ce qui m’a posé le plus problème dans cette lecture.

Les personnages sont nombreux et assez sympathiques à découvrir. J’en ai aimé certains, d’autres moins, mais ça, c’est le jeu. Javier est le narrateur de l’histoire. Un narrateur adulte qui se souvient de l’été particulier qu’il a vécu à quinze ans. J’ai trouvé l’idée sympathique.

L’idée du pitch est super agréable et nous propose un voyage assez sympathique au final. Le résumé est très attirant et franchement, j’avais envie de me plonger dans l’histoire.

Les quatre cousines de Javier sont des sœurs soudées malgré le fait qu’elles soient toutes les quatre très différentes. Elles ont toutes de jolis prénoms aux consonances ibériques et florales : Violeta, Rosa, Margareta et Acuzena (Violette, Rose, Margueritte et Lys). J’ai beaucoup apprécié le personnage de Violeta. C’est une leader, une courageuse, elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et ne se laisse pas marcher sur les pieds. J’ai trouvé qu’elle formait un beau duo avec Javier qui est plutôt suiveur. Il ne manque pas de courage mais il a du mal à trouver sa place dans sa famille.

~ Un roman qui nous fait voyager dans le temps ~

Trois périodes sont à souligner dans ce texte : 1901, la période où Beatriz vivait, 1969, la période de lété des 15 ans de Javier ainsi qu’aujourd’hui puisque Javier nous raconte son histoire. J’ai trouvé le regard du narrateur sur chaque période très sympathique. Il essaye de comprendre, de vivre en ayant un regard vers l’avenir ! La télévision est encore compliquée à trouver, on est plus dans des moments oisifs : discussions, lectures, promenades. Les temps sont en train de changer mais il faut quand même se dire que les années 1960 en Espagne, ce n’est pas l’éclate ! Franco et sa dictature règnent, les espagnols se taisent. 1969 est une année importante, une ouverture sur le monde et l’espace. Javier semble en être conscient, ce jeune homme se révèle être plein de surprises.

~ Un secret de famille ~

J’avoue que c’est ce qui m’a le plus plu dans ce résumé, ce secret de famille. J’avais tellement de questions à ce sujet, qui ont toutes trouvées des réponses d’ailleurs.

Violeta et Javier partent à la découverte du secret de famille qui sème la discorde depuis plus de 50 ans dans leur famille. Beatriz, leur aïeule, la paria de la famille a fui un mariage en emportant avec elle les larmes de Shiva : ce collier somptueux offert par la richissime famille de son fiancé. Tout au long du texte, on va en apprendre de plus en plus au sujet de cette femme, de cette fuite et de ce passé pas forcément aussi simple que ce que l’on peut penser.

Au début de la chronique, je vous disais avec j’avais pris un peu de temps avant de me mettre dans ma lecture. J’ai trouvé que le rythme (qui reste quand même longuet) s’accélérai vraiment à partir du moment où l’histoire de Beatriz était évoquée. Pour moi, les révélations finales restent communes, je n’ai pas eu de surprise. Dommage pour ce point.

~ La plume de l’auteur ~

Je suis ravie d’avoir fait une nouvelle découverte ! Je ne connaissais pas l’auteur et franchement, il m’a emmené avec lui et ses personnages dans son histoire. Les décors sont saisissants, j’ai adoré me retrouver en Espagne le temps de ma lecture.

La plume est très sympathique mais, franchement, des fois la plume devient un peu pompeuse. Un livre destiné aux adolescents, jeunes lecteurs, avec des mots que moi-même je ne connaissais pas alors que je suis une adulte, le nez fourré dans les livres et qui sors d’études littéraires. Ok, je ne connais pas tout, ça c’est clair. Mais franchement, j’ai dû noter au moins cinq mots inconnus au bataillon. Traduction ? Plume ? Je ne saurais dire mais j’avoue que parfois, je me suis demandée ce qui se passait.

Cela pourrait s’expliquer par le fait que ce soit un Javier plus âgé qui parle mais cela ne rend pas justice au personnage de quinze ans qui passe un peu pour un papi avec des expressions désuètes par moments.

C’est une lecture sympathique, à lire en été sur la plage. Elle m’a plu sur beaucoup de points mais j’ai quand même pu souligner quelques bémols.

Les – :

  • Une lenteur dans le roman : on est vraiment sur un rythme lent.
  • La plume un peu trop pompeuse, pour moi, par moments.
  • Une fin un peu attendue

Les + :

  • Le duo Violeta/Javier
  • La plume de l’auteur et le fait qu’il sache nous embarquer dans son histoire.
  • Les décors sublimes proposés.
  • Le secret de famille
  • Tout ce qui touche à l’histoire de l’Espagne dans les années 1960/1970 à ne pas oublier.

3

Publicités
15

From the past – Tome 1 : Adaptation de Lauren Peretti

téléchargement.jpgRésumé : Belmont Massachussetts, 1955. Livia a dix-sept ans. Etouffée par les angoisses de son père, elle rêve d’émancipation. Mais, alors que pour la première fois, elle est autorisée à sortir avec ses amis pour voir le succès annoncé de la Fureur de Vivre, Livia perd subitement connaissance. Quand elle se réveille, 59 ans se sont écoulés mais elle a toujours 17 ans? Surtout, elle possède d’inquiétantes capacités inexpliquées. Aidée par Kate, neurologue chevronnée, Livia parviendra à s’échapper de FitcherTeck qui la tient captive. Meurtrie par la perte des siens, elle devra relever plus d’un défi : rattraper près de soixante ans d’histoire, de technologie et d’évolutions sociales et culturelles, maîtriser ses nouvelles capacités mais, surtout, découvrir ce qu’il lui est arrivé, le tout sous la menace de FitcherTeck, organisation sans scrupule qui met tout en oeuvre pour la retrouver. Dans sa fuite vers son destin, Livia découvrira l’amour avec le beau William, fils naturel de Kate abandonné à la naissance, lui-même brisé par la vie. Ensemble, ils tenteront de se reconstruire.

~ Lecture PDAI ~

Mon avis : Je remercie le Prix Des Auteurs Inconnus pour l’envoi de cette lecture qui vient clôturer ma participation à ce formidable prix pour cette année. Je termine donc avec une lecture dans la catégorie « Young Adult »

Un début assez compliqué

Je ne vous le cache pas, ce roman ne faisait pas partie de ma sélection parce que le sujet et la couverture ne me plaisent pas forcément. Je sais qu’on ne doit pas juger un roman à sa couverture mais j’avoue que ce qu’elle me laisser présager de cette lecture ne m’attirait pas vraiment. J’ai donc eu du mal à débuter ma lecture et à me laisser porter par l’histoire. Tout ce qui est lié au futur, au voyage temporel, c’est vraiment compliqué pour moi. Cependant, je ne me suis pas laisser abattre et j’ai entamé ma lecture.

Si le début est un peu longuet pour moi, j’avoue que la lecture n’a pas été aussi fastidieuse que ce que je pensais. L’auteure prend un peu de temps pour mettre en place sa saga, c’est compréhensible mais j’ai trouvé quelques longueurs.

Les personnages

On fait la rencontre de Livia. Livia a 17 ans et ne supporte plus être enfermée dans sa maison. Son père est très protecteur et ne la laisse pas sortir. Ses copines ayant une vie moins surveillée et stricte, elle ne rêve que d’une chose : l’émancipation.

Livia est un personnage que j’ai apprécié. En effet, on découvre une jeune femme forte et courageuse. Elle ne laisse pas tomber et veut comprendre ce qui a bien pu lui arriver. C’est vraiment un personnage sympathique à découvrir. Son évolution est affolante au fil des pages et j’avoue que, pour moi, c’est LE POINT FORT de ce premier tome. Je trouve qu’elle porte à bout de bras l’intrigue.

On fait aussi la rencontre de Kate dans une autre partie du roman. Lorsque Livia se réveille 59 ans après, elle doit s’accommoder à un monde qui n’est pas le sien. Kate, neurologue, va tout faire pour la sortir de ce cauchemar.

Deux époques

Vous l’avez surement compris, on démarre notre lecture en 1955 et l’on atterrit en 2014. 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nDifférentes mœurs, différents modes de vie et Livie est entre tout cela. Elle n’a pas vieillit. Elle doit s’adapter à ce que le monde de 2014 lui offre. Kate est là pour l’aider et franchement, j’ai apprécié la relation qui se tisse entre les deux femmes. Livia est en difficulté pour ingérer toutes ces nouvelles choses. J’ai trouvé l’idée des cours très sympathique !

Une romance de trop ?

J’avoue que là, je n’ai pas trop compris l’utilité de la romance entre William et Livie. Je n’ai absolument pas adhérer à cette histoire. Peut-être qu’en développant cette histoire, cela peut ajouter quelque chose au roman mais là, j’ai trouvé cela de trop… Dommage ! Je suis fan de romance mais, ici, j’ai trouvé que ce n’était pas très utile.

L’intrigue

Je ne pense pas que je dois vous en parler étant donné que le résumé le fait déjà très bien. Cependant, en parlant du résumé, je trouvé qu’il est un peu trop long et explicite. Pourquoi ne pas garder le secret sur William ? Quand j’ai un résumé ainsi, il est inutile pour moi de vous en parler plus… Tout est dit !

La plume de Lauren Peretti

Si je n’étais pas forcément attirée par ce roman, j’avoue que j’ai quand même apprécié l’histoire. Bon, oui, il y a quelques bémols pour moi mais j’avoue que j’ai quand même pris plaisir à suivre la vie de Livia. La plume de Laurent Peretti est très sympathique. Je pense que j’apprécierai la retrouver dans une autre lecture.

La plume est belle, rythmée et apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire. On ne s’ennuie pas. C’est vrai que le début est un peu long mais une fois l’intrigue mise en place, le lecteur ne s’ennuie pas.

Les – :

  • Un démarrage un peu long
  • Une histoire d’amour trop rapide
  • Un résumé trop explicite

Les + :

  • La plume de l’auteur
  • L’histoire qui m’a plu dans sa globalité
  • Les différences soulignées entre les deux époques
  • La relation entre Livia et Kate
  • Le personnage de Kate

3

12

La fille des deux mondes – Tome 2 : Deux pieds sous terre

41TObYxU1DL._SX195_.jpgRésumé : Je m’appelle Riley Smith, j’ai dix-sept ans, et je vais mourir. Un comble pour une adolescente qui communique avec les morts. D’autant plus qu’elle les aide à accomplir leurs dernières volontés pour accéder à l’au-delà. Mais la jeune fille n’aurait jamais imaginé devoir aider le fantôme d’un criminel… Alors qu’elle plonge dans les bas-fonds de la ville, les morts comme les vivants se font de plus en plus dangereux. Seul Hayden, son confident, le mystérieux esprit coincé entre la vie et la mort, peut venir à son secours… s’il la pardonne d’avoir découvert son secret. L’AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman que j’attendais avec impatience. Franchement, je l’ai reçu hier midi et je l’ai terminé ce matin (mon travail me permet de lire au boulot, de temps à autre, quel bonheur !). Ainsi, j’ai pu poursuivre ma découverte de la plume de C.C Hunter (quoi, j’ai TOUJOURS un train de retard, je sais) ainsi que l’univers qu’elle propose à travers sa saga La fille des deux mondes.

Une plongée fascinante et ultra simple

J’avoue, quand j’ai vu le nom de Jacob je me suis dit « C’est qui celui-là ? » Une rapide relecture de ma chronique et pouf, j’ai replongé dans l’univers comme si j’avais quitté le premier tome hier. J’ai mis un peu de temps à me souvenir des personnages mais franchement, une fois que j’avais bien les noms en tête, ma lecture s’est faite naturellement. J’ai retrouvé une plume que j’apprécie ainsi que des personnages bien campés.

Les personnages : une belle surprise !

Riley est une excellente surprise. Si j’avais apprécié le personnage dans le premier tome, ici, je l’aime encore plus ! C’est vraiment une agréable découverte. J’ai retrouvé une Riley forte, courageuse, qui essaye d’affronter les problèmes. Elle est sur tous les fronts : Hayden, Kelsey, Annie, son père, les filles du lycée, bref, elle y va !

Les amis de Riley se dessinent plus aussi : Hayden, le demi-fantôme, Jacob aux yeux de chien battu et Kelsey, sa meilleure amie qui n’a pas sa langue dans sa poche. Ce qui est intéressant aussi dans ce deuxième tome, c’est l’évolution des relations. En effet, si Riley et son père ne s’entendent plus aussi bien qu’avant, elle se rapproche de Hayden qui va prendre une place bien particulière dans sa vie. Kelsey s’ouvre et dévoile ses secrets tout au long des pages. C’est assez sympathique.

On a aussi des personnages de passage et ici, on a un fantôme assez glauque qui a besoin de l’aide de Riley pour passer paisiblement de l’autre côté et suivre la lumière. Bref, ce roman est vraiment ce que j’attendais, la fin risque d’être incroyablement magique !

L’intrigue

Ce qui est sympathique c’est qu’on a vraiment une histoire principale : Riley et Hayden. Pour moi, cela ne fait aucun doute que c’est cette relation qui est au premier plan. Cependant, on a une intrigue au second plan qui reste unique à chaque tome. Riley aide un fantôme particulier dans le premier tome et le deuxième fantôme apparait à la fin du premier tome pour briller dans le deuxième. Le schéma se répète ici puisque les dernières pages mentionnent l’apparition d’un nouveau fantôme qui semble être très intéressant ! J’espère vraiment que la suite arrivera vite en France.

La plume de C. C. Hunter

Je sais que c’est une auteure qui est assez connue mais bizarrement, je n’ai jamais été attirée par les romans qu’elle propose. Avec sa saga La fille des deux mondes, je plonge dans un univers séduisant. Une plume qui signe une intrigue très sympathique pour une saga qui se lit aussi bien en tant qu’adolescent qu’en tant qu’adulte.

Les – :

  • Un léger temps pour recentrer les personnages.

Les + :

  • J’ai apprécié les deux niveaux d’intrigue.
  • Le personnage de Riley qui est une très jolie surprise.
  • Les relations en évolution entre les personnages
  • La plume de l’auteure que j’apprécie découvrir.

Vivement la suite !

4

14

Anima – Tome 1 : les enfants – Mary Sara

5143Tzq9PxL._SY346_Résumé : Au pays de Ryatil vit Evahny, une jeune fille dont la curiosité ne connaît aucune limite. Elle ne cesse de questionner sa mère Sorhia, reine de cette contrée, sur le monde qui l’entoure mais plus encore sur la fameuse Quête de la Moitié. De jour en jour, la petite fille ressent un vide qu’elle ne peut décrire et comprend bien que sa vie risque d’être chamboulée… Elle et son frère Sajyel découvrent en réalité qu’ils font partie de l’ultime Quête de l’Anima. Une tradition qui trouve ses origines au sein du peuple des Thuatyls et qui lie chaque existence à un Anima, la moitié d’une âme, son souffle, son essence même. De son côté, la reine s’interroge sur l’imminence de la Quête, étonnamment précoce pour ses enfants. Avec l’aide de son mage de bataille Thanius, elle doit les préparer aux dangers de la Quête… Accompagnés de Lekhal, un Élu déchu, Evahny et Sajyel devront accomplir leur destin et rétablir l’équilibre d’un monde sous le joug d’une malédiction vieille de vingt ans…

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois le Prix des Auteurs Inconnus pour le travail remarquable qu’il fait mais aussi pour l’envoi de ce roman qui signe ma quatrième participation pour les sélections dans la catégorie « Young Adult ». Souvent boudée dans la littérature, cette catégorie offre son lot de surprises pour moi ! Je ne vous le cache pas : Anima était LE roman qui me faisait le plus envie dans cette sélection.

Une imagination débordante & une plume magnifique

La première chose qui m’a frappée dans cette histoire, c’est la facilité que l’auteure a à nous embarquer dans son monde monté de toutes pièces. Franchement, je suis admirative et je jalouse l’imagination de Mary Sara. De plus, ce monde est sublimé par de magnifiques descriptions. Ce monde nous donne envie de le connaitre, d’en savoir plus, d’y vivre. Les mots de l’auteure sont précis, beaux et assez poétiques.

La seule chose que j’ai à reprocher à ce premier tome ce sont les coquilles et quelques longueurs.

Une quête

J’avoue que j’en ai un peu marre en ce moment de ces histoires de quête, j’ai l’impression41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n de ne lire que cela en ce moment. C’est pour ça que j’ai pris mon temps pour le lire, j’ai fait une pause pour ne pas faire une indigestion. Ici, l’auteure parvient à gérer à merveille cette histoire de quête. Celle que les élus doivent faire. La quête est assez sympathique en soi : les personnages partent à la recherche de leur moitié : un animal ordinaire ou légendaire. Bravo pour cette riche idée !

La quête en soi fait peur. En effet, les personnes sont mises à l’épreuve. En danger, elles doivent évoluer dans des contrées lointaines et sauvages pour trouver leurs moitiés.

J’ai apprécié l’histoire, la légende et la mythologie qui tournent autour de l’histoire. Cela tient tout au long du roman. Le lecteur est sur une sorte de nuage mythique qui se balader sur toute la trame de l’histoire.

Les personnages

Une chose est certaine c’est que l’auteure prend le temps de nous présenter ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, on fait connaissance avec tout le monde. Ainsi, on se prend au jeu d’en aimer certains et d’en détester d’autres. J’ai trouvé que c’était un premier tome introductif assez nécessaire pour bien placer l’histoire. Les personnages sont vraiment très intéressants et sont un point fort dans ce premier tome.

On a deux personnages principaux que j’ai apprécié suivre : Evahny et Sajyel. Voilà deux personnages que j’ai beaucoup aimé. Si Evahny est une jeune fille curieuse et qui ne sait pas tenir en place, son frère Sajyel est assez calme et réfléchi. Tous les deux sont des enfants très courageux et attachants.

Les – :

  • Quelques coquilles et longueurs.

Les + :

  • Les personnages dans la totalité ! Je les ai tous trouvés captivants et très intéressants.
  • Le monde construit par l’auteure qui est à couper le souffle.
  • Les descriptions qui vendent du rêve aux lecteurs.
  • La plume de Mary Sara que je conseille chaudement.

4

18

Azmel – Tome : magie alternative – Laura Wilhelm

51zIa-pH7zL._SX195_.jpgRésumé : La jeune Léna doit faire face à de nouvelles épreuves, alors que des secrets lui sont dévoilés…Après un malheureux événement et en proie à d’horribles douleurs, Léna doit reprendre sa vie en main. C’est le cœur brisé et le corps meurtri que l’aventure reprend de plus belle. La Porte du Temps et son clan d’Élues lui font un merveilleux cadeau, mais son corps pourra-t-il supporter la charge que cela implique ? Sa mère n’était-elle qu’une humaine ou avait-elle finalement elle aussi des pouvoirs magiques ? Et pourquoi ne lui a-t-elle donc jamais parlé de l’existence de sa tante Morgane ? Ses retrouvailles avec Rick lui laissent un goût amer dans la bouche. Réussira-t-elle à le ramener à la raison ou choisira-t-il de succomber définitivement à sa nature démoniaque ? Au-delà de la magie de ce monde éphémère, Léna va découvrir des secrets que sa famille pensait à jamais oubliés. Encore une fois la jeune fille se retrouve confrontée à un choix qui changera sa vie, qu’elle le veuille ou non ? Le deuxième tome de la saga Azmel, aussi captivant que le précédent, est à découvrir sans tarder !

Mon avis : Je remercie chaleureusement Laura Wilhelm pour sa proposition de lecture. J’avais déjà pu faire l’expérience d’un partenariat avec Laura via SimPlement dans le cadre de la lecture du premier tome de la saga « Azmel ». C’est donc avec plaisir que j’ai renouvelé l’expérience.

Une plongée facile dans l’univers

J’avoue que j’ai relu ma chronique pour pouvoir me souvenir des détails du premier tome. Une fois ma lecture faite, j’ai replongé ultra facilement dans l’univers de Laura Wilhelm. C’était une lecture très sympathique, rapide et efficace. J’ai apprécié la facilité avec laquelle j’ai pu retrouver mes repères dans l’univers proposé par l’auteure.

Une suite à la hauteur de mes espérances

Même si cette lecture n’est pas un coup de cœur pour moi, j’ai passé un très bon moment de lecture. En effet, ce que j’ai pu reprocher au premier tome s’est trouvé amélioré pour moi. J’avais souligné une rapidité dans le déroulement des phénomènes ainsi qu’une intrigue un peu simple. Ici, le deuxième tome étoffe un peu l’histoire. On se retrouve avec une trame narrative dynamique qui apporte beaucoup à l’histoire en général.

Le personnage de Léna me plait énormément. Si ce personnage avait su se démarquer dans le premier tome, je l’ai trouvé vachement plus mature dans ce deuxième tome. L’auteure nous dessine des psychologies très sympathiques. Les personnages sont assez bons, certains moins que d’autres mais Léna parvient à tenir une bonne partie de l’histoire sur ses épaules.

Le point un peu négatif de l’intrigue c’est le fait que, par moments, l’auteure m’a perdue. En effet, au départ, c’était assez confus. Voilà une mise en situation intéressante par rapport à la condition de Léna mais franchement, j’ai trouvé cela trop confus pour moi. Qui dit confusion, dit longueur et cela a un peu ralenti mon rythme de lecture.

L’affirmation au rendez-vous dans ce second tome

Si Léna s’affirme énormément dans ce second tome, j’ai aussi apprécié la place que le fantastique prend dans cette histoire. Effectivement, tout est question d’affirmation dans ce second tome. Ainsi, on peut dire que le second tome plante réellement le décor. Tout est y plus vif et souligné que dans le premier tome. La place de Léna, les personnages, la touche de fantastique dans le premier tome prend une part beaucoup plus importante ainsi que la plume de l’auteure. C’est un tome surprenant qui donne envie d’en savoir plus !

Les personnages

On retrouve les personnages que l’on a dans le premier tome : Léna, ses deux cousines, sa tante. Certains sont beaucoup plus présent comme Jason. C’est assez très intéressant. Le traitement des personnages apporte beaucoup à l’histoire.

La plume de l’auteure

Bravo à Laura Wilhelm pour la qualité de sa plume. En effet, j’ai senti une nette progression dans l’évolution des personnages, de la qualité de la plume et de l’intrigue. On sent que l’auteur prend du plaisir à nous raconter cette histoire et cela ne m’a pas laissé indifférente.

Les – :

  • Quelques longueurs

Les + :

  • Le personnage de Léna.
  • La plume de Laura Wilhelm
  • La place importante laissée au fantastique.
  • Le fait d’éclairer les zones d’ombre

4

10

20 ans – tome 2 – Claire Bertin

20 ans Tome 2Résumé : Après une première année d’études riches, Clara, Émilie et Vanessa se retrouvent pour terminer leur BTS tourisme. Nos trois pétillantes héroïnes ne sont pas au bout de leurs surprises! Entre une folle cohabitation à Paris, les rencontres qui vont chambouler leurs existences et leur quête du prince charmant, rien ne se passe comme elles l’avaient imaginée! Des rires, des larmes, des émotions exacerbées … Soyez les bienvenus dans l’univers de leurs 20 ans !

Mon avis : Voilà une chronique qui me tient à cœur pour plusieurs raisons. Il me fallait absolument attendre le 10 Avril (jour de sortie nationale) pour vous le présenter. Voici le deuxième tome des aventures de Clara, Emilie et Vanessa. Je vous présente, pour la seconde fois, le travail de l’excellente Claire Bertin.

Je tiens à prendre quelques lignes pour remercier Claire. Voilà ma première béta lecture. Je suis très heureuse d’avoir été choisie et d’avoir pu participer à la réflexion de l’auteure sur son roman. C’est une place que j’ai apprécié avoir surtout parce que Claire est une belle personne, qui est aussi folle que moi. Je suis ravie d’avoir pu découvrir Claire à travers sa plume mais aussi au travers de nos conversations. Merci

Les 20 ans

J’avoue que je suis en plein dedans, j’ai 25 ans ! J’ai adoré lire ce deuxième tome qui prend en compte ce que les lecteurs ont pu dire du premier. J’apprécie cela, grandement ! Cela fait du deuxième tome, un tome meilleur que le précédent (bien qu’il fut très agréable à lire). Le tome 2 est le tome de la maturité : que cela soit au niveau des personnages mais aussi de la plume de l’auteure. Tout est travaillé et cela fait du bien à lire ! J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai eu peur, j’ai vraiment eu l’impression de faire partie de la bande. Je pense qu’avec un livre sur ce sujet, c’est tout ce que l’on veut non ?

Les personnages

Si j’ai apprécié le panel varié des personnages que j’ai pu rencontrer durant ma lecture, j’ai rencontré un petit obstacle qui en est un pour moi mais qui n’en sera pas forcément un pour vous ! En effet, j’ai eu un petit effet de personnages « boomerang » durant ma lecture. Ils viennent et repartent, reviennent et repartent… Je comprends bien ce que l’auteure me dit, un groupe d’amis avec des amis satellites qui gravitent autour, je comprends bien mais n’adhère pas dans le sens où j’ai juste eu mal au cœur pour le personnage en question.

Mis à part ça, ma lecture a été un petit moment de délice intense. Je n’ai pas lâché mon ordinateur d’une semelle le temps de ma lecture (même au travail, pardon maman si tu passes par là ! 😀 ♥)

J’ai trouvé les personnages très bons. Meilleurs que dans le premier tome. Ma curiosité me pousse à vouloir en savoir un peu plus dans l’épilogue mais cela n’est vraiment pas grave du tout.

Le trio est très intéressant : Emilie, Clara et Vanessa évoluent en tant qu’individus mais aussi en tant que couple amoureux et couple d’amies. On comprend qu’elles ne sont rien les unes sans les autres. C’est très agréable. On remarque aussi qu’elles grandissent, qu’elles cherchant à se poser et trouver un équilibre dans leurs vies.

Le voyage

Encore une fois, l’auteure nous fait part de son envie de voyage ! On part encore une fois à l’étranger et on bouge aussi en France. Ainsi, on part à Paris, en Suisse et aussi à Londres… Il y a aussi d’autres destinations qui donnent envie de faire ses valises.

La plume de Claire

Comme je le disais au-dessus, j’ai trouvé que la plume de Claire avait bien évolué, elle est belle, dynamique. On rit, on pleure, on est triste, on a l’envie de les voir heureux. Bref, avec Claire, on fait partie de la bande ! J’ai adoré !

J’ai hâte de voir Claire surfer sur la vague de la célébrité ! C’est ce qui va se passer avec ce roman, J’EN SUIS CERTAINE !

Bravo, bravo, bravo !!!!

Les – :

  • Petit effet « boomerang » dans les personnages. Mais rien de grave. C’est plutôt un ressenti personnel.

Les + :

  • Un trio en forme qui nous fait passer un excellent moment de lecture.
  • Un épilogue que j’ai adoré !
  • Une plume séduisante ♥
  • Les voyages et les thématiques sérieuses abordées qui font du bien.
  • Une auteure qui m’a répondu à toutes mes attentes.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

26

La voleuse des toits – Laure Dargelos

téléchargement (1).jpgRésumé : Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

Mon avis : Je remercie Laure Dargelos du fond du cœur pour l’envoi de son roman en version papier. J’ai sorti mes plus beaux yeux de biche lorsque j’ai vu la beauté de cette couverture. Je la trouve magnifique. Bien sûr, j’aurais bien pu le lire en format numérique mais franchement, ce roman est à avoir dans les étagères. Donc merci beaucoup Laure pour ce merveilleux envoi qui vient sublimer mes étagères tant par la qualité de la couverture que de la plume.

ALERTE COUP DE CŒUR.

Le livre en soi

Je vous avoue que j’ai eu peur. Je ne m’attendais pas à ce que ce roman soit si gros. Il est juste ENORME. Je pense que la dernière fois que j’ai lu un si gros roman c’était Harry Potter et l’Ordre du Phoenix. C’est souvent quitte ou double pour moi ces romans : soit c’est génial, le roman est un véritable page turner ou alors c’est un long, très long chemin de croix. J’ai commencé le roman dimanche soir, je l’ai fini hier soir (et encore, c’est parce que je ne voulais pas l’abîmer en le prenant dans mon sac sinon j’aurais lu pendant ma pause déjeuner). Je n’ai rien vu passer. Les pages se sont envolées, mes yeux n’ont pas voulus se fermer. Bref, une pépite.

L’intrigue, l’histoire et les personnages

Oui, d’habitude je fais une section pour ces thèmes mais si je ne couple pas, la chronique va faire dix mètres de long et ce n’est pas vous rendre service que de vous donner des millions de détails. La meilleure chose à faire pour découvrir ce merveilleux roman, c’est de le lire. Cependant, le point de départ est assez sympathique et original (plutôt rare dans ce genre). On est dans une société où les arts en tout genre sont interdits. Il n’y a pas de musique, ni de possibilité de se détendre avec un bon livre, film ou une jolie balade dans un musée. Les arts ne vivent plus. Le gouvernement est intraitable et les rebelles traités de la pire manière qu’il soit. Bien entendu, vous vous doutez bien que le gouvernement trouve quand même des gens qui se battent contre cette oppression. Eléonore Herrenstein fait partie de ces derniers.

Eléonore est un personnage que j’ai apprécié par sa facilité à se cacher. En effet, faisant partie de la haute société, Eléonore devient l’opposé la nuit. Elle devient Plume, une voleuse. J’ai adoré ce personnage frais, intelligent, drôle et qui a la tête sur les épaules. Que dire de plus ? C’est un personnage principal très intelligemment construit qui permet au lecteur de ne pas s’essouffler dans la lecture. Elle apporte un peu d’air frais dans ce climat oppressif.

Elias est un personnage aussi très surprenant. J’ai apprécié son franc-parler très présent dans l’histoire. Rapidement, on comprend que c’est un personnage blessé et qu’il se protège comme il le peut. J’ai trouvé le duo Eléonore/Elias très sympathique à découvrir. Ce que j’ai apprécié dans l’histoire de ce duo c’est le fait que la romance ne prend pas une part méga importante dans le texte. On n’est pas étouffée par la romance, elle est fraîche, mise par petites touches et j’ai trouvé que l’histoire était encore plus prenante de cette manière.

Ce que j’ai énormément aimé c’est que l’auteure maitrise vraiment son texte. Cela lui permet d’apporter différents genres à ce roman dit « Young Adult ». On y trouve de la fantasy, une merveilleuse aventure avec une touche de romance. A partir du moment où les genres se mélangent à merveille et que cela fonctionne, j’ai envie de dire que le pari est déjà gagné.

Le temps

J’ai trouvé très intelligent la manière dont l’auteure utilise le temps dans ce roman. Il est personnifié et très rapidement, il évolue comme un personnage humain dans l’intrigue. J’ai apprécié la place qu’il prend, la tournure de l’intrigue. Franchement, je suis sous le charme de l’intrigue et de ce que l’auteure nous propose ici.

La plume de Laure Dargelos

Quelle belle découverte. Franchement, l’auto édition me fait encore de sacrées belles surprises ! La voleuse des toits m’a énormément plu pour l’intelligence de la construction. Ce roman vient souligner le fait que le YA peut être bon, même excellent ! La plume de Laure Dargelos est subtile, sublime et parvient à nous livrer une histoire à la fois captivante, sensible et très intéressante. Elle prouve son talent en soulignant la panoplie de personnages incroyable qu’elle nous livre. Des psychologies toutes très différentes qui évitent les clichés que l’on peut trouver dans les romans jeunesses. Cela fait de ce roman, un roman qui ira loin et qui est fait pour un lectorat énorme : petits et grands trouveront leur bonheur !

Les – :

  • Rien en vue. Coup de cœur absolu !

Les + :

  • La plume de Laure Dargelos.
  • La construction de l’intrigue.
  • La place de Temps et des Arts.
  • Le duo Elénonore / Elias.
  • La couverture

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie