14

Le dernier train – Amélie Romarin

Le-dernier-trainRésumé : « J’ouvre les yeux. A ma grande surprise,je découvre que je suis dehors. je regarde le ciel sans comprendre. Des nuages blancs recouvrent toute la surface du ciel. Le bruit de la mer parvient encore à mes oreilles et je comprends que mon corps est posé sur le sable. Je tourne la tête à droite et puis à gauche. La plage. Je suis à la plage…  » Lindsay, fraîchement diplômée, décide de tout quitter et de commencer une nouvelle vie…

Mon avis : Je remercie grandement Amélie pour m’avoir choisi et envoyer son roman en Service  presse. En effet, je suis toujours très heureuse d’avoir des petits mails d’auteurs qui souhaitent que je chronique leurs romans et en ce moment, vous êtes tous au top alors merci à vous et merci à Amélie ! Merci aussi pour votre patience, j’ai mis du temps à  poster un retour sur mes impressions de lecture au sujet de votre roman, mille excuses !

J’ai pris grand plaisir à lire ce court roman. En effet, le temps passe très vite une fois le nez dans les mots d’Amélie.

On fait la rencontre de Lindsay qui quitte les siens, sa vie, son petit ami : tout. Elle prend le large, elle a besoin de partir, de respirer et de faire le point sur sa vie. Elle prend un train en direction d’un virage à 180 degrés.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de la littérature jeunesse et mon immersion s’est fait sans casse.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis nordiste et donc… Avoir un roman jeunesse qui prend place chez mes voisins et amis les belges, j’étais vraiment ravie. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on retrouve des mots et dialectes flamands. Cela m’a fait sourire (si ! J’ai presque compris toutes les expressions Ah !)

Comme je l’ai dit, on suit Lindsay dans ses aventures, ses rencontres et son passé. De nombreux sujets sont soulevés : l’amitié, la famille, le deuil. J’ai trouvé cela très intéressant. La manière dont sont abordés ces sujets m’ont beaucoup plu parce que c’est atténué, c’est beau et triste mais sans trop en faire. En effet, on voit vraiment les douleurs du passé de Lindsay et son acharnement à vouloir s’en sortir.

Lindsay est un personnage attachant : elle est jeune, belle, pleine de bonne volonté. C’est vraiment agréable, elle est assez dynamique. Ce qui est bien c’est que l’on a un personnage principal qui a la tête sur les épaules : elle sait qu’elle est partie mais qu’elle devra un jour rentrer. Elle sait qu’elle doit affronter les problèmes et non les fuir. C’est assez intéressant à lire.

J’ai beaucoup apprécié le personnage masculin qui vient redonner un élan certain au roman.

C’est un roman assez réaliste. On peut vraiment se dire que l’on peut vivre la même chose que Lindsay. En effet, c’est vraiment saisissant de réalisme. De plus, la proximité géographique des lieux pour moi rend les choses encore plus réalistes, plus dures, plus concrètes.

On a envie de prendre la défense de Lindsay, de la prendre dans nos bras et de lui dire que tout ira bien. C’est vraiment une très belle découverte que je conseille à tous, jeunes et vieux.

La plume d’Amélie est très sympathique, on a vraiment une belle intrigue qui se révèle  être poétique et pleine de surprises. Je suis certaine que beaucoup d’adolescents peuvent se reconnaitre dans cette histoire.

Voici un roman que je recommande, il faut absolument le lire.

Ma note : 16/20

Publicités
12

La fourmi rouge – Emilie Chazerand

CVT_La-fourmi-rouge_4856Résumé : Vania Studel a quinze ans. Pour elle, la vie ne semble être qu’une succession d’épreuves où chacun est condamné à n’être personne. Entre sa mère morte lorsqu’elle avait huit ans, son père taxidermiste farfelu et ses relations difficiles avec ses camarades, elle se voit comme une malheureuse fourmi parmi d’autres. Mais un jour, elle reçoit un courriel anonyme qui lui révèle toute son originalité.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce Service Presse. Voilà un Service presse comme je les aime. C’était vraiment un excellent moment qui se solde par un énorme coup de cœur pour Vania et son histoire. Honnêtement, je n’ai jamais autant ri en lisant les aventures d’une jeune fille comme Vania.

Comme vous avez pu le comprendre, on fait la connaissance de Vania, une jeune fille un peu particulière puisqu’elle a un « œil qui tombe ». Une maladie qui ne l’empêche pas de vivre mais qui fait d’elle une « outcast » de première catégorie. Ses amis, aussi peu nombreux soient-ils sont géniaux et tous très originaux. J’ai beaucoup apprécié évolué dans le quotidien de Vania. C’est vraiment une expérience géniale !

La famille de Vania se résume à son père, puisque sa mère est partie, les laissant tous les deux mais ils s’en sortent plutôt bien. En effet, j’ai beaucoup apprécié la relation père/fille des Studel. La relation est particulière mais pas injuste, s’il faut râler, on râle, s’il faut dire les choses, on les dit et ça, c’est vraiment l’équilibre parfait dans une relation. C’est vraiment excellent.

On suit Vania lors de son entrée en seconde, là où elle pense que tout va changer, qu’elle ne va plus voir les mêmes têtes du collège mais lorsqu’elle se retrouve séparé de sa meilleure amie et qu’elle est avec son ex-meilleur ami Pierach et sa meilleure ennemie, rien ne va plus. Elle s’attend à passer la pire année de sa vie…

Même si le roman est principalement axé sur la vie de Vania, on a quand même logo-editions-Sarbacanebeaucoup d’informations sur ces amis, surtout sa meilleure amie et Pierach : son voisin et ami même si celui-ci a pactisé avec l’ennemi en s’amourachant de Charlotte, la pire ennemie de Vania. J’ai beaucoup apprécié les relations qui se tissent au fil des mots de l’auteure.

Les sujets actuels sont vraiment traités de manière assez intéressantes dans le sens où l’on rit de tout. On parvient à rire d’un sujet assez sensible en ce moment : Daesh et tout ce qui va avec. L’auteure fait ça avec tellement de subtilité qu’on parvient à rire sans être choqué. C’est vraiment exceptionnel.

Ce roman est une petite perle que les adolescents et les plus vieux peuvent lire sans aucun problème. C’est une bouffée d’oxygène.

La plume de l’auteure est assez surprenante, Emilie Chazerand est une auteure qui parvient à véhiculer les émotions aussi différentes soient-elles. C’est vraiment sympathique, on passe de l’indignation, à la tristesse, du rire, aux larmes. Enfin, surtout au rire. C’est un roman qui vous met la pêche.

En fait, j’ai vécu de nouveau mon adolescence. C’est vraiment génial. Honnêtement, on voit les bons côtés et les mauvais mais sans forcément souligner ces derniers, on s’attarde surtout sur l’aspect positif de la vie de Vania. C’est vraiment très agréable de voir cette fameuse adolescente d’un point de vue positif.

Quoi qu’il en soit, je vous le dis, il faut absolument le lire. C’est vraiment un excellent roman qui vaut la peine d’être lu. Il redonne espoir en cette décadente jeunesse que l’on voit de nos jours. La plume de l’auteure est spectaculaire !

Ma Note : 20/20

14

Pense à moi – Emmanuelle Aublanc

gabriel-d-angel-arekin-une-adaptation-du-jeu-is-it-love-par-nisha-editions.jpgRésumé : Quand la douce Sara emménage à Monterey, elle est loin de s’imaginer qu’elle y rencontrera l’être le plus énigmatique qui soit. Simon, lui, ne s’embarrasse pas de sentiments. Il s’est même juré de ne pas s’intéresser à la nouvelle arrivée et pourtant… même hanté par ses propres démons, il s’en rapproche dangereusement et l’embarque dans une histoire déchirante et romantique. Il y a des relations qui bouleversent toute une vie…

Mon avis : Je remercie chaudement encore une fois Nisha Editions pour l’envoi de ce service presse qui a vraiment été pour moi une belle découverte riche en émotions.

C’était la première fois que je rencontrais la plume d’Emmanuelle Aublanc. Je ne suis pas déçue par la douceur de cette dernière. En effet, j’ai trouvé que la plume de l’auteure était très agréable : douce quand il fallait, plus dure quand c’était nécessaire. Il y a beaucoup de poésie qui se dégage des mots d’Emmanuelle Aublanc et je pense que c’est nécessaire pour l’histoire qu’elle nous propose de découvrir.

On fait la rencontre de Sara, une jeune femme qui vient de s’installer dans la petite ville de Monterey. Elle parvient à se faire des amis, à avoir un équilibre dans sa vie et à combler un peu le manque de son ancienne vie à New York. Elle a quitté New York, la famille de son père avec qui elle a beaucoup de liens très forts pour suivre sa mère et son nouveau mari dans leurs nouvelles vies.

Parallèlement, on fait la rencontre de Simon. Un jeune homme qui fait partie d’une petite bande d’amis dans laquelle se retrouve Sara grâce à Mia, une jeune fille avec qui elle devient très rapidement une amie. Simon est un personnage très arrogant au premier abord. On apprend à le découvrir et rapidement, il fait fondre notre petit cœur.

On évolue dans un monde d’adolescents. J’ai aimé retourner dans cette ambiance de fêtes, de soirées un peu trop arrosées et des chichis entre adolescents. Ca m’a fait rire parce que l’auteure a vraiment su capter l’ambiance de cette période de nos vies, je suis retournée quelques années en arrière.

J’ai beaucoup apprécié apprendre à connaître ces deux personnages qui n’étaient pas 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nforcément des personnages que j’apprécie (dans leurs caractères) aux premiers abords. Ils ont beaucoup évolué et j’ai aimé lire leurs aventures. Je me suis laissée happée par l’histoire et par les mots.

L’intrigue que nous propose Emmanuelle Aublanc est un peu similaire à celle que nous propose Twiny B dans « Our Last Days » pour ceux qui l’ont lu. On est dans une histoire qui tourne autour d’un grave secret qui finit par nous exploser à la figure. C’était assez fort et dur à lire mais je ressors grandis de cette expérience livresque.

L’intrigue est rondement menée, l’auteure parvient à nous embarquer dans une bulle d’amour qui peut tout vaincre. L’auteure nous prouve que l’amour est plus fort que tout et que Sara et Simon font tout ce qui est en leur pouvoir pour pouvoir vivre cet amour.

Le message véhiculé par Emmanuelle Aublanc est fort, intense et nous prend à la gorge. Si vous êtes friands d’émotions en tout genre, ce roman est fait pour vous.

En bref, c’est une histoire forte, belle et remplie d’émotions. C’est une histoire prenante que l’auteure nous livre. J’ai beaucoup aimé me plonger dans cette ambiance.

Ma note : 16/20

18

Percy Jackson – Tome 3 : Le sort du Titan – Rick Riordan

téléchargementRésumé : Les monstres sont toujours décidés à tuer les demi-dieux. Percy et ses amis Annabeth, Grover et Thalia se retrouvent face à un horrible manticore. Ils n’ont la vie sauve que grâce à l’intervention de la déesse Artémis et de ses Chasseresses. Mais, lorsque Annabeth puis Artémis disparaissent, une nouvelle quête semée d’embûches s’annonce : Percy devra plus que jamais se méfier des manipulations et des pièges de Cronos, le Seigneur des Titans.

Mon avis : J’avais envie d’une petite lecture personnelle. J’avais besoin d’un peu de fraîcheur et d’un roman que j’étais certaine d’apprécier. Mon choix s’est porté sur le troisième tome de Percy Jackson écrit par Rick Riordan. J’avais passé d’excellents moments avec les deux premiers tomes. J’ai foncé pour lire ce troisième donc.

Petite différence avec les deux premiers, le troisième tome n’a pas d’adaptation cinématographique. Je partais donc à l’inconnu, ce qui a rendu ma lecture encore plus enrichissante. J’ai beaucoup aimé !

On retrouve notre trio : Annabeth, Grover et Percy ainsi que Thalia, fille de Zeus, redevenue humaine grâce à la Toison d’or (Si cela vous intéresse, c’est dans le deuxième tome de la saga).

J’ai beaucoup apprécié retrouver de nouveaux grands Dieux : Ici, c’est plutôt Artémis et son frère Apollon ainsi qu’Aphrodite que l’on voit le plus dans ce roman. Bien qu’on les retrouve tous à un moment, on retrouve ces dieux plus particulièrement tout au long du roman.

On fait aussi la rencontre des chasseresses d’Artémis, un groupe de jeunes femmes qui ont prêté allégeance à Artémis renonçant ainsi à leurs vies sexuelles, à leur mortalité ainsi qu’à la vieillesse.

Annabeth et Artémis disparaissent. Percy, Grover, Thalia et des chasseresses partent à la recherche de leurs amis. C’est assez captivant comme aventure. On traverse une nouvelle fois des mythes antiques qui nous font vraiment passer un excellent moment !

On retrouve Pan. Ca m’a vraiment fait plaisir pour Grover. Il a enfin une piste tangible pour retrouver Pan. J’ai trouvé ça vraiment cool ! En plus, Grover est un personnage que j’affectionne beaucoup.

La disparition d’Annabeth se fait sentir. Percy se sent seul et j’ai bien l’impression qu’il y a de l’amour dans l’air. C’est vraiment assez plaisant de voir leur relation évoluer ainsi. J’ai aussi trouvé très touchant le fait que Grover tienne son rôle de meilleur ami avec cette force et ce courage. En effet, Percy peut toujours compter sur son ami et c’est une très belle relation.

Bien que les deux premiers tomes ont un côté très jeunesse, j’ai trouvé que ce troisième tome était beaucoup plus pour adolescent voir jeunes adultes. En effet, j’ai trouvé la plume plus sérieuse, l’intrigue aussi. On laisse plus de place à la tension et à l’inquiétude. On sent que le pire va arriver.

Chronos et Luc sont toujours présents de plus ou moins loin. C’est assez frustrant. On sait que ça va tomber mais quand ? La lecture prend une tournure très intéressante je trouve. Les adolescents grandissent, cela se voit, se sent, se lit !

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable. En effet, on ne se lasse pas des aventures de Percy Jackson. C’est vraiment une bonne saga qui me pousse à acheter les autres sagas du même auteur. C’est assez exaltant.

Une chose est certaine, je suis ravie de mettre plongée de nouveau dans cet univers qui est excellent ! J’ai hâte de pouvoir lire la suite. C’est vraiment excellent ! On mêle le monde moderne au monde antique avec brio !

Ce roman est lu dans le cadre du challenge ABC 2017 !

marauda-verbo-challenge-abc-1

Ma note : 17/20

 

14

La première fois que j’ai été deux – Archibald Ploom

téléchargementRésumé : Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands-parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

Résumé : Je remercie Archibald Ploom ainsi que son équipe pour l’envoi de ce beau service presse. En effet, dès le premier regard j’ai adoré la couverture de ce roman que je trouve fraîche, belle et poétique ! Tout était réuni pour que je passe un excellent moment.

On fait la rencontre de Karen, une jeune femme qui s’apprête à passer le baccalauréat. Elle est différente des autres, les jeunes de son âge l’ennui mais elle ne m’a pas du tout ennuyée. Je me suis bien retrouver dans ce personnage. Elle est discrète sans être complètement en marge de la société, elle a des amis. Elle est cynique sur les bords. J’ai vraiment beaucoup aimé ce que Karen dégage. Elle est intelligente, elle aime la (bonne) musique C’est assez appréciable !

Tout change quand elle rencontre Tom, un jeune britannique fraîchement débarquée de sa chère ville de Londres. Leurs vies se croisent d’une manière assez belle et douce. Avec Tom ; Karen apprend l’amour, la vie à deux et la dépendance qui ne fait que grossir entre deux êtres qui s’aiment vraiment.

La première fois que j’ai été deux est un appel à la douceur et à la jeunesse. On nous rappelle aussi que l’amour ne fait pas tout : en effet, on rencontre des turbulences, des accidents de la vie auxquels on ne s’attend pas du tout. J’ai été touché par cette histoire, la vie de Karen est loin d’être merveilleuse. La fin laisse présager le meilleur. J’aime penser que c’est ce qui va se passer.

La plume d’Archibald Ploom est pour moi parfaite pour ce roman. En effet, elle est fraîche, piquante et assez moderne.

L’histoire faire se croiser les temps modernes, actuels mais aussi le passé, les familles, on remonte le fil du temps jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Tom lui ouvre les yeux. J’ai beaucoup aimé voir le personnage de Karen s’épanouir comme une fleur. C’est assez beau à voir. Elle fait, petit à petit, confiance. Elle s’ouvre aux autres, au monde. C’est beau.

La première fois que j’ai été deux est un beau roman, qui plaira aux plus jeunes et qui séduira une bonne partie des plus vieux.

Ma note : 17/20

14

Gloria – Martine Pouchain

couv29874240.jpgRésumé : Gloria, tombée enceinte trop jeune d’un prof de théâtre dont elle était follement amoureuse, a abandonné son bébé pour poursuivre son rêve de devenir une star, et partir pour Los Angeles… Sept ans plus tard, son ambition glorieuse s’est diluée dans les déconvenues et les rôles de figuration. Alors, elle décide de récupérer son enfant. Sauf que la mère adoptive n’est pas d’accord, bien sûr. Il ne reste plus à Gloria qu’à enlever Jamie et à fuir avec lui d’État en État à travers l’Ouest américain, direction le Canada. Pas si simple d’autant que Jamie, lui, ne veut pas rester avec elle.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse qui est vraiment bon ! J’ai avalé ce roman très rapidement : il n’est pas très long mais il est intense !

On rencontre Gloria qui n’a pas une vie facile. Rejetée par sa mère hantée par la mort de son fils Nicolas, Gloria ramasse les pots cassés sans grande conviction. Elle ne sait plus qui elle est et ne sait pas comment faire pour voir un sourire sur le visage de sa mère. Elle refuse tout acte d’amour, de tendresse qui vient de sa fille. Son père est là, entre les deux, mais souffre aussi de la disparition de son fils.

Gloria ne sait plus ce qu’elle veut, jusqu’à ce qu’elle rencontre son professeur de théâtre Fitz qui lui transmet la passion du théâtre. Gloria sait enfin ce qu’elle veut ! Elle veut être actrice ! Un projet qui va vite être évincé par ses parents. Qu’à cela ne tienne, elle fuit sa maison pour vivre sa vie.

Gloria est le genre de roman qui montre à quel point la vie peut être dure. Croire en ses rêves n’est pas suffisant puisqu’il faut aussi se donner la possibilité de pouvoir les réaliser. Gloria en fait les frais : elle n’arrive pas à garder un petit travail alimentaire, ni de payer de loyer. On rencontre beaucoup de personnes qui lui permettent de vivre chez eux mais jamais de manière définitive.

J’ai trouvé que le roman allait très vite : on passe, on passe, on passe. Très rapidement, on change de maison, de travail, de personnages. C’est vraiment très surprenant mais au final je trouve que cela rythme la vie précipitée de Gloria. Elle ne prend pas le temps de vivre. Elle veut vivre son rêve d’être actrice.

Gloria tombe rapidement enceinte, elle fait adopter son bébé mais ses instincts de mèrelogo-editions-Sarbacane reviennent très vites : elle veut revoir son fils, Jamie, même si sa mère adoptive ne veut pas en entendre parler. Et là, commence le périple incroyable d’une mère perdue, qui n’a que le nom de mère sans jamais l’avoir été, ainsi que d’un petit garçon, qui refuse d’être son fils.

C’est une histoire drôle, pleine d’émotions diverses : on est touché, bouleversé, ému. On rigole beaucoup aussi, on sourit, on a le cœur qui se serre. Bref, un véritable ascenseur émotionnel ! C’est délicieux.

J’ai beaucoup aimé ce duo improbable que forment Gloria et Jamie. La fin est surprenante mais très belle : il faut toujours croire en ses rêves.

Ce roman est un roman initiatique pour Gloria qui apprend que la vie ne se résume pas forcément à sa vie d’actrice mais aussi à la personne qu’elle est et ce qu’elle aime dans la vie. Jamie lui ouvre les yeux, elle comprend qu’en partageant sa vie, c’est encore mieux.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui se lit rapidement, qui est belle, pleine d’espoir et de désillusion. Une belle histoire sur l’apprentissage de la vie d’une mère.

Ma note : 16/20

17

Marquise – Joanne Richoux

51YjJsjlxsL._SX195_Résumé : Un excentrique milliardaire, qui se fait appeler Le Marquis, a fondé une société secrète : les Voluptueuses. La rumeur prétend qu’il a fait construire une réplique du château de Versailles, quelque part sur une île privée au large de l’Écosse, et qu’une centaine de privilégiés y mènent une vie de rêve. Charlotte et Billy sont prêts à tout pour quitter leur sordide village natal même à tenter l’impossible. Ils ont de la chance, cette année : le Marquis organise un casting sauvage pour intégrer de nouveaux membres aux Voluptueuses. Huit jeunes artistes, dont eux, rejoindront finalement l’île paradisiaque où s’ébat la communauté. Mais la vie de château leur réserve bien des surprises… 

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions sarbacane pour ce service presse que j’ai beaucoup aimé.

Je vous avoue que ma lecture n’a pas été de tout repos mais j’en sors heureuse ! J’ai eu un beach_gate_weheartitpeu de mal avec quelques longueurs au début mais une fois l’intrigue mise en place, c’est du petit bonheur ! J’ai vraiment adoré et je ne regrette pas d’avoir poussé un peu plus loin ma lecture et d’avoir mis de côté mes difficultés pour rentrer dans les premiers chapitres parce que la suite est détonante !

On rencontre Charlotte – que l’on appelle Charlie- et Billy. Ce sont deux amis d’enfance qui ne se séparent jamais. Quand Billy rejoint Charlotte pour lui proposer de passer les auditions pour entrer dans la société des Voluptueuses elle n’en croit pas ses oreilles. Dans quel plan son meilleur ami va-t-il t’emmener ? C’était exaltant.

Charlie ne laisse jamais Billy seul, l’adage « C’est nous contre le reste du monde » revient assez souvent dans le roman. J’ai vraiment apprécié cette notion d’amitié qui est mise à rude épreuve durant le roman.

Les Voluptueuses est une société dirigé par Le Marquis qui reste un personnage très mystérieux voire un peu dangereux à certains moments. C’est un mini Versailles où les valeurs du 17ème siècle sont mélangées à la modernité du 21ème siècle. Cela donne du « bas-rock » (jeu de mot avec « baroque »). Pour ceux qui ne le savent pas le baroque est une notion qui est contraire au classicisme : on révolutionne les lignes continues et le classique pour laisser place aux courbes, au faste : on ne se cache pas, ce que l’on veut c’est de l’extravagance ! C’est vraiment ce que l’on retrouve dans ce roman : du chic et du choc. J’ai vraiment adoré cette atmosphère électrique.

logo-editions-SarbacaneCharlotte est vraiment un personnage étonnant : elle est drôle, intelligente et ne se laisse pas marcher dessus. Billy, lui, est touchant et un peu plus réservé qu’elle mais ils forment un beau duo d’amis.

L’intrigue en elle-même est géniale. J’ai cru devenir folle tout le long du roman mais la fin du roman est… WAW. Je ne m’attendais vraiment pas à ça ! J’étais comme une andouille devant les dernières pages de mon livre.

Pour résumer : Je vous conseille de lire ce roman si vous aimez les aventures, le dynamisme et les fins tout à fait surprenantes. Des personnages hauts en couleur qui amènent beaucoup de rythme à l’histoire, il faut foncer. C’est vraiment une superbe histoire malgré un démarrage un peu difficile (mais en soi, rien de grave vu que la suite est réellement à la hauteur de ce que j’en attendais). On revisite un Versailles qui ferait certainement bien rire Louis XIV ou… Peut être le faire retourner dans sa tombe… Au choix !

La plume de l’auteure est très entraînante et honnêtement, je lirai un nouveau roman de Joanne Richoux les yeux fermés ! J’ai adoré ! On frôle le coup de cœur !

Ma note : 19/20