24

Les filles de l’astrologue – Tome 1 de Laurence Schaack & Françoise de Guilbert

51voDmf+fiL._SY346_Résumé : Thérèse : née sous le signe du Capricorne, élément Terre. Ariane : née sous le signe du Verseau, élément Air. Philomène : née sous le signe du Verseau, élément Air. Soledad : née sous le signe du Lion, élément Feu. Elles sont filles d’astrologue. Et elles sont en danger, car le monde change. Suite à l’arrestation de leur père par le roi Louis XIV qui a interdit la pratique de l’astrologie, elles doivent quitter le domaine familial et se séparer. Avec les astres pour seuls guides, chacune doit désormais suivre sa voie.

~ Lecture détente ~

Je remercie mon petit chéri qui m’a acheté ce premier tome (et les deux suivants aussi d’ailleurs ahah). Je ne l’ai même pas demandé. Il me connait comme sa poche. Il avait raison, en théorie. Tout était présent pour que je passe un bon moment : le fond historique, la thématique de l’astrologie d’un point de vue scientifique. Ces sœurs qui semblent très proches. Malheureusement, tout n’est pas beau et fort dans ce roman.

On va, une fois n’est pas coutume, commencer par le fond. On est en plein dans la période de l’après « affaire des poisons ». Louis XIV fait la chasse aux sorcières, aux voyants, aux allumés du ciboulot. Bien entendu, ceux qui s’appuient sur des sciences et des faits sont pris pour des illuminés et sont, eux aussi, emprisonnés. C’est donc sous un grondement et une angoisse permanents que se déroule ce premier tome.

Les personnages sont un point fort et un point faible en même temps. C’est vraiment très étrange et paradoxal. J’ai aimé le choc de la réalité et de la fiction : on nous parle de La Voisin, La Montespan, de Louis XIV, de Philippe d’Orléans mais aussi du chevalier de Lorraine. Des noms connus, qui ont bercés le règne fastueux du roi Soleil. A ces personnages, qui ancrent le lecteur dans une réalité certaine, s’ajoutent des personnages fictifs. On fait la rencontre des trois sœurs : Philomène, Ariane et Thérèse. On ajoute à ce trio, leur cousine espagnole Soledad. Et c’est là que les choses commencent à se corser. Elles m’ont toutes tapé sur le système à un moment de l’histoire.

Soledad est un personnage un peu étrange. Tous les problèmes glissent sur elle comme de la pluie sur un imperméable. Tout finit toujours par s’arranger pour elle. Insolente et sans gêne, je l’ai détestée du début à la fin. Pour ce qui est des trois sœurs, elles sont toutes différentes mais complémentaires. J’ai aimé le rôle de Thérèse qui va essayer de protéger sa famille, l’envie de liberté de Philomène, la rêverie d’Ariane. Ariane & Philomène sont jumelles. Cela ajoute un petit quelque chose à leur jolie relation. J’ai apprécié le fait que les filles soient livrées à elles même. Elles qui fonctionnent comme un groupe en début de roman vont devoir se séparer pour essayer de trouver une solution pour leur père enfermé sous les ordres du roi. J’ai beaucoup apprécié cette notion d’unité dans l’adversité. Même si je n’ai pas été forcément très sensible au charme de ces personnages, je peux au moins reconnaitre qu’elles se complètent bien mais elles fonctionnent aussi très bien en électron libre.

L’intrigue est aussi mitigée. J’ai apprécié les voyages divers que les filles font. Elles se retrouvent dans des villes différentes à vivre des choses différentes. En revanche, pour moi, il y a eu un cruel manque de crédibilité pour certaines péripéties. Je ne pourrais pas en dire plus pour ne pas gâcher la surprise pour les potentiels lecteurs mais je n’ai pas cru à certaines choses. De plus, l’accumulation de plusieurs péripéties fait que l’intrigue est bien trop rapide pour être crédible.

La plume des auteures est plutôt sympathique. Ça se lit bien et vite. Je suis vraiment contente d’avoir tenté l’expérience. La suite sera lue pour savoir si les personnages évoluent ou non. J’en attends beaucoup. J’espère que ce seront les tomes de la maturité.

En définitive, voici une lecture mitigée qui vient compléter le challenge confinement. J’ai aimé quelques points au niveau des personnages et l’intrigue mais je ne suis pas forcément comblée par la totalité de cette intrigue. J’ai apprécié le fond historique que j’aime beaucoup. L’affaire des poisons est très sympathique. Dommage. J’attends beaucoup de la suite de cette histoire.

3 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le fond historique que j’ai apprécié
  • Le fonctionnement des personnages en tant que groupe ou en tant qu’individus
  • La plume sympathique des auteures
 Lire un roman choisi par une copinaute dans la PAL « spéciale challenge »

Black Circle with Utensils Restaurant Logo

notation 2

22

Emmy & Oliver de Robin Benway

51TmXJegtLL._SX210_Résumé : Emmy et Oliver sont inséparable depuis leur naissance, jusqu’au jour où Oliver est enlevé par son propre père. Emmy ne cesse de penser à lui. Dix ans plus tard, Oliver est de retour. Cependant, après une absence si longue, Emmy craint qu’il ait oublié leur amitié. Elle tente alors de retrouver sa place dans le cœur d’Oliver.

~ Lecture détente ~

Je vous propose de plonger avec moi dans l’univers du roman Emmy et Oliver de Robin Benway. Je l’ai choisi sur Kiwibook. Je pense que c’est le genre de roman que je n’aurais pas acheté si je ne l’avais pas trouvé à petit prix et d’occasion. Clairement, ce roman young adult a ses qualités mais ce n’est pas la lecture de l’année.

On fait la rencontre d’Emmy, une jeune fille qui grandit entourée de sa famille et de ses amis. Cependant, une chose rend la vie d’Emmy particulière : le retour d’Oliver, son meilleur ami d’enfance, kidnappé par son père de nombreuses années plus tôt. Emmy est toujours entourée par Caro & Drew qu’elle a rencontré à l’école primaire. Le temps a passé et Emmy, Drew et Caro se sont habitués à l’absence d’Oliver…

Niveau personnage, j’ai apprécié l’harmonie et la complémentarité entre les adolescents. Les personnages ont des caractères tous très différents. J’ai aimé cette diversité dans le groupe. Caro est explosive, impulsive et ajoute beaucoup de dynamisme dans ce groupe d’amis. Drew est plus sensible, plus dans l’émotion. Emmy est aussi un personnage que j’ai aimé, qui grandit, qui ose dire les choses même si ça lui prend du temps. Le retour d’Oliver vient un peu perturber ce trio. Oliver revient sans quasiment plus aucun souvenir de ses amis : depuis le CE1, il ne les a pas revus. Si Oliver est resté dans les mémoires de tous les habitants de son coin, il s’est vite acclimaté à la vie que son père lui offrait loin de sa vie d’avant et de sa mère.

Le personnage d’Oliver est très intéressant. En effet, si Oliver a été kidnappé, il ne l’a pas compris. En effet, pour lui, son père reste son père malgré son geste. Si, aux yeux de la loi, le père d’Oliver est un criminel, à ses yeux, il reste l’homme qui lui a appris à faire du vélo et avec qui il a découvert le cinéma. Cette thématique du kidnapping offre deux visions bien distinctes. C’est chouette.

Les adultes sont aussi présents : la mère d’Oliver et tout le stress du retour de son fils engendre mais aussi les parents d’Emmy, voisins de la mère d’Oliver. J’ai beaucoup apprécié la présence des parents qui marquent aussi que les enfants ne font pas ce qu’ils veulent. Par moments étouffants, on comprend qu’Emmy ne leur dit pas tout. J’ai apprécié la complicité entre elle et ses parents.

Comme vous l’avez constaté, ce roman soulèvement des thématiques intéressantes : la famille, l’amitié mais aussi des thématiques que l’on ne voit pas très souvent dans les romans : le kidnapping d’un enfant par un parent, le retour de l’enfant kidnappé. Je trouve que sur ce point, Robin Benway a cerné avec délicatesse et crédibilité ces deux thématiques. L’auteure en parle avec justesse et équilibre. Rien que pour ça, il faut se plonger dans l’histoire.

En parlant de plongeon… Cela reste ma grande interrogation. Pourquoi avoir mis des planches de surf sur la couverture ? Ok, on en parle. Ok, Emmy fait du surf en cachette et ne dit rien à ses parents. Ok, c’est une activité qui va faire évoluer la relation entre Emmy et Oliver. Cependant, on n’en parle pas tant que ça. Le surf n’est, en aucun cas, la thématique centrale de ce roman et peut porter à confusion. Je m’attendais à découvrir le surf au cœur du roman alors qu’il n’est qu’un élément parmi tant d’autres, j’ai trouvé ça dommage.

Ce roman est une romance young adult très sympathique. Je pense qu’elle plaira beaucoup aux lecteurs plus jeunes où aux lecteurs qui veulent lire quelque chose de léger et de rapide entre deux gros pavés. C’est vraiment agréable. Les personnages sont en pleine croisée des chemins. Ainsi, il y a tout un questionnement sur ce qu’il va se passer après le lycée. Qui part ? Comment ? Avec qui ? Bref, cela vient bercer l’intrigue aussi.

La relation entre Emmy & Oliver est au cœur de cette histoire. Comment redevenir amie avec un garçon qui a disparu pendant dix ans ? Comment composer ? Que dire ? Que faire ? On va suivre Emmy et ses tâtonnements. Rapidement, on va s’accrocher à ces deux personnages. Cela rend cette histoire belle et touchante.

En définitive, même si ce roman ne signe pas la découverte de l’année pour moi, je tiens tout de même à préciser que l’histoire est sympathique et agréable à lire. Cela dépayse un peu, on part sur les plages, surfer un peu. On découvre une amitié entre trois personnes. Caro, Drew et Emmy forment un trio d’amis remarquable qui va survivre à la tempête qu’est le retour d’Oliver. Je pense que le point fort de cette histoire reste les personnages. Ils sont tous différents et attachants. Les thématiques soulevées dans ce roman sont très intéressantes et originales. J’ai aimé cette idée de kidnapping. La plume de l’auteure est agréable.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une découverte légère et agréable
  • Un panel de personnages très intéressant
  • Des décors qui dépaysent. En ce moment, c’est le plus important.

notation 1

20

Voyage vers l’amour tomes 2 & 3 d’Annie Lavigne

Résumé tome 2: Après son voyage en Italie, Morgane fait route vers l’Europe de l’Est, où elle rencontre Maeva, qui l’invite à danser à ses côtés dans un cirque ambulant. Son destin croise alors celui d’Enzo, un séduisant dompteur de fauves. Ils décident d’être amis, mais est-ce vraiment ce qu’elle désire ? Le beau Tsigane saura-t-il apprivoiser son cœur passionné ? Et que fait son amie Maeva tous les soirs après le spectacle ? Aurait-elle un lourd secret ?… Dans ce deuxième tome, Morgane poursuit son « voyage vers l’amour » en compagnie de Maeva, une belle gitane avec qui elle développe une amitié touchante. Maeva est toujours joyeuse, enjouée, mais Morgane découvrira que la jeune femme a en fait besoin d’aide pour se sortir d’une horrible situation… Troublée par ce nouveau garçon qui vient d’entrer dans sa vie, Morgane a envie de donner une chance à l’amour, mais y parviendra-t-elle ? Si elle s’abandonnait à lui, ne serait-ce encore qu’une passion éphémère, qui finirait par la vider de tout cet amour qu’elle aspire tant à partager d’âme à âme encore plus que de corps à corps ? Avec une plume toujours aussi belle et soutenue, l’auteure nous transporte en Europe de l’Est, en commençant par la Roumanie, où Morgane goûte à ce monde mystérieux qui entoure le mythe du prince Dracul… Puis elle visitera Sarajevo, Varsovie, Prague, et enfin, Vienne, où elle sera invitée à un bal masqué dans un château autrichien. L’amour sera-t-il au rendez-vous ? En voyageant avec un cirque ambulant, Morgane peut enfin partir à l’aventure et goûter à la liberté dont elle rêvait tant. Mais être libre veut-il dire être sans attache ? Ouvrir son cœur, devenir vulnérable, n’est-ce pas l’unique façon de réellement goûter la vie ?…

Résumé tome 3 : À New York, un réalisateur remarque le regard pétillant de Morgane et l’engage dans son film. Durant le tournage, elle fait la connaissance de James, un bel acteur qui décide de faire avec elle la route jusqu’à Hollywood. Et les voilà partis en décapotable : des milliers de kilomètres pour la séduire… Un petit copain star de cinéma… ça fait rêver ! Tombera-t-elle amoureuse de lui ? Arrivera-t-elle à oublier Enzo, son dompteur de fauves ? Et finira-t-elle par trouver le grand amour ?… Dans ce dernier tome, les liens d’amitié entre Morgane et Maeva deviennent encore plus forts alors que les deux amies partent pour l’Amérique. Ayant toutes les deux vécu des moments difficiles durant leur adolescence, ce « road trip » aux États-Unis est un moyen de se libérer de tous leurs mauvais souvenirs. Leur rêve : voir le Grand Canyon. Dans cette nature vierge, en contact avec la terre, une magie s’opérera sur elles… Pour conclure son « voyage vers l’amour », Morgane devra réussir à voir clair en elle : qui elle est, ce qu’elle veut, qui elle aime. Elle a ce bel acteur américain qui veut être avec elle, mais est-ce vraiment de l’amour ? Et elle ne peut cesser de penser à Enzo, qui a profondément touché son cœur. Son voyage la mènera de New-York à Memphis – où elle montera dans les nuages… –, puis de Santa Fe à Tijuana au Mexique, où son désir de sensations fortes sera comblé… Enfin, le trio Morgane-Maeva-James arrivera à Los Angeles, la Cité des anges, pour la première du film tourné à New-York. Pour Morgane, qui a toujours été passionnée par le cinéma et, surtout, par l’idée de vivre sa vie comme un grand film, c’est l’apothéose. Elle devrait donc être heureuse, comblée, mais il lui manque quelque chose…

~ Services presse ~

Je remercie Annie Lavigne qui m’a confié le tome 2 et le tome 3 de sa saga Voyage vers l’amour. Je suis vraiment ravie d’avoir pu poursuivre ma lecture de cette trilogie sympathique et fraîche. Il était (grand) temps de sortir ces deux tomes de ma liseuse et de vous en parler… Les valises sont prêtes ? On va faire un grand voyage.

On quittait Morgane en Italie dans le premier tome. Le titre de la saga reste très évocateur. La mention de voyage est très intéressante. On voyage géographiquement parlant et on visite le monde entier : entre la Roumanie, l’Italie, la France mais aussi les Etats Unis, nous partons visiter de nombreux endroits qui ont tous l’air magnifiquement beaux et fantastiques. On varie les cultures et les traditions, j’ai beaucoup apprécié cette thématique dans le texte qui vient apporter beaucoup de fraîcheur au roman. On ne s’ennuie pas une minute.

Autre point qui apporte beaucoup de fraîcheur : les personnages ! J’ai énormément apprécié Morgane qui est une jeune femme très surprenante. En effet, je l’ai trouvée très mature pour son âge et son caractère est appréciable. En tant que lectrice, je suis contente de voir autre chose que des triangles amoureux avec des filles qui tapent du pied pour des caprices un peu idiots. Morgane est au-delà de ça. Elle réfléchit beaucoup en essayant de vivre sa vie à fond. C’était vraiment un personnage abouti qui apporte beaucoup au roman. Elle est le seul personnage que l’on retrouve dans les trois romans. Une figure masculine principale vient rythmer les tomes : Julien dans le premier, Enzo dans le deuxième et James dans le troisième. Chaque figure masculine va aider Morgane à se comprendre un peu plus sur elle et sur ce qu’elle attend de la vie. Si j’ai apprécié Julien, j’ai adoré Enzo et suis un peu passée à côté de James qui reste un personnage trop superficiel pour moi.

Voyage vers l’amour est un voyage géographique grâce à toutes les destinations que l’on découvre mais aussi un voyage initiatique puisque Morgane va beaucoup apprendre sur elle-même. L’amour peut prendre différentes formes et c’est ce que l’on va comprendre à travers ces trois tomes.

On rencontre l’amour fraternel avec Julien dans le premier tome (je ne m’étale pas sur ce dernier puisqu’il a déjà été chroniqué). En attendant, grâce au personnage de Maëva, on trouve un amour presque trop fort pour être contenu. Maeva et Morgane vont partager une caravane et une expérience incroyable avec ce voyage qu’elles vont entreprendre aux Etats-Unis. Il faut le dire : le sang est la seule chose qui fait qu’elles ne sont pas sœurs. Pour le reste, c’est tout comme. J’ai trouvé leur amitié touchante (il n’est pas question de relation amoureuse ici). Enzo est un personnage qui ressemble un peu à Julien. En effet, il est réfléchi, posé, calme. Il s’exprime tellement bien. C’est vraiment un personnage que j’ai grandement apprécié aussi. Il est le plus touchant de toutes les figures masculines que j’ai rencontrées dans cette trilogie.

Au-delà des personnages, je trouve que l’auteure traite de manière intelligente et efficace les thématiques propres au Young Adult et permet aux lecteurs une réelle réflexion sur la vie en général et ce qui peut, à l’âge adulte, devenir compliqué à gérer lorsque l’on fait ses premiers pas dans la vie.

Le texte d’Annie Lavigne ne souffre pas de longueurs, sauf peut-être dans les résumés qui pourraient gagner en efficacité en étant raccourcis. Néanmoins, la plume de l’auteure reste toujours aussi belle. Elle est riche et divertissante.

En définitive, Voyage vers l’amour est une trilogie émouvante et efficace qui nous fait voyager à travers le monde. Les cultures et les traditions sont mises en avant et cela nous apporte beaucoup de diversité et de fraîcheur. Les personnages sont très travaillés et aboutis. Je vous conseille cette trilogie pour découvrir le voyage de Morgane, qui vaut le détour.

3 bonnes raisons de lire cette trilogie :

  • Un personnage principal efficace
  • Un voyage physique mais aussi initiatique
  • La plume de l’auteur

4

24

PLS de Joanne Richoux

CVT_PLS_6010Résumé : « – T’es en train de mater mes boobs ?
Je pourrais mentir.
– De ouf.
Je mens jamais.
Elle s’approche, prend ma clope et la balance sur les dalles. Nos doigts se sont effleurés, ça vaut bien le sacrifice d’une cigarette. »

Soirée déguisée. Sacha navigue chez lui entre sa sœur jumelle, la fille dont il est amoureux et ses amis. De pièce en pièce, il traîne sa mélancolie et noie ses démons dans les volutes de fumée et les vapeurs d’alcool. Jeux de regards, frottements des corps, plaisirs furtifs, assauts repoussés… Le temps s’égrène, se dilue. Lui avec. Bad trip ? Et si une lumière brillait quand même au bout de la nuit ? Un roman noir, au verbe vif et cru, qui sonde les solitudes adolescentes, les fêlures de chacun, mais fait aussi entendre l’urgence d’aimer et d’être aimé.

~ Service presse 📖 ~

Je remercie Joanne Richoux ainsi que Actes Sud Junior pour l’envoi de ce roman. Je suis toujours très heureuse de retrouver la plume d’une auteure dont le travail est juste incroyable. Si PLS n’est pas mon roman préféré, la plume de Joanna Richoux est certainement sublimée dans ce roman par les thématiques choisies. Un coup de poing dans la figure. Je suis restée quelques jours à cogiter sur ma chronique : comment rendre justice à ce roman ? Comment parler de cette beauté littéraire qui m’a profondément touchée ? Incroyable mais vrai : J’AI. PRIS. DES. NOTES.

On entre dans un univers qui a touché mon cœur d’adolescente que j’étais. L’auteure nous propose de faire la rencontre de Sacha et d’Angie, deux jumeaux fusionnels, juste avant la grosse soirée déguisée qu’ils préparent chez eux. C’est notre terrain de jeu pour cette histoire. J’ai beaucoup apprécié cela : l’idée du déguisement. Etre quelqu’un d’autre le temps d’une soirée. Se trouver une nouvelle identité, c’est prenant ! En plus, chez des adolescents en ébullition, cela fait sens. J’ai trouvé que cette symbolique collait parfaitement au public qui forme nos personnages. La fête bat son plein : entre picole et fumette, les jeunes se déchainent sur la piste et l’ambiance semble être au beau fixe.

C’est avec cette toile de fond que l’on fait la rencontre de Sacha et d’Angie. C’est Sacha notre narrateur principal mais sa sœur à sa place. Ce que j’aime, c’est le regard de l’auteure sur Sacha. Purée, c’est une claque monumentale parce que l’auteure a su retranscrire à la perfection tout ce que l’on peut traverser durant cette période de notre vie. Sacha nous fait peur, nous fait mal. On se retrouve vraiment avec un personnage blessé, blasé, pour qui la vie n’est pas forcément très belle. Il a un regard dur et sombre sur la vie. A son âge, on se dit qu’il est foutu. Sous Xanax, il refait le monde sur le sol de la salle de bains.

Hormis la relation avec sa sœur, on fait aussi la rencontre d’Elle, la fille qui rend fou Sacha. On a des discussions profondes entre eux. Des moments intenses où l’on peut éventuellement croire qu’Elle est la personne qui permet à Sacha de garder la tête hors de l’eau. PLS… Position Latérale de Sécurité. Je pense qu’ici, ce n’est pas anodin. C’est la position qui maintient en vie, aussi fragile soit elle… Cette main, sur la couverture, on peut possiblement croire qu’elle appartient à Elle. Sacha semble détendu (soit par la présence de Elle, soit par les Xanax… On ne sait pas vraiment). Je vais m’arrêter là… La littéraire que je suis profondément va resurgir et on va finir par avoir une dissertation sur le bouquin.

« Ça existe pas, la vie. Cette espèce d’entité qui ne serait là que pour t’emmerder. Y a juste les gens. Et les choix qu’ils font. Toi, tu choisis les ombres et les fantômes. »

J’ai apprécié le fait que la lecture est pour tous. En effet, même si c’est publié chez Actes Sud Junior, je trouve que les adultes peuvent se plonger dans ce court roman. Il va très vite à lire et finalement, c’est amplement suffisant. Je suis vraiment touchée par le texte, touchée par Sacha. Joanne Richoux arrive encore une fois à me surprendre et à me faire dire qu’elle mérite la palme d’or des auteurs qui me bouleversent.

On touche à l’humain. On touche au monde. On touche aux émotions. On est dans une ambiance où même si la fête bat son plein, Sacha ne se retrouve pas. Il ne sait plus parler aux autres, il ne sait plus comment se comporter et finalement, on se rend compte qu’il survit avec sa sœur qui l’appelle « mon rein ». Angie est toujours dans les parages, elle ressent son frère et ses émotions.

« Alors la vague progresse, elle m’obstrue la trachée, elle se dilate. Et ça me gicle par les yeux. De grosses, grosses larmes de gosse qui me déforment les traits. »

Cette histoire m’a propulsée dans mes plus jeunes années. On est dans une ambiance digne de Skins. Les grosses fêtes où la drogue, le sexe et l’alcool sont présents. Bon, c’est certainement plus fou que mes soirées mais l’inconscience des adolescents reste la même. On s’identifie. Joanne retranscrit à la perfection cette adolescence fracassée. Ces gosses qui font la fête pour oublier les problèmes de leurs vies.

Le plus gros point fort de ce roman, c’est la plume de Joanne sans aucune hésitation. C’est percutant, touchant et intimidant. Bravo à elle pour ce roman.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Sacha, un personnage perdu qui a besoin d’aide.
  • Une plume que j’adore.
  • Une ambiance retranscrit à merveille

notation

22

AliN – Tous différents d’Axelle Colau

41b40w0GrJL._SX195_Résumé : Le collège, c’est l’enfer. Surtout depuis que Guillaume et sa petite bande m’ont pris pour cible. Moqueries, coups bas, brimades, ils s’acharnent, et je subis, paralysé par la peur. Lili, ma meilleure amie depuis ma plus tendre enfance, bénéficie, elle aussi, du statut peu envié de souffre-douleur attitré. Guillaume nous a éloignés l’un de l’autre, et je n’arrive plus à atteindre celle pour qui mon cœur bat… sauf lorsque je prends mon violon et qu’elle chante. Alors, je me sens pousser des ailes. Ces ailes que la réalité nous coupe, dès que nous remettons un pied au collège. Allons-nous réussir à retrouver notre liberté et à prendre notre envol, Lili et moi ?

~ Service presse 📱 ~

Je remercie chaleureusement les éditions Noir d’Absinthe pour l’envoi de ce roman. J’avais déjà vu passer AliN avant qu’il ne soit publié dans cette formidable maison d’édition. Lorsque Morgane m’a proposé de lire le roman, je ne pouvais pas passer à côté de cette opportunité. Voilà une formidable idée !

Je ne vous le cache pas. Ce roman est dur. Il parle de harcèlement scolaire. Vous savez comme je ne suis pas fan de ce sujet. Ce n’est pas parce que je ne me sens pas concernée, mais au contraire, je ne supporte pas voir des gamins souffrir et commencer la vie en étant dégoutés par les autres. Axelle Colau réussit quelque chose de fort : me faire lire, d’une traite, un roman qui parle de ce sujet.

Ce roman fait partie du genre Young Adult. Si vous avez lu mes dernières chroniques, vous savez qu’en ce moment, entre ce genre et moi, c’est la guerre. Je ne retrouve plus forcément ce que je cherche dans mes lectures. Mais comme d’habitude, lorsqu’il s’agit de Noir d’Absinthe, je ne lis pas les résumés… A tort ou à raison ? A raison, bien évidemment !

Les personnages sont le premier point qui m’a beaucoup plu dans cette lecture. On fait la rencontre d’Adrien et de Lili. Deux collégiens qui vivent un enfer à cause de Guillaume et de ses deux comparses. Petit à petit, par manipulation mentale chez les camarades de classe mais aussi chez les professeurs, Guillaume retourne tout le monde contre le « Schtroumpf à lunette » mais aussi « Lili la truie ». Je vous l’avoue, sans honte, j’ai eu mal au ventre durant toute la lecture. Mon cœur, n’en parlons pas, à pris un sacré coup. Cependant, c’était assez étrange puisque je n’ai pas su arrêter ma lecture. J’avais envie de partager ce moment avec Adrien et Lili, j’avais envie d’être là et de les protéger de tout ce qui leur tombe sur la tête.

Le surpoids de Lili devient une attaque facile : entre brimades, coups bas et insultes, Lili tient bon, dans son coin. Adrian regarde de loin. Il sait ce qu’elle vit puisqu’il vit la même chose : la torture, la peur au ventre, être forcé à donner ses devoirs, il connait ça. Les coups, la violence verbale et physique, la maltraitance, c’est aussi son quotidien.

Adrien et Lili sont des amis d’enfance que Guillaume a su séparer. Adrien dit quelque chose de percutant : quand on ne dit rien, on participe. Il y a cette prise de conscience chez ce personnage qui va faire basculer l’histoire. La jolie Lili ne doit pas être seule et même s’il sait les risques qu’il prend, il va combattre ses peurs et Guillaume et protéger comme il le peut son amie.

Ce que j’ai apprécié dans cette histoire, c’est le fait que l’auteure y inclus des thématiques fortes comme l’amitié. A deux, on est toujours plus fort. Lili et Adrien vont passer des moments durs, choquants, percutants. Mais franchement, s’il faut en passer par là pour que les enfants comprennent tout ce que peuvent engendrer des mauvais actes ou paroles, je suis pour ! J’avais juste envie d’attraper Guillaume par le col du manteau et de l’éclater.

Je sais, je sais, ces personnages sont fictifs mais quand je me dis que des enfants subissent ça tous les jours et que la peur leur vrille le ventre toute la journée, c’est intolérable. Axelle Colau mêle le fictif à la vérité d’une manière surprenante et terrifiante. AliN est un titre exceptionnel : on est tous différents, on a tous nos particularités, on a tous nos envies. C’est quelque chose d’important à comprendre.

J’ai apprécié voir les personnages évoluer dans leurs sphères privées. Découvrir comment pouvait vivre Guillaume, par exemple, et comprendre comme un garçon pareil pouvait être aussi pourri de l’intérieur. J’ai aimé la musique d’Adrien et de Lili. C’est certainement les mots les plus poétiques que j’ai pu trouver dans ce roman. C’était très très très beau. Bravo à l’auteure pour ces moments de poésie malgré une intrigue très dure. Cela permet au lecteur d’avoir une bulle pour respirer. Un petit moment où les personnages ne sont pas réduits à leurs caractéristiques physiques. On les apprécie d’autant plus.

« Je sentis sa tristesse, son désespoir, sa joie qui transparaissent dans les éclats de sa voix. La musique parlait pour nous là où les mots ne suffisaient plus. Je voulus lui transmettre ma compassion, ma peur et surtout, mon affection »

La plume est très intéressante. C’est une plume tout terrain comme j’aime le dire. Elle s’adapte à toutes les situations. Elle nous bouscule, met nos cœurs à mal mais parvient aussi à panser nos plaies et à nous faire accepter cette horrible situation.

Je salue donc une intrigue percutante, difficile mais tellement nécessaire. Bravo à l’auteure pour avoir crée ce monde criant de vérité qui remet les choses en place. J’ai aimé cette amitié, cette connexion avec la musique. J’ai apprécié la présence des parents. La poésie qui se dégage des moments de partage entre Adrien et Lili est magnifique.

Site internet pour les témoins, les victimes, les parents et les professionnels : https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/
Numéro
à contacter : numéro vert « NON AU HARCÈLEMENT » : 3020.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une thématique actuelle et terrible : le harcèlement scolaire.
  • Les personnages que j’ai apprécié découvrir.
  • La musique qui adoucit les mœurs.

5

13

Entre pétales & épines de rose de Lucie Farigoul

51AA+X1VwQL._SX195_Résumé : Maëlle est une jeune fille pétillante de 17 ans qui a tout pour être heureuse : une famille unie, un groupe d’amis formidable, un petit copain attentionné… Mais l’adolescence n’est pas une période facile et tout finit par basculer dans sa vie amicale, amoureuse, familiale… Comment l’adolescente va-t-elle réagir à cela ? Va-t-elle traverser les épreuves avec le sourire, comme elle le faisait auparavant ? Sera-t-elle toujours aussi sûre que la vie est belle ?

~ Service presse 📱 ~

Je remercie les éditions Plumes de Marmotte pour l’envoi de ce service presse. Je vous avoue, j’ai craqué sur le titre poétique et mystérieux ainsi que sur cette jolie demoiselle, pleine de sensualité et qui est aussi mystérieuse que le titre de ce roman. Malheureusement, cette lecture est en deçà de mes espérances. Néanmoins, cette lecture reste intéressante.

On fait la rencontre de Maëlle. Maëlle est une jeune fille pleine de vie, elle est souriante, belle, attachante en plus d’être généreuse, attentive et intelligente. Une famille aimante l’entoure, une bande d’amis que tout le lycée envie. Le « club des cinq » est constitué de Maëlle, Camille, Charlotte ainsi que Florian et Romain. Des amis de toujours qui rendent jaloux tous les lycéens. Maëlle a la vie dont tout le monde rêve : des parents et des frères et sœurs incroyables, des amis géniaux et une relation amoureuse incroyablement belle avec Romain.

Je pense que ce roman est très bien pour un public ciblé : un public qui ressemble aux personnages. On est sur une intrigue qui pourrait vraiment plaire aux jeunes. Dans le genre Young Adult on ne pourrait vraiment pas frapper plus dans le mille. En revanche, ici, le public est vraiment ciblé. J’ai 26 ans. Serait-ce de trop pour cette catégorie ? Je commence à le croire. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus adulte avec une couverture comme celle-ci.

Si le roman est intéressant, je suis un peu restée en surface sur certains points : c’est ce qui fait que je n’ai pas forcément compris ce fameux moment de bascule. Je pense qu’il m’aurait fallu quelques pages de plus pour pouvoir plus comprendre Maëlle et le mal qui la ronge. J’ai eu une impression que tout arrive comme un cheveu sur la soupe. Tout va bien dans le meilleur des mondes puis tout va mal. Il m’a manqué quelques pièces pour que ce pivot soit plus souple, flexible.

Néanmoins, j’ai apprécié les thématiques que l’on met en avant. Maëlle est une jeune femme loyale. Et j’ai tellement apprécié que l’amitié soit mise sur le même plan que l’amour. Pour Maëlle, l’amitié est tout aussi importante que sa relation amoureuse. Un seul mot est d’actualité : l’équilibre. C’est quand ce dernier vole en éclat que tout commence à tomber. J’ai trouvé cela très intéressant. Bravo à Lucie Farigoul pour cette mise en avant. J’apprécie cela.

Les cinq amis sont tous différents mais apportent beaucoup. Seuls, ils ne fonctionnent pas, ils ont tous besoin les uns des autres : Camille est surement un peu trop égoïste par moment, Maëlle un peu trop maman poule, Florian pas assez sérieux, Charlotte trop effacée et Romain trop exclusif. Cependant, quand ils sont ensemble, c’est le bonheur. Franchement, j’ai apprécié ce groupe de personnages qui dynamise beaucoup le texte.

Je pense que j’aurais été ravie d’avoir ce roman entre les mains vers 16/17 ans. Je me serai tellement identifiée à toutes les thématiques que l’on voit dans ce roman. La Pauline d’aujourd’hui est peut-être un peu plus distante, moins euphorique face à ce roman mais elle reconnait ses qualités : simplicité, efficacité et douceur.

En définitive, ce roman est parfait pour les lecteurs les plus jeunes. La plume est profonde et je salue le travail de Lucie Farigoul qui propose un texte de qualité. Les thématiques abordées sont vraiment intéressantes et modernes. On a une plume dynamique qui permet une lecture rapide et sans prise de tête. Même s’il m’a manqué quelques pages, quelques passages pour comprendre totalement le personnage de Maëlle et cette période si difficile qu’elle traverse, je reconnais que c’est vraiment une belle intrigue qui est construite intelligemment. Mention spéciale pour ce groupe de cinq amis.

Je remercie de nouveau les éditions Plumes de Marmotte pour ce roman ! Jeunes lecteurs, foncez !

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La période du lycée et toutes les émotions que l’on peut ressentir, bravo !
  • Un groupe d’amis que j’ai apprécié découvrir
  • Une construction intelligente

notation 1

17

Ames en otage de Mariana

41DLrd7jw4L._SX331_BO1,204,203,200_Résumé : Quel est le point commun entre une jeune Française en perdition, un intello américain et une prise d’otages ? A priori, rien ! Si ce n’est qu’ils vont se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Du pire peut naître le meilleur et ils vont révéler la face cachée d’un lycée. Au cœur de la tourmente, Samantha, petit génie dilettante, rencontre Jayden, passionné de science et travailleur acharné. Ils vont s’unir pour lever le voile des secrets, des brimades et de la torture mentale au quotidien. Voyagez entre San Francisco et Paris, laissez-vous emporter par ce tourbillon de sentiments.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Mariana pour l’envoi de son nouveau roman qui m’a bien plu par les messages véhiculés mais aussi par la force de sa plume.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Un monde de jeunes : la jungle du lycée
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Ce que j’apprécie beaucoup dans ce roman, c’est la situation proposée. Deux mots qui font peur sont importants dans ce roman : « HARCELEMENT SCOLAIRE ». On en parle de plus en plus, mais encore une fois, on attend des catastrophes pour réagir. Mariana, par sa plume, nous propose une plongée dans un lycée où le harcèlement scolaire a touché un jeune homme.

L’ambiance du lycée est particulière : on est dans un lycée américain. Les longs couloirs, les casiers, les classes qui se mélangent selon les matières. Bref, l’ambiance est celle des films : entre les filles populaires, les loosers et les sportifs… Il y en a pour tous les goûts.

La force de ce roman réside principalement, pour moi, dans le personnage de Samantha. Samantha est une jeune française qui vit aux Etats-Unis chez son oncle. C’est le genre de personnages que j’aime beaucoup lorsque je lis un roman du genre « Young Adult ». En effet, sous la couche de vêtements sombres, d’un carnet à dessin et d’une insolence à toute épreuve, Samantha sauve la veuve et l’orphelin si cela est dans ses cordes. Sous son air râleur et un peu bougon, elle a un cœur en or.

Il y a, bien entendu, d’autres personnages que j’ai beaucoup appréciés. Ils sont tous très intéressants et attendrissants pour la plupart. Ils permettent d’adoucir un peu la cruauté soulignée par le harcèlement scolaire.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Intrigue et message du roman
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Franchement, il faut se le dire, ce genre de roman est à mettre dans les mains de tous les élèves : collégiens et lycéens. Il faut (enfin) comprendre que l’impact des mots, des actions et des réactions est importante aux yeux des enfants. Je n’ai jamais compris comment on pouvait intentionnellement ou non faire du mal aux autres. Il faut toujours qu’il y ait un drame : mort, tentative de suicide ou crise de folie pour que l’on réagisse. C’est exactement ce qui va se produire dans l’établissement que fréquente.

« — Je dois savoir un truc. L’un d’entre vous faisait-il partie des harceleurs ?
—  Un « non » collectif retentit.
— Mais on a laissé faire, confesse Jayden. C’est tout autant condamnable, ajoute-t-il »

C’est une lecture qui passe très bien malgré les sujets abordés. Déjà, quand on parle de harcèlement, on donne le ton de la lecture rapidement, puis ensuite, lorsque cela se passe dans les couloirs d’un établissement scolaire, c’est encore pire : comment a-t-on pu laisser passer ça ?

Comment fait Mariana pour en faire une lecture digeste ? Rien de plus simple : on ne se place pas du point de vue du jeune homme harcelé. On fait la rencontre de la victime (oui, c’est une victime) par le biais de son carnet, de ses écrits personnels et de ses dessins.

Samantha devient le porte-parole. Elle devient la fille qui veut agir. Ne connaissant pas ce garçon, on se rend rapidement compte qu’elle est avide de justice. C’est très beau, le message devient encore plus puissant. A l’aide de Jayden, elle devient la personne qui pointe du doigt l’injustice, qui fait bouger les choses.

L’intrigue est aussi adoucie par de la romance. Il n’y en a pas qu’une. Cela permet aussi de faire de ce roman un moment intense en émotions. Mariana n’oublie aucun aspect de la vie d’un adolescent : les hormones en ébullition mais aussi la cruauté de certains et cette fâcheuse tendance à mettre les gens dans des cases et à les y enfermer. Samantha marque cette volonté à ne vouloir appartenir à aucune catégorie.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La plume de Mariana et la construction du roman
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas parce que l’on n’a pas le point de vue direct de Calvin que les émotions ne sont pas au rendez-vous. Au contraire, on ressent encore tout. Les messages sont encore plus importants puisque Samantha est un personnage qui a déjà vécu l’injustice. Mariana construit son roman intelligemment.

A travers les yeux de Samantha, tout devient plus intense ! Elle résume même bien la situation : ce n’est pas parce que Calvin a mal agit qu’il est forcément le coupable que l’on décrit dans les articles de presse. C’est avant tout un jeune homme en souffrance, une victime qui a tout gardé pour lui. On ne peut pas condamner ce jeune homme sur une seule action. Il faut voir la situation dans sa globalité.

On vogue entre passé et présent, entre la vie en France et la vie en Amérique, entre la Samantha de France et celle aux Etats-Unis, mais aussi entre les deux cultures.

Bravo à Mariana qui nous permet de vivre un moment de lecture intense qui ne dégouline pas de pathos.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Des thématiques importantes
  • Une construction narrative intelligente
  • Un personnage principal fort.

4

 Victime ou témoin, dénoncez pour ne pas être seul et pour vous défendre. Vous n’avez rien fait de mal. Personne ne mérite de subir cela.

Site internet pour les témoins, les victimes, les parents et les professionnels : https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Numéro à contacter : numéro vert « NON AU HARCÈLEMENT » : 3020.

14

Ma rencontre avec toi – Tome 1 de Virginie Imbert

book-5960.jpgRésumé : C’est la fin de l’été. Cathie, 18 ans, doit affronter une nouvelle année de terminale, et tout recommencer lui paraît impossible. Enfant de parents divorcés, elle passait son temps libre à sortir avec ses amis, mais aujourd’hui, cela lui semble bien loin… Le jour de la rentrée, elle rencontre Matt, qui vit dans le quartier mal fréquenté où elle doit travailler. Le jeune homme essaye aussitôt de la séduire. Au collège, il était déjà tombé sous son charme et c’est pour lui l’occasion de conquérir son coeur. Débute alors une histoire d’amour où chacun se révèle à l’autre au fil du temps. Pourtant, tout n’est pas si simple. Entre les études, la famille, les amis, le nouveau couple va être malmené. Tout paraît les mener à la rupture. Cathie et Matt seront-ils assez forts pour surmonter toutes ces difficultés et réussir à rester ensemble ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Virginie Imbert pour cette jolie proposition faite via SimPlement. En effet, j’avais repéré ce roman et quand j’ai reçu une demande pour une lecture, j’ai sauté sur l’occasion. Ce que je retiens de ce roman c’est qu’il est plein de bonnes intentions. Cependant, j’avoue que la lecture n’a pas été un coup de cœur. Je pense être un peu trop friande de romance et ne pas forcément être le public visé.

~ De bonnes intentions ~

Je crois que je vais le surnommer ce roman le « roman des bonnes intentions ». On sent vraiment ce que l’auteure a voulu véhiculer dans ce roman. On sent vraiment qu’elle y a mis tout son cœur, malheureusement pour moi, cela n’a pas été suffisamment creusé. Je suis restée en surface tout au long du roman sans parvenir à m’immerger complètement dans l’univers proposé. Ca reste net et sans bavure mais je n’ai pas su plonger totalement.

~ Les personnages ~

On fait la rencontre de Cathie qui est une jeune fille redoublante. Au lycée, elle ne connait plus beaucoup de monde à part Olivia qui devient rapidement son amie. Cathie est un personnage attachant qui est courageuse et pleine de vie.

Matt est le deuxième personnage principal de l’histoire. Attachant, rigolo et charmant, il est difficile de rester insensible à tout ce que dégage ce personnage. Il est vraiment très bien construit. J’ai apprécié découvrir d’autres facettes de sa personnalité que le footballeur star du lycée. C’était un point très sympathique.

« Je suis contente d’avoir pu parler un peu avec lui, mais j’avoue que de savoir qu’il fait du foot dans ce quartier ne m’emballe pas trop. Je n’oublie pas que les footballeurs ont une grosse tendance à se la péter et que la plupart du temps ils pensent seulement à draguer les filles qui passent. En y réfléchissant, je reste quand même perplexe sur les chances d’une amitié entre nous. Mon expérience m’a plutôt appris à me méfier de ces sportifs. »

On ne peut pas en demander plus à des lycéens : ils ont des réactions de jeunes adultes. Entre jalousie et manipulation, les sentiments de ces jeunes sont mis à mal et nous permettent de faire une incursion au royaume des hormones. Entre les « Grr » et les « je t’aime » on est dans une bagarre intense des sentiments et on tourne un peu en rond finalement. Malheureusement, dans une bande d’amis comme celle présentée, on ne passe pas à côté de stéréotypes. Je pense à Chloé la lycéenne dragueuse qui va tout faire pour tenter Matt.

~ L’intrigue et la plume de Virginie Imbert ~

L’intrigue est sympathique et l’on rentre facilement dans l’histoire. Même si je suis restée en surface, j’avoue que ma lecture s’est déroulée sans encombre et rapidement. On se retrouve vraiment dans une histoire sympathique à découvrir. On nous propose de découvrir une histoire d’amour pas comme les autres ainsi que les obstacles qui se mettent sur la route de Matt et de Cathie. Cela nous rappelle aussi que l’adolescence et les premiers émois ne sont pas forcément faciles à gérer.

Le point fort de l’intrigue pour moi reste la naissance de l’histoire d’amour entre Cathie et Matt qui prend son temps mais qui fait du bien. En effet, j’ai trouvé cette histoire charmante. Elle ne fonce pas tête baissée et lui non plus. On se retrouve vraiment au cœur de cette histoire qui fait sourire le lecteur.

Les thématiques abordées sont assez intéressantes aussi : les études, les drogues, le premier amour, la jalousie, l’amitié, bref on passe vraiment un moment sympathique avec ces jeunes gens.

La plume de Virginie Imbert est assez intéressante. En effet, je suis persuadée que ce roman pourrait plaire à des lecteurs plus jeunes, qui vivent la situation de Cathie et de Matt. C’est-à-dire des lycéens en pleine ébullition. Rien de péjoratif dans ce que je dis, vraiment. Je suis ravie d’avoir découvert la plume de l’auteure, c’est simplement que l’histoire est trop jeune pour moi. L’intrigue se déroulant principalement dans un lycée fait que l’on est spectateur de la jungle adolescente qu’est la cour de récréation.

Il reste quelques maladresses stylistiques dans la lecture ainsi que quelques fautes. Cela ne m’a pas franchement déstabilisée, j’ai vu bien pire au niveau orthographe et syntaxe.

Je pense que je lirai le deuxième tome par curiosité. Merci à l’auteure pour sa confiance.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un monde de jeunes adultes parfait pour les jeunes lecteurs
  • Des thématiques intéressantes abordées
  • Une aisance dans la lecture

3

12

Prête-moi ton rêve de Pauline Puyenchet

51O6Mntp-TL.jpgRésumé : Plonger au cœur des rêves des autres, nuit après nuit, s’immisçant ainsi dans leur esprit afin d’en comprendre l’essence, tel est le don de Molly. Seulement, dompter cet immense pouvoir révélant les secrets les plus intimes des gens n’est pas chose aisée pour une adolescente qui a encore tant à découvrir sur elle-même. Se laisser griser par le phénomène, puis ne pas se sentir à la hauteur, apprendre ensuite à le maîtriser pour venir en aide aux personnes de son entourage… ce sont les différentes étapes qui ont jonché la destinée hors du commun de Molly.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Pauline Puyenchet pour l’envoi de son roman Prête-moi ton rêve. Roman court, il se lit très rapidement. On est dans un monde fantastique où le personnage principal, Molly, a la capacité de voyager dans les rêves des gens qui l’apprécient. Ma lecture n’est pas un coup de cœur mais j’ai passé un moment de lecture rapide et agréable.

~ Le sentiment de rapidité ~

Le PDF envoyé fait 80 pages. C’est donc un roman très court et pourtant il se passe une multitude de choses. On passe du coq à l’âne et je trouve que Molly, touchée par certains événements, passe vite à autre chose.

Les thématiques abordées sont sérieuses : alcool, abus, boulimie mais aussi racisme et manque de confiance en soi par exemple. Si le roman se veut positif, il reste quand même à retravailler pour moi sur certains points.

Les chapitres sont très courts, ce qui permet d’avoir une lecture dynamique mais j’ai trouvé qu’il y avait peut-être un peu trop d’information pour le nombre de pages.

~ L’intrigue et construction narrative ~

J’ai trouvé cela très sympathique ! L’idée de voyager dans les rêves, j’ai trouvé ça cool ! Molly est un personnage très sympathique : elle est gentille, douce et peut être un peu naïve. Son but ? Etre appréciée des gens pour pouvoir filer en douce dans leurs rêves pour en savoir plus sur eux. La curiosité de cette adolescente m’a énormément plu. Quel culot ! Mais, qu’on se le dise, on aurait tous fait pareil !

Molly est donc notre personnage principal. C’est un bon personnage qui est bien construit. Elle tient l’intrigue à bout de bras et nous propose une aventure très sympathique, qui sort de ce que l’on peut lire habituellement dans le genre fantastique.

Destiné à un public plutôt jeune, il se lit quand même bien de l’autre côté de la barrière ! Vieux lecteurs, il peut aussi vous plaire.

Petit point qui m’a aussi dérangé. Il n’y a pas de dialogue, que de la narration et quelques paroles rapportées directement. Je pense que ce roman gagnerait en rythme en étant un peu dialogué quand même.

~ Les personnages ~

Pauline Puyenchet fait le choix de nous proposer une petite bande d’amis. Ainsi, Molly qui avait peur d’être seule se retrouve avec Valentin, son ami de toujours et collègue de piano, mais aussi Suzon, la jeune demoiselle mal dans sa peau qui a du mal à s’ouvrir aux autres ainsi que Martial le sportif et Dolores la fougueuse.

Molly est la seule qui peut voir dans les rêves des autres. Cela n’empêche pas la demoiselle de se livrer à son ami Valentin sur son secret. Ainsi, il va l’aider à faire le bien grâce à son don. C’est plutôt une bonne idée qui vient donner un second souffle à l’intrigue proposée.

Si j’ai apprécié Suzon et Valentin, je n’ai pas su m’identifier à Martial et Dolores qui sont un peu trop « lycéens foufous » pour moi. C’est clairement le genre de personnes que je fuis. Cependant, l’auteure nous propose une belle leçon de vie sur l’acceptation et la tolérance.

~ La plume de Pauline Puyenchet ~

Si j’ai essuyé quelques petites maladresses dans la plume, je reste convaincue que Pauline Puyenchet est une auteure talentueuse. Sa plume transmet tellement d’émotions que l’on se rend rapidement compte qu’elle met sa plume au service de la tolérance, de l’acceptation et de l’amitié. On ne véhicule que de bonnes choses dans ce roman.

Pour en revenir à un petit débat qu’il a pu y avoir sur la page facebook du blog, j’ai eu un petit souci avec une phrase « Elle était jolie malgré ses rondeurs. ». Oui, j’ai trouvé cela très maladroit. Oui, c’est difficile pour une lectrice (ou lecteur !) adolescente de faire la part des choses entre les paroles d’un personnage et la plume d’un auteur. Avant que ça n’aille plus loin (et surtout trop loin), je tenais à préciser que l’auteure n’est pas le personnage et que cela ne véhicule pas les pensées profondes de l’auteure. C’est à nous, grands lecteurs, de savoir faire la part des choses. Il est évident qu’en 2019, je ne peux pas lire ça sans lever les bras au ciel parce que je sais à quel point ça peut faire mal. En revanche, je mets mes chroniques au service des auteurs et des livres. En AUCUN cas, je ne me permets de juger Pauline qui a fait un travail remarquable avec Prête-moi ton rêve. C’est une simple maladresse pour moi et cela ne va pas plus loin.

Voilà un roman à mettre dans les mains des plus jeunes comme des plus vieux pour un petit moment de lecture sympathique qui permet de décrocher un peu de la réalité pour plonger dans un monde de rêve.

Pauline Puyenchet décrit avec réalisme, des passages de la vie adolescente que l’on a tous connu. Bravo à elle pour ce roman.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Voyager dans les rêves des autres, trop cool !
  • Une plume pleine de bonnes intentions
  • Des messages de tolérance et d’acceptation qui sont forts

3

14

Les larmes de Shiva de César Mallorqui

124040897.pngRésumé :  » Tout a commencé par une énigme : le mystère d’un collier d’une valeur inestimable, égaré durant sept décennies. Les Larmes de Shiva. Il donna lieu à des vengeances terribles, à des amours interdites, et à d’étranges disparitions.  » Cet été, Javier, 15 ans, est envoyé dans la villa de sa tante. Là-bas, il y découvre l’histoire de son aïeule, Beatriz. Disparue soixante-dix ans auparavant, la veille de son mariage, elle a emporté avec elle les Larmes de Shiva, déclenchant une querelle familiale sans précédent. Lorsque le fantôme de son ancêtre lui apparaît, Javier est prêt à tout pour enfin rétablir la vérité… une vérité que l’on a voulu faire taire à jamais.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman. Petit roman espagnol plein de promesses, j’ai vécu une aventure avec des hauts et des bas. J’en ressors contente de l’avoir terminé malgré les petits bémols.

~ Les personnages ~

On fait la rencontre de Javier, un jeune homme de 15 ans qui, suite à la maladie de son père, se voit obligé de quitter sa maison, le temps d’un été pour que tout rentre dans l’ordre. Le voilà catapulté à Santander dans la famille de la sœur de sa mère avec un oncle débrouillard et très sympathique, sa tante adorable et ses quatre mystérieuses cousines.

Livre court, cela permet de planter le décor assez rapidement. Je vous avoue que j’ai eu un peu de mal à me mettre dans ma lecture. Cependant, ce n’est pas vraiment ce qui m’a posé le plus problème dans cette lecture.

Les personnages sont nombreux et assez sympathiques à découvrir. J’en ai aimé certains, d’autres moins, mais ça, c’est le jeu. Javier est le narrateur de l’histoire. Un narrateur adulte qui se souvient de l’été particulier qu’il a vécu à quinze ans. J’ai trouvé l’idée sympathique.

L’idée du pitch est super agréable et nous propose un voyage assez sympathique au final. Le résumé est très attirant et franchement, j’avais envie de me plonger dans l’histoire.

Les quatre cousines de Javier sont des sœurs soudées malgré le fait qu’elles soient toutes les quatre très différentes. Elles ont toutes de jolis prénoms aux consonances ibériques et florales : Violeta, Rosa, Margareta et Acuzena (Violette, Rose, Margueritte et Lys). J’ai beaucoup apprécié le personnage de Violeta. C’est une leader, une courageuse, elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et ne se laisse pas marcher sur les pieds. J’ai trouvé qu’elle formait un beau duo avec Javier qui est plutôt suiveur. Il ne manque pas de courage mais il a du mal à trouver sa place dans sa famille.

~ Un roman qui nous fait voyager dans le temps ~

Trois périodes sont à souligner dans ce texte : 1901, la période où Beatriz vivait, 1969, la période de lété des 15 ans de Javier ainsi qu’aujourd’hui puisque Javier nous raconte son histoire. J’ai trouvé le regard du narrateur sur chaque période très sympathique. Il essaye de comprendre, de vivre en ayant un regard vers l’avenir ! La télévision est encore compliquée à trouver, on est plus dans des moments oisifs : discussions, lectures, promenades. Les temps sont en train de changer mais il faut quand même se dire que les années 1960 en Espagne, ce n’est pas l’éclate ! Franco et sa dictature règnent, les espagnols se taisent. 1969 est une année importante, une ouverture sur le monde et l’espace. Javier semble en être conscient, ce jeune homme se révèle être plein de surprises.

~ Un secret de famille ~

J’avoue que c’est ce qui m’a le plus plu dans ce résumé, ce secret de famille. J’avais tellement de questions à ce sujet, qui ont toutes trouvées des réponses d’ailleurs.

Violeta et Javier partent à la découverte du secret de famille qui sème la discorde depuis plus de 50 ans dans leur famille. Beatriz, leur aïeule, la paria de la famille a fui un mariage en emportant avec elle les larmes de Shiva : ce collier somptueux offert par la richissime famille de son fiancé. Tout au long du texte, on va en apprendre de plus en plus au sujet de cette femme, de cette fuite et de ce passé pas forcément aussi simple que ce que l’on peut penser.

Au début de la chronique, je vous disais avec j’avais pris un peu de temps avant de me mettre dans ma lecture. J’ai trouvé que le rythme (qui reste quand même longuet) s’accélérai vraiment à partir du moment où l’histoire de Beatriz était évoquée. Pour moi, les révélations finales restent communes, je n’ai pas eu de surprise. Dommage pour ce point.

~ La plume de l’auteur ~

Je suis ravie d’avoir fait une nouvelle découverte ! Je ne connaissais pas l’auteur et franchement, il m’a emmené avec lui et ses personnages dans son histoire. Les décors sont saisissants, j’ai adoré me retrouver en Espagne le temps de ma lecture.

La plume est très sympathique mais, franchement, des fois la plume devient un peu pompeuse. Un livre destiné aux adolescents, jeunes lecteurs, avec des mots que moi-même je ne connaissais pas alors que je suis une adulte, le nez fourré dans les livres et qui sors d’études littéraires. Ok, je ne connais pas tout, ça c’est clair. Mais franchement, j’ai dû noter au moins cinq mots inconnus au bataillon. Traduction ? Plume ? Je ne saurais dire mais j’avoue que parfois, je me suis demandée ce qui se passait.

Cela pourrait s’expliquer par le fait que ce soit un Javier plus âgé qui parle mais cela ne rend pas justice au personnage de quinze ans qui passe un peu pour un papi avec des expressions désuètes par moments.

C’est une lecture sympathique, à lire en été sur la plage. Elle m’a plu sur beaucoup de points mais j’ai quand même pu souligner quelques bémols.

Les – :

  • Une lenteur dans le roman : on est vraiment sur un rythme lent.
  • La plume un peu trop pompeuse, pour moi, par moments.
  • Une fin un peu attendue

Les + :

  • Le duo Violeta/Javier
  • La plume de l’auteur et le fait qu’il sache nous embarquer dans son histoire.
  • Les décors sublimes proposés.
  • Le secret de famille
  • Tout ce qui touche à l’histoire de l’Espagne dans les années 1960/1970 à ne pas oublier.

3

15

From the past – Tome 1 : Adaptation de Lauren Peretti

téléchargement.jpgRésumé : Belmont Massachussetts, 1955. Livia a dix-sept ans. Etouffée par les angoisses de son père, elle rêve d’émancipation. Mais, alors que pour la première fois, elle est autorisée à sortir avec ses amis pour voir le succès annoncé de la Fureur de Vivre, Livia perd subitement connaissance. Quand elle se réveille, 59 ans se sont écoulés mais elle a toujours 17 ans? Surtout, elle possède d’inquiétantes capacités inexpliquées. Aidée par Kate, neurologue chevronnée, Livia parviendra à s’échapper de FitcherTeck qui la tient captive. Meurtrie par la perte des siens, elle devra relever plus d’un défi : rattraper près de soixante ans d’histoire, de technologie et d’évolutions sociales et culturelles, maîtriser ses nouvelles capacités mais, surtout, découvrir ce qu’il lui est arrivé, le tout sous la menace de FitcherTeck, organisation sans scrupule qui met tout en oeuvre pour la retrouver. Dans sa fuite vers son destin, Livia découvrira l’amour avec le beau William, fils naturel de Kate abandonné à la naissance, lui-même brisé par la vie. Ensemble, ils tenteront de se reconstruire.

~ Lecture PDAI ~

Mon avis : Je remercie le Prix Des Auteurs Inconnus pour l’envoi de cette lecture qui vient clôturer ma participation à ce formidable prix pour cette année. Je termine donc avec une lecture dans la catégorie « Young Adult »

Un début assez compliqué

Je ne vous le cache pas, ce roman ne faisait pas partie de ma sélection parce que le sujet et la couverture ne me plaisent pas forcément. Je sais qu’on ne doit pas juger un roman à sa couverture mais j’avoue que ce qu’elle me laisser présager de cette lecture ne m’attirait pas vraiment. J’ai donc eu du mal à débuter ma lecture et à me laisser porter par l’histoire. Tout ce qui est lié au futur, au voyage temporel, c’est vraiment compliqué pour moi. Cependant, je ne me suis pas laisser abattre et j’ai entamé ma lecture.

Si le début est un peu longuet pour moi, j’avoue que la lecture n’a pas été aussi fastidieuse que ce que je pensais. L’auteure prend un peu de temps pour mettre en place sa saga, c’est compréhensible mais j’ai trouvé quelques longueurs.

Les personnages

On fait la rencontre de Livia. Livia a 17 ans et ne supporte plus être enfermée dans sa maison. Son père est très protecteur et ne la laisse pas sortir. Ses copines ayant une vie moins surveillée et stricte, elle ne rêve que d’une chose : l’émancipation.

Livia est un personnage que j’ai apprécié. En effet, on découvre une jeune femme forte et courageuse. Elle ne laisse pas tomber et veut comprendre ce qui a bien pu lui arriver. C’est vraiment un personnage sympathique à découvrir. Son évolution est affolante au fil des pages et j’avoue que, pour moi, c’est LE POINT FORT de ce premier tome. Je trouve qu’elle porte à bout de bras l’intrigue.

On fait aussi la rencontre de Kate dans une autre partie du roman. Lorsque Livia se réveille 59 ans après, elle doit s’accommoder à un monde qui n’est pas le sien. Kate, neurologue, va tout faire pour la sortir de ce cauchemar.

Deux époques

Vous l’avez surement compris, on démarre notre lecture en 1955 et l’on atterrit en 2014. 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nDifférentes mœurs, différents modes de vie et Livie est entre tout cela. Elle n’a pas vieillit. Elle doit s’adapter à ce que le monde de 2014 lui offre. Kate est là pour l’aider et franchement, j’ai apprécié la relation qui se tisse entre les deux femmes. Livia est en difficulté pour ingérer toutes ces nouvelles choses. J’ai trouvé l’idée des cours très sympathique !

Une romance de trop ?

J’avoue que là, je n’ai pas trop compris l’utilité de la romance entre William et Livie. Je n’ai absolument pas adhérer à cette histoire. Peut-être qu’en développant cette histoire, cela peut ajouter quelque chose au roman mais là, j’ai trouvé cela de trop… Dommage ! Je suis fan de romance mais, ici, j’ai trouvé que ce n’était pas très utile.

L’intrigue

Je ne pense pas que je dois vous en parler étant donné que le résumé le fait déjà très bien. Cependant, en parlant du résumé, je trouvé qu’il est un peu trop long et explicite. Pourquoi ne pas garder le secret sur William ? Quand j’ai un résumé ainsi, il est inutile pour moi de vous en parler plus… Tout est dit !

La plume de Lauren Peretti

Si je n’étais pas forcément attirée par ce roman, j’avoue que j’ai quand même apprécié l’histoire. Bon, oui, il y a quelques bémols pour moi mais j’avoue que j’ai quand même pris plaisir à suivre la vie de Livia. La plume de Laurent Peretti est très sympathique. Je pense que j’apprécierai la retrouver dans une autre lecture.

La plume est belle, rythmée et apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire. On ne s’ennuie pas. C’est vrai que le début est un peu long mais une fois l’intrigue mise en place, le lecteur ne s’ennuie pas.

Les – :

  • Un démarrage un peu long
  • Une histoire d’amour trop rapide
  • Un résumé trop explicite

Les + :

  • La plume de l’auteur
  • L’histoire qui m’a plu dans sa globalité
  • Les différences soulignées entre les deux époques
  • La relation entre Livia et Kate
  • Le personnage de Kate

3

12

La fille des deux mondes – Tome 2 : Deux pieds sous terre

41TObYxU1DL._SX195_.jpgRésumé : Je m’appelle Riley Smith, j’ai dix-sept ans, et je vais mourir. Un comble pour une adolescente qui communique avec les morts. D’autant plus qu’elle les aide à accomplir leurs dernières volontés pour accéder à l’au-delà. Mais la jeune fille n’aurait jamais imaginé devoir aider le fantôme d’un criminel… Alors qu’elle plonge dans les bas-fonds de la ville, les morts comme les vivants se font de plus en plus dangereux. Seul Hayden, son confident, le mystérieux esprit coincé entre la vie et la mort, peut venir à son secours… s’il la pardonne d’avoir découvert son secret. L’AMOUR PLUS FORT QUE LA MORT

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman que j’attendais avec impatience. Franchement, je l’ai reçu hier midi et je l’ai terminé ce matin (mon travail me permet de lire au boulot, de temps à autre, quel bonheur !). Ainsi, j’ai pu poursuivre ma découverte de la plume de C.C Hunter (quoi, j’ai TOUJOURS un train de retard, je sais) ainsi que l’univers qu’elle propose à travers sa saga La fille des deux mondes.

Une plongée fascinante et ultra simple

J’avoue, quand j’ai vu le nom de Jacob je me suis dit « C’est qui celui-là ? » Une rapide relecture de ma chronique et pouf, j’ai replongé dans l’univers comme si j’avais quitté le premier tome hier. J’ai mis un peu de temps à me souvenir des personnages mais franchement, une fois que j’avais bien les noms en tête, ma lecture s’est faite naturellement. J’ai retrouvé une plume que j’apprécie ainsi que des personnages bien campés.

Les personnages : une belle surprise !

Riley est une excellente surprise. Si j’avais apprécié le personnage dans le premier tome, ici, je l’aime encore plus ! C’est vraiment une agréable découverte. J’ai retrouvé une Riley forte, courageuse, qui essaye d’affronter les problèmes. Elle est sur tous les fronts : Hayden, Kelsey, Annie, son père, les filles du lycée, bref, elle y va !

Les amis de Riley se dessinent plus aussi : Hayden, le demi-fantôme, Jacob aux yeux de chien battu et Kelsey, sa meilleure amie qui n’a pas sa langue dans sa poche. Ce qui est intéressant aussi dans ce deuxième tome, c’est l’évolution des relations. En effet, si Riley et son père ne s’entendent plus aussi bien qu’avant, elle se rapproche de Hayden qui va prendre une place bien particulière dans sa vie. Kelsey s’ouvre et dévoile ses secrets tout au long des pages. C’est assez sympathique.

On a aussi des personnages de passage et ici, on a un fantôme assez glauque qui a besoin de l’aide de Riley pour passer paisiblement de l’autre côté et suivre la lumière. Bref, ce roman est vraiment ce que j’attendais, la fin risque d’être incroyablement magique !

L’intrigue

Ce qui est sympathique c’est qu’on a vraiment une histoire principale : Riley et Hayden. Pour moi, cela ne fait aucun doute que c’est cette relation qui est au premier plan. Cependant, on a une intrigue au second plan qui reste unique à chaque tome. Riley aide un fantôme particulier dans le premier tome et le deuxième fantôme apparait à la fin du premier tome pour briller dans le deuxième. Le schéma se répète ici puisque les dernières pages mentionnent l’apparition d’un nouveau fantôme qui semble être très intéressant ! J’espère vraiment que la suite arrivera vite en France.

La plume de C. C. Hunter

Je sais que c’est une auteure qui est assez connue mais bizarrement, je n’ai jamais été attirée par les romans qu’elle propose. Avec sa saga La fille des deux mondes, je plonge dans un univers séduisant. Une plume qui signe une intrigue très sympathique pour une saga qui se lit aussi bien en tant qu’adolescent qu’en tant qu’adulte.

Les – :

  • Un léger temps pour recentrer les personnages.

Les + :

  • J’ai apprécié les deux niveaux d’intrigue.
  • Le personnage de Riley qui est une très jolie surprise.
  • Les relations en évolution entre les personnages
  • La plume de l’auteure que j’apprécie découvrir.

Vivement la suite !

4

14

Anima – Tome 1 : les enfants – Mary Sara

5143Tzq9PxL._SY346_Résumé : Au pays de Ryatil vit Evahny, une jeune fille dont la curiosité ne connaît aucune limite. Elle ne cesse de questionner sa mère Sorhia, reine de cette contrée, sur le monde qui l’entoure mais plus encore sur la fameuse Quête de la Moitié. De jour en jour, la petite fille ressent un vide qu’elle ne peut décrire et comprend bien que sa vie risque d’être chamboulée… Elle et son frère Sajyel découvrent en réalité qu’ils font partie de l’ultime Quête de l’Anima. Une tradition qui trouve ses origines au sein du peuple des Thuatyls et qui lie chaque existence à un Anima, la moitié d’une âme, son souffle, son essence même. De son côté, la reine s’interroge sur l’imminence de la Quête, étonnamment précoce pour ses enfants. Avec l’aide de son mage de bataille Thanius, elle doit les préparer aux dangers de la Quête… Accompagnés de Lekhal, un Élu déchu, Evahny et Sajyel devront accomplir leur destin et rétablir l’équilibre d’un monde sous le joug d’une malédiction vieille de vingt ans…

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois le Prix des Auteurs Inconnus pour le travail remarquable qu’il fait mais aussi pour l’envoi de ce roman qui signe ma quatrième participation pour les sélections dans la catégorie « Young Adult ». Souvent boudée dans la littérature, cette catégorie offre son lot de surprises pour moi ! Je ne vous le cache pas : Anima était LE roman qui me faisait le plus envie dans cette sélection.

Une imagination débordante & une plume magnifique

La première chose qui m’a frappée dans cette histoire, c’est la facilité que l’auteure a à nous embarquer dans son monde monté de toutes pièces. Franchement, je suis admirative et je jalouse l’imagination de Mary Sara. De plus, ce monde est sublimé par de magnifiques descriptions. Ce monde nous donne envie de le connaitre, d’en savoir plus, d’y vivre. Les mots de l’auteure sont précis, beaux et assez poétiques.

La seule chose que j’ai à reprocher à ce premier tome ce sont les coquilles et quelques longueurs.

Une quête

J’avoue que j’en ai un peu marre en ce moment de ces histoires de quête, j’ai l’impression41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n de ne lire que cela en ce moment. C’est pour ça que j’ai pris mon temps pour le lire, j’ai fait une pause pour ne pas faire une indigestion. Ici, l’auteure parvient à gérer à merveille cette histoire de quête. Celle que les élus doivent faire. La quête est assez sympathique en soi : les personnages partent à la recherche de leur moitié : un animal ordinaire ou légendaire. Bravo pour cette riche idée !

La quête en soi fait peur. En effet, les personnes sont mises à l’épreuve. En danger, elles doivent évoluer dans des contrées lointaines et sauvages pour trouver leurs moitiés.

J’ai apprécié l’histoire, la légende et la mythologie qui tournent autour de l’histoire. Cela tient tout au long du roman. Le lecteur est sur une sorte de nuage mythique qui se balader sur toute la trame de l’histoire.

Les personnages

Une chose est certaine c’est que l’auteure prend le temps de nous présenter ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, on fait connaissance avec tout le monde. Ainsi, on se prend au jeu d’en aimer certains et d’en détester d’autres. J’ai trouvé que c’était un premier tome introductif assez nécessaire pour bien placer l’histoire. Les personnages sont vraiment très intéressants et sont un point fort dans ce premier tome.

On a deux personnages principaux que j’ai apprécié suivre : Evahny et Sajyel. Voilà deux personnages que j’ai beaucoup aimé. Si Evahny est une jeune fille curieuse et qui ne sait pas tenir en place, son frère Sajyel est assez calme et réfléchi. Tous les deux sont des enfants très courageux et attachants.

Les – :

  • Quelques coquilles et longueurs.

Les + :

  • Les personnages dans la totalité ! Je les ai tous trouvés captivants et très intéressants.
  • Le monde construit par l’auteure qui est à couper le souffle.
  • Les descriptions qui vendent du rêve aux lecteurs.
  • La plume de Mary Sara que je conseille chaudement.

4

18

Azmel – Tome : magie alternative – Laura Wilhelm

51zIa-pH7zL._SX195_.jpgRésumé : La jeune Léna doit faire face à de nouvelles épreuves, alors que des secrets lui sont dévoilés…Après un malheureux événement et en proie à d’horribles douleurs, Léna doit reprendre sa vie en main. C’est le cœur brisé et le corps meurtri que l’aventure reprend de plus belle. La Porte du Temps et son clan d’Élues lui font un merveilleux cadeau, mais son corps pourra-t-il supporter la charge que cela implique ? Sa mère n’était-elle qu’une humaine ou avait-elle finalement elle aussi des pouvoirs magiques ? Et pourquoi ne lui a-t-elle donc jamais parlé de l’existence de sa tante Morgane ? Ses retrouvailles avec Rick lui laissent un goût amer dans la bouche. Réussira-t-elle à le ramener à la raison ou choisira-t-il de succomber définitivement à sa nature démoniaque ? Au-delà de la magie de ce monde éphémère, Léna va découvrir des secrets que sa famille pensait à jamais oubliés. Encore une fois la jeune fille se retrouve confrontée à un choix qui changera sa vie, qu’elle le veuille ou non ? Le deuxième tome de la saga Azmel, aussi captivant que le précédent, est à découvrir sans tarder !

Mon avis : Je remercie chaleureusement Laura Wilhelm pour sa proposition de lecture. J’avais déjà pu faire l’expérience d’un partenariat avec Laura via SimPlement dans le cadre de la lecture du premier tome de la saga « Azmel ». C’est donc avec plaisir que j’ai renouvelé l’expérience.

Une plongée facile dans l’univers

J’avoue que j’ai relu ma chronique pour pouvoir me souvenir des détails du premier tome. Une fois ma lecture faite, j’ai replongé ultra facilement dans l’univers de Laura Wilhelm. C’était une lecture très sympathique, rapide et efficace. J’ai apprécié la facilité avec laquelle j’ai pu retrouver mes repères dans l’univers proposé par l’auteure.

Une suite à la hauteur de mes espérances

Même si cette lecture n’est pas un coup de cœur pour moi, j’ai passé un très bon moment de lecture. En effet, ce que j’ai pu reprocher au premier tome s’est trouvé amélioré pour moi. J’avais souligné une rapidité dans le déroulement des phénomènes ainsi qu’une intrigue un peu simple. Ici, le deuxième tome étoffe un peu l’histoire. On se retrouve avec une trame narrative dynamique qui apporte beaucoup à l’histoire en général.

Le personnage de Léna me plait énormément. Si ce personnage avait su se démarquer dans le premier tome, je l’ai trouvé vachement plus mature dans ce deuxième tome. L’auteure nous dessine des psychologies très sympathiques. Les personnages sont assez bons, certains moins que d’autres mais Léna parvient à tenir une bonne partie de l’histoire sur ses épaules.

Le point un peu négatif de l’intrigue c’est le fait que, par moments, l’auteure m’a perdue. En effet, au départ, c’était assez confus. Voilà une mise en situation intéressante par rapport à la condition de Léna mais franchement, j’ai trouvé cela trop confus pour moi. Qui dit confusion, dit longueur et cela a un peu ralenti mon rythme de lecture.

L’affirmation au rendez-vous dans ce second tome

Si Léna s’affirme énormément dans ce second tome, j’ai aussi apprécié la place que le fantastique prend dans cette histoire. Effectivement, tout est question d’affirmation dans ce second tome. Ainsi, on peut dire que le second tome plante réellement le décor. Tout est y plus vif et souligné que dans le premier tome. La place de Léna, les personnages, la touche de fantastique dans le premier tome prend une part beaucoup plus importante ainsi que la plume de l’auteure. C’est un tome surprenant qui donne envie d’en savoir plus !

Les personnages

On retrouve les personnages que l’on a dans le premier tome : Léna, ses deux cousines, sa tante. Certains sont beaucoup plus présent comme Jason. C’est assez très intéressant. Le traitement des personnages apporte beaucoup à l’histoire.

La plume de l’auteure

Bravo à Laura Wilhelm pour la qualité de sa plume. En effet, j’ai senti une nette progression dans l’évolution des personnages, de la qualité de la plume et de l’intrigue. On sent que l’auteur prend du plaisir à nous raconter cette histoire et cela ne m’a pas laissé indifférente.

Les – :

  • Quelques longueurs

Les + :

  • Le personnage de Léna.
  • La plume de Laura Wilhelm
  • La place importante laissée au fantastique.
  • Le fait d’éclairer les zones d’ombre

4

10

20 ans – tome 2 – Claire Bertin

20 ans Tome 2Résumé : Après une première année d’études riches, Clara, Émilie et Vanessa se retrouvent pour terminer leur BTS tourisme. Nos trois pétillantes héroïnes ne sont pas au bout de leurs surprises! Entre une folle cohabitation à Paris, les rencontres qui vont chambouler leurs existences et leur quête du prince charmant, rien ne se passe comme elles l’avaient imaginée! Des rires, des larmes, des émotions exacerbées … Soyez les bienvenus dans l’univers de leurs 20 ans !

Mon avis : Voilà une chronique qui me tient à cœur pour plusieurs raisons. Il me fallait absolument attendre le 10 Avril (jour de sortie nationale) pour vous le présenter. Voici le deuxième tome des aventures de Clara, Emilie et Vanessa. Je vous présente, pour la seconde fois, le travail de l’excellente Claire Bertin.

Je tiens à prendre quelques lignes pour remercier Claire. Voilà ma première béta lecture. Je suis très heureuse d’avoir été choisie et d’avoir pu participer à la réflexion de l’auteure sur son roman. C’est une place que j’ai apprécié avoir surtout parce que Claire est une belle personne, qui est aussi folle que moi. Je suis ravie d’avoir pu découvrir Claire à travers sa plume mais aussi au travers de nos conversations. Merci

Les 20 ans

J’avoue que je suis en plein dedans, j’ai 25 ans ! J’ai adoré lire ce deuxième tome qui prend en compte ce que les lecteurs ont pu dire du premier. J’apprécie cela, grandement ! Cela fait du deuxième tome, un tome meilleur que le précédent (bien qu’il fut très agréable à lire). Le tome 2 est le tome de la maturité : que cela soit au niveau des personnages mais aussi de la plume de l’auteure. Tout est travaillé et cela fait du bien à lire ! J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai eu peur, j’ai vraiment eu l’impression de faire partie de la bande. Je pense qu’avec un livre sur ce sujet, c’est tout ce que l’on veut non ?

Les personnages

Si j’ai apprécié le panel varié des personnages que j’ai pu rencontrer durant ma lecture, j’ai rencontré un petit obstacle qui en est un pour moi mais qui n’en sera pas forcément un pour vous ! En effet, j’ai eu un petit effet de personnages « boomerang » durant ma lecture. Ils viennent et repartent, reviennent et repartent… Je comprends bien ce que l’auteure me dit, un groupe d’amis avec des amis satellites qui gravitent autour, je comprends bien mais n’adhère pas dans le sens où j’ai juste eu mal au cœur pour le personnage en question.

Mis à part ça, ma lecture a été un petit moment de délice intense. Je n’ai pas lâché mon ordinateur d’une semelle le temps de ma lecture (même au travail, pardon maman si tu passes par là ! 😀 ♥)

J’ai trouvé les personnages très bons. Meilleurs que dans le premier tome. Ma curiosité me pousse à vouloir en savoir un peu plus dans l’épilogue mais cela n’est vraiment pas grave du tout.

Le trio est très intéressant : Emilie, Clara et Vanessa évoluent en tant qu’individus mais aussi en tant que couple amoureux et couple d’amies. On comprend qu’elles ne sont rien les unes sans les autres. C’est très agréable. On remarque aussi qu’elles grandissent, qu’elles cherchant à se poser et trouver un équilibre dans leurs vies.

Le voyage

Encore une fois, l’auteure nous fait part de son envie de voyage ! On part encore une fois à l’étranger et on bouge aussi en France. Ainsi, on part à Paris, en Suisse et aussi à Londres… Il y a aussi d’autres destinations qui donnent envie de faire ses valises.

La plume de Claire

Comme je le disais au-dessus, j’ai trouvé que la plume de Claire avait bien évolué, elle est belle, dynamique. On rit, on pleure, on est triste, on a l’envie de les voir heureux. Bref, avec Claire, on fait partie de la bande ! J’ai adoré !

J’ai hâte de voir Claire surfer sur la vague de la célébrité ! C’est ce qui va se passer avec ce roman, J’EN SUIS CERTAINE !

Bravo, bravo, bravo !!!!

Les – :

  • Petit effet « boomerang » dans les personnages. Mais rien de grave. C’est plutôt un ressenti personnel.

Les + :

  • Un trio en forme qui nous fait passer un excellent moment de lecture.
  • Un épilogue que j’ai adoré !
  • Une plume séduisante ♥
  • Les voyages et les thématiques sérieuses abordées qui font du bien.
  • Une auteure qui m’a répondu à toutes mes attentes.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

26

La voleuse des toits – Laure Dargelos

téléchargement (1).jpgRésumé : Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

Mon avis : Je remercie Laure Dargelos du fond du cœur pour l’envoi de son roman en version papier. J’ai sorti mes plus beaux yeux de biche lorsque j’ai vu la beauté de cette couverture. Je la trouve magnifique. Bien sûr, j’aurais bien pu le lire en format numérique mais franchement, ce roman est à avoir dans les étagères. Donc merci beaucoup Laure pour ce merveilleux envoi qui vient sublimer mes étagères tant par la qualité de la couverture que de la plume.

ALERTE COUP DE CŒUR.

Le livre en soi

Je vous avoue que j’ai eu peur. Je ne m’attendais pas à ce que ce roman soit si gros. Il est juste ENORME. Je pense que la dernière fois que j’ai lu un si gros roman c’était Harry Potter et l’Ordre du Phoenix. C’est souvent quitte ou double pour moi ces romans : soit c’est génial, le roman est un véritable page turner ou alors c’est un long, très long chemin de croix. J’ai commencé le roman dimanche soir, je l’ai fini hier soir (et encore, c’est parce que je ne voulais pas l’abîmer en le prenant dans mon sac sinon j’aurais lu pendant ma pause déjeuner). Je n’ai rien vu passer. Les pages se sont envolées, mes yeux n’ont pas voulus se fermer. Bref, une pépite.

L’intrigue, l’histoire et les personnages

Oui, d’habitude je fais une section pour ces thèmes mais si je ne couple pas, la chronique va faire dix mètres de long et ce n’est pas vous rendre service que de vous donner des millions de détails. La meilleure chose à faire pour découvrir ce merveilleux roman, c’est de le lire. Cependant, le point de départ est assez sympathique et original (plutôt rare dans ce genre). On est dans une société où les arts en tout genre sont interdits. Il n’y a pas de musique, ni de possibilité de se détendre avec un bon livre, film ou une jolie balade dans un musée. Les arts ne vivent plus. Le gouvernement est intraitable et les rebelles traités de la pire manière qu’il soit. Bien entendu, vous vous doutez bien que le gouvernement trouve quand même des gens qui se battent contre cette oppression. Eléonore Herrenstein fait partie de ces derniers.

Eléonore est un personnage que j’ai apprécié par sa facilité à se cacher. En effet, faisant partie de la haute société, Eléonore devient l’opposé la nuit. Elle devient Plume, une voleuse. J’ai adoré ce personnage frais, intelligent, drôle et qui a la tête sur les épaules. Que dire de plus ? C’est un personnage principal très intelligemment construit qui permet au lecteur de ne pas s’essouffler dans la lecture. Elle apporte un peu d’air frais dans ce climat oppressif.

Elias est un personnage aussi très surprenant. J’ai apprécié son franc-parler très présent dans l’histoire. Rapidement, on comprend que c’est un personnage blessé et qu’il se protège comme il le peut. J’ai trouvé le duo Eléonore/Elias très sympathique à découvrir. Ce que j’ai apprécié dans l’histoire de ce duo c’est le fait que la romance ne prend pas une part méga importante dans le texte. On n’est pas étouffée par la romance, elle est fraîche, mise par petites touches et j’ai trouvé que l’histoire était encore plus prenante de cette manière.

Ce que j’ai énormément aimé c’est que l’auteure maitrise vraiment son texte. Cela lui permet d’apporter différents genres à ce roman dit « Young Adult ». On y trouve de la fantasy, une merveilleuse aventure avec une touche de romance. A partir du moment où les genres se mélangent à merveille et que cela fonctionne, j’ai envie de dire que le pari est déjà gagné.

Le temps

J’ai trouvé très intelligent la manière dont l’auteure utilise le temps dans ce roman. Il est personnifié et très rapidement, il évolue comme un personnage humain dans l’intrigue. J’ai apprécié la place qu’il prend, la tournure de l’intrigue. Franchement, je suis sous le charme de l’intrigue et de ce que l’auteure nous propose ici.

La plume de Laure Dargelos

Quelle belle découverte. Franchement, l’auto édition me fait encore de sacrées belles surprises ! La voleuse des toits m’a énormément plu pour l’intelligence de la construction. Ce roman vient souligner le fait que le YA peut être bon, même excellent ! La plume de Laure Dargelos est subtile, sublime et parvient à nous livrer une histoire à la fois captivante, sensible et très intéressante. Elle prouve son talent en soulignant la panoplie de personnages incroyable qu’elle nous livre. Des psychologies toutes très différentes qui évitent les clichés que l’on peut trouver dans les romans jeunesses. Cela fait de ce roman, un roman qui ira loin et qui est fait pour un lectorat énorme : petits et grands trouveront leur bonheur !

Les – :

  • Rien en vue. Coup de cœur absolu !

Les + :

  • La plume de Laure Dargelos.
  • La construction de l’intrigue.
  • La place de Temps et des Arts.
  • Le duo Elénonore / Elias.
  • La couverture

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Lune pourpre : Tome 2 Asservie – Laëtitia Danae

41ch4Plx9UL._SX322_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : La série à succès sur le net se poursuit ! Avec « Initiée » Laëtitia Danaë a signé une percée fracassante dans l’univers de la Fantasy et voici désormais le deuxième tome de la série « Lune Pourpre ». Au Royaume d’Hibendrill le mauvais œil règne, Lilith a vu nombre de ses compagnons disparaître. Elle doit désormais faire face aux pires souffrances… Après la terrible bataille du bois des Murmures qui concluait le premier volume, la cité Sanshee est très vulnérable. Désormais prénommée Moira depuis son arrivée chez les Fronts Marqués, elle n’a plus le choix et doit apprendre à s’endurcir. Plus déterminé que jamais, le roi Donovan semble prêt à tout pour asseoir son pouvoir et débusquer les peuples cachés. Pour l’arrêter, il n’existe qu’une solution : infiltrer Fall Marma la cité ennemie et partir à la recherche de l’arme suprême qui permettra de faire tomber le régime ennemi pour de bon. Et c’est à Moira que revient cette lourde tâche : celle de porter les chaînes. Celle d’être une asservie.

Mon avis : Je remercie SNAG fiction pour l’envoi de ce deuxième tome à la hauteur du premier et de mes espérances. J’avais beaucoup apprécié le premier tome et le personnage de Lilith / Moira. La fin du premier tome laissé présager un deuxième tome assez mouvementé.

Un monde inventé très crédible

On retrouve le Royaume d’Hibendrill. Voilà un monde qui ne manque pas de magie. On part déjà du fait que la magie est présente dans ce royaume mais l’auteure parvient à y mettre tellement de détails incroyables que le monde inventé devient crédible. On a l’impression de progresser dans un Royaume qui existe réellement. C’est très prenant. Les descriptions sont, une fois de plus, à la hauteur que ce que j’attendais d’un royaume inventé. C’est vraiment très sympathique à découvrir.

Le personnage de Lilith/Moira

J’ai apprécié cette dualité dans le prénom. On est dans une infiltration pure et dure, cela renforce l’idée de devoir se sacrifier pour sauver tout le monde de ce roi qui semble être beaucoup plus que tyrannique. Ce que je reproche souvent à ce procédé de double nom pour le même personnage, c’est le fait que l’on se perd très rapidement. Ici, aucun problème, l’auteure maîtrise sa plume, ses personnages et ce procédé. Moira est toujours aussi courageuse. L’évolution du personnage est saisissante. On la voit déterminée, elle se bat pour un peuple, elle sait que c’est la seule à pouvoir le faire. Cependant, la peur, les doutes et les incertitudes sont présentes. C’est ce qui fait de ce personnage quelqu’un d’humain. On se retrouve donc avec un personnage principal empathique et que l’on apprécie suivre.

Les codes de la fantasy retrouvés

Bien entendu, Lilith ne traversera pas ces trois tomes seule. Elle est accompagnée de ses téléchargementamis. Les personnages secondaires sont assez sympathiques. J’ai apprécié la bande d’amis qu’ils sont. Ils progressent ensemble même si cela n’est pas toujours facile. On est propulsé dans l’histoire à la fin de la bataille du bois des murmures. La coupure n’est pas nette entre les deux premiers tomes, cela nous permet de remettre le pied à l’étrier très facilement, c’est très sympathique.

Son loup est assez sympathique aussi. Par ce personnage animalier, l’auteure parvient à nous glisser subtilement ce que Lilith pense de tout cela. C’est assez intéressant.

Les codes de la fantasy que l’on retrouve ici permettent aux plus jeunes lecteurs comme aux plus âgés de se retrouver dans la lecture. Cela fait de cette trilogie une trilogie accessible par toutes et tous. C’est très agréable.

La plume de l’auteure

Je suis charmée, vraiment. On se demande vraiment si l’auteure, à force de nous donner des détails et des indices, ne va pas oublier quelque chose à un moment. Je suis ravie de vous dire que non ! Tout est cohérant, c’est comme un puzzle dont les pièces s’attachent seules… Laetitia Danae reste une auteure ultra talentueuse mais aussi très intelligente. L’évolution de Moira/Lilith est calculée, les psychologies de tous les personnages que l’on rencontre sont diverses et variées, personne ne se ressemble, on n’a pas de personnages fades. C’est une plume que je vais suivre, cela est certain.

Je profite aussi de la chronique pour adresser mes félicitations à Laetitia Danae qui se voit publier chez PKJ ! Bravo ! Le travail paye toujours !

Les – :

  • Je tiens à préciser que cela reste un « point négatif » personnel. J’ai trouvé un peu déjà-vu ce lien entre loup et humain. J’ai lu énormément de romans de loup et j’ai fait une overdose. Cependant, ici, mis à part cela, j’ai adoré ! Bravo.

Les + :

  • L’évolution de Moira/Lilith
  • La plume de Laetitia Danae ♥♥♥
  • Les psychologies détaillées.
  • Ce monde ultra riche et magnifique !
  • La fantasy maîtrisée sur le bout des doigts, félicitations.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

De terre et de racines – Oriane

61jcky1YdhL.jpgRésumé : Où se cache notre identité ? Sur nos terres, dans nos racines… ailleurs ? Au Grand Terrier, Gareth subit le rejet quotidien. Il ne s’imaginait pas sauver Corène, quitter son pays ou encore affronter les meurtriers « respectables » de son père. Pourtant, même loin des siens, il protégera Corène. Parce que sa culture et ses différences le fascinent et le troublent à la fois. L’alchimie se crée et il est bien décidé à comprendre… Pourquoi des gardiens terrons pourchassent-ils une jeune Silverine ? Exil, manipulation, mort ; le pire les menace. Hélas, plus question de reculer : il leur faut éclairer le passé pour enfin se définir. Découvrez une romance pleine de questionnements, d’innocence et de légèreté, quand deux héros venus de pays différents voient leurs repères chamboulés et l’ombre du passé les poursuivre.  A leur âge, on ne devrait pas s’inquiéter de demain. Mais plus encore, ressentir un tel amour. Comment vont-ils y survivre ?

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman. En effet, ce dernier signe ma participation dans la catégorie « young adult » du mois de mars.

J’ai rencontré l’auteure au salon du livre d’Orchies. Enfin…non, j’ai bugué comme une andouille devant son nom et la couverture de son roman. « Je connais ce titre… je l’ai déjà vu quelque part ». C’est Oriane qui m’a sorti de ma rêverie en me parlant du PAI. En plus d’une rencontre qui prête à sourire, j’ai eu la chance de rencontrer une auteure très sympathique, souriante et qui donne envie de lire son roman. Je suis donc partie plutôt confiante dans ma lecture.

Une histoire d’amour dans une intrigue SF

J’avoue, la SF est, pour moi, un genre bien particulier. En effet, on peut trouver tellement d’éléments divers et variés que je ne sais jamais à quoi m’attendre. Ce qui est bien ici, c’est la romance. Etant une fan de romances et de belles histoires d’amour compliquées, je fus ravie d’en trouver une dans cette histoire. J’ai trouvé agréable ce mélange des genres.

La découverte d’un monde imaginé intéressant

On fait la rencontre d’un monde imaginaire très sympathique. On a deux peuples créés41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n de toutes pièces. On se retrouve avec, d’un côté, les Terrons, et de l’autre côté, les Silverains. Voilà deux peuples construits dans l’opposition. Les Terrons vivent sous terre, privés de lumière et d’eau. Ils utilisent des techniques ultra modernes pour vivre difficilement.  Les Silverains, eux, vivent à l’air libre, profitant et jouissant de la nature et des ressources de cette dernière. Leur vie est plus simple et radieuse.

Deux civilisations, deux manières de vivre, deux évolutions différentes s’offrent donc à nous. Ils ne se côtoient que très peu. Le strict minimum à vrai dire.

Un passé collectif mystérieux

Tout au long du roman, on se demande ce qui a bien pu arriver pour que les deux peuples vivent de ces manières complètement opposés. Pourquoi les Terrons vivent ainsi, de manière difficile, alors que les Silverains semblent avoir une vie beaucoup plus simple.

L’auteure dévoile intelligemment le passé qui relie les deux peuples. Tout au long du roman, on découvre et on comprend ce qui s’est passé. C’est un des côtés de l’histoire que j’ai beaucoup apprécié. On ne se noie pas dans la SF. C’est excellent.

Les personnages

Voici une romance très Shakespearienne dans sa construction. Les deux protagonistes qui tombent amoureux sont bien évidemment issus des deux peuples. Deux familles que tout oppose, des convictions différentes et une haine ancestrale. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Roméo et Juliette. N’entendez pas, par cette comparaison, que la fin de l’histoire est funeste. Je fais un parallèle sur la provenance des personnages.

C’est ainsi que l’on fait la connaissance de Corène et Gareth. Deux personnages que tout semble opposer. Cependant, Gareth va protéger Corène. On ne sait pas trop ce qui le pousse à agir ainsi mais il est fasciné par cette personne qui représente tout ce qu’il n’est pas. C’est hyper intéressant à traiter dans ce genre de roman. On suit leur progression avec plaisir. Voilà deux personnages très agréables à suivre.

Les notions abordées

Là où l’auteure frappe fort, c’est dans la multiplicité des thèmes abordés. Ainsi, on parle de racisme, de discrimination, de différence. Il faut aussi souligner la quête identitaire. En effet, elle fait partie entière du roman. Le titre est évocateur « de terre et de racines » : j’ai directement pensé au fameux « tu es poussière et tu retourneras dans la poussière ». Voilà un beau message sur la différence et l’acceptation de cette dernière. Ajoutons à cela les notions universelles qui font mouche : l’amour, la mort, l’amitié et le jour est joué ! On se retrouve avec un roman que l’on apprécie découvrir du début à la fin.

La plume d’Oriane

Quel punch ! On sent le dynamisme de l’auteure à travers sa plume et ses mots. On ne s’ennuie pas un instant. Il y a eu quelques longueurs au début du roman pour moi mais une fois la mise en place faite, on rentre dans l’histoire qui devient rapidement captivante. J’ai trouvé le tout crédible.

Les – :

  • Quelques longueurs au départ mais rien de grave.

Les + :

  • Le monde inventé
  • La plume d’Oriane
  • Le duo Corène / Gareth
  • Les notions abordées
  • Le mélange des genres bien maîtrisé 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Le passeur d’ombres – Tome 1 – Claire Mcfall

Le-passeur-d-ombres-01.jpgRésumé : Dylan a échappé de justesse à un terrible accident. Du moins, c’est ce qu’elle croit. Car le paysage désolé qui l’entoure n’a plus rien de l’Écosse. C’est une plaine dévastée hantée par des esprits. Et le garçon qui l’y attend n’a rien d’ordinaire. Il s’agit de Tristan, le Passeur chargé de l’amener dans l’au-delà. Mais cette fois, tout est différent. Le plus sacré des interdits pour un passeur est brisé : il tombe amoureux. Et cela pourrait bien lui coûter son âme… ou celle de Dylan.

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour leur remarquable travail. C’est toujours un plaisir de réceptionner un roman dans le cadre de ce partenariat. Ici, c’est un peu particulier parce que ce sont mes premières ENC (Épreuves Non Corrigées). J’étais ravie de pouvoir recevoir ces ENC.

Un roman jeunesse fantastique très sympathique à découvrir

On est purement dans un roman qui est fait pour les adolescents. C’est vraiment une découverte sympathique bien qu’il m’ait manqué un petit quelque chose qui fasse chavirer mon cœur totalement. Cependant, je le reconnais : ce roman est parfait pour les lecteurs qui ne sont pas forcément habitués à lire. C’est un univers très sympathique à découvrir et mettre un premier pied dans la littérature fantastique.

Un démarrage en dents de scie

C’est souvent le cas avec des premiers tomes qui posent un univers. Rien d’alarmant mais j’ai bien mis 50 pages à me mettre dans ma lecture. Il y a des longueurs, on tourne un peu autour du pot et j’avoue que je me suis demandée si cela allait durer tout au long du roman. Néanmoins, j’ai rapidement eu ma réponse : le roman décolle ! Et quand il décolle, il ne déconne pas ! On est propulsé dans un univers intense et dynamique. Il faut juste être un peu patient pour comprendre là où voulait en venir l’auteure.

Les personnages

Dylan est une jeune fille remarquable. Il faut le souligner. Elle est une jeune femme sensible et intelligente. Elle reste solitaire, elle n’a pas d’amis et vit seule avec sa mère. Elle a récemment repris contact avec son père qui habite Aberdeen. C’est justement lors de ce voyage en train qu’elle va vivre la plus grande aventure de sa vie. Dylan est une adolescente en puissance : elle est têtue et râle assez souvent. Mon petit doigt me dit que beaucoup d’adolescents vont se retrouver dans cet univers et ce personnage.

Passeur d’âme ? Késako

J’avoue que c’est la première fois que je lis un roman avec un passeur d’âme. J’avoue que c’est une notion qui m’est peu connue. Je n’ai que le côté mythique et légendaire avec les histoires des Dieux grecs (et encore, je ne sais même pas si on peut appeler ça « passeur d’âme »). Bref, Tristan est un passeur d’âme qui est chargé de faire passer Dylan dans l’au-delà. Le boulot parait simple, cependant, lorsque les sentiments s’en mêlent, cela devient plus ardu.

Une romance dans tout ce chambardement

Effectivement, l’auteure a décidé de mêler le fantastique à la romance. Le duo parfait pour savoir parler aux plus jeunes. Je trouve que c’est bien. Il faut se l’avouer : lorsque l’on est jeune, on est plein d’hormones, on ne pense qu’à deux choses : les amis et les amours. J’ai trouvé intelligent et juste de mettre ces deux notions dans le roman.

La plume de l’auteure

J’ai découvert la plume de l’auteure et j’avoue que j’ai apprécié la découverte. La plume est dynamique, très intéressante et la syntaxe est juste.

Les – :

  • Les longueurs du départ.

Les + :

  • Un très bon roman adolescent qui pourra plaire à beaucoup d’entre eux.
  • Les notions abordées.
  • La plume de l’auteure.
  • Le personnage de Dylan qui permet aux jeunes lecteurs de s’y identifier.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Sous les apparences – Sullian Loussouarn

41PDV7vlStL._SX195_.jpgRésumé : Jonathan, la quinzaine, fait sa rentrée à Ardenne, une petite ville dominée par quelques dynasties bourgeoises. Le garçon, du genre surdoué, le nez toujours plongé dans ses livres, n’a pas le caractère frivole des adolescents de son âge et a toujours été moqué et rejeté. C’est pourquoi ses parents aisés, vivant en Italie, lui ont accordé un éloignement et une indépendance relative puisqu’il est surveillé de près par Ella, une amie de sa mère. Dès le premier jour, Jonathan est fasciné par la beauté de Selenna, une jeune fille aveugle de sa classe. Celle-ci est mise à l’écart par tout le lycée et même toute la ville, pour un événement datant de deux ans ayant entraîné sa cécité. Lui, va à sa rencontre, l’aide, la défend et tombe vite amoureux. La famille de Selenna est méfiante, puis cède devant la sincérité du garçon. Au fil du trimestre, commence à se dévoiler la chape de secrets qui entoure Selenna et plombe la ville. Pire, quelqu’un cherche à la tuer. Que s’est-il donc passé deux ans auparavant ? Pourquoi toute la ville lui en veut-elle ? « Sous les apparences » du jeune et prometteur Sullian Loussouarn, plongez-vous dans une atmosphère mystérieuse et étouffante, savourez les révélations au compte-goutte distillées par l’auteur et découvrez des personnages aux personnalités sensibles et complexes.

Mon avis : Je remercie IS Edition pour ce premier partenariat via SimPlement. En effet, j’ai complètement craqué sur la couverture ainsi que sur le résumé de ce roman. Malheureusement pour moi, cette lecture n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Il y a eu du bon et du moins bon.

Le roman

J’avoue que je dois quand même tirer mon chapeau à ce jeune auteur ! Là où l’on a l’habitude de trouver des plumes féminines, on se retrouve avec un auteur. C’est déjà assez surprenant et original. Il faut aussi souligner le fait que l’auteur n’a que 17 ans et que je ne pense pas qu’à son âge, j’aurais été capable d’écrire un roman ainsi. Je félicite déjà l’auteur pour son talent.

Trop d’inspirations diverses pour moi

Bon, je l’avoue, je ne pense pas être le bon public pour ce roman. Je crois qu’il y a eu trop d’inspirations de séries et saga que j’ai déjà vues et lues. Un savant mélange qui n’a, malheureusement, pas su me convaincre. Quand on repère quelques éléments ça peut encore passer. Cependant, j’ai eu ce sentiment tout au long du roman et j’avoue que cela m’a un peu lassé pendant ma lecture.

L’intrigue

On fait la rencontre de Jonathan, un jeune homme de 15 ans qui part s’installer à Ardenne sans ses parents et sous la surveillance d’une amie de sa mère, Ella. Déjà pour moi, c’est un élément d’incompréhension… Un adolescent de 15 ans, tout seul ? OK… Passons. J’ai apprécié le personnage de Jonathan qui est loin de l’image que l’on peut avoir d’un adolescent livré à lui-même ! Il est calme, posé, s’acharne au travail et ne veut pas forcément ce que les jeunes veulent : fêtes, amis, soirées arrosées… Ce n’est pas pour lui. Je trouve qu’il se démarque beaucoup. Cela le rend charmant.

Là où j’ai eu le plus de mal c’est avec l’arrivée du personnage de Selenna. Une jeune femme devenue aveugle après une agression. Elle semble être détestée de tout le monde. C’est une jeune femme qui a fait du mal à beaucoup de personnes au lycée qui ont fait une sorte de club anti Selenna. Déjà ici, on sent un mélange de personnages de la série Pretty Little Liars : Alison et Jenna.

J’ai pu, plus d’une fois, penser à Twilight aussi. Jonathan complètement sous le charme de Selenna qui semble hors d’atteinte. On parle même d’une Volvo grise… Une famille qui protège la fille, qui voit d’un mauvais œil l’amitié entre les deux jeunes gens. Ardenne est une ville entourée d’une forêt. Pour moi, il y a eu trop de rappel de Forks et de l’histoire d’amour entre Bella et Edward et cela dès les premières pages et l’histoire.

Malheureusement, ces inspirations font que l’on a entre les mains quelque chose de déjà-vu et lu. Dommage ! Il y a de bonnes idées dans ce roman qui sont un peu noyées dans ces notions inspirées.

On a envie d’en savoir bien plus ! L’auteur manie le suspens avec beaucoup de doigté mais j’avoue que j’ai pensé en savoir plus sur le passé de Selenna qui reste bien mystérieuse. On a envie de savoir la suite.

La plume de l’auteur

J’avoue que je l’ai trouvé très bonne. Je n’aurais jamais pensé que l’auteur était aussi jeune, bravo ! C’est un roman que l’on peut mettre entre les mains de jeunes adultes sans souci. Je pense que je n’étais pas le bon public pour ce roman même si j’y ai trouvé de bonnes choses !

Les – :

  • Trop de sources d’inspirations qui noient les idées sympathiques du roman.

Les + :

  • La plume de l’auteur.
  • De bonnes idées dans l’intrigue.
  • Le personnage de Jonathan.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Toons Kings – Tome 1 : L’éveil par le rêve de Nadeim M. G. H.

téléchargementRésumé : « Il était une fois », ainsi commencent les belles histoires, qui nous transportent loin, dans un imaginaire sans limite. Mais l’une d’entre elles est en réalité un souvenir, un précieux souvenir resté secret jusqu’à ce jour. Aimeriez-vous en savoir davantage ? Oui ? Alors lisez la curieuse aventure de Damien, adolescent de dix-sept ans. Un matin, sa vie bascule : un jeune homme en armure fait irruption dans son salon et lui annonce qu’il est promis à un grand avenir. Damien se retrouve alors au milieu d’une lutte opposant depuis toujours les forces du mal à la lumière. Dans un royaume enchanteur et loufoque connu sous le nom de Rêvillia, il fait la rencontre des Toons, les personnages des dessins animés de notre enfance plus explosifs que jamais, qui deviendront ses meilleurs alliés ! Trouvera-t-il la force et le courage d’affronter son destin ?

Mon avis :  Je remercie Nadeim pour la gentille proposition de lecture qu’il m’a faite. Je remercie aussi Kathleen qui m’a vendu ce roman et m’a poussé à la lecture. C’était une jolie découverte qui me faisait de l’œil depuis un bout de temps. J’ai vu cette jolie couverture partout.

Le mélange des genres.

J’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre ayant ce roman dans les mains. Je m’attendais à une quête, ce que j’ai eu. Une belle quête héroïque. Cependant, vous en conviendrez aisément, nous n’avons pas franchement l’habitude de voir ce genre couplé à un panel de personnages complètement cinglés en ajoutant à cela une bonne dose d’humour ! Qui dit quête héroïque pour moi dit cape et épée et époque reculée. On peut aussi y ajouter l’esquisse d’une romance M/M. Je ne savais donc pas à quelle sauce les Toons allaient me manger néanmoins, ce mélange original de genre est déjà un très bon point tant il est bien maîtrisé dans ce roman.

L’intrigue.

On fait une plongée dans un monde fantastique ! Il y a de la magie, de l’amour, de l’amitié, bref, tout ce qu’il faut pour que l’on passe un bon moment. Cependant, si l’on creuse un peu… C’est bien plus qu’un roman pour jeunes enfants. Même s’il est vrai que l’on pourrait mettre ce roman dans le genre « Young Adult », il est fait pour tout le monde.

On reste dans une intrigue plutôt banale. Une quête, un méchant sorcier qui veut l’en empêcher, des amis, des ennemis et des péripéties. Ce qui fait de ce roman un roman original et marquant, c’est l’apport des genres, des personnages et bien entendu la plume. Les apports au monde des dessins animés sont plutôt sympathique : on a un petit retour en enfance pour les plus vieux lecteurs et un port d’attache pour les plus jeunes. C’est coloré !

Si un adolescent peut trouver son compte dans le roman, le lecteur plus attentif et expérimenté peut y voir un message de confiance et de tolérance dans les mots de l’auteur. J’ai apprécié ce double niveau de compréhension de texte. C’est le genre de roman qu’il faut lire plusieurs fois pour en comprendre tous les sens. Si moi j’ai compris cela, je suis certaine que d’autres ont compris autre chose. Si je remets le nez dans cette lecture, je suis certaine de trouver d’autres sens. C’est bien, cela prouve que le roman est bon.

Les personnages.

Le personnage principal s’appelle Damien (probablement un acronyme du nom de l’auteur). Un jour, Solah le retrouve dans son salon et lui promet un avenir brillant. Le roi de son pays est mort et il est désigné comme étant le seul qui puisse lui succéder. Voilà un duo improbable qui nous secoue à bien des niveaux. J’ai apprécié suivre leur quête et leurs interrogations. C’est vraiment prenant. Si vous vous ennuyiez jusque-là… Pas d’inquiétude ! Les Toons arrivent pour retourner votre roman ! On fait la rencontre de Tilly, Jogo et Doony qui vont venir pimenter la vie de Damien & Solah.

La construction.

Je pense que la construction est le seul « point négatif » que j’ai pu relever.

En effet, j’ai eu du mal avec la taille des chapitres. Ils sont longs, j’aurais peut-être préféré des chapitres plus courts, plus aérés. De plus, j’ai eu du mal avec le narrateur qui s’adresse directement au lecteur. Je ne suis pas fan de ce genre de narration.

La plume de l’auteur.

Je suis sous le charme des mots employés par l’auteur. Ils sont convaincants et très bien choisis. J’ai apprécié les messages véhiculés par l’auteur ainsi que les émotions véhiculées. C’est génial.

Les – :

  • Des chapitres un peu trop longs.
  • Un choix de narration qui ne m’a pas convaincu.

Les + :

  • Les personnages.
  • Le monde coloré proposé.
  • La quête de Damien.
  • La plume de l’auteur.
  • Les différents mélanges des genres.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

La fille aux cheveux roses – Amélie B

41lY9jXAa4L._SX331_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Après deux années de prépa, Adèle, élève sérieuse et réservée, quitte le cocon familial pour intégrer une école supérieure en province. La cohabitation avec les autres étudiants n’est pas toujours facile et l’ambiance festive qui règne sur le campus perturbe ses habitudes.
Une personne intrigue immédiatement la jeune Parisienne : Chloé. Son style décalé et son caractère bien trempé soulèvent quelques interrogations. En voulant percer les mystères qui entourent cette fille aux cheveux roses, Adèle s’apprête à vivre l’année la plus marquante de son existence.

Mon avis : Je remercie le Prix Des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman dans le cadre du prix. La fille aux cheveux roses d’Amélie B faisait partie de ma sélection. J’avais bien apprécié la lecture des dix premières pages du roman, j’avais envie de savoir la suite. Voici donc mon premier avis pour la catégorie « young adult ».

Un roman qui se lit bien et vite

Ce roman n’est pas un coup de cœur mais il n’empêche que j’ai passé un bon moment de lecture. Je pensais découvrir une romance au fil des pages, mais non. J’ai plutôt découvert la vie d’Adèle lors de ses études. À la lecture du résumé, je pensais que cela serait plus axé sur la relation entre Adèle et Chloé, mais non. On rencontre Adèle, qui est notre personnage principal. Elle va vivre une première année d’études intense et une seconde année qui va se révéler être très forte!

Dès le début, j’ai été déstabilisée par le contenu du roman. J’avoue que le début a été un peu longuet, le temps qu’Adèle s’installe dans sa nouvelle vie, qu’elle explique son parcours, j’avoue que je me suis un peu ennuyée.

Les personnages

J’ai eu beaucoup de mal avec Adèle dès le départ. Je l’ai trouvée trop coincée. Elle est guindée, 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nne sort pas de sa bulle et mérite bien son surnom de « Pupuce ». J’ai apprécié son évolution tout au long du roman. Son dévouement et sa loyauté envers ses amis sont beaux. Vers la fin du roman, j’ai apprécié son caractère, enfin !

Les personnages secondaires sont aussi très intéressants. J’aurais juste aimé en savoir plus sur Quentin, Louis, Pauline et Hugo. Je sais qu’ils ne sont pas les personnages principaux mais j’aurais aimé avoir des psychologies plus poussées. Pour le personnage de Constance, j’ai trouvé dommage qu’elle soit aussi effacée. J’aurais apprécié plus d’explications.

Si un personnage se détache de tout cela, c’est Chloé. J’ai apprécié son excentricité, son originalité. Par moments, elle m’a fait lever les yeux au ciel. On se retrouve avec une personne qui parle mal, qui se rebelle, qui repousse tout le monde. On comprend bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas. C’est vraiment déroutant.

L’intrigue

Ce qui m’a posé problème, c’est vraiment cette mise en avant de la relation entre Adèle et Chloé alors que ce n’est pas le sujet principal de l’intrigue. On parle de la vie d’Adèle, de ses difficultés dans son école, de ses amis, de ses déboires, de ses histoires de cœur, mais la relation entre les deux filles ne vient que plus tard. J’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce lien, le pourquoi du comment des agissements d’Adèle.

La relation entre les deux jeunes filles est très sympathique à découvrir. Cependant, Adèle paye cher son amitié avec Chloé : elle se fait repousser, insulter. C’est vraiment particulier de voir à quel point elle s’attache à cette fille mystérieuse.

J’aurais aimé lire un épilogue pour voir comment Adèle a évolué et quel chemin elle a pris. Si elle suit les ambitions familiales ou si elle fait un choix plus personnel. J’ai beaucoup apprécié le voyage au Burkina Faso. Il est très dépaysant et j’ai apprécié découvrir les us et coutumes de ce pays qui m’était inconnu.

La plume de l’auteure

Ce qui m’a plu de découvrir l’univers et la plume d’Amélie B. Je suis ravie d’avoir pu passer du temps avec ses mots. C’est vraiment un univers sympathique, on se plonge facilement dans l’intrigue malgré les petits bémols que j’ai rencontrés. Je répèterai l’aventure avec plaisir.

Les – :

  • Le manque de détails sur les personnages secondaires, dommage.
  • Une relation mise en avant dans un résumé mais qui ne prime pas dans l’intrigue.

Les + :

  • L’évolution d’Adèle. Elle se métamorphose et si je n’avais pas apprécié ce personnage au départ, on se retrouve avec une femme courageuse à la fin.
  • La plume de l’auteure.
  • Le voyage au Burkina Faso.
  • La facilité de lecture.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Lula et les monstres de Christelle Lebailly

CVT_Lula-et-les-Monstres_8713Résumé : Des loups qui philosophent à la nuit tombée, des géants semeurs d’étoiles, et des chats qui dansent sur les toits… Lula vit dans un monde à la fois merveilleux et inquiétant, créé par son grand frère, Perrie. L’amour qui les unit l’un à l’autre ne connaît aucune limite, aussi lorsque Perrie est emmené loin d’elle, la fillette n’hésite pas à se lancer dans une véritable odyssée pour le retrouver.
Aidée d’une vieille luciole grincheuse, et d’une petite voix dans sa tête, Lula devra accomplir sa mission avant l’aube. Une épopée à la frontière entre rêve et réalité, monstres et féerie, vérité et mensonge, et où il peut être facile de se perdre en route. Et si c’était elle-même qu’elle devait sauver ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement Christelle Lebailly pour l’envoi de son roman via la plateforme simplement.pro. Cet avis signe mon dernier avis avant Noël et l’un de mes derniers avis de l’année 2018. Je suis contente de le voir apparaitre dans la catégorie « bons livres ». C’est plaisant.

Un univers à part entière.

Ce que j’ai directement apprécié c’est la couverture et le résumé de ce roman. Finalement, après la lecture de ce résumé, j’étais curieuse, curieuse de savoir où l’auteure voulait nous amener. L’univers proposé par l’auteure est saisissant, très original et très bien amené. Ce qui est assez surprenant c’est que l’on manque de détails et de descriptions dès le départ. On est perdu, il suffit de se mettre dans la tête de la petite Lula, si c’est évident. J’ai trouvé que l’on avait une vision enfantine des univers. On passe d’un événement à l’autre sans en dire assez pour comprendre. Il suffit juste de ne pas trop y penser et de suivre Lula, ce sentiment de perdition se dissipe rapidement. Cependant, j’ai trouvé que l’on perd en fluidité et des fois, ce fut difficile pour moi.

Les personnages.

S’il y a bien un point important dans cette histoire c’est les personnages. En effet, on se retrouve avec Perrie et Lula, ce sont deux frères et sœurs. J’ai été témoin d’une relation aussi intrigante que captivante. En effet, ils sont tous l’un pour l’autre. C’est beau, c’est un amour fraternel sans limite. Ils se liguent contre la Sorcière : cette « mère » qui fait tout pour les séparer. Pensant Perrie nuisible pour Lula, elle essaye de l’envoyer loin d’elle. Lula ferait tout pour son frère et c’est ce qu’elle va faire.

Lula est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Malgré son âge, elle se retrouve propulsé dans une aventure incroyable. Elle est courageuse, fidèle, loyale. C’est un personnage qui va rester longtemps dans ma mémoire.

Le seul point qui m’a un peu fait tiqué ce sont les monstres. Je m’attendais à plus de détails, de créatures. Cependant, l’intrigue fonctionne bien.

La force du roman.

La force du roman tient dans la plume de Christelle Lebailly mais aussi dans le personnage de Lula qui est formidable. J’ai apprécié le fait que l’originalité de l’enfant soit mise en avant et non pointée du doigt. Lula est différente, elle a une petite voix dans la tête mais on n’en fait pas tout une montagne, cela fait plaisir à lire. La différence est présente mais très plaisante.

Pour en revenir à la plume de Christelle Lebailly, je l’ai apprécié. Cependant, je pense être un peu trop « vieille » (oh seigneur, j’ai osé dire cela) pour ce roman. Je pense que les enfants et les adolescents vont adorer. Il m’a manqué l’innocence des premières lectures pour avoir un coup de cœur mais j’ai trouvé ce roman très sympathique à découvrir.

Une fin surprenante.

J’ai apprécié cette fin qui éclaire les précédentes pages du récit. L’intrigue prend un nouveau tournant et on parvient à comprendre les choix de l’auteure. C’est très intelligent, fin. Je suis heureuse d’avoir mis mon nez dans cette histoire.

Les – :

  • Un manque de fluidité qui, par moments, m’a fait perdre le fil de ma lecture.
  • Un univers un peu trop flou pour moi-même si je comprends le choix de l’auteure.

Les + :

  • La relation entre Perrie et Lula
  • Le personnage de Lula.
  • La plume de l’auteure.
  • Une fin saisissante.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Blessures secrètes – Tome 1 : Ouvre-toi – Sana Taylor

41HGBggtPaL._SX195_.jpgRésumé : Shelby est une jeune fille réservée, enfermée sur elle-même, entourée d’un cercle d’amis distincts qui la protège comme un bouclier. Elle cache un terrible secret. Matys est son contraire. Il s’affirme, ose, va vers les gens. Tout les oppose. Rien n’aurait pu prédire qu’ils se rencontreraient et s’attacheraient l’un à l’autre. Rien, sauf un stupide pari…

Mon avis : Je remercie les éditions Sharon Kena et Aurélie pour l’envoi de ce service presse qui est un premier tome abouti et très agréable.

Quand j’ai ouvert ma liseuse pour commencer ma lecture, j’ai pris peur devant le nombre de pages que m’indiquait cette dernière (1015 pages, ce n’est pas rien). Quand j’ai un nombre de pages aussi important devant les yeux c’est souvent quitte ou double : soit les pages défilent et je ne vois rien passer soit le temps est long et je ne veux qu’une seule chose : abréger mes souffrances.

Je vous rassure tout de suite, ici, j’ai passé un très bon moment de lecture. Je ne dis pas que c’est une lecture coup de cœur : il y a eu deux ou trois choses qui m’ont chiffonnée mais j’ai passé un bon moment de lecture.

On est dans une sphère étudiante. Les protagonistes ne sont pas des adolescents mais plutôt de jeunes adultes. On est donc encore dans une ambiance de fête, de rires et on ne se prend pas forcément la tête avec les soucis que peuvent rencontrer les adultes.

On fait la rencontre de deux bandes d’amis : d’un côté Matys avec Spencer, Seth, Carter, Fanny mais aussi Laurel et d’un autre Alan avec Katty, Shelby, Kenny et d’autres… Si ces deux bandes d’amis n’avaient rien en commun et n’étaient pas prédestinées à se rencontrer, Matys va forcer le destin en essayant de mettre Shelby dans son lit suite à un stupide pari avec Spencer.

Matys a énormément de mal à entrer dans le cercle d’amis de Shelby qui est une jeune fille timide, renfermée qui a peur de tout. Elle est une jeune fille frêle avec ses émotions exacerbées. Elle cache un  lourd secret que Matys va tenter de percer.

Je vous avoue que j’ai été secoué par la manière de faire de Matys. En effet, j’ai trouvé cela assez incroyable de forcer Shelby comme ça dès le début. On voit que c’est une jeune fille très fragile et lui vient fracasser cet équilibre qui tient debout par l’opération du saint esprit. Même si j’ai apprécié l’évolution de ce duo improbable, je reste quand même sceptique quant aux méthodes de Matys pour séduire Shelby.

J’ai apprécié passer du temps avec ces jeunes gens. On a beaucoup de personnages secondaires mais j’ai aimé le fait que chacun trouve sa place dans l’histoire. Ce n’est pas quelque chose de facile à faire quand on a beaucoup de personnages. Il faut aussi souligner le fait que les psychologies sont toutes différentes et rondement menées dans l’intrigue. C’est plaisant.

Shelby cache un lourd secret que ses amis partagent avec elle. Ils sont tous prêts à se battre pour la défendre. C’est assez émouvant de voir que même si Shelby n’a plus ses parents et ne veut plus voir son frère, elle a une famille sur qui compter. C’est une belle image. Le secret de Shelby se dévoile peu à peu et je pense ne pas me tromper sur ce dernier. J’attends juste le deuxième tome pour confirmer ce que je pense – ou infirmer, j’adorerai m’être trompée- mais j’avoue que par moment, il y a eu des moments de latence dans ma lecture. Il y a des longueurs de temps en temps.

Néanmoins, ce premier tome est une lecture fortement agréable. J’ai passé un très bon moment de lecture avec tous ces jeunes. Ça m’a rappelé les franches rigolades que j’ai pu vivre avec mes amis, les moments de joie et de tristesse que l’on partage.

Je ne connaissais pas la plume de Sana Taylor mais j’avoue que je suis séduite, j’ai bien envie d’avoir la suite entre les mains.

Les – :

  • Le comportement un peu trop brusque de Matys au début de l’histoire.
  • Quelques longueurs dans ce premier tome.

Les + :

  • Le secret que Shelby cache. C’est la trame de fond de l’intrigue et l’auteure en joue très bien. On veut savoir.
  • Cet énorme panel de personnages que l’on rencontre. Chacun trouve sa place dans l’histoire, j’adore !
  • La plume de Sana Taylor qui est très attirante, dynamique et de qualité.
  • L’histoire de Shelby qui cache beaucoup de choses : j’espère avoir de belles surprises dans la suite de cette histoire.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Inspiration – Tome 1 – Cécile « Battybat » Dourlens

81BWb-Av4aL.jpgRésumé : Connaissez-vous le syndrome de la page blanche ? Ecrire une belle histoire. Tel serait le souhait de Rayon de Soleil. Mais elle est persuadée de ne pas pouvoir y arriver. Ces quelques jours de congés devraient l’aider à se débloquer. Et quel dommage que les rêves nocturnes s’effacent au réveil… Ils auraient pu servir de base ! Pourtant, sans qu’elle s’en rende vraiment compte, progressivement, un monde fantastique se développe dans son esprit et des personnages extraordinaires y prennent vie. Du rêve à la réalité, passez d’un monde à l’autre et prenez vous au jeu de suivre notre héroïne au fil de son quotidien, des aventures des héros de son monde imaginaire, le tout ponctué de ses nuits. Une histoire avec des valeurs positives, mêlant vie quotidienne et fantaisie, amitié et amour, à lire à tout âge, à partir de 12 ans.

Mon avis : Je remercie Cécile et à Nanachi éditions pour l’envoi de ce premier tome en service presse. Je vous avoue que je suis tombée sur la chronique de ma chère Diablotine et je suis tombée sous le charme de la couverture et du résumé. J’y suis donc un peu allée au culot mais j’ai contacté l’auteure pour savoir si un partenariat pourrait l’intéresser. Ayant eu une réponse positive, j’ai vite reçu les deux tomes. Quand j’ai vu la quantité de pages à lire, j’ai eu peur mais l’expérience fut très agréable.

J’ai, dans un premier temps, adoré la couverture. Je la trouve très belle. Elle nous souligne déjà la thématique du voyage.

On fait la rencontre d’une jeune femme dont on ne connait le nom qu’à la fin du premier tome. C’est quelque chose qui m’a dérangé malgré le fait que je comprends bien le choix de Cécile. C’est une chose originale qui nous accompagne tout au long du roman.

Cette jeune femme prend quelques jours de congés pour mettre à profit l’écriture. Elle a un magnifique carnet et espère avoir l’inspiration nécessaire pour pouvoir écrire des mots à la hauteur de la beauté de ce carnet. J’ai trouvé l’idée poétique. On part au pays des rêves, dans les réminiscences d’enfance, dans les souvenirs pour puiser dans cette imagination.

La jeune fille se décourage, mécontente de la qualité de ses mots, elle se refuse à mettre de la médiocrité sur ces pages qui méritent bien mieux !

On pénètre dans différents mondes : entre réalité et fantaisie. On a de nombreux personnages qui peuvent évoluer dans un monde inspiré, imaginé ou dans un monde ancré dans une réalité que l’on connait plus. Les histoires se suivent mais ne se ressemblent pas. J’ai apprécié cela même si l’effet catalogue est vite apparu. J’ai lu les histoires avec plaisir mais malheureusement, je ne les ai pas toutes gardées en tête.

Ce qui est bien avec ce genre d’ouvrages c’est que l’on peut préférer certaines histoires à d’autres, faire un choix. C’est intéressant, original et une manière différente d’appréhender la lecture.

Je trouve que ce type d’ouvrage peut être très sympathique pour les enfants. Ils peuvent stopper leur lecture entre deux histoires. Les histoires ne sont pas très longues, donc c’est top.

Je trouve que ce premier tome est parfait pour respirer entre deux grosses lectures. La plume de Cécile Battybat Dourlens est très belle. Les mots sont choisis avec minutie et intérêt, j’ai adoré ce point.

Les – :

  • Un point négatif tout à fait personnel mais j’ai eu du mal avec l’anonymat du personnage principal. Cela m’a dérouté dès le départ et mon interrogation ne m’a pas quitté de toute ma lecture.

Les + :

  • La plume de l’auteure : douce et belle.
  • Le caractère de notre personnage principal.
  • Le voyage entrepris entre réalité et fantaisie.
  • La couverture que j’ai aimé.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

12

Voyage vers l’amour – Tome 1 : Démasquée à Venise – Annie Lavigne

xcover-2301Résumé : Dans la série Voyage vers l’amour, Morgane nous entraîne dans ses histoires d’amour. De Paris à Venise, de Vienne à New-York, elle découvre l’amour, la sexualité, les frissons… Avant qu’il ne parte en Italie pour un an, Morgane succombe aux charmes de son meilleur ami Julien. Les deux amants jurent de s’attendre, mais Morgane saura-t-elle résister à Alexandre, le plus beau garçon du lycée, qui tente de la séduire ? Retrouvera-t-elle Julien à la fin de l’année scolaire, elle qui rêve de visiter l’Italie ? Seront-ils amants ou amis ?… Un roman qui vous touchera droit au cœur par sa sincérité, son originalité et sa touche de poésie.

Mon avis : Je remercie Annie Lavigne pour l’envoi de son service presse via la plateforme Simplement.pro. J’ai pu découvrir une nouvelle plume ainsi qu’une nouvelle série Young Adult pour mon plus grand plaisir.

On fait la rencontre de Morgane qui est notre personnage principal. Du haut de ses 17 ans, elle m’a marqué avec la vie qu’elle a : entre une mère démissionnaire qui a tout quitté pour partir en Afrique et un père violent, elle s’est vite retrouvée seule au monde. Morgane est un personnage détonnant et décalé. On voit qu’elle a la tête sur les épaules, qu’elle réfléchit comme une adulte et qu’elle est passée à côté de son adolescence.

Morgane n’a pas beaucoup d’amis mais elle a Julien. Son meilleur ami qui vit dans le même monde qu’elle. Ils sont dans leur bulle de couleurs, de beauté, de poésie et refont le monde dès que cela leur est possible. Rapidement, Julien & Morgane vont briser les barrières de leur amitié pour devenir des amoureux inséparables.

Dans ce premier tome, on est face à des questions intéressantes à soulever : la relation à distance puisque Julien part pour un an en Italie pour suivre ses études. Entre France & Italie, les kilomètres sont nombreuses et les promesses difficiles à tenir. On se retrouve inévitablement à s’interroger sur la notion de fidélité dans un couple en péril à cause de la distance. Via le personnage de Morgane, on suit une belle introspection. Elle ne sait plus qui elle est, qui elle veut être, qui elle aime. Bref, c’est un voyage identitaire et géographique que nous faisons en sa compagnie.

Nous avons des personnages secondaires intéressants qui nous permettent de faire une analyse entre la passion et le véritable amour. Ainsi, on pourra vite comprendre ce que Morgane vit. Alexandre est un personnage nécessaire à l’histoire pour faire évoluer Morgane. Je l’ai trouvé intéressant même si je n’ai pas forcément été d’accord avec ses choix.

La plume d’Annie Lavigne est saisissante. Elle est belle, soutenue et poétique. J’ai vraiment été charmé par cette plume. Cependant, quelque chose m’a chiffonné. En effet, j’ai trouvé la plume un peu trop soutenue pour le genre Young Adult. De plus, si l’intrigue hors dialogues est hyper soutenue et très belle à lire, les dialogues viennent un peu casser cette image avec des discussions d’adolescents avec un vocabulaire et une syntaxe moins soutenus. Je pense que j’aurais préféré une syntaxe moins soutenue tout au long du roman pour la seule raison du genre convoqué ici.

J’ai hâte de pouvoir lire la suite.

Les – :

  • Le langage un peu trop soutenu pour moi pour le genre Young Adult.
  • La marge entre les dialogues et le reste du roman au niveau du langage.

Les + :

  • Le personnage de Morgane que j’ai beaucoup apprécié.
  • Les personnages secondaires nécessaires à la compréhension de l’histoire.
  • Le voyage entre la France et l’Italie.
  • Les nombreuses questions soulevées ici : l’amour, la passion, la fidélité, les promesses.
  • La couverture du roman très jolie. 
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé très belle.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Et soudain, la vie bascule – Perrine Marche

511p+LQQ7eL._SX195_.jpgRésumé : Maeva est une jeune adolescente de treize ans pleine de vie. Elle déborde d’énergie et pratique intensément le sport depuis quelques années. Elle a commencé à l’âge de cinq ans, emplie de motivation et talentueuse, elle a intégré une section Sport Études ayant pour objectif d’accéder au plus haut niveau, c’est-à-dire le pôle France. Ses disciplines de prédilection sont le hand-ball, et l’athlétisme, c’est bien plus qu’une passion, c’est sa raison de vivre. Un jour, elle surprend une conversation entre sa mère et sa grand-mère qui va la bouleverser. Elle quitte le domicile précipitamment et en une fraction de seconde sa vie, ainsi que sa famille, vont voler en éclat. Perrine Marche, l’auteur vit dans le sud de la France. Elle aime la lecture, l’écriture et le sport.

Mon avis : Je remercie Perrine Marche pour l’envoi de son roman en service presse. Vous savez que les romans où les enfants sont les personnages principaux et qu’une catastrophe arrive, ce n’est pas vraiment des histoires qui me tentent, j’ai toujours peur d’avoir une tristesse intense qui me colle à la peau pendant des jours après avoir terminé ma lecture.

Ce n’était donc pas trop sereinement que j’ai commencé ma lecture. À chaque page tournée, je priai le bon dieu pour que la mort ne surgisse pas. Il est vrai que le résumé reste vague quant à la catastrophe qui va se produire.

Ce sentiment a quand même vite disparu, je vous rassure. Quand j’ai compris ce qui allait se passer, j’ai écarté le pire même si ce que Maëva a est très grave, j’ai su que j’allais survivre à ma lecture.

On fait la rencontre de Maëva, une jeune adolescente de treize ans qui n’a pas froid aux yeux. Elle répond, n’en fait qu’à sa tête et ne veut rien entendre sauf lorsque l’on parle de sport. Maëva a une sœur jumelle : ici, aucun lien fort, les filles ne se ressemblent absolument pas. L’une est sportive, rebelle, énervée, l’autre est calme, littéraire et respectueuse envers ses parents. J’ai apprécié la différence entre les deux sœurs. C’est aussi bien de dissocier les jumeaux, ne pas oublier qu’ils ont leurs identités propres. Dans la famille, il y a aussi un petit frère. Un petit frère qui voue un culte à Maëva. C’est une véritable tête brûlée toute mignonne.

Ce n’est pas pour rien que l’on dit que la vie peut basculer en un claquement de doigt. Dans son accident, Maëva entraine sa famille qui se voit bouleversée. Déjà que l’on avait une famille séparée par un divorce : les relations avec Nina la maman chez qui la tribu vit et avec le papa se voient changer. Si d’un côté, Nina se dévoue jour et nuit à ses enfants, le papa est aux abonnés absents.

C’est un roman qui est une belle leçon de vie. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, et ce roman est une belle illustration de cet adage. On est pris dans une spirale d’évènements qui ne nous permettent pas de nous ennuyer.

Je n’ai pas su m’identifier totalement à Maëva parce que c’est une jeune adolescente qui bouge autant qu’une sauterelle. Elle adore le sport et ne tient pas en place, tout le contraire de moi ! Cependant, j’ai quand même été touché et émue par ce roman. Les personnages secondaires sont assez sympathiques et apportent beaucoup à ce roman, ils sont une force que Maëva n’aurait pas soupçonné.

La seule chose qui m’a un peu ennuyé c’est la narration, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire à cause de cette dernière. Je l’ai trouvé trop impersonnelle pour un roman qui se dessine comme une leçon de vie.

Les – :

  • La narration qui ne m’a pas convaincu, je l’ai trouvé trop impersonnelle.

Les + :

  • Le courage et la force de Maëva. Elle n’abandonne pas ses rêves.
  • La famille, c’est la plus grande force.
  • Un roman qui donne une belle leçon.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Save our souls – Tome 2 : sans espoir – Elle Guyon

51ynrGIJJPL._SY346_Résumé : Un mois s’est déjà écoulé depuis le retour sur Terre de Riane et les obstacles ne cessent de s’accumuler, rendant sa mission de plus en plus difficile. Entre ses cauchemars récurrents sur sa vie antérieure, l’agression dont Aldric a été victime et la personnalité lunatique de son gardien, arrivera-t-elle à sauver la vie du lycéen, et sa propre âme, en moins de trois semaines ? Et si le principal danger venait d’Aldric lui-même, prêt à tout pour découvrir la vérité sur son ange gardien ?

Mon avis : Je remercie Elle Guyon pour sa confiance renouvelée. J’ai pu découvrir le deuxième tome de la saga « save our souls » via Simplement.pro. Un grand merci à elle pour m’avoir permis une nouvelle fois de replonger dans un bel univers.

J’avais bien apprécié le premier tome de cette saga (j’avais à l’époque mis un beau 19/20 au premier tome). Ce fut donc un plaisir pour moi de retrouver Riane et Aldric. Même si les péripéties jalonnent ce deuxième tome, il est plus psychologique, plus dense. L’action est moins présente que dans le premier tome.

Les caractères des personnages sont beaucoup plus détaillés ici. On est plus dans la finesse, dans le détail. Je pense que c’est le seul point négatif que je trouverai à dire sur ce roman : comme il est plus dans la psychologie que le premier, les pensées des personnages sont plus présentes. Il y a une sorte de coupure dans l’action pour laisser place aux tergiversions des protagonistes. J’ai perdu le fil de ma lecture, un peu alourdie à certains moments par ses pensées trop présentes.

J’ai apprécié en savoir plus sur le passé de Riane mais aussi des autres personnages à travers des flash back qui nous aident à en savoir plus, à comprendre. Riane est un personnage qui a beaucoup de potentiel. J’aime quand Aldric part sur les traces du passé de Riane pour essayer de comprendre qui elle est, comment elle fonctionne. C’est assez chouette. Ca a apporté du dynamisme à l’histoire que l’on perd quelque peu à cause des pensées un peu trop présentes des personnages.

Le personnage d’Aldric est assez intéressant, je trouve qu’il a beaucoup évolué depuis le premier tome. Il garde ce côté agressif assez surprenant. En effet, je trouve cela adorable de voir qu’il y a toujours cette sorte de manque de confiance en lui qui fait qu’il ne peut pas croire que l’on puisse s’intéresser à lui sans forcément penser à mal. L’évolution concerne aussi Riane, en effet, je l’ai trouvé plus forte, courageuse, c’est assez sympathique. On voit qu’ils grandissent, qu’ils gagnent en maturité, ça donne plus de force aux personnages et à cette saga.

J’ai pris plaisir à retrouver la plume d’Elle Guyon qui met toujours autant de passion dans ses mots. La plume reste forte : je pense que c’est ce qui m’a permis de tenir dans ma lecture malgré les très (trop ?) longues.

On a une intrigue qui reste dans la continuité du premier tome de Save Our Souls. J’ai trouvé qu’elle était un peu plus dense, plus étriquée, plus complexe. Ca prend de l’ampleur et c’est assez intéressant au final.

Le côté romance dans ce YA est très maitrisé, juste. Il n’y a pas d’amour pour dire d’en ajouter une petite couche. Ca a du sens ici, c’est top.

Vivement le troisième tome !

Les – :

  • Des longueurs qui font perdre le fil.

Les + :

  • Les évolutions des personnages principaux.
  • La maitrise des mots, une justesse littéraire à souligner.
  • La présence de relations amoureuses très juste, c’est très crédible.
  • Une suite plus dense qui nous donne envie de savoir la suite.

Ma note :  155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

17

So long Alice – Constance Dufort

téléchargement.jpgRésumé : New York dans les années 2010. Alice cherche son frère dans Manhattan, rivée à son lecteur MP3. Il ne lui reste que cela de sa vie d’avant : la playlist de son frère Jeff. Ça, et l’arrogance de ses 14 ans. Jefferson est ici. Elle le trouvera ! Quitte à dormir dans Central Park au cœur de l’automne. Une rencontre aussi fortuite que désagréable va pourtant bouleverser le déroulement de sa mission. Mais qui est cette vieille harpie endimanchée au chat teigneux, gesticulant devant le chapelier fou de bronze? Et cet étrange majordome qui la talonne, Alice est persuadée de le connaître…

Mon avis : Je remercie Emma et les éditions Nouvelles Bibliothèques pour l’envoi de ce service presse que j’ai apprécié lire. En effet, le résumé et la couverture sont assez sympathiques, ils donnent rapidement envie de se plonger dans l’univers de Constance Dufort.

On fait la rencontre d’Alice qui décide de tout quitter pour retrouver son frère. Son aventure la propulse à Manhattan. La recherche de son frère va la mener dans des endroits peu fréquentables, elle va rencontrer des personnages atypiques, elle va découvrir qu’elle peut puiser au plus profond d’elle-même pour retourner la terre entière et retrouver Jeff. J’ai trouvé ce personnage très fort. Alice est une jeune fille courageuse, qui a le sens des valeurs et qui ferai tout pour son frère. J’ai trouvé cela très appréciable. C’est un personnage fort qui marque le roman. Le personnage d’Alice porte le roman à elle toute seule.

L’intrigue est très sympathique. Elle est simple mais fonctionne très bien. Les péripéties apportent beaucoup au roman. C’est un roman assez court (environ 150 pages) mais nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. La recherche de Jeff est intense et intéressante. En effet, cette recherche va forcer Alice à dormir dans la rue, à trouver des solutions face à ses économies qui fondent comme neige au soleil.

La seule chose que je peux trouver à redire à ce roman c’est le fait que le début est un peu longuet. En effet, j’ai du mettre deux ou trois chapitres pour m’installer confortablement dans l’histoire.

J’ai trouvé le personnage de Grace très atypique. En effet, son côté ronchon, vieilletéléchargement mamie toute aigrie m’a beaucoup plu. Elle forme un couple du tonnerre avec son majordome Steed qui est aussi étrange qu’elle. J’ai trouvé ce duo assez drôle. Il apporte un petit je ne sais quoi en plus au roman. Ainsi, ce roman passe du roman sympathique au roman agréable à lire.

J’ai aussi découvert la plume de Constance Dufort que je ne connaissais pas. Elle a une manière particulière de raconter cette histoire. C’est ce qui la rend unique. C’est une histoire qui pourra plaire aux plus jeunes comme aux adultes. J’ai beaucoup apprécié les descriptions des paysages, surtout celui de Central Park. Je n’ai jamais eu la chance d’aller visiter ce bout de la Terre mais l’auteure nous décrit les choses comme si j’y étais. Je ne peux que souhaiter bon vent à ce roman qui vous fait passer un agréable moment de lecture.

Les – :

  • Un début quelque peu long.

Les + :

  • Des descriptions détaillées qui nous font croire que l’on y est !
  • Un personnage principal fort qui m’a plu.
  • Un duo de personnages secondaires attachants. C’est vraiment un bel ajout au texte.
  • La plume de Constance Dufort que j’ai apprécié découvrir.
  • Un roman qui plaira aux plus jeunes comme aux plus grands.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

22

Simon Thorn et le nid de Serpent – Tome 2 – Aimée Carter

51oTUrArptL._SX195_.jpgRésumé : RÉVÉLEZ-VOUS. Simon Thorn sait depuis peu qu’il n’est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu’il s’habitue à sa nouvelle vie dans le REPAIRE, l’école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l’indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce nouveau Service Presse. En effet, je suis heureuse d’avoir pu remettre le nez dans l’univers d’Aimée Carter. En effet, Simon Thorn reste une très belle découverte.

C’est donc avec grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers. Si le tome 1 m’avait beaucoup plu, le deuxième tome est encore plus approfondi, j’aime beaucoup ce que j’ai eu sous les yeux.

On retrouve Simon dans le Repaire. C’est vraiment une aventure qui commence pour lui malgré les épreuves douloureuses qu’il a dû subir à la fin du premier tome.

Les relations dans le repaire sont assez compliquées. En effet, Nolan, le frère de Simon est en colère contre Simon. Les frères ne s’entendent pas et lorsqu’ils sont ensemble dans une pièce, on sent l’électricité dans l’air. C’est assez surprenant. On aurait pu penser que la fin du premier tome aurait pu rapprocher les deux jeunes hommes mais non.

J’ai aussi apprécié le personnage de Malcom qui essaye de garder le pouvoir, de gérer les choses au mieux même si on ne lui facilite pas la tâche.

Simon lui a bien grandi mais on ressent beaucoup de colère, de ressentiment à cause de secret de famille douloureux. Il se pose énormément de question et cela apporte quelque chose de psychologique dans l’aventure. C’est assez prenant.

La bande d’amis reste très soudée malgré les aventures et les péripéties qu’ils ont traversés. J’ai trouvé que la notion d’amitié était bien mise en valeur dans ce deuxième tome. Deuxième tome sous le signe des émotions, des relations et du courage à faire face à la réalité de la situation.

J’aime beaucoup ce monde des Animalgames et de ce qu’engendre ce monde dans la tête et le corps de Simon. C’est vraiment un questionnement interne important, une quête de soi et de qui il est vraiment. Le voyage n’est pas seulement physique et géographique, le voyage est aussi psychique.

La plume d’Aimée Carter est saisissante, rafraîchissante et dynamique. J’ai beaucoup apprécié ce deuxième tome. J’ai l’impression de lire la saga qui pourrait être le nouveau Percy Jackson. C’est vraiment très intéressant. Simon Thorn est une saga qui peut plaire aux petits comme aux grands. C’est top.

J’ai apprécié découvrir ce monde intéressant. On voit l’imagination d’Aimée Carter nous dessiner un monde intéressant, divisé en région, en quartier ce que j’aime beaucoup. On a la création d’un monde imaginaire dans le monde réel. Le mélange de fiction et de réalité est assez surprenant et très intelligent.

Les + :

  • Une saga qui est très bonne.
  • Un panel de personnages que j’aime beaucoup.
  • La plume d’Aimée Carter que j’apprécie énormément.

Les – :

  • Quelques longueurs qui m’ont un peu ralenti dans ma lecture.

Ma note :

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Dix sept ans – Ava Dellaira

51wTDmucz4L._SX195_.jpgRésumé : Nous poursuivons tous quelque chose… Dans les années 1990, pour Marilyn, c’est la liberté. À 17 ans, enfant-actrice, elle sert de complément de salaire à sa mère, mais alors que les rôles et leurs revenus se raréfient, celle-ci s’éloigne de plus en plus. Bientôt, l’adolescente n’a d’autre choix que d’emménager chez un oncle imprévisible. Mais ce coup dur est vite adouci par la rencontre de James, le voisin d’en dessous, qui lui fera découvrir qu’ensemble ils peuvent donner à leur vie morne et ennuyeuse autant de couleurs qu’ils le désirent. Aujourd’hui, pour Angie, c’est la vérité. 
À 17 ans, cette jolie métisse n’a jamais connu son père. Et sa mère, Marilyn, a toujours prétendu qu’il était mort avant même sa naissance. Mais lorsque l’adolescente se découvre un oncle inconnu, elle se demande si sa mère ne lui a pas caché plus encore. Avec pour seul compagnon Sam, son ex-petit ami, Angie se lance alors dans un road trip improbable et dangereux, quittant son Nouveau-Mexique natal pour la ville de tous les espoirs : Los Angeles. 

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman en Service Presse. J’avais déjà eu la chance de lire « Love letters to the dead » que j’avais bien apprécié à l’époque.

Ici, on change un peu d’univers même s’il y a toujours les mêmes notions qui traversent ce roman. On fait la rencontre de Marylin qui est la mère d’Angie. En effet, ces deux personnages sont les personnages principaux du roman. On alterne les points de vue dans le passé et le présent. Si le passé est pour Marylin, le présent est celui d’Angie. Cependant, le passé explique le présent et ces deux périodes sont intrinsèquement liées.

J’ai apprécié ce roman. J’ai commencé ma lecture ce matin, elle vient de se terminer. J’en profite pour écrire ma chronique parce que je pense que c’est un roman qui parlera à beaucoup de monde : adultes comme adolescents. On est tous touchés par l’histoire d’Angie et de Marylin.

Dans les années 1990, Marylin est une jeune fille qui ne veut pas faire de mal à sa mère. Sa mère a pour elle la tête une carrière toute dessinée pour sa fille : une star de cinéma. Marylin, elle, ne rêve que d’une petite vie tranquille, d’études et d’un travail qui lui apportera la stabilité. Dans sa ville de Los Angeles, elle rencontre James, avec qui elle va vivre une formidable histoire. Angie, grandit sans son père, elle aimerait savoir ce qu’il est devenu, ainsi, elle part sur ses traces. En partant à la recherche de l’histoire de son père, elle espère se trouver.

C’est un beau roman initiatique d’une jeune fille qui se cherche. En plus d’avoir une recherche, un questionnement sur soi, on a une quête identitaire qui m’a beaucoup plu.

L’intrigue est simple mais bien ficelée. La plume de l’auteure m’a plu et m’a donné envie de relire « Love Letters to the dead ». C’est vraiment plein de dynamisme, de fraîcheur. On a envie d’aller visiter les endroits où les personnages sont passés.

La relation entre Marylin et Angie est très belle. J’ai aimé cette fusion adorable et la coupure fracassante qui laisse place à la compréhension, la vérité. C’était beau, vraiment. Les chapitres sont pleins d’émotions véhiculés par les questionnements des personnages.

Le personnage de James m’a plu aussi comme celui de Sam. Ainsi, on rapproche encore plus le couple mère/fille qui vit la même histoire avec des hommes différents à des époques différentes. On voit Marylin évoluer des deux côtés. C’est assez prenant. J’avoue avoir été fière d’elle et de son parcours. Sa volonté et son courage sont vraiment beaux.

Je ne peux que conseiller ce roman Young Adult aux lecteurs qui ont apprécié son premier roman. De plus, on touche des sujets sensibles d’une belle manière. Les personnages féminins sont beaux et forts.

Les + :

  • Un couple mère/fille comme on les aime.
  • Le changement de point de vue qui donne du rythme.
  • La plume d’Ava Dellaira que j’ai apprécié retrouver.
  • Les personnages secondaires qui insufflent un air nouveau.

Les – :

  • Quelques longueurs qui m’ont un peu ralentie.

Ma note : 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Echec et love ! – Andy Pierce

xcover-1400.jpgRésumé : Le jour où il se découvre un don pour les échecs, Maxime, quatorze ans, est loin de se douter que toute son existence va être bouleversée. Comment ses amis mordus de foot réagiront-ils ? Jusqu’où sa nouvelle passion le mènera-t-elle ? Et surtout : peut-on être à la fois un grand joueur d’échecs et un grand séducteur ? Après « Je serai toujours là pour toi » , Andy Pierce vous propose de découvrir le premier roman Young Adult sur l’univers des échecs ! Une galerie de personnages désopilants, de belles histoires d’amour et d’amitié, des rebondissements en cascade… Bref, un roman comme on les aime, qui plaira aussi bien aux amateurs d’échecs qu’à ceux qui ne s’y sont encore jamais intéressés !

Mon avis : Je remercie Andy Pierce pour sa confiance renouvelée avec l’envoi de ce nouveau service presse via la plateforme « simplement pro ».

J’avais découvert la plume d’Andy Pierce via son roman « Je serai toujours là pour toi ». Je fus ravie de la retrouver via ce nouveau roman assez différent de ce que j’ai pu lire de l’auteur.

On fait la rencontre de Maxime, un jeune de quatorze ans qui est un jeune homme comme les autres : il traine avec ses copains et rigole beaucoup. Sa mère voudrait qu’il soit un peu plus sérieux mais son père le défend et se retrouve dans son garçon.

Le jour où Maxime rencontre les échecs et un jour qui change sa vie. Il apprécie les heures passées devant les pièces et  battre ses adversaires rapidement. C’est vraiment un jeu qui lui fait du bien. On voit tout de suite son intérêt pour ce jeu : il apprend vite et devient très fort très rapidement. C’est vraiment une facette du jeu que j’ai apprécié dans le sens où c’est un jeu que je connais très mal.

Andy Pierce fait fort ici parce qu’il mêle amour au jeu d’échec. On se rend compte qu’on peut faire un lien. On avance ses pions, on tente des parades pour atteindre l’autre. Même si c’est assez stratégique, l’amour reste aussi quelque chose où l’on teste, on tente. On ne peut pas forcément gagner à chaque fois mais le jeu en vaut souvent la chandelle.

Avec ce roman Young Adult, Andy Pierce signe un roman très sympathique remplit de douceur et d’ambition.

On a un panel de personnages très sympathique et dynamique. On se retrouve dans une histoire qui nous promet une histoire trépidante et on y a le droit ! C’est un petit roman qui fait du bien, on passe un bon moment de lecture et on n’en veut pas plus.

Andy Pierce est parvenu à saisir l’essentiel et à en faire un beau roman qui fait du bien. Je suis vraiment contente d’avoir pu lire ce roman.

On retrouve dans ce roman des thèmes que les plus jeunes seront ravis de retrouver : c’est une belle histoire d’amour et d’amitié. On se retrouve vraiment dans les mots de l’auteur et c’est cela le principal.

Les + :

  • On retrouve la plume d’Andy Pierce qui est fraîche et dynamique.
  • Une intrigue qui va plaire aux plus jeunes comme au plus vieux.
  • Un sujet peu commun : les échecs.
  • Une bonne dose d’humour et de douceur.

Les – :

  • J’aurais peut être apprécié un peu plus de psychologie pour les personnages.

Ma note : 17/20

14

Dance, kiss and war Tome 2 – Mylène Kwan

dance,-kiss---war---tome-2-1040579-264-432Résumé : Rivalité, strass, paillettes… Plongez dans l’univers de Tae et Bae. Ils se détestent. Ils vont devoir vivre ensemble… et plus encore ! Séoul. Deux idols se battent pour décrocher les récompenses et le cœur des fans. C’est la guerre à chaque concert ! Sur scène comme en backstage, tous les coups sont permis. Qui les fans choisiront-ils ? Tae, chanteur rebelle ? Ou Bae, leader torturé ? Mais quand les médias décident de s’en mêler, ils font une révélation fracassante : Bae annonce qu’il rejoint le groupe de son rival ! Pourquoi ? Que cache-t-il ? Tae découvrira-t-il le secret de son nouveau coéquipier ?

Mon avis : Grâce à Marie et Nisha Editions, j’ai pu lire le second tome des aventures de Tae et Bae dans le roman « Dance, Kiss and War » de Mylène Kwan. Je remercie donc du fond du cœur Nisha Editions et K !World pour nous permettre de lire des petites merveilles.

Souvenez-vous, on quittait le premier tome sur une annonce fracassante : Bae quittait les B&W pour rejoindre les OX7, groupe ennemi du sien. On ne sait ni pourquoi ni comment il se retrouve dans cette situation mais ce deuxième tome permet de découvrir les secrets les plus enfouis au fin fond du cœur des personnages. C’est assez prenant.

Ce deuxième tome se lit rapidement. J’ai retrouvé l’ambiance de que l’on avait dans le premier tome. La tension dans l’air est électrique, on sent qu’il y a de l’orage dans l’air, on sent que l’on va assister à un gros pétage de câble mais on ne sait pas forcément de qui cela va provenir.

Si le premier tome posait les bases, le deuxième approfondi un peu le caractère des personnages et la psychologie de ces derniers. On se retrouve donc avec un tome où l’action n’est pas forcément la clé du roman mais on se pose plus facilement, on a envie d’en savoir plus sur les membres des groupes. C’est assez touchant. J’ai trouvé que les relations entre tous ces jeunes ho :mes étaient sympathiques à lire et à découvrir. Des amitiés se lient sous nos yeux et d’autres explosent, en bref, c’est un tome sous tension dans tous les sens du terme.

Même si ce tome est sous le signe de la révélation (on nous l’indique quand même dès le résumé), j’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose. Le petit truc qui fait que ça passe d’un bon moment de lecture qui détend à une lecture de dingue. En effet, la révélation  m’a semblé peu profonde, on a quelques indices, effectivement, mais cela reste en surface et c’est dommage.

Mis à part ce petit détail, j’ai apprécié découvrir ce roman. En effet, on passe un agréable moment à découvrir ce monde de la musique, de la culture pop asiatique qui m’a bien plu sur le papier (je vous avoue que j’ai écouté ce genre de musique, ce n’est pas ma tasse de thé.) L’auteure parvient à nous faire voyager à travers ses mots dans un univers que je ne connaissais pas et cela est très sympathique ! La plume de l’auteure est efficace et permet une adaptation au lectorat : ainsi jeunes comme adultes peuvent facilement s’identifier aux personnages et passer un bon moment avec ce roman.

Je pense que je pourrais retenter ma chance avec un roman du même genre.

Les + :

  • Un univers sympathique à découvrir.
  • Une plume efficace et naturelle.
  • Des personnages variés et haut en couleur.
  • La présence de la musique et de la danse.

Les – :

  • Une révélation qui ne fait pas autant de vague que ce à quoi je m’attendais.

Ma note : 16/20

 

14

Dance, kiss and War – Tome 1 – Mylène Kwan

téléchargement.jpgRésumé : Découvrez Dance, Kiss & War de Mylène Kwan, fanfiction K!World publiée chez Nisha Editions ! Rivalité, strass, paillettes… Plongez dans l’univers de Tae et Bae. Ils se détestent. Ils vont devoir vivre ensemble… et plus encore ! Séoul. Deux idoles se battent pour décrocher les récompenses et le cœur des fans. C’est la guerre à chaque concert ! Sur scène comme en backstage, tous les coups sont permis. Qui les fans choisiront-ils ? Tae, chanteur rebelle ? Ou Bae, leader torturé ? Mais quand les médias décident de s’en mêler, ils font une révélation fracassante : Bae annonce qu’il rejoint le groupe de son rival ! Pourquoi ? Que cache-t-il ? Tae découvrira-t-il le secret de son nouveau coéquipier ? À propos de l’auteur : Il était une fois l’histoire d’une jeune femme passionnée par l’écriture… Son but ? Faire du lecteur un acteur du roman qu’il lit. Mylène pratique aussi les arts martiaux, elle adore manger et encore mieux : manger et écrire en même temps. Cuisiner l’inspire beaucoup, ce qui lui permet d’inventer de nouvelles recettes… et de nouvelles histoires. 

Mon avis : J’ai pu découvrir le premier tome de Dance, kiss and War grâce à Nisha Editions que je remercie une nouvelle fois très chaleureusement. Les envois de SP de cette Maison d’Editions me promettent toujours des découvertes qui me font sortir de ma zone de confort. Ici, j’ai été tentée par l’originalité du titre mais aussi du résumé.

Après avoir découvert Lovely Ghost de Léa Kim, j’ai découvert le roman de Mylène Kwan qui a été publié sur K !World en tant que fanfiction avant de trouver son public chez Nisha Editions.

On a quelque chose de très original que l’on n’a pas forcément l’habitude de lire chez Nisha mais cela prouve que les expériences différentes sont enrichissantes et très sympathiques à lire.

On est de nouveau propulsé dans la culture asiatique (que je connais très mal hormis les nems au poulet que j’adore !). Je suis toujours curieuse de découvrir de nouvelles cultures et traditions à travers des romans.

Ici, on se rapproche des groupes de pop asiatiques (j’aurais tendance à dire coréen mais j’ai peur de me tromper) qui font fureur de nos jours. [Grâce aux Jeux Olympiques, j’ai regardé plusieurs reportages sur cette folie musicale et franchement, j’ai trouvé ça très rigolo].

On plonge dans un univers musical : je vous avoue que j’ai mis quelques pages pour bien me repérer dans les personnages : en effet, il y en a beaucoup et ils ont des consonances que je n’ai pas forcément l’habitude de manipuler : Tae et Bae sont deux jeunes hommes qui se détestent. Il y a deux groupes de musique : les B&W et les OX7 qui sont assez célèbres et qui se vouent une guerre musicale et médiatique sans merci. Tous les coups sont permis dans cette guerre ce qui m’a beaucoup fait rire. J’ai vraiment pu me détendre avec cette lecture et c’est vraiment une excellente découverte.

On a des personnages charismatiques qui permettent d’accrocher à l’histoire très rapidement. Même si Tae et Bae se disjoignent sur certains points, ils se rejoignent sur beaucoup de points. J’ai trouvé cela charmant.

J’ai passé un bon moment de lecture dans le sens où j’avais l’impression de lire un mélange de série télévisée et de Danse avec les stars. J’ai trouvé cela rigolo. C’est une lecture qui m’a détendue et qui m’a permis de prendre conscience de l’engouement des gens pour ces groupes de musique. Même si ici, c’est de la fiction, je suis persuadée qu’il y a du vrai dans cette histoire.

Si vous êtes fan de culture asiatique ou comme moi, curieuse de savoir ce que cela peut donner dans un roman, vous ferez bien de vous pencher sur ce roman.

J’ai trouvé la plume de l’auteure saisissante, elle nous plonge directement dans l’univers de Tae et Bae. J’ai trouvé que ce premier tome plantait bien les bases, je suis plutôt bien tentée par la suite. On se retrouve vraiment dans un tourbillon de coups bas, de rumeurs d’une manière assez drôle. Cependant, il y a une sorte de mystère, de tension qui plane sur cette histoire et j’aimerai beaucoup savoir de quoi il s’agit !

Ma note : 16/20

 

24

Le journal d’une âme rêveuse – Camille Pujol.

51db6-nmwUL._SX195_.jpgRésumé : Alors que l’été touche à sa fin, Adélaïde annonce à Noah qu’elle part et ne souhaite pas le revoir. Tout ce qui reste d’elle désormais, c’est la clé d’une boîte postale qui accompagne sa lettre.
Dans cette boîte, Noah trouve une enveloppe contenant le journal d’Adélaïde. Celle-ci y décrit ses rêves, ses espoirs, mais aussi le drame secret que cache ce départ précipité. Mais Noah n’a pas dit son dernier mot, et si Adélaïde pense que tout est perdu, le garçon est déterminé à lui montrer qu’ensemble ils peuvent réaliser un nouveau rêve. Même s’il s’agit peut-être du dernier.

Mon avis : Je remercie grandement les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour l’envoi de ce service presse. Je suis heureuse d’avoir pu lire le deuxième roman de Camille Pujol. Malgré les critiques un peu houleuses de Blue – avec lequel j’avais passé un bon moment- j’étais heureuse de retrouver la plume de Camille.

On fait la rencontre d’Adélaïde et de Noah. Ce sont deux meilleurs amis qui se connaissent depuis qu’ils ont ouverts les yeux. On fait partie d’une relation d’amitié incroyable. Ils se connaissent par cœur et cela fend le cœur de voir comment Noah se sent après le départ d’Adélaïde.

Adelaïde est un personnage que j’ai beaucoup apprécié malgré le fait que par moment, elle m’a un peu tapée sur le système : je m’explique. J’ai eu du mal à comprendre pourquoi elle avait fui dans son meilleur ami qui semble être tout pour elle. Elle est jeune, belle, intelligente et la fuite semble être une chose complètement insensée.

J’ai avalé ce roman. Je voulais savoir pourquoi Adélaïde était partie, je voulais comprendre pourquoi elle était partie sans rien dire à la personne qui la connait le plus. J’ai vraiment pris un certain plaisir à découvrir les pensées d’Adélaïde dans son journal intime qu’elle a laissé à Noah pour qu’il comprenne, pour qu’il n’essaye pas de la retrouver, pour qu’il lui pardonne sa fuite.

Ce journal intime regroupe les bons moments qu’elle a passé avec Noah. Cependant, par moment, on se retrouve à tourner en rond. Souvent, elle ressasse les mêmes choses et cela est assez long par moment.

On a seulement quelques personnages dans ce roman mais c’est vraiment très intense. On est dans un cocon de sentiments et d’émotions intenses. Vous auriez vu ma tête lorsque j’ai fermé mon roman ! J’ai même sauté le repas pour pouvoir le terminer, j’ai voulu y croire jusqu’au bout.

La plume de Camille a pris de l’ampleur par rapport à Blue, c’est indéniable. On se retrouve dans une ambiance intense. C’est un roman bouleversant. D’habitude, je fais tout pour éviter ce genre de roman. J’ai vraiment été touché par la vie d’Adélaïde.

Malgré quelques longueurs, j’ai passé un très bon moment de lecture, très intense avec le roman de Camille Pujol qui montre à quel point la vie est belle et courte et par moment une vilaine petite chose.

Ma note : 18/20

26

13 reasons why – Jay Asher

61FhGThx4cL._AA300_Résumé : Clay reçoit treize cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes impliquées dans sa vie : amies ou ennemies, chacune de ces personnes a compté dans sa décision. D’abord choqué, Clay écoute les cassettes en cheminant dans la ville. Puis, il se laisse porter par la voix d Hannah. Hannah en colère, Hannah heureuse, Hannah blessée et peut-être amoureuse de lui. C’est une jeune fille plus vivante que jamais que découvre Clay. Une fille qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Résumé : Clay reçoit treize cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes impliquées dans sa vie : amies ou ennemies, chacune de ces personnes a compté dans sa décision. D’abord choqué, Clay écoute les cassettes en cheminant dans la ville. Puis, il se laisse porter par la voix d Hannah. Hannah en colère, Hannah heureuse, Hannah blessée et peut-être amoureuse de lui. C’est une jeune fille plus vivante que jamais que découvre Clay. Une fille qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Mon avis : Je remercie Audiolib et plus particulièrement Pauline pour leur gentillesse. J’ai eu la chance de découvrir ce service presse audio.

J’avais vu la série et j’étais assez curieuse de voir ce que pouvait donner le roman. Je peux vous dire que j’ai passé un très bon moment d’écoute.

On fait la rencontre d’Hannah Baker, une adolescente qui s’est suicidée. On fait sa rencontre d’une étrange manière puisqu’en effet, on l’entend raconter sa vie aux 13 personnes qui selon elle, l’ont poussé au suicide.

On suit l’écoute grâce au personnage de Clay qui était proche d’Hannah. Il n’a toujours pas digéré le suicide de cette fille qu’il appréciait, qu’il avait pour amie.

J’ai trouvé le personnage de Clay très touchant. Je l’ai tout de suite pris en sympathie et franchement, j’ai apprécié suivre l’histoire avec lui et ses pensées. C’était une des personnes les plus proches d’Hannah et c’est lui qui peut nous éclairer le plus sur cette sordide histoire.

Je vous avoue que j’ai trouvé l’intrigue très originale mais aussi très macabre. On peut dire ce que l’on veut mais j’ai trouvé la démarche d’Hannah assez funeste et surtout folle. Comment peut-on accuser des personnes d’avoir causé son suicide ? Je pense que certaines personnes le méritaient mais pas forcément tous les personnages dont on entend les histoires. J’ai pensé aux personnages, qui, dans la vraie vie, auraient du vivre avec cette culpabilité à tout jamais. Cela peut bousiller des personnes et des fois, j’ai trouvé des arguments faciles.

Cependant, j’ai toujours trouvé que Clay était juste dans ses propos et ses justifications. Même s’il appréciait plus que de raison Hannah, il parvient à marquer l’équilibre entre les personnes et dire quand elle n’était pas forcément juste avec eux.

L’histoire d’Hannah reste, cependant, troublante, pleine de rancœur et de haine. On comprend pourquoi elle a pu en arriver là mais on ne comprend pas forcément le silence. Les questions fusent dans tous les sens dans notre esprit.

La plume de Jay Asher est assez surprenante et elle est parfaite pour l’exercice de ce roman. Elle est crue, belle, poétique. Elle retranscrit à merveille toutes les émotions par lesquelles Hannah et Clay ont pu passer en parlant de cette histoire et en écoutant cette histoire. De plus, en tant que lecteur, on se retrouve propulsé dans un univers incroyable. On est vraiment secoué par cette lecture. Il faut prendre du temps pour digérer les informations.

On assiste donc à une sorte de huit clos insoutenable. Plus on en apprend sur les personnages, plus on a envie de crier. C’est l’amoncellement de choses qui a poussé Hannah à commettre l’irréparable. On se rend compte à quel point les jeunes peuvent être cruel et cela rend les choses encore pire lorsque l’on comprend que les jeunes prennent exemple sur les plus âgés.

Ma note : 18/20

32

Everything, everything – Nicola Yoon

téléchargement.jpgRésumé : Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Mon avis : Je remercie du fond du cœur l’équipe d’Audio lib et particulièrement Pauline qui m’a permis de faire partie des partenaires Audio lib. C’est une chose dont je suis très fière puisqu’il s’agit quand même de renouveler la littérature et la lecture. C’est un moyen de lire différent mais qui peut aider  beaucoup de personnes. Si cela est d’ordre pratique pour les personnes mal voyantes ou qui ont du mal à lire. Je prends énormément de plaisir à découvrir des histoires via ces écoutes.

J’ai jeté mon dévolu sur « Everything, everything » de Nicola Yoon que j’avais repéré depuis un bout de temps. Je vous avoue que j’avais très envie de l’acheter en livre et que je le ferai surement après cette écoute.

On fait la rencontre de Madeline. Une jeune fille de 18 ans qui a la maladie de l’enfant bulle. Elle est hermétique à tous les virus, même à l’air. Elle n’est jamais sortie de sa maison. Elle se cantonne à sa maison, sa chambre blanche, sa mère Pauline qui est médecin et Carla son infirmière personnelle. Elle a une vie morne et longue mais semble l’accepter au début.

Cependant, on se rend vite compte qu’il lui manque quelque chose dans la vie. C’est une jeune fille en pleine croissance et effectivement, elle a besoin de vivre sa vie comme n’importe quelle jeune fille. Sa vie explose quand elle rencontre son voisin, Oliver –Oli pour les intimes – et la vie fait le reste.

Une histoire d’amour impossible se déploie alors sous nos yeux de la plus belle des manières qu’il soit. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir la relation qui nait entre Madeline et Oliver. J’ai vraiment adoré ces deux personnages. C’était vraiment une très belle expérience et une très belle découverte.

En effet, c’est l’attrait de la nouveauté qui m’a beaucoup plu. Je vous avoue que j’ai eu un peu peur en me lançant dans cette lecture. J’ai eu très peur d’avoir une histoire comme « Nos étoiles contraires » (que je me refuse de lire tellement j’ai peur de ne pas supporter émotionnellement cette histoire). Ici, on est vraiment propulsé dans un univers que j’ai vraiment apprécié avec une belle évolution dans l’intrigue.

La fin de ce roman est très surprenante et très bien pensée. Je ne m’attendais vraiment pas à cette fin et j’ai vraiment trouvé cela incroyable. J’ai été prise dans une spirale de péripéties. J’ai vraiment trouvé mon écoute très rapide et tellement agréable.

Je suis très heureuse d’avoir cédé à la tentation. Ce fut une belle aventure, un beau coup de cœur.

Côté auditif : j’ai beaucoup apprécié la voix de la lectrice qui se trouve être douce, calme et très prenante. J’ai trouvé le rythme de lecture prenant et on a une lecture très dynamique. On se retrouve dans une ambiance particulière. Un huit-clos explosif qui nous permet de passer un excellent moment de lecture.

Ma note : 20/20

12

La ballade des Braves Tomes 1, 2 et 3 – Castorphénix     

Tome 1 : La geste

Résumé : « La meilleure défense, c’est la fuite. » D’après un homme lâche, mais vivant. Je pourrais vous raconter les mille tourments que nous avons subis, les merveilles que nous avons rencontrées, comment un œil détachable nous a permis d’échapper aux chiens de l’enfer… Mais rien ne vaudrait le commencement de cette incroyable histoire… Un dé maudit qui nous a précipités dans un univers aux allures de jeu de rôle. Mais en réalité, un jeu de rôle, c’est beaucoup plus ardu qu’il n’y paraît.

Tome 2 : La marche des valeureux

Résumé : « La meilleure défense, c’est la fuite. » D’après un homme lâche, mais vivant. – Affamés, épuisés, mais vaillants, nous… – Tu veux dire désespérés ! – Chut ! Laisse-moi raconter. Nous poursuivions paisiblement notre chemin vers la fontaine… – Paisiblement ? – Arrête de m’interrompre ! C’était paisible, jusqu’à ce qu’on arrive à ce village…

Tome 3 : La traversée des guerriers

Résumé : « La meilleure défense, c’est la fuite. » D’après un homme lâche, mais vivant.
— L’échec de la fontaine à délivrer nos héros ne mina pas leur courage et leur volonté. Le cœur plein d’entrain, ils reprirent la route d’un pas sûr. Leur nouvel objectif était la maison de la fée qui se trouvait peut-être en mesure de les aider. — En toute franchise, je pense qu’on mourra de faim avant de l’atteindre. — Les valeureux héros sentirent la faim pointer, mais l’espoir suffit à les nourrir, et ils cessèrent de se plaindre jusqu’à la fin du trajet.
— Euh… — Et ils CESSÈRENT de se plaindre jusqu’à la fin du trajet.

Mon avis : Je remercie une nouvelles fois les éditions du Mouton – Nutty Sheep- pour l’envoi de ce triple service presse qui change beaucoup de ce que je peux lire habituellement. Ainsi, je pense que c’est la première fois que je chronique une bande dessinée. Chose pas si facile que cela mais je vais faire de mon mieux !

Dans un premier temps, je vous avoue que je n’ai pas lu ces trois bandes dessinées sur ma liseuse qui ‘n’est absolument pas faite pour cela ? En effet, via mon ordinateur, j’avais quand même les couleurs en plus ainsi qu’une facilité certaine.

Avoir lu les trois premiers tomes d’une traite est un avantage, en effet, les tomes étant assez courts, on avait quand même un petit gout de trop peu. J’ai bien ri avec cette bande d’amis.

On suit une bande d’amis qui se préparent pour un super camping de la mort ! Rien de Fantasytrépident jusque-là mais ils se retrouvent propulsés dans un autre univers à cause d’un dé. Le début de l’aventure débute ici.

On passe un excellent moment qui nous fait bien rire. C’est vraiment une très belle découverte chez Nutty qui renouvèle le genre de la Bande Dessinée avec le travail de Castorphénix.

Les dessins sont tous très sympathiques, c’est coloré, stylisé. On s’attache aux traits de crayon et à ce que l’auteur et l’illustrateur nous proposent. C’est vraiment additif.

Je suis curieuse de connaitre la suite des aventures de notre fine équipe. J’ai trouvé cela très encourageant pour la suite.

Les situations sont drôles, les dessins surprenants et les répliques sont assez drôles par moment. J’adore vraiment l’univers proposé par Castorphénix.

On lit cela très facilement comme vous vous en doutez. C’est une lecture pour se détendre que je vous conseille !

Ma note : 15/20

14

Le dernier train – Amélie Romarin

Le-dernier-trainRésumé : « J’ouvre les yeux. A ma grande surprise,je découvre que je suis dehors. je regarde le ciel sans comprendre. Des nuages blancs recouvrent toute la surface du ciel. Le bruit de la mer parvient encore à mes oreilles et je comprends que mon corps est posé sur le sable. Je tourne la tête à droite et puis à gauche. La plage. Je suis à la plage…  » Lindsay, fraîchement diplômée, décide de tout quitter et de commencer une nouvelle vie…

Mon avis : Je remercie grandement Amélie pour m’avoir choisi et envoyer son roman en Service  presse. En effet, je suis toujours très heureuse d’avoir des petits mails d’auteurs qui souhaitent que je chronique leurs romans et en ce moment, vous êtes tous au top alors merci à vous et merci à Amélie ! Merci aussi pour votre patience, j’ai mis du temps à  poster un retour sur mes impressions de lecture au sujet de votre roman, mille excuses !

J’ai pris grand plaisir à lire ce court roman. En effet, le temps passe très vite une fois le nez dans les mots d’Amélie.

On fait la rencontre de Lindsay qui quitte les siens, sa vie, son petit ami : tout. Elle prend le large, elle a besoin de partir, de respirer et de faire le point sur sa vie. Elle prend un train en direction d’un virage à 180 degrés.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de la littérature jeunesse et mon immersion s’est fait sans casse.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, je suis nordiste et donc… Avoir un roman jeunesse qui prend place chez mes voisins et amis les belges, j’étais vraiment ravie. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on retrouve des mots et dialectes flamands. Cela m’a fait sourire (si ! J’ai presque compris toutes les expressions Ah !)

Comme je l’ai dit, on suit Lindsay dans ses aventures, ses rencontres et son passé. De nombreux sujets sont soulevés : l’amitié, la famille, le deuil. J’ai trouvé cela très intéressant. La manière dont sont abordés ces sujets m’ont beaucoup plu parce que c’est atténué, c’est beau et triste mais sans trop en faire. En effet, on voit vraiment les douleurs du passé de Lindsay et son acharnement à vouloir s’en sortir.

Lindsay est un personnage attachant : elle est jeune, belle, pleine de bonne volonté. C’est vraiment agréable, elle est assez dynamique. Ce qui est bien c’est que l’on a un personnage principal qui a la tête sur les épaules : elle sait qu’elle est partie mais qu’elle devra un jour rentrer. Elle sait qu’elle doit affronter les problèmes et non les fuir. C’est assez intéressant à lire.

J’ai beaucoup apprécié le personnage masculin qui vient redonner un élan certain au roman.

C’est un roman assez réaliste. On peut vraiment se dire que l’on peut vivre la même chose que Lindsay. En effet, c’est vraiment saisissant de réalisme. De plus, la proximité géographique des lieux pour moi rend les choses encore plus réalistes, plus dures, plus concrètes.

On a envie de prendre la défense de Lindsay, de la prendre dans nos bras et de lui dire que tout ira bien. C’est vraiment une très belle découverte que je conseille à tous, jeunes et vieux.

La plume d’Amélie est très sympathique, on a vraiment une belle intrigue qui se révèle  être poétique et pleine de surprises. Je suis certaine que beaucoup d’adolescents peuvent se reconnaitre dans cette histoire.

Voici un roman que je recommande, il faut absolument le lire.

Ma note : 16/20

12

La fourmi rouge – Emilie Chazerand

CVT_La-fourmi-rouge_4856Résumé : Vania Studel a quinze ans. Pour elle, la vie ne semble être qu’une succession d’épreuves où chacun est condamné à n’être personne. Entre sa mère morte lorsqu’elle avait huit ans, son père taxidermiste farfelu et ses relations difficiles avec ses camarades, elle se voit comme une malheureuse fourmi parmi d’autres. Mais un jour, elle reçoit un courriel anonyme qui lui révèle toute son originalité.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce Service Presse. Voilà un Service presse comme je les aime. C’était vraiment un excellent moment qui se solde par un énorme coup de cœur pour Vania et son histoire. Honnêtement, je n’ai jamais autant ri en lisant les aventures d’une jeune fille comme Vania.

Comme vous avez pu le comprendre, on fait la connaissance de Vania, une jeune fille un peu particulière puisqu’elle a un « œil qui tombe ». Une maladie qui ne l’empêche pas de vivre mais qui fait d’elle une « outcast » de première catégorie. Ses amis, aussi peu nombreux soient-ils sont géniaux et tous très originaux. J’ai beaucoup apprécié évolué dans le quotidien de Vania. C’est vraiment une expérience géniale !

La famille de Vania se résume à son père, puisque sa mère est partie, les laissant tous les deux mais ils s’en sortent plutôt bien. En effet, j’ai beaucoup apprécié la relation père/fille des Studel. La relation est particulière mais pas injuste, s’il faut râler, on râle, s’il faut dire les choses, on les dit et ça, c’est vraiment l’équilibre parfait dans une relation. C’est vraiment excellent.

On suit Vania lors de son entrée en seconde, là où elle pense que tout va changer, qu’elle ne va plus voir les mêmes têtes du collège mais lorsqu’elle se retrouve séparé de sa meilleure amie et qu’elle est avec son ex-meilleur ami Pierach et sa meilleure ennemie, rien ne va plus. Elle s’attend à passer la pire année de sa vie…

Même si le roman est principalement axé sur la vie de Vania, on a quand même logo-editions-Sarbacanebeaucoup d’informations sur ces amis, surtout sa meilleure amie et Pierach : son voisin et ami même si celui-ci a pactisé avec l’ennemi en s’amourachant de Charlotte, la pire ennemie de Vania. J’ai beaucoup apprécié les relations qui se tissent au fil des mots de l’auteure.

Les sujets actuels sont vraiment traités de manière assez intéressantes dans le sens où l’on rit de tout. On parvient à rire d’un sujet assez sensible en ce moment : Daesh et tout ce qui va avec. L’auteure fait ça avec tellement de subtilité qu’on parvient à rire sans être choqué. C’est vraiment exceptionnel.

Ce roman est une petite perle que les adolescents et les plus vieux peuvent lire sans aucun problème. C’est une bouffée d’oxygène.

La plume de l’auteure est assez surprenante, Emilie Chazerand est une auteure qui parvient à véhiculer les émotions aussi différentes soient-elles. C’est vraiment sympathique, on passe de l’indignation, à la tristesse, du rire, aux larmes. Enfin, surtout au rire. C’est un roman qui vous met la pêche.

En fait, j’ai vécu de nouveau mon adolescence. C’est vraiment génial. Honnêtement, on voit les bons côtés et les mauvais mais sans forcément souligner ces derniers, on s’attarde surtout sur l’aspect positif de la vie de Vania. C’est vraiment très agréable de voir cette fameuse adolescente d’un point de vue positif.

Quoi qu’il en soit, je vous le dis, il faut absolument le lire. C’est vraiment un excellent roman qui vaut la peine d’être lu. Il redonne espoir en cette décadente jeunesse que l’on voit de nos jours. La plume de l’auteure est spectaculaire !

Ma Note : 20/20

14

Pense à moi – Emmanuelle Aublanc

gabriel-d-angel-arekin-une-adaptation-du-jeu-is-it-love-par-nisha-editions.jpgRésumé : Quand la douce Sara emménage à Monterey, elle est loin de s’imaginer qu’elle y rencontrera l’être le plus énigmatique qui soit. Simon, lui, ne s’embarrasse pas de sentiments. Il s’est même juré de ne pas s’intéresser à la nouvelle arrivée et pourtant… même hanté par ses propres démons, il s’en rapproche dangereusement et l’embarque dans une histoire déchirante et romantique. Il y a des relations qui bouleversent toute une vie…

Mon avis : Je remercie chaudement encore une fois Nisha Editions pour l’envoi de ce service presse qui a vraiment été pour moi une belle découverte riche en émotions.

C’était la première fois que je rencontrais la plume d’Emmanuelle Aublanc. Je ne suis pas déçue par la douceur de cette dernière. En effet, j’ai trouvé que la plume de l’auteure était très agréable : douce quand il fallait, plus dure quand c’était nécessaire. Il y a beaucoup de poésie qui se dégage des mots d’Emmanuelle Aublanc et je pense que c’est nécessaire pour l’histoire qu’elle nous propose de découvrir.

On fait la rencontre de Sara, une jeune femme qui vient de s’installer dans la petite ville de Monterey. Elle parvient à se faire des amis, à avoir un équilibre dans sa vie et à combler un peu le manque de son ancienne vie à New York. Elle a quitté New York, la famille de son père avec qui elle a beaucoup de liens très forts pour suivre sa mère et son nouveau mari dans leurs nouvelles vies.

Parallèlement, on fait la rencontre de Simon. Un jeune homme qui fait partie d’une petite bande d’amis dans laquelle se retrouve Sara grâce à Mia, une jeune fille avec qui elle devient très rapidement une amie. Simon est un personnage très arrogant au premier abord. On apprend à le découvrir et rapidement, il fait fondre notre petit cœur.

On évolue dans un monde d’adolescents. J’ai aimé retourner dans cette ambiance de fêtes, de soirées un peu trop arrosées et des chichis entre adolescents. Ca m’a fait rire parce que l’auteure a vraiment su capter l’ambiance de cette période de nos vies, je suis retournée quelques années en arrière.

J’ai beaucoup apprécié apprendre à connaître ces deux personnages qui n’étaient pas 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nforcément des personnages que j’apprécie (dans leurs caractères) aux premiers abords. Ils ont beaucoup évolué et j’ai aimé lire leurs aventures. Je me suis laissée happée par l’histoire et par les mots.

L’intrigue que nous propose Emmanuelle Aublanc est un peu similaire à celle que nous propose Twiny B dans « Our Last Days » pour ceux qui l’ont lu. On est dans une histoire qui tourne autour d’un grave secret qui finit par nous exploser à la figure. C’était assez fort et dur à lire mais je ressors grandis de cette expérience livresque.

L’intrigue est rondement menée, l’auteure parvient à nous embarquer dans une bulle d’amour qui peut tout vaincre. L’auteure nous prouve que l’amour est plus fort que tout et que Sara et Simon font tout ce qui est en leur pouvoir pour pouvoir vivre cet amour.

Le message véhiculé par Emmanuelle Aublanc est fort, intense et nous prend à la gorge. Si vous êtes friands d’émotions en tout genre, ce roman est fait pour vous.

En bref, c’est une histoire forte, belle et remplie d’émotions. C’est une histoire prenante que l’auteure nous livre. J’ai beaucoup aimé me plonger dans cette ambiance.

Ma note : 16/20

20

Percy Jackson – Tome 3 : Le sort du Titan – Rick Riordan

téléchargementRésumé : Les monstres sont toujours décidés à tuer les demi-dieux. Percy et ses amis Annabeth, Grover et Thalia se retrouvent face à un horrible manticore. Ils n’ont la vie sauve que grâce à l’intervention de la déesse Artémis et de ses Chasseresses. Mais, lorsque Annabeth puis Artémis disparaissent, une nouvelle quête semée d’embûches s’annonce : Percy devra plus que jamais se méfier des manipulations et des pièges de Cronos, le Seigneur des Titans.

Mon avis : J’avais envie d’une petite lecture personnelle. J’avais besoin d’un peu de fraîcheur et d’un roman que j’étais certaine d’apprécier. Mon choix s’est porté sur le troisième tome de Percy Jackson écrit par Rick Riordan. J’avais passé d’excellents moments avec les deux premiers tomes. J’ai foncé pour lire ce troisième donc.

Petite différence avec les deux premiers, le troisième tome n’a pas d’adaptation cinématographique. Je partais donc à l’inconnu, ce qui a rendu ma lecture encore plus enrichissante. J’ai beaucoup aimé !

On retrouve notre trio : Annabeth, Grover et Percy ainsi que Thalia, fille de Zeus, redevenue humaine grâce à la Toison d’or (Si cela vous intéresse, c’est dans le deuxième tome de la saga).

J’ai beaucoup apprécié retrouver de nouveaux grands Dieux : Ici, c’est plutôt Artémis et son frère Apollon ainsi qu’Aphrodite que l’on voit le plus dans ce roman. Bien qu’on les retrouve tous à un moment, on retrouve ces dieux plus particulièrement tout au long du roman.

On fait aussi la rencontre des chasseresses d’Artémis, un groupe de jeunes femmes qui ont prêté allégeance à Artémis renonçant ainsi à leurs vies sexuelles, à leur mortalité ainsi qu’à la vieillesse.

Annabeth et Artémis disparaissent. Percy, Grover, Thalia et des chasseresses partent à la recherche de leurs amis. C’est assez captivant comme aventure. On traverse une nouvelle fois des mythes antiques qui nous font vraiment passer un excellent moment !

On retrouve Pan. Ca m’a vraiment fait plaisir pour Grover. Il a enfin une piste tangible pour retrouver Pan. J’ai trouvé ça vraiment cool ! En plus, Grover est un personnage que j’affectionne beaucoup.

La disparition d’Annabeth se fait sentir. Percy se sent seul et j’ai bien l’impression qu’il y a de l’amour dans l’air. C’est vraiment assez plaisant de voir leur relation évoluer ainsi. J’ai aussi trouvé très touchant le fait que Grover tienne son rôle de meilleur ami avec cette force et ce courage. En effet, Percy peut toujours compter sur son ami et c’est une très belle relation.

Bien que les deux premiers tomes ont un côté très jeunesse, j’ai trouvé que ce troisième tome était beaucoup plus pour adolescent voir jeunes adultes. En effet, j’ai trouvé la plume plus sérieuse, l’intrigue aussi. On laisse plus de place à la tension et à l’inquiétude. On sent que le pire va arriver.

Chronos et Luc sont toujours présents de plus ou moins loin. C’est assez frustrant. On sait que ça va tomber mais quand ? La lecture prend une tournure très intéressante je trouve. Les adolescents grandissent, cela se voit, se sent, se lit !

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable. En effet, on ne se lasse pas des aventures de Percy Jackson. C’est vraiment une bonne saga qui me pousse à acheter les autres sagas du même auteur. C’est assez exaltant.

Une chose est certaine, je suis ravie de mettre plongée de nouveau dans cet univers qui est excellent ! J’ai hâte de pouvoir lire la suite. C’est vraiment excellent ! On mêle le monde moderne au monde antique avec brio !

Ce roman est lu dans le cadre du challenge ABC 2017 !

marauda-verbo-challenge-abc-1

Ma note : 17/20

 

14

La première fois que j’ai été deux – Archibald Ploom

téléchargementRésumé : Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands-parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

Résumé : Je remercie Archibald Ploom ainsi que son équipe pour l’envoi de ce beau service presse. En effet, dès le premier regard j’ai adoré la couverture de ce roman que je trouve fraîche, belle et poétique ! Tout était réuni pour que je passe un excellent moment.

On fait la rencontre de Karen, une jeune femme qui s’apprête à passer le baccalauréat. Elle est différente des autres, les jeunes de son âge l’ennui mais elle ne m’a pas du tout ennuyée. Je me suis bien retrouver dans ce personnage. Elle est discrète sans être complètement en marge de la société, elle a des amis. Elle est cynique sur les bords. J’ai vraiment beaucoup aimé ce que Karen dégage. Elle est intelligente, elle aime la (bonne) musique C’est assez appréciable !

Tout change quand elle rencontre Tom, un jeune britannique fraîchement débarquée de sa chère ville de Londres. Leurs vies se croisent d’une manière assez belle et douce. Avec Tom ; Karen apprend l’amour, la vie à deux et la dépendance qui ne fait que grossir entre deux êtres qui s’aiment vraiment.

La première fois que j’ai été deux est un appel à la douceur et à la jeunesse. On nous rappelle aussi que l’amour ne fait pas tout : en effet, on rencontre des turbulences, des accidents de la vie auxquels on ne s’attend pas du tout. J’ai été touché par cette histoire, la vie de Karen est loin d’être merveilleuse. La fin laisse présager le meilleur. J’aime penser que c’est ce qui va se passer.

La plume d’Archibald Ploom est pour moi parfaite pour ce roman. En effet, elle est fraîche, piquante et assez moderne.

L’histoire faire se croiser les temps modernes, actuels mais aussi le passé, les familles, on remonte le fil du temps jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Tom lui ouvre les yeux. J’ai beaucoup aimé voir le personnage de Karen s’épanouir comme une fleur. C’est assez beau à voir. Elle fait, petit à petit, confiance. Elle s’ouvre aux autres, au monde. C’est beau.

La première fois que j’ai été deux est un beau roman, qui plaira aux plus jeunes et qui séduira une bonne partie des plus vieux.

Ma note : 17/20

14

Gloria – Martine Pouchain

couv29874240.jpgRésumé : Gloria, tombée enceinte trop jeune d’un prof de théâtre dont elle était follement amoureuse, a abandonné son bébé pour poursuivre son rêve de devenir une star, et partir pour Los Angeles… Sept ans plus tard, son ambition glorieuse s’est diluée dans les déconvenues et les rôles de figuration. Alors, elle décide de récupérer son enfant. Sauf que la mère adoptive n’est pas d’accord, bien sûr. Il ne reste plus à Gloria qu’à enlever Jamie et à fuir avec lui d’État en État à travers l’Ouest américain, direction le Canada. Pas si simple d’autant que Jamie, lui, ne veut pas rester avec elle.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse qui est vraiment bon ! J’ai avalé ce roman très rapidement : il n’est pas très long mais il est intense !

On rencontre Gloria qui n’a pas une vie facile. Rejetée par sa mère hantée par la mort de son fils Nicolas, Gloria ramasse les pots cassés sans grande conviction. Elle ne sait plus qui elle est et ne sait pas comment faire pour voir un sourire sur le visage de sa mère. Elle refuse tout acte d’amour, de tendresse qui vient de sa fille. Son père est là, entre les deux, mais souffre aussi de la disparition de son fils.

Gloria ne sait plus ce qu’elle veut, jusqu’à ce qu’elle rencontre son professeur de théâtre Fitz qui lui transmet la passion du théâtre. Gloria sait enfin ce qu’elle veut ! Elle veut être actrice ! Un projet qui va vite être évincé par ses parents. Qu’à cela ne tienne, elle fuit sa maison pour vivre sa vie.

Gloria est le genre de roman qui montre à quel point la vie peut être dure. Croire en ses rêves n’est pas suffisant puisqu’il faut aussi se donner la possibilité de pouvoir les réaliser. Gloria en fait les frais : elle n’arrive pas à garder un petit travail alimentaire, ni de payer de loyer. On rencontre beaucoup de personnes qui lui permettent de vivre chez eux mais jamais de manière définitive.

J’ai trouvé que le roman allait très vite : on passe, on passe, on passe. Très rapidement, on change de maison, de travail, de personnages. C’est vraiment très surprenant mais au final je trouve que cela rythme la vie précipitée de Gloria. Elle ne prend pas le temps de vivre. Elle veut vivre son rêve d’être actrice.

Gloria tombe rapidement enceinte, elle fait adopter son bébé mais ses instincts de mèrelogo-editions-Sarbacane reviennent très vites : elle veut revoir son fils, Jamie, même si sa mère adoptive ne veut pas en entendre parler. Et là, commence le périple incroyable d’une mère perdue, qui n’a que le nom de mère sans jamais l’avoir été, ainsi que d’un petit garçon, qui refuse d’être son fils.

C’est une histoire drôle, pleine d’émotions diverses : on est touché, bouleversé, ému. On rigole beaucoup aussi, on sourit, on a le cœur qui se serre. Bref, un véritable ascenseur émotionnel ! C’est délicieux.

J’ai beaucoup aimé ce duo improbable que forment Gloria et Jamie. La fin est surprenante mais très belle : il faut toujours croire en ses rêves.

Ce roman est un roman initiatique pour Gloria qui apprend que la vie ne se résume pas forcément à sa vie d’actrice mais aussi à la personne qu’elle est et ce qu’elle aime dans la vie. Jamie lui ouvre les yeux, elle comprend qu’en partageant sa vie, c’est encore mieux.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui se lit rapidement, qui est belle, pleine d’espoir et de désillusion. Une belle histoire sur l’apprentissage de la vie d’une mère.

Ma note : 16/20

17

Marquise – Joanne Richoux

51YjJsjlxsL._SX195_Résumé : Un excentrique milliardaire, qui se fait appeler Le Marquis, a fondé une société secrète : les Voluptueuses. La rumeur prétend qu’il a fait construire une réplique du château de Versailles, quelque part sur une île privée au large de l’Écosse, et qu’une centaine de privilégiés y mènent une vie de rêve. Charlotte et Billy sont prêts à tout pour quitter leur sordide village natal même à tenter l’impossible. Ils ont de la chance, cette année : le Marquis organise un casting sauvage pour intégrer de nouveaux membres aux Voluptueuses. Huit jeunes artistes, dont eux, rejoindront finalement l’île paradisiaque où s’ébat la communauté. Mais la vie de château leur réserve bien des surprises… 

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions sarbacane pour ce service presse que j’ai beaucoup aimé.

Je vous avoue que ma lecture n’a pas été de tout repos mais j’en sors heureuse ! J’ai eu un beach_gate_weheartitpeu de mal avec quelques longueurs au début mais une fois l’intrigue mise en place, c’est du petit bonheur ! J’ai vraiment adoré et je ne regrette pas d’avoir poussé un peu plus loin ma lecture et d’avoir mis de côté mes difficultés pour rentrer dans les premiers chapitres parce que la suite est détonante !

On rencontre Charlotte – que l’on appelle Charlie- et Billy. Ce sont deux amis d’enfance qui ne se séparent jamais. Quand Billy rejoint Charlotte pour lui proposer de passer les auditions pour entrer dans la société des Voluptueuses elle n’en croit pas ses oreilles. Dans quel plan son meilleur ami va-t-il t’emmener ? C’était exaltant.

Charlie ne laisse jamais Billy seul, l’adage « C’est nous contre le reste du monde » revient assez souvent dans le roman. J’ai vraiment apprécié cette notion d’amitié qui est mise à rude épreuve durant le roman.

Les Voluptueuses est une société dirigé par Le Marquis qui reste un personnage très mystérieux voire un peu dangereux à certains moments. C’est un mini Versailles où les valeurs du 17ème siècle sont mélangées à la modernité du 21ème siècle. Cela donne du « bas-rock » (jeu de mot avec « baroque »). Pour ceux qui ne le savent pas le baroque est une notion qui est contraire au classicisme : on révolutionne les lignes continues et le classique pour laisser place aux courbes, au faste : on ne se cache pas, ce que l’on veut c’est de l’extravagance ! C’est vraiment ce que l’on retrouve dans ce roman : du chic et du choc. J’ai vraiment adoré cette atmosphère électrique.

logo-editions-SarbacaneCharlotte est vraiment un personnage étonnant : elle est drôle, intelligente et ne se laisse pas marcher dessus. Billy, lui, est touchant et un peu plus réservé qu’elle mais ils forment un beau duo d’amis.

L’intrigue en elle-même est géniale. J’ai cru devenir folle tout le long du roman mais la fin du roman est… WAW. Je ne m’attendais vraiment pas à ça ! J’étais comme une andouille devant les dernières pages de mon livre.

Pour résumer : Je vous conseille de lire ce roman si vous aimez les aventures, le dynamisme et les fins tout à fait surprenantes. Des personnages hauts en couleur qui amènent beaucoup de rythme à l’histoire, il faut foncer. C’est vraiment une superbe histoire malgré un démarrage un peu difficile (mais en soi, rien de grave vu que la suite est réellement à la hauteur de ce que j’en attendais). On revisite un Versailles qui ferait certainement bien rire Louis XIV ou… Peut être le faire retourner dans sa tombe… Au choix !

La plume de l’auteure est très entraînante et honnêtement, je lirai un nouveau roman de Joanne Richoux les yeux fermés ! J’ai adoré ! On frôle le coup de cœur !

Ma note : 19/20

23

Blue – La couleur de mes secrets – Camille Pujol

1507-1.jpgRésumé : À dix-sept ans seulement, Blue dissimule un lourd secret qui l’a obligée à changer brutalement de vie, à déménager avec sa famille, et à rester le plus discrète possible. Mais ses mystérieux cheveux bleus captivent tous les regards et attisent la curiosité des élèves de son nouveau lycée. Comment se fondre dans la masse alors qu’elle commence à recevoir des lettres anonymes et que Nathan, un jeune homme à la terrible réputation, a décidé de la percer à jour ?

Mon avis : Je remercie Camille des éditions Michel Lafon qui m’a permis de lire ce roman J Je suis très heureuse d’avoir pu découvrir l’histoire de Blue. Ce qui m’a beaucoup plu dans un premier temps c’est cette couverture et ces cheveux bleus vifs très beaux. Couverture mystérieuse plus couverture magnifique plus couverture mystérieuse égal un livre fait pour moi !

On fait la rencontre de Blue Stevens et de sa famille. Blue est une jeune fille mystérieuse, fraîchement débarquée à Toulouse pour fuir sa vie passée et ses secrets. Blue est une jeune fille très agréable mais qui se méfie beaucoup. Elle essaye de rester dans son coin, d’en dire le moins possible sur elle, de ne rester qu’une ombre pour les autres mais c’est plutôt difficile à faire pour quelqu’un qui a les cheveux bleus !

Elle rencontre des personnes de sa classe et se fait p20100628104007michellafonlutôt bien à sa vie de lycéenne. Elle arrive à mentir pour se préserver. Tout fonctionne jusqu’à ce que Nathan arrive dans sa vie. Il a une réputation horrible même si c’est un garçon très populaire qui connait tout le monde, il cache des choses, joue avec le feu et le danger. C’est plus fort qu’elle, Blue a beau le repousser, ils sont comme des aimants et se retrouvent. Leur relation fait des étincelles !

Le passé de Blue refait surface tout au long du roman avec ses angoisses. On comprend son passé peu à peu et les horreurs qu’elle a pu vivre. De mystérieuses missives font leur apparition et notre enquête débute. J’ai voulu savoir pourquoi Blue agissais ainsi, pourquoi c’était-elle cachée avec sa famille ? Le suspens nous tient en haleine jusqu’au bout.

Ce roman est un roman sympathique (je salue le talent de notre jeune auteure très gentille !) même si c’est selon moi, un roman qui ne révolutionne pas le genre, c’est une histoire qui tient la route, qui nous emporte dans l’univers et qui est très agréable.

beach_gate_weheartitJ’ai beaucoup aimé le personnage de Blue même si elle ne se dévoile pas facilement je l’ai trouvé belle, courageuse et forte ! J’ai aimé Minho son ami même si Léa était un peu trop enfantine pour moi, j’ai trouvé son cercle d’amis hétérogène. Il fonctionne bien. Je l’ai trouvé surprenant et cette notion d’amitié apporte beaucoup au roman. J’ai eu un peu plus de mal avec Nathan même si c’est le petit rigolo de service, il sait quand même montrer au lecteur qu’il est responsable mais le personnage en lui-même ne m’a pas vraiment beaucoup plu.

La notion de la famille est très importante pour Blue et j’ai trouvé son petit frère drôle, très mignon et adorable. J’ai beaucoup aimé parce que c’est moi-même quelque chose qui me tient à cœur.

Ce que j’ai trouvé vraiment dommage c’est que selon moi tout est allé trop vite vers la fin. J’ai trouvé les révélations à la hauteur de ce que j’attendais mais… La suite et fin m’a un peu perturbé. J’ai trouvé dommage d’avoir eu une impression de bâclé. C’est dommage parce que c’est la seule fausse note que j’ai pu trouver à ce roman.

La plume de Camille Pujol est très belle, elle aborde des sujets durs et angoissants pour les adolescents. Je pense que c’est un livre qui va plaire à la plupart d’entre vous (surtout aux plus jeunes !). Je suis contente d’avoir choisi ce service presse !

Ma note : 16/20

15

Entre toi et moi – Stephen Emond

entre-toi-et-moi

Résumé : Si vous aimez l’idée qu’un garçon très drôle et qu’une fille un peu paumée soient amis depuis l’enfance, qu’ils se perdent de vue mais se retrouvent chaque année à Noël, si vous croyez à la force de l’attraction et à la douceur d’un chocolat chaud en regardant la neige tomber, si vous pensez que deux personnes que tout sépare ne peuvent être réunies à moins d’un miracle ou d’un hasard merveilleux, alors « entre toi et moi » est un roman pour vous.

Mon avis : J’ai trouvé ce roman lors de mon dernier passage à la médiathèque. J’ai trouvé le résumé alléchant et la couverture assez mystérieuse et poétique. Il ne m’en a pas fallu plus pour me tenter et j’ai bien fait ! J’ai passé un excellent moment en compagnie de ces deux personnages : Evan et Lucy.

Je tenais aussi à montrer à ma copinaute Elé que je m’aérais aussi la tête des Services Presse et que je lisais aussi des lectures personnelles ! 😀

J’ai trouvé très intéressant le fait que les titres des chapitres soient nommés par des titres des Beatles pour Evan et des Beach Boys pour Lucy. Ce sont deux groupes que j’aime (surtout les Beatles !) énormément alors j’ai trouvé cette idée super chouette !

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Evan qui est en pleine période de remise en question. Il a des doutes sur son avenir. Il est extrêmement intelligent mais c’est aussi un artiste, il dessine très bien. Une Bande Dessinée entre les deux amis nous le prouve d’ailleurs ! Il fait beaucoup d’activités extra-scolaires pour plaire à son père qui vise le top du haut niveau pour lui. J’ai beaucoup apprécié ce personnage pour son tempérament, son humour et sa bonne humeur. J’ai eu un peu plus de mal avec Lucy, c’est un personnage dur et très mystérieux. Je l’ai, par moment, trouvé un peu injuste envers Evan qui s’est rudement inquiété pour elle. Lucy est en pleine crise d’adolescence et semble submergée par des problèmes.

Leur amitié est très belle. Même s’ils ne se voient plus que pendant les vacances de Noël, leur amitié reste intacte. Les kilomètres ne leur font pas peur !

Le mystère qui plane autour de Lucy est une bonne manière de nous tenir en haleine jusqu’au bout. Je l’ai trouvé un peu léger au final mais c’est vraiment le seul bémol que j’ai pu trouver à ce roman.

J’ai beaucoup aimé la douceur qui se dégage de la couverture et de la plume de l’auteur. Ces petites couleurs toutes douces qui m’ont donné envie de boire un chocolat chaud dans mon lit en lisant ce joli roman plein de douceur et de poésie.

De plus, j’aime beaucoup les amitiés fusionnelles dans le genre de celle d’Evan et de Lucy. Il se connaissent depuis leur enfance. La distance entre eux n’a rien changé à leur amitié. Ils partagent tout sans aucune pudeur. C’est vraiment très plaisant à lire.

J’ai beaucoup aimé voir ces personnages évoluer dans leur propre sphère et ensemble. J’ai aimé leur relation que ni rien ni personne ne vient ternir. Ils ont une confiance aveugle l’un en l’autre. La bataille intérieure que les deux mènent contre leurs interrogations et leurs sentiments, est assez belle. Ca valait vraiment le coup.

J’aime l’ouverture que l’auteur nous propose en fin de roman et les perspectives d’avenir qui s’ouvrent aux protagonistes.

L’auteur nous propose aussi de rencontrer ses talents d’illustrateur. Il y a de très belles illustrations qui viennent rythmer la lecture.

C’est un très bon roman plein de douceur.

Ma note : 18/20

 

 

14

Les terribles aventures du futur capitaine Crochet – J. V. Hart

telechargementRésumé : Avant de devenir le terrible Capitaine Crochet, James était un adolescent comme les autres, ou presque… Anticonformiste et rétif à l’autorité, il est plus prompt à se faire des ennemis que des amis. Mais, surtout, il se sent à l’étroit dans la société londonienne. Poussé par l’amour, la haine et l’ambition, il est prêt à tout pour trouver l’endroit où sa destinée pourra s’accomplir : le Pays de Nulle Part…

Mon avis : J’avais pris une première fois ce roman à la médiathèque sans avoir eu le temps de le lire. J’ai réitéré mon emprunt pour pouvoir lire ce livre dont le titre m’intriguait beaucoup. En effet, j’aime beaucoup les livres sur les pirates, alors, comment résister aux aventures du capitaine Crochet ? Il fallait que je le lise.

Ce fut une véritable épreuve de lire ce roman. Quand j’ai tourné la dernière page j’ai soufflé. Le personnage principal est très dur. James a un caractère horrible ; il est sûr de lui, suffisant et hautain. Il n’a peur de rien ni de personne. C’est affligeant mais aussi stupéfiant. Il a son père en horreur, il l’a renié et se dit lui-même être un « bâtard ». Sa famille se résumé à sa tante Emily.

Il a l’air d’avoir du mal à être en compagnie des autres humains. Ses réactions sont disproportionnées et dérangeantes par moment. J’ai eu du mal à la suivre. Sa meilleure amie est une mygale venimeuse. Il montre des aptitudes qui m’ont fait penser qu’il était intelligent, fort et très (trop ?) courageux. Au point de mettre sa vie en danger.

Malgré un bon début, j’ai trouvé que le texte a perdu du punch et de dynamisme ce qui a eu la conséquence de m’ennuyer la plupart du temps. Quel dommage ! J’attendais beaucoup de ce roman. Il m’avait l’air très prometteur. On passe du coq à l’âne sans forcément de suite logique. On passe de l’université à la piraterie sans forcément avoir de lien.

Un des rares humains à avoir eu la chance de ne pas être catalogué comme un sale gamin riche d’Eton aux yeux de notre cher James c’est Roger l’enjoué qui se révèle être un ami très fidèle. Il va suivre James jusque dans la piraterie. C’est un duo qui fonctionne bien. J’ai trouvé que Roger équilibrait quelque peu la folie de James.

J’ai aimé les allusions à l’œuvre « Peter Pan » de J.M. Barrie. Et la « raison » de son surnom de Capitaine Crochet. James se bat pour retrouver l’amour de sa vie. Il y a un adage qui va suivre James et Roger, jusqu’au bout du livre, que j’ai beaucoup aimé : « Nos ennemis triompheront peut-être un jour… Mais pas aujourd’hui ! »

Ce livre ne m’a pas déplu à proprement parlé mais il m’a mis mal à l’aise et m’a un peu dérangé par l’étrangeté du personnage principal. Cependant, j’ai aimé certains points :

  • L’entêtement du personnage de James et son côté conquérant qui lui vaut beaucoup d’ennuis et nous emmène dans de superbes péripéties !
  • La loyauté et la fidélité de Roger l’enjoué.
  • Le fond de l’histoire d’amour qui m’a beaucoup plu. James m’a prouvé qu’il pouvait tout faire par amour.
  • James se nomme lui-même « Roi Jas » : il sait ce qu’il veut. Il veut régner sur son propre pays et être un des meilleurs pirates.

Voilà ce qui a sauvé ce roman de la catastrophe vers laquelle je courrais. L’intelligence de James est étonnante. Il ne se laisse pas faire et selon lui l’intelligence est la meilleure des forces !

J’en attendais beaucoup mais c’est une belle déception. J’ai su quand même trouvé des petits détails qui m’ont permis de tenir jusqu’au bout !

Ma note : 11/20

24

L’architective – Mel Andoryss

1606-architective_orgRésumé : Armand sera en retard pour son premier jour de lycée. Il aurait préféré ne pas se faire remarquer mais, en tant qu’architective, il doit honorer ses obligations. En effet, une enquête urgente lui a été assignée. Il lui faut se rendre dans un hôtel particulier où, grâce à son pouvoir, il accédera à l’âme du bâtiment pour percer un lourd secret de famille. La routine pour Armand… sauf que rien ne se déroule comme prévu. Des inconnus ont découvert son secret et le traquent. Comme si cela ne suffisait pas d’avoir de dangereux individus à ses trousses, le jeune homme rencontre une nouvelle camarade de classe qui lui retourne le cerveau. Et ce n’est pas seulement parce qu’elle est jolie…

Mon avis : J’ai craqué pour ce roman à la médiathèque. L’originalité du titre a eu raison de moi, en effet, j’ai beaucoup aimé ce titre qui est plein de mystères, de sous-entendu … Petite curieuse que je suis, il ne m’en a pas fallu beaucoup plus pour me faire céder. De plus, je trouve que la couverture est magnifique ! En plus, j’ai trouvé que cette histoire était parfaite pour cette période de l’année.

On a beaucoup de personnages mais trois principaux :

  • Armand Wendelski est le personnage principal de ce roman. C’est un lycéen, il est intelligent, solitaire. Il a une mère avocate très autoritaire et un père complètement absent puisqu’il travaille à Washington. Armand a un pouvoir, c’est un architective : il arrive à se plonger dans le cœur des maisons à une époque précise pour en percer ses mystères.
  • Malaurie est une très belle rouquine. Elle a elle aussi de mystérieux pouvoirs : c’est une psychée : elle arrive à voir l’avenir. Elle est un oracle en d’autres termes. Elle est piquante et très intelligente. Elle ne manque pas d’humour et de courage. Sa mère a le même don qu’elle mais elle n’est plus apte à vivre seule : la folie s’est emparée de son esprit.
  • Cédric est le meilleur ami d’Armand. Il n’a pas de pouvoirs comme les deux autres mais c’est un ami intelligent, qui se montre très loyal et il a un grand cœur. Il est le seul au courant des pouvoirs d’Armand. C’est un garçon mignon, charmeur et charmant.

On a ici une histoire qui nous propulse dans un univers incroyable. Je suis complètement sous le charme. La confrérie est aux trousses d’Armand. Ils veulent son pouvoir pour trouver les reliques sacrées.

On vit une véritable course poursuite entre les trois amis et la confrérie mais aussi une course poursuite contre le temps pour être les premiers à mettre la main sur ces fameuses reliques sacrées.

Avec les prédictions de Malaurie, celles de sa mère et l’aigle vu dans sa plongée dans la maison des Beaucaire, Armand ne sait plus vraiment où donner de la tête.

J’ai trouvé le personnage d’Armand très bon. En effet, je l’ai trouvé assez émouvant. Il fait preuve de maturité ce qui laisse présager de bonnes choses pour les futurs tomes. Lui qui voudrait avoir une vie tranquille, il n’a pas vraiment le droit de faire ce qu’il veut. Sa mère est une source de souffrance intense pour lui. C’est malheureux… J’ai vraiment eu mal au cœur pour lui parce que tout ce qu’il voudrait c’est avoir un peu d’attention de sa part, qu’elle soit fière de lui. Mais tout ce qu’il récolte c’est de l’indifférence à l’état pur ainsi qu’une belle dose d’autorité. Il y a un gros manque de reconnaissance et d’amour qui se traduit tout au long du texte.

J’ai aussi trouvé touchant le début de la relation entre Armand et Malaurie : on ne sait pas très bien où cela va les mener mais on a l’envie de le savoir. Cela reste touchant, doux et timide. La relation qui m’a beaucoup plu aussi est celle entre Armand et Cédric qui m’a paru vraie, sincère et pure. Ce sont vraiment les meilleurs amis que l’on peut trouver.

L’histoire est très prenante et plaisant. Elle est intéressante et palpitante. C’est une histoire prenante que j’ai dévorée. J’ai hâte de pouvoir lire la suite qui j’espère sera à la hauteur de mes espérances et de ce premier tome.

Tous les personnages sont utiles à l’histoire et à son avancée. De plus, le côté historique du roman apporte beaucoup. Ce livre peut plaire aux plus jeunes comme aux plus vieux.

La plume de l’auteure apporte beaucoup, en effet, j’ai trouvé la plume fluide, agréable et elle apporte beaucoup à ce premier tome. Elle est prenante et montre un sacré talent de la part de l’auteure.

Vivement la suite !

Ma note : 18/20

16

Les intrigantes : Tome 1 – Rivales – Christine Féret Fleury

logo_303640-500x801.jpgRésumé : Versailles est en émoi ! Versailles se pâme ! Aujourd’hui le Salon Jaune a accueilli avec surprise une nouvelle venue à la cour : une magnifique rousse flamboyante qui se fait appeler Rouge et dont personne ne sait rien. Aussitôt le célèbre couturier Claude de Chinelle la prend sous son aile pour qu’elle devienne son modèle favori. La belle Elise de la Valle, elle, voit immédiatement en Rouge une dangereuse rivale. Une énième intrigante dont il lui faudra vite se débarrasser.

Mon avis : J’avais ce roman dans ma Wish List, cependant j’ai lu plusieurs avis assez mitigés sur cette lecture. J’ai donc décidé de les prendre (avec le deuxième tome) à la médiathèque. Honnêtement, j’ai bien fait.

J’ai, moi aussi, un avis assez mitigé sur ce premier opus de la saga des Intrigantes. Pourtant, tout était présent pour me plaire. Versailles, Louis XIV… J’adore cette période de l’histoire qui, pour moi, représente l’ascension de la France et le faste du pays. Le contraste entre cette image et la population pauvre qui agonise m’a toujours fascinée. En plus, pour couronner le tout, on y parle de la période des poisons et des messes noires… Période que j’adore encore plus !

La magie n’a pourtant pas opéré pour la simple et bonne raison que j’ai trouvé que tout était « en surface ». Mis à part le personnage de Rouge, j’ai trouvé tous les autres personnages pas franchement intéressants et effacés. Les péripéties n’ont pas vraiment su me convaincre.

J’ai trouvé cela vraiment dommage parce que l’histoire et l’idée de départ n’étaient vraiment pas mauvaises, bien au contraire ! Seule Rouge et le mystère qui plane autour de Justine ont su retenir mon attention. C’est ce qui a su me faire tenir jusqu’au bout. Rouge de Beausemblant est la muse de Claude de Chinelle. Claude est un créateur de mode très en vogue à Versailles, il compte parmi ses clientes fidèles Madame de Montespan que je n’ai pas besoin de présenter. Rouge a un secret. Elle est mystérieuse, belle et très intelligente ! Mais Rouge vient à Versailles avec un secret et la ferme intention de se venger.

J’ai trouvé que c’était une bonne idée de prendre des personnes qui ont réellement vécues. Ainsi que des événements qui se sont vraiment passés. Mais quel dommage que ce soit resté superficiel. J’aurais voulu en savoir plus.

Il y a un deuxième personnage principal : Elise de la Valle. Je ne peux même pas vous expliquer à quel point ce personnage m’a exaspéré du début à la fin de ma lecture. Il n’y a pas un moment où elle m’a plu. Elle est d’une petitesse sans nom. Elle veut que tous les regards soient rivés sur elle, sur sa beauté. Elle prend Rouge en grippe parce qu’elle est une illumination à Versailles, tout le monde parle d’elle. Elise la prend pour une énième pimbêche qui veut essayer de se faire un trou à Versailles. Une bague en forme de serpent la met sur la voix de Justine, une amie morte, qu’elle a rencontrée au couvent. Elle compte bien comprendre pourquoi Rouge porte cette bague à ses doigts et en même temps évincer la belle de la cour de Versailles.

La rivalité entre Rouge et Elise s’étend jusqu’au deux favorites du roi : Madame de Maintenon et Madame de Montespan qui ont toutes les deux les yeux rivés sur le trône de la reine. Celle qui présentera la plus belle demoiselle parée de la plus belle toilette aura enfin toute l’attention du Roi. Et l’autre une humiliation cuisante devant la Cour.

Les chapitres sont alternés : l’un sur Elise, l’autre sur Rouge. Entre chaque chapitre, il y a un courrier qui donne des informations sur le siècle, des personnages. J’ai trouvé ce petit point très sympathique.

J’ai quand même l’envie de lire les tomes suivants. J’ai envie de voir si les personnages grandissent et murissent surtout. Le cadre me ravit beaucoup et j’espère que des personnages secondaires prendront plus grandes places.

La plume de l’auteur est aussi ce qui m’a permis de tenir le coup. Malgré le fait que je ne suis pas parvenue à rentrer dans cette histoire, je ne m’avoue pas vaincue pour autant. J’aime étayer mon avis et je lirai le deuxième tome.

Ma note : 11/20