5

Inspiration – Tome 1 – Cécile « Battybat » Dourlens

81BWb-Av4aL.jpgRésumé : Connaissez-vous le syndrome de la page blanche ? Ecrire une belle histoire. Tel serait le souhait de Rayon de Soleil. Mais elle est persuadée de ne pas pouvoir y arriver. Ces quelques jours de congés devraient l’aider à se débloquer. Et quel dommage que les rêves nocturnes s’effacent au réveil… Ils auraient pu servir de base ! Pourtant, sans qu’elle s’en rende vraiment compte, progressivement, un monde fantastique se développe dans son esprit et des personnages extraordinaires y prennent vie. Du rêve à la réalité, passez d’un monde à l’autre et prenez vous au jeu de suivre notre héroïne au fil de son quotidien, des aventures des héros de son monde imaginaire, le tout ponctué de ses nuits. Une histoire avec des valeurs positives, mêlant vie quotidienne et fantaisie, amitié et amour, à lire à tout âge, à partir de 12 ans.

Mon avis : Je remercie Cécile et à Nanachi éditions pour l’envoi de ce premier tome en service presse. Je vous avoue que je suis tombée sur la chronique de ma chère Diablotine et je suis tombée sous le charme de la couverture et du résumé. J’y suis donc un peu allée au culot mais j’ai contacté l’auteure pour savoir si un partenariat pourrait l’intéresser. Ayant eu une réponse positive, j’ai vite reçu les deux tomes. Quand j’ai vu la quantité de pages à lire, j’ai eu peur mais l’expérience fut très agréable.

J’ai, dans un premier temps, adoré la couverture. Je la trouve très belle. Elle nous souligne déjà la thématique du voyage.

On fait la rencontre d’une jeune femme dont on ne connait le nom qu’à la fin du premier tome. C’est quelque chose qui m’a dérangé malgré le fait que je comprends bien le choix de Cécile. C’est une chose originale qui nous accompagne tout au long du roman.

Cette jeune femme prend quelques jours de congés pour mettre à profit l’écriture. Elle a un magnifique carnet et espère avoir l’inspiration nécessaire pour pouvoir écrire des mots à la hauteur de la beauté de ce carnet. J’ai trouvé l’idée poétique. On part au pays des rêves, dans les réminiscences d’enfance, dans les souvenirs pour puiser dans cette imagination.

La jeune fille se décourage, mécontente de la qualité de ses mots, elle se refuse à mettre de la médiocrité sur ces pages qui méritent bien mieux !

On pénètre dans différents mondes : entre réalité et fantaisie. On a de nombreux personnages qui peuvent évoluer dans un monde inspiré, imaginé ou dans un monde ancré dans une réalité que l’on connait plus. Les histoires se suivent mais ne se ressemblent pas. J’ai apprécié cela même si l’effet catalogue est vite apparu. J’ai lu les histoires avec plaisir mais malheureusement, je ne les ai pas toutes gardées en tête.

Ce qui est bien avec ce genre d’ouvrages c’est que l’on peut préférer certaines histoires à d’autres, faire un choix. C’est intéressant, original et une manière différente d’appréhender la lecture.

Je trouve que ce type d’ouvrage peut être très sympathique pour les enfants. Ils peuvent stopper leur lecture entre deux histoires. Les histoires ne sont pas très longues, donc c’est top.

Je trouve que ce premier tome est parfait pour respirer entre deux grosses lectures. La plume de Cécile Battybat Dourlens est très belle. Les mots sont choisis avec minutie et intérêt, j’ai adoré ce point.

Les – :

  • Un point négatif tout à fait personnel mais j’ai eu du mal avec l’anonymat du personnage principal. Cela m’a dérouté dès le départ et mon interrogation ne m’a pas quitté de toute ma lecture.

Les + :

  • La plume de l’auteure : douce et belle.
  • Le caractère de notre personnage principal.
  • Le voyage entrepris entre réalité et fantaisie.
  • La couverture que j’ai aimé.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

Publicités
12

Voyage vers l’amour – Tome 1 : Démasquée à Venise – Annie Lavigne

xcover-2301Résumé : Dans la série Voyage vers l’amour, Morgane nous entraîne dans ses histoires d’amour. De Paris à Venise, de Vienne à New-York, elle découvre l’amour, la sexualité, les frissons… Avant qu’il ne parte en Italie pour un an, Morgane succombe aux charmes de son meilleur ami Julien. Les deux amants jurent de s’attendre, mais Morgane saura-t-elle résister à Alexandre, le plus beau garçon du lycée, qui tente de la séduire ? Retrouvera-t-elle Julien à la fin de l’année scolaire, elle qui rêve de visiter l’Italie ? Seront-ils amants ou amis ?… Un roman qui vous touchera droit au cœur par sa sincérité, son originalité et sa touche de poésie.

Mon avis : Je remercie Annie Lavigne pour l’envoi de son service presse via la plateforme Simplement.pro. J’ai pu découvrir une nouvelle plume ainsi qu’une nouvelle série Young Adult pour mon plus grand plaisir.

On fait la rencontre de Morgane qui est notre personnage principal. Du haut de ses 17 ans, elle m’a marqué avec la vie qu’elle a : entre une mère démissionnaire qui a tout quitté pour partir en Afrique et un père violent, elle s’est vite retrouvée seule au monde. Morgane est un personnage détonnant et décalé. On voit qu’elle a la tête sur les épaules, qu’elle réfléchit comme une adulte et qu’elle est passée à côté de son adolescence.

Morgane n’a pas beaucoup d’amis mais elle a Julien. Son meilleur ami qui vit dans le même monde qu’elle. Ils sont dans leur bulle de couleurs, de beauté, de poésie et refont le monde dès que cela leur est possible. Rapidement, Julien & Morgane vont briser les barrières de leur amitié pour devenir des amoureux inséparables.

Dans ce premier tome, on est face à des questions intéressantes à soulever : la relation à distance puisque Julien part pour un an en Italie pour suivre ses études. Entre France & Italie, les kilomètres sont nombreuses et les promesses difficiles à tenir. On se retrouve inévitablement à s’interroger sur la notion de fidélité dans un couple en péril à cause de la distance. Via le personnage de Morgane, on suit une belle introspection. Elle ne sait plus qui elle est, qui elle veut être, qui elle aime. Bref, c’est un voyage identitaire et géographique que nous faisons en sa compagnie.

Nous avons des personnages secondaires intéressants qui nous permettent de faire une analyse entre la passion et le véritable amour. Ainsi, on pourra vite comprendre ce que Morgane vit. Alexandre est un personnage nécessaire à l’histoire pour faire évoluer Morgane. Je l’ai trouvé intéressant même si je n’ai pas forcément été d’accord avec ses choix.

La plume d’Annie Lavigne est saisissante. Elle est belle, soutenue et poétique. J’ai vraiment été charmé par cette plume. Cependant, quelque chose m’a chiffonné. En effet, j’ai trouvé la plume un peu trop soutenue pour le genre Young Adult. De plus, si l’intrigue hors dialogues est hyper soutenue et très belle à lire, les dialogues viennent un peu casser cette image avec des discussions d’adolescents avec un vocabulaire et une syntaxe moins soutenus. Je pense que j’aurais préféré une syntaxe moins soutenue tout au long du roman pour la seule raison du genre convoqué ici.

J’ai hâte de pouvoir lire la suite.

Les – :

  • Le langage un peu trop soutenu pour moi pour le genre Young Adult.
  • La marge entre les dialogues et le reste du roman au niveau du langage.

Les + :

  • Le personnage de Morgane que j’ai beaucoup apprécié.
  • Les personnages secondaires nécessaires à la compréhension de l’histoire.
  • Le voyage entre la France et l’Italie.
  • Les nombreuses questions soulevées ici : l’amour, la passion, la fidélité, les promesses.
  • La couverture du roman très jolie. 
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé très belle.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Et soudain, la vie bascule – Perrine Marche

511p+LQQ7eL._SX195_.jpgRésumé : Maeva est une jeune adolescente de treize ans pleine de vie. Elle déborde d’énergie et pratique intensément le sport depuis quelques années. Elle a commencé à l’âge de cinq ans, emplie de motivation et talentueuse, elle a intégré une section Sport Études ayant pour objectif d’accéder au plus haut niveau, c’est-à-dire le pôle France. Ses disciplines de prédilection sont le hand-ball, et l’athlétisme, c’est bien plus qu’une passion, c’est sa raison de vivre. Un jour, elle surprend une conversation entre sa mère et sa grand-mère qui va la bouleverser. Elle quitte le domicile précipitamment et en une fraction de seconde sa vie, ainsi que sa famille, vont voler en éclat. Perrine Marche, l’auteur vit dans le sud de la France. Elle aime la lecture, l’écriture et le sport.

Mon avis : Je remercie Perrine Marche pour l’envoi de son roman en service presse. Vous savez que les romans où les enfants sont les personnages principaux et qu’une catastrophe arrive, ce n’est pas vraiment des histoires qui me tentent, j’ai toujours peur d’avoir une tristesse intense qui me colle à la peau pendant des jours après avoir terminé ma lecture.

Ce n’était donc pas trop sereinement que j’ai commencé ma lecture. À chaque page tournée, je priai le bon dieu pour que la mort ne surgisse pas. Il est vrai que le résumé reste vague quant à la catastrophe qui va se produire.

Ce sentiment a quand même vite disparu, je vous rassure. Quand j’ai compris ce qui allait se passer, j’ai écarté le pire même si ce que Maëva a est très grave, j’ai su que j’allais survivre à ma lecture.

On fait la rencontre de Maëva, une jeune adolescente de treize ans qui n’a pas froid aux yeux. Elle répond, n’en fait qu’à sa tête et ne veut rien entendre sauf lorsque l’on parle de sport. Maëva a une sœur jumelle : ici, aucun lien fort, les filles ne se ressemblent absolument pas. L’une est sportive, rebelle, énervée, l’autre est calme, littéraire et respectueuse envers ses parents. J’ai apprécié la différence entre les deux sœurs. C’est aussi bien de dissocier les jumeaux, ne pas oublier qu’ils ont leurs identités propres. Dans la famille, il y a aussi un petit frère. Un petit frère qui voue un culte à Maëva. C’est une véritable tête brûlée toute mignonne.

Ce n’est pas pour rien que l’on dit que la vie peut basculer en un claquement de doigt. Dans son accident, Maëva entraine sa famille qui se voit bouleversée. Déjà que l’on avait une famille séparée par un divorce : les relations avec Nina la maman chez qui la tribu vit et avec le papa se voient changer. Si d’un côté, Nina se dévoue jour et nuit à ses enfants, le papa est aux abonnés absents.

C’est un roman qui est une belle leçon de vie. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, et ce roman est une belle illustration de cet adage. On est pris dans une spirale d’évènements qui ne nous permettent pas de nous ennuyer.

Je n’ai pas su m’identifier totalement à Maëva parce que c’est une jeune adolescente qui bouge autant qu’une sauterelle. Elle adore le sport et ne tient pas en place, tout le contraire de moi ! Cependant, j’ai quand même été touché et émue par ce roman. Les personnages secondaires sont assez sympathiques et apportent beaucoup à ce roman, ils sont une force que Maëva n’aurait pas soupçonné.

La seule chose qui m’a un peu ennuyé c’est la narration, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire à cause de cette dernière. Je l’ai trouvé trop impersonnelle pour un roman qui se dessine comme une leçon de vie.

Les – :

  • La narration qui ne m’a pas convaincu, je l’ai trouvé trop impersonnelle.

Les + :

  • Le courage et la force de Maëva. Elle n’abandonne pas ses rêves.
  • La famille, c’est la plus grande force.
  • Un roman qui donne une belle leçon.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Save our souls – Tome 2 : sans espoir – Elle Guyon

51ynrGIJJPL._SY346_Résumé : Un mois s’est déjà écoulé depuis le retour sur Terre de Riane et les obstacles ne cessent de s’accumuler, rendant sa mission de plus en plus difficile. Entre ses cauchemars récurrents sur sa vie antérieure, l’agression dont Aldric a été victime et la personnalité lunatique de son gardien, arrivera-t-elle à sauver la vie du lycéen, et sa propre âme, en moins de trois semaines ? Et si le principal danger venait d’Aldric lui-même, prêt à tout pour découvrir la vérité sur son ange gardien ?

Mon avis : Je remercie Elle Guyon pour sa confiance renouvelée. J’ai pu découvrir le deuxième tome de la saga « save our souls » via Simplement.pro. Un grand merci à elle pour m’avoir permis une nouvelle fois de replonger dans un bel univers.

J’avais bien apprécié le premier tome de cette saga (j’avais à l’époque mis un beau 19/20 au premier tome). Ce fut donc un plaisir pour moi de retrouver Riane et Aldric. Même si les péripéties jalonnent ce deuxième tome, il est plus psychologique, plus dense. L’action est moins présente que dans le premier tome.

Les caractères des personnages sont beaucoup plus détaillés ici. On est plus dans la finesse, dans le détail. Je pense que c’est le seul point négatif que je trouverai à dire sur ce roman : comme il est plus dans la psychologie que le premier, les pensées des personnages sont plus présentes. Il y a une sorte de coupure dans l’action pour laisser place aux tergiversions des protagonistes. J’ai perdu le fil de ma lecture, un peu alourdie à certains moments par ses pensées trop présentes.

J’ai apprécié en savoir plus sur le passé de Riane mais aussi des autres personnages à travers des flash back qui nous aident à en savoir plus, à comprendre. Riane est un personnage qui a beaucoup de potentiel. J’aime quand Aldric part sur les traces du passé de Riane pour essayer de comprendre qui elle est, comment elle fonctionne. C’est assez chouette. Ca a apporté du dynamisme à l’histoire que l’on perd quelque peu à cause des pensées un peu trop présentes des personnages.

Le personnage d’Aldric est assez intéressant, je trouve qu’il a beaucoup évolué depuis le premier tome. Il garde ce côté agressif assez surprenant. En effet, je trouve cela adorable de voir qu’il y a toujours cette sorte de manque de confiance en lui qui fait qu’il ne peut pas croire que l’on puisse s’intéresser à lui sans forcément penser à mal. L’évolution concerne aussi Riane, en effet, je l’ai trouvé plus forte, courageuse, c’est assez sympathique. On voit qu’ils grandissent, qu’ils gagnent en maturité, ça donne plus de force aux personnages et à cette saga.

J’ai pris plaisir à retrouver la plume d’Elle Guyon qui met toujours autant de passion dans ses mots. La plume reste forte : je pense que c’est ce qui m’a permis de tenir dans ma lecture malgré les très (trop ?) longues.

On a une intrigue qui reste dans la continuité du premier tome de Save Our Souls. J’ai trouvé qu’elle était un peu plus dense, plus étriquée, plus complexe. Ca prend de l’ampleur et c’est assez intéressant au final.

Le côté romance dans ce YA est très maitrisé, juste. Il n’y a pas d’amour pour dire d’en ajouter une petite couche. Ca a du sens ici, c’est top.

Vivement le troisième tome !

Les – :

  • Des longueurs qui font perdre le fil.

Les + :

  • Les évolutions des personnages principaux.
  • La maitrise des mots, une justesse littéraire à souligner.
  • La présence de relations amoureuses très juste, c’est très crédible.
  • Une suite plus dense qui nous donne envie de savoir la suite.

Ma note :  155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

17

So long Alice – Constance Dufort

téléchargement.jpgRésumé : New York dans les années 2010. Alice cherche son frère dans Manhattan, rivée à son lecteur MP3. Il ne lui reste que cela de sa vie d’avant : la playlist de son frère Jeff. Ça, et l’arrogance de ses 14 ans. Jefferson est ici. Elle le trouvera ! Quitte à dormir dans Central Park au cœur de l’automne. Une rencontre aussi fortuite que désagréable va pourtant bouleverser le déroulement de sa mission. Mais qui est cette vieille harpie endimanchée au chat teigneux, gesticulant devant le chapelier fou de bronze? Et cet étrange majordome qui la talonne, Alice est persuadée de le connaître…

Mon avis : Je remercie Emma et les éditions Nouvelles Bibliothèques pour l’envoi de ce service presse que j’ai apprécié lire. En effet, le résumé et la couverture sont assez sympathiques, ils donnent rapidement envie de se plonger dans l’univers de Constance Dufort.

On fait la rencontre d’Alice qui décide de tout quitter pour retrouver son frère. Son aventure la propulse à Manhattan. La recherche de son frère va la mener dans des endroits peu fréquentables, elle va rencontrer des personnages atypiques, elle va découvrir qu’elle peut puiser au plus profond d’elle-même pour retourner la terre entière et retrouver Jeff. J’ai trouvé ce personnage très fort. Alice est une jeune fille courageuse, qui a le sens des valeurs et qui ferai tout pour son frère. J’ai trouvé cela très appréciable. C’est un personnage fort qui marque le roman. Le personnage d’Alice porte le roman à elle toute seule.

L’intrigue est très sympathique. Elle est simple mais fonctionne très bien. Les péripéties apportent beaucoup au roman. C’est un roman assez court (environ 150 pages) mais nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. La recherche de Jeff est intense et intéressante. En effet, cette recherche va forcer Alice à dormir dans la rue, à trouver des solutions face à ses économies qui fondent comme neige au soleil.

La seule chose que je peux trouver à redire à ce roman c’est le fait que le début est un peu longuet. En effet, j’ai du mettre deux ou trois chapitres pour m’installer confortablement dans l’histoire.

J’ai trouvé le personnage de Grace très atypique. En effet, son côté ronchon, vieilletéléchargement mamie toute aigrie m’a beaucoup plu. Elle forme un couple du tonnerre avec son majordome Steed qui est aussi étrange qu’elle. J’ai trouvé ce duo assez drôle. Il apporte un petit je ne sais quoi en plus au roman. Ainsi, ce roman passe du roman sympathique au roman agréable à lire.

J’ai aussi découvert la plume de Constance Dufort que je ne connaissais pas. Elle a une manière particulière de raconter cette histoire. C’est ce qui la rend unique. C’est une histoire qui pourra plaire aux plus jeunes comme aux adultes. J’ai beaucoup apprécié les descriptions des paysages, surtout celui de Central Park. Je n’ai jamais eu la chance d’aller visiter ce bout de la Terre mais l’auteure nous décrit les choses comme si j’y étais. Je ne peux que souhaiter bon vent à ce roman qui vous fait passer un agréable moment de lecture.

Les – :

  • Un début quelque peu long.

Les + :

  • Des descriptions détaillées qui nous font croire que l’on y est !
  • Un personnage principal fort qui m’a plu.
  • Un duo de personnages secondaires attachants. C’est vraiment un bel ajout au texte.
  • La plume de Constance Dufort que j’ai apprécié découvrir.
  • Un roman qui plaira aux plus jeunes comme aux plus grands.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

22

Simon Thorn et le nid de Serpent – Tome 2 – Aimée Carter

51oTUrArptL._SX195_.jpgRésumé : RÉVÉLEZ-VOUS. Simon Thorn sait depuis peu qu’il n’est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu’il s’habitue à sa nouvelle vie dans le REPAIRE, l’école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l’indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce nouveau Service Presse. En effet, je suis heureuse d’avoir pu remettre le nez dans l’univers d’Aimée Carter. En effet, Simon Thorn reste une très belle découverte.

C’est donc avec grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers. Si le tome 1 m’avait beaucoup plu, le deuxième tome est encore plus approfondi, j’aime beaucoup ce que j’ai eu sous les yeux.

On retrouve Simon dans le Repaire. C’est vraiment une aventure qui commence pour lui malgré les épreuves douloureuses qu’il a dû subir à la fin du premier tome.

Les relations dans le repaire sont assez compliquées. En effet, Nolan, le frère de Simon est en colère contre Simon. Les frères ne s’entendent pas et lorsqu’ils sont ensemble dans une pièce, on sent l’électricité dans l’air. C’est assez surprenant. On aurait pu penser que la fin du premier tome aurait pu rapprocher les deux jeunes hommes mais non.

J’ai aussi apprécié le personnage de Malcom qui essaye de garder le pouvoir, de gérer les choses au mieux même si on ne lui facilite pas la tâche.

Simon lui a bien grandi mais on ressent beaucoup de colère, de ressentiment à cause de secret de famille douloureux. Il se pose énormément de question et cela apporte quelque chose de psychologique dans l’aventure. C’est assez prenant.

La bande d’amis reste très soudée malgré les aventures et les péripéties qu’ils ont traversés. J’ai trouvé que la notion d’amitié était bien mise en valeur dans ce deuxième tome. Deuxième tome sous le signe des émotions, des relations et du courage à faire face à la réalité de la situation.

J’aime beaucoup ce monde des Animalgames et de ce qu’engendre ce monde dans la tête et le corps de Simon. C’est vraiment un questionnement interne important, une quête de soi et de qui il est vraiment. Le voyage n’est pas seulement physique et géographique, le voyage est aussi psychique.

La plume d’Aimée Carter est saisissante, rafraîchissante et dynamique. J’ai beaucoup apprécié ce deuxième tome. J’ai l’impression de lire la saga qui pourrait être le nouveau Percy Jackson. C’est vraiment très intéressant. Simon Thorn est une saga qui peut plaire aux petits comme aux grands. C’est top.

J’ai apprécié découvrir ce monde intéressant. On voit l’imagination d’Aimée Carter nous dessiner un monde intéressant, divisé en région, en quartier ce que j’aime beaucoup. On a la création d’un monde imaginaire dans le monde réel. Le mélange de fiction et de réalité est assez surprenant et très intelligent.

Les + :

  • Une saga qui est très bonne.
  • Un panel de personnages que j’aime beaucoup.
  • La plume d’Aimée Carter que j’apprécie énormément.

Les – :

  • Quelques longueurs qui m’ont un peu ralenti dans ma lecture.

Ma note :

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Dix sept ans – Ava Dellaira

51wTDmucz4L._SX195_.jpgRésumé : Nous poursuivons tous quelque chose… Dans les années 1990, pour Marilyn, c’est la liberté. À 17 ans, enfant-actrice, elle sert de complément de salaire à sa mère, mais alors que les rôles et leurs revenus se raréfient, celle-ci s’éloigne de plus en plus. Bientôt, l’adolescente n’a d’autre choix que d’emménager chez un oncle imprévisible. Mais ce coup dur est vite adouci par la rencontre de James, le voisin d’en dessous, qui lui fera découvrir qu’ensemble ils peuvent donner à leur vie morne et ennuyeuse autant de couleurs qu’ils le désirent. Aujourd’hui, pour Angie, c’est la vérité. 
À 17 ans, cette jolie métisse n’a jamais connu son père. Et sa mère, Marilyn, a toujours prétendu qu’il était mort avant même sa naissance. Mais lorsque l’adolescente se découvre un oncle inconnu, elle se demande si sa mère ne lui a pas caché plus encore. Avec pour seul compagnon Sam, son ex-petit ami, Angie se lance alors dans un road trip improbable et dangereux, quittant son Nouveau-Mexique natal pour la ville de tous les espoirs : Los Angeles. 

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman en Service Presse. J’avais déjà eu la chance de lire « Love letters to the dead » que j’avais bien apprécié à l’époque.

Ici, on change un peu d’univers même s’il y a toujours les mêmes notions qui traversent ce roman. On fait la rencontre de Marylin qui est la mère d’Angie. En effet, ces deux personnages sont les personnages principaux du roman. On alterne les points de vue dans le passé et le présent. Si le passé est pour Marylin, le présent est celui d’Angie. Cependant, le passé explique le présent et ces deux périodes sont intrinsèquement liées.

J’ai apprécié ce roman. J’ai commencé ma lecture ce matin, elle vient de se terminer. J’en profite pour écrire ma chronique parce que je pense que c’est un roman qui parlera à beaucoup de monde : adultes comme adolescents. On est tous touchés par l’histoire d’Angie et de Marylin.

Dans les années 1990, Marylin est une jeune fille qui ne veut pas faire de mal à sa mère. Sa mère a pour elle la tête une carrière toute dessinée pour sa fille : une star de cinéma. Marylin, elle, ne rêve que d’une petite vie tranquille, d’études et d’un travail qui lui apportera la stabilité. Dans sa ville de Los Angeles, elle rencontre James, avec qui elle va vivre une formidable histoire. Angie, grandit sans son père, elle aimerait savoir ce qu’il est devenu, ainsi, elle part sur ses traces. En partant à la recherche de l’histoire de son père, elle espère se trouver.

C’est un beau roman initiatique d’une jeune fille qui se cherche. En plus d’avoir une recherche, un questionnement sur soi, on a une quête identitaire qui m’a beaucoup plu.

L’intrigue est simple mais bien ficelée. La plume de l’auteure m’a plu et m’a donné envie de relire « Love Letters to the dead ». C’est vraiment plein de dynamisme, de fraîcheur. On a envie d’aller visiter les endroits où les personnages sont passés.

La relation entre Marylin et Angie est très belle. J’ai aimé cette fusion adorable et la coupure fracassante qui laisse place à la compréhension, la vérité. C’était beau, vraiment. Les chapitres sont pleins d’émotions véhiculés par les questionnements des personnages.

Le personnage de James m’a plu aussi comme celui de Sam. Ainsi, on rapproche encore plus le couple mère/fille qui vit la même histoire avec des hommes différents à des époques différentes. On voit Marylin évoluer des deux côtés. C’est assez prenant. J’avoue avoir été fière d’elle et de son parcours. Sa volonté et son courage sont vraiment beaux.

Je ne peux que conseiller ce roman Young Adult aux lecteurs qui ont apprécié son premier roman. De plus, on touche des sujets sensibles d’une belle manière. Les personnages féminins sont beaux et forts.

Les + :

  • Un couple mère/fille comme on les aime.
  • Le changement de point de vue qui donne du rythme.
  • La plume d’Ava Dellaira que j’ai apprécié retrouver.
  • Les personnages secondaires qui insufflent un air nouveau.

Les – :

  • Quelques longueurs qui m’ont un peu ralentie.

Ma note : 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie