Fallait pas de Jocelyne Bacquet

xcover-6265Résumé : Quel écrivain en mal d’éditeur ne s’est pas dit à lui-même ou sur le ton de la blague au cours d’une conversation entre amis, qu’il ne comprenait vraiment pas que l’on refuse partout son manuscrit, pourtant si parfait ? Ou qu’il irait personnellement étrangler le prochain éditeur qui oserait lui envoyer une réponse négative ? Mais de là à passer à l’acte, il y a un fossé aux tailles abyssales, que le personnage de ce livre ne va pas hésiter à franchir. Comment passer du statut d’écrivain à celui d’ennemi public numéro un ? Beaucoup plus simple qu’on ne pourrait le croire… Le méchant de service emmènera dans son sillage deux inspecteurs qui vivaient jusque-là aux antipodes l’un de l’autre, une libraire à la mémoire étonnante, un agent peu banal, mais aussi un chien attentif, quelques chats psychopathes, des boîtes de biscuits, un bébé émouvant et une réceptionniste aux facettes multiples, le tout évoluant au milieu de relents de vengeance et de rancœur.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Jocelyne Bacquet pour l’envoi de son roman. J’étais ravie de recevoir ce roman dont le résumé est juste… Exceptionnel ! J’aime beaucoup l’originalité de ce résumé. Comme j’évolue dans ce monde en tant que bloggeuse, j’ai trouvé l’idée très bonne.

L’auteure, dès le départ, nous propose une construction que l’on a déjà vu mais que je n’aime pas forcément. On va alterner entre le point de vue de notre tueur et d’un autre côté celui des enquêteurs. J’avoue que j’ai une forte préférence pour suivre une enquête policière seulement du côté des enquêteurs. J’ai plutôt tendance à fuir ce genre de construction parce que je n’aime pas être du côté des vilains tueurs. Ici, j’ai été agréablement surprise par le travail de Jocelyne Bacquet qui propose un roman réfléchi, intelligent et bien écrit. Ces chapitres où l’on suit le meurtrier sont assez bien ficelés. J’ai toujours une préférence pour une construction dite « classique » mais cela m’a moins dérangée que d’habitude.

Du côté des personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à notre tueur mais j’ai apprécié cette thématique de la vengeance et surtout de voir comment le mal peut s’emparer de quelqu’un. Le refus de trop et notre personnage bascule dans la folie. Même si je ne cautionne aucunement ses actes, j’ai trouvé que l’auteure a pris un angle intéressant et proposant une évolution assez intéressante de ce personnage qui m’a dégoutée de plus en plus. C’est original. En revanche, je me suis beaucoup attachée aux personnages qui viennent bercer l’enquête. J’espère retrouver nos attachants enquêteurs dans une nouvelle intrigue policière.

L’auteure brode son intrigue d’une manière intéressante. Dans un roman policier, il vaut mieux avec une histoire sans longueur. Ce n’est pas une chose évidente parce qu’il faut poser le cadre, l’ambiance et expliquer la genèse des personnages. Jocelyne Bacquet y est parvenue au  haut la main ! Le roman ne souffre d’aucune longueur. De plus, le rythme est haletant grâce à ce changement de point de vue ainsi qu’aux chapitres courts et incisifs. C’est vraiment ce qu’il faut pour une enquête policière. En tant que lectrice, j’ai été happée jusqu’au bout de ma lecture.

J’ai apprécié l’originalité de l’angle pris et de mettre en avant la folie de l’homme face à la pire des choses à encaisser : le refus et le rejet. C’est difficile de gérer ces deux choses. C’est dans la nature humaine de se sentir humilié dans ces moments. L’auteure va pousser cette idée jusqu’à son paroxysme. Comme quoi, les écrivains ne sont pas tous des petits anges !

Je ne vais pas vous dire que je n’ai pas aimé le roman de Jocelyne Bacquet, je n’ai pas envie de finir enterrée dans la forêt près de chez moi… Non, je rigole. Je ne vous dirais pas que je ne l’ai pas apprécié, ça serait mentir. J’ai eu un peu de mal à me lancer dans les premiers chapitres mais une fois cette alternance de point de vue apprivoisée, j’ai trouvé cela très agréable et intéressant. La plume de Jocelyne Bacquet est très dynamique et fluide. Je trouve qu’elle porte le roman d’une manière très intéressante ! Comme dans chaque enquête, il y a un panel de personnages conséquents, j’avoue que je n’ai pas retenu tous les noms mais certains personnages sont marquants. La rencontre avec notre sociopathe est assez directe mais pourquoi pas !

Je tire mon chapeau à l’auteure pour ce roman, j’ai beaucoup apprécié l’originalité des thématiques, du traitement de ces dernières. J’ai aussi grandement apprécié le coup de pied que Jocelyne Bacquet vient mettre à la construction un peu poussiéreuse des personnages et de l’enquête policière. On est surpris et propulsé dans un tourbillon d’originalité.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages intéressants
  • Une plume très sympathique
  • Un cadre et une ambiance très bien construits

4.5

31 réflexions sur “Fallait pas de Jocelyne Bacquet

  1. J’aime aussi beaucoup le résumé et contrairement à toi, j’apprécie d’alterner entre le point de vue d’un tueur et des enquêteurs. Je trouve que ce n’est finalement pas si courant que cela alors je ne peux que noter ce roman dont je n’avais jamais entendu parler.

  2. Tu me donnes très envie de lire ce livre. Les thématiques ma plaisent bien, je dois dire. Merci à toi pour cette jolie chronique.

  3. Merci infiniment pour cette chronique formidablement bien construite et argumentée !
    Il est vrai qu’avec une telle argumentation, si je ne l’avais pas déjà lu (et relu et rerelu …), je me ferais un plaisir de le découvrir par moi-même 🙂 !!!
    Merci merci merci !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s