22

Le destin des initiés tome 1 : mémoires d’une sorcière – Romane Taguchi

Le destin des initiés T1Résumé : Julie est une jeune Française qui vit à Kyôto depuis son enfance. Elle mène une existence sans histoires entre son travail et ses amis. Mais depuis la mort de sa mère quelques mois auparavant, elle souffre de cauchemars inexpliqués. Un jour, elle rencontre Jeanne-Marie, une vieille dame sympathique venue visiter la ville. Dès lors, sa vie va prendre un tournant totalement inattendu, et elle va pénétrer dans un univers à la fois fascinant et effrayant dont elle ne soupçonnait même pas l’existence, celui de la magie. Julie décide de se rendre en France pour lever définitivement le voile qui obscurcissait sa vision depuis toujours. Là-bas, elle tentera de mieux comprendre ses racines afin de mieux faire face à sa nouvelle vie. Elle découvre les pouvoirs dont elle est dotée, ainsi que la vérité sur ses origines, sa mère, son père décédé lorsqu’elle était enfant dans un tragique accident, et le reste de sa famille… Au Japon et en France, argent, pouvoir, machinations, amours et secrets de famille vous entraînent dans l’univers captivant de la Magie et de Ses représentants : les Initiés.

Mon avis : Je remercie chaleureusement deux bloggeuses qui ont des blogs que j’apprécie particulièrement : Kerry pour sa gentillesse lors de l’envoi de ce très beau Service Presse et Amélia avec qui j’ai fait une lecture commune pour ce premier tome du « destin des initiés ». C’était une très belle expérience.

Nous faisons la connaissance de Julie. C’est une jeune femme française qui a suivi, de manière forcée, sa mère s’installer au Japon. Elle est belle, intelligente, pétillante. C’est vraiment un personnage principal que j’ai beaucoup apprécié grâce à sa personnalité douce et forte à la fois mais aussi à cause de son histoire personnelle qui n’est pas des plus simples. Depuis quelques mois, elle est orpheline. Elle avait perdu son père lorsqu’elle était enfant dans un accident et la vie ne lui faisant pas de cadeau, sa mère décède de la même manière des années plus tard.

Ce qui m’a beaucoup plu et surprise c’est le cadre de l’histoire. Je connais très mal le Japon (hormis les vieux stéréotypes que l’on peut avoir nous, pauvres européens que nous sommes). J’ai beaucoup apprécié découvrir les décors, les paysages, la culture et les traditions. C’est vraiment très sympathique comme cadre et j’ai trouvé que l’auteure avait marqué beaucoup de points de ce côté.

J’ai aussi beaucoup apprécié l’intrigue : en effet, l’idée des sorcières et des Initiés m’a beaucoup plu. En effet, j’ai réellement pris beaucoup de plaisir à lire et découvrir les mystères que cachait le passé de Julie.

Tous les personnages que l’on côtoie sont vraiment atypiques et tous très différents. J’apprécie beaucoup le personnage de Julie ainsi que celui de Carole que l’on rencontre à travers les souvenirs de son amie et de sa fille. De plus, le fait que tous les personnages aient leur importance est quelque chose de très agréable à lire. Personne n’est là pour faire potiche. L’auteure parvient à utiliser ses personnages de manière remarquable.

L’intrigue est rondement ficelée.  On est partagé entre la France et le Japon et l’on comprend vite que la patrie de cœur de Julie a une grande place dans sa vie et que même si elle ne peut pas oublier la France, le Japon reste une grande partie de sa vie. J’ai vraiment trouvé le fait de partir à la trace de ses souvenirs perdus très sympathiques. On a pu se promener dans les villes françaises ainsi que dans les villes japonaises de manière très agréable.

Je ne connaissais pas la plume de Romane. C’est vraiment très intéressant de découvrir ce genre de prodigieux talent. J’ai hâte d’avoir la suite dans les mains !

Je remercie encore Amélia qui m’a repris sur la culture chinoise et japonaise que j’ai un peu tendance à confondre. A nos petits échanges sur notre lecture commune. J’ai aussi beaucoup appris sur son voyage au Japon qui ne va pas tarder à arriver ainsi que sur l’amour qu’elle porte à la culture japonaise =)

Voici quelques questions que j’ai posé à Amélia lors de notre lecture. Vous pouvez retrouver son article concernant ce roman par ici.

♥♥ Contrairement à moi, tu as une belle connaissance de la culture et des traditions japonaises. Trouves-tu que les descriptions de Romane Taguchi sont réalistes ? Est-ce qu’elles t’ont plu ? ♥♥

Je ne suis toujours pas allée au Japon (j’y vais en Avril 2018) mais j’ai bien retrouvé la plupart de mes connaissances sur le sujet. C’est un pays qui m’attire beaucoup et lire ces descriptions très détaillées m’a énormément plu. Surtout celles de l’onsen. Ces bains font partis de ma liste d’endroit à visiter et Romane Taguchi m’a fait rêver. Après cette lecture, je suis encore plus impatiente de m’y rendre !

♥♥J’ai trouvé qu’il y avait un bel équilibre entre la France et le Japon. Qu’en as-tu pensé géographiquement et culturellement parlant ? ♥♥

Pour le coup, j’ai clairement vu un contraste, plus qu’un équilibre. Surtout au niveau de la sécurité. On a le Japon où Julie sort la nuit, se promène seule, sans peur d’agression. Et puis elle arrive en France, elle garde les mêmes habitudes mais elle va vite déchanter. Parce qu’en France, la sécurité est bien moins importante que celle du Japon. Le tout est une histoire de culture, c’est certain. Il semble que les pays asiatiques soient plus sûrs que les occidentaux. Alors pas un équilibre, un vrai contraste. Comme une façon de la part de l’auteur de nous rappeler à quel point ces deux pays sont si différents.

♥♥Les relations sont très importantes dans ce premier tome. Quels sont les liens et relations que tu as préférés dans cette lecture ? ♥♥

J’avoue que mon côté fleur bleue m’a beaucoup fait apprécié les liens entre Julie et Ryosuke. S’ils se connaissent depuis tout petit, ils continuent de se découvrir et de s’appréhender. Ils sont amis d’enfance, se considère presque comme étant de la même famille. Enfin… presque. Julie qui le voyait jusque-là comme un petit cousin, commence à changer d’opinion. Elle pose un regard nouveau sur lui, le voit comme un homme. Tout ça se déroule dans la première partie, au Japon. Alors même si sa virée en France a un peu mis de côté ce lien, il était toujours présent en trame de fond. Avec son retour au Japon, on se le prend de plein fouet, découvrant une nouvelle facette de ces deux personnages timides et réservés.

Ma note : 19/20

 

14

Victoire de Patricia Ricordel

téléchargement.jpgRésumé : Victoire, interpellée par quatre mots lus sur un panneau publicitaire, échoue à La Réunion au sein d’une église évangéliste. Là, elle croise la route de Timothée Damour, un gourou au grand cœur et Colette, sa fidèle collaboratrice qui vont bouleverser le cours de sa vie. Cette jeune femme, enfant de la balle, fan de Céline Dion, dépendante aux jeux de hasard et allergique à la prière, parviendra-t-elle à échapper à ses créanciers ? C’est une histoire de hasards ou de coïncidences, de petits cailloux semés sur un chemin qui ne mène jamais où l’on croit. Victoire, une héroïne intense et volcanique à l’image de l’île où se déroule l’intrigue : La Réunion. C’est un roman frais et pétillant, émouvant et drôle à la fois, avec des personnages attachants, qui donne envie d’être créateur de sa destinée. Patricia RICORDEL est chanteuse et comédienne. Après 25 ans passés sur les planches des théâtres de France et de Navarre, elle décide de consacrer les 25 prochaines années au moins, à l’écriture qu’elle chérit depuis longtemps. Son expérience, en tant qu’auteure, se limite à ce jour à la publication de textes de chansons. En 2015, elle crée un blog dans lequel elle publie de courtes histoires. Elle est la fondatrice du 1er Festival Virtuel de La Nouvelle en 2016. La même année, elle obtient un 1er Prix pour un texte à l’occasion d’un concours. À la suite de ce premier roman « Victoire », un recueil de nouvelles verra bientôt le jour.

Mon avis : Je remercie grandement l’auteure : Patricia Ricordel pour l’envoi rapide de son roman Victoire. J’ai eu la chance de pouvoir découvrir ce roman et un univers qui m’était encore inconnu.

On fait la rencontre de Victoire. Victoire est une jeune femme un peu perdue qui ne sait plus par quel bout prendre sa vie qui n’est pas très glorieuse : elle enchaîne les erreurs. Elle se retrouve dans une réunion où se scandent des « Amen » à tout va. Elle déteste ces prières, cette ambiance qu’elle veut très vite quitter mais elle est retenue par Colette, une femme qui travaille là bas et qui deviendra rapidement une amie voire même un pilier.

J’ai beaucoup apprécié la référence du prénom que l’on peu facilement lié à l’univers que l’héroïne principale chérit : le casino. En effet, Victoire est malchanceuse, elle a perdu beaucoup d’argent aux jeux et se cachent des créanciers à qui elle doit beaucoup d’argent.

J’ai aimé la relation qui se tisse entre Colette et Victoire. On sent que la sincérité et l’amitié s’installent pour une durée illimitée entre les deux femmes. J’ai trouvé cette relation belle et très exploitable, ce que fait l’auteure à merveille.

Le personnage de Timothée Damour est lui aussi à part entière. J’ai eu beaucoup de mal, au départ, avec ce personnage hautain et mystérieux. Je l’ai trouvé détestable à souhait : comme si il savait tout sur tout et sur tout le monde. Je déteste ce genre de personnes. Mais j’ai appris à le connaître au fil des pages et ma lecture n’en fut que plus enrichissante.

Je dois vous avouer que le milieu de la nuit, du casino ne me tente pas beaucoup. J’ai eu un peu de mal avec cet aspect du roman mais mon malaise s’est très vite évaporé.

Je suis heureuse d’avoir fait cette lecture qui m’a permis de m’épanouir dans un espace géographique que je connais que très peu : celui de la Réunion. Et d’évoluer dans un univers que je n’apprécie pas : celui des jeux d’argent.

L’intrigue en bonne, rondement menée et les personnages sont assez forts pour  nous tenir en haleine jusqu’à la fin du roman.

Je pense que beaucoup de lecteurs pourront apprécier cet univers proposé par Patricia Ricordel dont la plume est très belle. Je pense que c’est aussi un point qui m’a permis de tenir jusqu’à la fin de ma lecture malgré les petites longueurs que j’ai pu trouver à certains moments mais en soit, rien de bien important.

Un petit plus pour le fait que Victoire soit une fan de Céline Dion. Petite anecdote qui m’a bien fait sourire.

Ma note : 14/20

10

Les disparus de Karia – Episode 2 : l’autel de Moloch – Anthony Holay

004941123Résumé : Les mystères de la ferme s’épaississent tandis que Kenan se rapproche de son adversaire. Le Redresseur de Foi ne s’attendait toutefois pas à de telles difficultés. Dans ce dernier épisode, plongez dans les méandres des ténèbres. Un dénouement toujours plus angoissant !

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Céline et Marine de Nutty Sheep pour l’envoi parfait de ce nouveau service presse. Ce dernier vient clore la mini-saga « Les Disparus de Karia ». En effet, elle est composée de deux épisodes assez courts mais intenses.

On retrouve donc notre redresseur de foi préféré : Kenan. Il est à la poursuite du démon qui hante le village dans lequel il est. Avec Alrune, il essaye de comprendre, de se protéger du démon qui vit apparemment dans une ville maison délabrée un peu plus loin.

J’ai trouvé le revirement de situation assez surprenant. J’avais envie d’y croire jusqu’au bout. C’est vraiment très agréable de se faire surprendre de cette manière par l’histoire et les mots de l’auteur.

J’ai trouvé cet épisode aussi intéressant que le premier. Le premier était plus axé sur la réflexion, le dénouement de ce mystère. Celui-ci est plutôt axé sur l’action et c’est assez plaisant à lire.

Les personnages sont plus intenses, plus réfléchis et c’est vraiment un bon moment de lecture. Kenan est un homme très intelligent qui a la capacité à réfléchir très vite dans les situations de crise. Il n’en n’oublie pas la raison de sa venue malgré le danger qui est à son point culminant. Personnellement, j’aurais plutôt hurlé et prié le bon dieu mais bon, heureusement pour les enfants disparus, je ne suis pas Kenan !

Alrune se révèle être un personnage très intéressant ainsi que très important dans ce deuxième épisode. Elle est un personnage pivot qui nous permet de comprendre ce qui s’est passé dans cette maison, dans ce village, dans cette région. C’est un personnage que j’ai assez apprécié de manière générale. J’ai beaucoup apprécié son histoire.

Les personnages secondaires sont tout aussi importants que les personnages principaux,Fantasy c’est assez intéressant comme approche. Chacun à le droit à son heure de gloire et j’ai trouvé ça très sympathique de s’intéresser à chaque personnage de plus près ainsi qu’à leur psychologie. Dans un épisode aussi court (70 pages environ), il est assez rare que l’on parvienne à avoir des personnages aussi détaillés.

J’ai aussi bien aimé le culte pour le dieu Moloch. Un dieu du mal qui recherche des démons sur terre pour le servir. J’ai apprécié ce point sur la divinité mais j’aurais bien aimé qu’elle soit un peu plus développé, qu’on en sache plus. Cela laisse un gout de trop peu dans la lecture et c’est dommage parce que cela avait l’air d’être un point assez intéressant dans l’histoire.

L’intrigue reste très sympathique. J’ai trouvé qu’elle était vraiment bonne et rondement menée par l’auteur. Les personnages sont bons et efficaces, ce qui nous permet de passer un bon moment de lecture.

Je pense qu’Anthony Holay est un auteur qui mérite d’être connu et que ses romans sont vraiment bons.

Avec une intrigue sans faille, une plume additive et des personnages assez pointus, on se retrouve avec une histoire vraiment très sympathique. Je vous conseille donc de lire cette mini-saga qui est assez prenante.

Ma note : 17/20

23

Te retrouver – Melody Gasnier

51xux7ak7GL._SX195_Résumé : « Je pensais ne jamais te revoir. Que tu avais disparu pour toujours de ma vie, que tu m’avais rayé de la tienne. Mais tu es là, devant moi, et je ne sais pas comment réagir. Après toutes ces années, tu veux me parler, t’excuser. Mais moi j’ai avancé sans toi, et je ne suis pas certaine de vouloir t’écouter. Pourtant, il y a une chose que je sais : malgré tous ces jours sans toi, je n’ai jamais cessé de t’aimer. »Camille ne pensait jamais revoir Lucas. Elle était certaine d’avoir tournée la page, à tout jamais. Mais maintenant, il est là devant elle, et malgré sa colère, elle ne sait pas si elle doit ou non l’écouter. Et si elle le faisait, que se passerait-il ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement Melody de m’avoir confié son petit bébé « Te Retrouver » qui est une belle surprise.

Dans un premier temps, j’ai complètement craqué pour la couverture de ce roman, je la trouve magnifique, douce et très poétique.

Nous faisons la connaissance de la belle Camille qui revient dans son village natal dix ans après l’avoir quitté ayant le cœur brisé. La prise de distance était obligatoire pour elle, elle voulait oublier l’amour qu’elle avait ressenti pour Lucas.

Lucas est le deuxième personnage principal de cette histoire. C’est un jeune homme qui a eu une enfance et une adolescence compliquée : un père alcoolique et violent a fait éclater sa famille. En effet, sa mère et sa grand-mère ont subi les coups et les violences verbales de ce dernier qui a fini par se suicider quelques années auparavant.

Camille fait donc un retour en arrière pour quelques jours avec ses parents. C’est assez sympathique comme voyage. On suit Camille dans sa petite vie chez ses parents. Entre ses réflexions, ses doutes et ses craintes à propos de son mariage avec Geoffrey, son fiancé, avec qui elle partage sa vie depuis seulement un an.

J’ai beaucoup apprécié cette romance. Elle avait tout pour me plaire. Retrouver les routes du passé et y rencontrer une histoire d’amour qui n’a pas pu se terminer correctement. C’est assez sympathique à lire !

J’ai beaucoup apprécié la relation Camille/Lucas qui est une relation compliquée à cause de leur passé commun. Il y a aussi beaucoup de mystères et de secrets autour de ces deux personnages. Qu’ils soient personnels ou familiaux les secrets pleuvent sur le roman. C’est une bonne manière de nous tenir en haleine jusqu’à la dernière page de la romance.

J’ai aussi beaucoup aimé le côté bloggeuse de Camille qui est une femme qui parvient tant bien que mal à vivre de sa vie de bloggeuse littéraire. C’est grâce à l’amour des livres qu’elle parviendra à percer la carapace de Lucas. J’ai trouvé que c’était une bonne idée de parler du blogging et de l’investissement des chroniqueurs et/ou des propriétaires de blogs pour véhiculer les messages sur les romans. Ce n’est parfois pas évident d’évoluer dans la sphère alors j’ai trouvé cet aspect assez sympathique à lire.

J’ai trouvé l’évolution de ces deux personnages assez bonne. J’ai beaucoup apprécié le fait que Camille prenne sur elle pour essayer de comprendre la situation sans oublier qui elle est. J’ai trouvé son caractère assez fort et dynamique à la fois. C’est un personnage que l’on apprécie très facilement et que l’on veut voir grandir et être heureuse. C’était vraiment très appréciable.

La plume de Melody est très belle. Il y a des tournures de phrases remarquables ainsi qu’une certaine poésie qui se dégage des mots que Melody emploie. J’ai trouvé cela assez bon. En effet, je suis persuadée de pouvoir me replonger dans un univers que l’auteure propose dans un autre roman.

En bref : lecture très appréciable. Un cadre simple, doux et tranquille propice à une romance. Les personnages sont bons et très intelligemment construits. L’intrigue, bien que simple, est très bien ficelée. La plume de Melody apporte beaucoup à son histoire.

Ma note : 17/20

10

1902 – Fabienne Lejamble

31eGl3z4ScL._SY346_Résumé : Un vieux pêcheur cache un sombre secret qui pourrait mettre la vie de son neveu en péril ; de mystérieux hommes enlèvent des prostituées ; un dangereux livre change la vie d’un groupe d’individus et les fait sombrer dans une spirale infernale… Trois nouvelles d’horreur relatent des événements dans les coulisses occultes de la France de 1902.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Fabienne Lejamble pour l’envoi de son recueil de trois nouvelles qui mélangent de manière incroyable le genre horreur et fantastique.

Vous le savez maintenant si vous me lisez, les nouvelles ne sont pas forcément ma tasse de thé. Mais ici Fabienne m’a parlé avec tellement d’entrain et d’engouement de son recueil que cela m’a tout de suite emballé et que j’ai accepté de lire ce Service Presse.

Relativement courtes, ces trois nouvelles ont été englouties en un rien de temps. C’était très appréciable.

Dans un premier temps, on fait la rencontre d’un jeune homme à travers la nouvelle les tombes de Qouarec, qui part chez son oncle en Bretagne pour respirer le grand air. Ses études de médecine l’occupent énormément et sa mère s’inquiète pour lui. On entre ici dans un monde bourgeois du début du 20ème siècle. J’ai beaucoup apprécié l’univers que Fabienne nous propose. En effet, j’ai apprécié l’emploi des termes utilisés de manière appropriée.

Des découvertes incroyables, à faire froid dans le dos, vont être faites par Georges, le neveu d’Apollinaire. Apollinaire a perdu sa femme et son fils Edouard de la tuberculose à quelques semaines d’intervalle. Il se retrouve seul avec Madame Rossignol qui lui a promis de ne pas le laisser seul. J’ai beaucoup apprécié cette nouvelle, je pense que c’est ma préférée des trois parce qu’elle est très réaliste. On a l’impression que cela peut se produire dans la vraie vie (je prie pour que cela n’arrive jamais) mais l’histoire est saisissante de réalisme. Les découvertes de Georges, qui est un garçon pragmatique, certainement une déformation estudiantine, perd complètement ses repères et cela donne un moment de lecture intense et pleine de mystère.

La deuxième partie de ces nouvelles s’intitule « Dans les ombres de Paris ». Cette nouvelle n’est pas sans rappeler le moment intense que les anglais ont vécus lors de la fameuse période de Jack L’éventreur. Ici, nous sommes dans les rues de Paris avec un enquêteur hors pair, Antoine Sivory, qui part à la recherche d’une prostituée « Loulou » qui a disparu, plus qu’une fille de joie pour cet inspecteur, il est inquiet pour elle. Nous suivons donc avec effroi son enquête qui le mènera jusqu’à elle. Honnêtement, j’ai eu un peu peur en lisant. Je me suis foutue la frousse toute seule et j’ai adoré ça ! Moi qui déteste ce genre d’aventure, j’ai vraiment été séduite. C’est une bonne nouvelle qui nous fait froid dans le dos !

La troisième et dernière partie de ce recueil nous relate de l’histoire de trois jeunes hommes au travers des « initiés du sentier noir ». On fait la rencontre de Landry, Tobias et Alfred. Trois cousins qui se sont retrouvés autour d’un livre de magie noire. Ils font les pires expériences possibles. Ce que j’ai apprécié dans cette troisième partie de ce recueil c’est que toutes les pièces du puzzle se rassemblent ! J’ai trouvé l’idée très agréable et superbement intelligente ! C’est vraiment du grand art que j’ai beaucoup apprécié lire.

La plume de Fabienne est top ! Elle est vraiment parfaite pour le genre fantastique/horreur. J’ai eu peur, j’ai tremblé, j’ai lu avec avidité ce qui allait arriver à tous ces personnages. C’était vraiment fabuleux. Je ne regrette absolument pas mon expérience ! Je ne peux que vous conseiller ce recueil qui se lit rapidement et avec délectation.

Ma note : 18/20

 

10

Le voyageur bleu tomes 2 et 2.5 d’Olivia Lapilus

téléchargement.jpgLe voyageur bleu tome 2 : Dualité d’Olivia Lapilus

Résumé : « Qu’avez-vous fait ? » « Tu as volé ce qui lui était le plus cher » De longues années se sont écoulées, nourrissant l’obsession du roi-tyran. Sa quête du voyageur bleu reste désespérément inachevée. La pierre se joue de lui, inaccessible à ses envies. Pourquoi le Ciel s’évertue-t-il à la lui refuser ? N’a-t-il pas tout sacrifié pour l’avoir ?
Sa folie gagne en puissance lorsqu’il découvre qu’elle s’est envolée sur une autre planète au cou d’une proche de Malias Elisor-Ka, la femme du premier détenteur de la pierre. Toutefois, quelqu’un guette dans l’ombre et convoite lui aussi le voyageur, attendant patiemment son heure pour se dévoiler.

Mon avis : Je remercie chaudement Sylvie d’Anyway Editions pour sa gentillesse et sa disponibilité sans faille. C’est très agréable de travailler en collaboration de cette manière.

On retourne dans l’univers qu’Olivia nous propose. Une planète : Catiopé gouvernée par un roi tyran lui-même gouverné par sa propre folie. C’est un vrai régal de lire ce genre de roman. Vous savez que la fantasy ainsi que la science fiction sont deux genres avec lesquels je suis assez ennuyante parce qu’il faut vraiment que les romans soient vraiment intéressants, logiques ainsi que crédibles. Il est assez compliqué pour moi de réunir ces trois critères. Olivia Lapilus y arrive de manière assez surprenante.

J’ai été happé, une nouvelle fois, par son histoire qui progresse très bien. J’ai aimé retrouvé tous ces personnages qui sont tous importants. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on retrouve les personnages du premier tome et de nouveau et que les personnages secondaires soient aussi importants que les personnages qui prennent plus de place.

Dans le premier tome, nous avions des chapitres qui alternaient les points de vue ainsi que les situations qui se déroulaient sur Catiopé mais pas toujours dans les mêmes régions ainsi que sur la Terre, enfin je veux dire, notre Terre. Ici, les chapitres s’alternent plus rapidement, on suit des histoires qui finissent par se croiser et le cross-over est assez impressionnant. Ce sont vraiment des pièces du puzzle qui se raccordent sans aucun problème.

L’intrigue suit son chemin. Le roi-tyran est toujours à la quête de cette pierre qui pourrait lui permettre de gouverner le monde entier ainsi que les planètes inconnues. C’est vraiment une belle intrigue. Les péripéties (dans toutes les histoires) sont assez bonnes. J’ai apprécié retrouver Abalone ainsi que les personnages plus « méchants ». J’ai apprécié ce combat permanent entre les forces du mal et du bien.

J’ai hâte d’avoir la suite entre les mains. C’est vraiment un deuxième tome pivot qui vaut le détour. Il nous permet de comprendre beaucoup de choses et d’avoir plus de précisions sur tous les personnages que l’on côtoie.

Ma note : 16/20

V2

Le voyageur bleu – Tome 2.5 : Eschylle la flamboyante d’Olivia Lapilus Le-Voyageur-Bleu-T2.5

Résumé : Les cauchemars hantent ses nuits. Les suppliques incessantes peuplent ses rêves, gravées pour l’éternité dans sa mémoire. La vengeance enserre son cœur. Le chagrin l’habite ans repos. La solitude lui tient pour unique compagne. Son âme demeure son seul obstacle.

Mon avis : Eschylle la flamboyante est une petite parenthèse à la grosse histoire du voyageur bleu. J’ai trouvé cet ajout très intéressant. En effet, on se retrouve dans l’enfance d’Eschylle qui nous permet de comprendre comment et pourquoi elle en est arrivée là.

Eschylle est un personnage que l’on côtoie dans le voyageur bleu. Elle n’est pas tendre, elle est au service du roi-tyran. Elle lui a donné son âme. Elle ne veut plus penser, ne plus rien ressentir. Sa vie est tellement horrible… Quand j’ai lu les quelques pages à son sujet, j’ai vraiment été surprise et triste en même temps. Grâce à ce petit tome, on comprend les motivations de ce personnage bien que je n’approuve pas ses agissements.

Voici un ajout intelligent qui nous permet de comprendre beaucoup de choses !

Ma note : 15/20

14

Les chroniques froissées de Teddy El Bour

téléchargement Résumé : Je suis accroché à mon clavier et mon verre n’est pas encore vide. Un bon débout pour s’adresser à un auditoire invisible et inconnu. Qu’est ce que les Chroniques me demandez-vous ? Elles sont de ces histoires qu’on ne se raconte pas. Elles sont votre monde et elles sont aussi le mien. Conservez les chroniques. Partagez-les. Vous détenez, non pas mon chemin mais LE chemins des laissés pour compte. Ceux pour qui l’alcool, la drogue et le suicide représentent la seule issue encore possible.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Pauline qui m’a gentiment contacté pour savoir si je voulais lire les chroniques froissées. En ce moment, je sors pas mal de mes sentiers battus : nouveaux genres, nouveaux formats …. Je n’avais pas encore eu la chance de lire des chroniques, voilà qui est chose faite.

Le format « chronique » n’est pas forcément très différent du format « nouvelle ». C’est peut-être légèrement plus long. Les histoires sont courtes et bien différentes mais c’est toujours la même noirceur qui en ressort.

Les chroniques froissées sont toutes différentes, elles prennent toutes un chemin différent mais sombrent toute dans la même noirceur et dépression. Je vous préviens de suite, même si c’est court, les gens qui sont tristes ou qui vivent quelque chose de triste en ce moment, ce n’est pas forcément le bon moment pour lire ces chroniques.

Teddy El Bour nous raconte la vie de ceux qui n’ont rien. Plus d’espoir, ni d’argent, ni rien. C’est très prenant comme lecture dans le sens où l’on se demande comment c’est possible. Comment peut on laisser les gens vivre ainsi ? J’ai été saisie par le fait que leur vie est misérable et qu’ils n’ont rien : personne a qui se raccrocher, personne à qui parler. C’est triste.

Les sujet sabordés sont durs : prison, alcoolisme, prostitution, suicide… Mais l’auteur parvient à nous faire respirer en dehors de ces sujets par une plume délicate et dynamique à la fois.

Grâce à ces chroniques, on prend conscience, on prend conscience que notre vie est belle, que l’on a eu de la chance d’avoir vécu cette enfance, de continuer à vivre dans le confort et que l’on n’est pas si mal loti que ce que l’on pense. Ce sont des chroniques coup de poing qui font leur petit effet.

La plume de l’auteur est incisive, elle frappe, elle surprend. Elle nous montre les horreurs des bas-quartiers. Ce sont les chroniques des gens que l’on ne voit pas ou que l’on fait semblant de ne pas voir pour ne pas voir la misère du monde.

J’ai trouvé ces chroniques bien écrites. Elles sont saisissantes par le réalisme des choses relatées. L’auteur parvient à injecter quelques petites doses de bonheur à travers certains personnages qui passent très furtivement dans les chroniques. Je pense, par exemple, à la petite Rose, dont j’ai apprécié le tempérament jovial.

Derek est un personnage que j’ai apprécié par sa franchise et sa volonté de comprendre les choses et comment il a pu en arriver là. Il est vraiment un mec qui a la poisse. C’est vraiment saisissant. Je me suis quand même pris de sympathie pour ce personnage.

Je ne peux que vous conseiller de lire ces chroniques : c’est court, dynamique et tellement réaliste que vous ne pouvez qu’apprécier. L’auteur nous montre le monde comme il est pour des gens qui n’ont rien : traître et pourri. C’est vraiment une belle découverte criante de vérité.

Ma note : 15/20

20

Les secrets de la petite boite en fer d’Isabelle Fluckiger Jachym

les-secrets-de-la-petite-boite-en-fer-1122141350_LRésumé : Marie, 95 ans, atteinte de la maladie Alzheimer entre en EHPAD. Elle apprend à avivre en communauté et au rythme des soins  de l’institution. Elle se prend d’affection pour deux soignantes : Claire et Assya à qui, au fil des jours, elle confie l’histoire de sa parsemée de tragédie dont la perte de son fiancé Charles en 1940 lors de la guerre, la disparition de son fils de 3 ans et demi et son mariage avec Henri après la guerre….

Un roman plein de tolérance et d’attention, de la part du soignant qui recueille des morceaux de vie de pensionnaires et qui ont encore énormément de choses à dire.

Mon avis : Je remercie de nouveau Cyrille et Stéphanie d’Evidence Editions pour ce service presse qui a tenu ses promesses. J’ai dévoré ce gros pavé et je ne regrette pas d’avoir choisi cette lecture.

On fait la rencontre de Marie qui est le personnage principal de cette histoir. Elle a 95 ans et a la maladie d’Alzheimer. Elle a vécu la guerre, la maladie mais aussi l’amour, surtout l’amour. J’ai trouvé ce roman très agréable.

Ce que j’ai apprécié c’est que la maladie ne nous explose pas en plein visage à toutes les pages. Forcément, elle est présente mais elle reste bien souvent en toile de fond et elle nous percute plus fort de temps en temps. C’est déjà un très bon point. J’ai aussi apprécié le fait que l’auteure parle du personnel soignant : en effet, beaucoup sont très bons et bien que peu nombreux pour faire tout ce qu’ils doivent faire dans une journée mais l’auteure souligne aussi les mauvais côtés du métier et des soignants qui bossent à la chaîne sans se préoccuper un minimum de leurs patients. J’ai beaucoup apprécié cette alternance et cette différentiation dans le roman.

Marie est un personnage très attachant. Elle vit au rythme de ses souvenirs et de sa petite boite en fer qui retrace sa vie avec son charles, son fiance mort sur le front lors de la deuxième guerre mondiale. J’ai beaucoup aimé la symbolique de cette boite qui ne la quitte jamais. En effet, c’est la seule chose qui la rattache à son bien aimé ainsi que son petit garçon, disparu à l’âge de 3 ans, emporté par les allemands.

J’ai adoré découvrir la vie de Marie, qu’elle raconte à Claire et Assya, les deux soignantes qu’elle adore et qui l’adorent en retour. C’est vraiment une belle relation d’amitié qui se dégage ici.

Rare sont les romans qui me font pleurer mais ce dernier est parvenu à m’émouvoir auxcropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final larmes. L’histoire est vraiment belle. J’ai adoré du début à la fin.

Les péripéties sont bonnes et vraiment bien trouvées : ainsi, on comprend son passé mais on a un rappel de la maladie et de son âge avancé avec les éléments passés. Ces péripéties nous permettent de suivre avec attention tout le déroulement de l’histoire. On est happé par l’ambiance et l’on a envie de découvrir la suite de l’histoire avec avidité.

J’ai beaucoup apprécié ce passage du passé au présent qui se déroule très facilement. L’histoire de Marie est rocambolesque et une chose est certaine : elle en a vu de toutes les couleurs. C’est vraiment un petit délice à lire.

La plume de l’auteure, que je ne connaissais pas, est très agréable à lire. En effet, je suis contente d’avoir découvert cette auteure avec ce roman. Il est bon et sensible. Il met en avant beaucoup de thèmes que j’apprécie : la notion d’amour, d’amitié, de famille, des souvenirs mais aussi de voyage dans le temps ainsi que dans l’espace. C’est vraiment une belle lecture que j’ai faite là et je vous conseille grandement d’en faire de même. C’est un roman parfait pour l’été, qui se lit rapidement et que vous allez tous adorer.

Ma note : 19/20

 

16

La vengeance du pardon – Eric Emmanuel Schmitt

la-vengeance-du-pardon-938383-182-297Résumé : Quatre histoires autour d’un thème : le pardon. Quatre histoires qui s’éclairent : Les Sœurs Barbarin, Mademoiselle Butterfly, La vengeance du pardon, dessine moi un avion.

Deux sœurs jumelles, physiquement identiques, moralement différentes, se confrontent tout au long de leur vie. Plus l’aînée excuse les méchancetés de sa cadette, plus celle-ci la déteste. Qui l’emportera, de la vengeance ou du pardon ? Dans un chalet perdu des Alpes, un étudiant jouisseur séduit une fille un peu simple qui l’aimera à jamais. Devenu un magnat de la finance, saura-t-il réparer la vie que son égoïsme a brisée ? Quelle leçon d’humanisme peut souder un mélodrame tragique ? Personne ne comprend le comportement d’Elisa Marinier : elle visite régulièrement l’assassin de sa fille en prison, un psychopathe condamné pour viols et meurtres. Patiente, elle crée des liens, l’apprivoise, l’attendrit. Pourquoi agir ainsi puisqu’elle le hait ? Un vieillard dur, fermé, s’humanise au contact d’une petite fille à laquelle il lit le Petit Prince, apprenant ainsi à vivre et à aimer. Or, il découvre un jour qu’il a commis un crime durant la guerre, lorsqu’il officiait comme pilote. Comment vivre avec le mal que l’on a perpétré sans le savoir ? Se pardonne-t-on ?

Mon avis : Je remercie Jules ainsi qeu Gilles Paris pour l’envoi de ce service presse. J’ai eu la chance de pouvoir lire en avant première le nouveau roman d’Eric Emmanuel Schmitt que j’avais découvert grâce à « l’homme qui voyait à travers les visages ». J’ai trouvé ce nouveau roman encore meilleur que ce dernier !

J’ai beaucoup aimé la construction du roman : quatre petites histoires qui se lisent très facilement.

On commence avec Les Sœurs Barbarin : Lily et Moïsette qui sont deux jumelles que l’on ne sépare pas : à partir de leur quatre ans, tout change. Lily grandit, s’épanouit devient gentille et adorable. Moïsette se cache derrière des faux semblants, en fait voir de toutes les couleurs à sa sœur qu’elle n’arrive plus à cerner. L’une intelligente, l’autre ayant des soucis à l’école. Tout les sépare. Moïsette commet l’irréparable. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle qui montre la dualité d’une gémellité. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Lily et Moïsette jouait son rôle de peste à merveille ! J’ai vraiment été sidérée par la fin de cette histoire.

Mademoiselle Butterfly réserve elle aussi son lot de surprise. L’histoire m’a bien plu. J’ai beaucoup aimé le personnage de William ainsi que Jébé et Mandine. On se rend compte que l’amour est plus fort que tout malgré toutes les barrières que le temps et la société dressent entre les hommes.

La vengeance du pardon est une histoire prenante. Une mère de famille va à la rencontreLogo_Albin-Michel du violeur et meurtrier de sa fille. Elise de révèle être un personnage très intéressant. Elle meurt à petit feu de l’absence de sa fille et essaye par tous les moyens de trouver un système pour vivre sa vie paisiblement. Son entourage ne comprend pas l’engouement qu’elle a pour ce criminel qui lui a retiré la plus belle partie de sa vie. Une histoire intéressante dont la fin m’a énormément surprise !

Dessine moi un avion fait place à la poésie et à une très belle relation entre un vieil homme et une fillette. Cette relation m’a beaucoup touché, elle m’a permis de redécouvrir un vieil homme par son passé d’aviateur durant la guerre. C’est très beau. J’ai beaucoup aimé la fin et le fait que l’histoire tourne autour du Petit Prince, roman que j’aime beaucoup, d’Antoine de Saint-Exupéry.

Ces quatre histoires ont un topos commun : le pardon et la vengeance. Il faut maintenant savoir lequel l’emporte. J’ai trouvé cette notion très intéressante. Les histoires ont toutes une fin surprenante qui nous prouvent que l’habit ne fait pas le moine. C’est vraiment une très belle lecture qui se fait facilement grâce à l’écriture dynamique et entraînante ainsi que la poésie des mots choisis par l’auteur.

De plus, on peut facilement retrouver un fond de psychologie/philosophie dans ce roman qui est, je pense, une signature de l’auteur. C’est très agréable.

Ma note : 19/20

16

Les disparus de Karia – Episode 1 : la ferme de Kuma d’Anthony Holay

19427887_10155400032423899_808978715_nRésumé : Des enfants enlevés, une ferme étrange, voilà une mission pour Kenan, Redresseur de Foi. Mystère et angoisse vous entraîneront à ses côtés au cœur d’une sordide affaire. Entre tromperies et combats incessants, le jeune homme parviendra-t-il à retrouver les disparus de Karia et à s’en sortir indemne ?

Mon avis : Je suis ravie de vous présenter le premier roman, enfin premier épisode du premier roman pour être plus exacte, que je lis en partenariat avec les éditions Nutty Sheep qui ont la particularité d’être une maison d’édition numérique. Je remercie donc grandement Céline et Marine qui sont très gentilles, j’espère que cette collaboration ira loin.

J’ai pu lire, pour commencer, les disparus de Karia. Le premier épisode s’intitule « La ferme de Kuma ». On entre tout de suite dans le vif du sujet en faisant la connaissance de Kenan, qui est un redresseur de foi. Il faut le dire clairement, les redresseurs de foi sont très mal vu par le reste de la population, en effet, ils sont vus comme étant des arnaqueurs professionnels qui abusent de la crédulité, de la naïveté ainsi que de l’argent du reste de la population. C’est donc déjà un premier obstacle pour Kenan, jeune homme qui veut comprendre ce qui se passe dans la région.

J’ai beaucoup apprécié ce personnage principal. Kenan semble être intelligent,  Fantasycourageux et très sympathique. Je pense que c’est un personnage qui a deux facettes, c’est encore quelque chose qui doit se préciser avec le temps et les épisodes mais je pense que sous son côté bourru, se cache quelque chose de plus doux et tempéré. Il risque de bien nous surprendre par la suite. J’ai aussi beaucoup apprécié le fait qu’il ai conscience de l’image néfaste qu’on les redresseurs de foi partout dans le pays et qu’il ne s’en formalise pas : il n’est pas comme ça et le prouve de manière significative à ceux qui ne le croit pas.

L’intrigue est assez surprenante aussi. J’ai très envie de savoir la suite. En effet, les épisodes sont très courts et sont découpés de manière à ce que le suspense soit à son comble. Le premier épisode est donc focalisé sur la ferme de Kuma. On y fait la rencontre de plusieurs personnages : Alrune, une jeune fille très jolie qui est adorable. D’une naïveté sans pareille, elle s’avère être très touchante. Grismond et Garmin qui sont les propriétaires de la ferme dans laquelle Kenan demande l’hospitalité ainsi que Dorian, paysan. On rencontre aussi la femme de Dorian qui est très discrète.

Grismond m’a fait l’effet d’un homme plein de rancœur, il voit d’un très mauvais œil la venue de Kenan, ce redresseur de foi imbu de sa personne. Garmin n’est pas beaucoup plus franc avec Kenan dont il se méfie. Dorian lui aussi n’est pas heureux de voir Kenan arriver. Ce sont des personnages assez mystérieux qui cachent clairement quelque chose.

Le mystère plane autour de cette ferme. Kenan sent que quelque chose de mal se passe. Il sait très bien que c’est ici que commence cette histoire de disparition d’enfants. En effet, Kenan est présent dans la région pour mettre fin à ce mystère, coûte que coûte, il veut comprendre et démasquer la personne qui est responsable de ces disparitions et de la crainte qui plane autour du village.

J’ai trouvé la plume d’Anthony Holay très intéressante. Pour un roman du genre fantasy, je trouve ça très bon. Une plume dynamique et très sympathique à lire. L’auteur sait me tenir en haleine à tel point que j’ai déjà envoyé un message à Céline pour savoir quand est-ce que je pourrais avoir entre les mains le deuxième épisode des disparus de Karia.

Je conseille vivement à ceux qui aiment le genre fantasy, le mystère et les énigmes à se pencher sur ce roman qui me semble être très prometteur.

Ma note : 17/20

12

C’est comme une obsession de Céline Szudrowicz Meyer

51tcWij9zfL._SY346_Résumé : Lorsque la police retrouve le corps sans vie d’un petit garçon disparu depuis peu dans les environs de Toulon, les indices sont minces. Pourtant, les enquêteurs vont rapidement découvrir que ce n’est sans doute pas le premier crime, garçon et fille confondus. Il semblerait même que cette série ait débuté bien plus tôt qu’ils ne l’avaient pensé.

Mon avis : Je remercie chaudement Céline, qui a eu la gentillesse de m’envoyer ce service presse. En effet, j’ai eu la chance de pouvoir lire « Comme une obsession » qui se trouve être une nouvelle policière.

J’ai trouvé cependant que pour une nouvelle, c’était assez long. Il fait une centaine de pages environ. Je pencherai donc plus pour dire qu’il s’agit d’un court roman ou d’une longue nouvelle, au choix.

J’ai vraiment été surprise par ma lecture. En effet, c’est assez sympathique à lire au final. Je ne vous cache pas que lorsque j’ai accepté ce partenariat, j’ai eu un peu peur. Ca peut paraître bête mais je vous avoue que lorsqu’il y a un crime qui touche un enfant, je ne me sens pas forcément à l’aise. Alors, avec ce résumé, bien qu’alléchant, je savais déjà à quoi m’en tenir. J’avais vraiment peur de ce que j’allais découvrir.

Quelle (bonne !) surprise ai-je eu lorsque j’ai commencé ma lecture. En effet, même si l’aspect sordide remonte (forcément ! On parle quand même de crimes de petits loulous !) j’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure nous montre l’aspect horrible que lorsque cela est nécessaire : pas de détails saignants, pas de choses qui vont font lever le cœur. Il y a juste ce qu’il faut pour créer une ambiance morbide.

J’ai aussi beaucoup apprécie le panel divers et varié des personnages que l’auteure nous propose ici. En effet, j’ai trouvé des personnages tous très différents qui tiennent leurs rôles à merveille.

Quelque chose aussi qui m’a beaucoup plu et que je ne côtoie pas souvent c’est la multiplication des points de vues dans cette nouvelle. En effet, dans les romans, on le retrouve assez souvent mais dans le genre policier, c’est plutôt rare et original d’avoir le point de vue du meurtrier aussi bien détaillé. Tout au long de la nouvelle, on rencontre souvent l’assassin qui nous explique comment il a pu en arriver là. C’est assez choquant de voir ce qu’il a pu subir ou faire subir à ses victimes mais je trouve que l’intrigue est rondement menée sur le côté passé/présent. De plus, la psychologie de ce personnage est exceptionnelle. J’ai trouvé ça vraiment sympathique à lire.

J’ai aussi trouvé très appréciable le fait que l’on respire dans ce roman : l’atmosphère a tendance à être assez lourde et noire vu le sujet principal de la nouvelle, cependant, j’ai beaucoup apprécié le fait que l’on connaisse aussi le côté personnel des enquêteurs. C’est une sphère que l’on apprécie parce qu’elle nous permet de respirer en dehors de la sphère criminelle de cette nouvelle.

L’intrigue est bonne, les personnages aussi. La plume s’avère être dynmaique et sympathique à lire. J’ai aussi beaucuop apprécié le travail que l’auteure a du faire en amont pour monter la nouvelle. Cette intrigue nous fait aussi prendre conscience de tout le travail que les enquêteurs doivent fournrir pour pouvoir avoir un résultat concret. On se rend compte que les pistes, bonnes ou mauvaises, ont été suivies pour essayer d’avoir des indices pour remonter à la source de ces crimes odieux.

Moi qui boudais un peu le genre « nouvelle », je commence doucement à me reconcilier avec ! J’espère que la deuxième nouvelle que Céline m’a envoyée sera toute aussi bonne !

Ma note : 16/20

12

Toi, moi et les étoiles – Tome 3 – Nelly Weaver

toi.-moi.-et-les-etoiles.-tome-3-935906-264-432.jpgRésumé : 3 ans auparavant, Livie est partie. 3 ans durant, lesquels Ethan a été incapable de l’oublier. 3 ans séparés et pourtant, ils se sont retrouvés. L’amour les a réunis, mais malgré la main tendue d’Ethan. Livie l’a de nouveau perdu sous le poids de ses mensonges. Aujourd’hui, un secret supplémentaire les sépare. Un secret qui a réuni Greg et Livie dans un tourbillon infernal. Elle sait que dorénavant, rien ne sera jamais plus pareil. Elle sait qu’elle doit aujourd’hui faire un choix. Le choix de protéger son frère au risque de perdre son grand amour. Une décision qui va s’avérer bien plus difficile qu’elle ne se l’imaginait. Et si ce choix n’en était pas vraiment un ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement Nelly qui est toujours au top. Elle nous propose ici un troisième tome pour sa saga « Toi, moi et les étoiles ». Encore merci pour ce merveilleux service presse.

Une chose est sur c’est que globalement, c’est une saga qui pourrait plaire à bon nombre de femmes. J’étais restée sur ma faim et sur un terrible suspens lors de la fin du deuxième tome, c’est donc avec une avidité certaine que j’ai retrouvé les personnages de cette saga.

J’ai trouvé ce troisième tome satisfaisant et utile. On avait besoin de ce tome pour comprendre. Je pense que la relation entre Livie et Ethan est beaucoup plus intense après avoir lu troisième tome.

Tome sous le signe du pardon, de la compréhension et de la renaissance à mon goût. J’ai beaucoup aimé la note que cela donne globalement à la saga. C’est beaucoup plus doux malgré les nombreuses tensions entre les personnages. Ce tome sert à apaiser toute la souffrance et la douleur que tous les personnages ont rencontrées de manière différente. J’ai trouvé ce tome très intéressant.

La trame de la saga se poursuit. On est toujours avec, principalement, notre trio de choc : Livie, Ethan et Greg. Greg ne parvient pas à pardonner Ethan de l’avoir trahi en séduisant sa sœur. Ethan n’arriver pas à oublier tout le mal que Greg a fait à sa sœur et Livie est déchirée entre son frère et son amant. Toutes les tensions sont au maximum. C’est une belle lecture.

J’ai beaucoup apprécié le caractère d’Ethan ainsi que celui de Livie. Je suis un peu moins fan du personnage de Greg qui est, à mon goût, un peu trop surprotecteur. C’est vraiment dérangeant.

Le couple Livie/Ethan me plait toujours autant ? J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on comprenne que l’amour est plus fort que tout : plus fort que les mensonges, que les souffrances et l’incompréhension totale face à des révélations atroces. J’ai aimé qu’ils continuent à être là l’un pour l’autre après tout ce qu’ils ont traversé.

Bien qu’un peu récalcitrante par rapport au personnage de Greg, j’ai quand même trouvé que ce dernier avait beaucoup évolué. Il est devenu un peu plus flexible et raisonné bien que souvent il se laisse emporté pour un petit rien qui devient rapidement une grosse montagne. Il fait des efforts pour Livie et pour ne pas la perdre une nouvelle fois. J’ai trouvé ça assez mignon.

Livie est elle face à ses choix. Elle doit savoir faire un choix pour ne pas exploser au risque de perdre son frère ou son petit ami. Tout au long du roman, on lit sa réflexion sur le sujet. C’est vraiment fort. J’ai beaucoup apprécié la fin de ce troisième tome et le dénouement face aux secrets de Livie et de Greg.

J’aime toujours autant alternance des moments passés et présent. Cela nous permet d’en s’avoir plus sur la famille de Livie. On remue le passé et les choses qui se sont produites. On en apprend plus sur ce monstrueux père : physiquement ou verbalement parlant, il est une horreur. J’adore détester ce personnage et j’espère en savoir plus quand le quatrième et dernier tome.

La plume de l’auteure est toujours aussi agréable. Elle reflète vraiment bien les personnages. Elle apporte une touche de pathos qui n’est pas négligeable avec un tome comme celui-ci. C’est vraiment agréable

Ma note : 18/20

 

18

Love Story au collège d’Anne Saulot

5skonon3wqRésumé : Trois personnages. Un lieu. Emilie Delaporte a tout pour être heureuse : un métier qu’elle aime, des élèves attachants et des collègues sympas (pour la plupart). Et pourtant, un jour, c’est la chute. En une soirée, sa tranquillité d’esprit vole en éclats. Guillaume aime Emilie et n’en fait pas de mystère. Pourtant, quand une nouvelle collègue débarque et lui fait les yeux doux, il doute. Laurent est le nouveau chef qui doit composer avec les humeurs des troupes et son attirance pour Emilie. Sa position est-elle un frein à une relation entre eux ?

Mon avis : Je remercie l’auteure ainsi qu’Evidence Editions pour ce service presse très frais que j’ai beaucoup apprécié.

Une bonne chick-lit à la française pour moi. En plus, nous sommes propulsés dans un univers que je connais très bien puisque je suis dans l’éducation nationale (en tant que surveillante) depuis quelques années.

Je suis vraiment ravie de cette lecture qui s’est avérée être très rapide. En effet, c’est une lecture qui tient ses promesses sans prétention aucune. C’est très agréable à lire et la simplicité des mots est très appréciable.

On fait la rencontre d’Emilie, une jeune professeur d’anglais, de Laurent, le nouveau principal adjoint du collège et Guillaume, le surveillant qui fait craquer toutes les filles et qui fait l’unanimité auprès des filles.

Ce que j’ai beaucoup apprécié c’est que l’auteure a su parfaitement retranscrire l’univers de l’éducation nationale : à savoir que parfois, on se demande qui sont les gamins à surveiller ! J’ai trouvé ça assez sympathique à lire, j’ai retrouvé, à travers certains personnages, certains de mes collègues. C’était assez drôle, j’ai franchement ri à quelques passages et bien souri à d’autres.

Emilie est un personnage que j’ai beaucoup apprécié dans le sens où elle semble être un professeur très doux et très patient. Avec un charme fou, elle parvient à séduire élèves comme collègues.

Un trio « amoureux » s’installe entre Laurent, Guillaume et Emilie. C’était assez intéressant. Laurent, strict et prétentieux ne se laisse pas berner par cette bande de professeurs qui n’est bonne qu’à râler. Guillaume est beaucoup plus détendu et charmeur, il parle à tout le monde, connaît tout le monde et est apprécié par tout le monde. C’est un homme chaleureux que tout le monde connait dans le collège. Ce qui m’a un peu chagriné c’est que le trio s’est effacé vers la fin. Pour ne laisser qu’un duo mais la troisième personne passe un peu trop rapidement à autre chose à mon gout.

L’histoire est prenante et sait nous faire tenir en haleine jusqu’au dernier mot. C’est une lecture très agréable.

De plus, au travers de la plume d’Anne, on se rend très vite compte qu’elle sait de quoi cropped-cropped-Logo-évidence-éditions-finalelle parle et que des situations décrites dans le roman sentent le vécu. J’ai trouvé ça assez drôle de m’imaginer une Léa ou encore deux professeurs se battre pour une blague de collégien. Je ne vous en dit pas plus mais tous les personnages et les péripéties valent le coup d’œil. C’est vraiment très sympathique à lire.

Je suis aussi ravie d’avoir pu lire les mots provenant d’une plume de qualité qui amène beaucoup de punch et de dynamisme au roman.

Le petit bout de vie « de l’autre côté de la barrière » de l’éducation nationale est donc fort intéressant. C’est vraiment une lecture parfaite pour l’été, à l’ombre d’un parasol ou au bord de la piscine !

Ma note : 16/20

 

10

Je suis passée plusieurs fois par les portes de l’enfer Tomes 1 & 2 – Justine Obs

Résumé : Laissez-vous guider dans le tourbillon noir de son existence… L’histoire d’une relation affective, émotionnelle et déchirée d’une enfant face à une mère peu responsable, « borderline » et à un père violent alternant amour et rejet. C’est le récit d’une vie, une vie chaotique menée avec brio par une jeune fille plus forte qu’elle ne le pense… 

Mon avis : Je remercie chaleureusement Justine pour l’envoi de ces deux services presse et pour la confiance dont elle a fait preuve à mon égard.

Récit purement autobiographique, je peux vous dire une chose : cette lecture prend aux tripes. C’est assez surréaliste de se dire que des enfants vivent ça. Je suis ressortie de ma lecture profondément émue et triste en même temps.

Je pense, dans un premier temps, que l’on peut déjà saluer le courage de Justine pour avoir réussi dans la vie, pour avoir survécu à toutes ses horreurs mais surtout pour avoir réussi à coucher ça sur le papier et à montrer au monde entier les monstres que sont ses parents.

Très souvent, j’arrive à trouver des excuses aux gens pour leurs mauvaises actions mais ici, je n’y arrive pas.

On fait la rencontre de Justine donc, une petite fille toute mignonne et sympathique qui vit l’enfer à la maison. Entre un père ultra violent que ça soit physiquement ou verbalement ainsi qu’une mère qui tente de la protéger de son père mais qui est un monstre elle aussi, Justine n’a pas de chance.

Elle enchaîne les plans pourris de ses parents, elle change de maison/appartement comme elle change de chemises, elle n’est à sa place nulle part et le peu de bonheur qu’elle a, ses parents le détruisent assez rapidement.

Justine fait tout pour s’en sortir, pour grandir normalement même si elle n’est pas perçue comme une enfant « normale » à l’école que ce soit par ses camarades ou professeurs. En difficulté scolaire (forcément, garder un œil sur son frère parce que sa mère est trop occupée pour le faire, ça ne doit pas aider !), elle montre au monde entier qu’elle veut s’en sortir. Elle se désolidarise de ce que ses parents font. Sa famille l’entoure et l’encourage.

Plus on tourne les pages de ces deux tomes, plus on se rend compte qu’elle grandit, qu’elle veut s’en sortir.

Roman autobiographique, il met en avant la difficulté qu’on a, quand il faut faire les choses seule, sans parents.

On suit aussi la vie amoureuse de Justine qui n’est pas non plus de tout repos. Elle cherche du travail, tant bien que mal, elle arrive à mener sa vie.

Beaucoup d’évènements nous mettent rapidement en colère, on se rend compte que les erreurs de Justine font écho à celles de ses parents et on tremble, on se demande si elle va s’en rendre compte, si quelqu’un va l’aider. C’est un roman très prenant émotionnellement parlant.

J’ai eu la chance de pouvoir parler un peu avec Justine. C’est vraiment une fille très gentille et je suis désolée qu’elle ait pu vivre des atrocités pareilles mais je suis tellement heureuse d’avoir lu ce qu’elle est devenue ! Je suis tellement heureuse pour elle.

Je respecte et applaudis un courage sans faille, une plume forte et dynamique. Des mots justes qui nous permettent de vivre des émotions fortes. Ce roman nous remet les idées en place : enfin, c’est mon cas. Je me rends compte de la chance que j’ai eu en ayant eu une enfance normale. Et je pense à tout ceux qui sont dans le cas de Justine. Dure réalité !

Ma note : 16/20

12

Le marais de la vengeance – Christelle Rousseau

51iySoBBAjL._SX195_Résumé : Un village breton, un domaine et un marais. Ce dernier alimente un grand nombre de légendes et surtout inspire la peur aux habitants. Lorsque Charlotte « Charlie » Kraven, célèbre romancière achète la Roseraie, elle n’imagine pas qu’elle va plonger dans une aventure aussi effrayante que mystérieuse, quelques fois, au péril de sa vie.

Mon avis : Je remercie Evidence Editions pour ce Service Presse qui m’a énormément plu. En effet, je ne m’attendais pas à ce que je sois autant happée par l’histoire.

Je m’explique, je suis une lectrice chiante, dans le sens où… Je suis extrêmement compliquée à satisfaire une fois qu’on parle de fantôme et d’esprit. Ici, j’ai vraiment apprécié la lecteur du roman de Christelle Rousseau.

Le marais de la vengeance est un roman qui peut plaire aux fans du genre esprit mais aussi à ceux qui aiment les légendes urbaines ou autres. En effet, on se base ici sur des évènements qui se sont passées des siècles avant l’histoire de Charlotte Kraven. En effet, notre lecture commence dans les années 1670  puis on fait un bon dans le temps en arrivant dans une partie qui relate des faits qui se sont passés entre 1907 et 1983 et dans une autre partie qui nous relate les faits de 2016.

On fait donc des bonds dans le temps. Bien souvent, il est difficile de tenir une intrigue quand on passe du passé au présent dans ce genre ci. Je trouve que l’auteure s’en est très bien sortie, en effet, on est happé par l’ambiance et l’intrigue, c’est vraiment très bon ! Je n’ai pas vu les 500 pages passer.

Charlotte Kraven achète la Roseraie : un domaine magnifique laissé à l’abandon à cause de la peur qu’il instaure. Tous les habitants de ce domaine depuis des siècles ont vu leurs vies basculées d’une manière ou d’une autre. Drames familiaux : meurtres, suicides et disparitions à foison. C’est la panique dès que quelqu’un ose s’approcher de trop près de la Roseraie.

J’ai trouvé le personnage de Charlotte assez attachant. C’est une écrivaine qui ne veut rien lâcher, elle est déterminée et courageuse (je serai partie depuis longtemps, je vous le dis). Elle veut comprendre ce qui se passe dans ce domaine. J’ai trouvé ce personnage beau. Valentin est, lui aussi, un personnage très attachant : il aide Charlotte comme il le peut, ses recherches sur la maison sont indispensables et les découvertes qu’ils font sont géniales.

On est dans une ambiance complètement surnaturelle, c’est vraiment pas mal organisé ! cropped-cropped-Logo-évidence-éditions-finalJ’ai beaucoup aimé la fin où toutes les pièces du puzzle se lient entre elles. Pour moi, l’effet de surprise est bien présent jusqu’aux dernières lignes du roman.

J’ai vraiment trouvé que c’était une lecture géniale, j’ai tout apprécié du début à la fin. Le petit côté historique me plait énormément. De plus, je trouve que la légende du marais est très bien exploitée.

Les personnages sont nombreux vu que l’on traverse les époques mais je trouve que les personnages principaux ont tous une psychologie différente et très détaillée c’est vraiment très appréciable. On est dans des époques différentes avec des personnages différents, ce qui nous permet d’avoir une lecture fraîche et dynamique.

La plume de l’auteure est très attirante. Plume dynamique, elle nous permet de lire les 500 pages sans aucune difficultés. C’est simple et limpide : le pied quoi ! Je n’hésiterai pas à lire un nouveau roman de cette auteure. C’est une très belle découverte : le côté fantastique est aussi bien exploité que le côté historique et mystique.

Ma note : 18/20

 

10

L’année du volcan – Jean François Parot

9782356415806-TRésumé : 1783. L’éruption gigantesque d’un volcan en Islande provoque d’importants changements climatiques. La France commence à vaciller, les caisses se vident. Nicolas est chargé par la reine d’enquêter sur la mort violente d’un de ses proches : le vicomte de Trabou. L’homme est mystérieux, il fréquente le monde de la finance. Ne cherche-t-il pas à camoufler une affaire de fausse monnaie ? Tous les moyens sont-ils bons pour combler l’immense déficit du Trésor royal ? Les investigations de Nicolas Vont le conduire en Angleterre et le mener à deux personnages, le comte de Cagliostro et la comtesse de la Motte, chacun au cœur d’affaires où, là aussi, l’argent est en jeu.

Mon avis : Voici mon avis sur une affaire de Nicolas Le Floch. J’ai emprunté ce livre à la médiathèque parce que j’ai très souvent entendu parler de cette saga et j’avais envie de me faire mon propre avis. C’est assez mitigé pour ma part.

Dans un sens, c’est un peu de ma faute, je n’ai pas forcément réfléchis et j’ai pris une histoire qui n’était pas le Tome 1, il me manquait donc une partie des informations bien que ces dernières ne sont pas non plus essentielles à la compréhension du texte mais j’ai perdu un peu d’informations qui m’ont un peu perdue.

J’ai fait la rencontre de Nicolas le Floch, enquêteur qui intervient beaucoup à la cour de Versailles. En effet, j’ai beaucoup apprécié le fait que cela soit un homme de confiance ainsi que qu’un homme solicité par le roi en personne.

La royauté en France est une période large certes, mais j’ai toujours beaucoup apprécié en savoir plus sur cette dernière. Ici, j’espérais avoir un autre point de vue sur la période. Je savais bien qu’il serai romancé mais j’avais bien envie d’avoir des nouveautés. C’est là que j’ai été un peu déçue.

J’ai choisi de faire cette lecture en audiolib puisque j’avais lu pas mal d’avis divergents sur cette saga. J’ai bien fait dans un sens, j’ai pu, ainsi, ne pas m’ennuyer. J’ai fait des pauses (j’écoute mon audiolib en voiture principalement).

Par moment, la lecture est un peu compliquée, les indices partent dans tous les sens et pour moi, il y a un peu trop de personnages pour une enquête policière. J’avoue que l’auteur est parvenu à me tenir en haleine jusqu’au bout et à semer le doute dans mon esprit mais je reste quand même mitigée sur mon écoute. Je pense donc retenter l’écoute ou la lecture d’une des aventures de Nicolas le Floch pour me faire ma propre idée.

L’intrigue, dans ce tome, reste sympathique : la reine fait appel à Nicolas pour enquêter sur la mort d’un de ses amis, le Vicomte de Trabou, mort piétiné par un cheval. Nicolas enquête longuement avec son ami et collègue, cela l’emmène dans les bas fonds de Paris mais aussi en Angleterre. La mort de ce vicomte soulève bien des choses : on parle de fausses monnaies, de duperies, de trafic. Bref, c’est une énorme enquête au final.

Je pense que le fait que cela parte dans tous les sens m’a un peu ennuyé et perdue dans ma lecture. J’ai trouvé la fin un peu redondante et les explications un peu trop abracadabrantesques pour tenir debout.

Cependant, la plume de l’auteur reste intéressante. Elle est assez fraîche et dynamique et je pense que c’est ce qui m’a permis de tenir jusqu’à la fin. J’ai aussi beaucoup aimé la construction de certains personnages mais surtout Nicolas Le Floch qui reste un bon personnage principal qui ne manque ni d’intelligence, ni de charme.

J’attends de voir la suite pour avoir un avis plus étayé sur le sujet. Des sagas comme celle-ci ont de nombreux tomes, il est fort possible qu’un roman soit moins bons que d’autres.

Ma note : 12/20

20

Percy Jackson – Tome 3 : Le sort du Titan – Rick Riordan

téléchargementRésumé : Les monstres sont toujours décidés à tuer les demi-dieux. Percy et ses amis Annabeth, Grover et Thalia se retrouvent face à un horrible manticore. Ils n’ont la vie sauve que grâce à l’intervention de la déesse Artémis et de ses Chasseresses. Mais, lorsque Annabeth puis Artémis disparaissent, une nouvelle quête semée d’embûches s’annonce : Percy devra plus que jamais se méfier des manipulations et des pièges de Cronos, le Seigneur des Titans.

Mon avis : J’avais envie d’une petite lecture personnelle. J’avais besoin d’un peu de fraîcheur et d’un roman que j’étais certaine d’apprécier. Mon choix s’est porté sur le troisième tome de Percy Jackson écrit par Rick Riordan. J’avais passé d’excellents moments avec les deux premiers tomes. J’ai foncé pour lire ce troisième donc.

Petite différence avec les deux premiers, le troisième tome n’a pas d’adaptation cinématographique. Je partais donc à l’inconnu, ce qui a rendu ma lecture encore plus enrichissante. J’ai beaucoup aimé !

On retrouve notre trio : Annabeth, Grover et Percy ainsi que Thalia, fille de Zeus, redevenue humaine grâce à la Toison d’or (Si cela vous intéresse, c’est dans le deuxième tome de la saga).

J’ai beaucoup apprécié retrouver de nouveaux grands Dieux : Ici, c’est plutôt Artémis et son frère Apollon ainsi qu’Aphrodite que l’on voit le plus dans ce roman. Bien qu’on les retrouve tous à un moment, on retrouve ces dieux plus particulièrement tout au long du roman.

On fait aussi la rencontre des chasseresses d’Artémis, un groupe de jeunes femmes qui ont prêté allégeance à Artémis renonçant ainsi à leurs vies sexuelles, à leur mortalité ainsi qu’à la vieillesse.

Annabeth et Artémis disparaissent. Percy, Grover, Thalia et des chasseresses partent à la recherche de leurs amis. C’est assez captivant comme aventure. On traverse une nouvelle fois des mythes antiques qui nous font vraiment passer un excellent moment !

On retrouve Pan. Ca m’a vraiment fait plaisir pour Grover. Il a enfin une piste tangible pour retrouver Pan. J’ai trouvé ça vraiment cool ! En plus, Grover est un personnage que j’affectionne beaucoup.

La disparition d’Annabeth se fait sentir. Percy se sent seul et j’ai bien l’impression qu’il y a de l’amour dans l’air. C’est vraiment assez plaisant de voir leur relation évoluer ainsi. J’ai aussi trouvé très touchant le fait que Grover tienne son rôle de meilleur ami avec cette force et ce courage. En effet, Percy peut toujours compter sur son ami et c’est une très belle relation.

Bien que les deux premiers tomes ont un côté très jeunesse, j’ai trouvé que ce troisième tome était beaucoup plus pour adolescent voir jeunes adultes. En effet, j’ai trouvé la plume plus sérieuse, l’intrigue aussi. On laisse plus de place à la tension et à l’inquiétude. On sent que le pire va arriver.

Chronos et Luc sont toujours présents de plus ou moins loin. C’est assez frustrant. On sait que ça va tomber mais quand ? La lecture prend une tournure très intéressante je trouve. Les adolescents grandissent, cela se voit, se sent, se lit !

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable. En effet, on ne se lasse pas des aventures de Percy Jackson. C’est vraiment une bonne saga qui me pousse à acheter les autres sagas du même auteur. C’est assez exaltant.

Une chose est certaine, je suis ravie de mettre plongée de nouveau dans cet univers qui est excellent ! J’ai hâte de pouvoir lire la suite. C’est vraiment excellent ! On mêle le monde moderne au monde antique avec brio !

Ce roman est lu dans le cadre du challenge ABC 2017 !

marauda-verbo-challenge-abc-1

Ma note : 17/20

 

15

Code Victoria – Thomas Laurent

téléchargementRésumé : Rochehauh, petit village oublié de tous, où, selon un manuscrit médiéval, serait enfermé le diable lui-même… Un parfait sujet d’article pour Victor, journaliste, parti enquêter trois mois plus tôt, mais jamais revenu. Pour comprendre ce qu’il s’est passé, son amie, Victoria, décide de se rendre à Rochehauh. Rapidement, elle est forcée d’admettre que quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi lui interdit-on l’accès au vieux monastère ? Quel secret Victor avait-il découvert dans les pages du codex crypté ? Qui est cet inconnu qui la menace ? Happée dans un dangereux jeu de piste, Victoria n’a d’autre choix que de découvrir la vérité. Plus aucun doute : sa vie en dépend…

Mon avis : Je remercie grandement Thomas, l’auteur de ce roman pour m’avoir permis de lire Code Victoria. Thomas est un jeune auteur plein de vie, très gentil et qui met rapidement à l’aise. J’ai eu la chance d’avoir quelques échanges avec lui, cela fait plaisir d’avoir des auteurs aussi gentils avec qui converser.

Code Victoria est un thriller ésotérique rondement mené qui nous emmène loin de la civilisation telle qu’on la connait. On est propulsé dans un univers digne du Da Vinci Code. On part à la découverte d’un manuscrit. C’est vraiment palpitant.

On fait la rencontre de Victoria, une jeune femme qui n’a vraiment pas eu de chance dans la vie. C’est une jeune femme pleine de vie malgré que cette dernière n’est pas un cadeau pour elle : orpheline, adoptée par des parents qui se foutent complètement de ce qu’elle peut être ou devenir. Elle s’en sort quand même, petit à petit, mais elle parvient à se reconstruire. J’ai trouvé ce personnage très bon : elle ne lâche rien, elle veut savoir comment a disparu Victor, son amoureux, mais surtout : pour quelles raisons a-t-il disparu ?

Rochehauh est un village dans le fin fond du paysage français. On est dans un huit-clôt parfait. Les gens sont méfiants, ils cachent la vérité et surtout un terrible secret. On ne sait pas à qui on doit faire confiance.

J’adore ce genre d’ambiance qui nous promet de nombreux rebondissements au fil des mots. Tout s’enchaîne très rapidement. J’aime beaucoup le fait de lire, de me faire mon avis sur les personnages et de voir quelques temps après qu’ils n’étaient absolument pas ce à quoi je m’attendais.

La plume de l’auteur est très additive. Thomas nous propulse dans un univers sombre qui est très intéressant : on est dans les labyrinthes, les secrets, les sectes. C’est vraiment un univers qui me passionne. J’ai été happé par ma lecture.

Les personnages que l’on découvre sont hauts en couleur, ils sont tous très différents et c’est très agréable. On a un panel large et varié de personnages qui nous font vivre une belle aventure.

Tout est réuni pour que l’on passe un superbe moment. Ca faisait longtemps que je n’avais pas lu de Thriller aussi intéressant, c’est bluffant. Je n’imagine même pas le nombre de recherches que l’auteur a du effectué pour en arriver à ce petit chef d’œuvre. Je suis admirative du travail de l’auteur. Je sais que ce n’est pas facile de faire autant de recherches et parvenir à les mettre en place pour en faire une histoire prenante.

J’ai aussi beaucoup apprécié l’évolution de Victoria. Elle devient certaine d’elle alors qu’au début elle se montrait un peu réticente devant la nonchalance certaine des habitants. Mais elle prend de l’assurance, son intelligence est exceptionnelle, elle se rend compte de beaucoup de choses et montre une vivacité d’esprit incroyable.

C’est vraiment un très bon moment que l’auteur nous propose de passer autour des manuscrits perdus, retrouvés, à décrypter. J’ai vraiment adoré !

Ma note : 19/20

12

Kiz’hope de Virginie Malann

19144008_490545691288183_5946075018268121173_oRésumé : Après un grave accident de voiture, Emy, 29 ans, remet sa vie en question et souhaite tout changer avec l’aide de sa meilleure amie et colocataire, Lola. Son but ? Vivre et ne plus survivre. Première étape : retrouver son amour de lycée, Antony. Ce dernier, danseur professionnel, est de retour dans sa ville natale avec sa troupe. Son objectif ? Faire découvrir sa passion avec son meilleur ami et associé : Samuel.

Pour trouver les réponses à ses questions, la jeune femme devra pousser les portes de son destin et se prouver qu’elle est capable d’affronter la vie et son lot de déceptions. Les chemins d’Emy et d’Antony vont-ils se croiser à nouveau ? L’amour sera-t-il au rendez-vous ? Rien n’est moins sûr…

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois chaleureusement Marie, qui est toujours au top et qui fait un travail merveilleux ainsi que Nisha Editions pour l’envoi de ce Service Presse.

Je fus assez surprise de la rapidité de la lecture ainsi que de la rapidité avec laquelle j’ai réussi à me plonger dans l’univers que l’auteure nous propose. En effet, je n’ai jamais lu de roman qui nous plonge dans l’univers de la danse et plus particulièrement dans l’univers de la kizumba (en espérant ne pas massacrer l’orthographe du mot).

On fait la rencontre d’Emy, une jeune femme qui veut croquer la vie à pleines dents après avoir survécue à un accident qui aurait pu s’avérer être mortel pour elle. On fait aussi, par la même occasion, la rencontre de Lola, la meilleure amie d’Emy. J’ai été bien surprise par la dualité de ce couple d’amies : en effet, nous avons une Emy douce, qui mâche ses mots et qui fait attention à ce qu’elle dit et fait tandis que Lola est, elle, tout l’inverse : en effet, entre le vocabulaire fleuri et les situations qui peuvent mettre la plupart des gens mal à l’aise, on est servi ! J’ai réussi à m’identifier plus facilement à Emy qu’à Lola parce que mon caractère est moins extravagant que celui de Lola que j’ai trouvé un peu chiante par moment.

J’ai aussi beaucoup apprécié le fait qu’Emy veuille retrouver son amour de jeunesse. Antony est un mec sur de lui, assez beau et très romantique. Tout ce que j’aime quoi ! En face, ou à ses côtés (selon le point de vue que vous décidez d’adopter), on trouve Samuel : son meilleur ami et son collègue de danse. Il est beau, intelligent et fait rêver toutes les filles. J’ai trouvé un peu dommage que la danse ne reste qu’en toile de fond pour cette première saison. En effet, j’aurais voulu un peu plus d’action par rapport à ça. Le côté séducteur de la kizumba ressort nettement et j’ai beaucoup apprécié ce détail mais il m’a laissé un goût de trop peu dans la bouche.

J’ai tout de suite compris en quoi l’intrigue allait tenir. Bien qu’elle est assez simple, l’auteure parvient à ajouter des péripéties qui font que l’on ne s’ennuie absolument pas lors de notre lecture.

J’ai aimé avoir le ressenti d’Emy sur les situations pas franchement faciles qu’elle vit. 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nC’est assez agréable de voir ce qu’elle pense et ce qu’elle dit. On voit qu’elle prend beaucoup sur elle et c’est vraiment agréable d’avoir une personne comme ça dans un roman.

Ce que j’ai trouvé aussi très sympathique c’est que les sphères différentes de la vie d’Emy se rejoignent aisément : elle n’oublie pas son amie Jessy au centre de rééducation, elle n’oublie pas Lola, elle n’oublie pas Antony et Samuel.

En bref : cette première saison est très prometteuse : on a envie d’en savoir plus sur ce qu’il va se passer. Cette saison est sous le signe d’un combat interne entre le cœur et la raison mais aussi entre les deux hommes qui font battre le cœur d’Emy de manière différente. J’ai hâte de savoir ce que l’auteure nous réserve pour la deuxième saison !

Ma note : 17/20

21

La soeur du roi – Alexandra De Broca

téléchargementRésumé : Elle se nomme Elisabeth, princesse de sang, orpheline mais (petite fille de Louis XV et) sœur de Louis XVI. Recluse à la cour de Versailles, elle a le choix entre devenir religieuse ou s’éloigner de son pays en épousant un prince inconnu. Mais elle est brillante, avide de connaissances et tourmentée. Elle parvient à se faire respecter par son intelligence, sa foi, son attention aux autres et son mode de vie très loin des errances de Marie-Antoinette. Dans son domaine de Montreuil, elle reçoit les esprits les plus brillants du siècle et se fait aimer sous le nom de Madame Elisabeth.

Lui, François Dassy, originaire de Strasbourg, brillant médecin, est un passionné de sciences et de découvertes. Il accepte pour quitter les siens de devenir botaniste au service de Lemonnier, médecin du roi à Versailles.

Leur rencontre improbable dans la forêt de Fontainebleau fait surgir leur soif commune de progrès et de vie meilleure pour les sujets de Louis XVI. Une meilleure alimentation, la découverte de la contagion, les premières vaccinations, les espèces botaniques venues de loin nourrissent leur amour secret. Mais l’évidence de leur sentiment surmontera-t-elle l’interdit de leur relation ? Et si la révolution qui menace l’ordre établi et qui les empêche d’être ensemble devenait leur alliée ?

Mais Elisabeth saura-t-elle suivre les idées nouvelles qui bouleversent la France ? Et mettre en danger son frère ? Ce frère qu’elle chérit et dont elle est devenue la confidente devant les difficultés de son règne. Et Dassy qui est-il vraiment ? Un homme de valeur ? Un imposteur ? Louis XVI, soucieux de tolérance pour son peuple saura-t-il l’être pour sa sœur aimée ? Juin 1789, les évènements obligent après quatre ans de clandestinité Elisabeth et Dassy à choisir entre amour et loyauté.

Mon avis : Je remercie chaleureusement une nouvelle fois Gilles Paris ainsi que son équipe, surtout Jules qui est un stagiaire merveilleux ! Un grand merci à vous tous pour votre confiance et votre amabilité qui fait chaud au cœur.

J’ai choisi ce roman parce que je suis une folle d’histoire mais surtout de la période de la royauté. Assez habituée à la période de Louis XIV, c’est avec avidité et curiosité que je me suis lancée dans la période du règne de Louis XVI.

Ici, point de vue original puisque l’on quitte la Cour de Versailles ainsi que les vices et plaisirs du palais pour retrouver la sœur de Louis XVI qui est bien loin de l’extravagance de la cour mais surtout loin de l’extravagance de sa belle sœur, Marie-Antoinette.

J’ai beaucoup aimé découvrir la vie d’Elisabeth, sœur du roi, qui se montre être une femme incroyable et qui ne méritait pas de finir comme son frère. J’ai trouvé ça quelque peu triste.

Cependant, je trouve que l’auteure mène avec brio sa barque dans ce roman biographique. En effet, l’auteure nous indique à la fin du roman que les faits sur Elisabeth sont relatés dans des documents historiques mais qu’elle a romancé la vie de Dassy.

Elisabeth est un personnage haut en couleurs : elle est très curieuse, belle et intelligente. J’ai trouvé adorable la relation qu’elle entretient avec son grand-père (Louis XV) basée sur l’amitié et l’amour familial ainsi que sur l’amour de la vie et la curiosité des choses. C’est vraiment une très belle relation.

Elisabeth se montera être une jeune femme épanouie, avide de connaissances dans tous les domaines. C’est vraiment très beau à lire. D’un naturel assez doux, la relation qu’elle entretient avec Dassy, ce jeune docteur qui s’avère lui aussi un puits de connaissance.

La relation amoureuse s’installe doucement mais surement, c’est un bel épanouissement à lire.

L’auteure est facilement parvenue à me convaincre avec une plume magnifique, on est transporté dans l’univers de Louis XVI bien qu’en décalage par rapport au faste de l’époque. J’ai trouvé la relation Elisabeth/Dassy merveilleuse.

Ma note : 17/20

20

Bilan Juin 2017

hello-june

Coucou, voici mon bilan pour Juin 2017. Petit bilan de 10 romans. J’ai eu beaucoup d’anniversaires, de sortie, de travail aussi. Je n’ai pas pu lire autant que je veux, surtout que j’ai eu une belle panne de lecture en plein milieu du mois.

Je ferai mieux en Juillet. Avec les vacaaaances qui arrivent, c’est le bonheur assuré !

Place au bilan 🙂

 

Pour un total de 3000 pages et de 13 heures 15 d’écoute!