20

Terminus – Jonathan Theroude

CVT_Terminus_3108.jpgRésumé : Vincent Kaplan avait tout pour être heureux. Une situation professionnelle, une vie de couple épanouie et une fille merveilleuse. Mais il a tout foiré. Par faiblesse. Ou par vanité. Ou par stupidité peut-être… Une lente descente aux enfers commence. Mais la vie est faite de rencontres. Parfois salvatrices. Une lente remontée vers la lumière s’opère alors. Non sans difficulté. Non sans doute. Non sans appréhension. Le prix du chemin de la rédemption. Peut-être… Il renoue, doucement, avec tout ce qu’il a perdu. Et des ténèbres surgit la lumière. D’abord une faible lueur d’espoir. Ensuite, une folle promesse de retrouvailles avec sa fille, Marie, perdue de vue depuis si longtemps. La vie est faite de rencontres. De bonnes et de mauvaises. Au bon moment ou au mauvais moment. Pour le meilleur et le pire. Pour le meilleur ou le pire.

Mon avis : Je remercie Emma qui m’a gentiment contacté au sujet d’un nouveau partenariat. Je suis heureuse de vous annoncer que je suis l’heureuse partenaire des éditions Nouvelle Bibliothèque (Nobi).

Je commence ce partenariat, avec un roman qui fut une très belle surprise. En effet, avec le résumé et la couverture, j’étais plutôt sceptique sur le genre. Encore une fois, je me suis mis le doigt dans l’œil. J’ai adoré ce que j’ai lu.

On fait la rencontre de Vincent. Un homme qui avait tout pour lui, tout. Cependant, aveuglé par ce succès fou dans tous les domaines, Vincent a tout perdu. On suit le cheminement de cette longue descente aux enfers. Vincent est un personnage que j’ai apprécié découvrir tant il regorge de mystères et d’originalité.

J’ai apprécié ce va-et-vient constant entre le présent et les flash-back qui expliquenttéléchargement.jpgcomment Vincent en est arrivé là. Entre vantardise, faiblesse, orgueil et alcool, Vincent fait le point sur sa vie. On a l’impression qu’il attend une deuxième chance de la part de cette vie qui ne lui a pas forcément souri jusqu’ici.

La fin est vraiment très bien ficelée. Jonathan Theroude passe toute l’histoire à nous conforter dans ce que nous pensions être un roman déjà tout tracé mais non ! J’étais surprise par la fin. J’ai pris du temps pour digérer cette lecture forte, belle et poignante.

Je ne connaissais pas la plume de Jonathan Theroude, c’est vraiment une très belle découverte. En effet, la lecture s’est avérée tranquille, rapide et plutôt dynamique. J’ai adoré le côté acidulé du personnage de Vincent. En effet, même si celui-ci se dévoile difficilement, on finit par apercevoir un personnage très sympathique, qui a fait une erreur qui a chamboulé sa vie. Ainsi, on voit le passage de la lumière à l’ombre et de l’ombre à la lumière d’une manière bouleversante.

 La seule chose que je pourrais reprocher à cette histoire, c’est que certains détails mériteraient d’être un peu plus explicites. Cela aurait donné encore plus de force à l’histoire.

Je ne pensais pas que j’aurais pu être touchée ainsi par ce genre de roman avec un personnage aussi poignant. J’ai beaucoup apprécié ce roman que je ne peux que vous conseiller. C’est une très belle aventure livresque.

Les – :

  • Des détails qui auraient pu être plus exploités.

Les + :

  • Une plume très originale.
  • Une intrigue qui permet de voir les multiples facettes d’un homme perdu.
  • Le personnage de Vincent qui m’a beaucoup plu

Ma note :

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
14

Ceci n’est pas une banane – Céline Theeuws

téléchargement.jpgRésumé : Sixtine, fraîchement arrivée à Paris pour vivre la vie d’une vraie Parisienne, va voir son rêve se briser. Ses nouveaux collègues vont faire d’elle leur souffre-douleur. Insultes et coups-bas vont devenir son lot quotidien, un message envoyé à son corps qui va doucement fondre, jusqu’à se laisser dépérir. Ses bourreaux resteront-ils impunis ? Aura-t-elle la force de se venger ? Une chose est sûre, sa vie changera à jamais…  C’est un roman. Un roman épicé. Assaisonné de jalousie. Peint d’amertume, coloré et engagé. Avec un doigt d’humour. C’est l’histoire d’un corps qui va se désagréger face à la méchanceté. L’histoire d’une femme qui va plier sous le poids du silence. La réalité d’un corps. Une réalité dérangeante. Une histoire fondée sur des faits réels…

Mon avis : Je remercie Céline pour l’envoi de son roman en SP. J’ai eu la chance de le lire en avant première et je vous avoue que ça a été compliqué d’attendre la date ultime pour envoyer ma chronique et vous partager mon avis sur ce roman. Encore merci Céline, ta confiance est très importante pour moi : merci de m’avoir donné ma chance !

J’avais fondu pour « les douceurs d’Adrien » (je me souviens de tout : quand je l’ai lu, écrit ma chronique, bref c’était vraiment un excellent moment pour moi). Ceci n’est pas une banane certifie ce que je pensais : Céline est très talentuuuuueuse !!!! Mais quelle poésie !

Céline a réussi un exploit, en effet, lorsque j’ai lu le résumé j’ai un peu freiné mon ardeur dans le sens où lire un roman sur une quelconque forme de harcèlement, c’est assez compliqué pour moi. Ne voulant pas passer à coté de la plume de Céline, je me suis quand même laissé tenter et j’ai bien fait. Je vous avoue que j’ai été très surprise parce que j’avais sous les yeux. J’ai lu ce roman en quelques heures, impossible de décoller mes yeux des mots de Céline. C’est poignant, fort, plein de sens.

On fait la rencontre de Sixtine, une jeune femme courageuse, belle et très intelligente. A cause d’une petite réflexion, elle subit le courroux de ses collègues et sa descente aux enfers commence. J’ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Sixtine. Malgré la pression au travail, la manipulation de ses collègues, elle s’accroche. Entre perte d’appétit, de poids, de moral, Sixtine est au plus mal et m’a fait de belles frayeurs. Cependant, j’ai adoré son courage, sa maîtrise d’elle-même, sa volonté à sortir de la tête de l’eau. Et la petite chenille devient papillon !

Ce roman est à lire, honnêtement, il est génial. Je ne pensais pas qu’après « les douceurs d’Adrien » j’aurais pu être aussi voire plus conquise mais je me suis trompée, avec « Ceci n’est pas une banane », Céline Theeuws met la barre plus haute. Si mon cœur avait fondu pour le premier, mon cœur est une flaque pour celui-ci.

Il faut souligner le fait que le sujet reste traité avec humour ce qui permet une certaine légèreté dans la lecture ce qui la rend plutôt dynamique. C’est vraiment traité avec beaucoup d’ingéniosité et mes craintes du début se sont très rapidement envolées.

Je vous avoue que j’ai eu faim tout le long de ma lecture. La manière dont Sixtine d’applique dans son travail m’a mis l’eau à la bouche. C’est vraiment une belle lecture.

Je ne peux que vous pousser à découvrir l’univers de Céline Theeuws qui s’avère être génial. La plume est belle, délicate et faite pour parler de sujets qui fâchent, les sujets délicats. Ceux-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Mais comme Harry Potter, Céline n’a pas peur de les prononcer, de les pointer du doigt et de leur faire la fête !

Les + :

  • La couverture que je trouve très parlante.
  • La plume de l’auteure dont je suis amoureuse !
  • Le personnage de Sixtine que j’ai complètement adoré !

Les – :

  • Un nouveau coup de cœur pour ce merveilleux roman ! Aucun point négatif à souligner.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

24

Les collisions – Joanne Richoux

CVT_Les-Collisions_8600.jpgRésumé : Gabriel et Laetitia entrent en Terminale Littéraire. Il est brumeux et arrogant. Elle est fière et sauvage. Ils s’ennuient royalement au lycée, et ils ont comme une envie de le faire payer à tout le monde. Ça tombe bien : cette année, ils étudient Les Liaisons dangereuses. Ça va leur donner des idées…

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de découvrir l’univers complètement fou de l’auteure. Ici, lorsque j’ai vu « liaisons dangereuses » j’ai foncé, il ne m’en a pas fallu plus. Je vous avoue que si je ne m’étais arrêtée que sur la couverture, je n’aurais pas forcément sauté le pas. Rien de bien méchant mais je ne suis simplement pas attirée par cette couverture.

Comme je le dis bien souvent, l’habit ne fait pas le moine, ici, on s’en rend bien compte. Après avoir surpris avec l’univers de Versailles dans notre monde d’aujourd’hui, Joanne Richoux s’inspire des liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos pour nous faire passer un excellent moment de lecture. C’est assez particulier, j’ai du attendre un peu avant d’écrire mon avis sur cette lecture. Il y a beaucoup de sentiments et émotions qui se sont bousculés dans mon cœur et dans ma tête !

Laetitia et Gabriel sont des amis qui se sont bien trouvés. Ils entretiennent une relation trouble depuis plusieurs années. C’est assez troublant comme relation : ils sont beaux, ils savent qu’ils plaisent aux autres, ils sont séduisants… Et en jouent beaucoup pour semer le trouble dans les relations.

L’intrigue est assez simple : Gabriel et Laetitia s’ennuient durant leur dernière année de lycée. Une œuvre au programme les interpelle : Les liaisons dangereuses. Rapidement ils décident qu’ils seront Le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil. Ils choisissent des cibles qui deviendront les protagonistes du roman. C’est vraiment une idée formidable pour les deux adolescents : très rapidement, ils vont vite se rendre compte que tout leur échappe.

Je n’ai juste qu’une question : Où l’auteure est allée chercher une idée pareille ? Quel génie !!! J’ai vraiment adoré cette version des liaisons dangereuses moderne. EXCELLENT !

L’entrée dans le monde de Joanne RIchoux se fait dans un fracas ! En effet, je me suis retrouvée avec une plume qui ne prend pas de détour pour dire les choses, c’est cash, fracassant, on en redemande malgré le fait d’être malmené et bousculé dès le départ. J’ai trouvé cette plume à l’image des deux protagonistes principaux.

En plus d’être un roman frappant par l’intrigue et les personnages, ce qui fait la force de ce dernier tient dans la force de la plume de Joanne Richoux. Je pense qu’en effet, même s’il choque, ce roman fait merveilleusement écho aux liaisons dangereuses dans le sens où, à sa publication, le texte de Laclos a aussi fait des siennes. Je pense que le roman de Madame Richoux va faire des siennes aussi. C’est un roman que l’on aime ou que l’on déteste à mon avis. Pour ma part, c’est un véritable coup de cœur. Une petite bombe littéraire.

Les + :

  • Deux personnages forts.
  • La revisite du roman « les liaisons dangereuses » que j’adore
  • La fin qui est une claque incroyable.
  • Le tas d’émotions et de sentiments qui se bousculent encore dans mon être !

Les – :

  • Mon cœur de lectrice est comblé. COUP DE CŒUR TOTAL.

Ma note : 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

22

La clé du bonheur – Séverine Vialon

CVT_La-cle-du-bonheur_8300.jpgRésumé : Le bonheur ? Qui est-il ? Comment le trouver ? Est-on sûr de l’avoir atteint ? Virginie, jeune bibliothécaire, a pour seule passion de tenir compagnie aux vieilles dames de son village, six compagnonnes qu’elle rejoint tous les soirs. Pourtant, une rencontre va perturber cet équilibre qu’elle croit être son bonheur. Pourquoi l’oblige-t-on à remettre toute sa vie en question ?

Mon avis : Faisant partie des dix finalistes du prix des auteurs inconnus dans la catégorie Réalisme, j’ai pu découvrir la plume de Séverine Vialon par l’intermédiaire du roman « La clé du bonheur ». Je vous avoue que je ne m’attendais pas du tout à cela en lisant les dix premières pages et le résumé de ce roman.

Même si je ne peux pas parler de fiasco : cela serai un gros mensonge, je ne peux pas non plus parler d’un coup de cœur livresque, ni même d’une superbe lecture. Je ressors fortement mitigée de ce moment de lecture. Je m’explique :

On vit l’intrigue d’un point de vue externe, on alterne les situations entre les personnages : on rencontre Fred, Virginie ainsi que les petites mamies dont elle s’occupe. Même si j’ai apprécié les personnages de Fred et de Maria, je suis passée à côté du personnage de Virginie. Je n’ai pas compris ce personnage fort et sensible à la fois, je le reconnais. Ses réactions sont vraiment disproportionnées. Je n’ai pas compris pourquoi elle s’adresse à Fred de cette manière dès le départ.

Même si l’on comprend, par la suite, ce qu’il en est, le pourquoi du comment reste trop tardif et trop « gros » pour moi. J’ai eu du mal à m’identifier au personnage de Virginie parce qu’elle reste trop mystérieuse, je pense qu’avoir des indices sur ce qu’elle a pu vivre, ce qui fait qu’elle est ainsi aurait pu être sympathique.

J’ai apprécié Fred qui s’accroche malgré les vents phénoménaux qu’il se prend de la part 21558808_10155840743672376_432604085835244817_nde Virginie. Il est embarqué dans une situation de malade et encore une fois, le personnage du psychologue apporte une dimension complètement surréaliste. Je ne comprends pas pourquoi il fait cette expérience avec Virginie et pourquoi il la « force ». C’est vraiment étrange, et je vous prie de croire que si mon psychologue me fait ça, je m’en vais en courant. Pour le coup, je n’ai pas trouvé la situation réaliste du tout.

J’aurais aimé en savoir un peu plus sur Fred même si l’on sait pourquoi il arrive dans le village, le professeur des écoles reste bien mystérieux ? Ca aurait été sympathique d’en savoir plus sur ce qu’il ressent vis-à-vis de ce que Virginie lui fait subir.

J’ai tout de même apprécié les mamies qui rythment le récit et qui ponctuent l’intrigue grâce à des petites histoires assez drôles et qui prêtent à sourire.

J’ai aussi aimé la dénonciation des conditions de vie de certaines personnes âgées qui sont déplorables. Etant dans mon secteur d’activité, j’ai apprécié ce moment.

La plume de l’auteure reste très agréable à lire, elle permet une lecture rapide et pour ma part, j’ai lu tout d’une traite.

Les – :

  • Le personnage de Virginie dont la psychologie reste trop grossièrement travaillée pour moi.
  • Le psychologue qui propose une expérience, pour le coup, pas du tout réaliste.

Les + :

  • Le personnage de Fred que j’ai apprécié même si j’aurais voulu en savoir plus.
  • Les personnages âgées mises à l’honneur dans le roman.
  • La plume sympathique et fraîche de l’auteure.

Ma note : 

                                                    155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Mon combat – Jocelyne Tribot

images.jpgRésumé : À la suite d’un accident, Abby souffre d’une amnésie après s’être réveillée du coma. Aucun souvenir de son passé ni même de son mari, sa mémoire a été totalement effacée. Des images vont alors resurgir, ils la mettront face à des instants inconnus qu’elle seule pourra déchiffrer pour découvrir toute la vérité.

Mon avis : Le prix des auteurs inconnus m’a permis de faire des découvertes en tout genre cette année. Je suis heureuse de vous dire qu’il ne me reste plus que huit romans à lire sur vingt et un et ça, j’en suis très fière même si j’aurais pu mieux m’organiser, je vous l’accorde !

J’ai pu découvrir le roman « mon combat » qui ne fait pas fureur auprès de mes compagnons de travail. Je vous avoue que je suis passée complètement à côté de ma lecture.

Pourtant, l’idée de l’intrigue était bonne… Mais il manquait quelque chose pour que la mayonnaise prenne.

On fait la rencontre d’Abby, une jeune femme qui se réveille en ayant perdu la mémoire. Elle ne reconnait plus rien ni personne. Son mari, Clément, va essayer de l’aide dans l’entreprise de récupération de sa mémoire. Tout au long du roman, on cherche avec Abby des fragments de sa vie et ce qu’elle était sur le point de découvrir avec son amie.

Je trouvais que l’idée était bonne sur le papier. Je vous avoue qu’il ne faisait pas partie de ma sélection mais bon… Après tout, il s’en fut de peu pour que ce dernier n’en fasse partie. La lecture des dix premières pages, de la couverture et du résumé peut être trompeuse, la preuve en est. Mais comme on dit, c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Je pense que ce qui manque dans ce roman, c’est de la profondeur. En effet, il manque un quelque chose qui fait que le roman devienne un feu d’artifice. Je me répète mais le fond est bon, c’est vraiment la forme qui manque.

Je suis désolée mais la plume non plus ne m’a pas transcendée. En effet, les phrases sont un peu trop descriptives, courtes, on se perd dans le méandre des détails. J’ai eu l’impression d’avoir un roman peu fignolé. Je ne sais pas… Il y a quelque chose qui manque.

J’aurais aimé en savoir plus sur l’avant perte de mémoire, sur la psychologie des personnages, la situation entre les deux époux.

Même si on en sait un peu plus sur le passé d’Abby et sur celui de son frère, on reste sur21558808_10155840743672376_432604085835244817_n notre faim. Ils se sont brouillés mais on ne sait pas vraiment pourquoi à part un « maman et papa te préféraient » (en gros, je n’ai pas repris les termes exactes du roman mais je l’ai compris de cette manière).

Je vous assure qu’il est dur de parler d’un roman quand on est passé à côté, je suis certaine qu’il plait à un certain type de lectorat mais, définitivement, je n’en fais pas partie. C’est dommage, j’espère que l’auteure ne se découragera pas en lisant mes mots. Je serai curieuse de lire un de ses autres romans pour voir ce qu’il en est.

Les + :

  • Une jolie couverture et un résumé alléchant. 

Les – :

  • Un manque de profondeur dans les détails, dans les personnages, dans l’intrigue.
  • Une plume trop mécanique et simple. Des phrases décoratives et descriptives.
  • Une intrigue qui tombe à plat rapidement.

Ma note : 

155801df381f3fd - Copie.jpg155801df381f3fd - Copie.jpg155801df381f3fd - Copie.jpg155801df381f3fd - Copie.jpg155801df381f3fd - Copie.jpg

 

 

 

10

Les indifférents – Julien Dufresne Lamy

61d6O7EgfrLRésumé : Ils sont les enfants bénis. Les élus. Personne ne les approche. Ils se surnomment les Indifférents. Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son clan. De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l’océan. Cette vie d’insouciance parmi les aulnes et les fêtes clandestines, sous le regard des parents mondains. Mais un matin sur la plage, un drame survient. Les Indifférents sont très certainement coupables. La bande est devenue bestiale. Dans un style haletant et incisif, le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy dessine le portrait d’une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse.

Mon avis : Je remercie Julien Dufresne Lamy pour la dédicace dans le roman que j’ai reçu. En effet, j’ai eu la belle surprise de le recevoir suite à une première chronique que j’avais faite d’un excellent roman de l’auteur. Je remercie Claire de la maison d’édition Belfond aussi pour avoir pris contact avec moi. Je suis vraiment heureuse d’avoir de si jolies surprises qui m’attendent dans ma boîte mail et dans ma boite aux lettres. Alors encore un grand merci !

On fait la rencontre de Justine et de sa mère qui quittent leur ville, leurs vies. Sa mère est embauchée par un notable dans le bassin d’Arcachon. Ni une, ni deux, direction le bassin d’Arcachon pour cette fille et sa mère qui ne savent plus où elles en sont.

Tout au long du roman, on suit la vie de Justine, une jeune fille qui ne voulait pas quitter sa vie, ni son père. L’angoisse la prend à la gorge quand elle comprend que sa mère veut faire une croix sur son passé et reprendre sa vie en main.

Justine se lie rapidement d’amitié avec des jeunes qui habitent là depuis longtemps. En effet, elle va rencontrer Théo, Léonard et Daisy, le clan des indifférents. C’est un groupe d’adolescents : ils vont vite devenir un groupe indéfectible. Tout les lie et ils vivent leurs vies avec un grand V à vitesse grand V. On se retrouve propulsé dans un groupe qui rapidement va être un groupe étouffant pour Justine.

Milo arrive dans leurs vies. Il fait tâche, il n’a pas sa place dans le groupe des Indifférents, il n’a rien à faire avec eux. Les trois membres font rapidement comprendre à Milo qu’il n’a rien à faire avec eux.

J’ai beaucoup apprécié découvrir cette histoire. On met le doigt dans un engrenage et on en sort une fois le roman terminé. J’ai apprécié voir Justine évoluer dans cette bande. Ce roman montre les dangers et les ravages de l’adolescence qu’il peut y avoir quand plus rien n’est sous contrôle.

Cette bande d’amis est prête à tout et on vit tout comme il se doit : ainsi, on voit une amitié, des amours, des passions, des folies se dérouler sous nos yeux. C’est vraiment très prenant. Je trouve que c’est un roman très bien ficelé.

La plume de Julien Dufresne Lamy est brillante, intelligente. Elle nous mène dans des endroits assez sympathiques. Des recoins que j’ai apprécié explorer que ce soit dans les paysages où dans les psychologies des personnages. Quelle fin ! J’ai pris du temps entre la lecture de ce roman et ma chronique tellement j’ai eu du mal à y croire.

Les + :

  • Des personnages forts.
  • Une plume que j’ai beaucoup apprécié.
  • La rencontre fracassante avec Dame Adolescence.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur les adultes. La manière dont ils vivent leurs relations avec leurs enfants. Comment ils vivent et comprennent le comportement de leurs enfants.

Ma note : 17/20

 

18

Mal dans la peau – Ghislaine Bizot

51Acpw3-x-L._SX210_Résumé : Marie et Carole, deux amies d’enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l’arrière-pays niçois. Elles décident alors de s’écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s’effacer… Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ?

Mon avis : J’ai pu lire ce roman dans le cadre du prix des auteurs inconnus. Je vous avoue qu’il ne faisait pas partie de ma liste, un sujet trop poignant pour la petite lectrice au cœur sensible que je suis. Cependant, je ne peux pas vous dire que j’ai passé un mauvais moment de lecture, sera serai mentir.

On fait la rencontre de Marie et Carole, deux amies qui vont commencer à s’écrire puisque les kilomètres vont les séparer. Native de Lille, Carole quitte Marie pour s’installer près de Nice avec son mari Fabrice. N’ayant pas de possibilité d’avoir internet ni de réseau, on suit une correspondance épistolaire.

J’ai beaucoup apprécié cet échange sous forme de lettres. Cela faisait longtemps que je ne suis pas tombée sur un roman sous cette forme et cela fait du bien. Cela se lit rapidement, c’est direct, concis.

J’ai apprécié pouvoir vivre l’évolution des deux femmes. On sent tout de suite l’implication de Carole dans la vie de Marie et inversement. On se retrouve vraiment dans une belle amitié qui va être mise à rude épreuve. C’est vraiment une belle relation qui se dessine.

Le problème est que le sujet dont on parle est un sujet que je n’aime pas retrouver dans mes lectures. Ce n’est pas que ce n’est pas important pour moi, bien au contraire, mais c’est juste que mes lectures sont faites pour m’évader et non pour lire des romans sur des sujets aussi tristes. J’avoue que l’auteure maîtrise vraiment très bien son sujet, on est happé par l’atmosphère.

La plume de l’auteure est très prenante. On est submergé par les émotions. On se sent 21558808_10155840743672376_432604085835244817_nmal pour Carole qui se voit de plus en plus recluse dans une vie qui ne lui ressemble pas, qui lui échappe totalement. Je suis vraiment très heureuse d’avoir pu mettre mon nez dans cette histoire.

En effet, avec cette lecture, je sors des sentiers battus, de mes zones de confort. Je ne pouvais pas trouver mieux que ce roman dans ce genre pour me mettre le pied à l’étrier. Je reconnais donc le brio de l’intrigue qui nous permet une ambiance étouffante. On se rend compte que la femme est prise dans l’étau de sa vie : entre son mari violent et cette amie qui tente de la réveiller pour qu’elle sorte de cet enfer.

J’essaye de lire plus de romans sur les sujets susceptibles comme celui de la violence conjugale. J’ai vraiment été saisi par le fait que la femme se dénigre, est limite d’accord avec l’homme qui lui dit que c’est de sa faute. J’ai pu lire une autre vision des choses que la mienne, cela remet les idées en place, je vous assure.

Ce roman est poignant, choquant et très bien écrit. Je ne peux que le recommander à toutes et à tous.

Les + :

  • Une intrigue frappante.
  • Une plume intransigeante qui véhicule beaucoup d’émotions.
  • Une belle relation d’amitié.
  • Un roman épistolaire qui m’a beaucoup plu

Les – :

  • Les passages en italique qui selon moi n’étaient pas forcément une force pour le roman.

Ma note : 18/20