14

Là où tout s’est arrêté / Entendre de le monde – Jean Louis Bouzou

Je remercie chaleureusement Jean Louis Bouzou qui m’a fait confiance pour ses deux romans que j’ai pris plaisir à lire.

Là où tout s’est arrêté est une nouvelle très rapide et Entendre le monde est un peu plus conséquent mais les deux romans sont très bons. J’ai passé un moment très sympathique en compagnie de la plume de Jean Louis Bouzou.

Entendre le monde

61WqhTMvKkL.jpgRésumé :  Il y a un peu plus de deux ans, après une sévère dépression, suite à une rupture sentimentale, je quittai Marseille pour venir m’installer dans un petit village de l’arrière-pays : Tourrières. Lorsque j’arrivai, la commune était en pleine effervescence : un enfant avait disparu qui fut rapidement retrouvé par le Père Pantosque : un vieil homme étrange qui allait changer pour toujours le cours de ma vie…

Mon avis : Je vous avoue que je ne suis pas hyper fan de la couverture mais j’ai vraiment été très tentée par le résumé de ce court roman.

J’ai beaucoup apprécié les personnages principaux ainsi que leur rapport à la nature. Il y a une idée d’initiation, d’enseignement. La nature est un personnage dans ce roman, elle est très présente, très belle et cela nous donne envie d’aller nous balader, de respirer l’air frais et de prendre plus parti dans la protection de la nature et de l’environnement. On en apprend plus sur une région de la France qui semble magnifique. L’auteur nous donne vraiment l’envie de partir avec nos personnages au cœur de la forêt.

Au-delà de l’initiation et de l’apprentissage, on voit, sous nos yeux, une relation amicale se dessiner entre le père Pantosque et notre personnage principal qui évolue incroyablement aux cotés de ce père que l’on qualifie de sorcier et/ou de magicien. Même si à la base ce dernier nous parait décalé et nous met un peu mal à l’aise, on se rend compte rapidement que c’est un homme bon et que les apparences sont trompeuses.

Là où tout s’est arrêté 

Résumé : Parti de Belgentier, une quinzaine d’années auparavant, afin de fuir une 61iKmiTXokLsituation embarrassante, Julien revient au pays, assister aux obsèques de son ami d’enfance : Pierre… Cependant la vie est parfois pleine de surprises et derrière cette mort, se cache une nouvelle vie… là, où tout s’est arrêté.

Mon avis : Je trouve que dans cette courte nouvelle (13 pages), on se trouve en compagnie d’une poésie brillante dans les mots du narrateur mais aussi une douceur extrême.

Le seul point que j’ai trouvé dommage c’est le format ! Vous savez que je ne suis pas très copine avec le format « nouvelle » mais cependant, ces derniers temps, je parviens à renouer des liens avec ce genre. Ici, cependant, je ne suis pas certaine que l’histoire tienne. Dans le sens où l’histoire est bonne, l’intrigue bien trouvée même si elle a déjà été vu mais elle méritait tellement d’être beaucoup plus développée ! J’ai été un peu déçue de ne pas en avoir plus m’en mettre sous la dent.

Le personnage principal semble sympathique et avoir des problèmes assez importants, j’aurais aimé en savoir plus. Dommage, vraiment !

Globalement, j’ai apprécié mes deux lectures. La plume de Jean Louis est très bonne, elle est fluide, dynamique et surtout très belle et poétique. Je pense que c’est l’un des points forts de ces deux romans que j’ai pu lire.

La poésie qui se dégage de ces romans est très puissante. Elle met en exergue les sujets principaux des intrigues de manière incroyable. C’est vraiment bon, je conseille à tous les lecteurs curieux.

Ma  note : 15/20

Publicités
10

Les secrets de Carla – Sylvie Grignon

téléchargementRésumé : Les mots s’effacent. Mes larmes lavent les pages du bloc de papier. Lui que j’ai aimé, lui que j’ai quitté pour le protéger, il m’aimait. Je me sens soulagée, comme si on venait de me retirer une épine du pied. Il est toujours vivant. Une question s’inscrit dans mon présent : m’aime-t-il toujours autant aujourd’hui ? Avons-nous à quatre-vingt-dix ans une seconde chance ? Il n’y a pas de hasard. Je pense que oui. J’ai toujours su qu’il était mon Destin même s’il nous reste aujourd’hui peu de temps. » Une nouvelle fois, Carla nous plonge dans ses carnets remplis de secrets de l’année de 2002 à 2058. Elle nous offre un plongeon dans un monde, celui d’aujourd’hui, celui peut-être de demain où la seule façon de survivre reste de toujours croire en un avenir meilleur. Carla, une femme comme on aimerait tous, en rencontrer une, un jour.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Sylvie Grignon pour sa confiance renouvelée pour une troisième fois. C’est avec un petit pincement au cœur que j’ai fermé pour la dernière fois les pages des aventures de Carla. En effet, j’avais pris mes petites habitudes avec elle. Pour la troisième et dernière fois, j’ai suivi Carla dans ses aventures via le biais de ses souvenirs.

Ce troisième tome allie sensibilité et beauté encore une fois. Ce qui donne un troisième et dernier tome très intéressant, doux et très intelligent. J’ai trouvé cela très fort et prenant.

On a toujours ce climat post apocalyptique qui a fait de Carla et de quelques autres humains des survivants. Carla nous raconte ses aventures à travers ses souvenirs de cette longue période. C’était vraiment captivant du début à la fin.

J’ai beaucoup apprécié cette forme de mouvement : on navigue entre le passé et le présent avec une aisance alarmante. J’ai adoré ces passages.

De nouveau, on se plonge dans la vie de Carla : passée et présente. C’est assez agréable dans le sens où on parle de tout : on est entre moments de vie graves et aussi amitié, amour et bien entendu secrets. On suit de nouveau Carla dans ses interrogations sur la vie et particulièrement sur l’amour dans sa vie. J’ai vraiment trouvé cela très sympathique.

On retrouve encore de nouveaux personnages qui ont ponctués la vie de Carla ou au contraire pris grande part à cette dernière. On peut aussi trouver des anecdotes très amusantes ou au contraire très tristes. C’est assez déstabilisant mais c’est très agréable et surtout très intelligent !

La plume de Sylvie est toujours aussi captivante : avec un punch incroyable, Sylvie nous replonge dans son univers sans aucun problème. J’ai eu la sensation d’avoir quitté le tome deux hier soir. Une certaine douceur et poésie se dégagent de cette trilogie que j’ai beaucoup appréciée. Une nouvelle fois, on est facilement propulsé dans l’univers de Carla grâce à cette plume incisive.

Je ne peux que vous conseiller cette saga qui va vous faire fondre le cœur à coup sûr. C’est une saga sur la vie, qui vous questionne sur ce qui est vraiment important pour vous, ce qui pourrait l’être ou même sur ce qui aurait dû l’être. Je trouve que c’est une trilogie sur l’acceptation. C’est vraiment excellent. Je suis vraiment heureuse d’avoir pu découvrir cette saga et surtout la plume de Sylvie que je remercie encore très chaleureusement.

Merci Sylvie, j’attends ton nouveau roman avec impatience ! =)

Ma note : 16/20

 

30

La bibliothèque de Poudlard – JK Rowling

Capture-1Je remercie du fond du cœur Jules et Gilles Paris pour l’envoi de ce magnifique Service Presse que j’attendais depuis longtemps ! Pour l’occasion, j’ai redécouvert mes trois petits livres qui font parties de la « Bibliothèque de Poudlard ». C’était un pur régal !

Le Quidditch à travers les âges – Kennilworthy Whisp

Résumé : S’il ne vous est jamais arrivé de vous demander quelle est l’origine du Vif d’or, comment les Cognards sont apparus ou pourquoi les Wigtown Wanderers portent l’image d’un couteau de boucher sur leurs robes, vous devez lire Le Quidditch à travers les âges. Cette édition est la reproduction exacte du volume conservé à la bibliothèque de Poudlard où il est consulté presque chaque jour par les fanatiques de Quidditch

Mon avis : J’ai adoré en savoir plus sur ce sport chez nos amis sorciers. Le livre objet est très sympathique. Conçu comme étant un vrai livre de bibliothèque, j’ai vraiment adoré les petites annotations des élèves. En soi, l’histoire du Quidditch est vraiment très intéressante et encore une fois, on voit bien que le monde de sorcier regorge de détails plus croustillants les uns que les autres.

Les animaux fantastiques – Norbert Dragonneau

Résumé : L’ouvrage du magizoologiste Norbert Dragonneau est aujourd’hui un grand classique de la Bibliothèque de Poudlard. Cette édition exceptionnelle rassemble plus de quatre-vingts espèces, et révèle six animaux restés secrets depuis le voyage aux États-Unis de l’explorateur.

Mon avis : J’ai été très heureuse de retrouver le texte « original » qui a permis au film d’être si magnifique et de mettre en exergue les créatures comme notre cher Niffleur ou encore le Démonzémerveille.

Bien que le livre objet soit magnifique. J’ai été un peu triste de voir que les annotations, assez drôles et qui donnaient un certain charme au roman, avaient disparues. Quel dommage !

Cependant, ce roman s’avère vraiment être un petit bijou : en effet, on en apprend beaucoup sur les créatures magiques et c’est assez bien référencé.

Les contes de Beedle le Barde – Notes d’Albus Dumbledore

Résumé : Les jeunes sorciers comme les jeunes moldus connaissent les célèbres Contes de Beedle le Barde. Ces histoires fabuleuses, présentées sous la forme de récits initiatiques, racontent comment employer le meilleur de soi-même pour mieux faire face à l’adversité. Chacun des cinq contes est annoté par Albus Dumbledore lui-même. Le professeur nous soumet -avec tout le talent qu’on lui connaît- ses propres interprétations afin de mieux nous aider à les décrypter. On lui fait confiance ! Grâce aux Contes de Beedle le Barde, J.K Rowling nous en apprend un peu plus sur la vie à Poudlard

Mon avis : Il est certainement le roman que j’ai préféré des trois. Etant donné qu’il a une place à part entière dans le tome sept des aventures d’Harry Potter « Harry Potter et les reliques de la mort » j’ai trouvé excellent de relire ces contes que j’avais dévoré plus tôt dans ma jeunesse.

Quel délice de retrouver les contes qui bercent les nuits des jeunes sorciers. On peut les nommer : Le sorcier et la marmite sauteuse, La fontaine de la bonne fortune, Le sorcier au cœur velu, Babbitty Lapina et la souche qui gloussait ainsi que le conte des trois frères. Inutile de vous préciser que mon préféré reste le conte des rois frères parce que j’ai adoré ce passage dans le film extrêmement bien fait ainsi que la découverte de la genèse de ce conte.

Le livre objet est juste magnifique ! Les illustrations sont merveilleuses et très belles. Elles m’ont toutes replongées dans une période de ma vie que je chéris.

En bref, ces trois romans m’ont beaucoup plu, ils m’ont permis de me souvenir quels sont mes premiers coups de cœur littéraires. JK Rowling montre encore une fois ici un talent que l’on ne peut pas nier. Elle est douée, sa tête regorge d’imagination pour mon plus grand plaisir.

Ma note 19/20

16

Un si petit voyage de Céline Fuentès

51YCHkk1aUL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Élisa va bientôt toucher du doigt le bonheur. C’est sûr, Pierre va la demander en mariage et son avenir sera fait de mariage et de cotillons. Tout est prêt, dans les moindres détails. Pourtant, une proposition de job loufoque va tout venir bouleverser : modèle photo amateur trois semaines en Nouvelle Calédonie. Élisa osera-t-elle accepter une telle offre ? Trouvera-t-elle enfin le bonheur ? Surmontera-t-elle ses peurs ? Un roman feel-good qui nous amène à la découverte d’un pays et d’une jeune femme aux multiples facettes.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Céline pour sa demande. En effet, j’étais très heureuse d’avoir ce roman entre les mains. C’est une belle découverte que j’ai dévorée en quelques heures.

J’ai été très surprise par la tournure de ce roman que j’ai eu entre les mains. Il m’a fait voyagé. En quelques pages j’ai quitté la France sans avoir envie d’y revenir, j’étais tellement bien avec Élisa et tout ce qu’elle découvre !

Élisa est un personnage principal comme je les aime : elle est sérieuse, respectée et respectable mais il lui manque un petit quelque chose que sa meilleure amie lui apporte : un grain de folie pour se décoincée un peu et quitter sa vie plan plan et toute tracée depuis des années. L’ennui de sa vie va vite laisser place à une situation merveilleuse, paradisiaque et tellement…WAW.

Sa meilleure amie, parlons en deux minutes. Elle est vraiment très drôle mais un peu trop speed pour moi. Elle représente tout ce qu’Elisa n’est pas, elle est vraiment fraîche, spontanée, elle n’a pas peur du danger et de l’imprévu.

La découverte littéraire de la Nouvelle Calédonie dans ce roman est renversante. Si je m’écoute, je plaque tout et j’achète un billet tout de suite. Céline fait des descriptions excellentes. En effet, elles sont sublimes et nous donnent envie de nous jeter dans la mer. D’aller découvrir les paysages, les cultures et la tradition de ce pays. On a ressenti l’amour de l’auteure pour cette terre et l’envie qu’elle avait de nous la faire partager. C’était vraiment une très belle idée que Céline a eue là.

Le sujet principal de ce roman est la quête du bonheur selon moi. J’ai beaucoup apprécié les questionnements d’Élisa face à sa vie mais aussi à son avenir. Elle est partie des rêves pleins la tête, de multiples questions et il me semble que c’est en Nouvelle Calédonie qu’elle trouve ses réponses. C’est vraiment un roman feel good (oui, je sais les différencier maintenant) que j’ai beaucoup apprécié !

Le personnage d’Elisa représente une partie de notre vie que l’on connait tous à mon avis. Une petite période de crise et de questionnement sur notre vie et la volonté de savoir vraiment ce que l’on veut et qui l’on est. Est-ce possible de changer ? Est-ce possible de ne plus vouloir ce qu’on avait l’impression de vouloir toute sa vie ? Toutes ces questions semblent trouver des réponses dans le roman de Céline Fuentès.

La plume de l’auteure est très belle et agréable. Elle nous emmène directement dans un autre pays, une autre vision du monde qui nous fait nous émerveiller sur ce qui nous entoure. J’ai trouvé ce roman magnifique, très beau et poétique et je suis persuadée que la plume de l’auteure y est pour beaucoup.

N est happé dans un univers incroyable. Une fois ce roman ouvert, il vous est impossible de le lâcher avant la fin. On veut savoir comment et pourquoi. Elisa est un personnage épatant et envoutant qui évolue d’une manière remarquable. Je suis persuadée que toutes les lectrices vont l’adorer.

Ma note : 17/20

 

18

Voyageuse – Iman Eyitayo

51ZcJ6Vq0oL._SX195_.jpgRésumé : À 18 ans, Kanyin vient de terminer son lycée avec brio et ne tient plus en place à l’idée d’entrer enfin à l’université. Toutefois, lorsque sa mère lui annonce qu’elle doit passer ses vacances au Bénin, auprès de son père, sa bonne humeur s’évapore. Ce dernier étant constamment accaparé par son métier de chirurgien, la jeune fille s’attend à deux mois d’ennui et de solitude. Elle ne prévoyait certainement pas retrouver un vieil ami d’enfance dans une situation plus qu’inattendue : dans le coma. Et elle s’attendait encore moins à ce qu’en le touchant, elle se retrouve projetée dans un endroit des plus étranges…

Mon avis : Dans un premier temps, laissez-moi remercier Virginie et Amélia pour leur travail remarquable.

Certains et certaines d’entre vous le savent déjà mais je tiens quand même à le rappeler parce que j’en suis très fière : je fais partie –pour la première fois de ma vie – d’un comité de lecture qui décerne un prix aux gagnants du prix des auteurs inconnus. C’est une très belle aventure qui m’a permis, entre autre, de découvrir le roman Voyageuse d’Iman Eyitayo qui est une belle découverte.

Dans un premier temps, je n’ai pas bien compris pourquoi ce roman était dans la catégorie romance puis, au fil des pages, j’ai fini par comprendre pourquoi. Je suis heureuse de pouvoir dire que c’est une très belle surprise pour moi.

Malgré un démarrage un peu long et quelques longueurs, je me suis laissée aller facilement dans l’univers une fois ces petites difficultés passées.

On fait la rencontre de Kanyin, une jeune fille qui retour au Bénin chez son père le temps des vacances estivales. En effet, ce n’est pas une perspective ultra réjouissante pour la demoiselle qui voit déjà l’ennui poindre le bout de son nez. N’ayant aucun contact avec son ancienne vie, ses anciens amis ou tout ce qui peut la relier de près ou de loin au Bénin, Kanyin appréhende énormément. Le personnage de Kanyin est assez intéressant : on suit l’histoire de son point de vue et effectivement, on est très proche d’elle, on suit ses péripéties mais aussi ses pensées. L’auteure nous invite à passer un excellent moment aux côtés de ce personnage principal très attachant.

L’intrigue est très intéressante et originale. Il est difficile d’en parler sans vous dévoiler l’histoire mais je peux assurément vous dire que les fans de Fantasy et d’aventures en tout genre vont se régaler avec la plume d’Iman. Ce que j’ai beaucoup apprécié avec ce roman c’est ce j’ai énormément voyagé sans quitter ma chambre et ma tablette : en effet, les personnages aux prénoms aux consonances très divers et variées nous ont propulsés dans des contrées éloignées au Bénin et en Chine par exemple. On est complètement ailleurs lors de notre lecture et cela est très agréable.

Intrigue qui mêle romance, dimension nouvelle et magie avec brio. La plume de l’auteure est remarquable. Elle nous propulse dans un univers fantastique et merveilleux. On peut dire que ce tome 1 met l’eau à la bouche et nous donne envie d’en savoir plus sur les aventures de Kani et ses amis. J’ai trouvé tous les personnages très détaillés dans leur psychologie ce qui apporte beaucoup, selon moi, au roman. J’ai trouvé qu’ils avaient tous leur originalité ce que marquait bien le fait qu’ils évoluaient en bande, comme une sorte de grande famille et que personne ne laisserait jamais tomber personne.

La plume de l’auteur est très agréable à lire, elle amène beaucoup de dynamisme aux passages d’actions et véhicule beaucoup d’émotions lorsqu’il y a des moments plus doux, intimes et précieux. Honnêtement, pour une première lecture, je suis charmée par les mots et l’histoire d’Iman.

21761644_10155840743637376_5686327546243930481_n.jpg

Ma note : 18/20

 

 

19

Yianna Tome 1 : Le secret des Yiaras – Manon Samson

yianna-tome-1---le-secret-des-yiaras-826536-264-432Résumé : Lorsque Emmy monte dans l’avion en direction du poste de ses rêves au Brésil, elle est loin d’imaginer qu’elle n’atteindra jamais sa destination. Les événements qui surviennent alors dépassent l’entendement ? Emmy vit un cauchemar les yeux ouverts. Avec des milliers de personnes, elle est emmenée malgré elle dans un autre univers, un univers où ce ne sont pas les humains qui commandent. Prisonnière, soumise, malmenée, elle devra se battre pour survivre sur cette étrange et mystérieuse planète nommée Yianna. Alors qu’elle a perdu tout espoir et attend la mort comme une délivrance, deux êtres de ce monde lui tendent la main, changeant à tout jamais sa destinée. Elle devra admettre que ces « Monstres » n’en sont peut-être pas tous, que cette planète peut s’avérer plus fascinante que terrifiante. Mais que veulent-ils ? Pourquoi ont-ils enlevé tous ces humains pour les emporter ici ? Quel sera donc le destin d’Emmy qui semble différer de celui de ses semblables ? Loin des clichés habituels, Yianna propose des réponses inattendues qui nous tiendront en haleine tout au long de la lecture.

Mon avis : Dans un premier temps, laissez-moi remercier Alex et les éditions LouD pour ce service presse. Je suis ravie de pouvoir les compter dans mes partenaires internationaux (une première pour moi !) alors un grand merci à Alex de m’avoir donné ma chance et surtout la possibilité de découvrir le monde de Yianna.

Dans un second temps laissez-moi aussi vous rappeler l’adage que j’utilise très souvent sur la page et le blog : « l’habit ne fait pas le moine ». En plus, Alex m’avait bien souligné qu’une fois le nez dans le premier tome j’allais engloutir le reste de l’histoire. Même si j’ai préféré prendre mon temps pour les deux autres tomes, je me suis laissée rapidement happée par cette histoire merveilleuse !

Au premier abord, je n’étais pas forcément fan de la couverture. Je la trouvais un peu trop « fantasy » à mon gout. Par-là, je veux dire que même si j’aime la fantasy, je ne suis pas fan des gros monstres qui cassent tout sur leurs passages : j’aime avoir une trame, une histoire et une intrigue qui tient la route ! Ici, j’ai été servi comme on dit !

On fait la rencontre d’Emmy dans un avion. Tout va bien pour le moment. C’est un voyage comme les autres dans un avion comme les autres. Là où commence le problème c’est lorsque l’avion se fait détourner de sa destination première en se faisant capturer par un peuple encore inconnu.

ob_bbb9d5_loud

La panique du kidnapping passée, les êtres humains comprennent très vite que quelque chose ne va pas. Ils ne reconnaissent pas les décors, les paysages et surtout les créatures qui peuplent cette planète inconnue ! Alors c’est vrai …§ Il y a bien une vie ailleurs que sur la Terre. Même si cela s’avoue fascinant, on va vite comprendre qu’Emmy n’est pas dans de beaux draps. En effet, sur la planète Yianna, les Yiaras ont comme esclaves des humains.

Nous suivons donc Emmy dans son périple sur cette planète inconnue.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure qui nous embarque dans un monde complètement imaginé. Il y a profusion de détails qui marquent vraiment un monde fantastique très détaillé.

La vie d4emmy sur cette planète est en deux temps : en effet, dans un premier temps elle tombe dans une famille de Yiaras plus que violente, elle souffre, elle est réduite à une pauvre chose qui se fait frapper et bousculer pour rien. Elle vit un calvaire et cela fait vraiment mal au cœur. Dans un deuxième temps, elle est protégée par la princesse de Yiaras qui la couve et la met en sécurité pour qu’Emmy puisse reprendre goût à la vie et qu’elle voit que la vie sur cette planète n’est pas si horrible que cela.

Je ne peux pas vous en dire plus mais ce premier roman est une pépite que vous pouvez mettre entre les mains d’un lectorat très large. On tombe sous le charme des paysages, des personnages et d’Emmy qui est adorable. J’ai trouvé très intéressant et intelligent de mettre une intrigue amoureuse dans ce nouveau monde que l’on apprivoise doucement. Quelle excellente idée !

J’ai hâte de me lancer dans le deuxième tome.

Ma note : 17/20

 

12

Le dernier violon de Menuhin – Xavier Marie Bonnot        

9782714478061Résumé : Rodolphe Meyer a été un célèbre violoniste. Le public l’adulait, les critiques l’encensaient. Il a été, il n’est plus. L’alcool a vaincu l’artiste. Reclus, il vit en compagnie du prestigieux Lord Wilton, qui fut jadis le violon de Yehudi Menuhin, modèle absolu de Rodolphe. Un héritage va précipiter le destin de Meyer. Émilie, sa grand-mère, lui lègue une ferme isolée, dans l’Aveyron, au pays de Victor, l’enfant sauvage immortalisé par François Truffaut. Au lendemain de l’enterrement d’Émilie, en pleine tourmente de neige, une panne de voiture piège Meyer dans la propriété ancestrale. En état de déréliction, le violoniste interroge son enfance volée par un père ambitieux, les secrets de sa mère, les rencontres avec le génial Menuhin, ses succès et ses échecs. Jusqu’au jour où Victor apparaît. Le faune a pris l’apparence de Rodolphe. Il est son double, sa part sauvage, celle que le musicien doit détruire pour ne pas perdre son âme.

Mon avis : Une nouvelle fois, je remercie chaleureusement Gilles Paris et Jules pour leur formidable travail et surtout pour leur écoute, conseils et temps ! Merci beaucoup pour ce partenariat qui me tient particulièrement à cœur ! Je remercie aussi les édition Belfond pour le roman que j’ai reçu grâce à eux.

J’avais reçu deux nouveautés de cette maison d’édition : Le mal des ardents et le dernier violon de Menuhin. Je vous avoue avoir enchaîné les deux tellement j’étais pressée de découvrir ces deux univers singuliers et bien différents. Si j’ai eu un beau coup de cœur avec le mal des ardents, je ressors de cette lecture avec un sentiment d’un roman qui m’a beaucoup plu mais qui manquait d’un petit quelque chose pour avoir le même sentiment qu’avec le mal des ardents. Mais honnêtement, je ne vais pas comparer l’incomparable. Le seul point commun c’est la Maison d’Edition et le fait que je les ai reçus en même temps ! Soit.

J’ai tout de suite été attiré par la couverture que j’ai trouvé belle et poétique. De plus, lorsque l’on parle de musique dans la littérature, on ne peut pas me faire plus plaisir en liant deux arts que j’apprécie énormément (certainement autant l’un que l’autre). Moi qui apprécie beaucoup la musique et surtout le piano et le violon… Je n’ai pas pu faire autrement que de me ruer sur ce roman qui était plein de promesse. L’évocation du talentueux Menuhin m’a complètement séduite.

Nous faisons la rencontre de Rodolphe Meyer, grand violoniste qui s’est laissé embarqué dans les affres de l’alcool très rapidement. Violoniste plus talentueux que beaucoup, il avait un avenir prometteur, se hissant au sommet des plus grands violonistes mais il a décidé de tout arrêter.

On le rencontre dans une situation compliquée et douloureuse puisqu’il est dans une6d5e0a4443ae8251033796daab027cc8_400x400 période de deuil. Emilie, sa grand-mère est morte : comme son frère, son père et sa mère. Rodolphe décide de faire un point sur sa vie qui est aux abords exceptionnelle. On se rend compte très vite que l’excellence à un prix : celui de toujours devoir se dépasser, celui de grandir rapidement, celui de ne pas avoir une enfance et une jeunesse sous le signe de l’insouciance. Toutes ces années ont laissé à Rodolphe amertume, rancœur et ressentiments sur toute cette vie. Je pense que c’est ce qui m’a posé quelque peu problème : je n’ai pas pu pleinement apprécié ce personnage un peu trop sombre et malheureux pour moi. J’aurais voulu une petite note d’espoir mais nous n’avons que cette solitude exacerbée par la mort de sa grand-mère qui gangrène Rodolphe depuis toujours.

Au dela du message véhiculé par le personnage de Rodolphe sur le fait que la vie d’artiste est dure et que pour être reconnu comme un génie, on le paye quasiment de sa vie, on a aussi un énorme questionnement sur la vie et plus particulièrement sur la mort et sur l’héritage qu’on laisse derrière nous une fois que l’on quitte à tout jamais notre vie.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteur que j’ai trouvé très belle et géniale. En effet, on est très vite embarqué dans cet univers dont on ne ressort, selon moi, pas indemne. On se questionne avec Rodolphe et c’est très agréable de quitter la littérature dont j’ai l’habitude pour ce genre de roman que j’apprécie beaucoup.

Ma note : 18/20