18

Osukateï, l’âme de l’Arbre-Mère  – Tome 1 : Le seigneur de la branche – Geoffrey Legrand

téléchargement.jpgRésumé : Fille de Seigneur, Luwise Sofunada est éduquée pour succéder à son père. En ce monde pourtant, nul pouvoir n’est héréditaire. Okateï, l’Arbre-Mère qui couvre la terre, désigne ceux qui auront la charge de protéger ses bourgeons. Luwise doit apprendre les devoirs d’une reine et mériter la confiance de la déesse pour hériter du trône. Mais désire-t-elle réellement cette responsabilité ? Alors que son entourage, la pousse dans cette voie, les questions se bousculent. Ses doutes atteignent leur paroxysme lorsque se révèle une connexion particulière avec la déesse. Un don que certains considèrent de mauvais augure. Les jeunes années de Luwise Sofunada oscillent entre innocence et tragédie, aventure et conspiration. Ce roman d’apprentissage vous emmènera le long des Branches de l’Arbre-Mère, dans les tréfonds de la déesse Plante, à la recherche de l’âme humaine.

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman qui signe ma troisième lecture dans la catégorie  »Imaginaire ». J’ai pu m’intéresser de plus près au premier tome d’Osukateï, l’âme de l’arbre mère.

Sans l’avoir ouvert, le roman me plaisait bien : le titre, le résumé et la couverture m’ont tapé dans l’œil directement. C’est déjà un point non négligeable parce que vous savez, pour la plupart d’entre vous, que je fonctionne au coup de cœur pour la couverture.

J’aime beaucoup les mondes qui se dessinent sous la plume de l’auteur. Ici, je suis servie puisqu’en plus d’avoir un univers créé de fond en comble, je me retrouve avec un sujet qui me tient très à cœur : la nature. On est en plein cœur de ce thème durant toute la lecture.

Je vous avoue que l’auteur nous offre un premier tome de qualité qui laisse présager une très belle suite. J’ai été soufflée parce qu’il nous propose. En effet, la construction d’un monde est toujours difficile mais il réussit l’exercice avec brio ! Tout y est pour que l’on passe un bon moment de lecture : un monde inconnu, des protagonistes avec des noms particuliers (au début, j’ai cru que jamais je n’allais m’y faire, mais finalement, j’y suis parvenue), ainsi qu’une intrigue que j’ai appréciée. Pleine de mystère, cette dernière m’a fait passer un excellent moment livresque rempli de mystères et de surprises.

Au niveau des personnages, j’ai été séduite par Luwise Sofunada. C’est notre personnage41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n principal, qui a encore beaucoup à apprendre. Ce roman initiatique est très bien pensé et crée. Luwise doit encore apprendre à gérer les responsabilités qui lui incomberont un jour, ainsi qu’à apprendre à penser comme une protectrice. Elle doit faire passer les besoins de l’arbre avant les siens. Luwise est un personnage très sympathique à découvrir : elle met en avant les besoins de l’arbre et de la nature en général (comme nous devrions le faire d’ailleurs). Elle véhicule les qualités qui sont précieuses au genre fantasy et propices à l’aventure : le courage, la franchise ainsi que la maturité d’esprit. Luwise ne porte pas seule le poids de l’intrigue sur ses épaules mais elle supporte une grande partie de cette dernière. Bien entendu, Luwise peut compter sur l’aide de ses amis dans cette aventure.

L’arbre est un personnage à part entière : elle demande beaucoup à ses protecteurs qui doivent céder à toutes ses volontés. Il y a une harmonie entre cet arbre et ses protecteurs. J’ai trouvé cette idée très belle, poétique et pleine de bonté.

L’intrigue reste simple par moments. En effet, un lien avec une déesse, des étapes à réussir pour pouvoir arriver à ses fins… Le schéma n’est pas original. Cependant, les étapes et aventures que va devoir traverser notre personnage principal vont lui permettre de faire le vide dans son esprit. La spiritualité est un élément important dans ce roman. J’ai trouvé cela très sympathique à découvrir.

La plume de Geoffrey Legrand est captivante. Je vais même aller plus loin en disant que je me suis pris une petite claque. Elle est belle, pleine de douceur et de poésie. Dans ce monde où la nature règne en maître, la plume de l’auteur rend toute sa splendeur à mère nature. C’est très beau.

Les – :

  • Un schéma narratif un peu attendu.

Les + :

  • Une plume terriblement séduisante.
  • Un personnage principal que j’ai apprécié de découvrir.
  • Le sujet de la nature qui est mis en avant ainsi que sa splendeur à travers le personnage de l’arbre-mère.
  • La présence de la spiritualité dans ce premier tome.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Blind – Joseph Kochmann

xcover-2106.jpgRésumé : Suite à l’horrible massacre de six adolescents, Johan, jeune Orshenois de 16 ans, se réveille dans un étrange tribunal dirigé d’une main de fer par Blind, monstrueux aveugle à la peau brûlée. Le voici à présent obligé de résoudre tous les mystères d’Orshen : une fille aux cheveux bleus battue puis tuée, un tatou bipède géant meurtrier, un amoureux transi suivi par de sombres nuages… Johan parviendra-t-il à faire justice dans cette ville où la neige semble ne jamais s’arrêter ?

Mon avis : Je remercie Joseph Kochmann pour l’envoi de son roman en SP via le site simplement.pro.

J’ai apprécié la couverture ainsi que le résumé qui m’ont beaucoup plu. J’avais aussi déjà repéré un autre titre de cet auteur sur le blog de mon amie Kathleen ou Wolkaiw pour ceux que la connaisse déjà et ceux qui ne la connaisse pas, il faut absolument remédier à cela !

Bref, revenons à nos moutons. J’ai fait la rencontre d’un auteur, d’une plume et d’un univers. Franchement, quelle découverte ! C’était intense. Cela faisait longtemps que je n’étais pas sortie d’un roman fantasy aussi secouée par ce que j’avais lu. Cela reste positif mais c’est une lecture qui est fascinante par toutes les incertitudes.

L’histoire commence sur les chapeaux de roues puisqu’en effet, on met les pieds dans l’histoire en assistant à un massacre. Massacre gratuit, violent, plein de terreur. On suit des adolescents dans cette intrigue. J’ai trouvé cela très sympathique, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman avec des protagonistes jeunes. C’est bien, de temps en temps. Ainsi, on peut comprendre que le roman peut être mis entre les mains de jeunes adultes (Non, pas forcément pour les jeunes adolescents, c’est certainement un peu trop violent). Chose assez originale mais surprenante : les décors sont très importants ! J’ai eu l’impression (un peu comme dans la trilogie des Ferrailleurs d’Edward Carey) que les décors étaient aussi importants que les personnages. La ville s’anime, devient inquiétante, réconfortante, elle respire. C’est assez sympathique.

J’ai apprécié le fait que l’intrigue soit assez ample pour plaire à un lectorat assez vaste. En effet, même si l’univers proposé reste jeune puisque l’on suit 4 adolescents dans cette folle aventure, les messages véhiculés par l’auteur restent forts et puissants. Ainsi, le roman pourra parler autant aux plus jeunes adultes qu’à des lecteurs plus âgés.

On a quand même quelques longueurs selon les chapitres. Il y a la partie du procès qui est beaucoup plus rythmée, j’ai aimé le personnage de Blind et l’humour particulier qui se dégage des scènes de procès. En dehors de ces scènes, j’ai eu, de temps à autre, une impression de longueur. Rien de grave mais c’est dommage d’avoir eu cette sensation d’accélération et de ralentissement tout au long du roman.

Malgré ce petit point négatif, la qualité de la plume de Joseph Kochmann reste à un niveau incroyable. L’univers sombre qu’il propose est mystérieux et très sympathique à découvrir. Les personnages sont tous très différents et bien travaillés.

Il m’est difficile de parler de ce roman tant il y a de choses à dire. C’est aussi compliqué de vous parler de l’intrigue, de l’histoire sans vous en dévoiler une partie.

Si vous êtes fan du genre fantasy, vous pouvez y aller les yeux fermés avec Blind (quel humour, Pauline ! Désolée !). Joseph Kochmann vous promet une belle dose d’aventure !

Les – :

  • Une sensation de lenteur dans certains passages du roman.
  • Quelques violences qui peuvent heurter certains.

Les + :

  • Un lectorat vaste qui peut être touché grâce à un univers très sympathique à découvrir.
  • Un humour certain.
  • Un univers décalé et plein de surprises.
  • Une plume incroyable que j’ai apprécié découvrir.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Secret McQueen Tome 1 – Sierra Dean

51xmmlKLExL._SX195_Résumé : Secret Mc Queen trouve que sa vie a des allures de mauvaise blague. Abandonnée à la naissance par une mère loup-garou, embauchée à l’adolescence par le conseil des vampires de New York pour tuer des hors-la-loi, Secret est à cheval entre ces deux univers sans réellement appartenir à aucun des deux. À vingt-deux ans, elle s’est forgée une vie aussi normale que possible pour une tueuse à gage. Quand un de ses vieux ennemis resurgit de son passé avec la ferme intention de la tuer, elle n’a plus le choix : elle doit puiser dans les ressources de son double héritage pour sauver sa peau et celle des habitants de sa ville, le seul endroit où elle se sent chez elle. Et comme si ça ne suffisait pas, il lui faut aussi gérer Lucas Rain, le Roi des loups-garous de la Côte Est, qui semble penser qu’ils sont destinés l’un à l’autre. Dommage que Secret se sente aussi attirée par Desmond, le bras droit de Lucas… Avertissement : ce livre parle d’une tueuse à gage sarcastique qui déchire, d’un triangle amoureux avec deux loups-garous sexy, d’un conseil de vampires exigeant, le tout dans un mélange épicé de sexe et de violence.

Mon avis : Je remercie le personnel de l’équipe Alter Real qui m’a permis de me plonger dans l’univers de Sierra Dean. C’est toujours avec grand plaisir que je découvre de nouveaux univers et de nouveaux auteurs. Ici, ce roman ne déroge pas à la règle. J’ai passé un agréable moment de lecture avec le premier tome des aventures de Secret McQueen.

Dans un premier temps, j’ai été charmé par la couverture avec ses belles nuances de bleu. Je l’ai trouvé vraiment sympathique, mystérieuse avec une petite touche de sexy qui représente bien ce premier tome. Le résumé, lui, est plus léger mais pause bien les bases. En effet, j’ai tout de suite eu envie d’ouvrir ce roman. C’est assez prenant dès le départ.

Secret est un personnage haut en couleur, on ne sait jamais à quoi s’attendre et c’est vraiment très plaisant comme idée. En effet, on se retrouve avec une tueuse à gage employée par le Conseil des Vampires qui a été abandonné par un loup garou… J’ai trouvé ça vraiment surprenant mais très sympathique. Secret marque le fait que cette lecture est un peu folle mais revigorante. Secret a un côté complètement barré, elle n’a peur de rien et c’est assez plaisant d’avoir une tête brulée comme personnage principal.

On suit Secret dans deux histoires que l’on suit en parallèle, puis tout à coup, un flash, une idée et les deux histoires se réunissent pour n’en faire qu’une. Une belle idée qui nous permet d’avoir une intensité certaine durant notre lecture. On est toujours surpris et cela fait du bien ! Il est vrai que l’intrigue n’est pas originale en soi : des loups garous d’un côté et des vampires de l’autre avec une personne au milieu qui ne sait pas quoi faire. Vu et revu. J’avoue que sur ce point, j’étais un peu dubitative, l’originalité tient dans la plume de l’auteure pour moi, dans sa manière de gérer les choses, de créer des personnages intéressants. Secret tient l’histoire à bout de bras sans que cela s’essouffle. J’ai trouvé ça assez fort. J’étais la première surprise.

Cependant, je reconnais certaines choses un peu simple, rien de bien grave mais des choses vues et revues. Je parle de la notion « d’âmes sœurs » qui rendent les relations un peu simplettes pour moi. Dommage ! J’aurais peut être, aussi, ajouté quelques petites choses, le roman n’est pas un gros pavé mais certains points auraient pu être un peu plus étudiés, élaborés. J’espère que cela arrivera dans les autres tomes. J’ai vraiment envie d’en savoir plus. La chose qui m’a le plus déplu dans ce premier tome c’est ce triangle amoureux qui s’esquisse… C’est malheureux. J’aurais aimé un peu plus d’originalité sur ce point.

Les – :

  • Le côté facile des relations amoureuses avec les « âmes sœurs ».
  • Le triangle amoureux qui est une notion rabâchée dans les romans et qui commence à me lasser.

Les + :

  • Le côté amusant et déjanté de l’histoire.
  • Le personnage de Secret que j’ai beaucoup apprécié.
  • L’intrigue simple rendue originale par la plume entraînante de l’auteure.
  • La couverture & le résumé qui remplissent bien leurs rôles.
  • Le fait que le lecteur est surpris sur plusieurs points.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

21

Orcam Tome 1 – Laura Muller

51cFnl+CXkL._SX195_.jpgRésumé : Orcam, un monde parallèle à la Terre où règne la magie des quatre éléments. À la veille de leurs dix-sept ans, les triplés Lihanna, Erin et Iain MacCormac sont sur le point de voir leurs vies d’adolescents insouciants, basculer. Lihanna le sait, ils ont un destin. Même si ce dernier ne fait pas vraiment partie de ses priorités. Parce que… et bien : elle n’a que dix-sept ans ! Pourtant sur Orcam, ce monde qui ne l’a pas vue naître, ce destin est loin d’être anodin. Il est lié à une prophétie : à dix-huit ans, les Trois Sang-Mêlés nés sur Terre sauveront le monde d’Orcam d’une terrible malédiction. Alors que Lihanna ne se sent pas encore prête à endosser de telles responsabilités, son dix-septième anniversaire sonne pourtant la fin de son adolescence dorée et la tâche pour sauver son nouveau monde s’annonce encore plus compliquée qu’elle ne l’avait imaginée. Heureusement pour elle, il reste une année avant sa majorité. Un an pour s’entraîner, pour comprendre sa véritable destinée et – surtout – pour faire le bon choix.Car, au final, la prophétie mentionne aussi que les Trois doivent choisir. Vont-ils réellement sauver Orcam ? Ou bien le détruire ?

Mon avis : Je remercie Laura Muller qui m’a gentiment fait la proposition de lecture de ce roman via le site simplement.pro. Je suis très heureuse d’avoir pu le lire dans le sens où je voyais la publicité très souvent sur Facebook. Pour tout vous dire, il était noté dans ma wish list. Quand j’ai vu cette notification, j’ai remercié le ciel et j’ai sauté sur l’occasion. Un grand merci à Laura et à Simplement.pro.

Dans un premier temps, je suis complètement amoureuse de la couverture de ce roman. J’aime les couleurs, la poésie qui se dégage de la couverture mais aussi le mystère environnant avec le personnage de dos. Ca donne vraiment envie d’en savoir plus sur ce que l’on va découvrir dans ce premier tome.

On fait la rencontre des triplés MacCormac : Lihanna, Erin et Iain. J’ai beaucoup apprécié ce trio. En effet, même s’ils sont des triplés, j’ai beaucoup apprécié le fait que les personnages ne sont pas forcément dans une relation intense comme on peut souvent le voir chez les jumeaux et les triplés. On les dissocie facilement, ils ont leurs propres caractères et j’apprécie grandement cette dissociation. Cependant, il y a aussi une association puisque les trois adolescents sont aussi acteurs d’une prophétie qui pourra sauver ou détruire le monde d’Orcam.

Ce que j’ai aussi apprécié c’est l’hésitation qui rend humain les personnages. En effet, l’hésitation de Lihanna est tout a fait normal. On lui dit qu’elle va pouvoir sauver un monde, ou le détruire. Elle a donc de grosses responsabilités pour une adolescente de 16 ans. J’ai apprécié cette nuance dans le texte. Dans ce cas, elle peut compter sur son frère et sa sœur. Il faut aussi souligner que le narrateur que l’on a est Lihanna. On suit l’histoire via ses yeux.

Au niveau des personnages, on a forcément la famille MacCormac. Mais aussi des personnages intéressants qui apportent beaucoup à l’intrigue et aux actions du roman : je pense à Morgane, Liam ou Jack.

Le monde d’Orcam est un monde que j’ai apprécié puisqu’il offre de nombreuses possibilités. J’ai aimé le fait que l’on aurait pu se croire sur Terre tant les détails prêtent à confusion. Il y a une étendue de possibles qui s’offre à nous, lecteurs. C’est très appréciable.

On entre donc dans un monde où se côtoient différentes populations, magies en tout genre et pouvoirs exceptionnels. C’est renversant. J’ai beaucoup apprécié découvrir le monde d’Orcam.

La seule petite chose qui m’a un peu ralentie dans ma lecture et c’est vraiment un détail à l’appréciation du lecteur c’est le fait que l’on puisse lire dans les pensées des personnages. Des fois, ça tourne un peu en rond et alourdi quelque peu le roman. Je pense à la romance entre Lihanna et Liam qui est assez redondante.

La plume de Laura Muller est très bonne, elle est dynamique, fluide et permet une belle entrée en matière dans le monde d’Orcam.

Les + :

  • Un nouveau monde que j’ai pris plaisir à découvrir.
  • Un trio qui m’a beaucoup plus : le jeu sur l’association et la dissociation des triplés est assez sympathique à lire.
  • La plume de l’auteure que j’ai apprécié.
  • La couverture dont je suis amoureuse.

Les – :

  • Quelques longueurs dues aux pensées que l’on découvre au long du roman.
  • De légères redondances.

Ma note : 

                155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Yianna Tome 3 : La prophétie de Mérébys – Manon Samson

yianna,-tome-3--la-prophetie-de-merebys-914836-264-432Résumé : Le roi a fait une révélation importante. La vie d’Aslon et Emmy en est grandement bouleversée. Avec détermination, ils affrontent cette situation peu banale, bien différente de l’existence qu’ils avaient envisagée. Alors qu’ils considèrent avoir trouvé une certaine quiétude, la cruauté du destin va frapper. Emmy n’aurait jamais pu imaginer l’ampleur du danger qui guettait son monde… Personne ne l’aurait pu, d’ailleurs. Terrifiée, elle devra puiser dans toute sa force et son courage pour combattre la tant redoutée « Prophétie de Mérébys » qui bouleversera leur futur à jamais.

Mon avis : Je remercie grandement Alex Tremm pour m’avoir permis de me plonger dans l’univers de Yianna. En effet, j’ai pris du temps pour lire cette trilogie mais c’est un monde tellement beau que l’on n’a pas forcément envie d’en sortir. J’ai prolongé mon plaisir jusqu’à ce que je craque en lise le dernier tome.

Troisième tome riche, intense sous le signe de l’émotion. On se retrouve avec une trame narrative grandement intéressante et qui véhicule beaucoup d’émotions fortes.

Ce qui est assez surprenant c’est que j’avais peur d’avoir perdu le fil de l’histoire vu le temps qu’il y a eu entre le deuxième tome et le dernier. Cependant, je me suis bien trompée, je suis retournée dans l’univers de Yianna aussi facilement que si j’avais quitté le deuxième tome hier. C’est déjà un très bon point qui souligne la qualité de l’intrigue, de la plume et de l’univers.

Les personnages sont toujours aussi intenses. On se retrouve vraiment dans un univers connu, que l’on a envie de revoir J’ai aimé le fait que l’on garde les personnages des deux premiers tomes en ajoutant de nouveaux personnages : cela donne un nouveau souffle à la trilogie. C’est très intelligent.

L’histoire est touchante, j’ai aimé la fin qui m’a beaucoup plu. C’est pour moi un beau message de tolérance, de respect. C’est chouette  d’avoir ce genre de message dans un roman fantasy.

J’aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages.

Si on sent une belle évolution dans les psychologies des personnages, la plume de Manon Samson a gagné en force. Je trouve que c’est une plume beaucoup plus poignante, belle, pleine d’émotions que l’on découvre. J’ai trouvé une nette différence entre les deux premiers tomes et ce dernier. Tout est plus sublimé dans celui-ci, c’est très agréable.

C’est une saga très additive : on ne veut plus quitter ce monde ni les Yiaras. En effet, j’ai trouvé de belles notions dans ce roman : amour, amitié, solidarité… C’est vraiment une belle saga qui nous permet de vivre sur Yianna le temps d’une trilogie. Elle se lit très rapidement.

Je ne peux que conseiller cette trilogie aux lecteurs fans de fantasy. Si jamais vous voulez mettre le pieds à l’étrier, cette saga se lit rapidement et facilement. Je pense qu’elle pourrait plaire aux adultes comme aux plus jeunes. Il faut mettre le nez dedans, vraiment !

Je salue donc une intrigue sans faille qui me permet d’avoir fait une belle découverte dans le genre fantasy. C’est vraiment quelque chose qui m’a beaucoup plu de découvrir. Une plume qui prend de la force au fil des tomes, des personnages variés et plaisants. Une histoire qui va vous faire vivre un ascenseur émotionnel à coup sur !

Les + :

  • Beaucoup d’intensité pour la fin de cette saga
  • Une plume forte que j’ai apprécié découvrir
  • Une trilogie qui se lit rapidement grâce à une immersion facile et forte.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages.

Ma note : 17/20

 

18

Kenan, redresseur de foi – épisodes 5 et 6 – Anthony Holay

51Dj4VuBETL._SX195_Résumé : Maël se réveille au palais d’Alstore, encore sous le choc des horribles événements. L’esprit embrumé, il écoute son ami Joas lui faire part de la situation et de ses doutes. L’Officiant supérieur n’a alors qu’une idée en tête : en référer à sa Reine. De leur côté, Kenan et Pline retournent chez l’adolescent, où une bien triste nouvelle les attend. Leur face à face avec les Mères Harpines pourrait bien changer plus d’un destin…

Mon avis : Je remercie Nutty Sheep éditions pour l’envoi de la suite des aventures de Kenan, redresseur de foi. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume d’Anthony Holay qui me plait énormément. On poursuit ici notre lecture avec grand plaisir avec les épisodes 5 et 6 de la saga.

Ce que j’ai beaucoup apprécié ici c’est la relation entre Kenan et Pline que j’aime énormément. Elle prend de l’ampleur. Même s’il n’y a pas de liens familiaux on sent bien que les deux hommes vont faire quelque chose ensemble. C’est plus une relation d’enseignant à élève mais c’est vraiment très sympathique à lire et découvrir.

L’univers est toujours aussi sombre. La menace ne cesse de grandir, elle est beaucoup plus dense et lourde. On attend le moment où tout va exploser d’un moment à l’autre. L’attente est vraiment excellente, on a envie d’en savoir plus.

L’histoire prend un tournant qui m’a plu en mêlant le palais d’Alstore et l’histoire de Kenan. Un bon point pour cette saga qui prend de l’ampleur !

Ces épisodes marquent vraiment un virage à 180 degrés pour Pline, qui pour des raisons que vous découvrirez dans ces épisodes, décide de suivre Kenan et de l’aider à combattre le mal qui flotte partout sur les terres où il habite.

L’action est vraiment très sympathique à lire dans ces deux premiers épisodes, on se retrouve propulser dans le cœur du problème, on comprend, on apprend et on a envie de savoir la suite très rapidement.

Le personnage de Kenan est toujours aussi hypnotique, on ne rend rapidement compte qu’il est un personnage fort, dont on veut en savoir un peu plus. Il reste un personnage très mystérieux. J’ai toujours l’impression qu’il cache quelque chose par le fait qu’il reste très discret sur sa personne et sa vie privée. On le connait comme redresseur de foi, chasseur de bêtes horribles en tout genre mais le côté personnel reste très évasif. Cela donne quelque chose d’assez prenant.

La plume d’Anthony Holay promet beaucoup de rebondissement dans les derniers épisodes de la première saison. En effet, on peut facilement souligner la plume dynamique, l’intrigue sans faille qui nous fait vibrer du début à la fin. C’est un genre fantasy horrifique qui fait du bien entre deux grosses lectures. On se pose rapidement dans l’univers de l’auteur et c’est quelque chose d’assez surprenant.

 En effet, la lecture épisodique est assez dure par moment, comme pour la nouvelle, j’ai un sacré problème pour m’approprié l’histoire et les personnages en un si court laps de temps. Ici, l’intelligence littéraire d’Anthony Holay fait que l’on retourne dans l’univers de Kenan très rapidement, au bout de quelques lignes, on est de retour dans cette atmosphère explosive qui promet pleins de surprises !

Les + :

  • Un univers très construit qui nous permet de replonger dans l’histoire très rapidement.
  • Une plume dynamique qui fait son effet
  • Un personnage principal fort et mystérieux
  • Une relation entre Kenan et Pline qui me plait.

Les – :

  • Le format trop court, j’ai envie d’en savoir plus.
  • Une envie d’avoir une psychologie des personnages plus développée

Ma note : 17/20

 

27

Le destin des éléments Tome 1 – La compagnie et la terre – Florent Marguet

51HbGF2ObbL._SX195_Résumé : Eternia, monde peuplé de créatures étranges. Ce monde a été ravagé par une sorcière aux pouvoirs incroyables. Mais son ascension a engendré des changements dans d’autres mondes. Ambre, jeune adolescente, ne le sait pas encore, mais ces changements vont bouleverser sa vie, ses croyances, et son destin. Car elle n’est pas comme les autres, elle est l’élue.

Mon avis : Je remercie Florent Marguet pour l’envoi de son roman via le site Simplement Pro. Je le remercie aussi pour sa patience vu que cela fait un petit bout de temps qu’il est dans ma section « à traiter ». Je suis toujours très heureuse des trouvailles que je fais via ce site qui regorge de petites pépites.

J’ai donc pu faire la rencontre de la plume et de l’imaginaire de Florent Marguet via ce premier tome de la saga « le destin des éléments ». Je vous avoue que j’ai été très attirée par la couverture du roman qui dégage une certaine douceur et une certaine poésie à mon goût. Je l’ai trouvé très belle et j’ai rapidement accepter ce service presse.

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce premier tome. On fait la rencontre de Ambre, une jeune fille tout à fait normale qui se retrouve prise dans une spirale de choses qui vont faire que sa vie va complètement changer.

Florent Marguet se distingue avec le monde qu’il nous propose. En effet, Eternia est un monde crée de toutes pièces par l’auteur. On se rend rapidement compte que l’étendue de ses talents avec les décors qu’il nous propose. Par moment, j’aurais voulu un peu plus de détails pour pouvoir m’immerger complètement dans ce monde. Cependant, j’ai beaucoup apprécié le lien qu’il y a entre Eternia et notre monde. Ambre est une terrienne qui se retrouve propulsée à Eternia pour pouvoir sauver ce monde de la sorcière Cramoisi. Elle est l’élue qui s’accompagne de deux personnes : Zephyr et Ondine. J’ai trouvé le trio assez intéressant et hétérogène. Ils sont tous les trois très différents et cela permet au lecteur de s’identifier à eux facilement, c’était assez sympathique.

Le souci avec les premiers tomes c’est qu’ils posent très souvent les bases. Ici, on n’y coupe pas puisque forcément Eternia est un monde inventé. L’auteur se doit donc de nous expliquer, nous raconter, nous décrire. Ce qui explique que par moment, il y a quelques longueurs qui surgissent dans le roman. Cela a quelque peu ralenti ma lecture mais ce n’est rien de bien grave pour moi.

C’est un univers riche qu’on nous propose ici. On se retrouve avec de nombreuses créatures, de nombreuses références à des mondes comme le Seigneur des Anneaux. C’est un univers qui rappelle beaucoup celui des jeux vidéos. En effet, les fans de ce genre pourront certainement mieux se projeter dans ce roman que d’autres lecteurs hermétiques à cet univers. Je vous avoue que quelques fois j’ai du relire, j’ai été perdue et j’ai donc perdue un certain rythme dans ma lecture.

Je ne peux que vous pousser à découvrir l’univers de Florent Marguet qui est riche et très original. On se retrouve donc dans un univers d’héroix-fantasy plein de promesse. La lecture du tome deux sera certaine.

Les + :

  • Un univers imaginaire trépidant
  • Un trio assez atypique qui nous permet une lecture sympathique
  • Une plume originale

Les – :

  • Quelques longueurs dans le récit
  • Un manque de détails qui nous perd un peu par moment.

Ma note : 16/20

 

17

La colère des Dieux – Livre I : Renaissance – Ronan Gouedard

téléchargementRésumé : La menace grandit. Lui seul peut les sauver mais il a été déchu… Pour avoir donné vie au monde de Lanvaril, Halfiel a été exilé sur sa création, privé de ses souvenirs et de ses pouvoirs divins. Recueilli par le royaume de Drezn, il s’illustre comme un bretteur hors pair et en devient le bras armé. Mais, lorsque ses bienfaiteurs s’avèrent animés par de terribles ambitions, il est déjà trop tard. Le voilà incapable de fuir ou de se rebeller, contraint de tuer selon leur bon vouloir. Jusqu’au jour où, contre cette folie, se dressent les chevaliers d’Esméry. Pour Halfiel, leur victoire signifierait la liberté. Toutefois, peut-il encore prétendre à la rédemption ? Pendant ce temps, dans l’ombre de la guerre, grandit un mal sans nom. Nul autre que Halfiel n’en connaissait l’existence… mais il a été déchu.

Mon avis : Je remercie Evidence Editions pour l’envoi de ce service presse qui me faisait de l’œil depuis quelques temps. En effet, j’ai trouvé cette lecture intéressante.

J’ai trouvé la couverture de ce roman très intéressante : une créature ailée qui marque une opposition nette avec l’image de la créature que l’on se fait habituellement : le sang coule de sa main. On est vite mis dans le bain de ce que l’histoire de ce premier livre va nous proposer. De plus, le terme « déchu » nous renvoie quand même une image assez négative de cette créature ailée. On se dit qu’il est soit un méchant garçon, soit un homme perdu entre le bien et le mal. J’ai vite penché pour la deuxième option.

Comme dans beaucoup de romans fantasy, le premier tome pose les bases d’un mondecropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final complètement inventé. On se rend rapidement compte de l’étendue de l’imagination de l’auteur. Pour créer le monde de Lanvaril, il en a fallu beaucoup. On est immergé dans un monde qui fourmille de détails et que l’on prend plaisir à découvrir.

Je vous avoue que j’ai été très tentée par le résumé. Je suis dans une période de lecture de ce genre et ici, j’ai été séduite par le résumé, la couverture. Le côté déchu et perte de mémoire m’a beaucoup plu. J’aime beaucoup lorsqu’en plus d’une quête dans le sens aventure du terme, il y a une quête identitaire. En plus d’avoir la volonté de sauver le monde d’une guerre, on a un personnage principal qui veut se reconstruire et savoir d’où il vient. C’est très prenant comme histoire.

Notre personnage principal s’appelle Halfiel. C’est un personnage que j’ai apprécié parce qu’il a un côté « badass » qui m’a beaucoup plu. C’est un dieu déchu, on sait donc qu’il a fait quelque chose qu’il n’aurait pas du faire. J’aime cette part d’ombre chez les personnages.

Qui dit création à part entière d’un monde dit forcément panel de personnage énorme divers et varié. On a une panoplie de personnages qui s’offre à nous, c’est vraiment déroutant. Ils sont tous très différents puisque ce ne sont pas les mêmes créatures. C’est assez prenant : on fait la rencontre d’humain, d’elfes, de mages et d’autres créatures magiques qui m’ont beaucoup plu.

On suit une intrigue très bien ficelée qui présage que de bonnes choses pour les livres à venir. On est plongé dans un monde que l’on ne veut pas forcément quitter. Le roman s’est lu rapidement car j’ai été propulsé dans un univers qui m’a plu. C’est vraiment une très belle découverte qui met l’eau à la bouche pour la suite des aventures d’Halfiel.

Ma note : 17/20

12

Kenan, redresseur de foi – Episodes 3 et 4 – Anthony Holay

51YB2DeBk3L._SX195_Résumé : Au coeur du cimetière, Pline se retrouve en fâcheuse posture. Apeuré, il tentera pourtant tout pour venir en aide à Kenan, aux prises avec la Mère Harpine. À la poursuite de la maudite, ils auront fort à faire pour exterminer la menace qui plane sur Mana et les villages environnants.

Mon avis : Je remercie les éditions Nutty Sheep pour l’envoi de ce service presse. Je trouve que c’est vraiment une suite assez palpitante qui nous promet une suite toute aussi fantastique avec la présence d’être aussi noirs que la nuit.

On retrouve notre redresseur de foi préféré sur la piste de ces nouvelles horreurs nocturnes. Il se retrouve près de la maison de Pline. Kenan vient en aide à cette famille qui semble être la cible d’une nouvelle attaque. Il décroche le cadavre sur la maison du père de Pline.

Rapidement, il remonte à la source du mal : la Mère Harpine qu’il veut essayer de détruire une bonne foi pour toute. J’ai beaucoup apprécié le courage de Pline, ce petit garçon qui veut protéger sa sœur du mal puisque son père semble incapable de le faire en ce moment. Leur mère étant décédée, les deux jeunes enfants sont seuls avec un père qui boit trop. On a donc un petit être plein de courage qui ne recule pas devant les horreurs que la nuit lui propose de rencontrer. On se retrouve donc dans une spirale de choses étranges qui entourent nos deux personnages.

Kenan reste fidèle à lui-même. Il est fort, ne recule pas devant le danger et n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour sauver celle de ces pauvres paysans. C’est son métier, il le sait. On sent quand même une certaine fierté malgré l’humilité qui l’habite et qui le qualifie. En aucun cas, on a un défilé de muscles saillants. Ce n’est absolument pas le but de ces deux épisodes, ni de la saga entière d’ailleurs !

L’atmosphère qui s’empare de nous aussi facilement que si on venait quitter les deux premiers épisodes, est noire. On se retrouve de nouveau avec la sensation d’être pris au piège par le brouillard nocturne, par les branches et les racines des arbres qui nous happent. Bref, on est envahi par un sentiment de malaise, on a peur de quelque chose qui va nous tomber sur la tête, on attend, tapis dans la pénombre.

L’auteur ne nous épargne pas les descriptions d’odeurs putrides, les créatures horrifiantes. Sa plume est vraiment géniale pour l’exercice proposé ici. On est vraiment propulsé dans un univers où se mélangent facilement les choses qui sortent de l’ordinaire, des créatures qui font peur à des humains qui veulent survivre, qui veulent tout faire pour s’en sortir. C’est un subtil mélange entre tout cela et c’est vraiment une bonne idée de la part de l’auteur. On a une impression incroyable d’être avec eux lors de ce combat qui semble perdu d’avance.

Avec une plume pétillante et incisive, Anthony Holay s’assure une place de choix dans mes étagères. C’est vraiment une belle découverte qui me donne vraiment envie d’avoir la suite entre les mains très rapidement.

Ma note : 17/20

15

Rêves Tome 1 – Cédric Roux et Robin Marcoux

51OQkUfHl7L._SY346_.jpgRésumé : L’Empire d’Eavenia est de nouveau menacé. L’Ordre Elémentaire est disséminé. Les Héritiers sont attendus. Kylliann, un adolescent retrouvé inconscient dans le désert, va voir sa vie basculer suite à une guerre dévastatrice. Commence alors un long voyage dans l’inconnu aux côtés de Samantha, une jeune fille aussi sensible qu’intrépide, et Terek, un officier courageux prêt à tout pour protéger l’Empire face à son plus grand ennemi…

Mon avis : Je remercie les auteurs pour l’envoi de leur roman. Je remercie aussi Noémie Vernier (pour qui j’avais lu le roman « Les Quatre éléments » que j’avais plutôt bien apprécié) d’avoir  glissé mon nom à l’oreille de Cédric. En effet, j’ai été vraiment très surprise par le fait que mon nom tourne dans les conversations livresques mais ce n’est qu’un pur bonheur ! Quand le travail que l’on fait est récompensé par des petites surprises ainsi, c’est génial ! Alors merci à vous trois pour votre confiance.

On fait donc la rencontre de Kylliann. C’est un jeune homme au demeurant très sympathique. Il est plutôt intelligent, rusé, très amusant. C’est un personnage principal que l’on apprécie très facilement. Une seule chose vient obscurcir le tableau : il est amnésique. Il ne sait plus qui il est. Il ne se rappelle de rien sauf son prénom. J’ai trouvé cela très original. En plus qu’une quête physique, on retrouve donc une quête de soi-même, de sa propre identité. J’ai trouvé cet élément très intéressant.

Kylliann est embarqué dans une quête qui va rapidement le dépasser. Il est avec un groupe de personnes qui vont rapidement le prendre sous leurs ailes et vont aussi très vite devenir amis. Samantha est une jeune fille qui ajoute beaucoup de fraîcheur à l’histoire et aux péripéties qui viennent nous surprendre dans notre lecture.

Il est difficile d’innover dans le genre fantasy. En effet, il y a toujours une histoire de quête, d’un groupe d’individus qui avance pour sauver un monde, une région, une chose. Ici, on retrouve ce schéma. L’originalité tient dans les détails du texte, les décors très précis, détaillés. On nous propose ici un monde imaginaire excellemment bien fait.

On est embarqué dans un monde par une scène d’ouverture assez violente. On est tout de suite mis dans le bain par une scène de tuerie. Une guerre qui dure depuis des années ouvre une nouvelle nuit de massacre. C’était assez prenant.

On suit la quête d’un groupe qui traverse un désert, des villages pour essayer de sauver l’Empire d’une menace très puissante. On se retrouve propulsé dans un univers imaginaire de fou furieux qui nous permet de passer un excellent moment de lecture.

Vous savez que je suis très tatillonne (disons le : je suis chiante) avec ce genre. Des fois cela fonctionne mais par moment, cela est trop compliqué, vide de sens et d’imagination et cela ne fonctionne toujours pas. Ici, je suis ravie de vous dire que ce premier tome m’a beaucoup plu.

Autre point qu’il faut souligner selon moi ce sont les passages que les auteurs ont rendus historiques. En effet, j’ai trouvé excellent d’avoir des passages relatés dans un livre comme étant une sorte de journal intime qui nous en apprend plus sur le monde dans lequel on est propulsé avec Kylliann. On comprend mieux certaines choses et ce n’est pas forcément négligeable dans le genre fantasy.

J’ai surtout adoré la touche de magie que les auteurs ont mis dans ce premier tome et de l’importance de Kylliann dans cette mission. En effet, il reste menaçant par la perte de sa mémoire. C’est assez prenant comme situation : on ne sait pas si Kylliann sait et ment pour se retourner contre ce groupe de personnes qui essaye de sauver le monde ou s’il est vraiment amnésique, innocent et qu’il veut aider à sauver l’Empire. J’ai trouvé cette nuance surprenante et très originale.

On entre donc dans un univers détaillé avec des personnages envoutants. On se retrouve propulser dans une quête qui nous dépasse mais que l’on apprécie suivre. L’effet de surprise est présent jusqu’à la fin de ce premier tome. J’ose espérer que la suite arrivera rapidement. J’ai hâte de connaitre la suite des aventures de Kylliann et de Samantha.

Ma note : 17/20

18

Le murmure des oubliés – Tomes 1 et 2 – Jean-Gil Pinel

517oMmvweTL._SX195_ 51jCH67i2TL

J’ai décidé de vous proposer une chronique pour ces deux tomes. En effet, j’ai trouvé que c’était mieux de parler de ces deux tomes. C’est plus pratique et selon moi, les deux tomes sont dans une certaine continuité et c’est vraiment plus simple pour moi et pour vous de me suivre.

Tome 1

Résumé : L’île aux morts était à l’origine un cimetière qui aurait dû rester secret tant les trépassés qui constituaient son sol étaient la honte de toute une civilisation. D’après les légendes, on disait cette terre maudite, mais les histoires de magie et les richesses qu’elle renfermait engendraient une exaltation incroyable. À chaque génération, de nouveaux pirates tentaient de la découvrir, ce que réussit à faire un jour Oc’ran… Jean-Gil Pinel nous sert un récit sombre et violent psychologiquement et entraîne son personnage dans une descente aux enfers certaine.

Mon avis : Je remercie l’auteur de m’avoir envoyé ce service presse que j’ai mis beaucoup de temps à lire (mille excuses). C’est vraiment une histoire que j’ai lu avec parcimonie tellement je n’ai pas l’habitude de lire des univers aussi noirs et violents en quelque sorte.

Le premier tome sert de base à l’histoire. Honnêtement, il est très introductif et nous sert bien pour avoir des bases solides pour cette aventure qui semble très sombre. C’est un univers noir que nous propose l’auteur ici. On est vraiment dans une ambiance et un univers qui sont oppressants. Je vous avoue que j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire d’où la raison pour laquelle j’ai trainé avec cette histoire. Je ne savais pas trop comment en parler et aborder ce sujet sans vous en dire trop ou pas assez… Ahahaha !

Je vous rassure tout de suite, j’ai quand même passé un bon moment de lecture malgré les difficultés que j’ai rencontré au début de ce premier roman.

Jean Gil Pinel nous décrit un univers où il est difficile d’évoluer : il n’y a pas beaucoup de travail, il y a de la famine aux quatre coins et que la drogue est le seul moyen de quitter ce monde exécrable.

On fait la rencontre de Doran, un jeune homme qui part pour essayer de trouver et d’avoir une vie meilleure. J’ai trouvé que c’était vraiment un personne atypique dans le sens où il n’a absolument rien d’un personnage principal. Je n’en connais pas des comme lui et cela m’a déstabilisé mais Doran devient très attachant et l’on a envie de savoir s’il va parvenir à ses fins. Il va découvrir qu’il est capable de faire les pires choses poussé par des démons intérieurs. C’est une histoire très psychologique mais l’intrigue est exceptionnelle. La force de ce roman tient dans les idées de l’auteur. Dans la deuxième partie de ce premier roman, j’ai vraiment pris un sacré plaisir à lire les aventures de Doran.

Tome 2

Résumé : Devenir une arme royale procure un sentiment extatique de puissance à moins que la paranoïa et le doute s’en mêlent… Jour après jour, Doran Dils s’avère exceller dans un apprentissage empli de codes et de règles, mais derrière les luxueuses tentures du château, il perçoit les fondements d’une société gangrenée depuis des siècles. Sa vie prend dès lors un virage diamétralement opposé, caressant l’horreur d’une sorcellerie omniprésente. La malédiction de l’île aux morts imprègne plus que jamais les vivants. Plongé dans une folie qui le place au centre d’un complot et d’une machination, Doran doit trouver sa place, enfonçant alors ses ongles dans une réalité cauchemardesque pour ralentir sa descente aux enfers. Entrez dans les méandres du second volume de la trilogie du Murmure des Oubliés.

Mon avis : De nouveau, on est propulsé dans ce décor et cet univers étouffants (ce n’est pas dans le mauvais sens du terme, c’est une ambiance qui est nécessaire au bon déroulement de l’intrigue).

Je trouve ce deuxième tome meilleur que le premier dans le sens où je n’ai pas eu besoin d’autant de temps pour rentrer dans l’histoire. C’est avec un réel plaisir que j’ai retrouvé Doran et ses aventures qui sortent de l’ordinaire.

Je ne peux que vous conseiller de lire cette saga qui est très prometteuse. On est dans un cadre épique plein de promesses.

On est aspiré dans cette quête, on suit Doran jusqu’au bout et honnêtement, j’ai adoré cela !

La plume de l’auteur est très additive et très riche. Chaque mot est pensé, pesé et utilisé à sa juste valeur. Cela apporte beaucoup à ces deux tomes.

Comme vous avez pu le constater, il m’est difficile de parler de cette saga, de dévoiler l’intrigue. Pour la simple et bonne raison que j’ai peur d’en dire trop, ou pas assez. Si vous êtes fan de dark fantasy, il faut y aller. Il faut la lire. Je vous avoue que je n’ai pas forcément beaucoup de points de comparaison mais je vous avoue que pour une première tentative, j’ai bien aimé ma lecture !

Ma note : 15/20

 

22

Les fragments perdus  Tome 1 – Brice Milan

ob_1ccf1a_les-fragments-perdus-tome-1-950825Résumé : L’armée de Morgaste assiège la capitale des Terres d’Eschizath au cœur de l’hiver. Face à cet adversaire implacable, les membres du conseil des Trente décident de dépêcher trois messagers chargés de quérir des renforts auprès du royaume mitoyen des Hisles. Mais le prince noir, en quête de mystérieux fragments, lance à leur trousse ses troupes de Maraudeurs impitoyables. L’inexpérimenté Alceste, la belle et farouche Oriana et le fidèle garde de l’Ordre, Horst, vont devoir franchir le lac Gelé, traverser la forêt d’Eslhongir et gravir les monts Dunhevar. En chemin, ils s’allieront à Ulva, la Meneuse de loups…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Brice Milan pour l’envoi de ce service presse via le site Simplement pro. Je suis vraiment ravie de toutes les belles découvertes que j’ai fait sur ce site. Brice Milan a mis la barre très haute !

Quand j’ai accepté ce Service Presse, je vous avoue que j’ai eu peur dans le sens où la couverture ne m’a pas plu. Le résumé a très bien joué son rôle puisqu’il m’a quand même poussé à accepter ce roman. J’ai trouvé le résumé très séduisant et je vous avoue que si j’avais décliné, j’aurais raté un excellent moment de lecture.

Vous savez que j’aime ce genre littéraire parce qu’il exige beaucoup d’efforts et d’imagination de la part de l’auteur. En effet, monde complètement crée. Il est vraiment incroyable dans ce roman. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la saga « L’appel » qui m’avait beaucoup marqué.

Les fragments perdus fait partie des sagas qu’il me tarde de continuer. Je veux vraiment savoir la suite. Ce n’est pas vraiment compliqué de comprendre pourquoi :

  • Les personnages dans un premier temps : j’ai adoré la diversité de ces personnages qui forment un groupe qui doit sauver leurs Terres. J’ai vraiment beaucoup apprécié la diversité sociale de ces personnages. On rencontre Alceste (première rencontre : il est complètement ivre.) c’est un jeune homme complètement perdu. Il est très différent des jeunes gens de son âge physiquement et moralement. Cela en fait un jeune homme à part qui s’engage dans une quête complètement folle. On rencontre aussi Oriana, une jeune femme qui a perdu ses parents à cause de la guerre qui ravage les Terres d’Eschizath et qui vit en volant ainsi que Horst un garde de l’Ordre. Ces trois personnages forment une équipe incroyable qui m’a beaucoup plu grâce à la diversité de ces trois personnages.
  • La quête m’a beaucoup plu : en effet, j’ai trouvé les péripéties et les réflexions tout au long du roman très bien trouvées. Elles sont en effet très intelligentes. J’ai adoré suivre les actions de ce premier tome tout au long du roman.
  • Le monde en soi : mais quelle beauté ! Quel travail. Franchement je suis très admirative du travail de Brice Milan dans cette saga. Je suis vraiment sous le charme de ce monde que l’on nous propose ici. En effet, j’ai trouvé énormément de détails à ce monde qui se crée sous nos yeux. Les détails apportent beaucoup à ce monde et surtout les différentes régions, les différentes populations qui nous sont proposées.

Je tire mon chapeau à une intrigue sans faille et à une plume saisissante. Les personnages sont très intéressants et apportent beaucoup à ce premier tome très prometteur.

Je ne peux que vous conseiller de lire ce premier roman si vous êtes fan de fantasy.

Ma note : 18/20

 

14

Yianna Tome 2 : la marque du destin – Manon Samson

received_1809580466008338.jpegRésumé : Emmy désire continuer à vivre dans le monde des Yiaras. Malheureusement, elle est victime d’une loi incontournable qui s’apprête à l’envoyer pour toujours à Oruga, loin de tous ceux qu’elle aime. Pourtant, le roi lui avait laissé une impression qu’elle aurait un destin particulier, surtout lorsqu’il l’avait interrogé d’une mystérieuse intonation : « Qui es-tu, Emmy ? » En effet, Emmy sera marquée d’un emblème qui changera son futur à tout jamais. Elle sera propulsée dans un monde de plus en plus étrange, complexe, qui la surprendra à chaque instant… 
Un monde où elle pourra enfin répondre à la question du roi. 

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois les éditions Loud et surtout Alex pour sa gentillesse. Je sais que j’ai mis du temps à lire ce tome 2 mais cela en valait la peine puisque je l’ai trouvé dans la lignée du premier. C’était vraiment un très beau moment de lecture encore une fois !

On retrouve tous les personnages que l’on a apprécié dans le premier tome. Cette trilogie est très sympathique à lire. J’ai encore une fois adoré le personnage d’Emmy qui n’a qu’une seule envie, c’est vivre dans le monde des Yiaras. Après avoir vécu l’enfer lors de ces premiers mois sur ce nouveau monde, Emmy a découvert un monde spectaculaire et fantastique. Cependant, une loi lui interdit de rester dans ce monde. Elle doit partir sur Oruga.

J’ai trouvé ce second tome plus approfondi, en effet, le premier tome servait un peu de base à la suite de l’intrigue. Etant donné que l’on sait, à peu près, comment fonctionne ce monde à la fin du premier tome, on est ici dans un tome plus profond, plus intense. Que ce soit émotionnellement parlant ou physiquement parlant, on passe un excellent moment. On a envie d’en savoir plus.

Le personnage d’Emmy a une psychologie qui m’a bien plu : elle ne se laisse pas faire du tout et coute que coute va tout faire pour parvenir à ses fins et rester avec ses amis là où elle est. Elle va tout faire pour y parvenir. J’ai apprécié cette force de caractère ainsi que son courage. Elle n’abandonne jamais et c’est vraiment un personnage solide qui mène l’intrigue d’une manière assez incroyable.

Avec Emmy, un autre personnage que j’ai beaucoup apprécié c’est Aslon. Je l’ai trouvé bien, par moment, on a envie de lui dire de se réveiller mais mis à part cela… Je trouve que c’est vraiment une très belle évolution.

Je n’avais qu’une seule crainte en ouvrant ce deuxième tome c’est d’avoir du mal à me replonger dans l’univers parce qu’il est vrai que j’ai laissé un certain temps entre les deux lectures de ces tomes. C’est vraiment une crainte que je trouve stupide main

 

tenant parce que l’auteure est parvenue à me pousser de nouveau dans son univers sans aucun souci. J’ai vraiment trouvé cela exceptionnel. Tous les détails, les descriptions, les

ob_bbb9d5_loud

personnages sont tellement bien travaillés que l’on parvient à se reconnecter très facilement.

Je pense que les fans du film Avatar peuvent trouver leur bonheur dans cette trilogie. En effet, cela m’a beaucoup fait pensé à ce film. La nature, la manière dont on décrit les choses, c’est très prenant.

Je dirai que ce deuxième tome est un tome de transition. On attend avec impatience le feu d’artifice que nous promet le troisième et dernier tome de cette trilogie.

L’imagination de l’auteure est toujours aussi débordante et j’en reste pantoise. En effet, j’ai trouvé que c’était vraiment un monde abouti, des personnages excellents ainsi qu’une plume qui fait son petit effet.

Ma note : 17/20

14

Bayou Fantasy – Tome 1 Le carnaval du démon – C. C. Mahon

513yKhk8MqL._SY445_QL70_Résumé : Prudence Devreaux est une étudiante sans histoire dans une petite fac de Louisiane. Une série de morts suspectes la place au coeur d’une lutte sanglante entre deux forces surnaturelles. Prudence doit se battre pour protéger sa vie, ses amies, son avenir… Et son essence même. Sans parler du démon qui a décidé de commettre un massacre à la parade du Mardi Gras. Les cultures cajun, créole et anglo-saxonne se mélangent entre fête typique et bayou mystérieux, dans ce premier volet de la série Bayou Fantasy.

Mon avis : Je remercie chaleureusement l’auteure, CC Mahon, pour la proposition de ce Service presse. Je suis ravie d’avoir pu mettre mon nez dans cette saga qui paraissait très prometteuse. Je n’ai pas été déçue par la lecture de ce premier tome que j’ai dévoré.

On fait la rencontre de Prudence qui est une jeune étudiante que j’ai apprécié. En effet, son côté étudiante m’a beaucoup plus et c’est ainsi que j’ai pu m’identifier quelque peu à elle. En revanche, j’ai trouvé dommage d’avoir un gout de trop peu à son sujet. On n’en apprend pas beaucoup, j’espère en savoir plus sur elle par la suite. J’ai beaucoup apprécié la simplicité du personnage. Elle est une jeune fille comme tant d’autres, c’est agréable.

La lecture de ce roman est assez fluide malgré quelques longueurs. Ce n’est pas vraiment un obstacle à la compréhension ni à la lecture qui ne s’est pas vu retardée par ces longueurs mais j’ai simplement perdu le fil dans ma lecture à plusieurs reprises.

Cependant, j’ai été captivé par l’univers que l’auteure nous propose ici. C’est difficile à croire mais je suis convaincue par la plume de CC Mahon. En effet, le talent est là. Elle a su me transporter dans son monde très rapidement.

Je ne lis pas beaucoup d’urban fantasy. En fait, à y réfléchir, c’est la première fois que je me plonge dans un univers pareil. Je vous avoue que ce genre pourrait facilement me plaire. C’est vraiment très agréable. Je pense que je recommencerai sans aucun problème mais je suis heureuse d’avoir débuté mon expérience avec ce premier tome.

J’ai été séduite par l’univers de la Louisiane, de la culture cajun. C’était quelque chose que je ne connaissais pas vraiment (sauf à travers l’histoire de la Princesse et la Grenouille alors je pense que je peux fermer les yeux sur mes connaissances en la matière ^^). J’ai vraiment pris plaisir à découvrir ce côté de l’histoire. J’ai aussi adoré le fait que l’on est plongé dans la culture mythique de cette région. C’est vraiment très intéressant et j’ai vraiment eu envie d’en savoir plus !

Le côté fantastique est vraiment excellent aussi. J’ai trouvé l’histoire du démon assez sympathique. L’intrigue est amenée simplement mais efficacement. C’est assez sympathique. J’ai trouvé les péripéties très bien amenées aussi. Le personnage du démon est vraiment hyper bien travaillé selon moi. Je trouve qu’il apporte énormément à l’intrigue.

Le style de l’auteure apporte beaucoup au roman et à la compréhension de l’œuvre en soit. Effectivement, j’ai trouvé la plume dynamique, intrigante. On est propulsé dans son univers d’autant plus rapidement grâce aux mots de l’auteure qu’elle choisit. J’ai trouvé l’idée intrigante par son originalité.

Même si on met quelques pages à entrer dans l’univers proposé par l’auteure, on a très envie de savoir la suite. On se rend compte que l’histoire prend de l’ampleur vers la fin. On peut dire que c’est un tome qui pose les bases et qui laisse présager le meilleur pour la suite.

Je pense que ce roman pourrait plaire à beaucoup  d’entre vous. Je pense surtout aux lecteurs qui aiment la fantasy et/ou l’originalité. Ici, vous êtes servis !

Ma note : 17/20

19

Yianna Tome 1 : Le secret des Yiaras – Manon Samson

received_1809694125996972.jpegRésumé : Lorsque Emmy monte dans l’avion en direction du poste de ses rêves au Brésil, elle est loin d’imaginer qu’elle n’atteindra jamais sa destination. Les événements qui surviennent alors dépassent l’entendement ? Emmy vit un cauchemar les yeux ouverts. Avec des milliers de personnes, elle est emmenée malgré elle dans un autre univers, un univers où ce ne sont pas les humains qui commandent. Prisonnière, soumise, malmenée, elle devra se battre pour survivre sur cette étrange et mystérieuse planète nommée Yianna. Alors qu’elle a perdu tout espoir et attend la mort comme une délivrance, deux êtres de ce monde lui tendent la main, changeant à tout jamais sa destinée. Elle devra admettre que ces « Monstres » n’en sont peut-être pas tous, que cette planète peut s’avérer plus fascinante que terrifiante. Mais que veulent-ils ? Pourquoi ont-ils enlevé tous ces humains pour les emporter ici ? Quel sera donc le destin d’Emmy qui semble différer de celui de ses semblables ? Loin des clichés habituels, Yianna propose des réponses inattendues qui nous tiendront en haleine tout au long de la lecture.

Mon avis : Dans un premier temps, laissez-moi remercier Alex et les éditions LouD pour ce service presse. Je suis ravie de pouvoir les compter dans mes partenaires internationaux (une première pour moi !) alors un grand merci à Alex de m’avoir donné ma chance et surtout la possibilité de découvrir le monde de Yianna.

Dans un second temps laissez-moi aussi vous rappeler l’adage que j’utilise très souvent sur la page et le blog : « l’habit ne fait pas le moine ». En plus, Alex m’avait bien souligné qu’une fois le nez dans le premier tome j’allais engloutir le reste de l’histoire. Même si j’ai préféré prendre mon temps pour les deux autres tomes, je me suis laissée rapidement happée par cette histoire merveilleuse !

Au premier abord, je n’étais pas forcément fan de la couverture. Je la trouvais un peu trop « fantasy » à mon gout. Par-là, je veux dire que même si j’aime la fantasy, je ne suis pas fan des gros monstres qui cassent tout sur leurs passages : j’aime avoir une trame, une histoire et une intrigue qui tient la route ! Ici, j’ai été servi comme on dit !

On fait la rencontre d’Emmy dans un avion. Tout va bien pour le moment. C’est un voyage comme les autres dans un avion comme les autres. Là où commence le problème c’est lorsque l’avion se fait détourner de sa destination première en se faisant capturer par un peuple encore inconnu.

ob_bbb9d5_loud

La panique du kidnapping passée, les êtres humains comprennent très vite que quelque chose ne va pas. Ils ne reconnaissent pas les décors, les paysages et surtout les créatures qui peuplent cette planète inconnue ! Alors c’est vrai …§ Il y a bien une vie ailleurs que sur la Terre. Même si cela s’avoue fascinant, on va vite comprendre qu’Emmy n’est pas dans de beaux draps. En effet, sur la planète Yianna, les Yiaras ont comme esclaves des humains.

Nous suivons donc Emmy dans son périple sur cette planète inconnue.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure qui nous embarque dans un monde complètement imaginé. Il y a profusion de détails qui marquent vraiment un monde fantastique très détaillé.

La vie d4emmy sur cette planète est en deux temps : en effet, dans un premier temps elle tombe dans une famille de Yiaras plus que violente, elle souffre, elle est réduite à une pauvre chose qui se fait frapper et bousculer pour rien. Elle vit un calvaire et cela fait vraiment mal au cœur. Dans un deuxième temps, elle est protégée par la princesse de Yiaras qui la couve et la met en sécurité pour qu’Emmy puisse reprendre goût à la vie et qu’elle voit que la vie sur cette planète n’est pas si horrible que cela.

Je ne peux pas vous en dire plus mais ce premier roman est une pépite que vous pouvez mettre entre les mains d’un lectorat très large. On tombe sous le charme des paysages, des personnages et d’Emmy qui est adorable. J’ai trouvé très intéressant et intelligent de mettre une intrigue amoureuse dans ce nouveau monde que l’on apprivoise doucement. Quelle excellente idée !

J’ai hâte de me lancer dans le deuxième tome.

Ma note : 17/20

 

16

La Terre des héros Tome 2 : Trahison – Amélie Hanser

la-terre-des-heros,-tome-2--trahison-934620-264-432Résumé : Kouareï se réveille dans une plaine, sans le moindre signe de vie de ses amis. Une seule solution s’offre à lui : rejoindre un ordre de chevalerie fidèle à Erwan. Lorsque des enfants se font enlever par les Fomors, il voit là l’occasion d’en apprendre plus sur la disparition de sa sœur et part à leur recherche. Sa route va le mener à travers la Terre des Héros, entre intrigues politiques, énigmes et épreuves. Avec toujours ces questions : où se trouvent Aleya et les autres ? Comment Owen a-t-il pu tuer son frère?

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois l’auteure : Amélie Hanser pour sa confiance et l’envoi de ses deux tomes de la saga “La Terre des héros”. Souvenez-vous, j’avais beaucoup apprécié ce que j’avais découvert dans le premier tome et l’univers incroyable qu’Amélie nous proposait.

Beaucoup d’entre vous ont commentés ma chronique sur le premier tome surtout grâce à la merveilleuse couverture de ce tome. Je vous avoue que je suis aussi sous le charme de cette dernière, elle accroche à l’œil et nous promet de nous faire passer un excellent moment. Chose promise, chose due, c’est avec plaisir que je vous dis que le tome deux est à la hauteur du premier tome.

Quel délice de replonger dans cet univers incroyable inventé de toute pièce par l’auteure. Je fus vraiment heureuse de replonger dans les extraordinaires aventures d’Aleya avec ce deuxième tome intitulé « Trahison ». Je pense que cela nous met tout de suite dans le bain de ce que l’auteure va nous proposer.

C’était donc pour moi un réel plaisir de retrouver Aleya et ses amis que l’on avait quitté de manière poignante et avec un suspens au plus haut point !

J’ai trouvé très sympathique le fait d’avoir eu la sensation de facilité à l’ouverture de ce deuxième tome. Laissez-moi m’expliquer : en effet, j’ai lu d’autres romans avec des univers bien différents entre le premier et le deuxième tome de la Terre des Héros et j’ai su me replonger de manière rapide et efficace dans l’univers proposé par l’auteure. J’ai retrouvé une prose fluide, une plume belle et efficace qui permet de se replonger avec une extrême facilité dans ce monde d’héros.

Les péripéties proposées par l’auteure sont assez incroyables ! En effet, on suit avec avidité la progression de ce roman, des personnages et c’est exaltant. On suit les aventures d’Aleya comme si on y était, la profusion de détails saute aux yeux et c’est vraiment incroyable. Tous les personnages sont très différents physiquement et moralement mais sont tous très attachants, on a envie de savoir ce qui va se passer pour eux.

Une nouvelle fois, Amélie nous surprend avec sa plume de très bonne qualité et son goût affiné pour les descriptions. J’ai encore une fois été bluffé par la densité des détails des décors et paysages. Amélie Hanser nous fait voyager dans son monde qu’elle maitrise sur le bout des doigts. On a l’impression de vivre dans un monde magnifique.

Le seul point « négatif » que j’ai à souligner est celui-ci : Amélie nous prouve à multiples reprises qu’elle maitrise son sujet, son univers ainsi que ses personnages. Sa plume est magnifique et les descriptions sont vraiment excellentes et pleines de magie, cependant par moment il y a quelques longueurs et surtout des phrases un peu trop compliquées. Je pense que certains passages gagneraient à être aérés et syntaxiquement plus faciles. Par ailleurs, je tiens quand même à préciser que ces longueurs n’empêchent pas de passer un excellent moment avec ce deuxième tome qui se trouve être dans la lignée du premier.

Ma note : 16/20

 

 

14

L’appel – Tome 1 : l’appel des éléments – Stéphane Melin

téléchargement (4)Résumé : « La prophétie te réclame, tu ne peux t’y soustraire ». Cette mystérieuse phrase va bouleverser la vie paisible du jeune Abel. Il devra quitter les siens pour parcourir des contrées inconnues, à la recherche de mystérieux compagnons qui le seconderont pour repousser la menace qui pèse sur sa Province et le reste du monde. Une lutte de chaque instant, un danger permanent, mais aussi l’amitié et l’amour, tant de choses que notre jeune héros va découvrir. Mais parviendront-ils à leur fin ? Quels sacrifices devront-ils faire pour mener à bien la mission qui leur a été confiée ?

Mon avis : Je remercie Stéphane Melin pur l’envoi de son roman en Service Presse. En effet, j’ai pris un plaisir certain à me plonger dans l’univers que l’auteur nous propose. C’est une belle aventure que je conseille à tous les fans de fantasy.

J’ai trouvé la couverture à mon goût dès que j’ai posé les yeux dessus, en effet, elle dégage un certain mystère et une bonne grosse dose d’aventures, de quêtes. Bref, c’est un roman qui allait me plaire, j’en étais certaine.

Je suis heureuse de vous dire que je ne me suis pas trompée. On part à l’aventure avec Abel, un jeune homme qui a une vie tranquille et qui se voit affublé d’une prophétie qui lui dit qu’il est l’élu, que lui seul peut sortir son monde de la torpeur.

Le premier tome de la saga « l’Appel » est pour moi, sous le signe de la quête mais on y trouve aussi une forte notion d’amitié. En effet, des liens se tissent rapidement et nous prouvent à plusieurs moments que certains liens sont indéfectibles et forts. Les quatre amis d’Abel, qu’il cherche pour suivre la prophétie, sont loyaux et fidèles. Vous savez que c’est une notion que j’aime retrouver dans les romans dans lesquels je me plonge. C’est vraiment un des points forts du roman selon moi.

J’ai beaucoup apprécié le personnage principal, Abel qui dégage des qualités que j’affectionne particulièrement chez mes personnages. Il est patient, intelligent, calme. Il a vraiment les qualités nécessaires pour aller loin. Il avoue facilement ses faiblesses dans le sens où il sait très bien qu’il ne pourra pas y arriver seul. Les péripéties qui l’attend sont dures et éprouvantes. C’est pour cette raison que les personnages secondaires sont assez importants, en effet, ils ont un rôle définis et ne font pas « potiche » dans le roman. C’est très appréciable.

La loyauté est vraiment aussi une notion assez incroyable dans ce roman puisque les cinq amis sont prêts à tout pour parvenir à déjouer le mal qui plane sur leur pays et à libérer ses habitants du mal qui les ronge !

L’univers que nous propose Stéphane Melin est assez original et intrigant. Je pense que j’ai rarement vu un univers inventé de toutes pièces aussi abouti. C’est vraiment très agréable à lire.

L’intrigue est bonne, je pense qu’elle a des choses en plus que certaines que j’ai déjà pu lire. En effet, même si la base de l’intrigue est « banale » ou encore « déjà vue », on se rend vite compte du talent de Stéphane Melin lorsqu’il s’agit d’ajouter des détails, des péripéties et des choses très intéressantes pour en faire une intrigue originale qui nous berce dans ce monde incroyable.

J’ai beaucoup apprécié la plume et l’imagination de l’auteur. En effet, on est rapidement propulsé dans un univers merveilleux, qui nous donne envie de suivre Abel et ses amis dans leur aventure et de savoir comme va se terminer cette histoire de prophétie. La plume de l’auteur est très belle, elle se prête particulièrement bien au jeu du genre « fantasy » puisqu’en effet, on est happé par l’histoire, les personnages et l’intrigue très rapidement.

Personnellement, j’ai avalé ce roman en une journée (bon, j’ai quand même une pause pour m’alimenter) mais j’ai vraiment beaucoup apprécié ce premier tome qui promet de nombreuses surprises pour la suite de l’aventure. Vivement le tome 2 !

Je terminerai en disant que j’ai rarement lu de si bon roman fanstay français. Depuis la saga « les hauts conteurs », je ne me suis pas perdue cœur et âme dans un roman pareil.

Ma note : 18/20

 

18

Lebenstunnel : Tome 1 : Allégeance – Oxanna Hope

lebenstunnel,-tome-1---allegeance-882723-264-432Résumé : Et si le dénouement de la Seconde Guerre mondiale n’était pas celui que l’on connaissait ? 200 ans après la victoire d’Hitler, Germania n’est plus un mythe. La race aryenne tant espérée par le Führer domine le monde et toutes les autres ethnies ont été éradiquées de la planète. Krista, jeune Aryenne, travaille dans un Lebensborn. Elle a été élevée dans le moule de la race pure et ne connaît que ce mode de vie, jusqu’au jour où elle suit malgré elle une femme dans les égouts de la ville. Ce qu’elle y découvre va ébranler toutes ses convictions et peut remettre en question le fonctionnement même du monde dans lequel elle vit.

Mon avis : Dans un premier temps, laissez-moi remercier Oxanna Hope. En effet, j’avais vu plusieurs fois la saga « Lebenstunnel » sur la toile. Cette saga provenant du genre dystopique, j’avais émis mes réserves sur ma faculté à apprécier. Pas que je n’aime pas la plume d’Oxanna, bien au contraire mais c’est simplement que la dystopie est un genre que je n’apprécie pas plus que cela. Ayant vu qu’Oxanna me proposait son roman en Service Presse, j’ai décidé de me faire mon propre avis sur ce genre et ce premier pas vers la réconciliation entre ce genre et moi. Je suis heureuse de vous dire que je ne suis pas mécontente d’avoir laissé sa chance à ce genre et plus particulièrement à cette saga.

Ce que j’ai apprécié dans ce roman c’est le fond historique. En effet, l’intrigue est assez originale et appréciable : Hitler a gagné la guerre, la race arienne a pris le dessus sur le reste des populations mondiales qui ne représentent plus rien. On vit cette histoire 200 après la victoire allemande de la Seconde Guerre Mondiale.

En plus de l’originalité de l’intrigue, j’ai beaucoup apprécié le personnage principal : Krista. En effet, elle qui a toujours vécue avec l’idée de la supériorité de la race arienne à laquelle elle appartient, elle va se faire piéger par une jeune enceinte qui a besoin d’aide. C’est à partir de ce point que l’intrigue prend de l’ampleur et qu’Oxanna Hope nous propulse dans son univers incroyable.

Krista va découvrir un monde qu’elle ne connaissait pas et va vite se rendre compte que beaucoup de choses se passent sans que la population arienne s’en rende compte. C’est assez mystérieux et excitant de découvrir ce qui se passe sous terre. Tout est différent de ce que l’on peut trouver à la surface. Et je vous avoue que l’évolution de la jeune arienne est spectaculaire.

L’intrigue, de par son originalité, est assez rocambolesque. Oxanna Hope parvient à nous faire véhiculer des émotions diverses à travers ses mots. Le choix des chapitres plutôt courts et aérés, l’auteure parvient à garder notre attention jusqu’à la fin du premier tome.

Je me suis rendue compte que l’imagination de l’auteure était sans borne tant le monde qu’elle a inventé de toutes pièces est détaillé et regorge de bonnes idées. C’est vraiment très sympathique à découvrir malgré le côté tyrannique de Germania.

Je trouve aussi que les personnages secondaires sont très sympathiques et apportent vraiment quelque chose d’intense au roman. En effet, on est pris dans une spirale de péripéties et qui nous font découvrir des facettes des personnages assez intrigantes.

En bref, je pense que ma découverte de Germania et de la dystopie ont été une bonne chose, j’aime repousser mes limites dans mes lectures. Cela me permet de découvrir des genres et des romans sur lesquels je ne me serai pas arrêtée de moi-même. Ce premier tome de Lebenstunnel est plein de promesses pour la suite.

Ma note : 15/20

28

La terre des héros Tome 1 : héritage – Amélie Hanser

la-terre-des-heros,-tome-1---heritage-786655-264-432Résumé : C’est l’histoire d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui se réveille dans un autre monde après avoir touché un objet étrange dans les affaires de sa mère. C’est aussi celle d’un roi, assassiné par son frère jumeau. Ses souvenirs resurgissent en Aleya, qui en apprend alors davantage sur cette terre peuplée par les descendants de héros anciens, mais également sur ses origines. Tous voient en elle celle qui débarrassera la Terre du roi fratricide menaçant les autres peuples. Elle devra alors, si elle accepte ce rôle, entreprendre avec ses nouveaux amis une quête qui la fera parcourir ce nouveau monde inconnu et découvrir ses secrets et ses énigmes.

Mon avis : Laissez-moi dans un premier temps, remercie Amélie Hanser pour sa gentille proposition. En effet, j’ai été heureuse de recevoir les deux tomes de la saga « La terre des héros » que j’ai pris plaisir à découvrir.

On fait la rencontre d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui a du mal à comprendre sa maman, en effet, elles déménagent au fin fond de nulle part sans aucune explication valable. Aleya est perdue, elle ne sait pas pourquoi et cela l’agace au plus haut point.

Elle est encore plus surprise lorsqu’elle est catapultée dans un monde qu’elle ne connait pas en touchant un objet dans les affaires de sa mère. Elle ne sait pas à ce moment-là, que tout est sur le point de s’écrouler : entre vraie nature et secrets de famille trop longtemps tus, elle va voir sa vie prendre un virage à cent quatre-vingt degrés.

L’intrigue est donc lancée : en effet, Aleya, propulsée dans ce monde où tous les habitants sont des descendants d’héros célèbres, est perçue comme étant l’élue, la sauveuse, celle qui pourra les sauver de ce roi tyran qui n’a pas eu de scrupules en tuant son frère – Owen.

On peut croire, dans un premier temps, que l’intrigue est plutôt facile et rabâchée dans tous les romans que l’on peut lire de ce genre-là. Cependant, j’ai trouvé que l’auteure, avec une certaine facilité et intelligence, parvient à nous propulser en même temps qu’Aleya dans son univers, dans ce nouveau monde qu’elle construit au fil des mots et des pages de manière intelligente et très belle. En effet, les descriptions sont très belles, elles nous donnent vraiment envie d’aller faire un tour par là-bas. L’intrigue prend une tournure assez sympathique parce que l’auteure parvient à nous tenir en haleine. On veut savoir comment cela va se terminer.

Je suis heureuse de voir qu’il y a un deuxième tome, j’ai hâte de pouvoir m’y mettre. L’auteure clôt son premier tome de manière spectaculaire, qui nous laisse sur notre faim et qui fait que l’on veut absolument savoir la suite ! J’espère pouvoir me replonger dans cet univers très rapidement.

J’ai trouvé que l’apport des personnages secondaires qui viennent aider et épauler Aleya dans cette épreuve est très bon. En effet, c’est un bon groupe d’amis qui se forme sous nos yeux, je ne peux que vous conseiller ce roman si vous êtes fans de fantasy. De plus, les populations et les peuples que nous décrit l’auteure sont très bons, ils sont bien pensés, originaux et vraiment très sympathiques à découvrir.

La touche de magie au sein de ce nouveau monde est vraiment très sympathique aussi. Cela apporte une petite dose de je-ne-sais-quoi qui est très appréciable. Elle nous permet de respirer dans les moments un peu trop éprouvant pour Aleya. J’ai beaucoup apprécié l’idée.

Ma note : 16/20

10

Les disparus de Karia – Episode 2 : l’autel de Moloch – Anthony Holay

004941123Résumé : Les mystères de la ferme s’épaississent tandis que Kenan se rapproche de son adversaire. Le Redresseur de Foi ne s’attendait toutefois pas à de telles difficultés. Dans ce dernier épisode, plongez dans les méandres des ténèbres. Un dénouement toujours plus angoissant !

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Céline et Marine de Nutty Sheep pour l’envoi parfait de ce nouveau service presse. Ce dernier vient clore la mini-saga « Les Disparus de Karia ». En effet, elle est composée de deux épisodes assez courts mais intenses.

On retrouve donc notre redresseur de foi préféré : Kenan. Il est à la poursuite du démon qui hante le village dans lequel il est. Avec Alrune, il essaye de comprendre, de se protéger du démon qui vit apparemment dans une ville maison délabrée un peu plus loin.

J’ai trouvé le revirement de situation assez surprenant. J’avais envie d’y croire jusqu’au bout. C’est vraiment très agréable de se faire surprendre de cette manière par l’histoire et les mots de l’auteur.

J’ai trouvé cet épisode aussi intéressant que le premier. Le premier était plus axé sur la réflexion, le dénouement de ce mystère. Celui-ci est plutôt axé sur l’action et c’est assez plaisant à lire.

Les personnages sont plus intenses, plus réfléchis et c’est vraiment un bon moment de lecture. Kenan est un homme très intelligent qui a la capacité à réfléchir très vite dans les situations de crise. Il n’en n’oublie pas la raison de sa venue malgré le danger qui est à son point culminant. Personnellement, j’aurais plutôt hurlé et prié le bon dieu mais bon, heureusement pour les enfants disparus, je ne suis pas Kenan !

Alrune se révèle être un personnage très intéressant ainsi que très important dans ce deuxième épisode. Elle est un personnage pivot qui nous permet de comprendre ce qui s’est passé dans cette maison, dans ce village, dans cette région. C’est un personnage que j’ai assez apprécié de manière générale. J’ai beaucoup apprécié son histoire.

Les personnages secondaires sont tout aussi importants que les personnages principaux,Fantasy c’est assez intéressant comme approche. Chacun à le droit à son heure de gloire et j’ai trouvé ça très sympathique de s’intéresser à chaque personnage de plus près ainsi qu’à leur psychologie. Dans un épisode aussi court (70 pages environ), il est assez rare que l’on parvienne à avoir des personnages aussi détaillés.

J’ai aussi bien aimé le culte pour le dieu Moloch. Un dieu du mal qui recherche des démons sur terre pour le servir. J’ai apprécié ce point sur la divinité mais j’aurais bien aimé qu’elle soit un peu plus développé, qu’on en sache plus. Cela laisse un gout de trop peu dans la lecture et c’est dommage parce que cela avait l’air d’être un point assez intéressant dans l’histoire.

L’intrigue reste très sympathique. J’ai trouvé qu’elle était vraiment bonne et rondement menée par l’auteur. Les personnages sont bons et efficaces, ce qui nous permet de passer un bon moment de lecture.

Je pense qu’Anthony Holay est un auteur qui mérite d’être connu et que ses romans sont vraiment bons.

Avec une intrigue sans faille, une plume additive et des personnages assez pointus, on se retrouve avec une histoire vraiment très sympathique. Je vous conseille donc de lire cette mini-saga qui est assez prenante.

Ma note : 17/20

10

Le voyageur bleu tomes 2 et 2.5 d’Olivia Lapilus

téléchargement.jpgLe voyageur bleu tome 2 : Dualité d’Olivia Lapilus

Résumé : « Qu’avez-vous fait ? » « Tu as volé ce qui lui était le plus cher » De longues années se sont écoulées, nourrissant l’obsession du roi-tyran. Sa quête du voyageur bleu reste désespérément inachevée. La pierre se joue de lui, inaccessible à ses envies. Pourquoi le Ciel s’évertue-t-il à la lui refuser ? N’a-t-il pas tout sacrifié pour l’avoir ?
Sa folie gagne en puissance lorsqu’il découvre qu’elle s’est envolée sur une autre planète au cou d’une proche de Malias Elisor-Ka, la femme du premier détenteur de la pierre. Toutefois, quelqu’un guette dans l’ombre et convoite lui aussi le voyageur, attendant patiemment son heure pour se dévoiler.

Mon avis : Je remercie chaudement Sylvie d’Anyway Editions pour sa gentillesse et sa disponibilité sans faille. C’est très agréable de travailler en collaboration de cette manière.

On retourne dans l’univers qu’Olivia nous propose. Une planète : Catiopé gouvernée par un roi tyran lui-même gouverné par sa propre folie. C’est un vrai régal de lire ce genre de roman. Vous savez que la fantasy ainsi que la science fiction sont deux genres avec lesquels je suis assez ennuyante parce qu’il faut vraiment que les romans soient vraiment intéressants, logiques ainsi que crédibles. Il est assez compliqué pour moi de réunir ces trois critères. Olivia Lapilus y arrive de manière assez surprenante.

J’ai été happé, une nouvelle fois, par son histoire qui progresse très bien. J’ai aimé retrouvé tous ces personnages qui sont tous importants. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on retrouve les personnages du premier tome et de nouveau et que les personnages secondaires soient aussi importants que les personnages qui prennent plus de place.

Dans le premier tome, nous avions des chapitres qui alternaient les points de vue ainsi que les situations qui se déroulaient sur Catiopé mais pas toujours dans les mêmes régions ainsi que sur la Terre, enfin je veux dire, notre Terre. Ici, les chapitres s’alternent plus rapidement, on suit des histoires qui finissent par se croiser et le cross-over est assez impressionnant. Ce sont vraiment des pièces du puzzle qui se raccordent sans aucun problème.

L’intrigue suit son chemin. Le roi-tyran est toujours à la quête de cette pierre qui pourrait lui permettre de gouverner le monde entier ainsi que les planètes inconnues. C’est vraiment une belle intrigue. Les péripéties (dans toutes les histoires) sont assez bonnes. J’ai apprécié retrouver Abalone ainsi que les personnages plus « méchants ». J’ai apprécié ce combat permanent entre les forces du mal et du bien.

J’ai hâte d’avoir la suite entre les mains. C’est vraiment un deuxième tome pivot qui vaut le détour. Il nous permet de comprendre beaucoup de choses et d’avoir plus de précisions sur tous les personnages que l’on côtoie.

Ma note : 16/20

V2

Le voyageur bleu – Tome 2.5 : Eschylle la flamboyante d’Olivia Lapilus Le-Voyageur-Bleu-T2.5

Résumé : Les cauchemars hantent ses nuits. Les suppliques incessantes peuplent ses rêves, gravées pour l’éternité dans sa mémoire. La vengeance enserre son cœur. Le chagrin l’habite ans repos. La solitude lui tient pour unique compagne. Son âme demeure son seul obstacle.

Mon avis : Eschylle la flamboyante est une petite parenthèse à la grosse histoire du voyageur bleu. J’ai trouvé cet ajout très intéressant. En effet, on se retrouve dans l’enfance d’Eschylle qui nous permet de comprendre comment et pourquoi elle en est arrivée là.

Eschylle est un personnage que l’on côtoie dans le voyageur bleu. Elle n’est pas tendre, elle est au service du roi-tyran. Elle lui a donné son âme. Elle ne veut plus penser, ne plus rien ressentir. Sa vie est tellement horrible… Quand j’ai lu les quelques pages à son sujet, j’ai vraiment été surprise et triste en même temps. Grâce à ce petit tome, on comprend les motivations de ce personnage bien que je n’approuve pas ses agissements.

Voici un ajout intelligent qui nous permet de comprendre beaucoup de choses !

Ma note : 15/20

16

Les disparus de Karia – Episode 1 : la ferme de Kuma d’Anthony Holay

19427887_10155400032423899_808978715_nRésumé : Des enfants enlevés, une ferme étrange, voilà une mission pour Kenan, Redresseur de Foi. Mystère et angoisse vous entraîneront à ses côtés au cœur d’une sordide affaire. Entre tromperies et combats incessants, le jeune homme parviendra-t-il à retrouver les disparus de Karia et à s’en sortir indemne ?

Mon avis : Je suis ravie de vous présenter le premier roman, enfin premier épisode du premier roman pour être plus exacte, que je lis en partenariat avec les éditions Nutty Sheep qui ont la particularité d’être une maison d’édition numérique. Je remercie donc grandement Céline et Marine qui sont très gentilles, j’espère que cette collaboration ira loin.

J’ai pu lire, pour commencer, les disparus de Karia. Le premier épisode s’intitule « La ferme de Kuma ». On entre tout de suite dans le vif du sujet en faisant la connaissance de Kenan, qui est un redresseur de foi. Il faut le dire clairement, les redresseurs de foi sont très mal vu par le reste de la population, en effet, ils sont vus comme étant des arnaqueurs professionnels qui abusent de la crédulité, de la naïveté ainsi que de l’argent du reste de la population. C’est donc déjà un premier obstacle pour Kenan, jeune homme qui veut comprendre ce qui se passe dans la région.

J’ai beaucoup apprécié ce personnage principal. Kenan semble être intelligent,  Fantasycourageux et très sympathique. Je pense que c’est un personnage qui a deux facettes, c’est encore quelque chose qui doit se préciser avec le temps et les épisodes mais je pense que sous son côté bourru, se cache quelque chose de plus doux et tempéré. Il risque de bien nous surprendre par la suite. J’ai aussi beaucoup apprécié le fait qu’il ai conscience de l’image néfaste qu’on les redresseurs de foi partout dans le pays et qu’il ne s’en formalise pas : il n’est pas comme ça et le prouve de manière significative à ceux qui ne le croit pas.

L’intrigue est assez surprenante aussi. J’ai très envie de savoir la suite. En effet, les épisodes sont très courts et sont découpés de manière à ce que le suspense soit à son comble. Le premier épisode est donc focalisé sur la ferme de Kuma. On y fait la rencontre de plusieurs personnages : Alrune, une jeune fille très jolie qui est adorable. D’une naïveté sans pareille, elle s’avère être très touchante. Grismond et Garmin qui sont les propriétaires de la ferme dans laquelle Kenan demande l’hospitalité ainsi que Dorian, paysan. On rencontre aussi la femme de Dorian qui est très discrète.

Grismond m’a fait l’effet d’un homme plein de rancœur, il voit d’un très mauvais œil la venue de Kenan, ce redresseur de foi imbu de sa personne. Garmin n’est pas beaucoup plus franc avec Kenan dont il se méfie. Dorian lui aussi n’est pas heureux de voir Kenan arriver. Ce sont des personnages assez mystérieux qui cachent clairement quelque chose.

Le mystère plane autour de cette ferme. Kenan sent que quelque chose de mal se passe. Il sait très bien que c’est ici que commence cette histoire de disparition d’enfants. En effet, Kenan est présent dans la région pour mettre fin à ce mystère, coûte que coûte, il veut comprendre et démasquer la personne qui est responsable de ces disparitions et de la crainte qui plane autour du village.

J’ai trouvé la plume d’Anthony Holay très intéressante. Pour un roman du genre fantasy, je trouve ça très bon. Une plume dynamique et très sympathique à lire. L’auteur sait me tenir en haleine à tel point que j’ai déjà envoyé un message à Céline pour savoir quand est-ce que je pourrais avoir entre les mains le deuxième épisode des disparus de Karia.

Je conseille vivement à ceux qui aiment le genre fantasy, le mystère et les énigmes à se pencher sur ce roman qui me semble être très prometteur.

Ma note : 17/20

16

Le voyageur bleu – Tome 1 : La prophétie – Olivia Lapilus

Olivia-Le-Voyageur-Bleu-T1-1ere-CouvertureRésumé : Que feriez-vous si une prophétie menaçait votre règne ? Anos, roi tyran de la planète Catiopé, est prêt à tout pour sauvegarder son trône. Il ne peut laisser quiconque détruire tout ce qu’il a mis si longtemps à bâtir et encore moins freiner sa quête du Voyageur bleu. Rien ne peut se mettre entre lui et sa soif de pouvoir. Rien à part le destin…

Mon avis : Je remercie beaucoup Olivia Lapilus pour cette proposition pour ce service presse que j’ai bien appréciée. Je suis toujours ravie de voir que les auteurs se plaisent sur mon blog et me choisissent pour lire leurs romans. C’est très valorisant pour moi alors un grand merci Olivia !

Ce que j’ai trouvé très surprenant, c’est la construction complète d’un monde fantastique ! J’ai trouvé ça très courageux, intelligent et agréable. On est envoyé sur la planète Catiopé qui est gouverné par Anos, un roi tyrannique, méchant et avide de pouvoir. Il ne recule devant rien pour pouvoir accéder au pouvoir de manière complète.

Lorsqu’un monde se construit sous nos yeux, le premier tome pose les bases. Il est obligatoire de passer par ce stade et je suis persuadée que le deuxième tome prendra plus d’ampleur. En effet, il faut s’habituer (ce qui va relativement vite, je dirai quelques chapitres) aux termes différents des nôtres pour se repérer dans le temps. Une fois passer ce détail, la lecture devient fluide. En plus, comme l’auteure est très gentille, au début du roman, il y a un petit index auquel on peut se référer pour se repérer dans les lunes et autres termes si à un moment, on se perd dans la lecture. Ça c’était une très bonne idée !

On rentre donc dans l’univers d’Olivia de manière incroyable. Anos est un roi exécrable et le mot est faible. Un tyran en puissance qui ne recule devant rien pour arriver et rester au pouvoir. En effet, il s’entoure de deux hommes horribles qui sont dotés de pouvoirs : l’un voit l’avenir et l’autre dépossède les gens de leurs âmes pour les asservir.

Une prophétie révélée dit que l’un des deux fils d’Anos le trahira et prendra sa place sur le trône. Il ne veut rien savoir, il préfère les tuer. Ce qui bien évidemment n’arrive pas, ils sont cachés et élevés par d’autres personnes qui n’ont pas eu le courage de tuer deux nouveaux nés.

On suit des histoires en parallèle qui finissent forcément par se rejoindre à un moment où a un autre. Celle des jumeaux, celle du roi qui est à la recherche d’une petite pierre bleue qui pourrait fêter son avènement au pouvoir et la troisième histoire est celle de de Dalios, un père de famille qui cache cette petite pierre bleue, après l’annonce de la rafle de tous les bébés filles nées à une certaine période de l’année, Malias, sa femme enceinte, s’en va pour sauver leur bébé. Elle y parvient, de justesse, en perdant beaucoup de choses autour d’elle mais son enfant est caché et en sécurité malgré les petits obstacles.

C’est une bonne intrigue, une bonne histoire très prometteuse. Voilà une saga du genre fantasy qu’il me tarde de continuer. Avec ce premier tome qui pose de bonnes bases, on se retrouve propulsé dans un univers incroyable. Le talent de l’auteure est indiscutable : en effet, la plume est belle, précise et très facile à suivre. L’imagination qui jaillit de ce premier tome est incroyable. On est vraiment dans une belle intrigue. La suite sort en juillet 2017. Alors un conseil, lisez cette saga qui risque d’être très prometteuse !

Ma note : 15/20

14

L’urne de Xalanor – Tome 1 : La folie du roi – Vincent MacPhordyne

1507-0.jpgRésumé : Les royaumes d’Édorianne et d’Élikasar sont voisins, ils vivent en paix depuis la fin de la guerre des déchus, quelque cinq cents ans plus tôt. Cette fragile trêve est soudainement remise en question lorsque le roi Légirède apprend que des armées élikasariennes bivouaquent à ses frontières. Le roi Ollon jure de ne réaliser que de simples manœuvres. Coincé dans sa folie, Légirède ne croit plus ses conseillers qui tentent de le tempérer – certains se verraient même le renverser. Il veut partir en guerre afin d’honorer ses ancêtres et faire valoir son droit. Cependant, il n’aurait aucune chance contre la stratégie et l’évolution technologique du royaume d’Élikasar. La paix l’emportera-t-elle sur la folie ?

Mon avis : Je remercie vivement l’auteur de m’avoir proposé ce partenariat qui s’est révélé être intéressant.

J’ai été propulsé dans un univers que j’ai apprécié. Dans une ambiance tendue et pleine de dangers. J’ai été embarqué dans un univers médiéval, fictif mais au rendu vraiment réel et sombre. Il m’a quelque peu rappelé l’univers du Seigneur des Anneaux de JRR Tolkien.

C’est une histoire de royauté, de conquête et de pouvoir. Le roi Légirède devient fou et voit le mal partout. Il n’ose plus se fier à personne et craint tout le monde. Il sait que l’on veut le tuer, il est persuadé que l’on veut le tuer pour accéder au trône.

La guerre entre deux pays frontaliers est épique. Les descriptions sont longues et très minutieuses. En effet, cela ajoute un peu de substance. On comprend bien que l’auteur connait son sujet sur le bout des doigts et qu’il veut partager avec le lecteur le monde dans lequel il nous emmène. Il a des choix bien précis pour ses paysages, ses décors, ses personnages et ses intrigues.

Même si c’est un roman fictif, on voit clairement une visée politique dans ce dernier. L’auteur a réellement construit un monde à part entière, c’est remarquable.

J’ai aussi pu constater que le premier tome fourmille d’idées plus intéressantes les unes que les autres. On voit donc une histoire intéressante qui prend racine sous nos yeux.

Cependant, je dois aussi signaler que ma lecture n’a pas été claire, simple et limpide. J’ai beaucoup aimé le résumé du roman mais j’ai trouvé quelques longueurs dans ce dernier qui m’ont un peu fait perdre le fil de l’histoire. Ce sont un peu les montagnes russes en fait. J’ai eu des pertes de vitesse et ensuite des regains d’intéressement et ainsi de suite. Même si je sors plutôt satisfaite de ma lecture, j’espère pouvoir étayer mon avis avec le prochain tome.

beach_gate_weheartit

Je me suis perdue tout au long du roman avec le contexte politique de ce dernier. En effet, c’est un domaine que je n’affectionne pas du tout, ce n’est clairement pas ma tasse de thé. C’est un domaine très présent dans le roman. J’ai aussi trouvé dommage l’utilisation d’un vocabulaire quelque fois un peu trop vulgaire à mon goût. Il n’avait pas sa place dans ce roman, selon moi. J’ai trouvé que, justement, dans un univers fantastique tel que celui-ci, où la royauté se frotte à la manipulation et à la tactique politique et guerrière, ce vocabulaire n’était pas nécessaire (un roi qui dit quelque chose du genre : Cette femme a une plus grosse paire de couilles que vous messieurs, j’ai trouvé que ça n’avait pas sa place ici.)

Néanmoins, il y a quand même des choses positives. La richesse des personnages que ce soit dans les détails, leur caractère et leur nombre m’a beaucoup plu. J’ai bien apprécié l’idée principale et la trame du roman. J’aime l’incertitude que peuvent prendre les actions : on est certains de rien. Il y a des surprises qui redonnent du rythme au roman.

L’auteur nous emmène dans son univers qui est pensé du début à la fin. La plume est précise et agréable. Il y a une certaine dose d’humour qui vient de temps à autre alléger la tension au cœur du roman. J’ai hâte de lire le deuxième tome pour étayer mon avis.

Ma note : 14/20

17

Aeternia Tome 1 : la marche du prophète – Gabriel Katz

Aeternia_Couv.jpgRésumé : Leth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il a choisi de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. Dans le panier de crabes de la Cité mère qui prêche la Grande Déesse, où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte va éclater entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang…

Mon avis : J’ai emprunté ce roman à la médiathèque. Je ne savais pas si je devais mais je me suis laissée tenter, trop curieuse pour laisser passer ma chance. Et je vous avoue que je ne l’ai pas regretté ! 🙂

C’est un roman qui sort des sentiers battus pour moi! Moi qui ne lit pas beaucoup de fantasy, j’ai eu de la chance de tomber sur un bon premier tome!

Ce premier tome raconte l’histoire de Leth Marek , un gladiateur invaincu qui prend sa retraite pour élever ces fils loin de l’arène de Morgoth! Champion de Morgoth, il fait peur a beaucoup de monde. On prend place pour cette longue route semée d’embûches et pas de petites embûches. On est propulsé dans un univers dur, sanglant mais qui est fascinant.

Voulant sauver Nessyra, une jeune prêtresse hérétique, Leth signe la mort de sa famille et de tous les hommes qui l’accompagnaient dans le périple de leur nouvelle vie. Leth se résigne, seul. Un esprit de vengeance s’empare de lui. Il veut détruire les hommes qui ont massacrés ses enfants : les Rédempteurs. Il ne reculera devant rien pour laver les mémoires et venger ses enfants sauvagement abattus.

On retrouve un combat de religion entre les croyants de la grande déesse qui habitent la plupart des régions du pays et les croyants d’Ochin, les « hérétiques » qui prônent un nouvel air et qui défient les croyants de la grande Déesse.

C’était une lecture très sympathique. Même si le sujet n’est pas heureux et chaleureux, l’auteur a crée un univers fabuleux qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

Les Rédempteurs sont du côté de la grande déesse et utilisent des moyens plus qu’extrêmes pour éradiquer les partisans du culte d’Ochin.

Leth Marek se range du côté d’Ochin seulement pour venger ses fils des rédempteurs. Il se moque éperdument de leur querelle de religion. C’est là qu’il fait la rencontre du peuple d’Ochin mais plus particulièrement de Nessyra et de Desmeon. J’ai beaucoup aimé Desmeon qui est un jeune homme présent aussi pour défendre le culte d’Ochin contre revenu. Ce n’est qu’un simple salaire pour lui aucune question de religion. Surnommé « le danseur » c’est un tueur très habile. Il se trouve être espiègle, séducteur, sur de lui et très drôle. Nessyra, elle, est une prêtresse du culte, elle est séduisante et faire chavirer les coeurs de Desmeon et de Leth.

De l’autre côté, celui du Temple de la grande déesse, on trouve Varian qui est fraîchement arrivé dans la ville de Kyrenia. Il est frais, drôle et s’en tient à ses convictions.

Entre rivalité, amitié et trahison, je n’ai pas su où donner de la tête. Même si ce roman m’a plu, le côté religieux pourri m’a un peu ennuyé. De voir que cette branche la de la vie a été acheté, ça ne m’a pas franchement plu. J’ai beaucoup aimé l’honnêteté de Varian qui fut ma lumière dans cette zone d’ombre.

Malgré quelques longueurs, le roman tient la route et reste captivant la plupart du temps!

La plume de l’auteur est sympathique et additive!

Je lirai sans aucun doute le deuxième roman.

Ma note : 15/20

 

19

Les Haut Conteurs : La mort noire – Olivier Peru & Patrick McSpare

51j8ybj9yel-_sx195_Résumé : Rome, automne 1193. Humbles ou puissants, les gens meurent par milliers, foudroyés par la Mort Noire. De sinistres semeurs de peste y veillent, hantant les rues et
les collines de la ville. Les Haut-Conteurs semblent être les seuls à pouvoir arrêter ces créatures. Mais, accusés de sorcellerie, pourchassés par la foule qui les adulait hier encore, ils deviennent les jouets d’un ennemi fait d’ombres et de secrets.
Alors que le temps joue contre eux et le monde entier, Roland, Mathilde, Salim et Corwyn voient se réaliser les pires prophéties du Livre des Peurs. Ainsi, l’heure est venue de tout comprendre, comme Roland le pressentait, lui, l’enfant maudit piégé dans un combat inégal contre son destin. Pourtant, il n’abandonne pas et se battra jusqu’au bout de son ultime aventure. Car nul mieux qu’un Haut-Conteur ne sait quand une histoire doit trouver sa fin..

Mon avis :Voici l’ultime tome de la saga. Je suis passée par beaucoup d’émotions en lisant ce roman. Forcément j’étais un peu nostalgique mais surtout bien angoissée ! C’est le roman le plus noir de la saga. On rencontre le pire ennemi de cette époque: la peste. Elle sème la terreur dans le monde entier et surtout en Europe. Ce dernier opus est très additif et angoissant. Dans ce dernier opus, les défis à relever sont innombrables. Il y en a pour tous les goûts. On trouve des situations périlleuses. On vit dans un état constant d’angoisse avec des pics plus ou moins forts. J’ai cru défaillir à plusieurs reprises.

On retrouve donc nos Haut Conteurs en Europe. Ils sont très inquiets: les prophéties du livre des peurs commencent à se produire. On a un énorme suspense dans ce roman. Je l’ai avalé en quelques heures. Il était captivant et je voulais absolument tout savoir!

On suit Roland qui retour dans son village natal à Tewkesbury. Malgré des retrouvailles chaleureuses, il se rend compte qu’il n’a plus vraiment sa place dans cet endroit. Il n’est plus vraiment de la famille, on le regarde bizarrement. Tout a changé. Il n’est plus à sa place. Il retourne là où sont les siens, en Europe. Avec Mathilde & Salim, ils parcourent l’Europe jusqu’en Italie. La Caste se retrouve dans une situation ingérable: à chaque fois que la peste frappe, un Haut Conteur est présent. On les vise, les populations commencent à répandre le bruit que ce sont eux qui tuent et non la peste. Ils ne sont plus du tout respectés par les populations qui jadis les vénéraient. Ils se cachent, vivent dans l’ombre en essayant de démasquer l’auteur de ces abominations et de ces rumeurs. Les Carpes Pourpres se sont fait piéger par des usurpateurs. Ils sont bien décidés à les démasquer.

Les personnages subissent tous une belle évolution. Roland n’a plus peur de la mort avec ce qu’il a vécu dans le quatrième tome. Il est courageux et ce qu’il veut plus que tout c’est que la vérité éclate au grand jour. Les autres personnages restent fidèles à eux-mêmes. Lorsque je vous parlais de nostalgie plus haut c’était surtout pour ça: ne plus voir mes petits personnages évoluer… Ni lire leurs aventures ça m’a fait un petit pincement au coeur. Mais cela ne m’a pas empêché d’adorer ma lecture !

L’intrigue est très sombre et dense. Il y a beaucoup d’informations à démêler, sans compter celles que l’on a depuis les quatre premiers tomes et qui n’ont pas encore trouvées de réponses. On est propulsé dans un univers mystérieux du début à la fin du roman. Nous n’avons pas de répit: les péripéties s’enchaînent et l’obscurité et la noirceur sont présent de la première à la dernière page. La fin est explosive: la fin est déroutante, déconcertante. J’ai mis quelques jours à m’en remettre. Elle reste, à l’image du reste du roman, noire et sombre. On a un épilogue « Trente ans plus tard » qui finalise bien ce roman. Même si j’aurais opté pour une autre solution, ce dernier reste un bon point final. Les choix que fait Roland prouve encore une fois qu’il a beaucoup gagné en maturité tout au long de la saga.

Avec le quatrième tome, on voit le destin des Haut Conteurs se dessiner quelque peu et cela ne présage rien de bon. Voilà qui prouve que j’avais quelque peu raison sans forcément penser à ce qu’il s’est passé.

Avec ce dernier roman, nous entrons dans une atmosphère pesante. Il pleut des morts, il y a beaucoup de tristesse. On sait enfin! Toutes les questions que l’on a pu se poser tout au long de la saga trouvent enfin des réponses! En refermant le livre, il n’y a plus de mystère.

Pour conclure, j’ai adoré cette saga! Les trois premiers tomes sont sombres mais laissent paraitre quand même quelques éclaircis. Ici, dans le quatrième et surtout dans le cinquième tome, nous sommes propulsés au coeur de l’intrigue du Livre des peurs et ses noirceurs. J’aurais juste voulu une fin un peu plus heureuse (certainement mon côté fille qui ressort un peu.). J’ai passé un excellent moment

Ma note : 19/20

14

Les haut conteurs : T4 – Treize damnés -Patrick Mc Spare & Olivier Peru

C_Les-Haut-Conteurs_8969Résumé : Perdu dans une grotte glacée, Roland est amnésique et prisonnier de sorcières qui l’empêchent de recouvrer la mémoire. Il tente de percer le mystère de ses bourreaux sans perdre l’esprit mais la folie est inlassable. Elle le dévore peu à peu et même un Cœur de Lion ne saurait lui résister. Pourtant les réponses aux questions qu’il s’est toujours posées sont à portée de voix… Car ses geôlières semblent tout savoir du Livre des Peurs. A Rome, Alexandrie ou dans les Alpes, les Haut-Conteurs cherchent Roland et Mathilde la Patiente. La jeune Eléna, le truculent Bouche-Goulue, Salim l’Insondable et Corwyn le Flamboyant collectent des indices partout et progressent vers le nord de l’Europe, sur la piste des 13 damnés et des origines du Livre des Peurs. Sont-ils prêts à découvrir ce que nul Conteur avant eux n’avait seulement osé imaginer ? Voici venue l’histoire mère de toutes les histoires, voici venu le temps des révélations…

Mon Avis: Mon plaisir n’a pas changé d’un pouce en me plongeant dans le quatrième tome de cette merveilleuse saga. Même si on la qualifie de « jeunesse », je trouve que l’univers est accessible pour les adultes comme pour les adolescents et les plus petits qui s’adonnent déjà à la lecture.

J’ai passé un très bon moment avec Roland et la caste des Hauts Conteurs. Ils sont toujours aussi captivants. J’ai aimé retrouvé Bouche Goulue, Elena dont le rôle prend enfin un peu d’ampleur dans ce roman, Salim et Corwyn. Les personnages sont toujours aussi majestueux. De nouveaux personnages sont présents, ils sont incorporés à l’histoire de manière habile. Je pense surtout à la petite fille qui s’appelle Asa dont le passé est assez douloureux.

On retrouve notre cher Roland. Dans une sacrée situation: emprisonné et amnésique. On a vu mieux comme posture. Deux années sont passées depuis le rapt de Mathilde & de Roland. Malgré ces deux années, il n’y a aucune longueur dans le récit.

Bien que les trois premiers soient de réels coups de coeur, j’ai eu une légère mais très légère déception avec ce quatrième tome. Ce fut une très belle lecture, il m’a juste manqué un petit quelque chose pour que ce soit aussi une explosion en refermant ce quatrième tome. J’ai apprécié ma lecture, je n’ai pas mis longtemps à lire ce petit pavé mais j’ai trouvé l’histoire un peu redondante à certains moments. Et c’est ce qui fait, malheureusement, que ce quatrième opus frôle le coup de coeur.

La « montagne hurlante » est le lieu principal de l’intrigue. C’est le lieu d’emprisonnement de Roland. Les descriptions de cet endroit sont très noires et jouent assez bien leur rôle. Elles nous mettent mal à l’aise, nous font un peu peur. C’est un lieu d’effroi et les descriptions sont très bonnes! Les sorcières sont les geôlières de Roland, elles connaissent le Livre de la peur sur le bout des doigts et tout ce qui y touche de près ou de loin. C’est toujours un plaisir de retrouver ces créatures populaires du Moyen Age qui font parties des contes et traditions de cette époque. Ca ajoute beaucoup de mystère au roman et à l’intrigue.

Puisque Roland est enfermé, on trouve deux voix dans ce roman d’un côté celle de Roland qui se posent beaucoup de questions sur lui-même: étant seul et amnésique, on peut le comprendre. Ca m’a rendu triste et frustré de le voir seul et sans aide.  De l’autre côté, on retrouve la voix des Hauts Conteurs qui retournent toute l’Europe pour retrouver Roland & Mathilde.

L’intrigue en elle-même est bonne et on retrouve beaucoup d’indices sur le Livre de peurs et sa quête. Cependant, je pense que certains éléments ont été trop exploités. Je pense surtout à la bataille finale. Les trop longues descriptions redondantes ont rendu quelque peu la scène ennuyeuse. Et c’est justement pour cette raison que ce n’est pas un coup de coeur.

Roland évolue malgré son manque de souvenirs. En effet, on a quitté un petit jeune homme pour retruover un home grand, mature et différent. Il a mûri grâce à cette malheureuse expérience.

La plume de ces deux auteurs ne change pas. Elles sont toutes les deux très belles. Elles apportent une belle progression à la saga qui se noircit de plus en plus. Les mystères et les recherches autour de cette quête sont passionnants. Mention spéciale pour les petits dessins qui sont toujours autant appréciables!

Pour conclure, une lecture qui frôle le coup de coeur. Je vous conseille, si vous n’avez pas encore débuté cette saga de le faire rapidement ou de la continuer si vous vous êtes déjà lancé dans cette lecture !

Ma note : 19/20

20

Les hauts conteurs T3 Coeur de lune – P. McSpare & O. Peru

Me revoilà pour la première chronique de cette année.

hauts-conteurs-tome-3-L-GwoTQ5

J’ai continué mon chemin dans la saga des Hauts Conteurs que j’adore toujours autant. Le tome trois est, je crois, mon préféré! Un énorme coup de cœur pour cette saga et pour ce troisième tome!

Quatrième de couverture : Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Quarante ans auparavant, le    seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, laissant de nombreux cadavres derrière lui. Depuis, l’on murmure que le spectre de la Dame    de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l’âme perdue de son bourreau. Aujourd’hui, en ce mois de juillet 1191, la malédiction frappe de nouveau, et les crimes recommencent. Venus    s’enquérir de leur ancien ami Ruppert, Roland Cœur de Lion, Mathilde la Patiente et la jeune Elena sont happés par un tourbillon de folie et de sang. Dans la chaleur torride de l’été germanique,    les Hauts-Conteurs, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Quels sombres desseins cachent le terrible duc Wilfid et ses quatre    fils? Que cherche Masque d’Argent, le sorcier pourvoyeur d’une mort aussi brutale qu’invisible? Et surtout, qui est cette Bête dévoreuse, hurlant à la lune et coupable de tant d’atrocités? Amours    secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques… Sous l’œil glacé de la pleine Lune, les évènements s’accélèrent soudain. Et ils pourraient bien s’avérer fatals à nos héros. Mais Roland    et ses compagnons n’entendent pas pour autant renoncer à leur soif de justice et de vérité. A Cœur de Lune, Cœur de Lion !

Mon Avis: Nous avions quitté l’équipe des Hauts Conteurs (Mathilde, Roland, Salim et Ruppert) sans dessus dessous! On avait eu à faire à une explosion de suspense et d’informations. Nous les retrouvons ici en Allemagne, pour une nouvelle aventure.
Ruppert et Salim ne sont pas présent dans ce tome (enfin, mentionnés mais ils ne prennent pas part à l’action.) Nous rencontrons le chemin d’autres Hauts Conteurs comme Bouche Goulue qui est un personnage très drôle. Tout le temps de bonne humeur il serait capable de manger un éléphant quatre fois par jour.

Au niveau de l’action, nous nous retrouvons sur la terre de Ravengen. Terre Maudite où rôde une bête légendaire. Un gros loup qui démembre et dévore tous les gens qu’elle trouve sur son passage. Nous somme pris dans une spirale d’hormones avec un duc qui ne veut rien comprendre ni entendre et ses fils tout aussi bêtes les uns que les autres. Encore une fois, nous avons le droit à une belle palette de personnages tous aussi différents les uns des autres.

L’intrigue est ici très très bien ficelée et jusqu’au bout nous sommes surpris justement par la tournure que prend les évènements! L’intrigue sur une légende urbaine européenne est ici très bien trouvée. On est plongé directement dans une légende sanguinaire. Où il faut bien évidemment connaître et comprendre le passé pour comprendre et savoir combattre le présent.

L’action est bien présente dans ce roman, et nous ne pouvons plus douter du talent d’écriture des deux auteurs!

J’apprécie encore une fois la progression des personnages et surtout de Roland Cœur de Lion. On le voit grandir, gagner en courage et en maturité! Et c’est vraiment très beau à voir!
Elena a quand même un rôle assez important surtout pour notre beau Roland! L’amour est présent dans ce roman! C’était je pense la touche féminine qui manquait peut-être un peu aux deux premiers tomes! Dans ce tourbillon de sang, de monstres fantastiques et de légendes qui font froid dans le dos, cette touche de sensibilité est la bienvenue! Mathilde et Roland entretiennent une très belle relation d’amitié!
Malgré l’attachement que j’ai eu pour Salim dans le deuxième tome, je n’ai pas trop ressenti son absence.

Ma note : 20/20, encore une fois, un énorme coup de cœur qui me réconcilie avec le genre  !

large

15

La croisade des carpates – V. & D. Callico

La croisade des carpates

Bonsoir,

Avec ma partenaire, Infocomete et Agnah’s world nous avons pu lire le SP de T1 La Croisade des Carpates
Avec une petite particularité, celle d’échanger les chroniques. Donc voici la chronique d’Infocomete concernant ce roman.

Les Sept Portes de l’Apocalypse

T1 La Croisade des Carpates

Vanessa et Diana Callico

Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d’une jeune aristocrate du XVe siècle promise à Vlad Drakul ?

C’est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussée dans une faille volcanique par le linguiste qu’elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l’esprit d’un légat du pape de Drakul, n’a que ce moyen pour sauver les deux époques de l’Apocalypse.

Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIe siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVe, de monstrueuses créatures surgissent au cœur de la plaine du Danube.

            Au premier chapitre, nous faisons la connaissance d’Eva, jeune trentenaire engluée dans une triste vie citadine. Le style des auteures est extrêmement travaillé et très agréable, chaque phrase savamment bien ampoulée vous emporte immédiatement dans l’humiliant quotidien de la pauvre héroïne au physique ingrat et au petit ami horripilant.

            Malheureusement au second chapitre, mon entrain et mon immersion dans le livre a été progressivement rompu. Des faits assez bruts sont exposés et le lecteur ne dispose que de peu d’explication. Résultat : à peine arrivé à la trentième page, j’avauis d mal à tout démêler. De plus j’ai mis un moment à distinguer les deux personnages qui s’affrontent parce que l’un des deux, Vlad Drakul, est affublé de plusieurs nominations.

Ici, pas de narrateur qui explique posément au lecteur qu’il se trouve en plein milieu d’un guerre de religion entre la Valachie et l’empire Ottoman, on doit se débrouiller tout seul pour comprendre à travers les souvenirs de Vlad Drakul (accessoirement le futur légende Dracula).

            D’abord pleine de compassion envers l’enfance de Draculea, le récit a ensuite dérivé vers un envoyé religieux revenant d’une mission diplomatique destinée à organiser un mariage arrangé. Et là, le récit d’illuminé n’en fini pas, devenant de plus en plus sombre, bizarre, puis gore ; le prêtre devient de plus en plus fanatique au fur et à mesure qu’il raconte son étrange histoire. Bref, à la fin du deuxième chapitre, j’étais déjà saoulée et agacée par la tournure des événements. Mais je me suis dit que je devais aux auteures (qui m’ont gentiment envoyé leur ouvrage) d’aller plus loin dans le livre… mais cela n’a fait qu’augmenter ma frustration.

            L’histoire de la guerre sainte est détaillée et cela ne m’intéressait pas. Quand les créatures monstrueuses se sont ensuite ajoutées au récit ainsi que leur « naissance » (à partir d’humains qui mutent), j’en ai été écœurée.

            Jusqu’au tiers du roman, des personnages secondaires apparaissent, et dont on va suivre l’évolution pour la plupart. La grandiloquence de Mehmed II fini par faire pitié tellement ses délires fanatiques vont loin. Les faits morbides et gores sont le plus souvent racontés, ils traînent en longueur et ils n’apportent pas grand-chose à la trame principale.

Le roman est plus axé sur la guerre sainte et sur la très étrange épidémie qui surgit dans notre monde plutôt que sur l’histoire d’amour entre les deux personnages principaux, qui remplit à peine un chapitre et demi.

            Au tiers du roman j’ai tout de même rapidement raccroché : au moment où Eva et Vlad Drakul se rencontrent enfin. Ces pages ont calmé ma curiosité à ce sujet, assez pour m’apaiser et m’encourage à poursuivre ma lecture.

Le schéma narratif évolue donc un peu plus, à travers les chapitres sur Eva, transféré dans le corps d’Illona, suffisamment pour que j’arrive au bout de l’histoire.

Mais ce bout, la fin de l’histoire, ne m’a pas convaincue non plus. Soudain cette prophétie apocalyptique apparaît, mais là encore une fois, aucune explication n’est donné au lecteur qui est sensé la connaître. Bref, à la fin je ne me suis pas trouvé plus avancées qu’aux premières pages.

            Enfin, je me dois de relever une flagrante incohérence au niveau de la couverture : Eva est petite, dodue et brune, tandis que la princesse Illona est petite, menue et blonde. L’image de la jeune femme aux cotés de Vlad Drakul sur la couverture, ne correspond donc à aucune des deux apparences de l’héroïne.

            Pour résumer, je souhaite quand même préciser que si ce livre ne m’a pas plu, il peut tout à fait combler de joie d’autres lecteurs plus intéressés par les guerres saintes et les prophéties apocalyptiques que moi ; car il faut tout de même être au fait de ces choses-là pour apprécier ce livre à sa juste valeur.

————————-

N’hésitez pas à aller faire un tour chez Infocomète, c’est un blog qui regorge de trouvailles et de très bons livres.

12

Les hauts conteurs T2 : Le roi Vampire – P. McSpare & O. Peru

les-hauts-conteurs-tome-2

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je suis de bonne humeur! On arrive non loin des 700 commentaires, vous êtes de plus en plus nombreux à venir sur mon blog et nous sommes aujourd’hui 153 sur la page facebook. C’est un plaisir immense pour moi. 🙂

Je vous retrouve pour un nouveau coup de coeur.

Si vous vous souvenez j’ai lu le premier tome des Hauts Conteurs avec Saefiel! Si son blog vous est inconnu, filez y vite! 🙂 Ma chronique est disponible sur le blog et la sienne est disponible ici.

Quatrième de couverture: « Paris, hiver 1190. Débarqués au cœur de la plus grande ville du Monde connu, le jeune Roland, Mathilde, Ruppert et Salim poursuivent un double but: retrouver William le Ténébreux, l’ami disparu, et découvrir les secrets de Vlad, le maître vampire. Ce démon est-il réellement mort dans les forêts anglaises, ou attend-il son heure pour frapper encore ? Pire encore, un traître se cache-t-il parmi les quatre aventuriers, comme tout semble l’indiquer ? Happés par le tumulte populaire de la Fête des Fous, Roland et ses compagnons vont croiser nombre d’individus pittoresques. Cérémonies noires, complot royal, créatures infernales, prophéties du Livre des Peurs, tous les ingrédients d’un mélange fatal sont réunis pour sceller le sort de nos héros. Pourtant, ils sont des Haut-Conteurs et ne reculeront pas, jusqu’à vaincre ou périr. Roland « Coeur de Lion » en tête. Le Mal rôde, la mort avance masquée. C’est la fête des ombres, c’est la fête des fous ! »

Mon Avis: J’avais tellement adoré le premier tome de cette saga que je me suis procurée le deuxième tome assez rapidement. Je l’ai englouti.

Plus noir que le premier livre, nous rentrons dans le vif du sujet et de l’aventure par le biais de ce second tome.

On retrouve nos Conteurs favoris à Paris en pleine fête des fous. Ville de tous les crimes, de toutes les fêtes et de tous les plans. On y trouve des personnes infâmes prêts à tout pour détrôner le roi.

Nous sommes donc avec Roland, Mathilde et Ruppert haut conteur érudit. Nous avons toujours nos personnages « fixes ». Corywn (qu’on ne voit pas tout au long du livre.) William, Roland, Mathilde et Ruppert sont eux, sur Paris.
Nous rencontrons aussi des nouveaux personnages principaux: Lothar Mots Dorés qui fait « équipe » avec Vlad, notre méchant de ce tome. Salim, haut conteur qui s’est fait coupé la langue et qui est désormais muet (forcément).
Nous rencontrons aussi des nouveaux personnages secondaires très nombreux et très différents.
La multitude des personnages est superbe! On rencontre de nombreuses personnes de tout âge et de tous les rangs sociaux.

Le cadre est donné dès les premières pages du roman: Paris. La capitale française qui était, à cette période de l’histoire (le moyen âge) une ville où tous les « vices » sont permis surtout pendant la fêtes des fous. Les hommes se travestissent. Beuveries, jets d’ordure et je vous en passe.

Nous suivons Roland dans ses périples. Avec son acolyte Mathilde. L’équipe de choc se lance à la trace de William qui ne donne plus signe de vie depuis plusieurs jours. Chose inquiétante. Nous retrouvons donc les messages cachés, les indices, les traques et les pièges.

Vlad est de retour pour la plus grande peur de Roland qui ne sait pas s’il va survivre a une nouvelle attaque.
Au fil du roman nous découvrons encore les plans diaboliques que Vlad a mis en place avec Lothar. J’ai trouvé ce dernier assez redoutable. Il m’a limite fait plus peur que Vlad.

Le tome deux est à la hauteur du tome un. Même un peu mieux. Les personnages prennent de l’assurance. L’écriture devient plus fluide et plus harmonieuse. Bref, j’ai adoré ce tome, encore plus que le premier 😀
Le tome trois est commandé, pour de nouvelles aventures!! 🙂

Ma note : Un bon 20/20

large

20

Les Hauts conteurs T1 : La voix des rois – P. Mc Spare & O. Peru

Bonjour tout le monde,

livre582

On se retrouve aujourd’hui pour la chronique des Hauts conteur le tome 1 lu en lecture commune avec Saefiel (je pense que tout le monde connait ce superbe blog! Non?! Ohhh! Allez y tout de suite! :O)

Quatrième de couverture: « 1190, Tewkesbury, royaume d’Angleterre. A treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d’aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l’auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l’ennui, semble bien décidé à lui gâcher l’existence. La venue d’un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d’histoires et d’énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s’y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavre et s’enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit… mais un matin il ne revient pas. L’histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C’est ce que va tâcher de découvrir Roland… et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ? »

Mon avis: Dans un premier temps, je remercie Saefiel avec qui j’ai lu ce premier tome en lecture commune.

Vous savez aussi que la fantasy n’est pas mon genre de prédilection. J’ai peut-être commencé avec des romans trop étranges. Mais je me suis pris de belles gamelles avant de trouver les hauts conteurs.

Nous faisons la rencontre de Roland, un petit gars de treize ans. Qui est un fils d’aubergiste. Il est un peu déçu que sa vie ne soit pas aussi exaltante que celle d’un Haut conteur. Caste mondialement connue pour être prestigieuse, elle protège le monde des monstres. Goules, upyr, vampires et compagnie sont au rendez vous.

Des hauts conteurs étant justement dans le coin, Roland entend parler de la disparition d’un Haut conteur: Maître Corwyn. Il décide de partir à sa recherche et le retrouve mourant. Roland revient à cheval avec Corwyn. La cape du haut conteur sur les épaules. Celui-ci sur son lit de mort à fait de Roland un Haut conteur.
L’histoire commence ainsi. Nous faisons la rencontre d’une autre haut conteuse : Mathilde. Qui sera le maître d’apprentissage de Roland. A deux, ils décident de partir à la découverte de ce qui a attaqué Corwyn.

Une histoire haute en couleur! Elle m’a beaucoup beaucoup plu!
L’intrigue de celle ci est très bien ficelée ! On entre dans une quête d’un livre sacré. Dont les pages se sont éparpillées au fil des siècles. Énigmes et pièges à déjoués sont au rendez-vous. Malin et courageux, les hauts conteurs sont prêts à tout pour récupérer ces pages.

Une ambiance plaisante, des personnages très attachants et d’autres qu’on apprécie détester. Mais globalement je n’ai pas eu une minute d’ennui. Je n’ai rien trouvé de négatif à dire. Ce premier tome est un véritable coup de coeur.

Je me suis surprise à me faire mes propres hypothèses sur les coupables et ce qu’il pouvait bien se passer.

En bref, une super lecture pour moi. J’ai tellement apprécié que je suis en pleine lecture du tome deux! Des personnages nombreux, des émotions à foison et un cadre magique!

Un roman de fantasy jeunesse qui est parfait pour les plus vieux! 🙂

Ma note: 20/20

large large

7

Arthamios, chronique d’un esprit vagabond – Luc Van Lerberghe

Bonsoir mes petits chats, une petite chronique vous tente ? 🙂

Voici la première (je pense) d’un genre que je connais très mal et qui ne m’est pas très familier : l’heroic-fantasy.

Arthamios

Arthamios, chronique d’un esprit vagabond est le premier tome de la saga « Arthamios » de l’auteur Luc Van Lerberghe.

Quatrième de couverture: Moi, Salarios, suis arrivé en sauveur. J’ai asservi le grand conseil des mages. J’ai bâti mon empire. J’ai fait des hommes, peuple d’esclaves, l’espèce la plus puissante des terres connues. Il ne me reste plus qu’à soumettre Rachel, mère des magies. Elle devra m’obéir, m’aimer, malgré elle s’il le faut. Mon plan est en marche…

Mon avis : Je sors de ma lecture peu convaincue. Des choses bonnes et des choses un peu moins bonnes.

Le début de ma lecture était sympathique. Mais après je me suis engluée dans un monde imaginaire que je n’avais pas trop envie de connaître. Pour quelles raisons? Pas la moindre idée.

J’ai pu remarquer que certains personnages n’étaient pas sans me rappeler pas mal de personnages du Seigneur des Anneaux de J.R.R Tolkien & certains ressemblaient beaucoup à ceux de Harry Potter.
Un petit exemple : Aqualis, le vieux magicien qui suit Arthamios dans sa quête. Arthamios qui lui même apprend qu’il est un ‘sorcier’ pas mal d’années après sa naissance. Je vous avoue que Gandalf et Dumbledore m’ont hanté tout le long de ma lecture. J’ai trouvé que les méchants n’étaient pas assez méchants…

A quelques exceptions près je n’aime pas forcément ce genre d’ambiance. Une véritable traque humaine est lancée. On avance dans une atmosphère tendue et assez sombre et je vous avoue que ce n’est pas ma tasse de thé.

Le livre est bien écrit et je pense qu’il se laisse lire pour les fans d’héroic fantasy. C’est ce qui m’a permis de tenir jusqu’au bout de ma lecture. Même si je trouve les personnages ressemblant avec d’autres sagas, j’ai trouvé certains personnages attachants.

Malheureusement, je ne pense pas me laisser tenter par une autre lecture de ce genre avant quelques temps.

Ma note : 12/20.

Lu dans le cadre du challenge : « les monstrueux de la PAL »

3083220871_1_8_xasfmx4f