10

Lune Pourpre – Tome 1 : Initiée – Laëtitia Danae

51bBwMAvNPL._SX195_.jpgRésumé : « Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ». Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, rongé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. Une aventure extraordinaire à la rencontre d’une jeune fille au destin singulier, qui devra partir en quête de sa véritable nature.

Mon avis : Je remercie les éditions Snag pour l’envoi de ce roman. Je suis ravie d’avoir pu mettre mon nez dans ce roman. Je l’ai beaucoup vu passer sur la toile, lorsque j’ai eu la possibilité de le lire, je n’ai pas hésité une seconde.

Les personnages

J’ai fait une des plus belles rencontres de l’année 2019. Je pense que le personnage de Lilith restera longtemps dans ma mémoire. En effet, au dela des valeurs que prône ce personnage, j’ai apprécié la source du prénom. Lilith : la première femme d’Adam. La femme que l’on a effacé, oublié et répudié parce qu’elle était le « démon de la nuit ». J’ai trouvé l’idée percutante de mettre en lien cette étymologie et la manière dont vit Lilith : en autarcie, coupée du monde, perdue dans les superstitions et croyances de son village.

Lilith est un personnage que j’ai apprécié grâce à son intelligence, sa douceur et son courage. C’est très intéressant. Elle est un personnage gracieux que l’on veut voir grandir et gagner la bataille.

On a beaucoup d’espèces magiques. Elles sont nombreuses et très diverses, c’est top ! On a un univers qui se dessine sous nos yeux. J’ai été émerveillée par tout ce que nous propose l’auteure.

L’intrigue

On est dans un roman qui est typiquement issu du genre fantasy. En effet, on esttéléchargement propulsé à Hibendrill. Les décors et paysages sont à couper le souffle. L’auteure est très douée, je vous l’assure. Lilith vit dans un village reculé d’Hibendrill. Hibendrill est un endroit qui a perdu de sa splendeur. Donovan, est l’homme qui règne en maître sur Hibendrill. Son but : éradiquer toutes les espèces magiques.

C’est ainsi que commence l’aventure de Lilith, promise à un grand avenir. Lilith a des pouvoirs magiques qu’elle doit cacher à tout prix. J’ai trouvé cela très intéressant. On retrouve aussi le thème de l’initiation assez sympathique à découvrir aussi.

Le seul bémol que je peux souligner c’est le fait que je m’attendais à plus de combats. En effet, tout au long du roman, on est oppressé, toute la tension est présente et je pensais retrouver plus d’explosions à vrai dire. Cependant, ce n’est qu’un tout petit point négatif. J’ai hâte de mettre mon nez dans la suite !

La plume de l’auteure

Si Lilith a des pouvoirs magiques, ce n’est pas la seule ! Laëtitia Danae a de la magie au bout des doigts. C’est stupéfiant ! Je pense que SNAG a signé, ici, une petite pépite. C’est excellent ! On est propulsé dans une aventure incroyable, dynamique et excellente. L’auteure manipule les mots et véhicules les émotions avec brio ! Ce n’est pas que l’ombre d’une guerre qui plane au-dessus de nous. On se retrouve avec une histoire qui peut faire sourire, nous attendrir, nous faire dresser les cheveux sur la tête, nous donner des frissons. Bref, c’est un excellent premier tome ! On en prend plein les yeux et je n’ai eu aucun mal à m’imaginer avec les personnages. C’est magistral, vraiment ! Les pages se tournent à une vitesse incroyable.

Si vous êtes fan de fantasy, foncez. C’est un excellent roman que je vais garder en tête très longtemps. J’espère pouvoir rapidement me plonger dans la suite des aventures de Lilith.

Les- :

  • Peut-être les combats que j’aurais voulus plus nombreux.

Les + :

  • La construction du personnage de Lilith que j’ai adoré !
  • Le format fantasy qui est très bien mené.
  • L’univers proposé par l’auteure.
  • La plume de Laëtitia Danae ♥♥♥

Une formidable découverte pour cette nouvelle année !

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Les nuits d’après – Intégrale – Emmanuelle Aublanc

Résumé : Veronica croit avoir trouvé le bonheur en Italie aux côtés de Mario, un jeune homme très énigmatique, engagé dans la lutte contre la mafia. Un jour qui paraissait comme tous les autres, Veronica apprend la mort de son bien-aimé… Dévastée, effondrée, la jeune femme rentre en France auprès des siens pour tenter de se reconstruire. Mais la cicatrisation s’annonce difficile, d’autant que d’anciennes blessures de son passé refont surface, quand elle croise de nouveau le chemin de Damien, son premier amour. Veronica va devoir faire un choix fort pour avancer. Panser les plaies de son passé compliqué pour retrouver un bonheur qui lui paraît inaccessible… Et pourtant ! 

Mon avis : Je remercie les éditions de l’Opportun ainsi que Théa pour l’envoi de cette intégrale. J’ai apprécié ma lecture qui s’est divisée en deux saisons (mais je préfère vous présenter l’intégrale).

Je connaissais l’auteure avec sa saga Pense à moi que j’avais énormément appréciée.

Les personnages

On fait la rencontre de Veronica, une jeune veuve, qui rentre en France, chez sa mère. Elle ne parvient pas à remonter la pente. Elle ne peut pas rester en Italie où tout lui rappelle Mario, l’homme de sa vie qui est décédé récemment.

Veronica est une femme que j’ai appréciée pour son tempérament. Elle ne se laisse pas faire, elle a un sacré caractère. C’est un petit bout de femme qui est mise à terre par la vie mais elle finit toujours par se relever.

Derrière Veronica, on a sa famille : sa mère Nicole et son frère Cristiano. Si Nicole m’a touchée, Cristiano m’a fait sortir de mes gonds. Son comportement m’a exaspéré. Il est très expressif : il a l’insulte et la violence faciles. Je n’ai pas su m’identifier à ce personnage. On fait aussi la rencontre de Damien, le meilleur ami de Cristiano que Veronica connait depuis qu’elle est toute petite.

Si je n’ai pas apprécié Cristiano, j’avoue que son amitié avec Damien est top. Ce sont des amis d’enfance qui sont devenus frères. J’ai trouvé ça super sympathique de trouver des amitiés masculines si fortes dans les lectures.

On a d’autres personnages qui vont et viennent dans l’histoire. On peut parler, par exemple, de l’amie de Veronica, assez présente dans la première partie du roman, elle est effacée dans la seconde partie du roman. Elle m’a rapidement tapé sur le système aussi mais bon, j’ai trouvé son absence étrange étant donnée qu’elle est là pour aider Veronica à remonter la pente.

L’intrigue

Voilà une belle romance entre France et Italie. On voyage entre le passé et le présent de Veronica. Si la romance est en deux lieus géographiques, elle l’est aussi avec les hommes. En effet, Veronica est coincée entre l’ombre de Mario et Damien qui représente son passé. Tout au long du roman, on suit un combat interne intéressant bien qu’un peu redondant.

J’ai trouvé les thématiques abordées très intéressantes : l’acceptation, le deuil, la force de la famille et des amis, l’amour… Ce sont vraiment des choix intéressants qu’a fait l’auteure.

La plume d’Emmanuelle Aublanc

Quel plaisir de retrouver la plume d’Emmanuelle Aublanc. J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie des mots de l’auteure et de ses personnages qui sont, pour moi, la vraie force de ce roman. On lit une belle histoire avec des rebondissements en tout genre. On ne s’ennuie pas, il n’y a pas de longueurs. J’ai apprécié ces va-et-vient entre passé et présent et entre France et Italie. Le voyage est très intéressant.

Les mots sont méticuleusement choisis et permettent au lecteur d’être touché par la portée de ces derniers. C’est une lecture très sympathique que je garderai en mémoire.

Les – :

  • L’amie de Veronica : je n’ai pas compris pourquoi on ne la retrouve pas autant dans la deuxième partie du roman que dans la première.

Les + :

  • Le personnage de Veronica qui traverse une épreuve que beaucoup de gens traversent. C’est un personnage très intéressant.
  • Le voyage entre le passé et le présent de la jeune femme.
  • Les thématiques abordées.
  • La plume de l’auteure.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

L’institut – Laëtitia Laosakoune

téléchargement.jpgRésumé : Ancienne enfant battue, secourue par un pensionnaire sourd vivant dans l’institut où travaillait sa mère, Julie se voit obligée, vingt ans plus tard, d’y retourner. Elle retrouve Alexandre, son sauveur et confident avec qui elle n’a jamais réussi à couper les ponts. Ce dernier, étrangement mystérieux depuis son arrivée, se voit contraint de lui confier son lourd secret concernant son rôle au sein de l’établissement et sa nature cachée qui l’oblige à y vivre reclus. En parallèle, Agathe, jeune femme muette suite à un traumatisme, se voit appelée sans raison, chaque nuit, par la « Géhenne », univers froid qui voit ses rues remplies des pires individus. Elle se retrouve alors prisonnière du lieu, surveillée par des gardiens… des gargouilles mangeuses de chair humaine. Une guerre éclate et les deux filles que tout oppose se rapprochent et s’unissent pour survivre. Sans le savoir, elles sont d’une importance capitale pour les créatures des différents mondes qui les entourent.

Mon avis : Je remercie Jennifer et Evidence Editions pour l’envoi de ce roman en service presse.

J’ai trouvé la couverture très belle et mystérieuse, j’avoue que c’est la principale raison pour laquelle j’ai craqué pour ce titre. En plus de la couverture, on y ajoute un titre évocateur et un manoir qui fait peur et me voilà embarqué dans une lecture très intéressante.

Deux personnages principaux forts

On fait la rencontre de deux jeunes femmes : Julie et Agathe. Rien ne semble les unir. Elles ne se connaissent pas, elles ne se ressemblent pas et pourtant, leurs vies vont être étroitement liées. Julie est une jeune femme qui a été sauvée d’une mère violente par un jeune garçon : Alexandre. Depuis 20 ans, elle correspond avec lui de manière épistolaire. Elle retourne, dans des circonstances malheureuses, à l’Institut. Agathe, elle, est une jeune femme qui ne parle pas. Elle est muette suite à un événement traumatique qui s’est passé dans sa vie. Elle rêve, toutes les nuits, d’un lieu angoissant peuplé de créatures horribles. Comme prévu, rien ne semble réunir ces deux jeunes filles dont les passés sont diamétralement opposés.

L’intrigue

Je ne m’attendais pas du tout à avoir un roman de fantasy sous les yeux. C’était plutôt agréable d’être surprise sur ce point aussi. On est donc dans un univers où deux mondes se confrontent. C’est assez intrigant en fait. Souvent, on ne sait pas où l’on va. On est toujours surpris par les comportements, les péripéties et le lecteur est plongé dans cet univers incroyable. Ce qu’il faut retenir c’est de ne jamais faire confiance à personne. On ne sait pas discerner correctement les amis des ennemis. On est tendu tout au long de la lecture. C’est très sympathique !

La guerre gronde : une guerre entre deux mondes, entre humains et créatures. Voilà une guerre de pouvoir qui déchire les mondes. Bref, c’est ultra prenant ! Je ne peux que vous conseiller cette lecture.

La plume de l’auteure

Je ne connaissais pas du tout l’auteure. Pourtant, elle a plusieurs romans et sagas à son actif. J’ai d’ailleurs noté quelques titres. J’avoue que c’est une plume qui a une sacrée force. Elle nous emporte rapidement dans son monde. L’auteure nous propulse dans un monde surprenant, incroyable avec des personnages forts qui vous cloue rapidement au sol.

Le monde imaginé par Laëtitia Laosakoune est riche et très intelligent. J’ai apprécié les différentes créatures et le côté horrifique des personnages m’a beaucoup plu. On est dans une ambiance un peu gothique. Je me suis retrouvée avec l’univers hugolien de Notre Dame de Paris que ça soit dans les personnages mais aussi dans les décors.

Mis à part quelques longueurs, je trouve que le roman se lisait très bien ! J’ai passé un très bon moment de lecture dynamique et mystérieux.

Les – :

  • Quelques longueurs au départ.

Les + :

  • Deux personnages forts et intéressants.
  • Une intrigue surprenante et mystérieuse.
  • Un panel de créatures très bien construit.
  • Un univers et une plume excellents !

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Emma safe and sound ! d’Adeline Loron

téléchargement.jpgRésumé : L’amour…Avec un grand A existe-t-il vraiment ? Lorsque Gabin rentre sur Philadelphie, il ne s’imaginait pas à ce qui l’attendait. La vérité est douloureuse mais le pire est de se rendre compte de ses sentiments trop tard. Pourra-t-il obtenir celle qu’il convoite tant ?

Mon avis : Je remercie Adeline Loron pour l’envoi de son roman en service presse. J’étais curieuse de découvrir la plume de cette auteure. Même si ma lecture n’est pas un coup de cœur, il faut quand même souligner que ma découverte livresque reste très agréable.

Un format qui m’a posé problème.

Ce que j’ai trouvé dans le roman est assez bon. Ce n’est pas le fond qui me dérange ici mais plutôt la forme. C’est une romance courte, environ une centaine de pages. Quand l’auteure m’a dit cela, je me suis dit « chouette, une petite lecture qui a l’air sympathique entre deux grosses lectures ». Cependant, là où je m’interroge, c’est sur l’aboutissement de ce genre. En effet, la fin de ce roman laisse présupposer une suite. Je me suis un peu renseigner sur le net et effectivement, Adeline a prévu une suite. Je ne comprends pas : pourquoi proposer une romance courte pour en faire une suite. Personnellement, je pense que dans ce cas, j’aurais préféré lire une romance plus longue, histoire de découvrir dans sa totalité l’histoire.

L’intrigue.

Je me répète, même si la forme m’a interpelée, je suis plutôt intriguée par le fond. L’histoire est très intéressante. On fait la rencontre d’Emma, la sœur du meilleur ami de Gabin. Ces deux personnages sont nos personnages principaux. Ils nous permettent de nous interroger sur la puissance du véritable amour et sur la possibilité de faire marche arrière une fois engagé.

On est dans un univers particulier : celui des gangs de motards. C’est dangereux, on ne sait pas vraiment à qui faire confiance et cela apporte un peu de piment à l’histoire.

Les personnages.

On a un panel large au niveau des personnages puisque l’on parle de gang. Je n’ai pas pu retenir tous les noms ni tous les comportements. C’est un choix que je respecte : histoire courte, on survole les psychologies. C’est ce que je regrette toujours avec les romans courts, j’ai l’impression de ne pas en avoir assez à me mettre sous la dent. C’est assez frustrant parce que l’idée de base est très bonne ! Cependant, les personnages principaux sont très bien dessinés et décrits. En effet, on vit l’histoire avec Gabin et Emma.

La plume de l’auteure et les thématiques soulevées.

J’avoue que je ne lis pas énormément de romans qui touchent aux gangs (que ce soit des motards, des trafiquants de drogues…), j’ai donc été ravie de lire quelque chose de nouveau. La manière dont l’auteure traite la notion d’amour est très intéressante. La manière dont Adeline traite les émotions est très intéressante. Il est rare que je sois aussi rapidement happée dans une histoire courte. Je me suis surprise moi-même et j’avoue que je suis très heureuse d’avoir tentée l’expérience malgré les petits bémols que j’ai pu rencontrer.

Voilà donc une plume à suivre !

Les – :

  • Une interrogation suite au format.
  • Des psychologies un peu survolées pour les personnages secondaires.

Les + :

  • La question de l’amour véritable abordée d’une manière très intéressante.
  • La plume de l’auteure.
  • Le duo Gabin / Emma.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Click and love – Cyril Massarotto

41MHJPbnlyL._SX195_Résumé : Un click, un love. Une seule chance de trouver l’amour… Julie est une jeune Parisienne de 30 ans. Elle ne croit plus en l’amour et doit faire des ménages pour gagner sa vie. Paul, lui, a 40 ans. il est chirurgien, vit à Londres et ne se console pas de la mort de sa femme. Leurs trajectoires n’auraient jamais dû se croiser… Et pourtant, une application très particulière, Click & Love, va progressivement les rapprocher. Et jouer avec leurs nerfs. Alors que, message après message, leur désir de se rencontrer devient brûlant, Click & Love censure toutes les informations qui leur permettraient de se donner rendez-vous. Une torture. Et cette question : que cherche la main invisible qui se cache derrière l’écran ? Julie et Paul, des deux côtés de la Manche, vont tout tenter pour piéger la machine. Mais alors qu’enfin ils réussissent à se voir « en vrai », quelque chose d’inexplicable se produit, qui bouleversera leur vie… Avec humour et délicatesse, Cyril Massarotto explore nos cœurs et nos tourments à l’heure des textos, des applis et des sites de rencontre.

Mon avis : Je mourrai d’envie de lire ce roman. Je l’ai vu passer sur plusieurs blogs et j’étais très curieuse. J’avoue que le concept de la romance moderne me plaisait plutôt bien. Mélangez tout cela à une plume masculine et ma curiosité était vraiment au top !

Première chose, ce que j’ai trouvé dommage, c’est la couverture. Je ne la trouve vraiment pas belle. Je la trouve beaucoup trop simple, deux émojis et deux répliques claquées comme ça et hors contexte, j’ai trouvé cela trop facile.

Un couple de personnages aux antipodes

Bon, je ne vous le cache pas, la découverte de cette lecture n’est pas la meilleure découverte du monde. Ça reste agréable mais franchement, les personnages n’ont pas été au top niveau.

On fait la rencontre de Julie, une jeune femme française qui a vécu une histoire d’amour assez particulière. Aujourd’hui, elle est célibataire, elle a choisi sa liberté plutôt que la richesse et se retrouve pauvre à récurer les sols.

De l’autre côté de la Manche, on fait la connaissance de Paul, un chirurgien quarantenaire qui est plus que seul. Il vit chez son meilleur ami parce qu’il ne veut plus retourner en France, synonyme de passé et de douleur.

Même si j’ai apprécié découvrir les personnages et leurs passés respectifs, j’ai trouvé beaucoup trop de stéréotypes… La pauvre femme de ménage et le riche chirurgien, non, vraiment, je ne suis pas d’accord. On aurait pu trouver des personnages un peu moins stéréotypés. Cependant, j’avoue que leurs psychologies m’ont plus.

Une romance via site de rencontre

Click and love est un site de rencontre innovant. On vous fait passer des tests, on joue sur votre compatibilité. C’est assez intéressant comme principe. On met de côté les coups d’un soir pour mettre en avant la rencontre romantique avec le prince charmant. Le principe est sympathique, frais et moderne. Je suis plutôt hermétique à cette modernité d’habitude mais ici, cela fonctionne. On sent que l’auteur a réfléchi à l’approche. C’est très intéressant.

Les personnages secondaires et l’intrigue.

J’ai apprécié Jo et Ornella, ils sont deux personnages que l’on apprécie découvrir au second plan. J’aurais apprécié en savoir plus sur eux. Ils sont assez sympathiques à rencontrer.

L’intrigue tient debout. Cependant, les révélations finales, bien qu’assez explicatives par rapport à mes interrogations ne m’ont pas forcément hyper convaincu. Franchement, l’histoire de base était bonne, mais j’ai trouvé des choses trop compliquées, alambiquées. J’ai apprécié les conversations entre Paul et Julie. J’ai trouvé ces moments très sympathiques ainsi que la manière dont ils sont mis en place dans le roman. Cela permet de respirer dans la romance. C’est chouette.

La plume de l’auteur

Voilà une plume que je ne connaissais pas. J’avoue que j’ai passé un moment de lecture détente sympathique, assez agréable malgré les bémols que j’ai pu souligner. Cependant, j’ai trouvé que, par moments, l’auteur parvenait à me sortir des mots incroyablement… trop compliqués pour le genre proposé. Je ne pensais pas me confronter à des mots inconnus.

Les – :

  • Deux personnages principaux dont les conditions sont stéréotypées.
  • La plume de l’auteur parfois trop compliquée.
  • Une intrigue un peu trop farfelue sur la fin.

Les + :

  • Les psychologies et les passés respectifs des personnages.
  • Les personnages secondaires sympathiques.
  • La modernité de l’intrigue.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Les masques feuillus – Eric Fagny

CVT_Les-masques-feuillus_8816.jpgRésumé : Quand la commissaire Gerrie Landen débarque à Nivelles, elle ne se doute pas de ce qui l’attend. À peine entrée dans ses fonctions, des faits troublants se succèdent : un vol dans la Collégiale, une voiture incendiée, une chapelle vandalisée et la disparition de quatre prêtres. Très vite, Gerrie se retrouve confrontée au silence complice d’une population attachée à ses traditions, sans compter le machisme d’un collègue et les faux-semblants d’un érudit local. En pleine campagne électorale, les pistes se multiplient… Tout cela aurait-il un lien avec les préparatifs de la 750e procession de sainte Gertrude ? Parcourez les rues mystérieuses de Nivelles en Brabant wallon où les vieilles pierres ont une mémoire millénaire. Visitez le cadre idéal d’un récit policier où les légendes locales remontent aux fondations de l’histoire européenne. Ce roman noir explore ce qui se cache derrière le folklore. Nombreux sont ceux qui reproduisent des gestes dont ils ont oublié le sens, jusqu’au jour où le sang devient l’encre de la connaissance.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Eric Fagny pour l’envoi de son colossal roman. Je suis toujours contente de recevoir vos livres, chers auteurs et éditeurs, mais quand je reçois un énooorme roman en format papier, je suis touchée. Je sais que c’est un énorme investissement et cela me touche. Alors, merci Eric pour votre envoi !

Ce roman est une belle surprise. J’avoue que je ne m’attendais pas à cela en le lisant mais j’ai passé un bon moment de lecture.

Une construction intéressante.

Au départ, on suit trois histoires, toutes assez différentes autant dans la fréquence des histoires que dans leurs contenus mais aussi dans les dates. En effet, on vacille entre notre époque et une époque beaucoup plus reculée. Si au départ, j’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait en venir, j’ai quand même su faire le lien. En fait, le lien est rapide à faire entre les deux histoires qui se passent à notre époque mais l’auteur est parvenu à piquer ma curiosité quant au lien qui pouvait unir les deux époques. Chapeau !

J’avoue que le départ a été un peu long pour moi, j’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’ambiance. Je pense que cela est dû à quelques longueurs et à mon interrogation suite à ce va-et-vient entre les différentes époques.

Néanmoins, ces longueurs se sont rapidement dissipées au fil de ma lecture.

L’intrigue principale & l’enquête policière.

Là où l’auteur est parvenu à me surprendre, c’est dans le contenu de son œuvre. En effet, l’intrigue principale reste l’enquête policière qui se révèle très mystérieuse. On fait la rencontre de Gerrie Landen, une commissaire fraîchement arrivée à Nivelles.

L’enquête policière est rondement menée. On se retrouve dans un tourbillon qui n’a qu’un thème commun : la religion. De près ou de loin, tous les éléments touchent une chapelle, une collégiale, des hommes d’église… Bref, quelque chose de louche se passe à Nivelles et Gerrie Landen veut comprendre ce qu’il arrive.

Un panel de personnages intéressant.

Avec trois histoires qui finissent par se rejoindre, il fallait forcément qu’il y ait un panel de personnages immense. La force d’Eric Fagny c’est qu’il parvient à rendre les personnages intéressants et très différents. Ils restent mémorables. On a une équipe policière assez représentative de ce que l’on peut trouver : les gens intelligents, effacés et puis un gros lourd qui casse tout sur son passage par ses manières malpolies. On a des témoins aussi captivants et mystérieux.

La plume d’Eric Fagny

Je l’ai particulièrement appréciée. Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette plume. Un vocabulaire précis est présent. Chaque mot est pensé et choisi méticuleusement, cela se sent. Je pense pouvoir dire que même si Eric Fagny ne se hisse pas au niveau de Dan Brown, je vous assure qu’il n’en est pas loin. Affaire et plume à suivre !

Les – :

  • Quelques longueurs au départ.

Les + :

  • Une construction sympathique et intelligente.
  • Une enquête policière et haletante.
  • Un panel de personnages incroyable.
  • Un personnage principal très intéressant.
  • Une plume incroyable.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Saint Mary’s Bay – Intégrale (tomes 1 & 2) : Les jardins secrets de Lhattie Haniel

Résumés : 1897 — Ambrosia, cadette de la famille des Keighley, mène une vie tranquille à Maison Beauchamp tout en n’aspirant qu’à faire des promenades dans la forêt et à chasser papillons et autres insectes comme son grand-père le lui a enseigné dès lors qu’elle sût marcher. Mais le décès de son petit frère Edgar va plonger sa famille dans le besoin, ce qui n’arrange en rien les affaires de son père, Sir Humphrey, joueur invétéré et dépensier notoire auprès des gourgandines. Afin de récupérer de quoi poursuivre son train de vie dispendieux, il concède dans les liens du mariage sa cadette, sans qu’elle puisse y redire quoi que ce soit. Pourtant, toute jeune femme devrait se sentir flattée d’être ainsi distinguée par un homme si fortuné. Oui, certes ! Si Lord Greggson, comte de Langford, n’était pas son aîné de plus de cinquante ans ! Seulement, voilà ! À seize ans, une jeune fille rêve plutôt de rencontrer le prince charmant…

1902 — Un départ précipité de l’Amérique pour l’Angleterre avait fini par faire basculer à nouveau le destin de la jeune veuve Greggson, alors qu’elle venait de rencontrer le beau Dorian Valentyne. De retour au manoir familial, Ambrosia y avait retrouvé sa sœur aînée Edwina, à l’homosexualité cachée et aux secrets inavoués, lui vouant toujours une très grande haine. Mais heureusement pour Ambrosia, elle y avait retrouvé aussi son adorable mère, son affectueux grand-père, de divertissantes harpies, toutes aristocrates, ainsi qu’une ribambelle de domestiques, sans oublier sa divertissante marraine qui l’avait accompagnée. Les mois s’écoulent alors plus ou moins agréablement, malgré son vague à l’âme, jusqu’au jour où un grand nombre d’invités est attendu au manoir pour une chasse à courre. Bien qu’Ambrosia soit nouvellement fiancée au jeune médecin du village qui ne songe qu’à mettre la main sur sa fortune, l’un des invités ne la laisse pourtant pas si indifférente que cela…

Mon avis : Je remercie Lhattie Haniel pour l’envoi de ces deux romans en service presse. J’ai déjà découvert plusieurs romans de l’auteure et il m’en reste quelques-uns à découvrir.

Comme je vous ai déjà expliqué, je me suis fait un agenda pour mes chroniques. Ainsi, je vois plus clair dans les romans qu’il me reste à lire. J’étais honteuse de voir que dans ma liseuse, des romans étaient là depuis bien trop longtemps. C’est pour cette raison que jusqu’au mois de mars, vous allez trouver des romans que je « sors de ma liseuse » en urgence pour ne pas décevoir les auteurs. En effet, je me suis engagée (avec grand plaisir) et je tiens à respecter cela. Lhattie fait partie des gentils auteurs patients et je la remercie pour cela.

Je me suis donc penchée sur la duologie Saint Mary’s Bay ce mois-ci.

La rencontre de deux personnages intéressants

On fait la rencontre d’Ambrosia, une jeune femme assez sympathique. J’ai trouvé ce personnage assez original et fort. On se rend rapidement compte que c’est une jeune fille naïve mais qui n’est pas bête. Si elle aspire à l’air frais de la campagne, à des balades champêtres, elle sait ce qui se passe en ville. Cependant, Ambrosia va rapidement déchanter à cause d’un mariage forcé qui sauvera sa famille de la banqueroute. La famille d’Ambrosia est assez touchante bien que loin d’être parfaite. C’est vraiment très intéressant de voir comment l’auteure traite l’image de la famille au XIXème siècle.

Rapidement, elle se voit mariée à Lord Greggson, qui a bien 50 ans de plus qu’elle. C’est le choc des cultures et des traditions. Ambrosia va rapidement se retrouver propulser dans un monde qu’elle connait peu. Femme d’un lord, elle va vite se trouver loin de ses balades dans la campagne.

On fait aussi la rencontre de Dorian Valentyne. Il va rapidement prouver à Ambrosia que l’amour n’est pas ce qu’elle vit avec son vieux lord mais un sentiment bien plus vaste et agréable que ce qu’elle est en train de vivre. Dorian est un personnage que j’ai apprécié découvrir aussi. Je trouve que ces deux personnages sont très intéressants et que les mettre en tant que personnages principaux est une très bonne idée.

Un panel de personnages très riche

Je pense que c’est une force dans ce roman mais aussi une faiblesse. En effet, c’est assez contradictoire de dire cela mais il y a trop de personnages et que, par moments, ils sont un peu stéréotypés. Même si j’en ai apprécié beaucoup, j’ai trouvé que le changement de focalisation sur les différents couples était assez difficile à comprendre. J’ai perdu le fil plus d’une fois et c’est aussi ce qui m’a poussé à lire les deux romans d’affilée pour être certaine de comprendre. J’ai eu peur qu’une pause entre les deux ne me desserve plus qu’autre chose.

L’intrigue

J’avoue que ce n’est pas un coup de cœur pour ce roman. Cependant, il se laisse facilement lire et l’on veut savoir ce qu’il va advenir du duo Ambrosia/Dorian. Si l’intrigue principale qui tourne autour du duo m’a plu, je reste quand même dubitative sur certains points de l’intrigue. Je me suis retrouver dans un monde riche, ostentatoire et malheureusement, je ne me suis pas plu dans ce monde qui ne reflète pas forcément la réalité de la plupart des personnes du XIXème siècle. Je comprends bien qu’Ambrosia pénètre dans un monde qui ne ressemble pas au sien mais j’aurais apprécié qu’elle mette plus en avant ses valeurs et qu’elle garde la tête haute.

L’intrigue garde les codes de la romance historique et j’ai apprécié les retrouver. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans ce genre qui est un genre que j’apprécie énormément.

Cependant, le voyage en soi m’a bien plu. C’était assez intéressant.

La plume de Lhattie Haniel.

Malgré le fait que ce roman ne soit pas un coup de cœur, je l’ai trouvé agréable à lire. C’est un roman pour se détendre. La plume de Lhattie Haniel est toujours aussi belle, pleine de poésie et très appréciable. C’est une force pour ces deux tomes.

Les – :

  • Trop de personnages à mon goût.
  • Quelques clichés.

Les + :

  • Le duo Ambrosia / Dorian que j’ai apprécié suivre.
  • Les deux tomes sont complets, on n’est plus en demande à la fin. On sait tout.
  • La plume de Lhattie Haniel.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

22

Les lettres à Juliette – Ninon Amey

xcover-2790.jpgRésumé : « Dans la vie comme dans les livres, certaines belles histoires ne sont pas destinées à être vécues. » Nina n’a pas été épargnée par la vie. À 18 ans, c’est une jeune écorchée vive. Son coeur a perdu toute envie de battre. Pour qui, pour quoi le ferait-il ? Imprégnée de l’histoire de Roméo et Juliette, son couple modèle, elle entreprend, seule, un voyage sur la terre célébrée par Shakespeare. De rencontres en découvertes, elle prendra conscience que la vie, si injuste soit-elle, sait aussi apporter des moments de bonheur. Saura-t-elle les reconnaître ? Ce voyage lui permettra-t-il de trouver enfin un sens à sa vie ? Dans sa nouvelle romance, Ninon Amey aborde, par une plume douce et délicate, des thèmes sensibles tels que la maladie, le deuil, ou encore le suicide. Elle fait voyager son lecteur entre la France et l’Italie. 

Mon avis : Je remercie Ninon Amey pour l’envoi de son roman en service presse. J’ai pu découvrir la plume de cette auteure via SimPlement et j’avoue être tombée sous le charme de ses histoires. Ninon Amey est une personne très gentille avec qui discuter est d’une facilité incroyable.

J’ai souri dès la lecture du résumé. Le personnage principal s’appelle Nina. Lors de ma première chronique, au lieu d’appeler l’auteure par son vrai prénom, je l’ai appelé Nina. C’est donc avec cette anecdote que j’ai commencé ma lecture.

Ninon m’a demandé de ne pas chroniquer avant le 09 février qui marquait le jour de la sortie de son roman. Pour ne pas me tenter, j’ai lu ce roman le jour même ! Au moins, je pouvais hurler ma joie rapidement et non ronger mon frein.

Un résumé qui m’a fait peur

J’ai eu légèrement peur en lisant le résumé. En effet, on comprend rapidement que la vie de Nina n’est pas toute rose. L’évocation des amants maudits de Vérone et de sa volonté de faire un voyage, on sait tout de suite que ce que l’on va lire ne va pas être évident. J’avoue que c’est un sujet que je n’apprécie pas forcément découvrir.

Deux personnages principaux forts

On fait la rencontre de Nina, une jeune femme de dix-huit ans qui a décidé de faire un voyage à Vérone pour parvenir à l’élaboration de son projet. Projet que l’on découvre tout au long du roman. J’ai aimé ce personnage féminin très fort. Elle se replie complètement sur elle-même, certaine de son choix et de ne pas être comprise des autres. Nina est une personne peu souriante, très solitaire. Elle ne se mêle pas forcément aux autres. Elle dessine énormément et semble très douée pour cela. C’est une jeune femme dans la tourmente, clairement. On a tout de suite envie de la prendre sous notre aile.

D’un autre côté, on rencontre Benjamin, un jeune homme de vingt-huit ans qui est le chauffeur de bus dans lequel se trouve Nina. Ensemble, ils descendent vers la ville de Vérone (que j’ai adoré découvrir). Benjamin est une crème. Il a un caractère incroyable : il pardonne aussi vite que son ombre. Il essaye de comprendre et d’aider son prochain. C’est fou. Rapidement, on se rend compte que ce personnage a le cœur sur la main.

Le charme du paysage italien

Quel bonheur ! Voilà un pays que j’apprécie retrouver dans mes lectures. Ninon Amey a la justesse au bout de sa plume ! Les décors sont somptueux. On s’y croirait. C’est très prenant. J’aime énormément l’histoire de Roméo et Juliette et Vérone est une ville que j’aimerai beaucoup découvrir. Les vestiges proposés sont très beaux et les paysages aussi.

L’intrigue prenante et surprenante

J’ai aimé l’idée de Ninon. Cette idée que tout ne peut pas être noir ou blanc. Elle décrit la vie telle qu’elle est : avec ses épreuves et ses belles aventures. Nina est un personnage qui est dépassé par les épreuves que lui impose la vie. Cependant, dans cette romance, on apprend quelque chose d’important : l’acceptation. Il faut savoir dire « stop » et avancer. Il faut aller de l’avant parce que quelque chose ou quelqu’un va nous faire du bien, nous aider à relativiser et à avancer.

Les différents personnages secondaires sont très plaisants. Le panel proposé est composé de personnages de tout âge. Cela retranscrit bien l’idée que le bonheur peut être présent partout, à tout âge et que cela ne se réduit pas forcément à une relation amoureuse. L’amitié, le partage, l’envie et le rire peuvent aussi être les ciments des souvenirs qui formeront ces beaux moments de la vie.

Cette intrigue plaira à de nombreuses lectrices avides de belles romances.

La plume de Ninon

Comme d’habitude, je n’ai rien à redire sur ce point. Voilà la chronique de mon troisième coup de cœur de l’année. C’est une lecture qui est charmante et cela est dû à la plume de l’auteure qui parvient, avec justesse, à nous retranscrire les émotions des personnages. La plume de Ninon est belle, drôle, dynamique. On est vraiment transporté dans une histoire ultra plaisante malgré les sujets difficiles qui peuvent être abordés.

Les – :

  • Je ne trouve rien à redire à cette histoire. Tout est positif. C’est très bon ! Bravo Ninon.

Les + :

  • Le personnage intense qu’est Nina. C’est un personnage symbolique et coup de poing que j’ai apprécié suivre.
  • Le personnage de Benjamin qui se montre compréhensif et à l’écoute.
  • La plume de Ninon que j’adore. Je suis fan !
  • Le voyage à Vérone avec l’intrigue de Roméo et Juliette en toile de fond.
  • Le panel de personnages secondaires que j’ai apprécié.
  • Les ellipses temporelles très bien réussies.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Les aventures d’Edgar Nelson de Franck Driancourt

xcover-2741.jpgRésumé : En vacances chez ses grands-parents, loin de ses amis, de sa console et de ses habitudes, Edgar va découvrir malgré lui, un monde fantastique. Un monde qui le transportera de l’autre côté de l’Atlantique, dans le Mississippi, au milieu du dix-neuvième siècle. Il y fera la connaissance de Tom Sawyer, Huckleberry Finn, Becky et… retrouvera oncle Christophe. Au cœur d’une machination diabolique, il tentera l’impossible pour arracher son oncle des griffes de la mort.

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions Nouvelle Bibliothèque. Souvenez-vous, il y a quelques temps, je vous criai ma joie de faire partie des partenaires de cette maison d’édition du côté adulte mais aussi du côté jeunesse. Voici ma première expérience jeunesse pour les éditions Nouvelle Bibliothèque.

Une intrigue très bien maîtrisée.

Voilà une première lecture très sympathique ! On a une belle intrigue qui se dessine devant nous. En effet, j’ai trouvé que les notions abordées étaient sérieuses mais traitées avec un regard assez doux et une certaine innocence.

On fait la rencontre d’Edgar Nelson, un jeune garçon qui m’a énormément plu dès le départ. C’est un jeune homme qui est coincé pour ses vacances chez ses grands-parents au beau milieu de nulle part.

Ed est un jeune homme qui a la tête sur les épaules. Il a vécu des situations assez dures pour son jeune âge mais la pire reste la perte de son oncle Christophe. Il aime ses grands-parents, cela ne fait aucun doute. Cependant, depuis la mort de son oncle, c’est compliqué pour lui de revenir et de vivre dans les souvenirs de son oncle. Cet oncle qu’il aimait tant, qui le comprenait et qui répondait à ses questions. La perte est énorme pour lui mais aussi pour ses grands-parents.

Parallèlement à cette intrigue implantée dans le réel, on a aussi une partie fantastique dans cette histoire qui est assez intéressante. Ed tombe dans une histoire incroyable : celle de Tom Sawyer. Il va rapidement faire la connaissance de Tom, Huckleberry Finn et Becky et vivre une aventure délirante. Il retrouvera son oncle Christophe dans cette histoire. Pour le jeune homme, revoir son oncle est une formidable surprise. Une enquête est menée par les jeunes pour sortir Oncle Chris d’un sacré pétrin. J’ai trouvé que cela était une bonne idée pour les plus jeunes. En effet, rien de mieux pour commencer les romans policiers!

Des notions universelles qui rassemblent les lecteurs.

Petits et grands sont touchés par les notions soulevées dans ce roman. En effet, les notions de deuil, d’amour, de famille et d’espoir sont présentes. A travers le personnage d’Edgar, on voit comment l’enfant peut se sentir démuni face à des problèmes d’adulte et la manière de faire son deuil. Il voit que les choses ont changés, que son oncle lui manque, que sa mamie a mal. Je pense m’être beaucoup attaché à ce petit garçon parce que j’ai vécu la perte de ma tante et j’ai vu ma grand-mère souffrir le martyr de l’absence de sa fille. Je ne pouvais que comprendre.

La littérature classique remise au goût du jour.

J’ai apprécié retrouver la littérature classique dans un roman jeunesse. En effet, Tom Sawyer est une vieille aventure que l’auteur dépoussière avec brio ! J’ai juste eu envie de relire ce roman une fois que j’avais terminé le roman de Franck Driancourt. J’espère que les plus jeunes auront la même envie que moi.

La plume de Franck Driancourt.

En plus de découvrir un nouveau roman, j’ai découvert une nouvelle plume qui est très sympathique. L’auteur véhicule des notions intéressantes que les jeunes comme les adultes peuvent apprécier dans la lecture. La plume est abordable, elle est facile d’accès. C’est très bien. Le roman regorge d’humour.

Les – :

  • J’aurais apprécié plus de moments entre Ed et ses grands-parents.

Les + :

  • Les notions véhiculées dans le roman.
  • La plume de l’auteur.
  • Le fait de donner envie de relire des classiques de la littérature.
  • Un roman qui peut plaire aux petits comme aux grands.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

A(i)mer d’Odehia Nadaco

CVT_AiMER_5217Résumé : Bronx, New York, 2005. Deux ans avant « Knysna ». Il est des rencontres qui marquent à jamais, gravées au fer rouge dans le cœur comme la brûlure d’une cigarette sur le derme. Une plaie refermée sur des démons, enfouis en vous pour toujours. Vivre avec en silence, survivre dans l’oubli, expier, comme une malédiction… Et si pour la première fois d’une vie sur le fil, il était possible d’apaiser les tourments ? Mais qu’en ce matin de février, votre passé frappait à votre porte et s’en prenait à votre seul ami et allié ? Et si… vous aviez tué la seule personne qui ait su vous aimer ?
AVERTISSEMENT : Certaines scènes pouvant choquer la sensibilité des lecteurs, ce roman est destiné à un public adulte et averti.

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman. En effet, A(i)mer est ma lecture du mois de février dans la catégorie « littérature noire ».

Une plongée dans un univers étouffant & sordide

Purée. J’ai été scotchée par la densité et la profondeur de l’univers proposé par Odehia Nadaco. Je trouve que ce roman a sa place dans cette catégorie. On ne pouvait pas mieux l’illustrer ! L’auteure place le lecteur dans une situation délicate. Je me suis sentie mal à l’aise tout au long de ma lecture. Les sujets abordés sont durs et on a l’impression que cette douleur, cette mélancolie et cette tristesse ne nous quittera pas. Autant vous dire que pour une lectrice comme moi, ce fut un long chemin. Néanmoins, je suis contente d’avoir découvert ce roman.

A(i)mer est un roman coup de poing. Le jeu de mots est, ici, justement illustré. J’ai trouvé l’idée brillante. On y parle d’amour, c’est certain. Cependant, on ne traite pas cette notion comme on pourrait le penser. Pour moi, l’amertume se traduit parfaitement bien dans les mots de l’auteure.

Ce roman est un roman qui en accompagne un autre, il se nomme Knysna. Je ne sais pas si 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nj’aurais le courage et le cœur assez accroché pour lire ce roman mais, si vous êtes un lecteur qui apprécie les romans ultra noirs, je ne peux que vous le conseiller. Il faut aussi souligner le fait que les deux romans peuvent se lire indépendamment.

L’intrigue reste assez noire aussi même s’il n’y a rien de nouveau. Hilton fuit des gens qui lui veulent du mal. Vengeance, trahison, haine et danger sont au rendez-vous. Clairement, ce roman ne m’a pas intéressé pour son intrigue.

Un personnage principal qui nous prend aux tripes

On fait la rencontre d’un jeune homme Hilton. C’est un jeune homme de bonne famille qui nous sidère par ses choix. On se demande pourquoi il ne sort pas de la spirale infernale dans laquelle il est. Rapidement, on comprend que ce personnage n’est pas le genre à s’enfuir et à tout laisser derrière lui. Je l’ai trouvé admirable. La loyauté qui le caractérise est touchante. Plus je me suis plongée dans cette histoire, plus je me suis attachée à ce personnage.

La plume d’Odéhia Nadaco

Si j’ai eu du mal à lire ce roman, ce n’est certainement pas à cause de la plume de l’auteure! En effet, c’est particulièrement étrange mais, même si l’intrigue m’a dérangée à certains moments (je reviendrai sur ce point par la suite), je ne pense jamais regretter de m’être plongée dans cet univers tant la plume de l’auteure est spectaculaire ! Je suis scotchée par la qualité de la plume. A l’image de son roman, Odéhia Nadaco nous percute par la manière qu’elle a de nous raconter les choses. C’est direct et froid. Le lecteur encaisse les coups et finit K.O. tant la plume de l’auteure est frappante.

L’avertissement

Je vous préviens tout de suite, l’avertissement n’est pas à prendre à la légère. C’est une lecture dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus donc pour être impartiale dans mes jugements, je suis allée jusqu’au bout même si cela m’a demandé un effort. Encore une fois, je souligne que le travail de l’auteure et sa qualité ne sont pas remis en question mais ce roman est trop noir pour moi. En effet, les scènes de violences sont très présentes et l’auteure ne fait pas dans la demie mesure ! C’était un peu trop pour moi.

Néanmoins, je suis heureuse d’avoir été jusqu’au bout de ma lecture. Cette dernière m’a poussé dans mes retranchements. Cette lecture m’a malmenée mais je pense que c’est un mal pour un bien. Je finis donc cette lecture sur une note « positive » (je suis sous xanax pour le moment, mais ça va passer.)

Les – :

  • Même si j’ai été avertie, j’ai été secouée par les scènes trop violentes pour moi.

Les + :

  • La plume de l’auteure qui est une révélation.
  • Le personnage de Hilton qui m’a beaucoup plu.
  • Le fait d’être ressortie grandie de cette lecture.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Spiral(e) – David Bauquet

50808875_10205603390079785_4696154440158150656_n.jpgRésumé : Spiral est étudiant à Paris. Parce qu’il croit avoir commis un homicide, il fuit sans savoir où aller. Une femme qu’il ne connaît pas décide de lui venir en aide, et l’envoie en Normandie chez son frère. Chez Joe. Ce dernier est un quadra qui prend la vie comme elle vient. Il a des amis pittoresques : un cuistot anarchiste au langage fleuri ; un chauffeur de taxi qui n’aime pas son métier ; la femme d’un notaire qui deal du shit… Et Joe rêve d’Amérique depuis toujours. Il roule en Cadillac, écoute de la country, mais il n’a jamais trouvé le bon prétexte pour s’envoler vers l’autre continent. Spiral respire à pleins poumons ces vacances improvisées, et finit par voir en Joe un grand frère qu’il n’a jamais eu. Avec sa rencontre inopinée d’une trapéziste américaine en tournée dans la région, et à l’aide d’un trèfle à quatre feuilles, Spiral va secrètement bouleverser la vie de Joe.

Mon avis : Je remercie les éditions Nouvelle Bibliothèque ainsi qu’Emma pour l’envoi de ce service de presse. Je vais prendre le temps et quelques lignes pour exprimer ma gratitude. Je remercie donc Frédéric Frère pour le temps qu’il m’a consacré la semaine dernière. Cinq minutes, ce n’est rien dans une vie. Cependant, prendre cinq minutes pour me remercier et me féliciter, c’est autre chose et pour moi cela représente énormément. Alors, à mon tour de remercie l’équipe des éditions Nouvelle Bibliothèque pour le travail formidable qu’elle fait et merci pour sa confiance.

Spiral, un anti-héros incroyable.

Nous faisons la rencontre de Benjamin que l’on appelle aussi Spiral. C’est un personnage très original. Déjà, par son surnom. En effet, par définition, le mot « spirale » est une courbe qui tourne autour d’un axe ou d’un point, forme un enroulement dans l’espace. Donc, on a déjà cette impression circulaire, on tourne en rond, on rumine, on se retrouve dans une sorte de tourbillon de poisse et de quiproquo. Le trèfle sur la couverture représente la chance et la distance que l’on constate représente le chemin qu’il reste à parcourir pour qu’il puisse en jouir.

Je vous avoue que pour le coup, le personnage principal ne m’a pas forcément inspiré au départ. Il ne prend pas forcément beaucoup de décisions. Il donne l’impression de vouloir agir seulement quand il est face au mur et qu’il ne peut pas faire autrement. Il se laisse aller, au rythme de la vie et prend la vie comme elle vient. Il n’a pas forcément d’avis ni d’envie. C’est assez surprenant. J’avoue que sur le coup, je n’ai pas compris où voulait en venir l’auteur mais plus j’ai avancé dans ma lecture, plus j’ai senti la nette évolution de Spiral.

Un roman initiatique.

La comparaison peut être un peu hasardeuse pour certains mais j’ai pensé à Candide de Voltaire tout au long du roman. On part avec un personnage un peu fade, naïf qui part pour apprendre, pour comprendre comment fonctionne le monde. Toutes les interactions ne sont pas positives mais Spiral apprend. J’ai apprécié ce côté « apprentissage » dans ce roman. En effet, les personnages secondaires sont du côté du bien ou du mal (si je peux m’exprimer ainsi) mais Spiral trouve à chacun fois une leçon à tirer des événements qu’il trouve sur sa route. Ce que j’ai aussi apprécié, ce sont les thématiques abordées : amitiés, amour, famille, mais aussi trahison, drogues et manipulation. Même si on les rencontre depuis la nuit des temps, elles sont toujours efficaces.

La plume de l’auteur.

Ce qui rend ce tourbillon de malchance supportable et cette chute qui nous file un mal de crâne, c’est la plume de l’auteur. En plus d’être poétique, la plume est bourrée d’humour. Il y a une majesté incroyable qui se dégage des mots de David Bauquet qui permet au lecteur de se perdre dans cette intrigue très intéressante. J’ai adoré ce mouvement circulaire, cette tempête que Spiral traverse pour au final trouver quelque chose de bon au bout du tunnel. Le lecteur se sent apaisé par les mots et le sens de l’intrigue. La plume de David Bauquet est comme une bulle d’air qui nous permet de respirer face à la vie de Benjamin qui est loin d’être facile.

Les – :

  • Le temps que j’ai mis à apprécier le personnage de Benjamin.

Les + :

  • Un roman initiatique riche et intense.
  • Une intrigue très bien ficelée.
  • Une plume poétique et majestueuse.
  • Des personnages secondaires particulièrement bien étudiés et utilisés.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

La fille des deux mondes – Tome 1 – C.C. Hunter

413wd0r4nkL._SX316_BO1,204,203,200_Résumé : L’appel de l’au-delà. Une fois de plus, Riley Smith, 17 ans, se retrouve dans le rôle de la nouvelle du lycée dans une petite ville du Texas. La jeune fille vit seule avec son père, qui ramène souvent du travail à la maison… Le problème, c’est qu’il est croque-mort. S’il ne se rend pas compte que ses défunts clients le suivent jusqu’à chez lui, Riley, elle, les voit, et peut même communiquer avec eux. Elle devient leur confidente, leur dernier contact avec le monde mortel, et les aide à passer dans l’au-delà. Mais Abby, une jeune fille portée disparue, n’est pas prête à partir : son corps n’a pas été retrouvé et Riley est la seule qui puisse dénoncer son meurtrier. Seulement, cette mission place la fille du croque-mort en haut de la liste des prochaines victimes du redoutable tueur en série… Et si son seul espoir résidait en Hayden, cet esprit fascinant qui ne ressemble à aucun autre, et qu’elle aimerait ne jamais voir repartir ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement une nouvelle fois Camille et les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman en service presse. Je ne connaissais pas C.C. Hunter qui est connue pour la saga Nés à minuit d’après mes copines bloggeuses. J’étais donc sans avis sur l’auteure ni sur le roman que j’avais entre les mains.

Un roman pour adolescents à la hauteur de mes espérances.

On fait la rencontre de Riley Smith. Une jeune fille que j’ai tout de suite appréciée. En effet, elle représente tout ce que j’aime chez les personnages dans les romans pour adolescents. En effet, elle est jolie, intelligente, courageuse et malgré son appréhension à blesser les gens qu’elle aime, elle parvient à dire ce qu’elle pense. Le trait de caractère qui m’a énormément plu c’est son humilité. Elle est jolie mais ne s’en vante pas, elle est douée en mécanique mais ne s’en vante pas non plus. Elle reste solitaire pour cacher son secret. Dans cette ville où rien n’est facile pour elle, elle parvient à survivre.

Le père de Riley est croque-mort, c’est quelque chose dont elle ne se vante pas non plus. Les moqueries de ses camarades sont faciles. J’ai apprécié que Riley se démarque dans la foule de stéréotypes que l’on a au lycée : les pompom girls qui veulent casser la figure à Riley, les sportifs, les mécanos… Bref, chacun à sa place. Dans cette foule sans visage, quelques noms vont en sortir et nous accompagner tout au long de ce premier tome. On fait donc la rencontre de Jacob, Dex mais aussi Kelsey.

Une intrigue qui mélange le fantastique et la romance.

Riley a un secret qu’elle cache coûte que coûte : elle peut parler aux morts qui viennent la voir pour régler un problème avant de pouvoir traverser la barrière entre le monde terrestre et l’au-delà. Ainsi, aux personnages humains, deux fantômes viennent s’ajouter au panel des personnages : Abby & Hayden.

Ce premier tome est consacré à Abby qui implore l’aide de Riley pour pouvoir partir pour de bon. On a une histoire glauque qui s’ouvre à nous et qui ne peut pas nous laisser de marbre.

Cependant, cela ne nous empêche pas de voir une histoire d’amour naitre sous nos yeux. C’est assez intéressant. Tout est présent pour que les plus jeunes lecteurs soient sous le charme de cette lecture : des fantômes, une histoire d’amour, des amitiés qui se lient et se délient, une relation entre un père et une fille compliquée ainsi qu’une dose de piment avec « l’enquête » que Riley va mener pour apaiser Abby.

La plume de C.C. Hunter

Ma lecture a été très rapide finalement. J’ai trouvé que c’était une histoire prenante, dynamique et j’ai apprécié la plume de l’auteure.

La seule chose qui me fait peur c’est la suite et plus particulièrement sur le temps que la suite va prendre pour être publiée et traduite. Les commentaires sont dithyrambiques sur la qualité de l’œuvre et de la plume mais s’interrogent aussi énormément sur le temps qu’il va se passer entre les tomes et surtout sur le nombre de tomes. Un deuxième tome est sorti en anglais, j’ai hâte de l’avoir dans les mains en français. Si le temps est trop long, je rachèterai certainement la saga en anglais.

Les – :

  • Un peu trop de stéréotypes dans les personnages du lycée.
  • J’aurais peut-être apprécié un peu plus que l’histoire d’Abby soit prolongée sur la fin de l’histoire. Peut-être une surprise dans le deuxième tome ? J’ai trouvé la résolution trop rapide.

Les + :

  • Le personnage d’Abby et son pouvoir.
  • Les personnages qui sortent du lot et que l’on rencontre souvent dans le premier tome.
  • Les notions qui émanent de ce roman. Elles sont nombreuses et parlent à toutes et à tous.
  • L’intrigue très sympathique qui mêle le fantastique et la romance très brillement.
  • La plume de l’auteure.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

L’étrange pension de Mrs Scragge – Episode 1 – Anne Kessou

41vr6Y1v2iL._SX195_.jpgRésumé : Antoinette n’est pas l’employée modèle de la CLEAN, une agence de nettoyage dirigée par l’énigmatique Monsieur Anselme, un ancien directeur de la sécurité… À chaque nouveau client, une enquête à résoudre. Avec son inséparable collègue, Mireille une Hollandaise à la langue bien pendue, elle va sillonner villes et campagnes et venir en aide même à ceux qui n’ont rien demandé ! Dans ce 1er épisode, découvrez : Comment Antoinette, nurse anglaise charmante, mais un peu cynique est devenue femme de ménage à la CLEAN ? Comment arriver à la tête d’un trafic de cocaïne colombienne ? Pourquoi les diamants sont les meilleurs amis des femmes et des pirates ? Et que tous les souterrains mènent aux bibliothèques Alors, remontez votre plaid, ajoutez une bûche dans la cheminée et faites chauffer la bouilloire. Vous reprendrez bien un peu de fantaisie et de suspense avec votre Earl Grey ?

Mon avis : Je remercie Anne pour sa gentillesse et sa proposition que j’ai accepté le plus vite possible via SimPlement. En effet, j’avais l’œil sur ce premier épisode depuis quelques temps.

Anne Kessou ou l’auteure qui casse les codes.

Je m’attendais à un roman avec la classe anglaise des nurses et la rigueur qui leur colle à la peau. Ici, on brise les codes. A mort les stéréotypes de l’aristocratie anglaise ! On a du neuf, du mélange et cela nous donne un résultat fracassant !

Les personnages.

J’ai particulièrement apprécié le personnage d’Antoinette. En effet, c’est une nurse qui prend son travail très au sérieux mais elle ne rechigne pas à contourner le règlement. Tina est la nurse d’Edward, un jeune gaillard qui vient de fêter ses dix-huit ans et qui fait n’importe quoi ! Tina passe son temps à le surveiller, le couver et couvrir les bêtises qu’il peut faire. Malheureusement pour elle, elle se fait virer comme une malpropre par les parents d’Edward.

Edward fait fort ! Pour une histoire de drogue, il embringue sa nounou dans une histoire rocambolesque qui va faire vivre une aventure qui l’emmènera loin, très loin.

J’ai adoré le personnage de Gentry. Lui aussi travaille pour les parents d’Edward. Il est l’ami d’Antoinette et on le ressent bien. Il ne recule devant rien et Antoinette peut compter sur lui pour l’aider. Il a toujours un tour dans son sac qui lui permet de se sortir de mauvais pas.

Ce cocktail de personnages sympathique et peu stéréotypé m’a beaucoup plu. J’avoue que Mirelle, une femme hollandaise qui va croiser la route de Tina ne m’a pas plus plu que cela mais les personnages britanniques sont divins !

J’ai retrouvé le je-ne-sais-quoi britannique de Conan Doyle par moments, j’ai adoré!

Un mélange des genres assez sympathique.

Lorsque l’on voit les mots « nurse anglaise », « earl grey » et « pension », on s’attend à tout sauf à l’humour et à la dérision. Anne Kessou ouvre la porte à une histoire particulièrement fine et drôle. Ce mélange entre aristocratie britannique et humour est détonnant. Souvent, on dit que les anglais manquent d’humour. L’auteure nous prouve ici que c’est tout le contraire.

L’intrigue tient en haleine le lecteur jusqu’au bout. Je ne m’attendais pas à voyager autant avec Tina : on démarre à Londres, puis Tina part s’installer à Paris et se dirige vers les Pays Bas pour sa première mission comme femme de ménage pour la CLEAN. Une agence farfelue dirigée par un homme farfelu. J’ai trouvé cela brillant.

La première mission de Tina, accompagnée de Mireille, se trouve dans la pension de Mrs Scragge. J’avoue que j’ai été confrontée à quelques longueurs à partir du moment où Tina arrive aux Pays Bas. L’enquête policière est assez prenante en plus! Mis à part ses longueurs, je ne trouve aucune fausse note à ce roman.

La plume d’Anne Kessou.

J’ai adoré la lecture de ce premier épisode. J’espère pouvoir poursuivre ma lecture et découvrir les autres missions et aventures de Tina. C’est plein d’humour, de pep’s et de dynamisme. Je recommande à toutes et à tous.

Les – :

  • Quelques longueurs.
  • Le personnage de Mireille qui m’a peu laissé de marbre.

Les + :

  • Les personnages britanniques qui sont au top.
  • Les différents voyages.
  • La plume de l’auteure.
  • La touche d’humour.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Never give up – Tome 2 de F.S. Gauthier

51oGtjNyB+L._SX195_.jpgRésumé : Après une confrontation assez houleuse avec son père, Gaby passe à la seconde phase de son plan : se montrer plus docile chaque jour pour mieux tromper son monde, mais ce qu’elle va découvrir dépasse tout ce qu’elle a pu imaginer. Avertissement : ce roman contient des scènes de violence physique et psychologique. Il est destiné à un public adulte.

Mon avis : Je tiens à remercier F.S. Gauthier pour l’envoi de ses deux tomes. Voilà un tome deux d’une romance new adult qui a eu le mérite de me détendre.

Il y a quelques mois de cela, j’ai publié ma chronique sur le premier tome des aventures de Gaby & d’Ice. Suite à une rencontre assez houleuse, déroutante et enivrante avec un des « gorilles » de son père, Gaby se retrouve propulsé de force dans un monde qu’elle n’aime pas : celui de son père.

Deux personnages forts et une relation alchimique.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu et ressenti autant de tensions entre deux personnes. On sent extrêmement bien que Gaby et Ice sont attirés mutuellement. Gaby a un caractère explosif et ne se laisse pas faire. On remarque rapidement qu’elle est loin d’être bête et qu’elle parvient bien souvent à ses fins. Elle n’a pas peur de son père malgré le statut de mafieux qu’il a. Elle ne supporte plus tous ces secrets et finit par découvrir de vilaines choses sur sa famille. Bizarrement, Ice m’a plus touché ici que dans le premier tome. Il prouve encore une fois que les apparences sont trompeuses. Si au départ je l’ai pris pour une grosse brute sans conscience, rapidement, je me suis rendue compte que je me mettais le doigt dans l’œil. C’est une personne qui sait où elle veut aller et qui prouve qu’il ne faut pas que des muscles pour arriver à ses fins.

On a donc un couple de protagonistes assez intéressant. Les caractères sont très différents ainsi que les modes de vie mais l’alchimie physique entre ces deux-là est plus forte que tout.

Histoires de famille & manipulation : le cocktail parfait pour une intrigue intense.

On ne s’ennuie pas dans cette lecture. J’avais un peu peur de remettre mon nez dans la lecture après une coupure de plusieurs mois entre la lecture du premier tome et du second. J’ai été ravie de constater que les mois n’ont pas eu raison de mon engouement.

On se retrouve avec une intrigue intense. On est au cœur de la Colombie et qui dit Colombie dit bien souvent trafic de substances illicites en tout genre. C’est de cette manière que se démarque le père de Gaby. Il est connu pour être sans foi ni loi et n’a peur de rien pour parvenir à vendre sa came et à récupérer son argent.

On comprend rapidement qu’il y a quelque chose qui cloche avec la mort de la mère de Gaby. Elle ne lâchera pas le morceau avant d’avoir le fin mot de l’histoire. J’ai trouvé cette partie de l’intrigue vraiment prenante. On constate bien l’évolution de Gaby à travers ses mots : on n’est plus à l’époque où son père parvenait à la manipuler. Elle va tout faire pour faire comprendre à son père qu’elle ne se mariera pas avec un de ses hommes. Elle ne veut pas voir sa vie réduite à cela. Elle va avoir besoin d’aide et c’est là que le personnage d’Ice entre en jeu et montre son ambivalence. Comment faire pour faire confiance à un homme de main d’un père que l’on déteste ? J’ai trouvé le traitement de cette question intéressante.

Il y a eu deux petits points qui m’ont un peu déstabilisé mais j’ai été prévenue dès le résumé. La violence physique et morale est présente. J’avoue que l’on est dans un milieu où l’on peut en trouver. La crédibilité de l’action n’en est pas entachée donc mais j’avoue que mon petit cœur a raté quelques battements.

L’autre petit point qui m’a ennuyé et que j’avais déjà soulevé dans le premier tome, c’est cette franchise et vulgarité dans les propos et surtout dans les ébats physiques.

La plume de F.S. Gauthier.

Je suis contente d’avoir pu découvrir sa plume. Je recommencerai avec grand plaisir. L’histoire est prenante, bien rythmée et moderne.

Les – :

  • La violence physique et morale.
  • La franchise dans les propos des fois un peu vulgaires pour moi.

Les + :

  • Un duo atypique qui nous promet de beaux moments.
  • Une intrigue explosive que j’ai appréciée.
  • Une plume très sympathique qui nous fait passer un bon moment de lecture.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Emmène-moi à l’océan – Nelly Weaver

41qTVAI518L.jpgRésumé : La vie peut être aussi monotone qu’excitante. Le but est de trouver ce petit truc, ce détail insignifiant qui vous fait vibrer. Celui qui vous fait dire : je suis vivant. Je n’ai longtemps été qu’une âme vagabonde sans trouver un sens à ma vie. Il faut parfois s’armer de patience et un jour, vous vous levez et vous dites que c’est aujourd’hui que tout doit changer. Vous retroussez alors vos manches et vous ne désirez qu’une chose, donner un sens à votre existence. L’océan, c’est ma came. Chaque jour, je laisse l’adrénaline me parcourir comme une envie irrésistible. Je ne peux pas m’en passer. Aujourd’hui, j’ai tout ce dont j’ai besoin. Des amis sur qui je pourrai toujours compter, un travail qui me comble et bien évidemment, mes vagues. Je pensais ma vie parfaite. Et puis, je l’ai rencontrée. Et puis, tout a changé.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Nelly Weaver pour l’envoi de son roman en service presse. En effet, j’ai la chance d’avoir pu lire tous les romans de Nelly (Pour l’instant, on a la saga de toi, moi et les étoiles ainsi que ce roman ci.). J’ai pu découvrir ce roman via Simplement.pro.

Un univers exploité qui ne l’a jamais vraiment été.

Ce que j’ai apprécié ici, c’est le fait que l’on utilise un univers que je n’ai pas rencontré très souvent dans mes romans. En effet, on s’intéresse au surf, à l’océan et à l’amour que certains peuvent ressentir pour cette immense étendue d’eau. J’ai trouvé que l’auteure a extrêmement bien exploité cela. On se rend rapidement compte que l’océan est un personnage à part entière dans ce roman. C’est vraiment très bien trouvé.

L’intrigue.

Là où Nelly parvient à nous tenir en haleine c’est dans la construction de son roman. En effet, on pourrait croire qu’il s’agit d’une romance basique avec l’océan au milieu mais pas du tout ! On a plusieurs histoires dans ce roman qui finissent par se croiser, s’entrechoquer et qui maintiennent le lecteur en haleine.

La ville de Big Sur est une ville dans laquelle on apprécie se balader. L’auteure parvient à décrire de superbes endroits. On s’y croirait.

Ce roman est une réelle ode à l’amitié. C’est très intéressant.

La plume de Nelly.

Si j’avais apprécié découvrir l’univers de sa saga précédente, ici, je suis complètement sous le charme ! Le récit est plus clair, plus fouillé, les psychologies des personnages sont creusées, cherchées. Cela fait plaisir à lire et ce roman devient un véritable page turner. Honnêtement, j’ai mis réellement mon nez dedans hier en fin de matinée et j’ai terminé ma lecture vers minuit en lisant à table (oui, je suis une vilaine) mais le samedi soir, on fait ce qu’on veut ! On sent vraiment que l’auteure prend de l’assurance dans ses mots et dans la construction de ses idées. C’est excellent !

Ce roman frôle le coup de cœur, vraiment. Je ne peux que vous conseiller de le lire si vous appréciez la romance new-adult. Je vous préviens aussi : il y a des scènes de sexe. Cependant, elles ne sont pas vulgaires outre mesure et sont très bien maîtrisées.

Les – :

  • Le côté dominant d’un des personnages du roman. 

Les + :

  • Le panel de personnages que j’ai adoré ! Il n’y a aucune fausse note.
  • La plume de Nelly ♥♥♥
  • L’univers du surf et la place de l’océan dans cette histoire.
  • Une famille que l’on ne veut pas quitter.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

13

L’appel de ton sang – Alexandra Lanoix

51nkJ4lZXLL.jpgRésumé : Rose est un vampire vieux de 200 ans. Celle-ci n’aspire qu’à une seule chose, retrouver la goutte de sang du premier tueur de vampires, qui lui donnera la possibilité de devenir humaine à nouveau. Lors d’un séjour chez son servant humain Caleb, Rose va être terriblement attirée par Samuel, un libraire humain et handicapé. Elle se pose bien des questions, car l’appel du sang ne se manifeste seulement pour trouver l’âme sœur qu’entre vampires. Pourtant, Rose est obsédée par Samuel et veut en savoir plus sur celui qui fait chavirer son existence et ses croyances.

Mon avis : Je remercie Alexandra Lanoix pour l’envoi de son roman en service de presse. Il était depuis quelques temps dans ma liseuse. J’avais adoré Shape of you de cette auteure, c’était donc avec plaisir que j’ai accepté de la découvrir dans un tout autre univers.

Un univers fantastique en toile de fond.

Ma tête se crispe toujours quand je lis un résumé et que le mot « vampire » apparait. En effet, après ma lecture de la saga Twilight, je n’ai jamais vraiment trouvé quelque chose qui avait su me plaire autant.

Ce que j’ai apprécié ici c’est le fait que le roman n’est pas une histoire fantastique mais une réelle romance. En effet, on a une vampire, Rose, qui est un vampire. Elle aspire à redevenir une humaine. « L’appel du sang » est une expression pour signifier un coup de foudre. J’ai apprécié le fait qu’ici ce côté vampirique passe en toile de fond et que l’on n’ait pas des attaques en masse, des crocs sortis toutes les cinq minutes et tout le reste du petit kit du parfait vampire.

Une romance.

On fait la rencontre de Rose, qui est un vampire de 200 ans. Tout ce qu’elle veut, elle, s’est redevenir humaine, avoir une vie de femme et de mère comblée. C’est pour cette raison qu’elle est à la recherche de quelque chose de très particulier : la goutte de sang du premier tueur de vampire. C’est la seule chose qui pourrait lui permettre de redevenir humaine. C’est un personnage coriace qui m’a beaucoup plu. Elle n’abandonne jamais son combat

On fait aussi la rencontre de Samuel. Cet homme est un humain. Il est libraire. C’est aussi un homme qui vit avec un handicap mais cela n’enlève rien de son charme pour moi. C’est un homme brillant, persévérant et très charmant. J’ai rapidement apprécié ce personnage qui ne baisse pas les bras devant les difficultés qu’il peut rencontrer malgré le fait qu’il mène une vie tranquille et qu’il y est résigné.

Il y a une certaine alchimie entre ces deux personnages qui est assez saisissante. J’ai apprécié ce qu’ils deviennent au fil des pages. C’est très sympathique à découvrir.

L’intrigue.

Comme je l’ai dit ci-dessus, l’histoire d’amour prend le dessus sur le côté vampirique du roman. Pourtant, par moments, cela revient en force. J’ai trouvé qu’il y avait trop de conflits physiques dans cette histoire. C’est une histoire que j’ai appréciée mais il m’a manqué quelque chose pour que cela soit un coup de cœur.

La plume d’Alexandra Lanoix.

Encore une fois, l’auteure a su me charmer avec ses mots. C’est assez sympathique parce qu’au final, le genre bit lit que j’apprécie à petites doses est très bien passé ici mis à part les violences et bagarres. La plume d’Alexandra Lanoix à l’effet d’un charmeur sur son serpent. Je suis séduite et conquise.

Il me reste un roman de l’auteure à découvrir Protection très rapprochée que je découvrirai ce mois-ci si tout va comme je l’espère.

Les – :

  • Trop de conflits.

Les + :

  • Rose et Samuel qui sont deux personnages principaux très différents mais l’alchimie est parfaite entre eux.
  • L’intrigue que j’ai appréciée.
  • La romance sur une toile de fond bit lit pas trop présente (c’est cool ! J’en ai marre des vampires ^^)
  • La plume de l’auteure.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie