24

Bilan de Décembre 2017

images

Bonjour tout le monde, avec ce bilan mensuel, on clôt une année aussi. Une année dont je ne suis pas peu fière. Je suis parvenue à trouver un équilibre entre passion, famille et travail et ça c’était très compliqué puisqu’on ajoute aussi : les études.

Je suis heureuse d’avoir rencontré des personnes qui m’ont beaucoup apportés comme Dilshad que je suis très heureuse d’avoir rencontré. Elle m’a beaucoup apporté et j’espère qu’une longue amitié se poursuivra par la suite!

J’ai aussi rencontré des auteurs que j’ai beaucoup apprécié mais pour cela, je vous renvoie à mes chroniques, il serait trop long de remercier tout le monde pour leur confiance.

51909888.jpg

J’ai beaucoup lu ce mois-ci -merci les vacances- je suis fière des romans que j’ai lu!

 

 

51909888

En quelques chiffres, chez Satine’s books, l’année 2017 c’est 203 romans écoutés et lus soit 56.649 pages tournées et 204 heures 04 minutes d’écoute =) mais aussi plus de 15.000 visites et de 3.000 commentaires plus de 700 likes et 190 abonnés. Merci aux commentateurs, visiteurs et auteurs. Ainsi qu’aux Maisons d’Editions avec qui j’adore travailler et qui me font confiance depuis tellement d’années! Je suis aussi très heureuse de travailler avec les nouvelles ME qui m’ont accueillies à bras ouverts! 

On se revoit en janvier pour un nouveau bilan. En attendant, joyeuses fêtes et bonne année à vous! Attention, alcool avec modération les cocos ! 

 

Publicités
10

L’énigme de la clé – Véronique Avart     

51rgHIeE5BL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : C’est un polar enrobé de mystère. Cette toute jeune fille élevée dans la stricte observance de la religion, ne s’échappe de son quotidien qu’en rêvant de vampires; d’où son nom péjoratif de Draculine. Elle n’est pas préparée à tout ce qui va lui arriver: mauvaise rencontre,petits voyous, meurtres, confrontations avec la police… Et puis cet homme étrange et apparemment bien sous tous rapports. N’est-ce encore le fruit de son imagination ou est-ce un vampire doté de pouvoirs surprenants?
Caroline voulait vivre la vie, la vraie, quitter son village où une existence morne et pieuse l’étouffait. Elle trouva un emploi dans une agence de voyage par recommandation. Mais sur le chemin de l’église, proie facile et ingénue, elle tomba dans les filets d’un petit voyou. Suite à la mort suspecte d’un de ses amis s’enchainèrent une suite d’évènements la mêlant à la police et le grand banditisme.
Et puis Dimitri, cet homme étrange et apparemment bien sous tous rapports. Est-ce encore le fruit de son imagination ou est-ce un vampire doté de pouvoirs surprenants ? Que veut-il ? Pourquoi s’intéresse-t-il à elle ? Et quelle est cette clef dont elle rêve constamment ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement Véronique Avart pour l’envoi de ce service presse qui m’a permis de passer un bon moment de lecture avec Caroline. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman qui met en scène des vampires.

On fait la rencontre de Caroline, une jeune femme qui semble avoir une double vie. J’ai beaucoup apprécié ce personnage plein de courage. En effet, elle quitte sa petite ville où rien ne se passe. Elle part à l’inconnu pour éviter de mourir d’ennui étouffée par la religion.

On la retrouve dans une ville où elle a trouvé un travail, des amis et où tout va pour le mieux pour elle. Cependant, dès le premier chapitre, on apprend que Caroline mène une double vie, elle est vraiment très surprenante. La nuit, elle mène une vie de débauche, entre drogue, alcool et sexe, la Caroline nocturne n’a rien à voir avec la personne qu’elle est durant le jour. C’est le cas de le dire, il semblerait que deux personnalités se côtoient dans ce corps : c’est le jour et la nuit.

Ce personnage divisé en deux ainsi que son attirance pour la vie vampirique m’ont beaucoup plu et apporte beaucoup au roman. Cependant, j’ai trouvé quelques longueurs qui ont quelque peu ralenti ma lecture mais rien de bien grave.

On retrouve deux personnages masculins qui évoluent dans la sphère de Caroline. Patrice et Dimitri. Patrice est un voyou, il plait énormément à Caroline et l’entraine dans sa vie de débauche. Elle ne parvient pas à se débarrasser de cet homme qui la manipule à souhait. Il me fut complètement détestable et reste un bon personnage que l’on apprécie détester. Dimitri, lui, est un personnage très mystérieux, on ne sait pas s’il est là pour aider notre chère Caroline ou l’enfoncer encore plus dans une vie qu’elle ne maitrise plus.

J’ai beaucoup apprécié la diversité des péripéties, des personnages et des réseaux sociaux très différents que l’on côtoie. C’est très bien ficelé, on est propulsé dans un univers assez incroyable. On y croit sans aucun problème.

J’aime beaucoup le mystère qui plane dans cette histoire. C’est très mystérieux et l’on suit l’histoire très facilement. C’est très agréable.

Je pense que Véronique Avart à un talent certain qu’il faut découvrir. C’est très bien écrit, on est pris dans un rythme frénétique qui ne s’arrête pas avant la fin de l’histoire. Je ne peux que conseiller ce roman aux fans de fantastique, de belles histoires et de vampires !

Ma note : 17/20

16

Twilight – Tome 3 : Hésitation – Stephenie Meyer

téléchargementRésumé : Bella est perdue. Déchirée entre les deux hommes qu’elle aime, elle choisit finalement d’épouser Edward. Mais lorsqu’elle revoit Jacob, elle n’est plus sûre de rien : souhaite-t-elle vraiment qu’Edward la transforme en vampire après leur mariage ? Mais surtout, doit-elle ensevelir le sentiment d’amour qui la submerge lorsqu’elle est face à Jacob ? La confusion règne dans son esprit déjà perturbé par les Volturi et Victoria, qui la menacent toujours…

Mon avis : J’ai repris l’écoute de cette saga qui a bercé mon adolescence. J’ai eu une envie soudaine. Par la même occasion, j’ai regardé en mode marathon les films avec ma très chère amie Laura qui ne connaissait pas mais qui a adoré !

Hésitation est sans doute mon tome préféré avec le premier. En effet, je trouve qu’il fait bouger l’histoire dans un premier temps et lui donne un nouvel aspect qui m’a beaucoup plu. On arrive à la croisée des chemins, le fameux moment ou Bella doit choisir entre le feu et la glace entre Édouard et Jacob entre l’amour de sa vie qui l’a trahi une première fois et l’ami qui lui a fait la promesse de toujours être là pour lui.

J’ai adoré le concept de l’amour plus fort que la raison. Malgré le fait que l’on suive tout au long de la lecture de ce tome, les pérégrinations de Bella, par moment, elle m’a encore fait lever les yeux au ciel comme à son habitude.

J’ai apprécié suivre l’histoire vampirique en parallèle de l’histoire d’amour et de ce triangle amoureux. C’est assez captivant de voir avec quelle facilité Stephenie Meyer parvient à me faire replonger dans son univers en deux temps trois mouvements.

Ce n’est un secret pour personne, je suis du côté d’Edouard. Jacob est trop exubérant et certain de lui. Il a tendance à grandement m’énerver.

J’ai vraiment apprécié le duel entre les deux jeunes hommes qui sont vraiment aux antipodes. Le feu et la glace, l’être vampirique et le loup garou. Une seule chose les réunis : Bella. C’était vraiment un bon moment.

J’ai apprécié une nouvelle fois, découvrir les histoires personnelles de nos vampires préférés : j’ai une nette préférence pour l’histoire de Rosalie et la manière dont elle s’est vengée.

En parlant de vengeance, l’une se déroule sous nos yeux puisque l’on retrouve la rouquine Victoria. Je l’ai trouvé exquise à souhait dans ce troisième opus. Elle est très intelligente et rusée et elle aussi, par amour, ferai n’importe quoi pour venger son amour, James, tué par les mains d’Edouard dans le premier tome.

En parlant d’Edouard, j’ai trouvé que c’était un personnage brillant dans ce roman. Je l’ai trouvé, une nouvelle fois parfait, il est intelligent, drôle, charmeur. En revanche, son côté hyper protecteur envers Bella m’a tapé sur le système. J’aurais voulu un peu d’indépendance ; de volonté de la part de cette dernière pour dire que ce n’est pas un pantin mais bon… On ne peut pas tout avoir.

Le noyau principal de l’histoire et de l’intrigue de ce troisième tome reste toujours la même : l’amour de Bella et d’Edouard, ils sont indivisibles, ils ne font qu’un. Leur amour est quelque chose de précieux et c’est très plaisant à lire.

Avec une intrigue intéressante, un panel de personnages qui grossit et une plume au service d’un univers fantastique dans lequel j’ai apprécié me plonger, ce troisième opus présage quelque chose de fantastique pour le dernier tome de la saga.

Ma note : 16/20

18

Cupcakes et compagnie : tome 1 – La gourmandise n’est pas du tout un vilain défaut – Lisa Papademetriou

téléchargement (2)Résumé : La vie d’Hayley est loin d’être du gâteau : ses parents ont divorcé, sa mère a perdu son travail et elle est coincée dans la même chambre que sa petite sœur Chloé depuis qu’elles habitent dans l’appartement de leur grand-mère. Quand rien ne va plus, Hayley a une recette infaillible : dégainer sucre, farine et spatule, pour confectionner de délicieux cupcakes. Car la pâtisserie rend toujours la vie d’Hayley plus douce ! Mais quand sa meilleure amie, Artie et elle commencent à s’éloigner, Hayley comprend qu’il va lui falloir un peu plus que du sucre et quelques épices pour sauver leur amitié.

Mon avis : J’ai choisi ce roman chez France Loisirs parce que j’ai trouvé la couverture très agréable à l’œil et j’aime beaucoup les romans qui mêlent histoire et cuisine. Je trouve que c’est un sujet assez sympathique quand il est bien traité et que cela donne de bonnes idées pour prendre des petits kilos… !

J’ai fait la connaissance du personnage d’Hayley que j’ai tout de suite apprécié. C’est une jeune fille qui n’a pas peur des autres, elle n’a pas froid aux yeux.

C’est une adolescence qui a plein de problèmes personnels : en premier lieu, le divorce de ses parents qui a fait beaucoup de dégâts. Sa maman est au plus bas, sa sœur a un ami imaginaire, c’est une petite fille pleine de vie qui se fait rapidement cataloguer à l’école comme étant une petite fille particulière, dérangée même. Cela fait beaucoup de mal à Hayley qui voit sa sœur comme un ange.

J’ai beaucoup apprécié la relation d’Hayley avec sa grand-mère. Il y a un sens de la famille incroyable qui se dégage de cette famille. Elles sont toutes solidaires et se serrent les coudes pour s’en sortir. J’ai trouvé cela très beau, j’ai trouvé que cette notion familiale est mise en avant d’une manière intelligente. Les relations qu’Hayley entretient avec son père et sa nouvelle compagne sont beaucoup plus compliquées, en effet, c’est vraiment un couple père/fille qui est fissuré par le choix de ce père qui a laissé sa famille pour partir vivre sa vie.

L’apport de la cuisine et plus particulièrement des cupcakes dans le roman est quelque chose de très bien ! En effet, l’auteure parvient à amener ce sujet de manière très délicate. Quand Hayley ne parvient plus à comprendre ni à faire de choix, elle cuisine. Ainsi, cela lui permet de se poser, de prendre du temps pour elle. Elle cuisine pour le salon de thé pour sa grand-mère. J’ai encore beaucoup apprécié ce petit clin d’œil à la famille et aux liens importants que ses membres tissent tout au long du roman.

On comprend très rapidement que c’est une lecture destinée aux jeunes mais cela peut facilement se laisser lire par les lecteurs plus adultes.

Les problèmes d’adolescents font surface : les amoureux, l’amitié, les garçons. On tourne surtout autour de ces sujets. Artie, sa meilleure amie avec qui elle vit tout depuis toujours montre des signes de délaissement et d’éloignement : ce qui est la faute d’une relation avec un garçon. Ainsi Hayley découvre d’autres personnes à qui elle n’avait pas forcément fait attention avant. J’ai trouvé ceci intelligent de la part de l’auteur. Quand une très bonne amie s’éloigne, on se retrouve seule et on pense que c’est la fin du monde parce que l’on a tout centralisé sur cette amitié. Ainsi, on se retrouve seule et on découvre, on découvre d’autres gens et on comprend que l’on respire quand même. C’est bien de le souligne.

La plume de l’auteure était sympathique. Ce fut une lecture agréable et j’ai vraiment adoré découvrir les aventures d’Hayley, j’espère pouvoir rapidement lire la suite une fois que France Loisirs aura décidé de la sortir !

Ma note : 15/20

10

Quand souffle le vent du Nord – Daniel Glattauer

41S7s6nGeQL._SX346_BO1,204,203,200_Résumé : En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d’adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s’excuse, et, peu à peu, un dialogue s’engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s’étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l’un pour l’autre une certaine fascination. Alors même qu’ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l’autre… De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d’un chagrin d’amour. Un jour, pourtant – enfin ! –, ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s’imposent une règle : reconnaître l’autre qu’ils n’ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler…

Mon avis : J’ai choisi ce livre audio à la médiathèque parce que j’ai beaucoup apprécié la couverture que je trouvais très poétique. C’est vraiment propice à l’écoute, à la rêverie, alors j’ai tenté. Malheureusement, bien que touchée, j’ai coulé.

On fait la rencontre de Léo Leike et d’Emma Rothner qui sont deux personnes qui ne se connaissent pas. En effet, c’est via une erreur d’adresse mail qu’ils se rencontrent. Enfin, ils ne se « rencontrent » pas, ils se parlent via leurs adresses mail.

Ils apprennent à se connaitre, à se comprendre. Et je vous avoue que je n’ai absolument pas compris le personnage d’Emma. Qu’est-ce qu’elle m’a tapé sur les nerfs ! Elle est vindicative, assez sure d’elle et très égoïste selon moi. C’est le genre de personne qui veut tout et qui ne veut pas faire de concessions et cela m’est insupportable : c’est un comportement que je déteste. Cependant, la seule personne qui est parvenue à sauver l’histoire c’est Léo que j’ai trouvé tellement patient, intelligent, cultivé et intéressant. C’est vraiment un personnage masculin comme je les aime mais il a vraiment été mis à rude épreuve.

L’auteur parvient à glisser un troisième personnage environ au milieu de l’histoire pour redonner un souffle nouveau à cette drôle d’histoire ; le mari d’Emma qui vient se mettre à genou par mail devant Léo pour le supplier de faire ce qu’Emma lui demande de faire parce qu’elle est malheureuse : on atteint des sommets qui m’ont fait lever les yeux au ciel.

Je ne vous parle même pas le fin de cette histoire qui m’a vraiment fait râler dans ma voiture (oui, j’écoute mes livres audio exclusivement dans ma voiture). J’étais sur les fesses et j’ai même dit « tout ça pour ça ! »

L’intrigue tourne en rond et je n’ai pas trouvé d’utilité à cette fin.

J’ai vraiment été déçue par cette écoute, heureusement qu’elle fut courte. Je n’ai jamais mis de note en dessous de la moyenne (à part à Emma Bovary qui m’a ennuyé tout au long de son histoire, désolée Flaubert !) malheureusement, ici, je fais une impasse. Je ne peux pas vous conseiller cette écoute ou lecture. Ce fut pour moi une déception totale, même le personnage de Léo n’a pas su faire remonter la note jusqu’à 10/20…

Ma note : 08/20

16

Apnée – Alice Laujean

apnee-955047.jpgRésumé :  » Aimer jusqu’à l’impossible, c’est possible ? » Elle s’appelle Mary, elle voudrait fuir son passé. Il s’appelle Ryan,il voudrait fuir son avenir. Pourtant un soir, une nuit aux frontières de la folie, tout va basculer. Une rencontre, un échange douloureux voir sulfureux va bousculer leurs idées reçues. De Los Angeles à New York en passant par la Floride, leurs sentiments vont être mis à rudes épreuves. Sexe, mensonges et trahison vont s’immiscer dans leur vie. L’amour sera-t-il assez fort pour vaincre leurs démons et se pardonner mutuellement ? Une histoire tumultueuse qui viendra confirmer le proverbe de Blaise Pascal :  » L’amour a ses raisons que la raison ne connait point. »

Mon avis : Je remercie Alice Laujean pour l’envoi de ce roman en Service Presse. En effet, j’ai passé un bon moment avec ce roman.

J’ai été attiré par cette couverture pleine de promesse, d’amour et de sensualité. J’ai trouvé cela remarquable et j’ai voulu me lancer dans cette lecture rapidement.

Cependant, la lecture de ce roman n’est pas un coup de cœur, c’est dommage parce que tout était là pour que je passe un excellent moment mais ce n’est pas bien grave, j’ai passé un bon moment de lecture et cela est le principal pour moi.

On fait la rencontre de Mary et de Ryan, deux jeunes gens attirés l’un par l’autre. C’est vraiment un amour très fort, physique qui les prend et qui souffle tout sur son passage. J’ai apprécié suivre leurs aventures à travers les Etats-Unis. Ce sont deux personnages qui se ressemblent, ils ont un passé douloureux bien qu’ils soient aux antipodes. L’auteure instaure un jeu du chat et de la souris tout au long du roman.

Vous savez que c’est une notion compliquée pour moi parce qu’elle me lasse rapidement quand c’est constant. C’est ce qui s’est passé ici, malheureusement. J’ai perdu mon rythme de lecture au moment où ces deux personnages ne font que se repousser et s’attirer tout au long des pages. J’ai trouvé ça redondant et forcément, j’ai trouvé quelques longueurs, c’est normal. Le fait que l’on perçoive une certaine tension entre les deux et que quelques lignes plus tard, ils se rapprochent m’a légèrement désarçonnée, je ne suis pas forcément fan de ce genre de comportement.

Malgré ce point négatif, je suis parvenue à trouver des choses très intéressantes. Je ne suis pas parvenue à me retrouver dans le personnage de Ryan qui est, pour moi, trop sombre mais j’ai beaucoup apprécié le personnage de Mary qui est très détaillée. L’auteure a fait un travail formidable sur ce personnage et sur sa psychologie qui est selon moi très intéressante. C’est vraiment remarquable.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure qui est très belle. Elle nous véhicule beaucoup d’émotions : on se retient tout au long du roman de pleurer, d’hurler. On passe d’une émotion à une autre en quelques secondes : c’est un ascenseur émotionnel intense que l’on nous présente là. La plume d’Alice est pleine de ressources, à l’image de son roman. On nous partage énormément.

Le roman d’Alice Laujean est une preuve qu’un roman doit être lu jusqu’à la fin pour pouvoir se faire un avis. Même si j’ai pu trouver des points négatifs, j’ai aussi su trouver des choses qui m’ont plu et qui m’ont permis de terminer ma lecture sans penser que c’est une lecture qui n’est pas faite pour moi. J’en ressors grandit sur ma manière d’appréhender ce roman et les éléments que l’on nous propose.

Bravo Alice pour ce roman. Ma lecture fut appréciable, merci !

Ma note : 14/20

 

18

Alan Lambin et le fantôme au crayon – Jean Marc Dhainaut

CVT_Alan-Lambin-et-le-fantome-au-crayon-visuel_322Résumé : 6 ans avant La Maison bleu horizon, Alan Lambin était déjà confronté à l’impensable.
Une enquête inédite explorant le monde du paranormal avec sensibilité et émotion…

Mon avis : Je remercie de nouveau les éditions Taurnada pour lesquelles j’ai reçu ce Service Presse. C’est avec grand plaisir que je me suis lancée dans la lecture de cette nouvelle. Oui, depuis peu j’essaye de me réconcilier avec le genre ce qui explique pourquoi vous en voyez de plus en plus sur mon blog. Je ne suis pas mécontente de m’être laissée tenter par celle-ci.

Dans un premier temps, je voulais vous parler de la couverture de cette nouvelle qui m’a beaucoup plus, je l’ai trouvé en adéquation avec le thème de cette nouvelle. J’ai trouvé l’esquisse du portrait très belle, très poétique et c’est une manière forte intéressante de nous mettre, au premier coup d’œil, dans le vif du sujet.

Dans un second temps, souvenez-vous, j’avais beaucoup apprécié le roman de Jean Marc Dhainaut qui avait pour personnage principal : Alan Lambin. On le retrouvait alors dans le roman « La maison bleu horizon » qui m’avait beaucoup plu. C’est vraiment un plaisir de trouver de nouveau la plume de l’auteur qui m’avait tant plus dans ce premier roman.

On le retrouve ici à ses débuts, lorsque c’est un jeune spécialiste des apparitions en tout genre. Il est confronté à un fantôme assez particulier.

Encore une fois, l’auteur n’a eu aucun mal à me transporter dans son univers malgré le peu de pages que j’ai eu à me mettre sous la dent : en effet, j’ai trouvé cela assez sympathique d’être replongé dans l’univers des apparitions, des fantômes, des secrets de famille et des vieilles maisons qui craquent. J’ai adoré y retourner.

J’ai beaucoup apprécié en apprendre plus sur le personnage d’Alan qui m’est apparu comme étant beaucoup plus humain, moins froid que dans le roman dans lequel je l’avais découvert.

L’intrigue est lancée : On retrouve une mère complètement perdue, en effet, elle n’a plus aucune nouvelle de son enfant disparu depuis quelques temps. Elle est complètement désemparée et ne parvient pas à reprendre goût à la vie. Le fantôme au crayon nous permet donc de comprendre ce qui est arrivé à ce petit garçon et d’aider sa mère à faire face à la réalité des faits : son fils est mort. C’est une triste réalité très compliquée à accepter. Cependant, on se rend rapidement compte qu’il vaut mieux avoir la vérité sous les yeux, même si elle fait si mal que l’on a du mal à respirer plutôt que de vivre dans le doute et la crainte de la nouvelle. J’ai trouvé cet aspect très bien traité dans ce roman.

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé la plume de Jean Marc Dhainaut : en effet, elle est chargée d’émotions. On retrouve cette particularité qui fait que l’on se retrouve dans un univers bien particulier qui nous offre beaucoup de choses. C’est une nouvelle pleine d’émotions : on parvient à vivre les évènements avec Alan et cette pauvre femme qui ne veut que la vérité.

J’ai trouvé l’idée du dessin très belle sur la fin. Elle nous insuffle un message d’espoir et de repos tant mérité pour cette femme.

A mon avis, Jean Marc Dhainaut nous prouve que son personnage principal est plein de ressources et que ce dernier peut vraiment devenir un acteur récurrent des récits de Jean Marc Dhainaut. J’aimerai beaucoup avoir d’autres aventures de ce personnage et d’en découvrir plus sur lui, cela serai vraiment très sympathique.

Encore merci pour la découverte de cette nouvelle qui me permet de faire un pas en avant avec ce genre que je boudais depuis quelques années.

Ma note : 16/20