6

Un accord incongru! – Lhattie Haniel

51JJ2yWd41L._SX210_Résumé : Miss Dolly Green était anéantie par la demande du vieux duc. Ce marché, bien qu’incroyablement culotté, était peut-être le seul moyen pour elle de survivre. Elle venait de perdre son petit domaine et n’avait plus que sa beauté pour elle. Elle n’avait donc plus les moyens de rêver. Le bel Anton ne serait plus, à jamais, qu’un souvenir qu’elle pourrait chérir en secret…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Lhattie pour sa gentillesse et sa sympathie à mon égard. C’est un très grand plaisir d’échanger avec elle, elle est dynamique, pétillante et très drôle. C’est un plaisir de voir que des auteurs gardent leur intégrité (même si le succès est au rendez-vous), la tête sur les épaules et leur accessibilité. Merci Lhattie pour ce sublime roman que j’ai pu lire.

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas passé un bon moment avec un si bon roman du genre romance historique. Quel plaisir de retrouver mon genre préféré avec un excellent roman !

Nous faisons la connaissance de Miss Dolly Green qui est une jeune femme très gentille, douce, belle et intelligente. Elle ne se considère pas au-dessus des autres sous prétexte qu’elle est née sous une petite étoile qui la propulse dans la haute société. En effet, Dolly n’a que l’étiquette, la fortune qui est censée aller avec le titre de Dolly n’est plus au rendez-vous. Elle vit humblement dans sa petite propriété. J’ai trouvé ce personnage très attachant et vraiment très intéressant d’un point de vue du roman.

Par ailleurs, nous faisons aussi la rencontre de deux personnages masculins aux antipodes : Anton, un bel homme qui tombe directement sous le charme de Miss Green. Prévenant et charmeur, il est l’archétype du gentleman de son époque. Je l’ai trouvé très romantique. J’ai beaucoup apprécié ce personnage. Nous rencontrons aussi Lord Henry Grey qui est un duc qui cherche à se caser pour éviter de donner la moitié de sa fortune à la couronne d’Angleterre. Homme charmant, comme vous pouvez le constater. Il n’épargne pas nouvelle compagne Dolly, qu’il parvient à tenir sous sa coupe pour la sortir de ses problèmes d’argent et d’hébergement.

Lors Henry Grey représente l’autorité masculine que l’homme représentait pour la femme à cette époque, à ce siècle. Il ne laisse aucun répit à Dolly qui doit se plier aux règles et qui est forcé à faire ce qu’il veut quand il veut. J’ai trouvé cela déroutant mais cruellement vrai.

Prise au piège dans ce château, Dolly se lie très rapidement d’amitié avec Ethel, la domestique qui devient rapidement son amie. Chaque jour, elle parle, se confie et devient très proche de sa nouvelle amie. On sent une réelle présence d’amour et d’amitié entre ces deux femmes, c’est une belle relation.

De plus, j’ai vraiment apprécié le fait que l’on rentre vraiment dans le vif du sujet. En effet, on lit les pensées de Dolly aussi crues soient-elles par moment. On ne nous cache rien et j’ai beaucoup apprécié les pérégrinations de ce personnage. On a envie de l’aider tellement sa vie est chaotique aux côtés de Lord Henry Gray que jamais elle ne considèrera comme son mari.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. En effet, elle a été très rapide, j’ai parcouru mon roman très rapidement et avec avidité. C’est une sublime lecture que je conseille fortement à toutes les lectrices (et lecteurs s’il y a). On est propulsé dans l’Angleterre rapidement : les paysages sont beaux, les décors sont vraiment à tomber par terre ! La plume de Lhattie est tellement envoutante que je suis restée sur ma faim. J’avais vraiment envie de tourner encore un peu les pages de cette histoire !

Ma note : 19/20

12

Carla – Tome 1 – Sylvie Grignon

156e690e195a94Résumé : « C’est étrange comme avec l’âge, les souvenirs prennent une grande importance. Notre cerveau semble se démener à faire un grand tri, jetant une partie de nos histoires usées, n’en gardant que d’autres parfois bien embellies. Au final, notre vécu ne nous appartient pas vraiment, nous préférons le conserver par commodité. Il suffit qu’un tout petit événement se mette en travers de notre destinée pour que nous replongions dans notre vrai passé. Étrangement, certains souvenirs restent tenaces, refusant de s’effacer : comme si des instants de fort bonheur ou de grande souffrance les avaient gravés dans ma chair à jamais. Comment survivre à l’invivable, à l’innommable ? » De l’année 1999 à l’année 2078, Carla nous plonge dans les méandres de sa vie. Une existence où le passé devient présent, où le bonheur l’emporte sur la douleur, où la vie gagne sur la mort.

Mon avis : Dans un premier temps, je tenais à remercier Sylvie Grignon pour l’envoi de son roman ainsi que pour sa patience et sa gentillesse à mon égard.

Dans un second temps, je vous avoue que j’ai complètement craqué pour la couverture que je trouve très belle et poétique. C’est complètement le genre de couverture qui me plait.

J’ai découvert un univers qui m’a beaucoup plu. Je suis ravie de me dire qu’il y a encore deux tomes dans ma Kindle qui n’attendent que mes petits yeux pour les dévorer.

On est en 2078. En effet, nous sommes dans notre futur, sur une Terre qui a bien changé. Tout est ravagé et il ne reste plus qu’à Carla son petit-fils et ses souvenirs. C’est une Carla âgée et hospitalisée que nous retrouvons. C’est avec peur et crainte par moment mais aussi avec délices qu’elle replonge dans des cartons qui lui rappellent beaucoup de bons et de mauvais souvenirs.

L’intrigue du roman est donc lancée : on retrace, à travers les souvenirs de Carla, sa vie.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, découvrir la vie de Carla à des âges biens différents. J’ai trouvé l’idée assez sympathique en effet.

C’est très intime, à travers ses mots, Carla nous livre ses plus grandes craintes, peurs mais aussi ses plus grands bonheurs, ses joies. On suit parfaitement la vie de cette femme à travers des souvenirs sans laisser les mauvais de côtés. On se rend compte quand même que la vie de Carla n’est pas toute rose, dès son enfance, elle est blessée et en souffrance. Elle essaye tant bien que mal de se sortir de cette tristesse mais ce n’est pas chose facile.

On retrouve aussi les rares amis de Carla, sans oublier ses conquêtes d’un soir ou de quelques temps ainsi que son mari. Là encore, la vie amoureuse de Carla n’est pas un long fleuve tranquille, il y a des hauts mais beaucoup de bas. J’ai vraiment hâte de voir ce que l’auteure va nous proposer par la suite.

On est vite pris dans la spirale de la vie de Carla. En effet, l’auteure parvient, grâce à sa plume, à nous propulser dans un monde futur plus ou moins proche du notre. Grâce à ses souvenirs, on est quand même, à certains moments, dans nos années. C’est assez drôle, j’ai été un peu surprise au début du roman mais je m’y suis vite fait.

Le personnage de Carla est surprenant. Elle passe par de nombreuses émotions qu’elle nous véhicule à merveille. Ce qui nous donne envie d’en savoir plus sur son histoire.

Ma note : 16/20

 

22

La terre des héros Tome 1 : héritage – Amélie Hanser

la-terre-des-heros,-tome-1---heritage-786655-264-432Résumé : C’est l’histoire d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui se réveille dans un autre monde après avoir touché un objet étrange dans les affaires de sa mère. C’est aussi celle d’un roi, assassiné par son frère jumeau. Ses souvenirs resurgissent en Aleya, qui en apprend alors davantage sur cette terre peuplée par les descendants de héros anciens, mais également sur ses origines. Tous voient en elle celle qui débarrassera la Terre du roi fratricide menaçant les autres peuples. Elle devra alors, si elle accepte ce rôle, entreprendre avec ses nouveaux amis une quête qui la fera parcourir ce nouveau monde inconnu et découvrir ses secrets et ses énigmes.

Mon avis : Laissez-moi dans un premier temps, remercie Amélie Hanser pour sa gentille proposition. En effet, j’ai été heureuse de recevoir les deux tomes de la saga « La terre des héros » que j’ai pris plaisir à découvrir.

On fait la rencontre d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui a du mal à comprendre sa maman, en effet, elles déménagent au fin fond de nulle part sans aucune explication valable. Aleya est perdue, elle ne sait pas pourquoi et cela l’agace au plus haut point.

Elle est encore plus surprise lorsqu’elle est catapultée dans un monde qu’elle ne connait pas en touchant un objet dans les affaires de sa mère. Elle ne sait pas à ce moment-là, que tout est sur le point de s’écrouler : entre vraie nature et secrets de famille trop longtemps tus, elle va voir sa vie prendre un virage à cent quatre-vingt degrés.

L’intrigue est donc lancée : en effet, Aleya, propulsée dans ce monde où tous les habitants sont des descendants d’héros célèbres, est perçue comme étant l’élue, la sauveuse, celle qui pourra les sauver de ce roi tyran qui n’a pas eu de scrupules en tuant son frère – Owen.

On peut croire, dans un premier temps, que l’intrigue est plutôt facile et rabâchée dans tous les romans que l’on peut lire de ce genre-là. Cependant, j’ai trouvé que l’auteure, avec une certaine facilité et intelligence, parvient à nous propulser en même temps qu’Aleya dans son univers, dans ce nouveau monde qu’elle construit au fil des mots et des pages de manière intelligente et très belle. En effet, les descriptions sont très belles, elles nous donnent vraiment envie d’aller faire un tour par là-bas. L’intrigue prend une tournure assez sympathique parce que l’auteure parvient à nous tenir en haleine. On veut savoir comment cela va se terminer.

Je suis heureuse de voir qu’il y a un deuxième tome, j’ai hâte de pouvoir m’y mettre. L’auteure clôt son premier tome de manière spectaculaire, qui nous laisse sur notre faim et qui fait que l’on veut absolument savoir la suite ! J’espère pouvoir me replonger dans cet univers très rapidement.

J’ai trouvé que l’apport des personnages secondaires qui viennent aider et épauler Aleya dans cette épreuve est très bon. En effet, c’est un bon groupe d’amis qui se forme sous nos yeux, je ne peux que vous conseiller ce roman si vous êtes fans de fantasy. De plus, les populations et les peuples que nous décrit l’auteure sont très bons, ils sont bien pensés, originaux et vraiment très sympathiques à découvrir.

La touche de magie au sein de ce nouveau monde est vraiment très sympathique aussi. Cela apporte une petite dose de je-ne-sais-quoi qui est très appréciable. Elle nous permet de respirer dans les moments un peu trop éprouvant pour Aleya. J’ai beaucoup apprécié l’idée.

Ma note : 16/20

12

Le silence nous appartient – Claire Casti de Rocco

51xS1yn3-XL._SY346_Résumé : Ce jour d’été, Augusta ne l’oubliera jamais. Ni le corps sans vie d’Élisa, cette brune aux yeux de jade, flottant dans l’Atlantique. Quatre ans plus tard, Augusta n’est plus que l’ombre d’elle-même quand elle retrouve la terre de son enfance. Au détour des signes étranges qu’elle perçoit, elle n’a plus qu’un choix : se heurter à l’épais mur du silence, pour comprendre les fractures du passé et abolir sa culpabilité. Qui était réellement Élisa ?
Quel secret cachait-elle ? Entravée par les tourments, les mystères et les désillusions, la route de la vérité semble bien longue et troublante. Mais parfois, l’amour peut tout changer… Une plongée au cœur d’un tourbillon émotionnel, sur la côte de beauté, sauvage, entre terre et océan.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Claire Casti de Rocco pour ce très bel envoi. En effet, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de romance fantastique d’aussi bonne qualité. Alors, un grand merci Claire !

Nous faisons la rencontre d’Augusta, une jeune femme très intelligente et très belle. Je l’ai beaucoup apprécié dès les premières lignes. Je l’ai trouvé discrète et mystérieuse dans le bon sens du terme. J’ai beaucoup aimé cette originalité dans ce personnage.

Augusta se sent mal dès que son oncle et sa tante lui ont dit qu’elle déménagerait dans la maison de sa grand-mère Yvonne, dans son village d’enfance. Cependant, Augusta n’a aucune envie d’y retourner depuis qu’elle a retrouvé le corps d’Elisa sans vie, dans l’océan. C’est un cauchemar qui la hante encore malgré les quatre années écoulées. Depuis l’accident, même si elle est entourée de sa famille – j’ai adoré Miche- elle se sent plus que seule.

J’ai beaucoup apprécié le mystère autour de la mort d’Elisa, j’ai trouvé que l’auteure avait réussi à faire planer le doute jusqu’aux derniers chapitres. C’est vraiment excellent ! Je n’avais pas eu l’occasion de lire une romance avec une touche de fantastique depuis quelques temps et c’était vraiment génial, la plume de Claire Casti de Rocco est vraiment formidable. Elle est belle, gracieuse et parvient à nous emmener avec Augusta dans les moindres recoins de son village avec une énorme facilité. C’est ce que l’on appelle du pain béni pour un lecteur comme moi.

On fait aussi la rencontre de deux jeunes hommes : Johan et Mathieu qui sont deux jeunes hommes singulièrement opposés : Mathieu est l’ami d’enfance d’Augusta. Elle a découvert beaucoup de choses à ses côtés et est plutôt heureuse de le retrouver. Leur amitié devient vite un autre type de relation mais Johan arrive dans la vie d’Augusta et plus rien ne va. Son physique l’attire comme un aimant, sa manière d’être, de parler, de se comporter, tout est séduisant chez lui. Augusta est sous le charme de Johan mais son cœur balance entre les deux hommes à qui elle tient beaucoup. J’ai beaucoup apprécié cette question de dualité. Entre son cœur et sa raison, Augusta ne sait plus quoi faire.

Là où l’intrigue prend du galon et se retrouve au-dessus du fameux « triangle amoureux » ; c’est par la petite touche de fantastique : Augusta sent que quelqu’un d’autre qu’elle et sa famille habite la maison. Elle ne sait pas qui dans un premier temps et se rend compte qu’Elisa veut lui dire quelque chose, lui faire comprendre quelque chose. J’ai trouvé ce côté d’apparition très sympathique, elle apporte une petite dose de suspense en plus que j’ai beaucoup beaucoup beaucoup apprécié.

La plume de l’auteure est merveilleuse. Elle est très poétique et toutes les descriptions des paysages que Claire nous propose sont vraiment magnifiques, on a vraiment envie de se rendre dans ce petit bout de paradis. C’est exaltant.

Je ne peux que vous recommander ce roman ! Il est de ces romans à avoir entre les mains.

Ma note : 19/20

 

12

Anthologie – Nutty Woman – Collectif

19621699_10155483189649539_101064430_nRésumé : Treize auteurs, treize visions diamétralement opposées de la femme dans tout ce qu’elle a de fatal… Que serait un monde sans femmes ? De quoi sont-elles capables ? Que font-elles quand vous dormez ? Des potiches ? Des croqueuses de biscuit ? Vous les avez toujours crues aimables, charitables, serviables ? Pensez à toutes ces femmes qui vous entourent et prenez peur ! Elles en ont eu assez de ramasser vos slips, et maintenant, elles vous les renvoient dans la gueule. Tremblez pauvres mortels, car elles sont partout ; et sans elles, vous n’êtes rien !

Mon avis : Je remercie énormément Céline et Marine pour leur superbe travail au sein de la maison d’édition « Nutty Sheep » que j’aime beaucoup par sa simplicité et son naturel bien à elle ! C’est vraiment de très bons textes que je lis et c’est chouette de voir que des maisons d’éditions ainsi existent.

J’ai lu cette anthologie avec Emma ze krokette qui s’avère être une blogueuse très sympathique et très drôle. On a pas mal échangé durant notre lecture et c’était très sympathique d’avoir son ressenti sur les treize histoires que l’on a pu lire, c’était assez rigolo de voir qu’on pensait presque les mêmes choses sur certaines histoires.

Passons à mon avis : j’ai passé un agréable moment en compagnie de cette anthologie. Bon, ça serai vous mentir de vous dire que j’ai apprécié toutes les histoires. Il y en a deux ou trois que j’ai trouvé en deçà des autres. J’avoue que je n’ai pas spécialement envie de faire une chronique catalogue parce qu’il y a beaucoup d’histoires dans un premier temps, dans un second temps, je n’ai pas envie de comparer tous les auteurs qui ont chacun leur style et on ne peut pas forcément plaire à tout le monde. J’ai donc décidé de donner mon avis de manière globale et de souligner les histoires que j’ai le plus apprécié.

Globalement, c’était une très belle expérience. C’est la première fois que je lis une anthologie. C’est vraiment sympathique. Ce sont treize petites histoires qui mettent la femme sous le feu des projecteurs pour le meilleur et pour le pire.

La femme a une image très différente selon les auteurs, je n’ai pas forcément su faire de lien entre toutes les histoires qui m’ont été proposées de lire. La femme est tantôt sadique, intelligente, adorable, mystérieuse, loyale et pleine de secrets… Toutes ces qualifications font que les histoires sont toutes très différentes et c’est un délice.

J’ai beaucoup apprécié « Tea Time », « Anânké » ainsi que « Sept jours avec Madalina ». J’ai trouvé que ces trois histoires étaient surprenantes et au dessus des autres histoires. J’ai trouvé trois femmes fortes, qui veulent aller jusqu’au bout de leurs désirs. J’ai trouvé ces trois histoires agréables malgré ce qui s’y déroule.

J’ai trouvé que deux histoires étaient, cette fois ci, en deçà de ce que les autres auteurs nous proposent comme je vous l’ai dit précédemment. J’ai trouvé qu’il y avait un goût de trop peu, qu’il manquait quelque chose pour que la magie opère. C’est vraiment dommage parce qu’on a été un peu perdue et cela a ralenti ma progression. Mais ce n’est qu’un petit hic parce que de manière globale, c’est une très belle expérience.

J’ai trouvé une vision de la femme que je ne connaissais pas forcément. S’en dégage une image d’une femme forte, courageuse, fière et certaine de ses convictions. Messieurs, à votre place, je lirai cette anthologie, histoire d’être au courant de quoi on est capable ! Ahahah !

Encore merci à Emma pour ce partage très sympathique, vous pouvez retrouver son avis par ici.

Ma note : 15/20

 

14

Kiz’hope Saison 2 – Virginie Malann

20708417_1648827668518268_7677762148948944754_n.jpgRésumé : Après un grave accident de voiture, Emy, 29 ans, remet sa vie en question et souhaite tout changer avec l’aide de sa meilleure amie et colocataire, Lola. Son but ? Vivre et ne plus survivre. Première étape : retrouver son amour du lycée, Antony. Ce dernier, danseur professionnel, est de retour dans sa ville natale avec sa troupe. Son objectif ? Faire découvrir sa passion avec son meilleur ami et associé, Samuel. Pour trouver les réponses à ses questions, la jeune femme devra pousser les portes de son destin et se prouver qu’elle est capable d’affronter la vie et son lot de déceptions. Les chemins d’Emy et d’Antony vont-ils se croiser à nouveau ? L’amour sera-t-il au rendez-vous ? Rien n’est moins sûr…

Mon avis : Je remercie Marie et Nisha Editions pour leur gentillesse sans borne et leur envoi rapide de cette deuxième saison de Kiz’hope.

Souvenez-vous, j’avais bien apprécié la première saison que j’avais noté avec un 17/20 en espérant avoir une saison deux avec autant de bonnes idées. Je vous avoue que j’ai passé un bon moment mais peut-être un peu en deçà de la première fois que j’ai rencontrée Emy, Antony, Sam et Lola.

En effet, on retrouve nos quatre personnages principaux – dont Sam et Emy qui sont plus important que les deux autres- autour du thème de la Kizumba. J’ai trouvé, dans un premier temps, cette idée très intéressante, je l’ai trouvé un peu moins présente dans cette deuxième saison ce qui m’a un peu manqué, je vous avoue.

Cependant, j’ai aimé la tournure que prend la vie d’Emy ; En effet, j’ai apprécié le côté 14102321_869552063176273_1970639135923634263_noriginal du point de vue du côté duquel on se trouve. C’est assez compliqué à expliquer sans vous spoiler mais j’ai apprécié le fait qu’Emy ai une conscience. Elle a conscience des choses qu’elle fait, des choses mauvaises et des choix qui ne sont pas forcément bons qu’elle fait mais elle ne peut pas s’en empêcher.

Elle a un choix assez conséquent à faire : choisir entre son cœur et sa raison et on sait que ce n’est pas chose aisée à faire. C’est pour cette raison que je l’ai trouvé très humaine et assez appréciable.

Lola reste fidèle à elle-même. Son côté trop direct m’a un peu lassé mais j’ai trouvé qu’elle tenait son rôle d’amie/mère à merveille. J’ai trouvé touchant sa manière de trop s’inquiéter pour Emy, sa « choune ». J’ai apprécié son franc-parler qui amène des situations assez comiques.

Le personnage qui m’a le plus plu dans cette saison c’est Sam. En effet, j’ai trouvé son personnage très abouti, beaucoup moins snob et arrogant que dans la première saison, il apporte un bon souffle au roman qui a peut-être tendance à un peu s’essouffler au fil des pérégrinations d’Emy. La relation avec cette dernière est assez belle, appréciable. J’ai beaucoup apprécié les petits détails sur Jessily que l’auteure nous apporte.

Antony en revanche, ne m’a pas plu énormément. Je pense que c’est aussi son rôle dans ce roman. Mais j’ai trouvé son côté niais et romantique un peu trop prononcé et trop c’est trop… Trop de niaiserie, de romantisme rend Antony un peu trop féminisé pour moi.

Malgré ces quelques petites fausses notes, j’ai globalement passé un agréable moment avec cette saison deux et l’intégralité du roman. La fin est mignonne, une petite fin sous le signe du « tout est bien qui finit bien ». L’originalité de l’apport de la Kizumba est assez intéressant. Cela apporte beaucoup de charme et de sensualité au roman.

Je vous conseille de vous lancer dans cette lecture pour un moment de légèreté intense.

Ma note : 15/20

 

10

Prodigieuses Créatures – Tracy Chevalier

téléchargementRésumé : « La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai ». Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Celte vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle Jane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l’histoire d’une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l’une des plus grandes découvertes du XIXe siècle. 

Mon avis : J’ai un peu pris au hasard cet audio livre qui me semblait sympathique à la lecture de ce résumé.

Le hasard fait parfois bien les choses. Je suis heureuse de vous annoncer que le hasard m’a permis d’écouter un roman qui est un merveilleux coup de cœur.

Nous faisons la connaissance des sœurs Philpot dont Elizabeth, une des deux personnages principaux de ce roman. Elle partage la vedette avec Mary Anning, une jeune demoiselle que l’on rencontre sur les plages de Lyme Régis.

Un roman sous le signe de la différence, du partage et de la place de la femme dans la société du XIXème siècle. J’ai adoré !

Elizabeth Philpot et ses deux sœurs sont de vieilles filles (selon l’époque. Elizabeth a environ 40 ans dans le roman) dont le grand frère n’a pas d’autres choix que de les envoyer loin de Londres et de la société dans laquelle elles évoluent depuis leur tendre enfance. Elles atterrissent à Lyme Régis ; une petite ville balnéaire qui se trouve sur les côtes Sud du pays.

Dans un premier temps, ce fut un tel régal pour moi de retrouver ma chère Angleterre. Surtout des régions que je connais si bien. Ce fut vraiment quelque chose de très agréable.

La famille Philpot est une famille de la middle class. Elle n’est pas fortunée mais vit quand même avec une aisance financière bien plus supérieure à celle des habitants de Lyme. Si la famille est perçue comme étrangère pendant quelques temps, elle est vite intégrée au quotidien de la vie de Lyme.

Elizabeth est certainement le personnage que j’ai le plus apprécié dans cette histoire. Elle est vive, elle a un sacré caractère qui m’a beaucoup plu. C’est vraiment excellent ! Mary a, elle aussi, un sacré caractère qui est vraiment notable. J’ai apprécié le duo qu’elles formaient.

Elizabeth se prend d’amitié pour une jeune fille Mary Anning, chasseuse de fossiles qui transmet son amour pour ces fossiles à Elizabeth. À partir de ce moment, une relation amicale très soudée se forme alors sous nos yeux. C’est vraiment très beau. L’écart d’âge mais aussi la différence sociale entre ces deux femmes ne sont pas des freins à leur relation. C’est vraiment beau à lire. Au-delà de l’amitié qui se forme, on a vraiment la question de la place de la femme au XIXème siècle qui se soulève dans ce roman.

Malgré son jeune âge et la pauvreté de sa famille, Mary fait avancer la communauté scientifique en dénichant des fossiles d’animaux incroyables. Par ses découvertes, elle fout un bon coup de pied dans la fourmilière masculine un peu trop imbue d’elle-même.

Mis à part ces questions scientifiques, ce roman relate le quotidien de Mary et d’Elizabeth avec brio. En effet, j’ai trouvé ce roman surprenant. Il montre comment les vies de deux femmes qui ne viennent absolument pas de mêmes milieux peuvent être à ce point liées. Histoires d’amour, de famille, tout est au rendez-vous pour que l’on passe un excellent moment ! C’est vraiment exceptionnel. La recherche de ces « curios » n’est pas seulement ce qu’elle représente, c’est bien plus profond et délicieux.

J’ai vraiment adoré la plume de l’auteure qui semble être aussi talentueuse que Jane Austen. Ses autres romans sont dans ma Wish List. C’est vraiment un très bon moment que j’ai passé avec cette écoute que je conseille à tous les amoureux de l’Angleterre, du XIXème siècle et de Jane Austen.

De plus, j’ai apprécié découvrir que ce roman est en fait la vie de la réelle Mary Anning qui a réellement existé. Quelle belle surprise !

Ma note : 20/20