5

Le phénomène Philomène – Emmanuelle Cosso et Nathanaël Ferdinand

4103603236Résumé : Anatole et l’école, c’est une longue suite de rendez-vous manqués. Il faut dire qu’avec sa dégaine d’ado balourd et sa tignasse de cheveux qui lui tombent devant les yeux, il n’a pas l’étoffe d’un héros. Du moins, à première vue. Car en regardant mieux, on pourrait s’apercevoir qu’il a un sourire craquant… et aussi un don : celui de voir les fantômes. Le fantôme de Philomène, une jeune fille morte en 1870, dans l’accident de la filature qui se tenait à la place du collège. Repérer un fantôme, c’est déjà pas banal. Mais quand ce fantôme vous apprend qu un grave danger menace la vie de tous les élèves et que vous seul pouvez les sauver, ce rendez-vous-là, pas question de le rater !

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane et principalement Audrey pour l’envoi de ce service presse. Le Phénomène Philomène m’a attiré par l’originalité du résumé ainsi que les illustrations. De plus, j’aime découvrir les romans pour les plus jeunes.

On rencontre Anatole à travers les yeux de son amie qui craque littéralement pour lui. Juliette aime Anatole malgré le fait qu’il soit un peu balourd. En effet, il est à part des garçons de son âge. Il est rêveur et doux. Avec ses cheveux qui partent dans tous les sens, il a un côté charmeur malgré lui. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié par sa différence et son originalité.

Anatole est un petit garçon spécial, si spécial qu’il voit les fantômes. Il voit le fantôme delogo-editions-Sarbacane Philomène : une jeune fille décédée dans les années 1870. Rapidement, ils deviennent amis. J’ai beaucoup aimé cette relation amicale si particulière. Lorsque Juliette décide, à son tour, de croire en la présence de Philomène, on assiste à un beau trio amical !

L’histoire est assez originale. J’ai beaucoup aimé suivre les aventures d’Anatole. Il va tout faire pour sauver son école et aider Philomène à accéder à son but ultime. C’est une belle notion d’amitié que l’on retrouve ici : le sacrifice pour aider l’autre, j’ai trouvé cela très intéressant surtout dans un roman qui est destiné aux enfants.

Un point aussi que j’ai beaucoup aimé c’est que Philomène est une petite fille décédée lors d’un accident à la fin des années 1800, dans une usine française. Période de l’industrie française et de son essor, j’ai beaucoup aimé le fait que l’on parle de cette période pour mieux comprendre Philomène et le personnage qu’elle est. C’est aussi assez intéressant pour les plus jeunes de faire un pas dans l’histoire de cette manière.

La plume de l’auteure est très accessible pour les plus jeunes. C’est assez sympathique à lire. J’ai aussi apprécié les illustrations qui sont nombreuses et très sympathiques ! Elles sont belles et apportent un certain dynamisme à la lecture. Elle l’a rend aussi beaucoup plus agréable.

Je trouve donc que l’auteure et l’illustrateur ont fait un travail remarquable. C’est vraiment un roman jeunesse qui va plaire à beaucoup d’enfants. Je pense aux petits bouts de Diablotine qui vont adorer. C’est vraiment génial.

L’intrigue est rondement menée, les personnages sont très aboutis et l’aventure est aussi très sympathique à lire et à suivre. Les notions d’amitié, de sacrifice sont très abouties elles aussi. C’est un roman que les plus jeunes vont adorer !

Ma note : 15/20

6

Amour, vengeance et Tentes Quéchua d’Estelle Billon Spagnol

couv-Amour-vengeance-et-tentes-quechua-620x987

Résumé : Deuxième samedi du mois de juillet. Depuis toujours, ce jour précis, Tara et ses parents – le morne postier et l’Italienne agitée – prennent le départ des vacances. Direction « le Momo s », camping tenu par la vieille Momo et son fils Jacky. Là-bas, Tara respire, retrouve la rivière et son copain de toujours : Adam. Adam devenu, cet été… ce beau mec qui la remue totalement ! À peine le temps de savourer que débarque Éva, belle et brûlante comme le soleil, et vite surnommée « La Frite » par Tara. Ils étaient deux, ils se retrouvent trois. Les mauvais coups vont tomber, pour Tara comme pour Adam et La Frite, mais aussi pour ce qui n’existe plus : l’insouciance d’avant.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse qui s’est avéré être très rafraîchissant !

Ce que j’ai déjà apprécié dans ce roman c’est le titre assez prometteur : en effet « Amour, vengeance et tentes Quéchua » me plaisait beaucoup. Synonyme pour moi d’été, de copines, de copains de vacances qui sont devenus beaux. Les hormones en vrac et surtout : plage, vacances et soleil. J’ai foncé parce que la période estivale arrive à grands pas !

On fait la rencontre de Tara, le personnage principal du roman. Jeune fille fraîche, intelligente et pleine d’humour, j’ai adoré passer ces trois semaines de vacances à ses côtés ! Une chose est certaine, j’ai beaucoup aimé découvrir le camping dans lequel elle vit ses vacances.

Je ne sais pas si vous avez vu le film Camping mais c’est vraiment une histoire qui se logo-editions-Sarbacanepasse un peu de la même manière : tout le monde se connait à force de côtoyer le camping de Momo. Tout le monde se connait, ils sont tous contents de se retrouver et de partager, une nouvelle fois, ce bout d’été ensemble. C’est une famille estivale au grand cœur, c’est assez sympathique à lire.

L’univers de Tara se compose surtout d’Adam : son ami de toujours. Elle l’a rencontré au camping et tous les ans ils se retrouvent autour des soirées, des parties de ping pong et des sorties à la mer. Cette année, c’est différent. Tara a grandi, Adam est devenu très mignon. Les hormones en vrac la pousse à se poser des questions sur ses sentiments pour Adam.

On assiste à un réel combat pour comprendre ce qu’il se passe dans sa tête et entre eux. Tara ne veut pas perdre son ami mais ne peut pas non plus ne rien faire quand Eva, une jeune campeuse arrive et fait chavirer les cœurs.

Tara voit rouge et passe un été à essayer de sauver son honneur, son amitié avec Adam.

Au-delà de cette amourette entre les deux amis de toujours, il y a toutes les péripéties qui sont liés à la vie en camping. Entre campeurs mais aussi au sein de la famille de Tara. Tara est dans l’âge où elle veut s’émanciper, devenir plus grande, limite adulte. Ca commence par avoir sa propre tente. C’est SA maison de vacances.

Voici donc une lecture fraîche qui est un merveilleux rappel des vacances qui ne vont pas tarder à arriver ! La plume de l’auteure est pleine d’humour, fraîche et très sympathique à lire. On nous propose de découvrir un univers d’adolescent qui sont en pleine effervescence.

Les jeunes vont adorer ! Les vieux vont se souvenir de leurs années camping ! =)

Ma note : 15/20

12

La première fois que j’ai été deux – Archibald Ploom

téléchargementRésumé : Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands-parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

Résumé : Je remercie Archibald Ploom ainsi que son équipe pour l’envoi de ce beau service presse. En effet, dès le premier regard j’ai adoré la couverture de ce roman que je trouve fraîche, belle et poétique ! Tout était réuni pour que je passe un excellent moment.

On fait la rencontre de Karen, une jeune femme qui s’apprête à passer le baccalauréat. Elle est différente des autres, les jeunes de son âge l’ennui mais elle ne m’a pas du tout ennuyée. Je me suis bien retrouver dans ce personnage. Elle est discrète sans être complètement en marge de la société, elle a des amis. Elle est cynique sur les bords. J’ai vraiment beaucoup aimé ce que Karen dégage. Elle est intelligente, elle aime la (bonne) musique C’est assez appréciable !

Tout change quand elle rencontre Tom, un jeune britannique fraîchement débarquée de sa chère ville de Londres. Leurs vies se croisent d’une manière assez belle et douce. Avec Tom ; Karen apprend l’amour, la vie à deux et la dépendance qui ne fait que grossir entre deux êtres qui s’aiment vraiment.

La première fois que j’ai été deux est un appel à la douceur et à la jeunesse. On nous rappelle aussi que l’amour ne fait pas tout : en effet, on rencontre des turbulences, des accidents de la vie auxquels on ne s’attend pas du tout. J’ai été touché par cette histoire, la vie de Karen est loin d’être merveilleuse. La fin laisse présager le meilleur. J’aime penser que c’est ce qui va se passer.

La plume d’Archibald Ploom est pour moi parfaite pour ce roman. En effet, elle est fraîche, piquante et assez moderne.

L’histoire faire se croiser les temps modernes, actuels mais aussi le passé, les familles, on remonte le fil du temps jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Tom lui ouvre les yeux. J’ai beaucoup aimé voir le personnage de Karen s’épanouir comme une fleur. C’est assez beau à voir. Elle fait, petit à petit, confiance. Elle s’ouvre aux autres, au monde. C’est beau.

La première fois que j’ai été deux est un beau roman, qui plaira aux plus jeunes et qui séduira une bonne partie des plus vieux.

Ma note : 17/20

17

Home Sweet Love – Mariam Catche

home-sweet-love-830803-264-432Résumé : Une ambiance feutrée, un dîner concocté avec amour, une lingerie affriolante pour une nuit enivrante. Tels sont les ingrédients savamment préparés par Nathalie, pour sa soirée romantique avec son compagnon. Mais lorsque ce dernier fait preuve de mépris, en ignorant leur rendez-vous, c’est la fois de trop. La jeune femme décide alors de lui donner une petite leçon, qu’elle espère mémorable.

Mon avis : Je remercie encore une fois très chaleureusement Évidence Éditions pour l’envoi de ce Service Presse qui me fait un peu sortir de mes sentiers battus. En effet, j’ai choisi ce roman parce qu’il est d’un genre que je ne lis pas beaucoup et avec lequel j’ai beaucoup de mal. Vous avez, sans doute, reconnu : le genre érotique ! J’essaye, de temps en temps, de me lancer des petits défis de ce genre. Ce roman était parfait donc !

On fait la rencontre de Nathalie, qui est une femme qui attend son mari pour diner. Ce dernier est tout le temps en retard, rentre à des heures pas possibles et ne se rend même pas compte que sa femme est seule, attristée par son comportement de plus en plus distant. Elle ne supporte plus cette solitude qui la ronge ainsi que sa vie privée et plus particulièrement sa vie sexuelle qui est complètement inexistante.

Trop, c’est trop. En effet, pour un énième oubli et retard, Nathalie décide de punir son mari. Mais, les filles, vous savez aussi bien que moi que pour punir nos chers amis de la meilleure manière… Il faut utiliser de la subtilité ainsi qu’une certaine intelligence. C’est de toute évidence ce que Nathalie a décidé de faire subir à son cher mari… Cela promet d’être une soirée chaude et très pimentée.

Avec l’aide de son amie, Nathalie tend un piège mémorable à son mari en l’accueillant avec des mets délicieux, une tenue légère… Mais seul problème : il y a des gens autres qu’eux deux autour de la table !

Une intrigue chaude et pimentée qui plaira aux fans du genre. J’ai passé un moment cropped-cropped-Logo-évidence-éditions-finalagréable durant ma lecture. En effet, l’ambiance monte crescendo jusqu’à l’explosion totale du désir et de la tension entre les deux. C’est un aspect de l’intrigue qui m’a beaucoup plu.

J’ai aussi apprécié le fait que le roman n’est pas long. En effet, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer parce que le roman n’est ni trop court, ni trop long. Cela évite les longueurs, les scènes de sexe trop longues et détaillées. J’ai aussi apprécié cette partie du roman.

La plume de l’auteure est sympathique, elle m’a permis de passer un bon moment avec ces personnages et ce genre que j’ai encore un peu de mal à apprivoiser.

En attendant, j’ai beaucoup aimé la personnalité de Nathalie qui reste avant tout une femme : intelligente, un brin manipulatrice mais on n’oublie pas qu’elle est une femme sensible, qui a des craintes et des envies. C’est vraiment un personnage qui ose, qui sait ce qu’elle veut. C’est assez intéressant ! La psychologie de ce personnage la rend explosive ! J’aurais peut-être aimé un peu plus de détails sur les personnages.

En bref, une lecture plutôt agréable. Cette lecture se lit rapidement, elle est assez agréable. Une bonne petite lecture entre deux gros pavés. Pour respirer, c’est le top !

Ma note : 14/20

18

La merveille imparfaite – Andrea De Carlo

téléchargementRésumé : L’automne en Provence : une saison qui alterne les premiers froids de l’hiver et les dernières chaudes journées d’été. Un dernier événement va marquer la fin de cette saison : dans l’arrière-pays, un grand groupe de rock anglais, les Bebonkers, prépare un concert caritatif en l’honneur du troisième mariage de son chanteur, et très charismatique leader, Nick Cruickshank’s. Les préparatifs vont bon train et tout s’organise sous l’œil attentif de la future mariée. Dans la petite ville de Fayence, Milena Migliari, une jeune Italienne, crée et réalise des glaces exceptionnelles avec une attention d’artiste. Elle a délaissé les hommes depuis longtemps et vit avec Viviane. Leur relation est solide et calme, à l’opposé exact de ses glaces évanescentes. Dans quelques jours, Milena va commencer, sans grande conviction, un traitement hormonal pour tenter d’avoir un enfant.  Elle hésite à partager ses interrogations avec sa compagne, tout comme Nick, qui se demande depuis quand son histoire d’amour s’effiloche.  C’est ainsi qu’une rock star anglaise et une jeune artisane italienne vont voir leur destin se croiser… et se jouer en trois journées très particulières. Né en Italie en 1952, Andrea de Carlo est un des érivains les plus appréciés et respectés en Italie. Il a été découvert par Italo Calvino, qui a préfacé son premier roman. Il a également travaillé dans le cinéma avec Federico Fellini et Michelangelo Antonioni. Auteur d’une vingtaine de romans vendus à des millions d’exemplaires, il a été traduit en 26 langues.

Mon avis : Je remercie grandement Gilles Paris, ainsi que Jules qui est toujours aussi gentil ainsi que les éditions Hervé Chopin. C’est un service presse que j’ai beaucoup apprécié, en effet, c’est un appel à la dolce vita. Je pense que tous les problèmes que rencontre les personnages sont adoucis par le paysage et le climat que l’auteur nous propose.  Je pense que cela est dû au fait que ce roman est un roman italien. On le ressent dans la plume mais aussi dans les paysages que l’on découvre. C’est très agréable comme lecture mais aussi très doux.

On fait la rencontre de deux personnages principaux qui sont aux antipodes : En effet, téléchargementnous rencontrons Milena Migliari ainsi que Nick Cruickshank que tout oppose. Milena est une vendeuse de glace très appréciée autant par sa personne que pour la qualité de ses glaces. Son travail est pour elle très important. Le bonheur des gens est son plus beau cadeau. Elle dégage une fraîcheur certaine ainsi qu’un charisme incroyable. C’est un personnage que j’ai beaucoup aimé parce qu’elle dégage la même douceur qu’une glace. J’ai trouvé ça assez sympathique : la lecture est à la hauteur de la célébrité de ses glaces.

D’un autre côté on rencontre Nick Cruickshank qui est un célèbre leader d’un groupe de rock anglais : les Bebonkers qui sont ultra connus à travers le monde. Il est déjanté, j’ai beaucoup aimé le dynamisme de ce personnage que j’ai trouvé assez bon au fil des pages. L’évolution qui le traverse est assez incroyable.

Ces deux personnes, aux caractères et aux vies bien différentes, n’ont aucune chance de voir leurs destins se croiser. C’est faux. Voici une histoire qui nous relate une relation assez incroyable qui se déroule très rapidement.

Milena vit avec Viviane, sa femme, qui voudrait un enfant. On voit tout au long du roman les réticences de Milena. Elle prend quand même son traitement mais beaucoup d’interrogations traversent l’esprit de Milena. Elle n’arrive pas a en parler à Viviane et donc la relation est quelque peu mise à mal. De son côté Nick se marie pour la troisième fois. Lui aussi a beaucoup de questions qui lui traversent la tête. Mais que faire ? A qui parler ? C’est vraiment une belle histoire qui se déroule sous nos yeux. C’est original en plus !

La merveille imparfaite est un roman qu’il faut lire ! En effet, c’est une petite pépite. J’ai vraiment beaucoup de chance d’avoir eu la chance de lire ce roman. Il est frais, doux, original. J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, les relations sont belles bien qu’inattendues parfois. J’ai aimé les péripéties, les interrogations. C’est un roman parfait pour cet été les amis, il faut vraiment le lire. C’est vraiment exceptionnel.

Je n’ose pas trop vous donner de détails par peur d’en dire trop mais je ne peux que vous conseiller cette lecture !

Je ne pense jamais avoir lu de littérature italienne contemporaine. C’est vraiment une très belle découverte. Je ne connaissais absolument pas Andrea De Carlo mais honnêtement sa plume est très belle, douce et c’est un réel appel à la douceur, la bonne humeur. J’ai beaucoup aimé !

Je vous le conseille donc !

Ma note : 18/20

 

16

Tolbiac Juillet : la fenêtre de Dieu – Cédric Blondelot

téléchargementRésumé : De l’autre côté de l’Atlantique, à Chicago, une femme meurt dans l’incendie de son appartement. Deux ans plus tard, le 31 Juillet 1979, rue de Tolbiac, en plein Paris, un nouveau-né est abandonné dans un kiosque à Journaux. Alors qu’il chiait sur Le Monde et pissait sur L’humanité, un couple le trouva et l’adopta. Il fut appelé : Tolbiac Juillet. Adulte, Tolbiac devient magicien. Ne lui demandez jamais de tour avec des colombes, il les déteste. Quant à son lapin, il n’en a plus. Il l’a bouffé la veille. Mais Tolbiac n’est pas seulement doué pour la prestidigitation, il est aussi un pickpocket de génie. Sa vie bascule tandis qu’il fume une cigarette dans les toilettes d’une piscine. Il n’en sortira jamais. Aspiré par la cuvette. Oui, aspiré ! L’impensable se produit alors. Dans le monde où il émerge, Tolbiac découvre la vie qu’il aurait eue s’il n’avait pas été abandonné. 

Mon avis : Je remercie Les éditions la Völva pour leur gentillesse ainsi que pour l’envoi de ce service presse. J’ai tout de suite voulu lire ce roman qui semblait être original et très intéressant. Une chose est certaine : je n’ai pas été déçue !

Tolbiac Juillet est un personnage haut en couleur ! Il est vraiment très intéressant. Il est perdu, abandonné à la naissance, il essaye de trouver ses marques dans ce monde parsemé d’embuche. Il est drôle, on s’attache très facilement à lui. Tolbiac Juillet est un personnage très touchant, bourré d’humour (par moment, un peu à son insu). Il véhicule tant d’émotions que l’on ne peut pas faire autrement que de s’attacher à lui. On le suit, s’interrogeant sur sa personne, sur ses origines, sur ce qu’il était et ce qu’il deviendra. C’est très intéressant.

Une chose est certaine, lorsque l’on découvre ce roman, il ne faut pas s’attendre à avoir une lecture « normale » : c’est décalé et très original ! On se perd un peu au début mais une fois l’originalité apprivoisée, c’est excellent ! On démarre avec une vache, on passe par un avocat véreux mais aussi par un couple qui trouve un enfant et aussi de Kurt Cobain : J’ai eu peur de partir loin, sans pouvoir revenir en un seul morceau mais je suis heureuse de vous dire que je me suis trompée.

Même si le début est un peu long, passé les trente premières pages, on se régale ! Il faut avoir du second degré, c’est certain ! Grâce à des personnages haut en couleurs ainsi que des péripéties et action digne de ce nom, on passe un moment délicieux !

Le mot que l’on peut retenir pour ce roman est « insolite ». C’est vraiment très agréable. eitt1riuJe suis vraiment très étonnée par cette lecture et je sais que je m’en souviendrai longtemps.

La plume de l’auteur est très agréable, intelligente et nous entraîne facilement dans l’univers de Tolbiac Juillet. De par l’originalité du prénom et du personnage en lui-même ainsi que par l’originalité de l’histoire, la plume nous fait voyager. C’est exaltant. Je pense que Cédric Blondelot mérite à être connu par un bon nombre de lecteur.

Je suis heureuse de m’être laissé tenter par cette lecture ! C’est vraiment une belle aventure que l’auteur nous propose. Je ne peux que vous la conseiller.

Ma note : 17/20

 

10

Endless Lust – Tome 1: Gibson – Aurélie Coleen

gabriel-d-angel-arekin-une-adaptation-du-jeu-is-it-love-par-nisha-editionsRésumé : La musique et les filles sont les seules préoccupations de Gibson. De scène en scène, il conquit le public avec son groupe Endless Lust et savoure ses quelques instants de gloire. Quand une célèbre maison de disques les contacte, lui, son frère Fender et son meilleur ami Terry, ils s’envolent immédiatement pour Los Angeles. Le succès est au rendez-vous, mais Gibson n’a qu’une chanson en tête. Celle qu’il dédie à la jolie blonde aux yeux bleus rencontrée quelque temps auparavant. Perdu, il ne comprend pas les nouvelles émotions qui l’assaillent. Le guitariste ténébreux arrivera-t-il à gérer ses sentiments en même temps que sa soudaine célébrité ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement l’équipe de Nisha Editions pour cet envoi d’un premier tome de la saga Endless Lust d’Aurélie Coleen. C’était une lecture très sympathique qui présage le meilleur pour la suite. Un merci tout particulier à Marie qui est exceptionnelle et fait un travail remarquable auprès des partenaires. Merci Marie !

Comme je vous le disais, Endless Lust est une saga assez sympathique dans la collection « Diamant noir ». C’est donc une lecture pour un public averti, je vous préviens, c’est assez chaud !

On fait la rencontre de Gibson, leader du groupe de rock Endless Lust. Gibson est un mec sexy et beau et il le sait ! Il pue l’arrogance et ne s’en cache pas. Plus il couche avec des filles différentes, plus il est content. Il a des envies, des pulsions et il y cède très rapidement. Il vit dans un bus de tournée avec les autres membres du groupe Fender et Terry.

J’ai beaucoup aimé l’originalité des deux prénoms : Fender et Gibson rappellent forcément des marques de guitare. Intimement liés à l’histoire, j’ai trouvé cette idée assez remarquable ! Jusqu’aux prénoms nous avons donc un lien avec la musique.

Quand la sœur de Gibson et de Fender se cache dans la soute à bagages de leur van avec sa meilleur amie Orhan, le début des ennuis commence.

C’est un roman assez drôle. Au final, on se retrouve avec un périple à travers la route américaine, les salles de concerts et les salles d’enregistrement. Gibson mène sa vie comme il l’entend, il ne veut aucun souci, aucune complication.

L’arrivée d’Orhan fait changer les choses. En effet, elle est belle, drôle, intelligente et ne 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nse laisse pas marcher sur les pieds. Elle résiste à beaucoup de choses, même si par moment, Gibson mérite des baffes par millier, elle garde son sang-froid et lui prouve qu’il se met le doigt dans l’œil. Par moment, il agit comme un vrai connard. J’avais envie de le baffer tellement fort. Il abuse clairement, fierté de mec oblige, il lui en met plein la figure. Le personnage de Gibson tient ses promesses : on a à faire à un mec arrogant et très macho. Les scènes érotiques sont à l’image de Gibson : dures et assez directes.

J’ai beaucoup aimé voir l’évolution de Gibson. Même si au final, le caractère ne change pas, ses agissements changent et c’est plutôt agréable de voir comment un homme peut finalement céder et écouter son cœur. Les barrières cèdent peu à peu. C’est assez fascinant.

La plume de l’auteure est assez agréable. En effet, elle nous propulse dans son univers musical où tout coïncide correctement. On assiste à un beau premier tome, j’ai hâte d’avoir la suite dans les mains pour voir ce que l’auteure nous a concocté. Les personnages sont drôles, attachants et tous très différents les uns des autres mais cela apporte beaucoup au roman qui reste dynamique, intéressant.

Ma note : 16/20