15

Emma safe and sound ! d’Adeline Loron

téléchargement.jpgRésumé : L’amour…Avec un grand A existe-t-il vraiment ? Lorsque Gabin rentre sur Philadelphie, il ne s’imaginait pas à ce qui l’attendait. La vérité est douloureuse mais le pire est de se rendre compte de ses sentiments trop tard. Pourra-t-il obtenir celle qu’il convoite tant ?

Mon avis : Je remercie Adeline Loron pour l’envoi de son roman en service presse. J’étais curieuse de découvrir la plume de cette auteure. Même si ma lecture n’est pas un coup de cœur, il faut quand même souligner que ma découverte livresque reste très agréable.

Un format qui m’a posé problème.

Ce que j’ai trouvé dans le roman est assez bon. Ce n’est pas le fond qui me dérange ici mais plutôt la forme. C’est une romance courte, environ une centaine de pages. Quand l’auteure m’a dit cela, je me suis dit « chouette, une petite lecture qui a l’air sympathique entre deux grosses lectures ». Cependant, là où je m’interroge, c’est sur l’aboutissement de ce genre. En effet, la fin de ce roman laisse présupposer une suite. Je me suis un peu renseigner sur le net et effectivement, Adeline a prévu une suite. Je ne comprends pas : pourquoi proposer une romance courte pour en faire une suite. Personnellement, je pense que dans ce cas, j’aurais préféré lire une romance plus longue, histoire de découvrir dans sa totalité l’histoire.

L’intrigue.

Je me répète, même si la forme m’a interpelée, je suis plutôt intriguée par le fond. L’histoire est très intéressante. On fait la rencontre d’Emma, la sœur du meilleur ami de Gabin. Ces deux personnages sont nos personnages principaux. Ils nous permettent de nous interroger sur la puissance du véritable amour et sur la possibilité de faire marche arrière une fois engagé.

On est dans un univers particulier : celui des gangs de motards. C’est dangereux, on ne sait pas vraiment à qui faire confiance et cela apporte un peu de piment à l’histoire.

Les personnages.

On a un panel large au niveau des personnages puisque l’on parle de gang. Je n’ai pas pu retenir tous les noms ni tous les comportements. C’est un choix que je respecte : histoire courte, on survole les psychologies. C’est ce que je regrette toujours avec les romans courts, j’ai l’impression de ne pas en avoir assez à me mettre sous la dent. C’est assez frustrant parce que l’idée de base est très bonne ! Cependant, les personnages principaux sont très bien dessinés et décrits. En effet, on vit l’histoire avec Gabin et Emma.

La plume de l’auteure et les thématiques soulevées.

J’avoue que je ne lis pas énormément de romans qui touchent aux gangs (que ce soit des motards, des trafiquants de drogues…), j’ai donc été ravie de lire quelque chose de nouveau. La manière dont l’auteure traite la notion d’amour est très intéressante. La manière dont Adeline traite les émotions est très intéressante. Il est rare que je sois aussi rapidement happée dans une histoire courte. Je me suis surprise moi-même et j’avoue que je suis très heureuse d’avoir tentée l’expérience malgré les petits bémols que j’ai pu rencontrer.

Voilà donc une plume à suivre !

Les – :

  • Une interrogation suite au format.
  • Des psychologies un peu survolées pour les personnages secondaires.

Les + :

  • La question de l’amour véritable abordée d’une manière très intéressante.
  • La plume de l’auteure.
  • Le duo Gabin / Emma.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
15

Click and love – Cyril Massarotto

41MHJPbnlyL._SX195_Résumé : Un click, un love. Une seule chance de trouver l’amour… Julie est une jeune Parisienne de 30 ans. Elle ne croit plus en l’amour et doit faire des ménages pour gagner sa vie. Paul, lui, a 40 ans. il est chirurgien, vit à Londres et ne se console pas de la mort de sa femme. Leurs trajectoires n’auraient jamais dû se croiser… Et pourtant, une application très particulière, Click & Love, va progressivement les rapprocher. Et jouer avec leurs nerfs. Alors que, message après message, leur désir de se rencontrer devient brûlant, Click & Love censure toutes les informations qui leur permettraient de se donner rendez-vous. Une torture. Et cette question : que cherche la main invisible qui se cache derrière l’écran ? Julie et Paul, des deux côtés de la Manche, vont tout tenter pour piéger la machine. Mais alors qu’enfin ils réussissent à se voir « en vrai », quelque chose d’inexplicable se produit, qui bouleversera leur vie… Avec humour et délicatesse, Cyril Massarotto explore nos cœurs et nos tourments à l’heure des textos, des applis et des sites de rencontre.

Mon avis : Je mourrai d’envie de lire ce roman. Je l’ai vu passer sur plusieurs blogs et j’étais très curieuse. J’avoue que le concept de la romance moderne me plaisait plutôt bien. Mélangez tout cela à une plume masculine et ma curiosité était vraiment au top !

Première chose, ce que j’ai trouvé dommage, c’est la couverture. Je ne la trouve vraiment pas belle. Je la trouve beaucoup trop simple, deux émojis et deux répliques claquées comme ça et hors contexte, j’ai trouvé cela trop facile.

Un couple de personnages aux antipodes

Bon, je ne vous le cache pas, la découverte de cette lecture n’est pas la meilleure découverte du monde. Ça reste agréable mais franchement, les personnages n’ont pas été au top niveau.

On fait la rencontre de Julie, une jeune femme française qui a vécu une histoire d’amour assez particulière. Aujourd’hui, elle est célibataire, elle a choisi sa liberté plutôt que la richesse et se retrouve pauvre à récurer les sols.

De l’autre côté de la Manche, on fait la connaissance de Paul, un chirurgien quarantenaire qui est plus que seul. Il vit chez son meilleur ami parce qu’il ne veut plus retourner en France, synonyme de passé et de douleur.

Même si j’ai apprécié découvrir les personnages et leurs passés respectifs, j’ai trouvé beaucoup trop de stéréotypes… La pauvre femme de ménage et le riche chirurgien, non, vraiment, je ne suis pas d’accord. On aurait pu trouver des personnages un peu moins stéréotypés. Cependant, j’avoue que leurs psychologies m’ont plus.

Une romance via site de rencontre

Click and love est un site de rencontre innovant. On vous fait passer des tests, on joue sur votre compatibilité. C’est assez intéressant comme principe. On met de côté les coups d’un soir pour mettre en avant la rencontre romantique avec le prince charmant. Le principe est sympathique, frais et moderne. Je suis plutôt hermétique à cette modernité d’habitude mais ici, cela fonctionne. On sent que l’auteur a réfléchi à l’approche. C’est très intéressant.

Les personnages secondaires et l’intrigue.

J’ai apprécié Jo et Ornella, ils sont deux personnages que l’on apprécie découvrir au second plan. J’aurais apprécié en savoir plus sur eux. Ils sont assez sympathiques à rencontrer.

L’intrigue tient debout. Cependant, les révélations finales, bien qu’assez explicatives par rapport à mes interrogations ne m’ont pas forcément hyper convaincu. Franchement, l’histoire de base était bonne, mais j’ai trouvé des choses trop compliquées, alambiquées. J’ai apprécié les conversations entre Paul et Julie. J’ai trouvé ces moments très sympathiques ainsi que la manière dont ils sont mis en place dans le roman. Cela permet de respirer dans la romance. C’est chouette.

La plume de l’auteur

Voilà une plume que je ne connaissais pas. J’avoue que j’ai passé un moment de lecture détente sympathique, assez agréable malgré les bémols que j’ai pu souligner. Cependant, j’ai trouvé que, par moments, l’auteur parvenait à me sortir des mots incroyablement… trop compliqués pour le genre proposé. Je ne pensais pas me confronter à des mots inconnus.

Les – :

  • Deux personnages principaux dont les conditions sont stéréotypées.
  • La plume de l’auteur parfois trop compliquée.
  • Une intrigue un peu trop farfelue sur la fin.

Les + :

  • Les psychologies et les passés respectifs des personnages.
  • Les personnages secondaires sympathiques.
  • La modernité de l’intrigue.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

13

Les masques feuillus – Eric Fagny

CVT_Les-masques-feuillus_8816.jpgRésumé : Quand la commissaire Gerrie Landen débarque à Nivelles, elle ne se doute pas de ce qui l’attend. À peine entrée dans ses fonctions, des faits troublants se succèdent : un vol dans la Collégiale, une voiture incendiée, une chapelle vandalisée et la disparition de quatre prêtres. Très vite, Gerrie se retrouve confrontée au silence complice d’une population attachée à ses traditions, sans compter le machisme d’un collègue et les faux-semblants d’un érudit local. En pleine campagne électorale, les pistes se multiplient… Tout cela aurait-il un lien avec les préparatifs de la 750e procession de sainte Gertrude ? Parcourez les rues mystérieuses de Nivelles en Brabant wallon où les vieilles pierres ont une mémoire millénaire. Visitez le cadre idéal d’un récit policier où les légendes locales remontent aux fondations de l’histoire européenne. Ce roman noir explore ce qui se cache derrière le folklore. Nombreux sont ceux qui reproduisent des gestes dont ils ont oublié le sens, jusqu’au jour où le sang devient l’encre de la connaissance.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Eric Fagny pour l’envoi de son colossal roman. Je suis toujours contente de recevoir vos livres, chers auteurs et éditeurs, mais quand je reçois un énooorme roman en format papier, je suis touchée. Je sais que c’est un énorme investissement et cela me touche. Alors, merci Eric pour votre envoi !

Ce roman est une belle surprise. J’avoue que je ne m’attendais pas à cela en le lisant mais j’ai passé un bon moment de lecture.

Une construction intéressante.

Au départ, on suit trois histoires, toutes assez différentes autant dans la fréquence des histoires que dans leurs contenus mais aussi dans les dates. En effet, on vacille entre notre époque et une époque beaucoup plus reculée. Si au départ, j’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait en venir, j’ai quand même su faire le lien. En fait, le lien est rapide à faire entre les deux histoires qui se passent à notre époque mais l’auteur est parvenu à piquer ma curiosité quant au lien qui pouvait unir les deux époques. Chapeau !

J’avoue que le départ a été un peu long pour moi, j’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’ambiance. Je pense que cela est dû à quelques longueurs et à mon interrogation suite à ce va-et-vient entre les différentes époques.

Néanmoins, ces longueurs se sont rapidement dissipées au fil de ma lecture.

L’intrigue principale & l’enquête policière.

Là où l’auteur est parvenu à me surprendre, c’est dans le contenu de son œuvre. En effet, l’intrigue principale reste l’enquête policière qui se révèle très mystérieuse. On fait la rencontre de Gerrie Landen, une commissaire fraîchement arrivée à Nivelles.

L’enquête policière est rondement menée. On se retrouve dans un tourbillon qui n’a qu’un thème commun : la religion. De près ou de loin, tous les éléments touchent une chapelle, une collégiale, des hommes d’église… Bref, quelque chose de louche se passe à Nivelles et Gerrie Landen veut comprendre ce qu’il arrive.

Un panel de personnages intéressant.

Avec trois histoires qui finissent par se rejoindre, il fallait forcément qu’il y ait un panel de personnages immense. La force d’Eric Fagny c’est qu’il parvient à rendre les personnages intéressants et très différents. Ils restent mémorables. On a une équipe policière assez représentative de ce que l’on peut trouver : les gens intelligents, effacés et puis un gros lourd qui casse tout sur son passage par ses manières malpolies. On a des témoins aussi captivants et mystérieux.

La plume d’Eric Fagny

Je l’ai particulièrement appréciée. Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette plume. Un vocabulaire précis est présent. Chaque mot est pensé et choisi méticuleusement, cela se sent. Je pense pouvoir dire que même si Eric Fagny ne se hisse pas au niveau de Dan Brown, je vous assure qu’il n’en est pas loin. Affaire et plume à suivre !

Les – :

  • Quelques longueurs au départ.

Les + :

  • Une construction sympathique et intelligente.
  • Une enquête policière et haletante.
  • Un panel de personnages incroyable.
  • Un personnage principal très intéressant.
  • Une plume incroyable.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

15

Saint Mary’s Bay – Intégrale (tomes 1 & 2) : Les jardins secrets de Lhattie Haniel

Résumés : 1897 — Ambrosia, cadette de la famille des Keighley, mène une vie tranquille à Maison Beauchamp tout en n’aspirant qu’à faire des promenades dans la forêt et à chasser papillons et autres insectes comme son grand-père le lui a enseigné dès lors qu’elle sût marcher. Mais le décès de son petit frère Edgar va plonger sa famille dans le besoin, ce qui n’arrange en rien les affaires de son père, Sir Humphrey, joueur invétéré et dépensier notoire auprès des gourgandines. Afin de récupérer de quoi poursuivre son train de vie dispendieux, il concède dans les liens du mariage sa cadette, sans qu’elle puisse y redire quoi que ce soit. Pourtant, toute jeune femme devrait se sentir flattée d’être ainsi distinguée par un homme si fortuné. Oui, certes ! Si Lord Greggson, comte de Langford, n’était pas son aîné de plus de cinquante ans ! Seulement, voilà ! À seize ans, une jeune fille rêve plutôt de rencontrer le prince charmant…

1902 — Un départ précipité de l’Amérique pour l’Angleterre avait fini par faire basculer à nouveau le destin de la jeune veuve Greggson, alors qu’elle venait de rencontrer le beau Dorian Valentyne. De retour au manoir familial, Ambrosia y avait retrouvé sa sœur aînée Edwina, à l’homosexualité cachée et aux secrets inavoués, lui vouant toujours une très grande haine. Mais heureusement pour Ambrosia, elle y avait retrouvé aussi son adorable mère, son affectueux grand-père, de divertissantes harpies, toutes aristocrates, ainsi qu’une ribambelle de domestiques, sans oublier sa divertissante marraine qui l’avait accompagnée. Les mois s’écoulent alors plus ou moins agréablement, malgré son vague à l’âme, jusqu’au jour où un grand nombre d’invités est attendu au manoir pour une chasse à courre. Bien qu’Ambrosia soit nouvellement fiancée au jeune médecin du village qui ne songe qu’à mettre la main sur sa fortune, l’un des invités ne la laisse pourtant pas si indifférente que cela…

Mon avis : Je remercie Lhattie Haniel pour l’envoi de ces deux romans en service presse. J’ai déjà découvert plusieurs romans de l’auteure et il m’en reste quelques-uns à découvrir.

Comme je vous ai déjà expliqué, je me suis fait un agenda pour mes chroniques. Ainsi, je vois plus clair dans les romans qu’il me reste à lire. J’étais honteuse de voir que dans ma liseuse, des romans étaient là depuis bien trop longtemps. C’est pour cette raison que jusqu’au mois de mars, vous allez trouver des romans que je « sors de ma liseuse » en urgence pour ne pas décevoir les auteurs. En effet, je me suis engagée (avec grand plaisir) et je tiens à respecter cela. Lhattie fait partie des gentils auteurs patients et je la remercie pour cela.

Je me suis donc penchée sur la duologie Saint Mary’s Bay ce mois-ci.

La rencontre de deux personnages intéressants

On fait la rencontre d’Ambrosia, une jeune femme assez sympathique. J’ai trouvé ce personnage assez original et fort. On se rend rapidement compte que c’est une jeune fille naïve mais qui n’est pas bête. Si elle aspire à l’air frais de la campagne, à des balades champêtres, elle sait ce qui se passe en ville. Cependant, Ambrosia va rapidement déchanter à cause d’un mariage forcé qui sauvera sa famille de la banqueroute. La famille d’Ambrosia est assez touchante bien que loin d’être parfaite. C’est vraiment très intéressant de voir comment l’auteure traite l’image de la famille au XIXème siècle.

Rapidement, elle se voit mariée à Lord Greggson, qui a bien 50 ans de plus qu’elle. C’est le choc des cultures et des traditions. Ambrosia va rapidement se retrouver propulser dans un monde qu’elle connait peu. Femme d’un lord, elle va vite se trouver loin de ses balades dans la campagne.

On fait aussi la rencontre de Dorian Valentyne. Il va rapidement prouver à Ambrosia que l’amour n’est pas ce qu’elle vit avec son vieux lord mais un sentiment bien plus vaste et agréable que ce qu’elle est en train de vivre. Dorian est un personnage que j’ai apprécié découvrir aussi. Je trouve que ces deux personnages sont très intéressants et que les mettre en tant que personnages principaux est une très bonne idée.

Un panel de personnages très riche

Je pense que c’est une force dans ce roman mais aussi une faiblesse. En effet, c’est assez contradictoire de dire cela mais il y a trop de personnages et que, par moments, ils sont un peu stéréotypés. Même si j’en ai apprécié beaucoup, j’ai trouvé que le changement de focalisation sur les différents couples était assez difficile à comprendre. J’ai perdu le fil plus d’une fois et c’est aussi ce qui m’a poussé à lire les deux romans d’affilée pour être certaine de comprendre. J’ai eu peur qu’une pause entre les deux ne me desserve plus qu’autre chose.

L’intrigue

J’avoue que ce n’est pas un coup de cœur pour ce roman. Cependant, il se laisse facilement lire et l’on veut savoir ce qu’il va advenir du duo Ambrosia/Dorian. Si l’intrigue principale qui tourne autour du duo m’a plu, je reste quand même dubitative sur certains points de l’intrigue. Je me suis retrouver dans un monde riche, ostentatoire et malheureusement, je ne me suis pas plu dans ce monde qui ne reflète pas forcément la réalité de la plupart des personnes du XIXème siècle. Je comprends bien qu’Ambrosia pénètre dans un monde qui ne ressemble pas au sien mais j’aurais apprécié qu’elle mette plus en avant ses valeurs et qu’elle garde la tête haute.

L’intrigue garde les codes de la romance historique et j’ai apprécié les retrouver. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas plongée dans ce genre qui est un genre que j’apprécie énormément.

Cependant, le voyage en soi m’a bien plu. C’était assez intéressant.

La plume de Lhattie Haniel.

Malgré le fait que ce roman ne soit pas un coup de cœur, je l’ai trouvé agréable à lire. C’est un roman pour se détendre. La plume de Lhattie Haniel est toujours aussi belle, pleine de poésie et très appréciable. C’est une force pour ces deux tomes.

Les – :

  • Trop de personnages à mon goût.
  • Quelques clichés.

Les + :

  • Le duo Ambrosia / Dorian que j’ai apprécié suivre.
  • Les deux tomes sont complets, on n’est plus en demande à la fin. On sait tout.
  • La plume de Lhattie Haniel.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Les lettres à Juliette – Ninon Amey

xcover-2790.jpgRésumé : « Dans la vie comme dans les livres, certaines belles histoires ne sont pas destinées à être vécues. » Nina n’a pas été épargnée par la vie. À 18 ans, c’est une jeune écorchée vive. Son coeur a perdu toute envie de battre. Pour qui, pour quoi le ferait-il ? Imprégnée de l’histoire de Roméo et Juliette, son couple modèle, elle entreprend, seule, un voyage sur la terre célébrée par Shakespeare. De rencontres en découvertes, elle prendra conscience que la vie, si injuste soit-elle, sait aussi apporter des moments de bonheur. Saura-t-elle les reconnaître ? Ce voyage lui permettra-t-il de trouver enfin un sens à sa vie ? Dans sa nouvelle romance, Ninon Amey aborde, par une plume douce et délicate, des thèmes sensibles tels que la maladie, le deuil, ou encore le suicide. Elle fait voyager son lecteur entre la France et l’Italie. 

Mon avis : Je remercie Ninon Amey pour l’envoi de son roman en service presse. J’ai pu découvrir la plume de cette auteure via SimPlement et j’avoue être tombée sous le charme de ses histoires. Ninon Amey est une personne très gentille avec qui discuter est d’une facilité incroyable.

J’ai souri dès la lecture du résumé. Le personnage principal s’appelle Nina. Lors de ma première chronique, au lieu d’appeler l’auteure par son vrai prénom, je l’ai appelé Nina. C’est donc avec cette anecdote que j’ai commencé ma lecture.

Ninon m’a demandé de ne pas chroniquer avant le 09 février qui marquait le jour de la sortie de son roman. Pour ne pas me tenter, j’ai lu ce roman le jour même ! Au moins, je pouvais hurler ma joie rapidement et non ronger mon frein.

Un résumé qui m’a fait peur

J’ai eu légèrement peur en lisant le résumé. En effet, on comprend rapidement que la vie de Nina n’est pas toute rose. L’évocation des amants maudits de Vérone et de sa volonté de faire un voyage, on sait tout de suite que ce que l’on va lire ne va pas être évident. J’avoue que c’est un sujet que je n’apprécie pas forcément découvrir.

Deux personnages principaux forts

On fait la rencontre de Nina, une jeune femme de dix-huit ans qui a décidé de faire un voyage à Vérone pour parvenir à l’élaboration de son projet. Projet que l’on découvre tout au long du roman. J’ai aimé ce personnage féminin très fort. Elle se replie complètement sur elle-même, certaine de son choix et de ne pas être comprise des autres. Nina est une personne peu souriante, très solitaire. Elle ne se mêle pas forcément aux autres. Elle dessine énormément et semble très douée pour cela. C’est une jeune femme dans la tourmente, clairement. On a tout de suite envie de la prendre sous notre aile.

D’un autre côté, on rencontre Benjamin, un jeune homme de vingt-huit ans qui est le chauffeur de bus dans lequel se trouve Nina. Ensemble, ils descendent vers la ville de Vérone (que j’ai adoré découvrir). Benjamin est une crème. Il a un caractère incroyable : il pardonne aussi vite que son ombre. Il essaye de comprendre et d’aider son prochain. C’est fou. Rapidement, on se rend compte que ce personnage a le cœur sur la main.

Le charme du paysage italien

Quel bonheur ! Voilà un pays que j’apprécie retrouver dans mes lectures. Ninon Amey a la justesse au bout de sa plume ! Les décors sont somptueux. On s’y croirait. C’est très prenant. J’aime énormément l’histoire de Roméo et Juliette et Vérone est une ville que j’aimerai beaucoup découvrir. Les vestiges proposés sont très beaux et les paysages aussi.

L’intrigue prenante et surprenante

J’ai aimé l’idée de Ninon. Cette idée que tout ne peut pas être noir ou blanc. Elle décrit la vie telle qu’elle est : avec ses épreuves et ses belles aventures. Nina est un personnage qui est dépassé par les épreuves que lui impose la vie. Cependant, dans cette romance, on apprend quelque chose d’important : l’acceptation. Il faut savoir dire « stop » et avancer. Il faut aller de l’avant parce que quelque chose ou quelqu’un va nous faire du bien, nous aider à relativiser et à avancer.

Les différents personnages secondaires sont très plaisants. Le panel proposé est composé de personnages de tout âge. Cela retranscrit bien l’idée que le bonheur peut être présent partout, à tout âge et que cela ne se réduit pas forcément à une relation amoureuse. L’amitié, le partage, l’envie et le rire peuvent aussi être les ciments des souvenirs qui formeront ces beaux moments de la vie.

Cette intrigue plaira à de nombreuses lectrices avides de belles romances.

La plume de Ninon

Comme d’habitude, je n’ai rien à redire sur ce point. Voilà la chronique de mon troisième coup de cœur de l’année. C’est une lecture qui est charmante et cela est dû à la plume de l’auteure qui parvient, avec justesse, à nous retranscrire les émotions des personnages. La plume de Ninon est belle, drôle, dynamique. On est vraiment transporté dans une histoire ultra plaisante malgré les sujets difficiles qui peuvent être abordés.

Les – :

  • Je ne trouve rien à redire à cette histoire. Tout est positif. C’est très bon ! Bravo Ninon.

Les + :

  • Le personnage intense qu’est Nina. C’est un personnage symbolique et coup de poing que j’ai apprécié suivre.
  • Le personnage de Benjamin qui se montre compréhensif et à l’écoute.
  • La plume de Ninon que j’adore. Je suis fan !
  • Le voyage à Vérone avec l’intrigue de Roméo et Juliette en toile de fond.
  • Le panel de personnages secondaires que j’ai apprécié.
  • Les ellipses temporelles très bien réussies.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Les aventures d’Edgar Nelson de Franck Driancourt

xcover-2741.jpgRésumé : En vacances chez ses grands-parents, loin de ses amis, de sa console et de ses habitudes, Edgar va découvrir malgré lui, un monde fantastique. Un monde qui le transportera de l’autre côté de l’Atlantique, dans le Mississippi, au milieu du dix-neuvième siècle. Il y fera la connaissance de Tom Sawyer, Huckleberry Finn, Becky et… retrouvera oncle Christophe. Au cœur d’une machination diabolique, il tentera l’impossible pour arracher son oncle des griffes de la mort.

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions Nouvelle Bibliothèque. Souvenez-vous, il y a quelques temps, je vous criai ma joie de faire partie des partenaires de cette maison d’édition du côté adulte mais aussi du côté jeunesse. Voici ma première expérience jeunesse pour les éditions Nouvelle Bibliothèque.

Une intrigue très bien maîtrisée.

Voilà une première lecture très sympathique ! On a une belle intrigue qui se dessine devant nous. En effet, j’ai trouvé que les notions abordées étaient sérieuses mais traitées avec un regard assez doux et une certaine innocence.

On fait la rencontre d’Edgar Nelson, un jeune garçon qui m’a énormément plu dès le départ. C’est un jeune homme qui est coincé pour ses vacances chez ses grands-parents au beau milieu de nulle part.

Ed est un jeune homme qui a la tête sur les épaules. Il a vécu des situations assez dures pour son jeune âge mais la pire reste la perte de son oncle Christophe. Il aime ses grands-parents, cela ne fait aucun doute. Cependant, depuis la mort de son oncle, c’est compliqué pour lui de revenir et de vivre dans les souvenirs de son oncle. Cet oncle qu’il aimait tant, qui le comprenait et qui répondait à ses questions. La perte est énorme pour lui mais aussi pour ses grands-parents.

Parallèlement à cette intrigue implantée dans le réel, on a aussi une partie fantastique dans cette histoire qui est assez intéressante. Ed tombe dans une histoire incroyable : celle de Tom Sawyer. Il va rapidement faire la connaissance de Tom, Huckleberry Finn et Becky et vivre une aventure délirante. Il retrouvera son oncle Christophe dans cette histoire. Pour le jeune homme, revoir son oncle est une formidable surprise. Une enquête est menée par les jeunes pour sortir Oncle Chris d’un sacré pétrin. J’ai trouvé que cela était une bonne idée pour les plus jeunes. En effet, rien de mieux pour commencer les romans policiers!

Des notions universelles qui rassemblent les lecteurs.

Petits et grands sont touchés par les notions soulevées dans ce roman. En effet, les notions de deuil, d’amour, de famille et d’espoir sont présentes. A travers le personnage d’Edgar, on voit comment l’enfant peut se sentir démuni face à des problèmes d’adulte et la manière de faire son deuil. Il voit que les choses ont changés, que son oncle lui manque, que sa mamie a mal. Je pense m’être beaucoup attaché à ce petit garçon parce que j’ai vécu la perte de ma tante et j’ai vu ma grand-mère souffrir le martyr de l’absence de sa fille. Je ne pouvais que comprendre.

La littérature classique remise au goût du jour.

J’ai apprécié retrouver la littérature classique dans un roman jeunesse. En effet, Tom Sawyer est une vieille aventure que l’auteur dépoussière avec brio ! J’ai juste eu envie de relire ce roman une fois que j’avais terminé le roman de Franck Driancourt. J’espère que les plus jeunes auront la même envie que moi.

La plume de Franck Driancourt.

En plus de découvrir un nouveau roman, j’ai découvert une nouvelle plume qui est très sympathique. L’auteur véhicule des notions intéressantes que les jeunes comme les adultes peuvent apprécier dans la lecture. La plume est abordable, elle est facile d’accès. C’est très bien. Le roman regorge d’humour.

Les – :

  • J’aurais apprécié plus de moments entre Ed et ses grands-parents.

Les + :

  • Les notions véhiculées dans le roman.
  • La plume de l’auteur.
  • Le fait de donner envie de relire des classiques de la littérature.
  • Un roman qui peut plaire aux petits comme aux grands.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

A(i)mer d’Odehia Nadaco

CVT_AiMER_5217Résumé : Bronx, New York, 2005. Deux ans avant « Knysna ». Il est des rencontres qui marquent à jamais, gravées au fer rouge dans le cœur comme la brûlure d’une cigarette sur le derme. Une plaie refermée sur des démons, enfouis en vous pour toujours. Vivre avec en silence, survivre dans l’oubli, expier, comme une malédiction… Et si pour la première fois d’une vie sur le fil, il était possible d’apaiser les tourments ? Mais qu’en ce matin de février, votre passé frappait à votre porte et s’en prenait à votre seul ami et allié ? Et si… vous aviez tué la seule personne qui ait su vous aimer ?
AVERTISSEMENT : Certaines scènes pouvant choquer la sensibilité des lecteurs, ce roman est destiné à un public adulte et averti.

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman. En effet, A(i)mer est ma lecture du mois de février dans la catégorie « littérature noire ».

Une plongée dans un univers étouffant & sordide

Purée. J’ai été scotchée par la densité et la profondeur de l’univers proposé par Odehia Nadaco. Je trouve que ce roman a sa place dans cette catégorie. On ne pouvait pas mieux l’illustrer ! L’auteure place le lecteur dans une situation délicate. Je me suis sentie mal à l’aise tout au long de ma lecture. Les sujets abordés sont durs et on a l’impression que cette douleur, cette mélancolie et cette tristesse ne nous quittera pas. Autant vous dire que pour une lectrice comme moi, ce fut un long chemin. Néanmoins, je suis contente d’avoir découvert ce roman.

A(i)mer est un roman coup de poing. Le jeu de mots est, ici, justement illustré. J’ai trouvé l’idée brillante. On y parle d’amour, c’est certain. Cependant, on ne traite pas cette notion comme on pourrait le penser. Pour moi, l’amertume se traduit parfaitement bien dans les mots de l’auteure.

Ce roman est un roman qui en accompagne un autre, il se nomme Knysna. Je ne sais pas si 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nj’aurais le courage et le cœur assez accroché pour lire ce roman mais, si vous êtes un lecteur qui apprécie les romans ultra noirs, je ne peux que vous le conseiller. Il faut aussi souligner le fait que les deux romans peuvent se lire indépendamment.

L’intrigue reste assez noire aussi même s’il n’y a rien de nouveau. Hilton fuit des gens qui lui veulent du mal. Vengeance, trahison, haine et danger sont au rendez-vous. Clairement, ce roman ne m’a pas intéressé pour son intrigue.

Un personnage principal qui nous prend aux tripes

On fait la rencontre d’un jeune homme Hilton. C’est un jeune homme de bonne famille qui nous sidère par ses choix. On se demande pourquoi il ne sort pas de la spirale infernale dans laquelle il est. Rapidement, on comprend que ce personnage n’est pas le genre à s’enfuir et à tout laisser derrière lui. Je l’ai trouvé admirable. La loyauté qui le caractérise est touchante. Plus je me suis plongée dans cette histoire, plus je me suis attachée à ce personnage.

La plume d’Odéhia Nadaco

Si j’ai eu du mal à lire ce roman, ce n’est certainement pas à cause de la plume de l’auteure! En effet, c’est particulièrement étrange mais, même si l’intrigue m’a dérangée à certains moments (je reviendrai sur ce point par la suite), je ne pense jamais regretter de m’être plongée dans cet univers tant la plume de l’auteure est spectaculaire ! Je suis scotchée par la qualité de la plume. A l’image de son roman, Odéhia Nadaco nous percute par la manière qu’elle a de nous raconter les choses. C’est direct et froid. Le lecteur encaisse les coups et finit K.O. tant la plume de l’auteure est frappante.

L’avertissement

Je vous préviens tout de suite, l’avertissement n’est pas à prendre à la légère. C’est une lecture dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus donc pour être impartiale dans mes jugements, je suis allée jusqu’au bout même si cela m’a demandé un effort. Encore une fois, je souligne que le travail de l’auteure et sa qualité ne sont pas remis en question mais ce roman est trop noir pour moi. En effet, les scènes de violences sont très présentes et l’auteure ne fait pas dans la demie mesure ! C’était un peu trop pour moi.

Néanmoins, je suis heureuse d’avoir été jusqu’au bout de ma lecture. Cette dernière m’a poussé dans mes retranchements. Cette lecture m’a malmenée mais je pense que c’est un mal pour un bien. Je finis donc cette lecture sur une note « positive » (je suis sous xanax pour le moment, mais ça va passer.)

Les – :

  • Même si j’ai été avertie, j’ai été secouée par les scènes trop violentes pour moi.

Les + :

  • La plume de l’auteure qui est une révélation.
  • Le personnage de Hilton qui m’a beaucoup plu.
  • Le fait d’être ressortie grandie de cette lecture.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie