6

Le premier jour de l’hiver – Sylvain Boutelier

cover-2149Résumé : Lalie a toujours un sourire accroché au visage. Sur le chemin de la vie, elle aime danser, jouer, courir comme tous les enfants. Elle porte en elle le bonheur qui la fuit depuis sa naissance et incarne l’héroïne d’un récit qui nous transporte de l’émotion à l’espoir, de la colère à la réflexion. Ce manifeste de la volonté nous fait vivre le combat des parents de Lalie, pour parvenir petit à petit à la faire avancer, et l’aider à devenir une petite fille comme les autres. À l’heure où la place de la femme dans la société est une question centrale, c’est aussi le regard d’un papa, l’évocation de ses réussites, de son implication, de ses échecs et de ses faiblesses face à la force de l’instinct maternel.

Mon avis : Pour commencer, je remercie Sylvain pour m’avoir envoyé son roman en Service Presse. Vous savez que je suis ennuyante sur ce point, généralement, je n’accepte pas les témoignages, surtout lorsqu’il s’agit de témoignage où un enfant malade est présent. C’est une situation très compliquée pour moi. Ma sœur est née cardiaque (oui, elle a le cœur à l’envers, plus vers la gauche donc. On a vécu des heures, des jours, des semaines d’angoisse) et lire ce genre, est toujours très compliqué pour moi parce que cela me replonge dans ceci et c’est dur.

Sylvain Boutelier a su me convaincre : on a étudié à la même faculté, à quelques années de différence quand même, il est de la même région que moi et surtout : sa femme s’appelle Pauline. À un moment, il faut arrêter de s’acharner et de croire au destin, c’est ce que j’ai fait : j’ai accepté de lire ce témoignage.

J’ai donc découvert le quotidien de Pauline & Sylvain qui attendent la venue de la petite Lalie. Rapidement, ils comprennent que quelque chose ne se passe pas bien. Pauline est mal, constamment malade et Sylvain est impuissant face à la détresse de sa femme. Je crois que c’est la pire des choses pour un homme : voir sa femme souffrir et ne pouvoir rien faire pour la soulager. C’est vraiment une notion qu’il faut souligner parce que Sylvain la traduit très bien dans ce roman, on se sent aussi impuissant que lui en priant le bon dieu pour que Pauline tienne et que Lalie aille bien.

Ce que j’ai apprécié dans ce témoignage, c’est le fait que Sylvain prenne la parole. On a le point de vue du papa et non de la maman qui aurait aussi pu écrire, de manière encore plus personnelle, sa grossesse. Cependant, à travers les yeux de Sylvain, on a un côté très touchant : le mari et le papa parle, raconte comment lui a vécu cette grossesse. J’ai trouvé cela charmant et très intéressant.

Lalie a une malformation de la fente palatine : elle a du mal à manger (problème de succion pour bébé) mais aussi un trouble du langage, c’est donc une petite fille particulièrement attachante que l’on découvre. Un trouble de l’oralité est aussi à souligner chez Lalie. À l’image de sa maman Pauline, elle ne manque ni de courage, ni de vie pour battre ces malformations qui la touche.

C’est donc une vie compliquée, difficile qui se dessine sous nos yeux. J’ai été touché par la force de ces parents et de cette petite fille qui se bat tous les jours pour faire de sa différence, un atout. Je suis persuadée que cela fonctionnera.

J’ai apprécié la plume de Sylvain qui est vraiment très agréable à lire. On se retrouve dans un univers qui fait peur mais c’est avec une douceur extrême dans les mots qu’on le découvre. C’est plaisant.

Ce roman n’est pas un coup de cœur parce que le côté témoignage n’est pas un genre que j’apprécie particulièrement mais Sylvain est parvenu à me faire revoir mon avis sur ce genre. Ce n’est pas gagné mais sur la bonne voie.

Les – :

  • Le format témoignage.

Les + :

  • La famille d’une force incroyable.
  • La plume de Sylvain.
  • Un gros coup de cœur pour la petite Lalie.

Et je me permets de faire un gros bisou à Lalie !

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
3

Cape Cove Tome 2 : Tempête sur Cape Cove – Sully Holt

51AgTbDm44L._SY346_.jpgRésumé : Alors que la petite station balnéaire de Cape Cove se remet doucement des événements survenus au printemps précédent, que Flynn et Monroe pansent leurs plaies et rattrapent le temps perdu tout en menant de front leurs carrières respectives, leur ami John Charowski se débat avec ses doutes dans l’ignorance générale. Rongé par l’amertume, il boit plus que de raison et dissimule ses pulsions secrètes dans les bars gay qu’il fréquente la nuit. L’arrivée d’une ancienne connaissance de Monroe pourrait bien tout bouleverser et le faire sortir de sa spirale infernale.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Sully Holt pour sa confiance. En effet, après avoir dévoré le premier tome de cette saga M/M, je n’ai pas hésité une seconde avant de demander s’il était possible de lire le deuxième tome. Alors, merci Sully pour votre confiance et votre gentillesse. Vous m’avez fait découvrir un genre que je ne pensais pas pouvoir apprécier. C’est vraiment une très belle découverte que je ne regrette absolument pas.

Cap sur Cape Cove pour un second opus des habitants de cette petite station balnéaire. Nouveau voyage que j’ai beaucoup apprécié. On s’attarde ici sur un personnage un peu particulier : John Charowski, dit Char’. Personnage en retrait, qui n’a pas avalé le fait que Flynn soit parti pendant quinze ans et s’en sorte aussi bien en revenant dans son patelin les mains dans les poches. Il ne supporte pas qu’il s’en sorte si bien et son homosexualité est aussi un problème.

Tout cela cache bien évidemment un mal être que John vit depuis des années. Il fait tout pour cacher cette « part sombre » qu’il a en lui. Il a de plus en plus de mal à la dompter surtout lorsque Quinto Sanchez arrive dans sa vie.

Quinto est aussi un personnage que l’on connait quelque peu dans le premier tome de la saga Cape Cove. C’est un ancien camarade de prison de Monroe. Etant en grande détresse, il se doit de quitter Portland pour mettre Eugenio – Niño- en sécurité. Quoi de mieux qu’une petite station balnéaire, calme, sans histoire pour reprendre sa vie à zéro le temps que cela se calme sur Portland ?

John, avec ses problèmes d’alcoolisme qu’il renie, ses mots déplacés et son intolérance à l’homosexualité à un caractère de cochon !!! Quinto ne se laisse pas faire et tente de dompter cet homme qui lui fait un effet monstrueux. Entre eux nait un jeu de regards, des scènes où le désir est à son paroxysme. On a donc le droit à une belle relation qui nait sous nos yeux. John ne veut pas y croire, ce n’est pas un homosexuel, rapidement Quinto va lui montrer que deux hommes peuvent s’aimer sans que la foudre ne leur tombe sur la tête. Il faut vivre ! C’est vraiment une très belle pensée. Un beau message exprimé dans le roman.

On suit aussi, d’un peu plus loin, le couple Flynn/Monroe qui vit le parfait amour. On fait aussi une nouvelle découverte pour Charlie qui voit quelque chose lui tomber sur la tête… J’émets une réserve sur cela. J’ai une impression de « trop ». Je ne sais pas trop comment expliquer sans spoiler ceci. Je vais juste donc dire que j’espère en savoir plus dans le prochain tome. Sully Holt parviendra peut-être à m’enlever cette impression.

L’intrigue est assez sympathique, on a un bon rythme, on ne s’ennuie pas. Ce que j’apprécie beaucoup c’est que l’on vit avec la station balnéaire, on s’intéresse de près ou de loin à tous les personnages qui rythment le village. C’est vraiment bien ! On a l’impression de vivre avec cette communauté. Je trouve cela chouette !

Je vous préviens : il y a des scènes de sexe. Elles ne sont pas nombreuses (non, pas de sexe pour dire d’ajouter des pages, c’est très appréciable).

Les – :

  • Cette impression de « trop » vis-à-vis de ce que vit Charlie.

Les + :

  • Le décor de la station balnéaire de Cape Cove.
  • Les multiples personnages (j’espère que l’on va s’intéresser à Lucky bientôt J)
  • La plume de Sully Holt que j’adore !
  • Les personnages principaux masculins qui révolutionnent une nouvelle fois les stéréotypes que l’on peut lire sur les personnes homosexuelles.
  • Aucune vulgarité dans les scènes de sexe, c’est un très bon point.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Vous pouvez retrouver mon avis sur le premier tome de la saga Cape Cove par ici.

41QDHuwzd+L._SY346_

12

La chronique des Bridgerton – Tome 2 : Anthony – Julia Quinn

téléchargement (3)Résumé : Les Bridgerton sont stupéfaits : le vicomte Anthony veut se ranger ! Et il sait ce qu’il veut : une femme dont il ne risque pas de tomber amoureux, car l’amour est subalterne dans le couple. Edwina Sheffield est la reine de la saison, c’est donc elle qu’il épousera, et l’affaire sera réglée. Sauf que la demoiselle a une sœur dont l’influence est primordiale. Or, Kate Sheffield oppose son veto : un débauché comme Anthony n’est pas un parti convenable pour Edwina. Ce dernier est offensé. Lui, le célibataire le plus convoité de Londres, indésirable ? Pour qui donc se prend cette péronnelle, qui ne connaît rien à la vie, pour oser le critiquer ? Il va lui prouver qu’il est irrésistible !

Mon avis : Je poursuis mes lectures personnelles (il faut bien que je lise la quantité incroyable de romans que j’ai acheté !).

J’ai acheté toute la saga des Bridgerton, et lu les 4 premiers, il était temps de les chroniquer je crois ! J’ai décidé d’alterner les Services Presses et les lectures personnelles. C’est un rythme que j’apprécie beaucoup, je prends plus de plaisir ainsi et cela me fait plaisir de découvrir les petites pépites qui attendent patiemment dans mes étagères.

Nous replongeons donc dans l’univers historique de la famille des Bridgerton. Si le premier tome était sur Daphné, on se concentre ici sur Anthony, l’aîné de la fratrie. J’aime toujours autant me plonger dans cette saga, la famille est une famille très attachante. Ils sont nombreux, on a donc un panel de personnages assez incroyable. Il règne une sensation incroyable au sein des membres de la famille : bien sûr, il y a de l’amour mais tout le monde se mêle de toutes les histoires des uns et des autres et donne son avis même si on ne lui demande pas, j’adore ça. Les joutes verbales entre frères et sœurs sont assez sympathiques et cela donne un ton plutôt frais à la saga en général.

Anthony est le plus vieux, après des années de libertinage, décide de se ranger. Terminé les histoires d’un soir, lui le plus séduisant des célibataires de Londres doit se ranger, assurer la descendance avant de mourir. Il est persuadé qu’il ne vivra pas plus longtemps que son père, qui est décédé subitement d’une piqûre de guêpe à 40 ans. Il est donc hors de question de croire en l’amour, de faire souffrir une femme.

Il jette son dévolu sur Edwina Sheffield, une belle demoiselle, reine de la saison mondaine. Impossible d’aimer ce genre de filles, on part donc dans une histoire qui va les mener droit dans le mur mais on y va quand même. Cependant, les plans d’Anthony sont un peu mis à mal par la sœur d’Edwina, Kate, qui s’oppose à cette union.

Kate est une jeune femme formidable. C’est la grande sœur d’Edwina. Elle est intelligente, le nez dans les livres et n’aspire à rien de plus qu’à faire la fierté de sa famille en se mariant. Cependant, Kate est une femme, elle est une « vieille fille » aux yeux de la société.

Kate et Anthony sont donc à couteaux tirés : lui refuse de renoncer à ce qu’il veut, elle veut protéger sa sœur des mœurs trop libertines de ce goujat d’Anthony.

Julia Quinn nous embarque encore une fois dans une histoire assez sympathique, on apprécie suivre les histoires d’Anthony et la volonté de sa mère à lui ouvrir les yeux, bref, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Ce n’est pas forcément un coup de cœur parce que le schéma habituel de la romance historique est bien présent : on n’a rien de révolutionnaire. On passe un beau moment de lecture grâce à ce panel de personnages, à cette histoire sympathique et surtout grâce à la plume de Julia Quinn que j’aime toujours autant !

Les – :

  • Rien d’original. On suit toujours le même schéma dans la romance historique.

Les + :

  • La plume de Julia Quinn ♥
  • Le panel de personnages que j’ai apprécié et les relations frères/sœurs.
  • L’univers et les décors de Londres.
  • Les débuts de chapitres avec les potins mondains.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

Retrouvez mes chroniques de la saga de Julia Quinn juste ici

daphna10.jpg

18

Never give up Tome 1 : Find You – F.S Gauthier

never-give-up-tome-1-find-you-992479-264-432.jpgRésumé : Gaby, jeune femme de 24 ans, rejoint ses amis musiciens dans un bar parisien où ils se produisent tous les vendredis soirs. Un client du bar, grand, brun, tatoué, le visage couturé de cicatrices et au regard hostile, l’interpelle de la plus irrespectueuse des manières. La jolie brune décide de donner une leçon à ce type aussi froid qu’un glaçon, mais ne s’attend certainement pas à ressentir du désir à son contact.

Mon avis : Je remercie F. S. Gauthier pour l’envoi de la saga Never Give Up publiée chez Erato Editions. Je suis contente d’avoir tenté ma chance avec cette saga. Vous savez que le New Adult est un genre que j’aime bien mais je n’en suis pas non plus folle dingue.

Je me conforte dans l’idée que le New adult reste un moment de parfaite détente mais qu’il n’est pas un genre que je lirai les yeux fermés mais j’ai passé un bon moment avec ce premier tome.

On fait la rencontre d’une jeune femme, Gabriela, dit Gaby. Du haut de ses 24 ans, Gaby est une jeune femme qui a un sacré caractère, elle ne se laisse absolument pas faire par rien ni personne. Elle n’a pas froid aux yeux. Gaby est la fille d’un homme qui a tué de sang-froid la mère de Gaby ainsi que son grand-père. Se cachant sous la couverture d’un vendeur et producteur de café, son père est un énorme dealer de drogues en Colombie… Le pays de tous les dangers.

Juan, le père de Gaby envoie Ice aka Demon aka le balafré chercher Gaby pour l’amener en Colombie. Ice est un home incroyable. Il parait robuste, froid voire carrément glacial. Cependant, au fil des pages, on se rend compte que Ice cache un cœur énorme et que c’est un gros nounours qui m’a attendri rapidement.

L’intrigue est assez prenante je dois dire. On se retrouve dans la villa de Juan en Colombie avec Gaby et Ice ainsi qu’avec les sbires de Juan. Angelo, Manuel, Paco et bien d’autres. Franchement, le panel de personnages est assez sympathique à découvrir dans le sens où ils apportent énormément à l’intrigue. En effet, j’ai trouvé cela intéressant d’entrer dans l’univers de la drogue et de la richesse. Je ne connaissais pas et j’avoue que l’ambiance est assez explosive, on ne s’ennuie jamais !

La relation entre Gaby et Ice est une relation assez sympathique : un petit jeu du chat et de la souris. Gaby ne se laisse pas démonter par la masse qu’elle a devant elle, j’ai trouvé ça charmant.

J’ai apprécié cette notion de chassé-croisé entre le passé et le présent mais aussi la volonté de Gaby de vouloir comprendre le passé et comment sa mère est réellement morte.

La seule chose que je peux reprocher à ce roman c’est le vocabulaire employé lorsque l’on parle de sexe. C’était, pour moi, beaucoup trop direct et vulgaire. Vu que le sexe, le désir et l’envie sont une partie importante de ce premier tome, il y en a pas mal. C’est une question de gout me direz-vous, mais malheureusement, je n’y adhère pas.

Les – :

  • Les scènes où l’érotisme et le sexe sont présentes sont trop vulgaires et brutales pour moi.

Les + :

  • Un couple détonnant
  • Une plume très sympathique.
  • Une intrigue assez bien trouvée. La Colombie et la drogue : du jamais vu pour moi.
  • Le chassé-croisé entre le passé et le présent.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Paradoxes – Tome 1 : Nytayah – L. A. Braun

CVT_Paradoxes-tome-1--Nytayah_1656.jpgRésumé : Bruxelles en l’an 2147. Le Ministère des Affaires Anormales enquête sur une succession de meurtres étranges. Bientôt, l’inspecteur Jared Thorpe se retrouve mêlé personnellement à cette affaire, découvrant ainsi que des grandes puissances sont à l’œuvre, outre les prémices de la guerre entre vampires et loup-garous. Il y a bien plus en jeu que sa propre survie ; l’équilibre du monde est menacé. Dans cet affrontement entre le bien et le mal, Jared saura-t-il démêler le vrai du faux, trouver ses véritables alliés et découvrir le rôle qu’il aura à jouer ?

Mon avis : Je remercie L. A. Braun pour l’envoi de ce service presse. Merci aussi à Alicia d’avoir glissé mon nom dans une liste de bloggeuses (toutes aussi talentueuses les unes que les autres d’ailleurs ^^) pour ce service de presse. Le bouche à oreille, c’est fantastique je trouve J !

Ce roman est une claque. Je ne sais pas comment vous en parler tellement il y en a tant à dire mais dans un but de ne pas vous gâcher la surprise, il va falloir que je modère mes propos et que je fasse planer le suspens sur ce que vous allez découvrir.

Ce roman fait partie des inclassables pour moi. Ce n’est pas une mauvaise chose, selon moi. En effet, je ne sais pas si c’est plutôt du fantasy ou du policier. Bref, c’est un bon et savant mélange entre ces genres qui fait que l’on passe un moment de lecture surprenant et différent de ce que l’on peut avoir entre les mains habituellement.

A la casquette du roman fantasy à la croisée avec le roman policier, on peut aussi ajouter le fait que ce premier tome fait partie d’une saga d’anticipation puisque l’action se passe au XXème siècle. On n’y est pas encore tout à fait mais cela se passe dans un futur proche dirons nous.

L’intrigue se déroule chez mes voisins les belges. C’est assez appréciable de changer de coin. En effet, rares sont les romans qui croisent mon chemin et qui se passent à Bruxelles ou partout ailleurs en Belgique. C’est sympathique.

Ce que j’ai aussi apprécié, c’est le panel incroyable de personnages. Ils sont nombreux, tous différents les uns des autres et qui portent une casquette de personnages stéréotypés des romans noirs et policiers. Cependant, ce que j’ai apprécié, c’est le fait que l’auteur les dépouille de ces stéréotypes pour en faire des personnages atypiques qui ont tous des vies mouvementées, cachées. Cela donne un nouvel aspect à ce premier tome.

On est dans un futur catastrophique. En effet, tout est ravagé, on arrive dans un monde d’une manière assez surprenante, tout est dépouillé, on se retrouve avec des loups garous et des vampires. Bref, on a l’impression que cela part dans tous les sens mais je vous assure que l’auteure maîtrise son sujet avec beaucoup de brio.

Jared est un personnage que j’apprécie grandement. En effet, c’est un homme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. On trouve vraiment de belles choses dans ce roman. Cette enquête policière est une très bonne idée. J’ai trouvé que Jared apportait beaucoup au roman qui est dynamique et qui nous permet de passer un moment de lecture surprenant et original. Quelle belle idée d’avoir crée le ministère des affaires anormales. C’est vraiment bien trouvé !

C’est un tome 1 qui laisse bien entendu, entrevoir quelques petites choses pour le tome 2. Ce que j’ai apprécié c’est le fait que l’enquête policière trouve une fin dans ce premier tome. On a, ainsi, une sorte de fin mais qui peut découler sur un deuxième tome qui pourra être très intéressant.

La plume de l’auteure est saisissante et fait de ce roman un vrai page turner pour les fans du genre. Je pense que le fait que ce roman soit inclassable ajoute vraiment un beau point pour ce roman.

Ce n’est pas un coup de cœur pour moi puisque j’ai du mal avec les arrivées apocalyptiques ainsi que les combats entre vampires et loups garous mais ce dernier me réconcilie avec le genre ! Vraiment, c’est une excellente découverte.

Les – :

  • Le retour des vampires contre les loups garous. Sujet un peu usé pour moi. Cependant, l’auteure s’en sort bien !

Les + :

  • Les décors : Bruxelles est une très belle idée, on change un peu.
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé très bonne.
  • Cette multiple casquette au niveau des genres. 
  • Le personnage de Jared que j’ai trouvé très intéressant.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Le baiser écarlate – Virginie Carré Lapresad

51IesCpMBpL._SX195_.jpgRésumé : Lorsque la haine est plus forte que l’espoir ! 853 – Irlande. Partagée entre mon amour pour Aedan et ma fierté, j’ai commis l’irréparable. Et tout a basculé. Ce matin-là, jamais je n’aurais cru pouvoir haïr à ce point ! Même l’aversion que j’éprouvais dorénavant à l’égard d’Aedan était teintée de tristesse et d’amertume, atténuant ma rancœur. La vie ne m’avait pas épargnée. Malgré les moqueries, la trahison et les injures, j’avançais, vivant cette rude existence rythmée par les saisons et les marées. Jusque-là, j’avais réussi à affronter ce destin cruel. 
Mais tout bascule, ce matin d’été où les Ténèbres embrasent notre village. Qu’y avait-il de pire que la mort ? À ma connaissance, rien ! Et pourtant ?

Mon avis : Je remercie Virginie Carré Lapresad pour l’envoi de son roman en service presse. C’est un roman court, que j’ai apprécié découvrir malgré quelques petits points négatifs que j’ai pu souligner. Globalement, c’est une lecture sympathique que vous pouvez faire entre deux gros romans.

On fait la rencontre d’Aishling, une jeune femme qui voit sa vie bousculée par tant de changements : sa mère meurt noyée sous ses yeux. Sans aucune possibilité pour elle d’agir, elle voit sa mère mourir sous ses yeux.

Après cet épisode violent pour elle, elle se retrouve, avec sa famille, comme étant la risée du voisinage, plus personne ne lui achète des produits qu’elle vend sur le marché. Elle est jugée, humiliée à longueur de temps, la vie devient vite compliquée pour cette famille qui voit son niveau de vie décliner.

Aedan, l’homme qui a partagé sa vie quelques temps, cet homme qui a partagé les nombreux repas de famille, l’intimité se son foyer, lui tourne également le dos… Un mot qui fait froid dans le dos ressurgit et fait une réputation très rapidement à Aishling et sa famille : sorcellerie. La seule personne qui ne lui tourne pas le dos, qui lui achète encore des œufs sur le marché, c’est la vieille du village qui est vu comme quelqu’un de solitaire à cause de sa différence dans son mode de vie, de son excentricité.

Un jour, les Vikings arrivent et pillent tout sur leur passage. Mort et jours sombres arrivent s’abattent sur le village. Tout est ravagé, c’est la désolation la plus totale. Aishling se retrouve dans une situation périlleuse. Que faire ? Tourner le dos à ce village qui n’a jamais rien fait pour elle et sa famille ? Leur rendre la monnaie de leur pièce et retrouver les siens ? Entre la raison et le cœur, Aishling se retrouve dans une situation particulièrement compliquée.

L’intrigue est assez sympathique. Une histoire agréable à lire malgré le côté funeste de cette dernière. Il était compliqué pour moi de voir une fin heureuse à ce roman, cependant, j’ai su être charmé par les lieux, les décors ainsi que par Aishling et sa famille.

Une chose est venue chatouiller la lectrice que je suis. J’ai trouvé des fautes d’orthographe. J’ai trouvé cela dommage. En effet, une erreur ou deux qui se glissent ça peut arriver mais j’en ai trouvé quand même quelques unes qui ont fait passer cette lecture un cran en dessous, c’est dommage.

Aishling porte le roman sur ses épaules. C’est une jeune femme épatante, pleine de courage et qui avance malgré les humiliations constantes qu’elle subit. Elle a un cœur énorme et met toujours tout en œuvre pour que sa famille vive le mieux possible.

Les – :

  • Les fautes d’orthographe, dommage.
  • Un peu plus de détails sur la vie dans le village, j’aurais apprécié un roman avec quelques pages pour en savoir un peu plus.

Les + :

  • Une intrigue intéressante et originale.
  • Un résumé et une couverture que j’affectionne particulièrement. 
  • Le côté historique avec l’invasion des Vikings.
  • La sorcellerie au cœur du problème de la famille d’Aishling.
  • Les décors irlandais qui sont chers à mon cœur

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Les contes d’Amy – Frédéric Livyns

51PXuKDGnDL._SX323_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Tout commence par un petit cahier trouvé par hasard dans un asile désaffecté. L’inquiétude surgit au détour d’un rapport psychiatrique qui laisse entendre que la petite Amy, la rédactrice de ces contes peu ordinaires, était perturbée mentalement. L’angoisse se matérialise sous la forme d’une affirmation : l’enfant a le pouvoir de vous faire vivre vos peurs les plus profondes. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, tous les gens qui vous entourent apparaissaient défigurés, brûlés ? Quelle serait votre réaction si votre fille se liait d’amitié avec un ami pas si imaginaire que cela ? Auprès de qui chercher de l’aide quand votre famille se fait déchiqueter sous vos yeux par les créatures qui se tapissent dans les ténèbres ?

Mon avis : Grâce à cette chronique, j’ai le plaisir de vous annoncer que je démarre un nouveau partenariat avec Séma Editions. Je suis très heureuse de faire partie de l’équipe. Cela me permet de découvrir de nouveaux horizons livresques. Je débute donc ce nouveau partenariat avec le romans les contes d’Amy de Frédéric Livyns.

Les contes d’Amy sont un recueil de nouvelles. Je vous avoue que je ne pensais pas que cela était un recueil d’histoires. Cependant, j’ai quand même passé un moment de lecture agréable.

Tout commence par la visite d’un couple dans un bâtiment abandonné. On comprend rapidement qu’il s’agit d’un asile psychiatrique tombé sous les mains des allemands durant la guerre. N’ayant aucune pitié pour la différence et les handicapés physiques ou mentaux, les patients ont tous été fusillés comme des chiens.

La visite du bâtiment commence, les hommes à l’étage qui est impraticable pour la dame, elle fouille une pièce dans le fond d’un couloir : l’ancien bâtiment des médecins de l’institut. Se lançant dans la lecture des dossiers, elle trouve celui d’Amy. Amy est une jeune fille qui fait froid dans le dos, elle ne se sépare jamais de son cahier dans lequel elle écrit constamment, toute la journée. Amy est muette, elle n’ouvre jamais la bouche. Elle parle via sa plume. Une fois que le docteur met la main, contre le gré d’Amy, on découvre qu’elle fait vivre les pires cauchemars et peurs des autres via ce carnet.

Cette mise en bouche débouche donc sur des petites histoires sympathiques à lire. Il y en a beaucoup, il y en a pour tout le monde. Forcément, il y en a qui m’ont plus plu que d’autres mais je m’attendais à quelque chose de bien différents, je m’attendais à un roman et non à un recueil de nouvelles. Cependant, cela m’a permis d’appréhender ce genre avec lequel j’ai du mal.

L’auteur a une plume assez particulière, j’ai bien aimé. Ce style est assez décalé, c’est surprenant. Je vous avoue que certaines histoires m’ont fait peur (pourquoi s’enfuir dans les bois… On sait que ça va mal finir !), m’ont laissé de marbre (une étreinte entre un homme et une femme qui finit vraiment étrangement, je n’ai pas su accrocher à celle-ci) ou d’autres m’ont plu (Marie et Pauline, par exemple, ont su me toucher.)

J’aurais aimé en savoir plus sur la visite de l’institut psychiatrique. C’est dommage de simplement faire l’ouverture sur cet endroit et de terminer avec ce dernier, j’aurais aimé me balader dans les pièces, découvrir des choses étranges, qui font peur, des pièces secrètes, des témoignages de patients.

Même si ce que j’avais dans les mains fut différent de ce que à quoi je m’attendais, je reste heureuse d’avoir pu découvrir ce recueil de nouvelles ainsi que la plume de l’auteur que je ne connaissais pas. Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette maison d’éditions avec cet ouvrage. J’ai encore beaucoup de romans à découvrir.

Les – :

  • Certaines histoires qui m’ont laissé de marbre.
  • J’aurais apprécié plus de détails sur l’institut.

Les + :

  • Un recueil fourni d’histoires diverses.
  • La plume de l’auteur.
  • Le personnage d’Amy qui m’a fichu la trouille.
  • L’histoire de l’institut, son vécu historique.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie