8

Tes mots sur mes lèvres – K. Millay

Bonjour,

tes-mots-sur-mes-levres-338360-250-400

Un livre englouti, il fallait que je le chronique. C’est tes mots sur mes lèvres qui m’a bien surprise.

Quatrième de couverture: Je m’appelle Nastya. Voilà 452 jours que je ne parles plus. A personne. Depuis que quelqu’un m’a volé ma vie et ma seule passion. Dans mon nouveau lycée, personne ne sait qui je suis et tout le monde me fuit. Sauf Josh Bennett. Il est toujours seul, comme moi. Un jour, il me parle. Et ma vie change. Encore une fois.

Mon avis: J’en avais beaucoup entendu parler. Et j’ai surtout lu beaucoup d’avis positifs. Alors je me suis laissée tenter. **Merci à ma maman qui m’a acheté le bouquin. **

Nous faisons la connaissance de Nastya, une jeune fille pleine de douleurs autant physiques que mentales. Elle en veut à celui qui lui a fait ça. A celui qui a brisé sa vie. Elle rentre dans un nouveau lycée où elle veut être seule, elle veut être la nana trop bizarre du lycée. Elle se maquille de trop, met des talons hauts, des jupes ultra courtes. Bref, elle se fait un peu passer pour la pu-pute du lycée. Mais au moins, elle est tranquille comme ça.

Nastya ne parle pas, ce n’est pas qu’elle ne peut pas parler, c’est qu’elle ne veut pas parler. Comme un gros doigt d’honneur à tout le monde, elle préfère rester muette et ne rien devoir à personne. Même si son entourage s’inquiète ce n’est rien, elle souffre et dans un sens, elle le mérite. Elle ne vit que de haine et d’esprit de vengeance. Elle s’inflige beaucoup de choses : elle court jusqu’à ce qu’elle vomisse. Elle ne peut rien faire sans que sa main vienne lui rappeler ce qu’elle n’est plus.

Bien entendu, son plan ne fonctionne pas très bien. Elle rencontre un garçon : Josh Bennett qui est toujours assit tout seul sur son banc. Il ne parle à personne et essaye de devenir invisible.

Je suis devenue folle. « Mais paaaaaaaaaaaarle lui bon Dieu! » – « Maaaaaaaaais qu’est ce qui s’est passé?!!!! » voilà le genre de choses que j’hurlais quand je lisais le livre. Ils sont tellement pareil qu’au final, on ne peut qu’apprécier ce couple de personnages. Ils ne se parlent pas enfin Josh si, mais Nastya ne lui répond pas … Jusqu’au moment où … 😀 Bref, j’en dis pas plus, sinon ça va spoiler. Mais oui, elle parle. Forcément à un moment la langue se délie.

On fait aussi la rencontre de Drew – le beau mec du lycée que toutes les filles se déchirent – et Sarah, sa demie sœur qui remplit vraiment bien le rôle de grosse pétasse du lycée. -Arrêtez, on en à tous eux au moins une dans notre lycée.- Contre toute attente, la vie de Nastya change et elle est « acceptée » par certaines personnes. Nous avons tout au long du livre, un panel incroyable de personnages qui remplissent tous un rôle important. L’homo du collège, le beau gosse, la gothique, la pétasse… On en a pour tous les goûts.

J’ai aimé l’histoire, très prenante. Jusqu’à la fin on ne sait pas … On est sûr de rien du tout et c’est ce qui me plait. On finit par découvrir la vérité sur leurs histoires respectives et c’est très beau. La manière dont ils sont dépendants l’un de l’autre est très belle, poétique.

J’ai eu peur qu’avec ce genre de livre, je ne sois plus dans le coup. Je pensais être trop vieille pour ça .. Mais en fait, je crois que l’on est jamais trop vieux pour les livres. Ce roman de Young Adult est très beau. Il mêle drame et musique. J’ai vraiment beaucoup aimé. Et c’est un beau coup de cœur.

J’ai vraiment été bouleversée par cette histoire. La plume de l’auteure est magnifique. Et j’attends d’autres livres de cette auteure avec impatience.

Ma note: 20/20

large

 

 

Publicités
5

Les étoiles de Noss Head T3 – Accomplissement – S. Jomain

Bonsoir,

Me revoilà pour continuer une saga super trop cool! Les étoiles de Noss Head.

les-etoiles-de-noss-head,-tome-3--accomplissement-428287-250-400

Avant de commencer : J’aime beaucoup les couvertures des livres que France Loisirs propose. Mais bon dieu, pourquoi ne pas avoir fait matcher la tranche du troisième tome avec les deux premiers? 😦

Quatrième de couverture: Je n’avais aucune idée de ce qu’allait devenir ma vie… absolument aucune idée. J’allais avoir dix-neuf ans dans quelques jours et j’étais devenue ce que je n’aurais jamais du être. Le destin m’avait surprise, j’étais magnifique, d’une allure renversante. J’aurais pu défier n’importe quelle reine de beauté, mais c’est bien tout ce qu’il me restait… toute une vie dans la peau de quelqu’un que je n’étais pas, que je détestais. Et si je me trompais ? Et si j’étais loin de la vérité et que tout pouvait redevenir comme avant ? Je ne le savais pas encore, mais tout allait être différent

Mon avis: Quel délice! Souvenez-vous, je quittais le tome 2 complètement bouleversée. J’avais été émue aux larmes et je me demandais comment Hannah allait se sortir de cette situation. (Je l’ai d’ailleurs relu avant de commencer le tome 3 pour éviter de perdre de l’intensité dans ma lecture). Et le tome 3 s’est révélé être complètement à la hauteur de mes attentes. Même s’il n’est pas un coup de cœur, il l’a frôlé de très près et reste très bon.

Nous quittions Hannah et Leith à Saint Andrews. Hannah rencontrait Darius et ses amis, les « pires ennemis » de Leith et son clan. (C’est un peu compliqué d’en parler sans spoiler la moitié des info mais je fais de mon mieux.)

ATTENTION. SPOIL.

Leith est parti. Il ne peut plus être avec Hannah. C’est hors convention et personne n’acceptera. Il la laisse. C’en est terminé de leur histoire.

FIN DU SPOIL.

Nous retrouvons donc Hannah et Darius plus proches que jamais. Ils se parlent beaucoup et j’ai aimé poursuivre la découverte de cette amitié qui me fait chaud au cœur puisque, en enlevant tout le côté fantastique, j’ai vécu une amitié similaire et mon meilleur ami est un peu comme Darius. J’ai donc plus qu’aimé cette relation.

Je vous avoue qu’au début du livre Leith m’a un peu tapé sur les nerfs. Le rôle de l’écorché vif me sort par les yeux depuis que des millions d’Edward sont nés sous les plumes de différents auteurs. Et même s’il souffre, je n’avais qu’une envie, lui mettre des claques.

Je trouve qu’Hannah finit (enfin!) par grandir et arrête ou presque de poser des questions un peu idiotes et très gamines. Elle est ce qu’elle est et se bat pour retrouver ce qu’elle était. Et c’était un beau parcours. Tout le long du livre, j’ai aimé la voir grandir et gagner en maturité. Que ce soit avec Leith, Darius et même les petits frères de celui-ci.

J’ai apprécié le rôle de médiatrice que Gwen, la meilleure amie de Leith, joue dans ce tome. J’avais déploré son absence dans le tome deux. J’adore ce personnage qui sort des conventions avec son look de gothique et son magasin de magie. Elle est top, extravagante et drôle. En plus d’être belle, elle remplit son rôle à merveilles.

Ce que j’ai trouvé dommage et qui fait que ce livre n’est pas un coup de cœur c’est que pour moi, même si la « traque » est longue. Le combat final se passe très vite. Et je n’ai pas eu le temps d’avoir peur pour Hannah. J’ai trouvé la trame du roman excellente et je n’ai pas perdu en suspense ni en émotion durant ma lecture. Mais j’ai eu ce petit manque, ce goût de trop peu qui est venu balayer le coup de cœur d’un coup.

Je me répète mais j’ai les relations que j’ai pu découvrir et apprécier tout au long de ces trois tomes. Hannah agrandit sa famille et son cercle d’amis. Et c’est ce qui la rend authentique et très belle. J’ai adoré. Et je ne regrette en rien les décisions qu’elle a prise. J’ai eu peur a un moment qu’elle fasse des petites conneries mais Sophie Jomain a maîtrisé son personnage à la perfection.

Une fois de plus, chapeau bas à Sophie Jomain qui fait son entrée dans le cercle de mes auteurs préférés nationaux et internationaux.

Ma note : 19/20

6

Tifenn 1 – Punk 0 – Vincent Mondiot

tifenn---1-punk---0-4099363

Quatrième de couverture: Moi, Tifenn, 17 ans, je pars demain en tournée avec un groupe de punk. Cette phrase est très drôle et j’ai beau me la répéter à voix haute et sur tous les tons, je n’arrive toujours pas à y croire.
Mais je n’ai pas le choix : il faut que je prenne la tangente. J’ai ce truc terrible qui a fait basculer ma vie, depuis peu, et… faut que je prenne l’air ! Il y a genre 10 ans, mon grand frère Geoffrey a quitté la maison. Il y a genre 10 jours, j’ai retrouvé sa trace sur Internet. Ce crétin est devenu batteur dans un groupe de punk. Et comme moi aussi je suis un peu crétine, je me suis dit qu’il fallait que je retrouve Geoffrey, et surtout que je lui dise tout sur ce qui m’arrive. Voilà comment je me retrouve à partir sur la route en compagnie de quatre punks qui aiment trop la bière et pas assez les douches.

Mon avis : Je tiens d’abord à remercier Lucie des éditions Sarbacanes pour sa bonne humeur et sa gentillesse. Grâce à elle, j’ai pu recevoir Tifenn 1 – Punk 0 de Vincent Mondiot. En un mot: C’est un gros coup de cœur.

On fait la rencontre de Tifenn qui est une ado de 17 ans qui n’a plus ses parents biologiques et qui a du reconstruire sa famille petit à petit. Elle n’a plus son frère qui est parti et reviens de temps en temps.
Tifenn est une fille dynamique qui doit faire face à un problème plutôt terrible. Mais elle fait face comme elle peut et passe du temps avec ses potes.

Puis elle décide de passer l’été avec son frère qu’elle a retrouvé sur Facebook. Elle veut partir à Rennes. Elle dit rien a personne et prend ses affaires et s’en va. Elle doit le faire, pour elle, pour sa famille. Il faut qu’elle dise à son frère que sa maladie est comme un pistolet chargé sur sa tempe.

Elle rencontre les amis de Geoffrey, une bande de crado qui vivent en bande. Ils sont musiciens et partent pour une tournée le lendemain de la venue surprise de Tifenn. Et la voilà partie pour une tournée estivale pleine de surprise et de rebondissement.

C’est un livre relativement court. Nous n’avons que trois chapitres. L’histoire est vécue à travers Tifenn et son journal intime mais ça ne m’a pas du tout dérangé au contraire. C’était un plus qui a rendue ma lecture encore plus palpitante.

Les tournées et les concerts sont un univers que j’aime beaucoup. Le rock/emo core sont les musique que j’écoute (ou écoutais pour certaines) depuis de nombreuses années. Certains d’entre vous savent que la musique est pour moi très importante. J’ai donc été séduite d’entrée de jeu par l’univers dans lequel l’auteur nous envoie.

On découvre de plus en plus les amis de Geoffrey et lui-même. En lisant les premières lignes sur eux on se dit qu’ils sont vraiment lourds et on imagine bien les gros métalleux qui puent et qui se moquent de tout. Mais ce n’est pas le cas quand on creuse un peu. Ils sont adorables (enfin, de temps en temps) sinon ce sont des crades. On se rend compte que ces gars sont vraiment une famille. Ils sont unis. Et c’est très beau à lire et à ressentir. On vit leur aventure avec eux et l’on se rend compte que Tifenn est acceptée de plus en plus et devient un membre à part entière de cette petite bande.

J’ai juste eu une petite frustration concernant Tifenn et ses relations ou non-relations avec les garçons! J’ai fermé le bouquin en me disant « Mais, j’aurais trop voulu qu’ils soient ensemble ces deux-là » (Ce n’est pas que j’ai pas envie de vous donner les noms, c’est juste que je ne m’en souviens plus. Je viendrai corriger ça dès que je serai chez moi)

Niveau musique, on est servi. Ce sont des goûts carrément différents qui viennent finalement par se rejoindre. Comme Katy Pery et sa chanson Teenage Dreams (qui est un peu le leit-motiv des chapitres) et les chansons émocore du groupe. La musique finit par réunir beaucoup de monde et c’est encore un bel hommage que l’auteur rend à celle ci dans ce livre!

Le road trip et les kilomètres avalés sont passés à une vitesse incroyable et j’ai vraiment adoré!

Un gros coup de cœur pour ce livre qui m’a fait mourir de rire, pleuré ou rendue triste.
La plume de l’auteur est une plume très belle mais qui s’adapte aussi à tout type de lecteurs. Et c’est vachement cool!

Ma note : 20/20

beach_gate_weheartit large

 

 

12

La bête des saints innocents – J. D’Aillon

9782081316287_1_75

Bonsoir,

Nous nous retrouvons ce soir pour une chronique sur un partenariat. J’ai pu recevoir La bête des saints innocents de Jean d’Aillon.

Quatrième de couverture: Après l’assassinat d’Henri III, Henri de Navarre s’attela à conquérir son royaume que la Sainte Ligue lui refusait. Ayant écrasé l’armée de la Ligue, Henri mit le siège devant Paris. La famine qui s’ensuivit provoqua la mort de dizaines de milliers d’habitants. En examinant la dépouille d’une femme trouvée dans le cimetière des Saints-Innocents, on s’aperçut qu’elle avait été en partie dévorée. D’autres découvertes toutes aussi macabres devaient suivre : chaque fois des femmes vidées de leur sang ou des enfants détranchés. S’agissait-il de crimes perpétrés par des lansquenets affamés, ou plus effrayant, de forfaits commis par un loup-garou ? Le commissaire Louchart, forcené ligueur, est persuadé de l’existence de la Bête, selon lui un animal venu des enfers pour meurtrir les Parisiens à la demande de l’hérétique Henri de Navarre. D’ailleurs, la Bête ne s’attaque-t-elle pas surtout aux femmes des ligueurs ? Mais le commissaire Louchart en sait plus qu’il n’en dit. Quand le cousin du capitaine de la Ligue découvre la vérité sur la Bête des Saints-Innocents, Louchart le fait enfermer et exige son exécution. Désormais beaucoup doutent du loup-garou. Aussi, pour sauver sa vie, Louchart va entraîner les Seize, ces bourgeois de la Ligue qui dirigent Paris, dans une lutte à mort non seulement contre le roi de France mais aussi contre le duc de Mayenne, son maître.

Mon avis: Même si n’est pas le premier tome mettant en scène les aventures d’Olivier Hauteville, c’est pour moi mon premier test.

C’est une bonne découverte. Ce roman (pavé) historique est très bien écrit. La plume de l’auteur nous propulse directement en 1590. Nous sommes directement entrés dans l’histoire.
Nous n’avons pas le temps de nous ennuyer: nous avons de l’action, des complots et des meurtres durant toute la durée de la lecture.

Nous avons des personnages à foison et c’est peut-être la que cette lecture perd les premiers points. J’ai eu du mal a retrouvé qui était qui et le rôle qu’il avait.
Perdue déjà avec tous mes personnages, j’ai du ouvrir un petit carnet pour prendre des notes (chose que j’ai horreur de faire quand je suis en train de lire) j’ai aussi du relire des passages plus historiques qui expliquaient le décor historique dans lequel j’étais plongée. J’ai eu beaucoup de mal à tout comprendre.

Une fois les difficultés passées, je suis arrivée à suivre l’histoire.
Les restrictions alimentaires et l’injustice font de cette période historique une des plus sombres que j’ai jamais lu.

Des cadavres en série, des meurtres. Et des actes bien dégoutants : meurtres d’enfants, mais encore piiiiire ils mangeaient des enfants. J’ai eu un peu de mal avec les quelques lignes écrites sur ce thème.

Je dois vous avouer qu’après cet épisode (qui arrive dès les premières pages) j’ai eu un peu de mal à rester dans ma lecture. Mais j’ai tenu bon et je ne regrette pas. Malgré tous les obstacles que j’ai pu rencontré, La bête des saints innocents reste un bon livre! J’ai adoré le suspense et la manière dont les choses se rétablissent. La toile historique est géniale! J’ai pu me replonger dans cette période (non sans mal) avec bonheur.

Le mystère sur les meurtres est arrivé un peu tardivement. Les 100 premières pages se sont lues assez lentement et ont été fastidieuses même si l’on apprend à connaître certains personnages. Le mystère se faisant attendre, quand il est enfin arrivé dans mes pages, j’ai été un peu déçu de voir qu’au final, il ne me prenait pas autant que je l’aurais voulu.

Même si je n’ai pas été entièrement convaincue par ce livre, je reste quand même assez admirative: l’auteur a une belle plume et vu la taille du roman, l’investissement et les recherches ont du être longs! Je retenterai avec plaisir un autre livre de Jean d’Aillon

En bref : Une bonne lecture malgré quelques problèmes avec les personnages et le contexte historique.

Ma note : 14/20

Merci à Gilles Paris (encore une fois!)

beach_gate_weheartit