8

Parce que c’était nous – Mhairi McFarlane

1310-parce-que_org Quatrième de couverture: Rachel, vient de se séparer de son fiancé après treize ans de  relation. Son monde s’’écroule… C’’est alors qu’’elle recroise Ben, son meilleur ami de fac, charmeur malgré lui, qu’’elle n’’a pas revu depuis dix ans. Ben est désormais marié et il est devenu avocat. Rachel, elle, est journaliste judiciaire. Alors même qu’’ils s’’occupent d’’affaires matrimoniales peu commodes, il semblerait qu’’une évidence de toujours se révèle à eux….

 Mon avis: Je suis tombée sous le charme de ce roman! Franchement, c’est un petit bonheur entre nos mains!

Nous faisons la rencontre de Rachel, jeune femme de trente ans qui vient d’arrêter son histoire d’amour avec son mec. Sa vie prend un virage a 180 degrés. Et c’est encore pire quand elle revoit Ben, son meilleur ami de fac, qu’elle n’avait pas revu depuis dix ans. La trame est lancée !

Dans un premier temps, j’ai beaucoup aimé le décor : L’Angleterre et pour une fois qu’on ne vit pas une histoire dans Londres, on se retrouve à Manchester, ville que j’adore. J’avais les rues, les magasins dans la tête, alors même si c’est fictif, je les ai carrément imaginé dans la vie réelle et ça a beaucoup apporté à ma lecture.

Rach est un personnage comme je les aime! Haute en couleur cette petite brune est une fille pétillante, qui a un cerveau et qui fout toujours les deux pieds dans le plat! Et ça, c’était top! J’ai franchement bien ri, pleuré et détesté durant ma lecture. J’ai pu m’identifier à elle parce que je sais pertinemment qu’une amitié comme celle de Ben et Rach n’arrive vraiment qu’une fois dans nos vies (après, relation amicale qui devient amoureuse, j’en sais rien hein.) et que je l’ai déjà trouvé. Leur relation m’a touché en plein cœur : pleine d’humour et sans forcément beaucoup de tabou, elle est vraiment très belle.

Ben lui est un bon gars, mignon, intelligent, drôle, il fait fondre toute la promo. Dix ans plus tard, on le retrouve avocat, marié et heureux en ménage. Leurs retrouvailles sont un peu tendues mais ils sont tous les deux très heureux de se retrouver.

L’humour très présent dans ce roman nous permet de vivre vraiment l’histoire avec tout ces personnages. La seule chose que j’ai trouvé dommage dans ce roman c’est le côté attendu de l’histoire. Elle est toute tracée et franchement sans grande surprise. Et c’était vraiment dommage. Même l’humiliant passage avec Zoé la journaliste n’a pas été transcendant ! Et j’ai trouvé ça vraiment dommage. Les personnages comme Simon ou Liv sont repérables à mille lieues et j’aurais bien voulu un petit revirement de situation.

On rêve tous d’avoir une relation comme celle de Rach et Ben. Nous vivons ou revivons la leur à travers des flash back pour vivre leurs années à l’université. Ce système de flash back apporte beaucoup d’intensité au roman.

En bref: J’ai adoré ce roman qui aurait pu être parfait s’il avait su me surprendre plus. Malheureusement, le côté déjà-vu qui forcément était donc redondant. Mais on aime les personnages tous différents et haut en couleur que l’auteure nous propose. La plume fraîche et très belle de celle-ci nous permet donc de vivre une belle histoire!

Ma note : 18/20

Publicités
12

Comme des images – Clémentine Beauvais

93572922_o Quatrième de couverture: « Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde.  C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la remière S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé. »

 Mon Avis: Je remercie Victor des éditions Sarbacane pour sa gentillesse et sa patience! J’ai trouvé la couverture de ce livre très belle et unique en son genre. Ce livre est issu de la collection X’prim. Le résumé me plaisait. J’ai donc eu le plaisir de lire ce livre!

Nous sommes dans le cadre et dans l’ambiance du lycée privé Henri IV de Paris. Lycée huppé, ou les gamins sont des enfants de familles très aisées: le cadre est placé. On se rend très vite compte que le lycée c’est le temple des coups dans le dos. Entre coups bas et horreurs, nos lycéens sont les proies de tout le monde. J’ai bien ri en voyant que dans leur lycée si tu es en L ou en ES: aucun avenir s’ouvre à nous. Il faut être en S pour espérer avoir un bon salaire et une belle vie. De plus, le niveau est élevé et très soutenu: 100 % de réussite au BAC ou sinon la honte est sur tout le lycée. Bref, vous avez compris.

Nous rencontrons Léo(poldine) et notre deuxième personnage principal: j’ai comme un doute. Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu son prénom. Alors Est-ce une erreur d’inattention de ma part où alors elle n’en a pas ? Ce qui ne me paraîtrai pas étrange: les deux amies sont très proches mais on voit que Léopoldine fait ce qu’elle veut de son amie qui la suit. La copine « Kleenex ».

Dans ce roman, on se rend compte que la génération d’aujourd’hui est quelque peu différente. Même si quand j’allais au lycée (il y a trois ans que j’ai terminé mes années lycée) ça commençait déjà à partir en live : sexe, drogue et grosses pétasses à tout va (pardon.). C’est pour cette raison je pense, que le livre m’a replongé dans ces années là. Même si beaucoup s’en sont sortis, on y a vécu des moments assez troublants. Je me suis rendue compte que le livre de Clémentine Beauvais était une belle référence pour moi.

L’intrigue est lancée : une rupture, des adolescents débiles et une vidéo qui ruine la vit d’une fille et de sa famille. On vit à travers cette intrigue, on est au cœur du problème et franchement, je n’ai pas trouvé de solution pour les personnages. J’étais là, dans ma lecture, en train de me dire « Mais comment ils vont s’en sortir?! »

J’ai trouvé l’œuvre et la plume de Clémentine Beauvais remarquables: on se retrouvait vraiment dans la cour de récréation. Même si c’est Henri IV et que les soucis sont énormes, la cruauté des élèves est impitoyable.
J’ai trouvé Léopoldine gênante. Elle m’a mise mal à l’aise et je n’ai pas réussi à adhérer au personnage. Au final, elle s’en fout de tout et de tout le monde. La superficialité est de mise. J’ai, cependant, adoré l’autre personnage qui est tout le contraire de son amie: elle a des travers, on le sait mais je l’ai trouvé touchante. Je l’ai trouvé hors norme: elle n’était pas comme les autres élèves et j’ai trouvé que son personnage était rafraîchissant et que c’était la bulle d’oxygène qui m’aidait à sortir la tête de la foule d’hypocrites.

Ce livre n’était pas sans me rappeler Frangine de Marion Brunet. Ou j’ai un peu vécu la même chose. L’ambiance, la méchanceté des autres et un regard tellement critique qu’il met mal à l’aise. Si vous avez aimé Frangine, vous aimerez comme des Images.

En bref: J’ai aimé ce roman qui est au final une grande claque dans la figure. J’ai beaucoup aimé cette petite lecture qui est remplie de vérité et de réel. On se rend vraiment compte de la cruauté des enfants qui au final n’en sont même pas conscients: ils vivent avec ça depuis toujours. Comme quoi, l’argent ne fait pas le bonheur et ne rend pas forcément service à tout le monde. Un roman bourré d’émotions qui au final a une force de dénonciation même s’il ne dérange pas. Il nous met mal à l’aise par justement ce qu’il dénonce. Mais une bonne découverte! 

Ma note : 18/20

beach_gate_weheartit

 

29

Poison – S. Pinborough

J’ai lu Poison de Sarah Pinborough. En voici la chronique.

1403-poison_org Quatrième de couverture: Rappelez-vous l’innocente et belle princesse, la méchante reine impardonnable, le valeureux prince, la pomme empoisonnée et le baiser d’amour sincère… et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Blanche-Neige, telle qu’elle n’a jamais été révélée… Blanche-Neige, le conte de fées revisité : cruel, savoureux, et tout en séduction.

 Mon avis : J’ai passé un bon moment avec ce livre (assez court, environ 250 pages). Mais la surprise n’est pas totale et ce roman n’est pas un coup de cœur.

J’ai retrouvé avec plaisir les personnages: La Sorcière, Blanche neige et les sept nains, le prince charmant. J’ai été charmé par Blanche Neige: elle incarne tout ce qui me plait: ce côté féminin très pétillant, elle respire la générosité et la tendresse mais elle a aussi ce côté « garçon manqué »: elle monte à cheval et boit de la bière. J’ai adoré le fait que ce ne soit pas une princesse parfaite et qu’elle bravait les normes. J’ai beaucoup pensé à Blanche dans Once Upon a Time: elle dégage la même positivité et c’était un beau personnage.

Le fait que les nains soient ses amis les plus proches est vraiment quelque chose de beau à lire. J’ai aimé Rêveur et Grognon, j’ai moins apprécié le fait que l’auteure se soit focalisé sur ces deux nains, j’aurais voulu connaître les autres un peu mieux.

La plume féminine apporte beaucoup de sexy et de raffiné au conte. J’ai beaucoup aimé l’écriture.

J’ai réellement aimé le fait que l’on connaisse un peu mieux la reine. Il est toujours amusant et intéressant de voir la même histoire, retravaillée et vue avec deux points de vue différents. J’ai aimé détester ce personnage haut en couleur qui finalement est torturée comme tout le monde. C’était bien de s’en rendre compte: elle est humaine et elle a des faiblesses.

Une mention spéciale au fait de retrouver des personnages extérieurs à ce conte dans cette réécriture : Aladdin en sale gosse assassin et une bribe de l’histoire d’Hansel et Gretel. Ca m’a fait sourire de voir que l’auteure avait une imagination débordante! C’était top!

Maintenant, j’ai aussi eu des surprises un peu plus déroutantes et au final je ne sais pas si j’ai aimé ou si j’ai détesté. Au final j’arrive plus trop à m’en rendre compte: Commençons par la fin de ce récit. MAIS QU’EST CE QUE C’EST QUE CA ??!!! En fermant le livre je me suis dit « c’est pas possible… Mme Pinborough n’a pas fait ça quand même? Et ben si! » J’étais un peu sur les fesses pour tout vous dire. Mais la surprise passée je me suis dit que c’était finalement pas si mal que ça. J’espère juste qu’il y ai une continuité dans le tome 2 … Même s’il est principalement axé sur Cendrillon, j’espère avoir des nouvelles de Blanche Neige. Wait and see.. Enfin je vais pas attendre très longtemps, le deuxième tome est dans ma PAL et il va vite sortir.

Le prince charmant ne m’a pas séduite plus que ça. Il arrive comme un cheveu sur la soupe et par manque d’informations, je l’ai trouvé fade et un peu trop charmant pour être vrai justement.

Les cadres sont très beaux et les décors m’ont envoyé du rêve ! J’ai voyagé dans un pays magique et malgré les petites fausses notes, Poison reste une très belle découverte! J’ai hâte d’entamer le deuxième tome!

Ma note : 17/20

16

La lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry arriva le mardi – R. Joyce

Bonsoir,

Me revoilà pour une nouvelle chronique!

1178986

Quatrième de couverture: Il était juste parti poster une lettre. Mais c’est mille kilomètres qu’il va parcourir à pied. Un roman inoubliable qui a conquis le monde entier. Jeune retraité anglais à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérante dans ses paroles et ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre d’une vieille amie perdue de vue depuis longtemps qui lui annonce sa mort prochaine. Un courrier auquel il s’empresse de répondre. Une réponse qu’il décide de déposer au plus vite dans la boîte aux lettres la plus proche, une impulsion qui lui dicte d’aller jusqu’à la prochaine… Harold sort de la ville, animé par l’intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie. Et que, tant qu’il marchera, elle vivra. L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie, ses regrets, son avenir.

Mon avis : J’avais porté beaucoup d’espoir dans ce livre qui au final s’est avéré être une petite déception (on ne peut pas qu’avoir des lectures palpitantes et des coups de cœur.)

J’ai été séduite par le tour de l’Angleterre que l’on faisait à travers ce livre : vous n’êtes pas sans savoir que j’ai passé sept moi en Angleterre près de Bristol et y retourner à travers des mots était pour moi une des principales motivations pour lire ce roman. Malheureusement, je n’ai pas été séduite: j’ai trouvé une Angleterre maussade et triste, bourrée de stéréotypes surtout sur les anglais.

Je n’ai pas vraiment apprécié Harold et sa femme, en tant que couple je veux dire. J’ai eu pitié pour Harold de s’être coltiné une conne pareille pendant toutes ses années. Entre remarques acerbes et dégoût, je n’ai rien trouvé de positif chez cette bonne femme. Harold est là et subit..!

Quand il décide de partir je me suis dit  »enfin libérée de sa femme » mais non. On a l’impression qu’elle est omni présence. On en parle beaucoup sans forcément s’attarder plus que ça sur la relation qu’Harold avait eu avec Queenie, son amie qui est proche de la mort. J’ai eu l’impression qu’Harold s’est épanoui dans sa solitude. Et j’ai enfin découvert un personnage qui arrête de subir la situation et qui prend son destin en main.

Je n’y ai pas trouvé mon bonheur, ce sont des choses qui arrivent. Je pense avoir mis trop d’espoir dans cette lecture. Et j’ai eu du mal à terminer celle ci.
J’ai néanmoins apprécié la toute fin: très belle et poétique. J’ai eu l’impression que cette fin était comme une délivrance pour moi.

Des situations m’ont mis mal à l’aise ce qui a anesthésié mes autres ressentis. Je me suis ennuyée ferme la plupart du temps.
J’ai trouvé la trame du roman bien trouvé. Harold qui part sans rien dire, pour aller voir Queenie. C’était un beau message d’espoir et très poétique. Et c’est vraiment ce qui à sauvé ce roman et ma lecture.

En bref: des bonnes petites choses mais qui sont trop peu nombreuses pour que je ressorte satisfaite de ma lecture. L’Angleterre m’a manqué, la vraie Angleterre (enfin Mon Angleterre après, ce n’est qu’une question de goût). J’ai été déçu par les stéréotypes et les personnages qui globalement sont restés fades.
J’ai trouvé la plume assez lourde qui ne fait en fait qu’accentuer cette lenteur et ce sentiment de trop plein.

Ma note : 10/20