12

La chronique des Bridgerton – Tome 2 : Anthony – Julia Quinn

téléchargement (3)Résumé : Les Bridgerton sont stupéfaits : le vicomte Anthony veut se ranger ! Et il sait ce qu’il veut : une femme dont il ne risque pas de tomber amoureux, car l’amour est subalterne dans le couple. Edwina Sheffield est la reine de la saison, c’est donc elle qu’il épousera, et l’affaire sera réglée. Sauf que la demoiselle a une sœur dont l’influence est primordiale. Or, Kate Sheffield oppose son veto : un débauché comme Anthony n’est pas un parti convenable pour Edwina. Ce dernier est offensé. Lui, le célibataire le plus convoité de Londres, indésirable ? Pour qui donc se prend cette péronnelle, qui ne connaît rien à la vie, pour oser le critiquer ? Il va lui prouver qu’il est irrésistible !

Mon avis : Je poursuis mes lectures personnelles (il faut bien que je lise la quantité incroyable de romans que j’ai acheté !).

J’ai acheté toute la saga des Bridgerton, et lu les 4 premiers, il était temps de les chroniquer je crois ! J’ai décidé d’alterner les Services Presses et les lectures personnelles. C’est un rythme que j’apprécie beaucoup, je prends plus de plaisir ainsi et cela me fait plaisir de découvrir les petites pépites qui attendent patiemment dans mes étagères.

Nous replongeons donc dans l’univers historique de la famille des Bridgerton. Si le premier tome était sur Daphné, on se concentre ici sur Anthony, l’aîné de la fratrie. J’aime toujours autant me plonger dans cette saga, la famille est une famille très attachante. Ils sont nombreux, on a donc un panel de personnages assez incroyable. Il règne une sensation incroyable au sein des membres de la famille : bien sûr, il y a de l’amour mais tout le monde se mêle de toutes les histoires des uns et des autres et donne son avis même si on ne lui demande pas, j’adore ça. Les joutes verbales entre frères et sœurs sont assez sympathiques et cela donne un ton plutôt frais à la saga en général.

Anthony est le plus vieux, après des années de libertinage, décide de se ranger. Terminé les histoires d’un soir, lui le plus séduisant des célibataires de Londres doit se ranger, assurer la descendance avant de mourir. Il est persuadé qu’il ne vivra pas plus longtemps que son père, qui est décédé subitement d’une piqûre de guêpe à 40 ans. Il est donc hors de question de croire en l’amour, de faire souffrir une femme.

Il jette son dévolu sur Edwina Sheffield, une belle demoiselle, reine de la saison mondaine. Impossible d’aimer ce genre de filles, on part donc dans une histoire qui va les mener droit dans le mur mais on y va quand même. Cependant, les plans d’Anthony sont un peu mis à mal par la sœur d’Edwina, Kate, qui s’oppose à cette union.

Kate est une jeune femme formidable. C’est la grande sœur d’Edwina. Elle est intelligente, le nez dans les livres et n’aspire à rien de plus qu’à faire la fierté de sa famille en se mariant. Cependant, Kate est une femme, elle est une « vieille fille » aux yeux de la société.

Kate et Anthony sont donc à couteaux tirés : lui refuse de renoncer à ce qu’il veut, elle veut protéger sa sœur des mœurs trop libertines de ce goujat d’Anthony.

Julia Quinn nous embarque encore une fois dans une histoire assez sympathique, on apprécie suivre les histoires d’Anthony et la volonté de sa mère à lui ouvrir les yeux, bref, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Ce n’est pas forcément un coup de cœur parce que le schéma habituel de la romance historique est bien présent : on n’a rien de révolutionnaire. On passe un beau moment de lecture grâce à ce panel de personnages, à cette histoire sympathique et surtout grâce à la plume de Julia Quinn que j’aime toujours autant !

Les – :

  • Rien d’original. On suit toujours le même schéma dans la romance historique.

Les + :

  • La plume de Julia Quinn ♥
  • Le panel de personnages que j’ai apprécié et les relations frères/sœurs.
  • L’univers et les décors de Londres.
  • Les débuts de chapitres avec les potins mondains.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

Retrouvez mes chroniques de la saga de Julia Quinn juste ici

daphna10.jpg

Publicités
14

La fiancée du Viking – Anaé Lambre

Anaé-La-Fiancée-du-VikingRésumé : Neustrie, 911. Le destin de Mathilde est tout tracé : dans quelques semaines, elle devra épouser l’ennuyeux comte de Senlis. Mais alors qu’elle tente d’échapper à cette funeste union, elle ne se doute pas encore que sa vie sera bouleversée par l’arrivée des Vikings. Bien décidés à s’emparer de toute la vallée de la Seine, ceux-ci massacrent le père de Mathilde, comte de Bayeux, chargé de défendre la Neustrie contre les envahisseurs. À leur tête, l’ambitieux Rollon enlève la jeune femme dont le caractère impétueux ne tarde pas à lui poser problème. Alors qu’il tente de se débarrasser d’elle, son frère, Ragnar, la réclame comme esclave. Si Mathilde s’est juré de venger les siens, elle n’en est pas moins captivée par ce geôlier si étrange dont la beauté fascinante cache un tempérament qui la terrifie mais l’attire irrémédiablement…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Sylvie pour son travail incroyable auprès de tous les blogueurs partenaires.

Quand j’ai vu « la Fiancée du Viking » en service presse, je me suis jetée dessus : la couverture me plait énormément. En effet, je la trouve douce et forte à la fois, le personnage féminin semble plein de courage et déterminée à parvenir à son but. Cela plus le fait que ce soit une romance historique, il ne m’en fallait pas beaucoup plus pour que je me laisse aller et craque sur ce roman.

Je lis beaucoup de romances historiques comme vous avez pu le constater mais c’est une première pour moi de faire la lecture d’une romance historique avec des Vikings sur ma route ! C’était donc pour moi une nouveauté livresque que j’ai pris plaisir à découvrir. Moi qui suis habituée aux princesses du 18ème et 19ème siècle et à la bourgeoisie … Ici, c’est un peu plus bourru et plein de muscles. C’était assez sympathique à lire.

Nous faisons la rencontre de Mathilde de Bayeux, fille de comte. Illustre famille connue dans de nombreuses contrées, elle voit son père massacré et sa sœur et elle-même captives de ses envahisseurs Vikings.

Nous nous situons en 911 en Neustrie. C’est assez captivant puisque c’est une période que je ne connais pas, je me suis donc facilement laisser prendre dans les descriptions des paysages et des décors décrits dans cette histoire. C’est un univers assez prenant.

V2

Mathilde est un personnage qui dégage beaucoup d’émotion et qui nous véhiculent de multiples impressions. Elle se montre brave et courageuse ainsi que douce par moment mais ayant un caractère de feu. Mathilde ne se laisse ni marcher sur les pieds ni impressionnée par Rollon et Ragnar, deux frères, à la tête de ce groupement de vikings.

J’ai beaucoup apprécié les péripéties multiples que vit et subit Mathilde. En effet, elle n’oublie pas d’où elle vient mais j’ai beaucoup apprécié le moment pivot où l’on se rend compte que malgré le fait qu’elle soit esclave de Ragnar, elle commence à le voir sur un nouveau jour que celui de son tortionnaire personnel. Ce basculement est assez significatif en effet.

J’ai trouvé les personnages épatants et le fossé entre la culture et la tradition des vikings et celles de Mathilde est impressionnant. C’est vraiment improbable que Mathilde et Ragnar se rencontrent dans d’autres circonstances. Ce n’est pas pour autant qu’il n’y a pas de charme dans la manière de vivre des Vikings mais c’est vrai que l’effet peau de bête et biscottos ne plait pas à tout le monde.

Je vous conseille vivement cette romance historique sous le signe de l’originalité avec des personnages haut en couleur. J’ai été curieuse jusqu’à la fin de mon roman. C’est assez palpitant.

La plume d’Anaé est très belle et percutante. En effet, l’histoire qui se déroule sous nos yeux est assez palpitante. Les mots sont doux et forts à la fois. C’est une très belle expérience et j’aimerai beaucoup avoir un nouveau roman de cette auteure entre mes mains.

Ma note : 17/20

13

Un accord incongru! – Lhattie Haniel

51JJ2yWd41L._SX210_Résumé : Miss Dolly Green était anéantie par la demande du vieux duc. Ce marché, bien qu’incroyablement culotté, était peut-être le seul moyen pour elle de survivre. Elle venait de perdre son petit domaine et n’avait plus que sa beauté pour elle. Elle n’avait donc plus les moyens de rêver. Le bel Anton ne serait plus, à jamais, qu’un souvenir qu’elle pourrait chérir en secret…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Lhattie pour sa gentillesse et sa sympathie à mon égard. C’est un très grand plaisir d’échanger avec elle, elle est dynamique, pétillante et très drôle. C’est un plaisir de voir que des auteurs gardent leur intégrité (même si le succès est au rendez-vous), la tête sur les épaules et leur accessibilité. Merci Lhattie pour ce sublime roman que j’ai pu lire.

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas passé un bon moment avec un si bon roman du genre romance historique. Quel plaisir de retrouver mon genre préféré avec un excellent roman !

Nous faisons la connaissance de Miss Dolly Green qui est une jeune femme très gentille, douce, belle et intelligente. Elle ne se considère pas au-dessus des autres sous prétexte qu’elle est née sous une petite étoile qui la propulse dans la haute société. En effet, Dolly n’a que l’étiquette, la fortune qui est censée aller avec le titre de Dolly n’est plus au rendez-vous. Elle vit humblement dans sa petite propriété. J’ai trouvé ce personnage très attachant et vraiment très intéressant d’un point de vue du roman.

Par ailleurs, nous faisons aussi la rencontre de deux personnages masculins aux antipodes : Anton, un bel homme qui tombe directement sous le charme de Miss Green. Prévenant et charmeur, il est l’archétype du gentleman de son époque. Je l’ai trouvé très romantique. J’ai beaucoup apprécié ce personnage. Nous rencontrons aussi Lord Henry Grey qui est un duc qui cherche à se caser pour éviter de donner la moitié de sa fortune à la couronne d’Angleterre. Homme charmant, comme vous pouvez le constater. Il n’épargne pas nouvelle compagne Dolly, qu’il parvient à tenir sous sa coupe pour la sortir de ses problèmes d’argent et d’hébergement.

Lors Henry Grey représente l’autorité masculine que l’homme représentait pour la femme à cette époque, à ce siècle. Il ne laisse aucun répit à Dolly qui doit se plier aux règles et qui est forcé à faire ce qu’il veut quand il veut. J’ai trouvé cela déroutant mais cruellement vrai.

Prise au piège dans ce château, Dolly se lie très rapidement d’amitié avec Ethel, la domestique qui devient rapidement son amie. Chaque jour, elle parle, se confie et devient très proche de sa nouvelle amie. On sent une réelle présence d’amour et d’amitié entre ces deux femmes, c’est une belle relation.

De plus, j’ai vraiment apprécié le fait que l’on rentre vraiment dans le vif du sujet. En effet, on lit les pensées de Dolly aussi crues soient-elles par moment. On ne nous cache rien et j’ai beaucoup apprécié les pérégrinations de ce personnage. On a envie de l’aider tellement sa vie est chaotique aux côtés de Lord Henry Gray que jamais elle ne considèrera comme son mari.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. En effet, elle a été très rapide, j’ai parcouru mon roman très rapidement et avec avidité. C’est une sublime lecture que je conseille fortement à toutes les lectrices (et lecteurs s’il y a). On est propulsé dans l’Angleterre rapidement : les paysages sont beaux, les décors sont vraiment à tomber par terre ! La plume de Lhattie est tellement envoutante que je suis restée sur ma faim. J’avais vraiment envie de tourner encore un peu les pages de cette histoire !

Ma note : 19/20

12

L’étrangère de Saint Petersburg – Annie Degroote

l-etrangere-de-saint-petersbourg-3003493Résumé : La petite Blonde Vaneyck part avec son père, négociant lillois en lin, s’installer en Russie. Sa découverte du pays est un enchantement : Saint-Pétersbourg, Moscou, la campagne russe… Elle ne soupçonne pas encore que le faste peut masquer les pires complots. Protégée par la grande duchesse, elle devient pensionnaire de l’illustre institut impérial Smolny. Le destin exceptionnel et dramatique de cette jeune fille ravissante et passionnée se scellera autour de trois hommes : un officier, Dimitri, Sergueï, le fils d’un ancien serf, et un inconnu qui guette tous ses faits et gestes… Alors que le souvenir de la conspiration contre Nicolas 1er – la fronde des  » décembristes  » – est vivace, ses parents sont rattrapés par leur passé. Blonde est alors la victime d’un odieux chantage…

Mon avis : J’ai pris ce roman en livre audio à la médiathèque de ma ville. J’ai été très surprise de l’apprécier à ce point.

On est immergé dans la société russe jusqu’au cou. C’est vraiment très intéressant. Moi qui ai fait quelques années de russe au lycée, c’était avec grand plaisir que je me suis replongée dans la Russie, ses cultures et ses traditions.

On fait la rencontre de la famille Vaneyck : Raphaël (le père), Katia (la belle-mère) et Blonde (la fille). On suit la vie de Blonde de sa jeunesse à sa vieillesse. L’intrigue repasse la vie de Blonde en catalogue et nous permet de suivre sa vie, sa misère et ses intrigues de manière très prenante.

Blonde se révèle être un personnage haut en couleur. Elle a un sacré caractère, elle est française mais se voit obligée de suivre son père et sa belle mère en Russie. Raphaël s’est fait expulsé de son pays natal pour cause de rébellion. Elle est élevée comme une vraie petite russe, elle apprend rapidement la langue et tombe amoureuse du pays natal de sa belle mère.

La mère de Blonde est décédée en couche. Elle n’a pas eu la chance de la connaitre mais elle est très proche de Katia, sa deuxième « mamouchka ». J’ai vraiment beaucoup apprécié cette relation d’amour qui prouve que les liens du sang ne sont pas les seuls à être plus forts que tout. C’était vraiment exhalant. De plus, Blonde est profondément attachée à son père, elle l’affectionne particulièrement, elle est fière de lui.

La vie de Blonde n’est pas de tout repos, je ne pourrais pas vous lister toutes les péripéties qu’elle a vécu mais entre autre : son exclusion de France, son internat à Smolny qui ne se passe pas bien, ses deux histoires d’amour qui ne se passent pas bien et je vous en passe bien d’autres… Il faut absolument lire ce roman ou même l’écouter.

J’ai beaucoup apprécié l’équilibre que l’auteure fait entre la France et la Russie dans cette fin des années 1800. En effet, Blonde n’oublie pas d’où elle vient. Elle est française et le revendique ouvertement mais elle est aussi très attachée à sa patrie adoptive.

La culture et les traditions russes sont au menu. C’est excellent ! Moi qui adore cette culture, j’ai été servi. Les mots de l’auteure m’ont permis de m’y trouver. Les descriptions, l’intrigue … Tout m’a permis de m’y croire. C’était vraiment une belle écoute.

Sur un fond historique, nous découvrons donc avec de nombreuses émotions, la vie de Blonde. En effet, il y a tellement d’émotions véhiculées que l’on est obligé d’être accroché aux mots de l’auteure.

Par sa plume additive, Annie Degroote nous permet de vivre un beau périple au cœur de la patrie russe. C’est vraiment excellent. J’ai énormément apprécié cette histoire et c’est avec un petit pincement au cœur que j’ai fini mon écoute. Je conseille cette lecture à tous les amoureux d’histoire, de Russie et d’amour.

Ma note : 19/20

20

Les secrets de la petite boite en fer d’Isabelle Fluckiger Jachym

les-secrets-de-la-petite-boite-en-fer-1122141350_LRésumé : Marie, 95 ans, atteinte de la maladie Alzheimer entre en EHPAD. Elle apprend à avivre en communauté et au rythme des soins  de l’institution. Elle se prend d’affection pour deux soignantes : Claire et Assya à qui, au fil des jours, elle confie l’histoire de sa parsemée de tragédie dont la perte de son fiancé Charles en 1940 lors de la guerre, la disparition de son fils de 3 ans et demi et son mariage avec Henri après la guerre….

Un roman plein de tolérance et d’attention, de la part du soignant qui recueille des morceaux de vie de pensionnaires et qui ont encore énormément de choses à dire.

Mon avis : Je remercie de nouveau Cyrille et Stéphanie d’Evidence Editions pour ce service presse qui a tenu ses promesses. J’ai dévoré ce gros pavé et je ne regrette pas d’avoir choisi cette lecture.

On fait la rencontre de Marie qui est le personnage principal de cette histoir. Elle a 95 ans et a la maladie d’Alzheimer. Elle a vécu la guerre, la maladie mais aussi l’amour, surtout l’amour. J’ai trouvé ce roman très agréable.

Ce que j’ai apprécié c’est que la maladie ne nous explose pas en plein visage à toutes les pages. Forcément, elle est présente mais elle reste bien souvent en toile de fond et elle nous percute plus fort de temps en temps. C’est déjà un très bon point. J’ai aussi apprécié le fait que l’auteure parle du personnel soignant : en effet, beaucoup sont très bons et bien que peu nombreux pour faire tout ce qu’ils doivent faire dans une journée mais l’auteure souligne aussi les mauvais côtés du métier et des soignants qui bossent à la chaîne sans se préoccuper un minimum de leurs patients. J’ai beaucoup apprécié cette alternance et cette différentiation dans le roman.

Marie est un personnage très attachant. Elle vit au rythme de ses souvenirs et de sa petite boite en fer qui retrace sa vie avec son charles, son fiance mort sur le front lors de la deuxième guerre mondiale. J’ai beaucoup aimé la symbolique de cette boite qui ne la quitte jamais. En effet, c’est la seule chose qui la rattache à son bien aimé ainsi que son petit garçon, disparu à l’âge de 3 ans, emporté par les allemands.

J’ai adoré découvrir la vie de Marie, qu’elle raconte à Claire et Assya, les deux soignantes qu’elle adore et qui l’adorent en retour. C’est vraiment une belle relation d’amitié qui se dégage ici.

Rare sont les romans qui me font pleurer mais ce dernier est parvenu à m’émouvoir auxcropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final larmes. L’histoire est vraiment belle. J’ai adoré du début à la fin.

Les péripéties sont bonnes et vraiment bien trouvées : ainsi, on comprend son passé mais on a un rappel de la maladie et de son âge avancé avec les éléments passés. Ces péripéties nous permettent de suivre avec attention tout le déroulement de l’histoire. On est happé par l’ambiance et l’on a envie de découvrir la suite de l’histoire avec avidité.

J’ai beaucoup apprécié ce passage du passé au présent qui se déroule très facilement. L’histoire de Marie est rocambolesque et une chose est certaine : elle en a vu de toutes les couleurs. C’est vraiment un petit délice à lire.

La plume de l’auteure, que je ne connaissais pas, est très agréable à lire. En effet, je suis contente d’avoir découvert cette auteure avec ce roman. Il est bon et sensible. Il met en avant beaucoup de thèmes que j’apprécie : la notion d’amour, d’amitié, de famille, des souvenirs mais aussi de voyage dans le temps ainsi que dans l’espace. C’est vraiment une belle lecture que j’ai faite là et je vous conseille grandement d’en faire de même. C’est un roman parfait pour l’été, qui se lit rapidement et que vous allez tous adorer.

Ma note : 19/20

 

20

Le souffle des feuilles et des promesses – Sarah McCoy

CVT_Le-souffle-des-feuilles-et-des-promesses_6077Résumé : Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable.

Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de xixe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit.

Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin?

Mon avis : Je remercie chaleureusement Camille et les éditions Michel Lafon pour ce fabuleux envoi encore une fois. J’apprécie grandement travailler avec cette maison d’éditions qui me réserve toujours de belles et grandes surprises : c’est ça que l’on recherche non ? Ici, avec ce roman, on a une intrigue plutôt « banale », je m’explique : une femme et un homme que tout oppose vont se lier d’amitié. C’est quand même assez simple, du « déjà vu » mais ici, l’auteure parvient à nous tenir en haleine jusqu’au dernier mot de la dernière page.

La première chose qui m’a plu c’est la couverture de ce roman. Je la trouve sublime ! J’ai fondu pour cette belle couverture qui retranscrit à merveille ce siècle que j’aime tant lire.

On fait la rencontre d’Hallie Erminie, une jeune femme qui vit dans le Sud des Etats Unis à la fin des années 1800. Encore très imprégné et stigmatisé par les récents évènements (guerres…), les Sudistes voient d’un mauvais œil les Nordistes et inversement. Hallie a secrètement toujours voulu être une auteure : ce qu’elle parvient à faire. Elle devient auteure à succès qui a un caractère bien trempé ! J’ai beaucoup aimé la détermination et la fascination dont Hallie peut faire preuve.  Elle est franche, n’a pas peur d’être ce qu’elle est, de dire ce qu’elle pense. Elle est fière d’où elle vient, de sa famille et ne renierai rien de ses racines pour rien au monde.

D’un autre côté, on rencontre un jeune homme intrigant. On peut commencer par son nom : Post Wheeler. Un jeune homme, journaliste et écrivain qui a la tête sur les épaules. Un peu trop même, je trouvais par moment qu’il était très dur avec Hallie et ses compagnons. En effet, il a l’air d’être désabusé par la vie et de la voir d’une manière bien sombre. Il a un sens de l’humour très noir et est plutôt charmant.

J’ai beaucoup aimé les étincelles que les rencontres entre Hallie et Post font. J’ai beaucoup apprécié ce couple d’amis. En effet, l’amitié se crée au fil des pages et de leurs balades. Tout est clair entre eux jusqu’au moment où Post quitte subitement New York pour l’Alaska sans donner de nouvelles à Hallie.

J’ai aussi beaucoup aimé le fait que le monde de l’édition ai une place à part entière dans ce roman. Longtemps exclusivement réservé aux hommes, j’ai beaucoup apprécié voir une femme évoluer dans ce monde éditorial.

On suit cette histoire à travers les continents, les pays et les villes : On passe par le 20100628104007michellafonKentucky puis par New York, on quitte les Etats Unis pour rejoindre l’Europe, plus précisément Londres et Venise. Nous visitons aussi l’Alaska. J’ai beaucoup apprécié voyager avec Hallie et Post. Les suivre dans leurs pensées, questionnements. C’est assez intéressant de voir comment Post considère Hallie et inversement.

Il y a beaucoup de personnages secondaires qui apportent beaucoup à l’histoire. C’est vraiment agréable. On se lie très facilement aux personnages principaux et/ou secondaires.

Ce roman est vraiment bon. C’est une belle romance avec un fond historique à peine perceptible. C’est assez surprenant et très agréable. J’ai beaucoup entendu parler de Sarah McCoy et j’avais vraiment envie de tenter une lecture. Je n’ai pas regretté mon choix avec ce Service Presse.

La plume est belle, douce et agréable. J’ai trouvé que Sarah savait retranscrire à merveille l’ambiance de ce siècle dans ce continent. On a vraiment l’impression d’y être. C’est surprenant et vraiment excellent.

J’ouvrirai de nouveau un roman de cette auteure sans hésitation. La plume est addictive et l’intrigue très bonne.

Ma note : 18/20

12

Les brumes de GrandVille – Tome 1 : Monotropa Uniflora – Gwendoline Finaz de Villaine

1540-1Résumé : 1919. Au lendemain de la première guerre mondiale, Apollonie devient professeur de musique. Belle, libre et déterminée, la jeune orpheline découvre la vie au château de Grandville. Elle ne tarde pas à faire la connaissance du fils de la Comtesse, le magnétique et mystérieux Hector, dont la beauté n’a d’égal que le cynisme. Apollonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent d’une voix mystérieuse sortie des ombres… Peut-on tomber amoureux d’une voix, d’un simple esprit, sans perdre son âme ?

Mon avis : Je remercie chaudement Gilles Paris et son équipe ainsi que les éditions French Pulp qui nous offrent de très beaux moments de lectures : en effet, voici le cinquième roman que je lis de cette maison d’éditions et c’est encore une merveilleuse lecture ! Je suis vraiment très heureuse d’avoir croisé cette maison d’édition sur mon chemin !

Voici donc une aventure palpitante au lendemain de la Grande Guerre (1914-1918). Moi qui aime les romances historiques, ici, je n’ai pas été déçue. Bien évidemment, le contexte historique n’est pas le même que celui dans lequel je vis mes histoires d’amour habituelles et j’avais un peu peur de l’aspect guerrier mais figurez-vous que la guerre est vraiment en arrière-plan : on subit les conséquences de la guerre mais aucun bombardement et morts (c’est ici la fin de la guerre) : on essaye de revenir à la vie normale même si c’est vraiment très délicat.

On rencontre Apollonie (J’adore l’originalité du prénom) : j’ai vu ici une référence au Dieu13254289_1045349628891225_4894523684186030036_n Apollon qui est le dieu des arts, de la musique ainsi que du chant. Etant donné qu’Apollonie est une jeune professeure de musique, je n’ai pu m’empêcher de faire le lien entre les deux. Bref, je ferme cette parenthèse ^^

Apollonie est une jeune femme qui est intégrée à la vie au Château de Grandville. Elle a connu quelques difficultés au début qui se sont vite arrangées au final. C’est une jeune fille très intelligente ainsi que courageuse. Elle est belle, pleine de bon sens ainsi que d’humour.

Contrairement à l’austérité que l’on peut trouver dans les grandes maisons voire domaines de cette époque, ici, la Comtesse est bienveillante à l’égard de son personnel malgré le fait qu’elle survive dans ce grand domaine sans son mari : mort quelques années auparavant d’une maladie cruelle. Personnel qui est très gentil, sympathique, la bonne ambiance règne dans cette maison où il fait bon vivre, ce qui est rare à la sortie de la guerre. Elle rencontre Mathilde, sa voisine de chambrée qui est une jeune fille très belle, dynamique et libérée. Une belle amitié se forme entre elles. Apollonie est là pour apprendre la musique aux filles de la Comtesse : elle se lie quelque peu d’amitié avec elles aussi. L’ambiance est agréable au sein de la maison.

Hector de MontFaucon, le fils de la Comtesse revient du front. Il revient changé, distant et un peu rustre sur les bords alors que dans les souvenirs de la maison et du personnel, c’était un être charmant, doux et bienveillant. On met ça sur le compte de la guerre, elle l’a transformé vu les horreurs qu’elle lui a montrées.

Cependant, la présence d’un fantôme va faire vivre à Apollonie une aventure rocambolesque ! J’ai adoré !!!!!!! C’est la première fois (tout du moins, première fois que c’est aussi marquant pour moi) que je rencontre une romance aux traits historiques avoir une touche de fantastique ! J’ai tellement adoré ! On rencontre donc un fantôme qui aide Apollonie à percer le mystère qui plane autour de la famille depuis le retour du fils bien aimé. J’ai beaucoup aimé suivre cette aventure. Elle était très belle. J’ai avalé les 350 pages (environ) en quelques heures. Je suis vraiment très surprise par cette histoire et surtout par l’histoire d’amour qui est très prenante : on vit vraiment les débuts et les déboires de cet amour qui semble impossible.

16005489-Hiboux-mignons-et-heureux-sur-l-arbre-avec-des-coeurs-Banque-d'imagesJ’ai vraiment hâte d’avoir la suite entre les mains. Je suis certaine que le deuxième tome va être aussi bon que le premier. C’est un très beau coup de cœur pour moi : les personnages sont tous très différents et très bons : ils ont un caractère bien particulier qui font tous avancer l’histoire. Les lieux sont très mystérieux et teintés de mystère. On sent bien que quelque chose ne va pas : on cherche et fouille dans les multiples pièces du domaine. L’intrigue est aussi très bonne, je ne trouve rien à redire. Le tome un se termine avec un peu de peine pour ma part mais j’ai hâte de voir ce que l’auteure nous réserve pour la suite ainsi que l’intrigue !

La plume de l’auteure est très accessible et additive. On est plongé dès les premiers mots dans un univers particulier qui est charmant, c’est vraiment très agréable.

De plus, j’ai beaucoup apprécié qu’à la fin du roman, on a un petit récapitulatif des personnages croisés au fil des pages (il est vrai qu’ils sont nombreux) ce qui nous permet de ne pas être perdu.

Vivement la suite !

Ma note : 20/20