18

Les Mackintosh – Tome 1 : Un secret à travers le temps de Julia Dauge

51Z472EFO3L._SY346_.jpgRésumé : Depuis longtemps, Laetitia rêve de découvrir l’Ecosse. Quand elle entreprend enfin le voyage, cette jeune étudiante, orpheline, adepte des sports de combat est loin de se douter qu’il l’emmènera aussi loin ; jusque dans les bras de Darren, ce beau chef guerrier highlander, au XVIe siècle ! Dès qu’il aperçoit cette belle inconnue, Darren, laird du clan MacKintosh, est subjugué. En même temps, il est abasourdi. Comment cette délicieuse créature, aux origines obscures et aux expressions si étranges, peut-elle être si effrontée dans ses manières ? Et que dire de ses tendances à jurer et à se battre aussi bien que ses guerriers ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie évidence éditions pour l’envoi de ce roman et plus particulièrement Jennifer qui est toujours charmante, souriante et dynamique.

~ Entre modernité et période historique ~

Voilà deux notions que je vais pouvoir traiter sur plusieurs points. Je vous parle déjà de mon choix de lecture. Pourquoi ce titre ? Je vous avoue que c’est principalement pour le nom de l’auteure. J’ai adoré découvrir Love and hope, une saga contemporaine qui m’a beaucoup plu de la même auteure publiée dans une autre maison d’édition. J’avais donc envie de voir ce que pouvait donner cette plume dans un tout autre style. Bien que le genre de la romance soit commun aux deux œuvres, la période historique, les mœurs et la culture sont eux bien différents.

Deuxièmement, j’ai trouvé que les passages, dans ce premier tome, entre le passé (16ème siècle de mémoire) et les années dans lesquelles nous vivons (2014/2015, là aussi de mémoire) sont assez sympathiques. J’avoue que ce qui me fait perdre beaucoup de temps dans ce genre-là, c’est l’acclimatation à l’époque, aux modes de vie des highlanders ainsi qu’aux mœurs et aux coutumes. C’est une période historique que je ne connais qu’à travers Outlander donc j’avais un peu peur de m’y perdre.

~ Parlons personnages  ~

On fait la rencontre de Laetitia, dit Lilou (j’ai eu du mal à m’y faire tant la ressemblance entre les prénoms ne prête pas à les associer à une même personne, bref !). Laetitia est une jeune femme jolie, intéressante et intelligente. Sans parents, elle vit comme elle le peut en se construisant sa propre famille : ses amis qui sont très présents pour elle. Cette petite bande m’a beaucoup plu. Laetitia a deux passions dans la vie : les romances historiques de type Harlequin (oh hé, baissez les yeux tout de suite, on a tous déjà lu un roman de ce genre) et l’Ecosse. Ne sachant pas forcément pourquoi ni comment, Laetitia rêve d’aller là-bas, de se balader dans les paysages écossais et de parler la langue. Après des années de travail, elle a économisé assez pour se payer son voyage de rêve. Ainsi, nous la suivons dans son périple qui l’emmènera bien plus loin de son domicile que prévu.

J’ai apprécié ce personnage. Laetitia est pleine de ressources et ne se laisse pas marcher dessus et encore moins par les hommes. Férue de sports de combat, elle se débat et met quelques coups bien placés à une bande de mecs en tartan. Non mais ! J’ai aimé ce côté ultra moderne dans une époque encore très misogyne.

Cela nous donne des scènes assez spectaculaires dont celle-ci qui m’a beaucoup plu.

« Il s’approcha donc d’elle, dans le but de la recouvrir. Il essaya de chasser son excitation de son regard, mais étant donné le regard qu’elle lui retourna, il supposa qu’il avait lamentablement échoué. Alors qu’il était quasiment collé à elle, il leva la main avec l’intention de lui caresser la joue pour la rassurer. […] Avant qu’il n’ait pu finir sa phrase, la jeune femme se transforma en une seconde en furie. Elle parvint, par il ne sait quel miracle, à lui décocher un coup de genou entre les jambes qui lui coupa net le souffle. Il n’avait jamais ressenti une telle douleur. Il eut l’impression que ses bijoux de famille remontaient jusque dans sa gorge pour se protéger de cette terrible créature. Une réaction instinctive le fit se pencher en avant. Grave erreur ! La diablesse en profita alors pour lui asséner… un magistral coup de boule en pleine tête. »

Bien entendu, Darren, le beau Darren fait aussi. Franchement, c’est un personnage sympathique, un peu bourru qui finit par, forcément tomber amoureux de la jeune et jolie Laetitia. Il fait partie du clan Mackintosh.

On en apprend beaucoup sur eux. Mais un petit point m’a chiffonnée. En effet, on a vraiment une sorte de dichotomie entre le bien et le mal : d’un côté les Mackintosh, ce clan que l’on connait comme étant bon, bénéfique et qui offre des ressources et une vie tranquille aux membres du clan et d’un autre côté, le clan des Anderson : les méchants. J’ai trouvé cela un peu facile.

~ Intrigue et impression de déjà-vu ~

Malheureusement, vous l’aurez facilement compris, ma lecture n’a pas été de tout repos. Bien que la plume est assez fluide, j’ai eu beaucoup de mal à lire ce premier tome. Durant ma lecture, j’ai eu quelques incertitudes. Je pense qu’il y a (au moins) un anachronisme. Je n’en suis pas certaine mais après quelques recherches, il semble que le passage au calendrier grégorien en écosse se fait au 18ème siècle alors qu’un personnage donne la date à Laetitia en annonçant qu’on est en 1500 et des poussières… En soi, ce n’est pas hyper dérangeant mais j’avoue que j’ai tiqué à ma lecture.

J’ai aussi trouvé que dans cette intrigue, il y avait beaucoup de différences de langage. Effectivement, on peut expliquer ça par le fait que notre héroïne ne vient pas de cette époque mais j’ai pu rencontrer des jolis noms d’oiseau que j’aurais préféré ne pas lire.

L’impression de déjà-vu se marque par le fait que j’ai déjà lu Outlander de Diana Gabaldon et que forcément, il est très compliqué de ne pas faire de rapprochement entre ces deux histoires. On a le même principe : une fille d’une époque certaine tombe dans une époque qui n’est pas la sienne mais celle des Highlander. Si l’intrigue était sympathique, j’ai trouvé que le côté historique est complètement passé à la trappe. Malheureusement, je pense que c’est le plus gros point qui fait que mon retour reste mitigé sur ce premier tome. En effet, on est vraiment dans une romance érotique. Oui, lecteurs et lectrices qui n’apprécient pas les scènes de sexe, passez votre chemin parce qu’il y en a un paquet dans ce roman. Dommage qu’il n’y ait pas plus de descriptions des lieux, pour moi, je suis un peu passée à côté de ma lecture car je n’ai pas su m’imprégner de l’ambiance du roman.

Cependant, j’ai apprécié la légende proposée en début de roman, je l’ai trouvé très jolie et poétique.

Attention ! En aucun cas, je ne parle de plagiat! 

~ La plume de Julie Dauge ~

J’étais très curieuse de voir si l’auteure allait pouvoir renouveler son exploit avec Love and Hope. Je pense que c’est une affaire de goût et d’intrigue. En effet, la plume est toujours aussi acérée et juste. C’est simplement que pour moi, la magie n’a pas opéré.

3 raisons de lire ce roman :

  • Une romance historique parfaite pour les lecteurs fan de ce genre
  • Une légende intéressante et sympathique
  • Un personnage principal féminin fort

3

15

Le destin des cœurs perdus – Tome 2 : La Rebelle de Castel Dark de JC Staignier

51+77keS+XL._SX195_.jpgRésumé : Aelis de Percival fuit son pays natal afin de rejoindre sa sœur Jane. À bord du Goéland, elle fait la connaissance du capitaine Sadler. Néanmoins, la jeune femme poursuit un seul but : attirer Arthur de Templeton en France. Entre l’amour et la vengeance, Aelis trouvera-t-elle le courage d’affronter ses démons ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie JC Staignier pour l’envoi de ce deuxième tome que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. J’avais adoré le premier tome qui nous laissait avec un suspense incroyable.

~ Des personnages principaux féminins forts ~

Comme pour le premier tome, JC Staignier n’y est pas allée de main morte ! Elle nous habitue désormais à avoir un personnage féminin principal qui sort des sentiers battus. C’est Aelis de Percival est notre personnage principal ici et qui veut en découdre avec Arthur de Templeton. C’est une jeune femme que j’ai appréciée pour son courage, sa volonté farouche d’arriver à ses fins et la manière dont elle s’y prend. Elle n’a qu’un but : faire venir Arthur de Templeton en France. L’attirer dans un piège et le traîner dans la poussière. On a donc un personnage féminin qui sort des sentiers battus pour l’époque et qui se démarque par sa volonté de parvenir à être vengée des malheurs qu’elle a subi.

Autre personnage fort de ce deuxième tome, c’est Eryne, le fantôme qui hante Castel Dark. A deux, elles vont tenter de venger la famille d’Aelis dont une partie a su fuir les souffrances et les dangers en quittant le château. Le duo est un duo de choc et assez original finalement : une jeune femme rebelle et un fantôme… JC Staignier fait un pari risqué mais qui finalement m’a bien plu même si ce n’est pas un coup de cœur total. J’ai trouvé qu’un des deux personnages prenait plus le dessus sur l’autre et je pense que cela n’aurait dû. En effet, je pense que cette vengeance appartenait à Aelis et Eryne est beaucoup trop aux commandes pour moi. Une aide oui, mais pas trop. Pour moi, elle a pris un peu trop de place dans la trame narrative.

~ Anciens et nouveaux personnages : un joli mélange ~

On retrouve aussi les personnages que l’on a rencontrés dans le premier tome. Aelis et les enfants de sa famille rejoignent Jane en France en bateau. Sur la traversée, on fait la rencontre de Brett Sadler. Il est le capitaine du navire et rapidement, nous assistons à une romance entre les deux personnages. Pour ma part, je pense que cela va un peu trop vite. Mais ce n’est qu’une affaire de goût.

Ce que j’ai apprécié, c’est le fait que l’auteure arrive aisément à inclure les nouveaux personnages à son intrigue. En effet, on n’est pas lésé de ce côté. Les anciens ont toujours leurs places, les nouveaux arrivent à se positionner. Bref, cela ajoute un vent nouveau à l’intrigue et ce n’est pas pour me déplaire.

~ L’histoire en toile de fond ~

Le coté historique me plait toujours autant. En effet, l’auteure parvient à nous propulser dans une histoire incroyable où les actions se succèdent formidablement. C’est ultra prenant. Même si mon engouement est un peu moindre par rapport à ma lecture du premier tome, cet opus reste très bon. Je ne peux que vous conseiller de plonger dans l’univers de Madame JC Staignier. Le fait que l’on ait un personnage féminin qui ne se laisse pas faire me plait énormément (petite féministe Pauline, hello !). Je trouve révoltant la place de la femme durant ses années. Et Aelis et d’autres personnages féminins marquent un joli tournant, fictif, mais quand même là !

« — Que puis-je faire afin de vous apaiser ?
— Je souhaite vous offrir un cadeau de mariage digne de votre beauté. J’ai pensé à des bijoux, mais j’ignore vos goûts.
Un sourire éclaira le visage de Lali.
— J’aimerais lire les Poésies lyriques de Rutebeuf ou les Chroniques historiques de Froissart.
— Voici un désir bien saugrenu. Toute autre dame aurait demandé de nouvelles robes ou des bijoux.
— La culture ne se porte pas sur les vêtements ou beaucoup de femmes se montreraient moins sottes !
Elle se rendit compte de l’insolence de sa remarque et baissa aussitôt les yeux »

~ L’intrigue et les thématiques abordées ~

J’ai apprécié le courage d’Aelis comme je vous le dis ci-dessus. Elle m’est apparue forte, véhiculant de nombreuses valeurs que j’aime beaucoup. Elle est prête à tout pour l’honneur de sa famille, même à renoncer à l’amour de Brett pour mettre son plan à exécution. Honneur, famille, loyauté. Tout ce que j’aime. Elle se bat contre les affres de la douleur, de la mort et de la violence. C’est une jeune femme qui a vécu des épisodes traumatisants. Cela nous donne envie de la prendre sous notre aile. C’est un combat permanent qu’elle mène tout au long du roman : le bien, le mal ? Choisir entre la vie et la mort ? Le plongeon dans la douleur ou le combat pour sortir la tête de l’eau ? Voici tout ce qui vous attend dans ce tome.

« Allongée sur la couche, elle s’efforça de rejoindre le monde des vivants. Ses ongles s’enfoncèrent dans le dos de Brett. Entraînée dans le spectre de la violence, elle le combattait par ses propres armes. L’intense douleur physique ne représentait rien en comparaison de celle de son cœur. Pouvait-elle encore différencier le bien et le mal, la souffrance ou la jouissance ? Elle perçut le mouvement de recul de Brett. Bouleversée, Aelis s’accrocha à ses épaules. »

L’intrigue est vraiment très prenante. Il faut impérativement lire le premier tome avant de se lancer dans celui-ci, en effet, il est dans la continuité du premier. Il faut vraiment s’imprégner de l’ambiance du premier tome pour vivre l’aventure à fond. On se retrouve entre la France et l’Angleterre du 14ème siècle. C’est un deuxième tome qui marque un tournant pour moi dans cette histoire et qui permet au troisième tome d’être attendu de pied ferme par les lecteurs et lectrices.

~ La plume de JC Staignier ~

Je n’avais aucun doute qui subsistait avant ma lecture mais cela renforce ma conviction : il faut lire la plume de cette auteure ! Elle est formidable et fantastique. Elle emporte son lectorat aussi facilement que le souffle du vent emporte les feuilles d’automne. C’est une plume efficace et pleine d’émotions.

3 raisons de lire cette saga

  • Des personnages féminins forts
  • Une saga qui nous fait voyager dans le temps et dans l’espace
  • Une plume merveilleuse

4

10

Hors-la-loi – Tome 1 : Vaughn de N. R. Davoust

51A+peznGqL._SX330_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : 1858, Colorado. Cassie s’occupe seule de son ranch depuis la mort de sa famille, et mène une vie sans heurt malgré les visites régulières d’un voisin plein d’amertume, qui n’a de cesse de vouloir la chasser de ses terres. Le jour où elle découvre un inconnu gravement blessé et armé jusqu’aux dents, deux choix s’imposent alors à elle : le laisser mourir pour éviter les problèmes, ou prendre le risque de le soigner pour qu’il reprenne sa route. Un homme que le passé violent finira par rattraper. Il devra alors, à son tour, choisir : fuir ou faire face. Cassie n’aurait jamais pu imaginer à quel point sa vie allait basculer. Elle n’imaginait pas, non plus, les tourments et le danger que cet inconnu allait ramener avec lui.

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie N. R. Davoust de m’avoir contacté  via SimPlement pour savoir si je voulais lire son premier tome. J’avoue que c’est la curiosité qui m’y a poussé. Je suis très contente de m’être plongée dans cet univers qui ajoute cette petite touche d’originalité que je recherchais tant dans la romance historique

~ Dans le Colorado du 19ème siècle ~

Univers que je ne connais que très peu, j’ai été ravie de me plonger dans une romance qui a pour décor le Colorado. J’ai eu l’impression d’être plongée en plein western. On fait la rencontre de Cassie, une jeune femme qui vit seule dans son ranch. Tout y est pour que l’on s’y croie : le ranch, le fauteuil à bascule sur la terrasse, le fusil et les menaces des voisins pour un bout de parcelle en plus… Tous les détails sont là pour nous rappeler ce décor où les cow-boys et les pistoleros se rencontrent.

Je n’avais encore jamais lu de romance historique qui a pour décor le far-west et les saloons. Franchement, c’est une très agréable découverte tant les décors sont très bien plantés. L’atmosphère est assez palpable : on sent que quelque chose se trame mais on ne met le doigt dessus seulement sur la fin de ce premier tome. Que c’est exaltant ! Je pense qu’ici, j’ai retrouvé ce que j’avais un peu perdu dans la romance historique : cette pointe d’originalité qui fait défaut à beaucoup d’ouvrages de ce genre.

~ Cassie et Vaughn : une rencontre mortelle ~

Cassie et Vaughn sont deux personnages que l’on doit apprivoiser. En effet, aucun des deux n’a été épargné par la vie. A leurs manières, ils ont enfouis une douleur incroyable au fond de leurs cœurs. Nous sommes au moment où toute cette intensité va exploser.

En voyant un vautour tournoyer dans le ciel, Cassie se doute que de la chair fraîche doit être exposée. Dans le mille ! Elle trouve Vaughn qui est très mal en point. On ne sait pas pourquoi ni comment mais il se retrouve entre la vie et la mort. Cassie décide de le ramener chez lui pour tenter de le sauver.

Vaughn et Cassie sont deux personnages que j’ai appréciés. En effet, Vaughn est un vrai dur, une brute qui par moments, laisse entrevoir un peu d’humanité. Son sourire illumine son visage et prouve que c’est un homme. Cassie, elle, ne se laisse pas marcher sur les pieds, par qui que ce soit. Elle est belle et très courageuse. Elle n’a pas peur de répondre aux hommes qui viennent l’ennuyer.

C’est donc un duo de personnages détonant qui créé des étincelles que je vous présente aujourd’hui.

Il y a d’autres personnages qui viennent bercer l’intrigue. Je vous parle brièvement de Clay, un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Un personnage mystérieux, qui nous promet de jolies surprises tout au long du roman. Si Clay apparaît comme un personnage sombre et inquiétant, il se révèle être un personnage qui fait avancer l’histoire.

Henry est aussi un personnage que j’ai apprécié, mais celui-ci, sur la fin de l’histoire. J’espère que l’auteure lèvera un peu plus le voile sur son histoire et sur toutes les personnes que cela touchent. En effet, j’ai bien envie de savoir ce qu’il pourra advenir de ces révélations. C’est le seul petit point qui m’a légèrement chiffonnée dans l’histoire, le petit manque d’informations sur ces révélations. J’espère vraiment que l’on en saura plus par la suite.

~ Une histoire d’aventures ~

Ce roman n’est pas qu’une romance, c’est aussi une histoire d’aventures ! Je trouve que l’auteure a été très intelligente sur ce coup. En effet, on ne se perd pas dans les niaiseries d’une romance à l’eau de rose. On en est loin. Ici, il y a des coups de feu, des coups tordus, des duels (avec des rouleaux de paille qui traversent la plaine tellement on s’y croit) et des menaces. Il y a aussi des secrets de famille et que serait une bonne intrigue de western sans une haine ancestrale entre deux membres de deux familles différentes ? Tout est là pour que l’on passe un excellent moment.

J’ai grandement apprécié le fait que l’on en sache un peu plus sur les passés respectifs de Cassie & de Vaughn. En effet, on comprend mieux cette ambiance pesante et le pourquoi du comment.

~ La plume de N. R. Davoust ~

Quelle jolie surprise ! Franchement, je ne m’attendais pas du tout à apprécier autant une plume sur un premier tome. La plume donne le ton de ce roman : elle est belle et intelligente. J’ai trouvé que l’auteure choisissait son vocabulaire avec précision ce qui donne une crédibilité certaine à son roman. Le lecteur embarque très rapidement dans cet univers plein de secrets.

La fin du premier tome peut être une fin en soit bien qu’un personnage nous fait nous interroger sur son avenir, j’espère avoir rapidement le tome 2 dans les mains ! Si l’auteure parie, pour ce premier tome, sur l’histoire de Vaughn et de Cassie, elle laisse plusieurs portes ouvertes sur des perspectives réjouissantes : les personnages d’Henry et de Clay.

Ce premier tome est vraiment excellent, ça frôle le coup de cœur. Je me réserve pour les prochains tomes mais je suis certaine qu’ils seront dans la lignée de celui-ci.

Les – :

  • Un léger manque par rapport à l’histoire d’Henry. J’espère que l’auteure nous réserve encore de jolies surprises pour ce deuxième tome.

Les + :

  • Les personnages proposés qui sont tous très bien détaillés. Les psychologies sont fines et les personnages bien campés.
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée très précise et très belle.
  • La romance historique et son originalité. Bravo pour cette belle idée.
  • Une histoire d’aventures. C’est très sympathique à lire.

4

10

Lady Rose et Miss Darcy : deux cœurs à prendre de Lhattie Haniel

51V4sVXUSgL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : – L’univers étendu d’Orgueil & Préjugés – Inspiré de l’œuvre de Jane AUSTEN. 1817, comté du Berkshire. À vingt-deux ans, lady Rose, passionnée de promenades dans la nature et de littérature romantique, ne souhaite pas pour autant modifier sa vie pour convoler en justes noces. Désireuse de conserver sa liberté, elle repousse donc, sans exception, tout prétendant. Pourtant, lorsqu’elle rencontre inopinément lord John Cecil Scott, alors qu’elle se retrouve suspendue à la petite clôture d’un verger, l’arrogance et le manque de bienséance de ce séduisant voisin vont troubler profondément la jeune femme. Elle s’épanchera sur cette rencontre, avec un manque certain de franchise, auprès de son amie d’enfance, Miss Darcy. Cependant, cette proche parente des Darcy de Pemberley a, elle aussi, une chose qu’elle lui tait : son cœur bat en secret pour un jeune homme…

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Lhattie Haniel pour l’envoi de ce roman en service presse. Celui-ci signe le dernier roman de Lhattie Haniel que je devais lire. J’ai mis un peu plus d’un an pour lire tous les romans que Lhattie m’avait envoyé. Il y a eu des petits couacs mais surtout de belles découvertes !

Inspiré de Jane Austen

Voilà un point assez intéressant à découvrir. Cependant, c’est souvent à double tranchant. Quand on parle d’inspiration, on pense souvent retrouver la plume de l’auteure. Ici, ce n’est pas le cas pour moi. Personne n’égalera jamais Jane Austen dans mon cœur de lectrice. Cependant, ici, on retrouve un peu l’univers que l’on trouve dans les œuvres de Jane Austen. Malheureusement, je n’ai pas été séduite à 100%. Il y a de bonnes choses mais aussi des choses un peu moins bonnes.

Les personnages

On a deux jeunes femmes Lady Rose et Miss Darcy. Toutes les deux sortent du moule de la jeune femme du 19ème siècle. Lady Rose aime sa liberté, elle préfère être seule, être indépendante et savoir voir plus loin que le bout de son nez. Si ce caractère était très intéressant, j’ai trouvé ses réactions parfois un peu étranges pour l’époque. Si elle se veut rebelle et décalée, c’est un pari réussi.

Miss Darcy est aussi un personnage assez sympathique à découvrir. Elles ne sont pas amies pour rien. Entre confidences et discussions, leurs vies semblent être bien remplies.

Les personnages masculins sont sympathiques. Je trouve que John Cecil Scott est un personnage qui va très bien avec Lady Rose. En effet, ils sont construits en miroir selon moi. Elle se fiche des convenances et si lui a quelque chose à dire, il ne mettra pas de gant et le dira !

L’intrigue

Je pense que c’est là où, pour moi, il y a eu quelques petits couacs. Dans un premier temps, par moments, j’ai eu l’impression de lire du Zola pour la quantité et la longueur des descriptions de vêtements, de décors ou encore des pièces de la maison. On se perd dans ces digressions. C’était un peu trop lourd pour moi.

J’ai trouvé que le monde dans lequel nous plongeait l’auteure était trop gentillet. Tout le monde est beau, tout le monde est gentil. Voilà ce qui rend l’intrigue du roman un peu plate par moments… C’est dommage parce que l’idée est vraiment sympathique mais pour moi, on aurait pu aller plus loin et coller encore plus à l’univers de Jane Austen.

Là où l’auteure s’inspire du monde de Jane Austen c’est dans le rappel de certains personnages. Grâce à Miss Darcy surtout qui fait partie de la famille que l’on connait dans l’œuvre Orgueil et préjugés de dame Austen.

La plume

La plume de Lhattie Haniel est très rafraichissante. Le roman est accessible à tous. Je pense qu’il pourrait plaire à un lectorat qui ne lit pas beaucoup de romances victoriennes. Cependant, avec cette mention « inspiré de l’œuvre de Jane Austen », je pense que cela ne permet pas au roman d’être jugé à la juste valeur selon moi. On est toujours en train de comparer les deux œuvres et franchement, je pense que ce roman mériterait d’être lu sans toutes ces comparaisons. Mais cela n’est que mon avis personnel !

Les – :

  • Un univers un peu trop gentillet pour moi
  • Les nombreuses et longues descriptions…

Les + :

  • Un univers travaillé malgré tout
  • Une plume sympathique
  • Deux personnages féminins qui tiennent l’intrigue à bout de bras.

3

13

Améthyste d’Isabelle Bruffaert

51UrV2wPMvL.jpgRésumé : 1795.Quelque part en Bretagne. La jeune et belle Améthyste fuit son destin et poursuit des chimères. Elle refuse d’épouser le vieux baron auquel son oncle la destine, et elle veut gagner Paris pour participer à la libération du Dauphin Louis XVII, emprisonné à la Tour du Temple. En chemin, elle croise Baptiste de Kermaec et ses hommes. Sont-ils des bandits ou des gentlemen ? Le mystérieux et exaspérant Baptiste va-t-il l’aider ou l’empêcher de mener à bien ses desseins ? Qui est-il et que lui veut-il ? Face à cet homme déroutant, Améthyste fait front, mais la bataille ne sera pas aussi facile à remporter qu’avec les autres hommes…

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman qui m’a permis de passer un bon moment de lecture en compagnie de nouveaux personnages que j’ai pris plaisir à découvrir.

Une romance historique

Comme vous le savez, j’adore ce genre. Souvent bercée par des auteures britanniques ou américaines, je ne lis que très peu de romances historiques françaises. Isabelle Bruffaert est parvenue à trouver un parfait équilibre entre romance et histoire. C’est plutôt surprenant…

L’intrigue et les décors

J’ai eu la chance de découvrir une romance à la Julia Quinn avec une toile de fond historique à la Jacquie Béal. Quel délice, c’est vraiment très sympathique parce que les deux genres cohabitent à merveille. J’ai trouvé cela très intéressant parce qu’ils s’équilibrent parfaitement. L’Histoire se matérialise sous nos yeux. Direction le 18ème siècle et particulièrement l’année 1795 qui marque le tournant dans la vie politique française. On y parle de libération, de révolution, le peuple gronde, rend menaçant la vie parisienne pour les nobles et les riches.

Voilà une période historique boudée par les romanciers. J’ai trouvé intéressant la manière dont l’auteure traite la période en question : à travers les yeux d’une femme qui rend l’intrigue très piquante.

Les personnages

Ici, on va forcément s’intéresser à un homme et une femme. Améthyste est une jeune femme pleine de surprise : belle, intelligente, courageuse et rebelle, Améthyste est un personnage qui dynamise le roman. Améthyste est une jeune fille qui n’a pas forcément eu une éducation comme une jeune fille devrait l’avoir au 18ème siècle. Elle a une sacrée longueur d’avance pour son temps. Elle veut être libre, ne pas se marier, libérer le dauphin est sa quête absolue voilà qui vient contrarier son oncle : issue de la noblesse, téléchargementelle doit se marier avec un vieil homme : un baron. Ainsi, on remarque très rapidement que malgré son rang, elle ne fait pas partie de ces nobles qui sont suffisants et qui traitent les gens venant des castes de la société inférieures avec médiocrité. Elle a ses convictions et les fait entendre. Terminé les jeunes femmes soumises à leurs époux, Améthyste veut vire sa vie comme elle l’entend !

Ainsi, grâce à ce personnage : l’auteur met en parallèle le mode de vie avant la révolution et après cette aire révolutionnaire. La révolution se met en route de différente manière : les mœurs des personnes mais aussi le ras-le-bol des différentes tranches de la société.

Alors qu’Améthyste rêve de liberté, elle fait la rencontre de Baptiste. Pour moi, ce personnage est très intéressant : aussi mystérieux que dangereux pour notre personnage féminin principal.

La plume et l’univers de l’auteure

C’est une très jolie découverte. J’ai trouvé que l’auteure apportait quelque chose que je n’avais pas retrouvé dans une romance historique depuis longtemps : de l’originalité ! Ainsi, j’ai pu retrouver une histoire intéressante qui traite d’un pan de l’Histoire de manière très intéressante.

La plume d’Isabelle Bruffaert est très belle. En effet, elle allie dynamisme, humour, intelligence et romance. Voilà un joli mélange qui m’a beaucoup plu.

Je pense que la seule chose qui m’a chiffonnée, c’est le fait que le roman soit trop court… J’aurais aimé en savoir beaucoup plu sur cette période historique !

Les – :

  • J’aurais adoré quelques pages en plus… 

Les + :

  • Le duo de personnages.
  • La période historique traitée.
  • L’équilibre entre la romance et l’Histoire
  • La plume de l’auteure

4

14

Le quartet des Smythe-Smith – Tome 1 : un goût de paradis de Julia Quinn    

51wpxpW8gBL._SX307_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : En ce printemps 1824, lady Honoria Smythe-Smith se morfond chez elle depuis que son frère Daniel, contraint à l’exil après un scandale retentissant, a laissé la maison vide et leur mère désespérée. Comment échapper à cette ambiance morose ? En se mariant ! Hélas, lors de la précédente saison, tous ses prétendants l’ont abandonnée sans un mot d’explication. Cette année, Honoria entend bien forcer le destin. Elle jette son dévolu sur le jeune Gregory Bridgerton et, lors d’une garden-party à Cambridge, met au point un plan infaillible pour l’attirer dans ses filets. Mais Marcus, son ami d’enfance, va tout faire capoter…

~ Lecture détente ~

Mon avis : Je remercie mon amie Dilshad pour l’envoi de cette saga. J’ai été gâtée lors d’un SWAP. Ainsi, j’ai pu découvrir un autre univers de Julia Quinn. ♥♥♥♥♥

Une romance historique sympathique

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome. Ce que j’ai apprécié c’est le fait de retrouver un autre univers de l’auteur dans ce roman. En effet, on retrouve des personnages de la saga « les chroniques des Bridgerton » (dont j’ai entamé la lecture, il faut aussi que je termine cette saga !).

On fait la rencontre de Honoria Smythe-Smith, la jeune sœur de Daniel. Daniel est un jeune homme qui sait ce qu’il fait. Fier, rigolo et intelligent, il devient rapidement la coqueluche de son collège. Collège dans lequel il rencontre Marcus qui deviendra rapidement son meilleur ami…

Dans ce roman, on se retrouve donc dans une romance en deux temps. En effet, Julia Quinn pose les bases dès le début de son roman. On entre dans la jeunesse de Marcus et de Daniel le temps de quelques pages. Puis, on se retrouve dix ans plus tard. Les temps ont changés, les mœurs aussi ainsi que les choses : Daniel est exilé suite à un comportement qui peut le mettre en danger s’il remet un pied en Angleterre.

Les personnages : la force du roman

J’avoue que j’ai beaucoup apprécié Honoria. Elle a un sacré caractère. Malgré une époque où la femme n’a pas forcément sa place, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et refuse de se taire. Honoria a un sacré humour, un franc-parler et une franchise terrible.

Marcus est un personnage très charismatique aussi. Jamais un mot plus haut que l’autre, il m’a fait penser à Monsieur Darcy sur quelques points. Il ne faut pas croire qu’il est coincé ou idiot : c’est un homme qui économise ses paroles, qui sait à qui il peut dire les choses. Avec un père absent et une mère décédée, il reste souvent seul, mis à part Daniel, il n’a pas d’amis. Lorsqu’il retrouve Honoria par hasard, Marcus replonge dans ces moments où il était quasiment un membre de la famille des Smythe-Smith.

Autre groupe de personnages assez intéressant : le quartet Smythe-Smith qui est un quartet assez connu. En effet, tous les ans, les jeunes femmes non mariées de la famille Smythe-Smith. Quartet musical, il reste franchement très mauvais. Tout le monde le sait mais personne ne dit rien. Les principales intéressées sont les premières à ne pas vouloir y participer mais le rituel familial doit perdurer. J’ai trouvé cette idée très rafraichissante et drôle. Là où on pouvait les prendre pour des personnes imbues d’elles même dans les romans des chroniques des Bridgerton, on se rend rapidement compte que les filles Smythe-Smith sont drôles et ont un sacré sens de la dérision !

L’intrigue

En soi, j’avoue avoir été un peu déçue. En effet, j’attendais beaucoup de la raison pour laquelle Daniel avait dû s’exiler. Je m’attendais à quelque chose de grave, puis finalement, j’ai été un peu déçue de la révélation. L’intrigue n’est pas hyper originale bien que l’auteure ait mis ses personnages en avant, encore une fois, je n’ai pas été surprise par le déroulement de l’histoire et par le schéma narratif… Dommage !

Cependant, je souligne le fait que pour une fois, ce n’est pas la force héroïque de l’homme qui fait chavirer les choses. Honoria est un personnage fort qui marque vraiment l’histoire par son caractère, bravo !

La plume de Julia Quinn

Encore une fois, je suis rentrée très rapidement dans l’histoire. Cette plume est charmante et sans prétention. On se sent vraiment bien dans son univers. C’est rempli de douceur, cela nous fait passer un joli moment de lecture.

Les – :

  • Pas de surprise dans le déroulement de l’intrigue, dommage !

Les + :

  • Les personnages qui sont la force du roman
  • La plume de Julia Quinn qui est prenante.
  • La présence de la famille Smythe-Smith

3

14

Pour que chaque jour compte de Lhattie Haniel

512l3ENW66L._SX195_.jpgRésumé : 1911 — John Crawford et Lee Moore, deux jeunes hommes fortunés, décident de quitter les États-Unis pour se rendre en Angleterre. À bord du RMS Mauretania, Lee retrouve, par le plus grand des hasards, Lady Taylor accompagnée de sa fille, Lady Grace. Malheureusement pour lui, la froideur et le mépris que sa tante lui porte depuis sa plus tendre enfance n’ont pas faibli, tandis que sa jeune cousine n’a aucune idée des liens de cousinage qui les unissent. C’est ainsi qu’en préférant fuir la compagnie déplaisante de ces dames, John et Lee, lors d’une sortie nocturne sur le pont-promenade, vont tomber sous le charme de Julia et Hattie Allen, deux sœurs de petite condition. Bien que décidés à leur faire la cour, les deux hommes perdront finalement leurs traces dès leur arrivée à Londres. Pourtant, John est décidé coûte que coûte à retrouver la belle Hattie. Mais c’est sans compter sur Lady Vivian, une Anglaise qui a jeté son dévolu sur lui et qui compte bien l’épouser, même contre son gré !

Résumé : Je remercie Lhattie Haniel pour l’envoi de son roman. En effet, il faisait partie des nombreux romans que Lhattie m’avait envoyé en une seule fois. Ayant eu une petite « mésaventure » avec ma dernière lecture, j’ai décidé de faire une pause dans ma découverte de l’univers pour avoir un esprit clair pour débuter cette nouvelle lecture.

De sacrés personnages

J’ai trouvé les personnages très sympathiques. Je les ai trouvés très attachants. On a deux milieux sociaux différents qui s’entrechoquent ainsi que deux cultures différentes.

Les quatre personnages m’ont beaucoup plu : ainsi si John et Lee sont des amis et nos deux jeunes sœurs se prénomment Julia et Hattie. Riches, ces deux messieurs tombent sous le charme des deux sœurs qui font partie du peuple.

Bien entendu, comme souligné dans le résumé, on va plus se focaliser sur John et Hattie. En effet, ce sont les deux personnages principaux de cette histoire. Cette histoire nait sur le bateau qui fait le voyage entre l’Amérique et Liverpool. Les jeunes gens se plaisent et s’épanouissent durant ce voyage. Cependant, ils sont rapidement séparés une fois arrivés chez nos amis anglais.

Arrivés à Londres, une seule chose compte : retrouver Julia et Hattie pour faire perdurer cette amitié.

Les psychologies des personnages sont très variées bien que les deux jeunes hommes sont un peu dans le même moule et je peux dire la même chose des sœurs. Cependant, les valeurs que Lhattie a donné à ses personnages sont assez sympathiques et valorisantes. Ainsi, on peut comprendre rapidement que même si eux ont de l’argent, les garçons se moquent éperdument de ce que les filles ont dans leurs poches. Elles plaisent, elles sont gentilles, jolies et rien d’autre ne compte à part le fait que les atomes sont crochus.

On retrouve deux antagonistes féminines. Lady Taylor qui est la tante de Lee ainsi que Vivan Grant une jeune femme vaniteuse et capricieuse.

L’intrigue

Lhattie Haniel nous propose ici une très jolie romance qui se laisse lire facilement. Je ne dirai pas que c’est un coup de cœur mais c’est une histoire que j’ai apprécié découvrir. De plus, découvrir ce dont Lhattie Haniel est capable me met en joie. Même si cette histoire est agréable, j’avoue que je n’ai pas forcément été surprise par le contenu du roman. L’intrigue est sympathique mais pas surprenante. Ce n’est pas mon roman préféré de Lhattie Haniel mais je pourrais facilement le proposer à des lectrices qui aiment les romances historiques qui ne sont pas trop compliquées à aborder ou aussi à une lectrice novice dans ce genre. C’est parfait pour débuter !

La plume de Lhattie

Je dois vous avouer quelque chose. Franchement, je ne comprends pas pourquoi on compare toujours la plume de Lhattie Haniel à celle de Jane Austen. En effet, Lhattie se sert de certains personnages pour inventer des suites possibles aux héros de Jane Austen mais je ne comprends pas pourquoi on compare toujours ces plumes qui sont, pour moi, radicalement opposées. J’aime les deux mais pour moi, rien n’est comparable même si les univers peuvent se ressembler.

La lecture de cette œuvre met en exergue cette plume que je qualifierai d’agréable et de divertissante.

Les – :

  • Pas de surprise dans l’intrigue.

Les + :

  • Les personnages.
  • La plume de Lhattie Haniel qui reste agréable
  • Le choc des cultures entre Amérique et Angleterre

3