10

@Sirène Episode 2 – Olivia Billington

14469548_345502745792479_1232814324286736034_n.jpgRésumé : Michaela Dauclair est habitée par un étrange besoin de devenir sirène, d’explorer les fonds marins. Au summum de sa carrière, l’auteure à succès est à la recherche d’un compagnon pour son aventure aquatique. Florian, séducteur aguerri et plus que charmant, incapable de garder ses conquêtes, est la cible parfaite. Subjugué, notre héros ignore qu’il embarque pour une dangereuse épopée. Une cuisinière effarouchée, des poissons, des piscines, une libraire amoureuse, des profondeurs inquiétantes… Plongez dans une histoire drôle et houleuse. Une romance barrée, surprenante et décalée : accrochez-vous !

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Nisha éditions et surtout Marie pour sa gentillesse.

Aussitôt eu aussitôt lu! J’ai littéralement dévoré les mots de ce deuxième tome. Il s’avère qu’il est très très additif. J’ai beaucoup apprécié cette lecture. J’ai encore une fois été frustrée par la dernière ligne de ce tome! Je voulais (et je veux encore!) savoir la suite!

J’aime beaucoup le fait que l’on retrouve nos trois personnages principaux à savoir Rebecca, Florian & Michaela. Mais ce que j’ai encore le plus apprécié c’est qu’à ses trois personnages là, on associe trois personnages secondaires du premier tome pour leur donner une place plus importance dans ce deuxième tome. On retrouve donc Julien, le meilleur ami de Florien, Clémence, la cuisinière de Michaela et Amaury, l’ex petit-ami de Rebecca. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteure a sur exploiter tous ces personnages.

Les relations évoluent.

– On en apprend plus sur la relation Michaela/Florian. J’ai beaucoup aimé les rebondissements liés à cette relation. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que la relation prenne ce tournant mais j’ai trouvé ça très original!
– La relation entre Rebecca & Florian évolue aussi. Rebecca est toujours sous le charme de Florian. Ce qu’elle prenait pour de l’attirance se trouve être beaucoup plus important que ce qu’elle pensait. Florian lui, se rapproche d’elle pour lui parler de Michaela. Ils deviennent amis.

J’ai apprécié les chassés-croisés entre les personnages, qui sans le savoir, rencontrent les personnes dont les autres leur parlent. Le coup de foudre entre Julien et Clémence par exemple: cette dernière qui se rend dans la librairie de Rebecca qui connait Clémence par l’intermédiaire de Julien p=mais qui ne la reconnait pas. AHHHH! J’adore ce genre de situations où l’on a envie de crier au personnage :  » HE !!! C’EST CLEMENCE REBECCA!!! ALLO, OUVRE LES YEUX! »

Rebecca est toujours coincée avec ses sentiments pour Florian qui prennent beaucoup

beach_gate_weheartit

d’ampleur. Elle essaye de l’oublier avec Amaury sans grande conviction. J’aime toujours autant ce personnage un peu torturé qui essaye de faire passer le bonheur des autres avant le sien.

J’ai trouvé que la situation entre Florian et Julien s’est réglée beaucoup trop vite en revanche. C’était, à mon goût, beaucoup trop facile et rapide. C’est le seul point négatif de ce tome à mon goût.

Michaela s’ouvre au lecteur et je l’apprécie plus. Elle est secrète mais rêve quand même de trouver l’amour. Elle est très rancunière et à son petit caractère mais j’ai réussi à l’apprivoiser quelque peu. Je la trouve plus attachante.

La relation entre Clémence et Julien est l’une des raisons pour lesquelles j’attends le troisième tome avec impatience.

14102321_869552063176273_1970639135923634263_nLa plume d’Olivia Billington est très additive! Très belle et pleine d’humour. Elle met de la bonne humeur dans chaque page de son roman et je trouve cela très appréciable. On est confortablement installé dans son univers et ça fait beaucoup de bien!

Pour conclure, un tome deux à la hauteur de mes attentes qui me laisse beaucoup de raison d’espérer un feu d’artifice pour le troisième tome!

Ma note : 19/20

26

L’infini + un – Amy Harmon

l-infini---un-657261-250-400.jpgRésumé : Bonnie Rae Shelby, superstar mondiale, a tout pour elle : l’argent, la beauté, la gloire et… l’envie d’en finir avec la vie. Finn Clyde, lui, n’est rien et ne possède rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. La seule chose qu’il demande : qu’on lui donne enfin sa chance.
Une main tendue et quelques coïncidences plus loin, et les voilà engagés dans un périple qui pourrait les transformer aussi bien que les anéantir. Une romance addictive où il est question d’étoiles filantes, de cages plus ou moins dorées et de destinées forgées envers et contre tout.

Mon avis : Depuis le temps que je voulais me procurer ce roman!! J’ai été très contente de le trouver par hasard à la médiathèque.

C’est une très belle histoire, j’ai passé un très bon moment avec ce roman en compagnie de Bonnie et Clyde.

J’ai trouvé la couverture du roman très belle et poétique. J’aime beaucoup la musique et la couverture m’a, forcément tout de suite,  sautée aux yeux.

On rencontre Bonnie Rae Shelby. Une chanteuse très en vogue (je l’ai comparé dans mon esprit à Miley Cyrus à ses débuts pas à ce truc provoc’ du moment). Elle est jeune, riche, belle et célèbre mais très triste. Minnie, sa soeur jumelle est décédée d’un cancer et sa grand-mère « Gran » lui a caché pendant une semaine son décès pour ne pas qu’elle annule sa tournée. Elle craque: elle coupe ses beaux cheveux, prend le sac de sa grand-mère et s’enfuit. Elle fuit cette atmosphère qui la père. Elle veut en finir. Personnellement, le personnage de Gran m’a laissé dubitative: comment une mamie peut faire cela à sa petite fille. Tout ça pour l’appât du gain. Je trouve cela moche.

Finn Clyde est un jeune homme torturé; sorti de prison pour complicité de braquage, il a tout perdu, y compris son frère Fish, son jumeau, tué dans ce braquage. Il réussi a dissuader Bonnie de sauter du pont. Il est un grand magicien des mathématique et surtout des chiffres.

Ces deux-là, diamétralement opposés, nous emmènent dans une folle aventure pleine de rebondissements.

La musique a une très grande place dans ce roman. Quand les mots deviennent trop compliqués, Bonnie chante, Clyde écoute. C’est une très belle relation. J’ai beaucoup apprécié pouvoir prendre mon temps dans cette lecture;  c’est un gros pavé et l’auteur prend son temps pour que Bonnie et Clyde se rencontrent, s’apprivoisent, se découvrent et finissent par tomber amoureux. C’était très appréciable.

Cependant, j’ai trouvé quelques longueurs qui ont un peu ralenti ma lecture. Rien de grave en soi mais certains passages n’étaient, à mon goût, pas nécessaires.

J’ai apprécié les rencontrent qu’ils font tout au long de leur périple. Je pense surtout à William et Katy. Ce sont vraiment des histoires touchantes qui viennent croiser l’histoire torturée de Bonnie et Clyde. Cela vient ajouter un peu d’allégresse et de bonheur à cette histoire assez lourde à porter. J’ai apprécié que Bonnie et Clyde ne se préoccupent pas forcément que de leurs problèmes.

Tous les deux ont perdu leur moitié et finissent par chasser les images et les horreurs de leurs passés pour pouvoir s’épanouir sans voir Fish et Minnie dans leurs reflets. J’ai beaucoup aimé le moment des miroirs. Bonnie n’existe que lorsque Finn est dans les parages et inversement.

La plume de l’auteur est très poétique et parvient à trouver les mots justes pour toucher le lecteur ce qui nous permet de passer un très bon moment avec Bonnie et Clyde.

Ma note : 17/20

10

Audrey retrouvée – Sophie Kinsella

cvt_audrey-retrouvee_1143Résumé : Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres. Ça, c’était avant. Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie d’un oeil nouveau : celui de la caméra. Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde…

Mon avis : Je n’attendais rien de ce roman en l’empruntant à la médiathèque. En effet, c’est la deuxième fois que je croise la route de Sophie Kinsella que j’avais déjà rencontré via Les petits secrets d’Emma et j’en garde un bon souvenir. C’est avec bonheur que j’ai retrouvé cette auteure dans un tout autre genre.

J’ai passé un très bon moment avec Audrey et sa famille malgré le fait que l’on traite d’un sujet sensible, douloureux et que la cruauté des plus jeunes peut parfois être dévastatrice. Sophie Kinsella arrive à nous faire rire malgré le sérieux du sujet et ça, ce n’est pas une mince affaire.

On rencontre Audrey, 14 ans, qui panique au moindre contact avec les autres. Elle tolère sa famille mais c’est tout. Que ce soit les amis de ses frères, les inconnus dans la rue, elle ne veut parler ni voir personne et même si elle le voulait, elle ne le pourrait pas. Elle souffre d’anxiété au point de porter des lunettes de soleil en permanence pour ne pas avoir de contact oculaire avec les autres. Elle ne sort jamais de chez elle sauf pour se rendre chez le Docteur Sarah à l’hôpital.

A travers Audrey, on rencontre aussi sa famille qui est adorablement bordélique. J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de cette maison. On s’y sent bien parce que tout n’est pas politiquement correct, que la maisonnée vit. Ca donne un punch à l’histoire et au rythme de lecture. La mère d’Audrey est excellente! Elle est complètement folle, elle veut faire au mieux pour ses enfants en arrivant à des cas extrêmes par moment comme balancer l’ordinateur de son fils par la fenêtre. Elle lis le Times et des documentaires éducatifs dans l’espoir de pouvoir éduquer correctement ses enfants. Son père lui fait des grosses bourdes toute la journée lorsqu’il ne travaille pas. Je l’ai trouvé drôle et c’est la personne qui réussit à faire réfléchir sa femme et ne pas la laisser partir dans ses délires. Franck, son frère aime les jeux vidéos, il passe sa vie devant son écran (ce qui énerve prodigieusement sa mère), il est drôle, cynique et très ironique. J’ai beaucoup aimé ce personnage qui a besoin d’être guidé en douceur pour pouvoir trouver sa voie. Il protège beaucoup sa soeur sans forcément la ménager lorsqu’il peut le faire. Et il y a Félix, cette petite boule d’énergie et d’amour qui est à croquer. Il apporte beaucoup d’amour et d’affection dans ces pages. Trop mignon!

On suit Audrey dans sa tentative de reprendre les rennes de sa vie. A travers la caméra, elle nous montre sa vie telle qu’elle est. Cela amène des situations assez drôles et parfois moins. On suit leur quotidien à tous.

Puis Linus arrive, c’est un ami de Franck. Même si les débuts entre Audrey et Linus ont été compliqués, il change la vie d’Audrey et elle devient moins compliquée à gérer. Elle respire mieux et sa vie est plus douce. Il arrive doucement à l’apprivoiser par des petits jeux, des petits mots… Et les deux tombes amoureux doucement. C’était une petite histoire très mignonne.

On sent bien le lien entre tous les membres de la famille. Ils veulent tous l’aider à se reconstruire et à retrouver ce qu’ils étaient. Sa mère voudrait reprendre son travail même si c’est compliqué avec Audrey. Pour toutes ces raisons, Audrey va se surpasser.

On a un « avant » et « après » l’accident bien que l’on ne sache pas forcément en détail ce qui s’est passé, on le devine facilement quand même. Il est intéressant pour comprendre comment Audrey en est arrivée là.

La plume de Sophie Kinsella est toujours aussi belle et agréable que dans ses romans de Chick Lit. C’est exceptionnel, elle réussit à nous détendre avec un sujet pourtant très complexe à gérer.

Je veux découvrir ses autres oeuvres du coup! J’ai commandé l’intégrale de « l’accro du shopping ». J’ai beaucoup ri, je me suis sentie comme un membre de leur famille. On est dans leur quotidien, aec leurs joies et leurs tristesses.

J’ai beaucoup aimé voir Audrey évoluer grâce à Linus. C’est un très beau roman !

Ma note : 18/20

12

Les ombres de Kerohan – Naïma Murail Zimmermann

51hcgco8ckl-_sx195_Résumé : À douze ans, Viola a déjà traversé bien des épreuves. Lorsqu’elle est envoyée chez son oncle en Bretagne, avec son frère Sebastian, on lui dit que l’air marin lui fera du bien. Il paraît que son oncle est très riche, qu’il habite un manoir, à Kerohan, et que l’on peut s’y reposer. Se reposer, vraiment ? Certes, le parc est immense, et Viola et Sebastian ont chacun une chambre, mais il n’y a pas grand monde pour prendre soin d’eux. Et qu’est devenue la prétendue fortune de leur oncle ? Le manoir est bien vide et, à Kerohan, Viola et son frère sont des proies faciles pour l’ennui et la solitude. Encore que. Peut-on parler de solitude quand d’étranges silhouettes parcourent les couloirs à la nuit tombée ? Quand Sebastian prétend avoir vu un korrigan ? Quand la salle de musique déserte résonne de la musique d’un piano ? Et que veille sur eux tous l’inquiétant docteur Vesper.

Mon avis : En empruntant ce roman à la médiathèque je ne m’attendais à rien en particulier. Un petit livre jeunesse.

On rencontre Viola et Sebastian envoyés chez leur oncle après la mort de leur mère. Le père étant en voyage d’affaires, il a du les placer le temps qu’il revienne.

Il y a une forte inspiration victorienne dans ce roman: le manoir qui fait peur, le mystère qui plane autour de la famille et de la bâtisse. Beaucoup d’interrogation: qui croire? Que faire?

Le personnel de ce manoir est tout bonnement très désagréable. Entre le docteur Vesper et Madame Lebrun, les enfants sont dans une peur permanente. Même si Viola ne veut pas céder à la panique, elle n’est vraiment pas rassurée. Ils se rendent compte que leur oncle n’est pas vraiment ravi de leur présence dans l’enceinte de sa demeure. Le docteur Vesper fait peur, qui est-il? Le reste du personnel ne le voit pas d’un bon oeil. La tante et la cousine de Viola et Sebastian sont quasiment inexistantes : on ne les voit jamais, elle sont toujours malades. Et Madame Lebrun est austère et très désagréable. Ils ne sont vraiment pas les bienvenus ici. Viola commence à se poser beaucoup de questions. Que se passe-t-il dans cette maison?

Viola s’inquiète de plus en plus. Sebastian est jeune et très imaginatif. Elle ne croit pas ses histoires de Korrigan et d’Anchou (bêtes mystiques et mystérieuses). Elle ne veut pas y croire et laisser place à la peur et à la panique.

La mystère plane de plus en plus. Il plane autour de leur cousine Ismérie. Le personnage du docteur Vesper prend beaucoup d’importance. On comprend à la fin du roman le rôle de l’Anchou grâce au docteur. On a donc une révélation du mystère.

Les décors sont effrayants. Le manoir du Kerohan n’est vraiment pas accueillant. Il ne rassure pas les enfants. On y trouve un cimetière abandonné qui est très effrayant. On ne s’y sent pas à l’aise ni les bienvenus. Le personnel ne vit pas dans le manoir. Viola s’interroge sur cette étrangeté. Le climat de tension est très présent.

Viola et Sebastian sont très unis malgré leur jeune âge. La mort de leur mère et l’absence de leur père ne leur laisse pas le choix: ils doivent se soutenir. Ils sont très attachants et l’on espère que rien ne leur arrivera.

J’ai beaucoup aimé l’inspiration du roman traditionnel victorien. Je n’ai pas aimé le côté un peu trop jeune des réflexions par moment. J’ai eu du mal a entrer dans ma lecture. C’est un livre qui convient bien aux 10/12 ans avertis ! Il est trop effrayant pour les plus jeunes à mon goût.

L’auteure a une très belle plume et nous écrit de belles tournures de phrases. La plume est accessible pour les plus jeunes. Elle permet une lecture rapide et facile.

La fin est surprenante. J’ai bien aimé le côté fantastique de la fin. Il y a de beaux rebondissements. On ne s’ennuie pas.

Pour conclure, c’est un bon livre jeunesse pour les premiers pas dans le genre fantastique.

Ma note : 15/20

10

Mon royaume pour une guitare – Kidi Bebey

1540-1Résumé :Une narratrice revient sur son histoire familiale et la vie de ses parents qui, quittant le Cameroun pour suivre leurs études, tombèrent amoureux en France où ils fondèrent une famille.

Comment vivre en France quand on est éloigné de sa terre natale ? Faut-il voir cette vie comme une parenthèse en attendant un retour au pays qui n’arrive pas ? À l’inverse comment trouver sa place lors des séjours au Cameroun entre attentes de la famille et l’inéluctable distance qui se crée au fil des ans ? À moins qu’il ne faille apprendre à être heureux, un pied sur chaque rive en dépit des soubresauts de l’histoire et des luttes d’indépendance…

Le formidable destin d’une famille dont le père va transcender les difficultés du grand départ et laisser sa passion pour la musique bouleverser sa vie.

Mon avis : Je remercie dans un premier temps les éditions Michel Lafon et Camille pour sa gentillesse.

C’est un roman prenant : loin de l’autobiographie, ce roman est un roman familial. Une enfant raconte la vie de ses parents : l’avant et l’après rencontre.

Francis est le fils d’un pasteur camerounais. Il veut suivre les traces de son grand-frère et de le rendre fier de lui: il décroche une bourse d’études à Paris. Il devient un étudiant africain à Paris et journaliste pour l’UNESCO.Madé est la mère de Kidi mais surtout « la fille du géomètre ». Au Cameroun, son père est respecté, il gagne bien sa vie mais c’est la première fille à décrocher la même bourse que Francis. En tant qu’aînée, elle y a le droit. Elle est par moment déçue par les actes de son père.

C’est l’histoire de leurs vies que Kidi nous narre. Elle nous raconte et explique comment ils sont arrivés en France en promesse d’un avenir meilleur. Comment ils se rencontrent, se retrouvent et s’aiment à Paris. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans ma lecture, les cinquante premières pages ont été compliquées mais une fois passé ce cap, j’ai su tout lire et c’était très beau.

On a toujours en toile de fond le Cameroun, le mal du pays, le manque de la famille et des amis. Mais aussi le choc des cultures et des traditions entre le pays colonisé et le pays colonisateur. Francis déchante beaucoup lorsqu’il arrive en France. Il se souvient quand il disait « Plus tard, je voudrais être blanc » : la réalité est tou20100628104007michellafont autre/

Puis il y a la guitare, la fameuse guitare qui fait écho au titre du roman bien évidemment. Francis décide de quitter son poste de journaliste à l’UNESCO pour s’adonner à sa passion : la musique et qui devient auteur compositeur parfois incompris dans son pays d’origine. Ses chansons à visée comique sont bien souvent mal interprétées.

Les parents de Kidi se battent pour instruire leurs enfants correctement et leur donner des valeurs qui leur permettront d’avancer dans leurs vies. Même si Kidi trouvent ses parents stricts, elle sait que c’est pour leur bien.

J’ai apprécié le fait qu’ils n’oublient jamais leur pays d’origine: le Cameroun. Ils font ce qu’il peuvent pout faire comprendre qu’ils sont français mais aussi camerounais. J’ai beaucoup apprécié cet effort.

On voit comment la vie peut évoluer et non forcément comme on l’avait prévu. Francis n’avait pas prévu de rester en France. Il avait pour but de revenir au pays, de retrouver famille et amis après ses études. De même pour MAdé mais ils ont du rester pour leurs cinq enfants et s’en occuper correctement.

beach_gate_weheartitC’est un beau roman émouvant avec des touches humoristiques. La liberté est le thème abordé et qui reste en toile de fond. Avec ce roman Kidi Bebey nous fait voyager dans le temps mais aussi entre le Cameroun et la France.

Ma note : 14/20

 

18

@Sirène – Olivia Billington


imageRésumé
: Michaela Dauclair est habitée par un étrange besoin de devenir sirène, d’explorer les fonds marins. Au summum de sa carrière, l’auteure à succès est à la recherche d’un compagnon pour son aventure aquatique. Florian, séducteur aguerri et plus que charmant, incapable de garder ses conquêtes, est la cible parfaite. Subjugué, notre héros ignore qu’il embarque pour une dangereuse épopée. Une cuisinière effarouchée, des poissons, des piscines, une libraire amoureuse, des profondeurs inquiétantes… Plongez dans une histoire drôle et houleuse. Une romance barrée, surprenante et décalée : accrochez-vous !

Mon avis : Premier partenariat avec Nisha Editions. Je voudrais remercier Marie pour son extrême gentillesse et sa disponibilité !

Ce premiertome fut une très belle découverte. Je l’ai lu très rapidement. Je n’ai pas lâché ma Kindle avant de l’avoir terminé!

On rencontre Florian: un beau trentenaire qui a un bon boulot, une bonne situation professionnelle mais qui a un seul problème : il n’arrive pas à trouver la perle rare de sa vie. Il ne rencontre que des folles à lier avec qui un début d’histoire n’est pas vraiment envisageable. Jusqu’au jour où, par hasard, il tombe sur une interview de Michaela Dauclair sur internet qui présentait justement son dernier roman publié : un roman sur les sirènes qui change énormément de ce qu’elle écrit d’habitude : des thrillers sanguinolents.14102321_869552063176273_1970639135923634263_n

Plus les jours passent, plus Florian est fasciné par elle. Elle est belle intelligente et mystérieuse. Il est complètement hypnotisé, sous son charme.

Rebecca est la librairie qui aiguille Florian, elle tombe complètement sous son charme. J’ai beaucoup apprécié ce personnage. Elle semble calme et passionnée par son métier. Mais si on la connait bien, mieux, on se rend compte qu’elle n’est pas timide mais juste réservée avec les gens qu’elle ne connait pas bien. On la redécouvre complètement et j’adore le fait qu’elle écoute du métal ! J’aime ce côté bivalent, elle m’a beaucoup plu !

Michaela reste un personnage bien mystérieux à l’image de ces sirènes qu’elle aime tant. Elle a toujours voulu en
être une et les rencontrer. Passion assez atypique mais plutôt très poétique. Elle est assez froide et distante pour préserver son intimité. Auteure à succès, elle vit dans une grande villa qui fait rêver ! Elle a des relations catastrophiques avec sa mère qui s’occupe plus de son chat que de sa fille… J’espère en découvrir plus sur ce personnage qui laisse sa carapace se fissurer au fil du roman surtout à la fin bien évidemment! Elle est encore un peu trop méfiante à mon goût mais je suis certaine que je l’apprécierai plus dans les prochains tomes!

Il y a différentes relations dans ce roman.

On rencontre Julien, le meilleur ami de Florian. On se rend compte que Florian a eu un passé douloureux mais que Julien est présent depuis longtemps et qu’il remet du baume au coeur!

On retrouve Rebecca avec FLorian. Florian décide de se confier à Rebecca au sujet de sa fascination pour Michaela mais Rebecca est, elle, complètement sous le charme de Florian. C’est un cercle vicieux qui j’espère se terminera bien!

beach_gate_weheartitFlorian parvient à rencontrer l’objet de son obsession via e-mail. C’est lors de leur échange pas e-mail d’ailleurs que le premier tome s’achève. Quelle frustration!!

J’aime aussi le fait que Michaela voudrait être une sirène. Ces créatures ensorcelantes, magnifique mais ne l’est-elle déjà pas aux yeux de Florian? Elle l’obsède, il veut tout savoir d’elle.

La plume de l’auteur est belle et fluide. J’ai beaucoup aimé l’univers que l’auteur nous propose.

ll faut quand même préciser que cette lecture est pour un public averti: il y a quelques scènes de sexe.

J’ai vraiment très hâte de lire le tome 2 !

Ma note : 18/20.

 

18

Les évadés du bocal – Bruno Longchampt

61vozfyvpl-_sx195_Résumé : Ils sont trois à s’évader de leur hôpital psychiatrique. Trois pieds nickelés soudés au chalumeau de leurs embrouilles paranoïaques, mais sacrement acharnés à vivre. Pourtant, entre Lisa, la superbe maniaco-délurée, Sandro, le jeune schizophrène halluciné, et Yves le papy rocker altermondialiste, pas grand-chose en commun à la base. Mis à part ce besoin vital de comprendre pourquoi la société travaille à les broyer chaque jour un peu plus. Et puis maintenant, il y a les autres patients de l’asile qui disparaissent sans laisser de trace, ce docteur Martinovic de plus en plus louche, la police qui les traque, et ce monde complètement barge où l’argent a tout écrasé́, où on peut croire à tout, parce que tout est possible. Où sont les fous ? On ne sait plus.

Mon avis : Laissez moi, tout d’abord, remercier les éditions Sarbacane pour ce partenariat !

J’ai eu le plaisir de lire le roman de Bruno Longchampt : les évadés du bocal.

Ce fut une belle découverte. J’ai aimé l’originalité du roman ainsi que les belles relations d’amitiés que j’ai pu y trouver. On y trouve comme je le dis une notion d’amitié forte tout au long du roman mais aussi une envie intense de liberté de la part de nos personnages.

On trouve trois personnages principaux :

logo-editions-Sarbacane– Lisa : C’est un personnage attachant qui passe du rire aux larmes et des larmes au rire en un instant. Elle mène la danse, elle ne se laisse pas berner par les hommes, ça c’est sur! Elle est une jeune mère qui n’a pas vu son petit garçon depuis trois ans. Dès qu’elle est heureuse, ou vit de trop fortes émotions, elle charme les hommes et tout cela termine bien souvent en strip-tease.
– Sandro est le plus jeune des trois. Il est considéré comme schizophrène. Il ne se sent bien que lorsqu’il est dans sa bulle. Il n’aime pas beaucoup les gens surtout les chauves… Il ne supporte pas ça! Il est attachant. Il entend toujours la voix de Messiah, taggeur professionnel qui crache sa haine du gouvernement sur les murs de Paris. Il se bat avec cette voix sans jamais réellement parvenir à la chasser.
– Yves est le doyen de la bande. Il se cache toujours derrière ses lunettes noires. Il est la tête pensante du groupe. Il connait les coupables, leur identité et leur crime.  Il devient très rapidement paranoïaque.

Ce trio m’a beaucoup plu. Même s’ils se sont échappés d’un hôpital psychiatrique, ils sont émouvants par leur sincérité: ils veulent démasquer l’infâme docteur Martinovic qui selon eux baigne dans le recel d’organe.

Leur évasion est liée à la disparition de leur ami Moussa. Ils se rendent vite compte que les propos des médecins sont faux. Pourquoi leur mentir? Où est Moussa, et les autres?

Nous voilà partis à la recherche de la vérité dans une folle course poursuite qui nous mènera à Paris, Marseille et même dans la Drôme. J’ai passé un bon moment avec ce roman.

J’ai aimé le fait que l’on connaisse leur vie d’avant et de comprendre comment et pourquoi

beach_gate_weheartit

ils en sont arrivés là. On se prend de sympathie pour ces trois personnages. J’aime aussi le fait qu’il y ait des apartés dans leur course poursuite: il y a des moments d’humanité qui apparaissent et qui apaisent un peu les moments plus durs du roman.

Plus j’avançais dans ma lecture, plus je me demandais si vraiment le délire était présent ou si la vérité s’insinuait dans le discours de Lisa, Yves et Sandro. Qui croire?

La fin est étonnante. J’ai aimé avoir un épilogue et enfin connaître la vérité. C’est une belle histoire d’amitié et de liberté retrouvée mais au final, à quel prix? J’ai trouvé la plume de l’auteur très agréable ce qui a rendu ma lecture assez rapide. C’est très plaisant surtout dans un milieu très difficile.

Ma  note : 16/20