Les Haut Conteurs : La mort noire – Olivier Peru & Patrick McSpare

51j8ybj9yel-_sx195_Résumé : Rome, automne 1193. Humbles ou puissants, les gens meurent par milliers, foudroyés par la Mort Noire. De sinistres semeurs de peste y veillent, hantant les rues et
les collines de la ville. Les Haut-Conteurs semblent être les seuls à pouvoir arrêter ces créatures. Mais, accusés de sorcellerie, pourchassés par la foule qui les adulait hier encore, ils deviennent les jouets d’un ennemi fait d’ombres et de secrets.
Alors que le temps joue contre eux et le monde entier, Roland, Mathilde, Salim et Corwyn voient se réaliser les pires prophéties du Livre des Peurs. Ainsi, l’heure est venue de tout comprendre, comme Roland le pressentait, lui, l’enfant maudit piégé dans un combat inégal contre son destin. Pourtant, il n’abandonne pas et se battra jusqu’au bout de son ultime aventure. Car nul mieux qu’un Haut-Conteur ne sait quand une histoire doit trouver sa fin..

Mon avis :Voici l’ultime tome de la saga. Je suis passée par beaucoup d’émotions en lisant ce roman. Forcément j’étais un peu nostalgique mais surtout bien angoissée ! C’est le roman le plus noir de la saga. On rencontre le pire ennemi de cette époque: la peste. Elle sème la terreur dans le monde entier et surtout en Europe. Ce dernier opus est très additif et angoissant. Dans ce dernier opus, les défis à relever sont innombrables. Il y en a pour tous les goûts. On trouve des situations périlleuses. On vit dans un état constant d’angoisse avec des pics plus ou moins forts. J’ai cru défaillir à plusieurs reprises.

On retrouve donc nos Haut Conteurs en Europe. Ils sont très inquiets: les prophéties du livre des peurs commencent à se produire. On a un énorme suspense dans ce roman. Je l’ai avalé en quelques heures. Il était captivant et je voulais absolument tout savoir!

On suit Roland qui retour dans son village natal à Tewkesbury. Malgré des retrouvailles chaleureuses, il se rend compte qu’il n’a plus vraiment sa place dans cet endroit. Il n’est plus vraiment de la famille, on le regarde bizarrement. Tout a changé. Il n’est plus à sa place. Il retourne là où sont les siens, en Europe. Avec Mathilde & Salim, ils parcourent l’Europe jusqu’en Italie. La Caste se retrouve dans une situation ingérable: à chaque fois que la peste frappe, un Haut Conteur est présent. On les vise, les populations commencent à répandre le bruit que ce sont eux qui tuent et non la peste. Ils ne sont plus du tout respectés par les populations qui jadis les vénéraient. Ils se cachent, vivent dans l’ombre en essayant de démasquer l’auteur de ces abominations et de ces rumeurs. Les Carpes Pourpres se sont fait piéger par des usurpateurs. Ils sont bien décidés à les démasquer.

Les personnages subissent tous une belle évolution. Roland n’a plus peur de la mort avec ce qu’il a vécu dans le quatrième tome. Il est courageux et ce qu’il veut plus que tout c’est que la vérité éclate au grand jour. Les autres personnages restent fidèles à eux-mêmes. Lorsque je vous parlais de nostalgie plus haut c’était surtout pour ça: ne plus voir mes petits personnages évoluer… Ni lire leurs aventures ça m’a fait un petit pincement au coeur. Mais cela ne m’a pas empêché d’adorer ma lecture !

L’intrigue est très sombre et dense. Il y a beaucoup d’informations à démêler, sans compter celles que l’on a depuis les quatre premiers tomes et qui n’ont pas encore trouvées de réponses. On est propulsé dans un univers mystérieux du début à la fin du roman. Nous n’avons pas de répit: les péripéties s’enchaînent et l’obscurité et la noirceur sont présent de la première à la dernière page. La fin est explosive: la fin est déroutante, déconcertante. J’ai mis quelques jours à m’en remettre. Elle reste, à l’image du reste du roman, noire et sombre. On a un épilogue « Trente ans plus tard » qui finalise bien ce roman. Même si j’aurais opté pour une autre solution, ce dernier reste un bon point final. Les choix que fait Roland prouve encore une fois qu’il a beaucoup gagné en maturité tout au long de la saga.

Avec le quatrième tome, on voit le destin des Haut Conteurs se dessiner quelque peu et cela ne présage rien de bon. Voilà qui prouve que j’avais quelque peu raison sans forcément penser à ce qu’il s’est passé.

Avec ce dernier roman, nous entrons dans une atmosphère pesante. Il pleut des morts, il y a beaucoup de tristesse. On sait enfin! Toutes les questions que l’on a pu se poser tout au long de la saga trouvent enfin des réponses! En refermant le livre, il n’y a plus de mystère.

Pour conclure, j’ai adoré cette saga! Les trois premiers tomes sont sombres mais laissent paraitre quand même quelques éclaircis. Ici, dans le quatrième et surtout dans le cinquième tome, nous sommes propulsés au coeur de l’intrigue du Livre des peurs et ses noirceurs. J’aurais juste voulu une fin un peu plus heureuse (certainement mon côté fille qui ressort un peu.). J’ai passé un excellent moment

Ma note : 19/20

Publicités

19 réflexions sur “Les Haut Conteurs : La mort noire – Olivier Peru & Patrick McSpare

  1. J’ai relu le premier tome il n’y a pas longtemps pour finir la saga et ce fut un coup de coeur. Pour l’instant, je trouve que c’est une série qui présente un certain nombre d’originalités notamment par rapport au mythe du vampire.

      • J’ai le deuxième et le troisième tome qui m’attendent mais je ne peux malheureusement pas les glisser avec moi dans ma valise pour l’Irlande. Mais tu me donnes vraiment envie de m’y replonger et de la terminer.

      • Quelle chance de partir en Irlande. L’un de mes pays préférés ! 🙂
        Je te souhaite un super voyage alors 😀
        Puis… les haut conteurs t’attendront à ton retour 😀

      • Merci. Es-tu déjà allée là-bas ? C’est la première fois que j’y vais mais j’en ai toujours rêvé.

      • Oui! J’ai passé une année en Angleterre et j’ai visité ce pays plus d’une fois. Dublin c’est magnifique ! Une ambiance de folie. C’est vraiment exceptionnel! Donnes moi de tes nouvelles =)

        Hésite pas à passer sur le blog pour me dire si tu as publié des p’tits trucs sur ton blog (je suis un peu tête en l’air)

      • Je n’hésiterai pas. Je posterai souvent, je pense, des articles avec des photos de mon voyage. Tu n’es pas la première à me vanter l’ambiance dans les villes irlandaises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s