21

La rousse qui croyait au Père Noël – Suzanne Marty        

51R4VmGzKRL._SX311_BO1,204,203,200_Résumé : Flamme est apprentie comédienne et célibataire. Le 1er janvier, elle se pose un ultimatum : si elle n’a pas obtenu un seul rôle payé ou trouvé l’amour avec un grand A avant son anniversaire, elle abandonne la course aux rêves. Car est-il raisonnable à 39 ans de croire encore au père Noël ?

Mon avis : Je remercie l’auteure de m’avoir envoyé ce roman en Service presse qui est vraiment remarquable.

Quand je vous dis que « l’habit ne fait pas le moine » ici, cet adage prend vraiment tout son sens. En effet, on ne parle pas de Noël. Absolument pas. Même si une certaine douceur et ambiance festive de fin d’année se dégage de ce roman, ce n’est absolument pas le thème abordé dans ce roman.

J’aime beaucoup ce genre de surprise. J’ai énormément apprécié le personnage principal de ce court roman : Flamme. Je trouve qu’une certaine originalité dans le prénom se dégage dès les premiers mots. C’est à l’image de ce roman qui file la pêche !

Flamme est une jeune femme qui va bientôt fêter sa quarantaine. Elle est jeune, drôle, dynamique malgré le peu de stabilité qu’il y a dans sa vie personnelle mais aussi dans sa vie professionnelle. Ce n’est pas ce qui l’ennuie, au contraire, elle vit sa vie comme elle l’entend. C’est assez agréable d’avoir un personnage aussi vivant dans un roman.

Elle décide donc de partir, voir si la vie est meilleure et plus belle ailleurs. On la suit dans ses folles vacances qui passent à vive allure. On est propulsé dans un univers du Club Med un peu : animations, restaurants, alcool et beaux mecs au rendez-vous. On suit donc Flamme dans la quête de son gentleman qui pourrait venir faire de sa vie un véritable conte de fées.

Qu’est-ce que j’ai ri ! Ce roman est un véritable vent de fraîcheur qui fait du bien durant cette période de l’année froide et morne. Ça fait du bien. Honnêtement, il m’a filé la pêche pour une petite semaine. J’ai lu ce court roman d’une traite tellement je n’ai pas su décrocher.

Même si je trouve que Flamme est un personnage principal fascinant, il faut quand même souligner le fait que les personnages secondaires sont aussi excellents ! Chacun tient son rôle à la perfection et aucun personnage n’a le rôle de « potiche ». Ils ont tous leur utilité dans le roman d’une manière ou d’une autre et font avancer le roman. Ils apportent, eux aussi, beaucoup de fraîcheur dans ce roman et beaucoup de dynamisme. On est vraiment dans une ambiance festive.

Parlons un petit peu de la plume de l’auteure qui est réellement excellente ! On sent que la plume est très travaillée, chaque mot est pesé pour rendre le texte du roman très équilibré. La plume de Suzanne Marty est très efficace. En effet, je trouve que c’est un roman très abouti qui me donne envie d’avoir un autre roman de cette auteure dans les mains.

On aborde des sujets telle que la remise en question, la situation d’une personne et surtout la quête de soi-même et des désirs ancrés au plus profond de soi. En effet, j’aime beaucoup la perspective que l’auteure nous propose. Savoir quels sont les choses dont on a réellement besoin, quelles sont les choses dont on peut se passer et qui, finalement, ne sont pas celles que l’on attend, ce que l’on recherche.

Pour conclure, je remercie de nouveau l’auteure pour sa confiance et surtout pour son talent qui est parvenu à me propulser dans l’univers de Flamme sans aucun problème. C’est très rafraichissant et excellent ! Merci pour ce bon moment. Je conseille ce livre à toutes les fans du genre qui ont envie de passer un petit moment léger et très sympathique avec ce personnage principal exceptionnel.

Ma note : 17/20

Publicités
10

Cooking drama tome 3 : Flirt et fleur de sel – Clara Le Corre

téléchargement (3)Résumé : Dans ma vie de cuisinière épanouie, je n’avais pas du tout imaginé : 1) Me faire virer.  2) Retourner chez ma mère.  3) Renoncer à l’homme que j’aime. Mais se voir offrir l’unique chance d’intégrer la brigade du luxueux hôtel Sa Majesté est tout aussi inattendu qu’inespéré. Paris, la ville rêvée par des milliers de jeunes cuisiniers, n’attend plus que moi, Maggy Renoy, la Québécoise ! Ma décision est prise. Je suis une cuisinière et compte bien le rester. Pourtant, plus la date de mon départ approche, plus mon cœur se serre à l’idée de laisser derrière moi ma famille, mes amis… et Alistair. Suis-je vraiment prête à oublier mes sentiments pour lui ? Vivre mon rêve, oui, mais à quel prix ? 

À propos de l’auteure : Comme ses héroïnes déterminées et indépendantes, Clara Le Corre aime faire ce qui lui plaît ! Après avoir travaillé comme designer, elle quitte son employeur pour se lancer – fouet en main – dans une formation culinaire. Décrochant vaillamment son diplôme, elle exerce quelques années au sein de diverses brigades au rythme effréné des « Oui, Chef ! ». Une expérience source d’inspiration pour cette jeune auteure franco-suisse à la trentaine pétillante.

Mon avis : Je remercie grandement Stéphanie qui reste ma marraine la bonne fée avec ses précieux mails et conseils que j’apprécie beaucoup. Je la remercie aussi pour sa confiance qui m’est très chère. Je remercie aussi l’auteure avec qui j’aime beaucoup échanger au sujet de ses romans. C’est vraiment une superbe équipe avec qui j’aime beaucoup travailler.

Ma lecture a été encore une fois sublime. Rare sont les sagas que j’aime énormément du début à la fin. J’en redemande d’ailleurs ! On est laissé encore une fois sur notre faim culinaire, livresque et … non, Clara, on ne peut vraiment pas me faire ça, j’en veux  plus ! J

J’ai retrouvé avec grand bonheur et délice ma petite Maggy qui est le personnage principal de cette saga. Une nouvelle fois, elle se montre tellement courageuse, bornée et intrépide. Elle apprend la cuisine tant bien que mal. Elle vit toujours des choses incroyables et qui ne sont pas forcément de bonnes choses : elle en est vraiment chamboulée et par moment très triste.

J’ai beaucoup apprécié les péripéties assez rigolotes qu’elle vit. Ca m’a beaucoup fait sourire. Ce que j’apprécie vraiment c’est que même si Maggy est exposée à des choix cornéliens à faire, elle n’en n’oublie pas de vivre. Elle se laisse aller et découvre Paris avec avidité. Ce tome trois est vraiment un sublime aboutissement à l’histoire de Maggy que l’on a vu évoluer à grande vitesse lors de ces trois tomes.

Le combat interne de Maggy est incroyable et tient tout au long du roman. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’elle ne sache pas forcément choisir. Elle ne sait pas en qui placer son avenir. Cette dualité est très présente et très bien menée dans le roman.

J’aime beaucoup suivre ses aventures parce que l’on reste sur une base de personnages  13906599_1009251735840399_6517551076629961452_nfixes et tous les tomes apportent un flot de nouveaux personnages que l’on prend vraiment plaisir à découvrir. Ici, on fait la rencontre de nouveaux personnages très attachants.

L’intrigue est vraiment surprenante, j’avoue ne pas avoir vu la fin venir. C’était vraiment incroyablement saisissant. En effet, j’ai avalé les dernières pages avec avidité. Je voulais vraiment savoir que ce qu’il allait advenir de nos personnages préférés.

La relation compliquée Maggy/Alistair est toujours en toile de fond. Jusque Paris, Maggy est poursuivie par ses sentiments et ceux d’Alistair qu’il a tant de mal à faire comprendre à la jeune fille.

Avec une intrigue pareille, une relation explosive en toile de fond et des secrets à la pelle, nous comprenons que Clara nous a laissé le meilleur pour la fin ! C’était vraiment un chouette troisième tome qui signe une saga que je n’oublierai pas de si tôt.

La plume de l’auteure est vraiment très belle, elle est parvenue à me faire voyager dans mon pays, mais aussi au Québec et tout cela en n’oubliant pas de me faire rêver. Je reste pantoise devant la qualité de cette plume et de l’imagination de Clara.

J’espère vraiment avoir une sorte de spin-off à me mettre sous la main parce que c’est un univers très attachant, dans lequel on est confortablement installé et que l’on n’a pas vraiment envie de quitter.

Clara est une auteure que je suivrai avec beaucoup d’attention maintenant ! ❤

Ma note : 20/20

 

12

Les tribulations d’une gothique amoureuse – Cécile Guillot

les-tribulations-d-une-gothique-amoureuse-971961-264-432Résumé : Lily est amoureuse de Vince, mais pas seulement… Elle aime aussi… La vie. La musique. Son travail. Ses corsets. Les cupcakes. Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… elle décide de vivre ses rêves au lieu de rêver sa vie…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Marie et la collection coton pour ce service presse que j’ai beaucoup apprécié. Je remercie aussi Cécile Guillot d’avoir mis le personnage de Lily sur mon chemin. J’ai beaucoup souri, ri franchement et vécu avec elle un tas d’aventures que j’ai beaucoup apprécié.

Je tenais quand même à souligner que j’ai complètement craqué devant la couverture que j’ai trouvé très mignonne. Cela sentait bon la chick lit. Cependant, j’ai plus eu l’impression de lire une romance mais cela ne m’a pas dérangé dans le sens où j’ai passé un bon moment.

En effet, Lily est un personnage haut en couleur. Je l’ai trouvé vraiment très attachante. C’est une gothique qui se révèle en être très fière. C’est vraiment une jolie jeune femme qui ne cache pas sa vraie nature. Elle est professeur dans une classe CLIS et travaille avec des enfants qui sont en grande difficulté. J’ai tout de suite été attendrie par son cœur d’artichaut.

Son côté décalé m’a beaucoup plu surtout dans la manière que l’auteur a eu de le créer. En effet, j’ai beaucoup apprécié le côté « champ de bataille » entre les professeurs de l’école. J’ai trouvé cette idée bonne et très bien exploitée.

Ce que j’apprécie énormément dans le personnage de Lily se sont les multiples facettes de ce personnage. Elle est professeur, musicienne et en  plus de cela gothique. J’ai trouvé ce mélange explosif. Je me suis complètement retrouvé dans ce personnage. Son caractère me plait énormément : elle se moque de ce que peuvent penser les autres, elle est loyale envers ses amis et les gens qu’elle aime, elle est drôle et essaye de s’en sortir. C’est vraiment le caractère que j’apprécie le plus chez des personnages.

Le côté musical dans ce roman prend beaucoup de place. En effet, c’est un milieu que j’aime beaucoup et ce dernier nous permet de rencontrer ses fidèles amis. Ce groupe fonctionne comme une petite famille, en effet, s’il faut s’engueuler, on s’engueule, s’il faut se féliciter on le fait mais c’est surtout l’amour qui les unit et cela fait plaisir à voir ! Ils fonctionnent tous ainsi comme des frères et des sœurs.

Le fait que Lily ait des sphères secrètes me plait beaucoup : en effet, j’ai trouvé sympathique qu’elle se rende dans son magasin de cup cake préféré pour se retrouver,  se poser les bonnes questions et recharger les batteries. J’ai trouvé cette bulle de calme assez belle et incroyable. J’ai adoré ce côté-là.

Je trouve  que l’auteure a de très belles idées, en effet, j’ai vraiment beaucoup apprécié la manière dont est construit le texte, les idées s’axent d’une très belle manière. J’ai vraiment trouvé une construction intelligente et une plume dont on ne trouve rien à redire. En effet, on est très vite emporté dans cet univers plein de paillette et de péripéties en tout genre.

Je le recommande à toutes les fans de chick lit, de romance et de romans pour fille en gros. C’est vraiment un joli petit roman qui se dévore comme une gourmandise. Je suis ravie d’avoir choisit ce service Presse  qui m’a beaucoup plu. En revanche, encore une fois, je m’interroge sur le fait que l’on puisse le catégoriser dans la littérature « feel good » mais ce n’est vraiment qu’un petit détail présent pour m’enquiquiner ^^

Ma note : 19/20

 

15

Happy Solo – Marie Lerouge

CVT_Happy-Solo_7428Résumé : Nom de code de la mission : Happy Solo. Cible : Laure, trentenaire et professeur d’anglais dans un lycée parisien. Objectif : pourrir sa vie d’heureuse célibataire et la faire revenir à la raison. C’est-à-dire la rapprocher de Gaspard, alias celui qu’elle vient de mettre à la porte. Un ophtalmo parano et trop plan-plan à son goût, que ses copines considèrent pourtant comme le prince charmant et sa mère comme le futur gendre idéal. Le plan de reconquête monté par ces dernières avec la complicité d’un agent infiltré va-t-il réussir ? L’obstination de la cible à s’enferrer dans des coups foireux, et la fuite du  » docteur Mamour  » vers d’autres horizons, risquent bien de tout compromettre. 

Mon avis : Je remercie Marie et les éditions Cotton pour ce roman « feel good » que j’ai bien apprécié.

Déjà : « Feel Good », qu’est-ce que c’est ? Personnellement, je prends parti du « Feel Good, c’est comme la Chick Lit » En effet, je ne vois pas forcément beaucoup de différences… Après, si vous voulez ouvrir le débat, je serai ravie d’étoffer mon jugement. C’est une romance –ou une histoire très souvent féminine- où l’on vit durant le temps d’un roman, l’histoire d’une jeune femme qui vient de vivre ou va vivre une expérience légèrement dérangeante. Dans le genre : perte d’un job, d’une situation, d’un petit ami. L’histoire se veut être légère et drôle. En bref, c’est ce que l’on retrouve dans le roman de Marie Lerouge « Happy Solo ».

On fait la rencontre de Laure, une jeune femme qui est enseignante et qui vient de faire quelque chose de dingue : elle a quitté son copain, Gaspard. La vie semblait belle, mais tout vient de se casser la figure parce que Laure n’en pouvait plus. Elle en avait marre de la stabilité, du manque de romantisme mais aussi de cet homme un peu trop pantouflard. Lui n’avait rien vu venir.

Laure accepte le célibat avec délectation. Elle est heureuse d’être seule et de pouvoir vivre tranquillement. Cependant, elle peut compter sur sa conscience, ses amies et sa mère pour lui faire rappeler à chaque instant qu’elle a fait une bêtise phénoménale en laissant partir son prince charmant de docteur.

L’intrigue est assez sympathique, en effet, mission de sauvetage pour Laure. Ses amies et sa mère se lient pour créer une équipe incroyable qui doit faire ouvrir les yeux à Laure. J’ai trouvé ça assez original, bourré d’humour et décalé.

1493048139

J’ai trouvé le personnage de Laure assez drôle. En effet, même si elle a la tête sur les épaules, elle est quand même assez impulsive. Son évolution est assez incroyable, j’ai beaucoup apprécié ce côté de l’histoire. Même si c’est une histoire qui se veut légère, on peut facilement en tirer quelques leçons et c’est assez appréciable en fait. Je suis vraiment contente d’avoir pu lire ce roman.

La plume de Marie Lerouge est assez sympathique, en effet, elle se prête très bien à l’exercice de la romance « Fell Good ». Elle est bourrée d’humour et de délicatesse ce qui crée un équilibre certain et très appréciable. C’est vraiment très bien dosé ce qui nous permet de lire avec une certaine délectation les aventures de Laure.

J’ai beaucoup apprécié aussi le personnage de Gaspard le Manchot. En effet, il est posé, intelligent et assez coincé, j’aime beaucoup ce genre de personnage puisque généralement, il se trouve qu’il y a une évolution assez surprenante de ce personnage, ce qui ne manque pas ici.

La mère de Laure est exceptionnelle, sa répartie et la manière qu’elle a de se soucier de sa fille sont très drôles. C’est un personnage qui apporte beaucoup de punch et de dynamisme à notre lecture et c’est top.

Par moment, j’ai quand même trouvé quelques longueurs mais qui sont très vite oublié grâce à tous les points positifs que je viens de vous citer. C’est vraiment une très belle lecture que l’on fait ici.

L’originalité et l’humour présents dans cette histoire sont excellents. Ajoutons à cela une plume bourrée de qualités et vous avez devant vous : Happy Solo.

Ma note : 16/20

14

Confidences d’une fleur bleue – Sabine Ricote

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_1492Résumé : Anaïs cherche l’Amour avec un grand A. Entourée de ses animaux perspicaces et de son amie Sophie, elle multiplie les rencontres et brosse sans retenue les portraits de ses soupirants. D’aventures cocasses en rendez-vous désastreux, Anaïs étudie les comportements masculins et s’interroge sur les raisons de son célibat. Parfois désabusée, elle se ressaisit en évoquant avec humour ses souvenirs d’enfance et pose un regard amusé et décalé sur des confidences bourrées d’autodérision. Son côté fleur bleue affleure et elle sait se laisser guider vers le meilleur.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Sabine pour l’envoi de son roman. C’est toujours un grand plaisir pour moi de recevoir des mails d’auteur qui s’intéressent à mon travail. Merci beaucoup Sabine !

J’ai pu découvrir « Confidences d’une fleur bleue » qui est une chick lit très sympathique. Elle se lit très rapidement, c’est frais et bourré d’humour. C’est exactement ce que l’on attend de ce genre. Je vous accorde que la couverture de ce roman peut-être trompeuse, elle n’a pas du tout l’air d’être liée au genre « chick-lit » et pourtant… Comme je vous le dis souvent : « l’habit ne fait pas le moine. » C’est très surprenant.

Nous faisons la connaissance d’Anaïs qui est une jeune femme très sympathique, fleuriste, tout lui réussit sauf l’amour. Effectivement, elle n’arrive pas à trouver la personne qui lui fera battre son petit cœur avec vigueur. Elle a ses animaux qu’elle chérit incroyablement, ils font partie à part entière de sa vie, elle les aime plus que tout et eux l’aiment de la même manière en retour.

Grâce à Anaïs, on fait aussi la connaissance de Sophie, sa meilleure amie, complètement déjantée. J’ai beaucoup apprécié ce couple d’amies qui se complètent très bien. Même si elles s’opposent dans leurs caractères, l’aspect complémentaire de ces filles m’a beaucoup plu. C’est une relation de confiance, d’amour et de loyauté.

Sabine nous propose de suivre les péripéties amoureuses des deux filles. J’ai passé un agréable moment bercé de sourire et de pouffements de filles. J’ai vraiment apprécié ma lecture. J’ai su facilement m’attacher aux personnages et aux situations proposées. C’était vraiment sympathique.

Les personnages masculins qui pullulent dans le roman sont tous très sympathiques. En effet, l’auteure nous propose un panel divers et varié de gros cons en tout genre. J’ai beaucoup rigolé grâce au speed dating ou encore l’ouvrier devant sa boutique qui lui fait vivre la misère parce qu’Anaïs l’a refoulé. J’ai vraiment passé un bon moment en découvrant tous les hommes que les filles rencontrent. Ce sont, pour la plupart, des stéréotypes mais l’auteure parvient à exploiter les images qu’ils dégagent de manière intelligente et surprenante.

La naïveté des filles est touchante. Elles veulent tellement trouver l’amour qu’elles tentent leurs chances par n’importe quel moyen. Ca m’a beaucoup fait rire. Mais au final, rien ne vaut une réelle rencontre, par hasard, au coin d’une rue, selon moi ! C’est vraiment un petit roman fort agréable qui en ravira plus d’une.

La plume de l’auteure est parfaite pour le genre comme je vous le disais plus haut. Je suis vraiment surprise parce qu’au titre, je pensais lire une romance et non une chick lit. C’était vraiment ce dont j’avais besoin en cette période de l’année. « Confidences d’une fleur bleue » est un livre très agréable, je ne peux que vous le conseiller les filles.

En bref : Je ne peux que vous le conseiller. C’est ce que l’on appelle une chick lit efficace. C’est une lecture fraîche, courte et très agréable. C’est le genre de lecture que l’on peut lire tranquillement sur son transat à la piscine ou sur la plage.

Ma note : 15/20

12

Un printemps à Blossom Street – Debbie Macomber

5103xZu712L._SX309_BO1,204,203,200_Résumé : Blossom Street, c’est une petite rue de Seattle, encore préservée et pleine de charme. Un endroit où il fait bon vivre, et où le quotidien a un parfum de bien-être. Blossom Street, c’est aussi tout un univers. L’univers de Lydia, une femme attachante et un exemple de courage, celui de Carol, qui s’apprête à affronter les difficultés de la maternité, de Jacqueline, dont le couple est en crise et qui rejette sa belle-fille, et d’Alix, qui a du mal à donner un sens à sa vie d’adulte. Dans ce roman, Debbie Macomber nous fait partager la vie de ces quatre femmes que tout sépare et oppose, mais qui vont se retrouver indissolublement liées les unes aux autres. De cette alchimie, où alternent scènes dramatique et cocasses, intenses et émouvantes, douces-amères et drôles, ironiques et chaleureuses, naissent ces petits riens de la vie qui se transforment en un récit extraordinairement attachant.

Mon avis : J’ai enfin pu lire un roman pour vider ma PAL ! Quel bonheur. J’étais contente d’ouvrir le challenge « Les monstrueux de la PAL  session 2017 » mais je n’avais pas encore le temps d’ouvrir un roman. Voilà, mon erreur est réparée.

J’avais lu un premier tome de cette saga que nous propose Debbie Macomber. En effet, j’ai beaucoup apprécié me replonger dans l’univers de Blossom Street. Je ne pense pas avoir lu les romans dans le bon ordre mais peu importe, j’ai été ravie de retrouver cette auteure ainsi que le monde de Blossom Street.

On rencontre Lydia, une jeune femme courageuse qui a survécu à un cancer. Elle ne veut plus être la fille malade, elle décide donc de se lancer dans un projet fou qui est le rêve de sa vie : ouvrir un magasin de tricot et de laine. Elle se lance corps et âme dans son projet qui se voit florissant.

Elle propose des cours de tricot : ces derniers vont réunir trois femmes très différentes : Carol, une femme quarantenaire, qui rêve de fonder une famille mais qui voit sa vie parsemée d’obstacles et qui ne peut donc pas tomber enceinte. Jacqueline, une femme austère et très froide en apparence qui rejette sa belle fille qui lui a pris son fils et qui attend un bébé et aussi Alix, une adolescente qui a du mal à se faire une place dans sa vie. Entre adolescente et adulte, il est difficile de faire les bons choix du premier coup.

J’apprécie toujours autant ces destins croisés. On sait très bien que tout les oppose et que rien n’est fait pour qu’elles se rencontrent mais le destin fait qu’elles se rencontrent. Elles se découvrent, s’entre aident et se chamaillent.

585J’ai beaucoup apprécié aussi le fait que les chapitres soient plus ou moins courts : on alterne les points de vues, les histoires, c’est très plaisant. On ne s’ennuie pas. On voit ainsi les quatre femmes évoluer ensemble mais aussi séparément. On vit avec elles leurs joies et leurs soucis mais on espère, au final, que tout va s’arranger.

Debbie Macomber est, selon moi, une valeur sûre dans ce genre de romans. C’est très agréable. C’est une lecture parfaite pour l’été voire le printemps. Elle donne du baume au cœur et c’est une lecture très belle et douce. Ca se lit très facilement !

Je suis ravie d’avoir lu ce roman et j’espère pouvoir me replonger assez rapidement dans le troisième tome de cette trilogie.Roman lu dans le cadre « Les monstrueux de la PAL session 2017 »

Ma note : 16/20

18

Love Story au collège d’Anne Saulot

5skonon3wqRésumé : Trois personnages. Un lieu. Emilie Delaporte a tout pour être heureuse : un métier qu’elle aime, des élèves attachants et des collègues sympas (pour la plupart). Et pourtant, un jour, c’est la chute. En une soirée, sa tranquillité d’esprit vole en éclats. Guillaume aime Emilie et n’en fait pas de mystère. Pourtant, quand une nouvelle collègue débarque et lui fait les yeux doux, il doute. Laurent est le nouveau chef qui doit composer avec les humeurs des troupes et son attirance pour Emilie. Sa position est-elle un frein à une relation entre eux ?

Mon avis : Je remercie l’auteure ainsi qu’Evidence Editions pour ce service presse très frais que j’ai beaucoup apprécié.

Une bonne chick-lit à la française pour moi. En plus, nous sommes propulsés dans un univers que je connais très bien puisque je suis dans l’éducation nationale (en tant que surveillante) depuis quelques années.

Je suis vraiment ravie de cette lecture qui s’est avérée être très rapide. En effet, c’est une lecture qui tient ses promesses sans prétention aucune. C’est très agréable à lire et la simplicité des mots est très appréciable.

On fait la rencontre d’Emilie, une jeune professeur d’anglais, de Laurent, le nouveau principal adjoint du collège et Guillaume, le surveillant qui fait craquer toutes les filles et qui fait l’unanimité auprès des filles.

Ce que j’ai beaucoup apprécié c’est que l’auteure a su parfaitement retranscrire l’univers de l’éducation nationale : à savoir que parfois, on se demande qui sont les gamins à surveiller ! J’ai trouvé ça assez sympathique à lire, j’ai retrouvé, à travers certains personnages, certains de mes collègues. C’était assez drôle, j’ai franchement ri à quelques passages et bien souri à d’autres.

Emilie est un personnage que j’ai beaucoup apprécié dans le sens où elle semble être un professeur très doux et très patient. Avec un charme fou, elle parvient à séduire élèves comme collègues.

Un trio « amoureux » s’installe entre Laurent, Guillaume et Emilie. C’était assez intéressant. Laurent, strict et prétentieux ne se laisse pas berner par cette bande de professeurs qui n’est bonne qu’à râler. Guillaume est beaucoup plus détendu et charmeur, il parle à tout le monde, connaît tout le monde et est apprécié par tout le monde. C’est un homme chaleureux que tout le monde connait dans le collège. Ce qui m’a un peu chagriné c’est que le trio s’est effacé vers la fin. Pour ne laisser qu’un duo mais la troisième personne passe un peu trop rapidement à autre chose à mon gout.

L’histoire est prenante et sait nous faire tenir en haleine jusqu’au dernier mot. C’est une lecture très agréable.

De plus, au travers de la plume d’Anne, on se rend très vite compte qu’elle sait de quoi cropped-cropped-Logo-évidence-éditions-finalelle parle et que des situations décrites dans le roman sentent le vécu. J’ai trouvé ça assez drôle de m’imaginer une Léa ou encore deux professeurs se battre pour une blague de collégien. Je ne vous en dit pas plus mais tous les personnages et les péripéties valent le coup d’œil. C’est vraiment très sympathique à lire.

Je suis aussi ravie d’avoir pu lire les mots provenant d’une plume de qualité qui amène beaucoup de punch et de dynamisme au roman.

Le petit bout de vie « de l’autre côté de la barrière » de l’éducation nationale est donc fort intéressant. C’est vraiment une lecture parfaite pour l’été, à l’ombre d’un parasol ou au bord de la piscine !

Ma note : 16/20