18

Madame Pylinska et le secret de Chopin – Eric Emmanuel Schmitt

51XW2zaL56L._SX195_.jpgRésumé : En suivant les cours de la tyrannique Madame Pylinska, le jeune Eric Emmanuel cherche à comprendre le mystère de la musique de Chopin. La Polonaise a de surprenantes façons d’expliquer le génie du musicien et la leçon de piano devient peu à peu apprentissage de la vie et de l’amour. Dans le cadre de « Le cycle de l’invisible », un conte initiatique plein d’émotion, d’intelligence et d’humour.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois chaleureusement Gilles Paris et son équipe pour l’envoi du dernier roman d’Eric Emmanuel Schmitt. Je suis ravie de découvrir peu à peu sa plume, après l’homme qui voyait à travers les visages et la vengeance du pardon, je découvre ici un univers qui me tient particulièrement à cœur puisqu’il s’agit de la musique. En plus d’adorer la musique, j’en joue, j’ai donc foncé lorsque j’ai vu ce roman. Je vous avoue que je me suis régalée avec ce dernier roman.

Court mais intense ! C’est un roman efficace qui m’a permis de vivre beaucoup d’émotions à travers l’expérience du jeune Eric Emmanuel avec Madame Pylinska, une professeur de musique intransigeante !

Cet épisode autobiographique de la vie d’Eric Emmanuel Schmitt est très intéressant. En effet, on voit comment le jeune homme tombe amoureux de la musique malgré des débuts assez houleux entre les deux.

On aborde la musique via le piano et Chopin que j’ai pris beaucoup de plaisir à redécouvrir à travers les mots de l’auteur. Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller réécouter quelques extraits de l’œuvre de Chopin après ma lecture. C’était très prenant. Ce livre a laissé une belle empreinte dans mon cœur de lectrice.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Madame Pylinska qui ajoute un petit côté épicé à la chose. C’est une lecture qui se veut rythmée par les mots et la musique. La musique provient forcément de la notion que l’on lie ici à Chopin mais aussi des mots choisis. En effet, c’est très sympathique à lire. On est bercé par un rythme qui nous permet de lire ce petit roman d’une traite.

Je continue donc ma découverte de cet auteur avec beaucoup d’engouement. C’est frais, ça nous pousse dans une atmosphère sympathique.

J’ai apprécié la « contamination » de la manière d’être de Madame Pylinska. Même si Eric Emmanuel ne comprend pas toujours ce qu’elle veut dès le départ, rapidement, on se rend compte que les choses assez farfelues qu’elle demande à son élève sont des choses qui lui permettent d’aborder la musique de la manière la plus pure qu’il soit. C’est très intéressant.

La notion de musique est assez prenante dans ce texte. Il faut aussi ajouter une bonne dose de courage pour s’accrocher, une bonne couche de passion musicale mais aussi de la sévérité. J’ai beaucoup apprécié ce mélange détonnant.

La manière dont est écrit ce roman est excellente. J’ai aimé la construction des passages, les tournures de phrase. Il n’y a rien à dire, Eric Emmanuel Schmitt a un style parfait : c’est simple et efficace. J’avais peur avec cet écrivain et d’un style trop pompeux mais je me suis trompée, c’est bon, très bon même !

La famille d’Eric Emmanuel Schmitt reste brève dans ce roman mais sa tante a une place particulière. Il a fait d’elle un personnage particulier qui a su me toucher. C’est très prenant.

Les – :

  • J’aurais aimé en avoir un peu plus à me mettre sous la dent.

Les + :

  • Le thème de la musique abordé avec brio.
  • Les personnages de Madame Pylinska et de la tante d’Eric Emmanuel Schmitt.
  • La plume de l’auteur que j’ai aimé retrouver.
  • La délicatesse qui se dégage de ce roman de manière générale.

Ma note 

 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
34

Le mystérieux secret de Jane Austen – Lhattie Haniel

51GVgl-xIjLRésumé : Je n’ai pas la prétention d’avoir le fin talent de la très célèbre Jane Austen, mais il me tenait à cœur de vous raconter cette histoire poussée par mon admiration pour les écrits et par la vie de cette grande romancière anglaise. Au fil des pages, vous serez certainement saisie par les émotions en parcourant les premières années de sa vie et de celles de son écriture. Cependant, attendez-vous à être surpris par la mystérieuse romance qui s’est animée sous le sceau de ma plume. Il se pourrait même que vous ne vous en remettiez jamais ! Et si d’aventure, vous souhaitiez poursuivre cette lecture, il vous faudrait le faire sans soulever le moindre sourcil. Alors, peut-être qu’il vous sera dévoilé l’un des mystérieux secrets de Jane Austen : pourquoi ne fut-elle fiancée qu’une seule nuit à Harris Bigg-Wither ? Seule cette histoire saurait vous le dire…

Mon avis : Je remercie la talentueuse Lhattie Haniel pour l’envoi de ce service presse. Après avoir lu un roman en Service Presse, j’ai eu la bonne surprise de trouver dans ma boite mail tous les autres romans de Lhattie qu’elle proposait en Service Presse ! J’ai décidé de commencer la suite de la découverte de son univers que je connaissais avec « Un accord incrongru ! » par ce roman. La raison n’est pas bien compliquée, j’adore Jane Austen et je vous avoue que j’étais bien curieuse de savoir ce que pouvait contenir ce roman de Lhattie.

J’ai trouvé l’idée bonne et l’intrigue bien ficelée malgré quelques moments de doute… Je vous avoue que par moment, j’ai eu quelques hésitations sur la manière dont parle et agit Jane Austen puisque ce roman est en quelque sorte autobiographique. Je pense surtout aux têtes à têtes avec des personnages masculins.

Cependant, j’ai trouvé beaucoup de choses originales comme la rencontre entre Jane et ses personnages. J’ai trouvé cela touchant et assez intéressant. La plume de Lhattie est toujours aussi juste et dynamique mais ici, elle est très intelligente.

Jane Austen est une auteure que j’apprécie. Dans un premier temps, pour la qualité de ses textes et intrigues. J’aime aussi la grandeur de ses personnages et leurs caractères tous divers et variés. J’apprécie aussi la femme qu’elle était. Les traits de caractère qui se dégagent de sa plume sont vraiment forts et l’on s’imagine une femme forte, courageuse, qui n’a pas peur de ne pas rentrer dans les cases ainsi qu’une femme qui a un caractère fort pour la société dans laquelle elle a évolué. J’ai trouvé cela très bien ressenti dans ce roman.

Je pense que c’est un moment très sympathique à passer en compagnie de tous ces personnages. On se surprend à passer du temps dans la vie de Jane. On se rend vraiment compte de l’importance des détails pour Jane Austen mais aussi l’importance qu’elle donne aux personnes qu’elle côtoie. C’est une source d’inspiration pour elle.

Personnellement, j’adore la ville de Bath, là où a vécu Jane Austen. Je trouve cette ville flamboyante, merveilleuse. C’est vraiment excellent !

La plume de l’auteure est très sympathique, une nouvelle fois, on est propulsé dans un univers à part entière. J’ai trouvé que l’intention de Lhattie était louable dans ce roman malgré les petits détails qui m’ont paru un peu trop gros mais cela n’est pas grave du tout. Cela ne m’a pas empêché de passer un agréable moment avec la plume de Lhattie et son intrigue très originale. J’ai apprécié les détails et les réponses à d’éventuelles questions.

Fan de Jane Austen, la curiosité vous poussera à la lecture, j’en suis persuadée.

Ma note : 16/20

20

Stupeur et tremblements – Amélie Nothomb

CVT_Stupeur-et-Tremblements_7939Résumé : Mais que diable Amélie-san allait-elle faire dans cette galère ? C’est la question qu’on se pose en découvrant l’invraisemblable traitement auquel la jeune narratrice, double à peine voilé de l’auteur, est confrontée lors d’un emploi de quelques mois au Japon. Embauchée par la compagnie Yumimoto, Amélie espère bien pouvoir faire ses preuves dans ce pays qui la fascine tant depuis qu’elle y a séjourné enfant. C’est sans compter sur la subtilité des règles tacites qui régissent la société japonaise, sans compter encore sur le mépris de Mlle Mori, sa supérieure. Les humiliations et les vexations se succèdent et la soumission s’installe : Amélie pensait être traductrice, elle finira dame pipi de l’entreprise… Comme toujours, Amélie Nothomb a le sens du bizarre, mais aussi du texte : son expérience traumatisante se transforme en un fascinant récit, irrésistible de drôlerie. On la soupçonnerait presque de s’être laissée traiter de la sorte pour mieux pouvoir l’écrire ensuite…

Mon avis : Je remercie ma copinaute Dilshad – les lectures de la Diablotine – pour m’avoir permis de sortir ce roman de ma PAL grâce à notre challenge commun – ABC challenge – et de notre défi pour parvenir à lire le plus de livres possibles qui rentrent dans la catégorie de ce challenge. Des défis, des challenges, Seigneur ! J’espère qu’on y parviendra ! En attendant, on ne peut pas dire que l’on ne fait pas ce qu’il faut pour y arriver.

J’ai donc lu un roman d’une auteure que j’apprécie beaucoup : Amélie Nothomb. Je sais qu’elle crée un grand débat sur la toile mais elle est parvenue à me conquérir. Sa folie, sa plume, son humour m’ont vraiment séduit.

On la retrouve dans une entreprise japonaise pour son premier travail là-bas. On peut dire que c’est une sacrée descente aux enfers et que je suis certaine de ne jamais vouloir travailler dans une firme japonaise.

On entre dans un monde de malade ! Les japonais n’ont pas la même culture que les occidentaux, ça on le savait mais j’ai trouvé que beaucoup de choses n’étaient vraiment pas belles. Le regard du japonais sur les européens est triste. Les occidentaux sont vus comme des personnes peu productives avec des plus petits cerveaux et donc, ce qui devient logique, une manière de penser et de réfléchir bien inférieure à celle des japonais.

C’est avec cette mentalité que l’on se rend compte qu’Amélie n’est rien, elle n’est qu’une petite Belge qui s’est perdue au Japon et on lui fait bien comprendre. Malgré le sujet dur, l’œil vif et humoristique d’Amélie nous permet de rire de ces situations détestables. Elle ne peut faire confiance à personne dans cette entreprise, dès qu’on lui tend une main c’est pour se prendre une baffe bien piquante !

marauda-verbo-challenge-abc-1

Le monde oriental et le monde occidental sont mis à rude épreuve dans ce roman. Les comparaisons fusent, c’est plus ou moins agréable selon l’hémisphère sur lequel on se tient. Cependant, des personnages comme Mademoiselle Mori nous montre la complexité et la diversité de la personnalité d’une japonaise. En effet, beaucoup de respect et de rigueur sont de mise. Ce que l’auteure nous propose ici, c’est au final, une vision bien différente de la notre qui n’est pas forcément la même mais qui peut facilement se comprendre. La rigueur japonaise est vraiment très différente de la rigueur européenne.

Cela ne m’a pas empêcher d’avaler ce roman en une heure. L’auteure parvient une fois de plus à nous happer par sa plume loufoque et si belle. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’Amélie fait semblant d’être résignée à n’être qu’une petite européenne bien inférieure à ses collègues. J’ai trouvé ça très intelligent. La répartie est bourrée d’humour et est très surprenante.

Je trouve que Stupeur et tremblement est un des romans d’ Amélie Nothomb que je préfère. C’est avec grand plaisir que j’ai replongé dans l’univers que l’auteure nous propose. J’ai encore passé un très bon moment.

Ma note : 16/20

 

 

18

Une bouteille à la mère – Isabelle Piraux

51i44niTp8LRésumé : Un seul mot, un soupir, un coup d’œil nous trahit ; tout parle contre nous jusqu’à ce silence » VOLTAIRE dans sa pièce Oedipe. Beth ma mère avait beau se taire, tout en elle trahissait le secret qu’elle gardait enfoui depuis son adolescence et croyait m’en protéger.
Comme le dit Voltaire, son silence, ses intentions, ses attitudes, tout cela transpirait pour devenir un fardeau trop lourd dans notre duo mère-fille. Hors de question que cette histoire continue à troubler les femmes de notre famille. J’ai deux filles. Poignant, émouvant, bouleversant, à votre tour découvrez les méfaits d’un secret de famille ! Information aux lecteurs : L’auteur prévient le lecteur. Son roman utilise la nouvelle graphie recommandée par l’Académie Française le 6 décembre 1990.

Mon avis : Je remercie du fond d cœur Isabelle pour sa patience, sa gentillesse et ce merveilleux roman que j’ai eu la chance d’avoir sous les yeux. En effet, j’ai rarement été saisie de cette manière par un roman qui témoigne d’une période assez douloureuse au final. Alors merci Isabelle !

Dans un premier temps, j’ai été séduite par la couverture de ce roman que je trouve, à la fois, très douce par les couleurs qu’elle dégage mais aussi très poétique par les objets présents sur cette dernière. En un mot, j’ai trouvé cette couverture très belle, elle m’a tout de suite attirée.

J’ai pris du temps pour lire ce roman, il est dur dans le sens où le message véhiculé est douloureux à lire et certainement à écrire. J’ai préféré prendre mon temps pour éviter d’être submergée par un flot d’émotions qui bien souvent me plonge dans un état particulier et qui fait que je n’arrive plus à lire pendant quelques jours. Pour pallier à ce problème, j’ai préféré prendre mon temps, picorer les chapitres et déguster cette histoire et les mots de l’auteure.

J’ai aussi lu un débat –qui selon moi n’avait pas forcément lieu d’être sur internet- puisque l’auteure le précise sur la graphie utilisée. Elle n’est pas gênante. J’ai trouvé cela un peu trop facile « d’attaquer » sur ce point. C’est un choix de la part de l’auteure, on est prévenu, on accepte ou non mais pas besoin d’en faire une montagne. Bref, je ne m’attarderai pas plus sur ce point. Laissons place à l’histoire.

Ce qui est dans un premier temps saisissant c’est la proximité de cette histoire par rapport à notre société actuelle et le monde dans lequel on vit : en effet même si cela se passe à la fin du 20ème siècle, on est encore très près de cela. On tire une belle leçon de morale de ce roman : nos secrets et nos mensonges –par omission ou non- peuvent vraiment toucher notre entourage et le monde dans lequel on évolue. Souvent, on ne se rend pas compte du mal que l’on se fait et surtout du mal de l’on fait aux personnes que l’on aime.

Le sujet principal est donc, comme vous avez pu le comprendre, le secret de famille et les bouleversements que ce dernier peut engendrer. Isabelle parvient, avec sa plume, à nous faire découvrir un univers douloureux qu’elle arrive à apaiser facilement avec des mots justes et doux. Rien de moralisateur par ici, juste un moyen de mieux comprendre et d’accepter la situation.

La trame et l’intrigue se mettent très facilement en place : une femme laisse d’un coup, d’un seul, ses amis et sa famille sans aucune explication, c’est l’évanouissement dans la nature le plus radical possible. Cette disparition sème le trouble et tout le monde s’interroge. Beth souffre tellement de la disparition de sa mère. Cela transparait dans ses mots. C’est vraiment une très belle histoire, poignante.  Voici un très beau témoignage que je conseille à toutes et à tous de lire. Il est bouleversant, criant et vérité et tellement bien écrit. Je trouve cela vraiment très bon.

Ma note : 17/20

 

10

Je suis passée plusieurs fois par les portes de l’enfer Tomes 1 & 2 – Justine Obs

Résumé : Laissez-vous guider dans le tourbillon noir de son existence… L’histoire d’une relation affective, émotionnelle et déchirée d’une enfant face à une mère peu responsable, « borderline » et à un père violent alternant amour et rejet. C’est le récit d’une vie, une vie chaotique menée avec brio par une jeune fille plus forte qu’elle ne le pense… 

Mon avis : Je remercie chaleureusement Justine pour l’envoi de ces deux services presse et pour la confiance dont elle a fait preuve à mon égard.

Récit purement autobiographique, je peux vous dire une chose : cette lecture prend aux tripes. C’est assez surréaliste de se dire que des enfants vivent ça. Je suis ressortie de ma lecture profondément émue et triste en même temps.

Je pense, dans un premier temps, que l’on peut déjà saluer le courage de Justine pour avoir réussi dans la vie, pour avoir survécu à toutes ses horreurs mais surtout pour avoir réussi à coucher ça sur le papier et à montrer au monde entier les monstres que sont ses parents.

Très souvent, j’arrive à trouver des excuses aux gens pour leurs mauvaises actions mais ici, je n’y arrive pas.

On fait la rencontre de Justine donc, une petite fille toute mignonne et sympathique qui vit l’enfer à la maison. Entre un père ultra violent que ça soit physiquement ou verbalement ainsi qu’une mère qui tente de la protéger de son père mais qui est un monstre elle aussi, Justine n’a pas de chance.

Elle enchaîne les plans pourris de ses parents, elle change de maison/appartement comme elle change de chemises, elle n’est à sa place nulle part et le peu de bonheur qu’elle a, ses parents le détruisent assez rapidement.

Justine fait tout pour s’en sortir, pour grandir normalement même si elle n’est pas perçue comme une enfant « normale » à l’école que ce soit par ses camarades ou professeurs. En difficulté scolaire (forcément, garder un œil sur son frère parce que sa mère est trop occupée pour le faire, ça ne doit pas aider !), elle montre au monde entier qu’elle veut s’en sortir. Elle se désolidarise de ce que ses parents font. Sa famille l’entoure et l’encourage.

Plus on tourne les pages de ces deux tomes, plus on se rend compte qu’elle grandit, qu’elle veut s’en sortir.

Roman autobiographique, il met en avant la difficulté qu’on a, quand il faut faire les choses seule, sans parents.

On suit aussi la vie amoureuse de Justine qui n’est pas non plus de tout repos. Elle cherche du travail, tant bien que mal, elle arrive à mener sa vie.

Beaucoup d’évènements nous mettent rapidement en colère, on se rend compte que les erreurs de Justine font écho à celles de ses parents et on tremble, on se demande si elle va s’en rendre compte, si quelqu’un va l’aider. C’est un roman très prenant émotionnellement parlant.

J’ai eu la chance de pouvoir parler un peu avec Justine. C’est vraiment une fille très gentille et je suis désolée qu’elle ait pu vivre des atrocités pareilles mais je suis tellement heureuse d’avoir lu ce qu’elle est devenue ! Je suis tellement heureuse pour elle.

Je respecte et applaudis un courage sans faille, une plume forte et dynamique. Des mots justes qui nous permettent de vivre des émotions fortes. Ce roman nous remet les idées en place : enfin, c’est mon cas. Je me rends compte de la chance que j’ai eu en ayant eu une enfance normale. Et je pense à tout ceux qui sont dans le cas de Justine. Dure réalité !

Ma note : 16/20

21

La soeur du roi – Alexandra De Broca

téléchargementRésumé : Elle se nomme Elisabeth, princesse de sang, orpheline mais (petite fille de Louis XV et) sœur de Louis XVI. Recluse à la cour de Versailles, elle a le choix entre devenir religieuse ou s’éloigner de son pays en épousant un prince inconnu. Mais elle est brillante, avide de connaissances et tourmentée. Elle parvient à se faire respecter par son intelligence, sa foi, son attention aux autres et son mode de vie très loin des errances de Marie-Antoinette. Dans son domaine de Montreuil, elle reçoit les esprits les plus brillants du siècle et se fait aimer sous le nom de Madame Elisabeth.

Lui, François Dassy, originaire de Strasbourg, brillant médecin, est un passionné de sciences et de découvertes. Il accepte pour quitter les siens de devenir botaniste au service de Lemonnier, médecin du roi à Versailles.

Leur rencontre improbable dans la forêt de Fontainebleau fait surgir leur soif commune de progrès et de vie meilleure pour les sujets de Louis XVI. Une meilleure alimentation, la découverte de la contagion, les premières vaccinations, les espèces botaniques venues de loin nourrissent leur amour secret. Mais l’évidence de leur sentiment surmontera-t-elle l’interdit de leur relation ? Et si la révolution qui menace l’ordre établi et qui les empêche d’être ensemble devenait leur alliée ?

Mais Elisabeth saura-t-elle suivre les idées nouvelles qui bouleversent la France ? Et mettre en danger son frère ? Ce frère qu’elle chérit et dont elle est devenue la confidente devant les difficultés de son règne. Et Dassy qui est-il vraiment ? Un homme de valeur ? Un imposteur ? Louis XVI, soucieux de tolérance pour son peuple saura-t-il l’être pour sa sœur aimée ? Juin 1789, les évènements obligent après quatre ans de clandestinité Elisabeth et Dassy à choisir entre amour et loyauté.

Mon avis : Je remercie chaleureusement une nouvelle fois Gilles Paris ainsi que son équipe, surtout Jules qui est un stagiaire merveilleux ! Un grand merci à vous tous pour votre confiance et votre amabilité qui fait chaud au cœur.

J’ai choisi ce roman parce que je suis une folle d’histoire mais surtout de la période de la royauté. Assez habituée à la période de Louis XIV, c’est avec avidité et curiosité que je me suis lancée dans la période du règne de Louis XVI.

Ici, point de vue original puisque l’on quitte la Cour de Versailles ainsi que les vices et plaisirs du palais pour retrouver la sœur de Louis XVI qui est bien loin de l’extravagance de la cour mais surtout loin de l’extravagance de sa belle sœur, Marie-Antoinette.

J’ai beaucoup aimé découvrir la vie d’Elisabeth, sœur du roi, qui se montre être une femme incroyable et qui ne méritait pas de finir comme son frère. J’ai trouvé ça quelque peu triste.

Cependant, je trouve que l’auteure mène avec brio sa barque dans ce roman biographique. En effet, l’auteure nous indique à la fin du roman que les faits sur Elisabeth sont relatés dans des documents historiques mais qu’elle a romancé la vie de Dassy.

Elisabeth est un personnage haut en couleurs : elle est très curieuse, belle et intelligente. J’ai trouvé adorable la relation qu’elle entretient avec son grand-père (Louis XV) basée sur l’amitié et l’amour familial ainsi que sur l’amour de la vie et la curiosité des choses. C’est vraiment une très belle relation.

Elisabeth se montera être une jeune femme épanouie, avide de connaissances dans tous les domaines. C’est vraiment très beau à lire. D’un naturel assez doux, la relation qu’elle entretient avec Dassy, ce jeune docteur qui s’avère lui aussi un puits de connaissance.

La relation amoureuse s’installe doucement mais surement, c’est un bel épanouissement à lire.

L’auteure est facilement parvenue à me convaincre avec une plume magnifique, on est transporté dans l’univers de Louis XVI bien qu’en décalage par rapport au faste de l’époque. J’ai trouvé la relation Elisabeth/Dassy merveilleuse.

Ma note : 17/20

20

Le garçon qui courait – François Guillaume Lorrain

couv-le-garcon-qui-courait-620x987Résumé : Août 1936 : un jeune athlète vient de remporter le marathon aux J.O. de Berlin ; et pourtant, il semble bien triste sur le podium. Il cache son maillot japonais. Car Kiteï Son, alias Sohn Kee-Chung, vient de Corée, pays annexé par le Japon, et il a dû courir sous les couleurs de l’ennemi.

D’où vient-il ? Quelle a été son enfance, dans une petite ville près de la frontière chinoise ? Comment est-il devenu le coureur le plus endurant du monde ? Quelles épreuves a-t-il traversées – et quel sera son sort lorsqu’il devra rentrer dans une Corée sous le joug qui voudrait le fêter en libérateur ?…

Voici le roman d’une obstination, d’un jeu constant avec le danger et l’effort suprême.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour ce service presse très surprenant.

Je suis heureuse de pouvoir vous parler de ce roman biographique. Je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de roman : ceux qui parlent de sport. Je suis contente d’avoir fait « l’effort » de choisir ce roman pour m’ouvrir à d’autres romans que ceux que je choisis plus facilement d’habitude.

Roman qui parle donc de sport, plus particulièrement de marathon mais encore plus précisément de l’athlète coréen Sohn Kee-Chung. Ce qui m’a beaucoup fait apprécier ce roman c’est qu’il mêle le sport à l’histoire du pays et l’histoire de Kee-Chung.

Le sport à haute dose est quelque chose qui m’ennuie incroyablement mais ici, l’auteur a trouvé un équilibre parfait pour me faire apprécier ma lecture ! Ici, c’est harmonieux. On sait qu’il court mais aussi pourquoi. Et c’est très agréable.

On est en pleine période de soumission de la Corée par les Japonais. L’auteur en parlelogo-editions-Sarbacane durement et certaines péripéties m’ont levé le cœur (je pense à l’épisode des fruits du père de Kee-Chung qui m’a révulsé). On vit ici une situation horrible dans l’avant Seconde Guerre Mondiale.

On vit un beau voyage avec Kee-Chung qui nous emmène de son village natal, à la Corée, au Japon, à Berlin… On vit de belles aventures avec notre personnage principal avec en toile de fond la supériorité de races sur d’autres, la question du racisme est clairement souligné dans le texte.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Kee-Chung qui n’oublie jamais d’où il vient. Il est obligé de faire des choses qui le révulsent mais s’il veut vivre, il n’a pas vraiment le choix et obéit aux Japonais. Il est souvent dans des situations périlleuses mais c’était vraiment très intéressant.

beach_gate_weheartitJ’ai beaucoup aimé comprendre et découvrir comment il est devenu l’athlète qu’il fut aux Jeux Olympiques. J’ai beaucoup apprécié les anecdotes sur lui, sa famille et son histoire. J’ai vraiment bien apprécié cet aspect de l’histoire.

L’Histoire est bien présente aussi dans le roman. J’ai beaucoup aimé voir l’avant guerre d’un autre côté que celui de l’Allemagne ou de la France. Je ne connaissais pas l’histoire de la Corée à ce moment de l’humanité et c’était plaisant de découvrir en étant révulsé par les évènements.

La plume de l’auteur est très belle. Elle nous donne beaucoup d’informations et nous distribuent de belles émotions qui nous rappellent tout ce que les patries ont pu traverser et les horreurs communes que les différents peuples ont pu vivre…

Ma note : 17/20