20

Roulez, jeunesse! #1

pexels-photo-267684.jpegRoulez, jeunesse! Voici un petit rendez-vous que je commence à mettre en place. En effet, j’ai décidé de m’intéresser à la littérature jeunesse. Alors, de temps en temps, je vous chroniquerai ce genre de livres. 🙂

41u32bLB-5L._AC_US218_Mamie, elle est trop forte ! D’Aurélie Wynant

Résumé : Ma Mamie est une super Mamie. Non, Non. Mamie ne vole pas et n’a pas de super pouvoir, mais Mamie elle est trop forte !

Mon avis : Je remercie Aurélie pour l’envoi de son album jeunesse ! Thème sur la mamie. Il me tenait particulièrement de vous parler de ce livre puisque ma mamie est trop forte ! Je me suis retrouvée dans ces mots, ces illustrations.

Il faut souligner ici le travail d’Aurélie puisqu’en plus d’écrire ce livre jeunesse, elle a aussi dessiné cette gentille petite mamie. C’est vraiment un petit moment de lecture très agréable qui nous permet de découvrir le rôle d’une mamie gâteau, câline, musicienne et bien d’autres choses encore.

Je pense que c’est important de montrer aux enfants l’importance de cette mamie qui des fois peut être un soutien incroyable. Il est souvent plus facile de parler à sa mamie qu’à ses parents sur certains points.

En bref, je vous conseille de faire découvrir cette petite merveille à vos enfants.

Ma note : 15/20

La Princesse Élodie de Zèbrazur et Augustin le chien qui faisait n’importe quoi de PierreCVT_La-Princesse-lodie-de-Zebrazur-et-Augustin-le-chi_8956.jpg Thiry

Résumé : Élodie de Zèbrazur est une princesse. Augustin est un chien. Élodie de Zèbrazur aime beaucoup Augustin. Mais Augustin fait vraiment n’importe quoi. Et lorsqu’on fait n’importe quoi, il arrive des tas d’ennuis. Que va-t-il se passer ? Tu le sauras peut-être en ouvrant ce livre. En écoutant la musique des phrases, en écoutant le bruit des vagues, en écoutant le bruit du vent et le chant des coquillages tu découvriras une infinité de choses merveilleuses et inattendues… 

Mon avis : Je remercie énormément Pierre pour sa confiance réitérée pour la troisième fois. J’ai toujours un gros plaisir à découvrir ce que Pierre nous concocte parce que … Figurez-vous que c’est l’un des premiers auteurs à m’avoir envoyé un service presse.

Ici, on le retrouve dans un tout nouveau registre… La jeunesse. C’est vraiment très rigolo de le retrouver ici. Je trouve qu’il a réussi l’exercice avec brio ! J’ai passé un très bon moment avec la Princesse Elodie et Augustin le chien qui faisait n’importe quoi.

J’ai trouvé les personnages hors du commun : on a tout ce qu’il faut pour passer un excellent moment. Tous les protagonistes sont présents pour que l’on soit posé tranquillement dans l’univers fantastique que l’on nous propose.

Le texte, l’intrigue et les illustrations sont très belles. Elles nous procurent un sacré plaisir de lecture ! Je trouve que cela pourrait intéresser les petites princesses. En revanche, il faut accompagner l’enfant dans sa lecture. Ca peut plaire aux plus jeunes lecteurs mais le texte en autonomie ne se prête pas à l’exercice avant d’avoir un bon niveau de lecture selon moi.

Les péripéties d’Augustin sont très drôles. On se rend compte que lorsqu’il est là, il nous agace mais lorsqu’il n’est pas là, il manque. Un joli message qui véhicule l’acceptation de tous avec leurs caractères.

Ma note : 17/20

téléchargementLa chouette bibliothèque de Kazuno Kohara

Résumé : Une étrange bibliothèque n’ouvre que la nuit. Elle est tenue par une petite fille aidée de trois chouettes et est ouverte à tous les animaux. Des illustrations en linogravure en trois couleurs.

Mon avis : J’ai craqué sur ce petit livre lors d’un déstockage dans une de mes librairies préférées.

J’ai beaucoup apprécié le concept des trois couleurs tout au long du livre qui retranscrivent particulièrement bien la nuit. En effet, cette bibliothèque est assez particulière parce qu’elle n’ouvre que la nuit. La gentille bibliothécaire est aidée de trois petites chouettes pour tenir la bibliothèque nocturne. J’ai apprécié le concept.

L’histoire est courte, simple et efficace. On a une sorte d’explications sur comment fonctionne une bibliothèque : les endroits pour lire en silence, pour faire des activités plus bruyantes, les emprunts … Je l’ai trouvé très stimulant.

Ce dernier s’adresse à un lectorat jeune, il est assez simple de compréhension. C’est un bon moment de lecture avec votre enfant sans aucun doute.

L’auteur parvient à nous emmener dans son petit monde très rapidement grâce à un concept innovant.

Ma note : 16/20

Prince en pince de Benoit Perroudprince

Résumé : Bon chasseur et coureur de jupons, le prince Guillaume de Malotruy en pince pour les jeunes filles jolies et minces. Mais un jour, la sorcière Scaramouche lui jette un horrible sort.
Dès lors, chaque fois qu’il épouse une belle, elle se transforme en créature atroce…

Mon avis : J’ai aussi acheté ce roman durant les soldes. J’ai trouvé les illustrations très belles et le résumé m’a beaucoup tenté. En effet, je trouve que le message sur l’acceptation de soi, du physique des autres et de comprendre que tout le monde peut être différent est quelque chose d’important à faire comprendre aux plus jeunes.

J’ai beaucoup apprécié l’intrigue. Le fait qu’une sorcière jette un sort au prince qui se retrouve avec des monstres le lendemain de ses noces de mariage était quelque chose de drôle.

Il faut savoir que ce roman jeunesse s’adresse aux plus grands lecteurs. Je ne vous conseille pas de lire cela avec un enfant qui commence à s’intéresser aux livres. Cela ne va pas fonctionner selon moi. Même si les illustrations sont comiques, elles pourraient peut-être effrayer les plus jeunes.

Je suis très contente d’avoir découvert ce roman.

Ma note : 18/20

Publicités
12

Simon Thorn – Tome 1 : Et le sceptre du roi Animal – Aimée Carter

Simon-Thorn-tome-1-Et-le-sceptre-du-roi-animalRésumé : Simon Thorn a le pouvoir de parler aux animaux. À douze ans, il découvre le secret de ses origines : il est un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Et sa première métamorphose pourrait bien décider du destin de tout un peuple, car il l’ignore mais il est l’héritier du roi des aigles et de la reine des loups… en guerre depuis toujours.

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour l’envoi de ce service presse que j’ai engloutie. En effet, je n’ai même pas pris le temps de le laisser quelques jours dans ma bibliothèque. Il est passé directement dans les mains et je ne l’ai pas lâché de la journée.

Je suis très heureuse d’avoir découvert cette saga et Aimée Carter que je ne connaissais pas. Vous le savez, je suis assez fan des sagas fantastiques et celle-ci m’a beaucoup plu. Je suis très heureuse d’avoir pu découvrir la saga que l’on nous propose ici.

Simon est un jeune homme très particulier. Il est rejeté à l’école puisqu’on le voit comme un looser, un petit garçon cinglé qui parle aux animaux. J’ai beaucoup apprécié ce personnage. En effet, il ne manque pas de courage, il est intelligent et parvient à vivre avec l’absence de sa mère, d’amis. Heureusement qu’il y a son ami, Rémi, une petite souris qui est vite devenue son amie. Simon a le pouvoir de parler aux animaux.

Darryl, l’oncle de Simon, est très dur avec lui. C’est le frère de son père qui est mort. Simon vit avec son oncle parce que sa mère n’est jamais là, elle voyage tout le temps et laisse peu de place à son fils dans sa vie. Darryl ne veut pas qu’il s’approche des animaux. Simon ne comprend pas pourquoi jusqu’au moment où il comprend que Darryl, lui aussi, est un animalgame : en plus de parler aux animaux, il est aussi capable de se transformer en animal.

20100628104007michellafon

L’intrigue est très prenante. J’ai été plongé dans un univers incroyable où se mêle les hommes et les animaux : les guerres de territoire et de pouvoir. Même si l’intrigue est assez simple, l’auteur parvient à en faire quelque chose de très sympathique à lire. On est captivé par l’univers qu’elle nous propose.

Les personnages secondaires apportent tous quelque chose à la quête de Simon. En effet, il reçoit de l’aide mais chute aussi de manière phénoménale. La force de Simon est qu’il se relève tout le temps malgré les coups durs et la tension palpable tout au long du roman.

Ce premier tome est sous le signe de la découverte mais aussi du déchirement. Simon est toujours Entre le marteau et l’enclume. Il doit, de manière permanente, toujours faire le choix entre ce que lui dit son cœur et son esprit. C’est vraiment une très bonne idée développée d’une excellente manière.

La plume de l’auteur est excellente. Elle nous permet de nous propulser dans un univers incroyable. C’est vraiment un univers que j’ai adoré découvrir dans ce premier tome. J’ai hâte de pouvoir en découvrir d’avantage et de pouvoir retrouver ces jeunes personnages qui me confortent dans l’idée que les sagas fantastiques peuvent être abordées par tous et toutes.

C’est plein de fraîcheur, de dynamisme, d’originalité. J’ai beaucoup apprécié cette notion de dualité ainsi que de manichéisme : les notions de bien et de mal sont très présentes et très appréciables. Elles sont traitées d’une manière intelligente et cela donne beaucoup de poids au roman.

Les détails sont aussi très présents. Le roman fourmille de ces petits détails qui rendent l’univers bien plus riche et le roman plus appréciable.

Ma note : 18/20

18

Cupcakes et compagnie : tome 1 – La gourmandise n’est pas du tout un vilain défaut – Lisa Papademetriou

téléchargement (2)Résumé : La vie d’Hayley est loin d’être du gâteau : ses parents ont divorcé, sa mère a perdu son travail et elle est coincée dans la même chambre que sa petite sœur Chloé depuis qu’elles habitent dans l’appartement de leur grand-mère. Quand rien ne va plus, Hayley a une recette infaillible : dégainer sucre, farine et spatule, pour confectionner de délicieux cupcakes. Car la pâtisserie rend toujours la vie d’Hayley plus douce ! Mais quand sa meilleure amie, Artie et elle commencent à s’éloigner, Hayley comprend qu’il va lui falloir un peu plus que du sucre et quelques épices pour sauver leur amitié.

Mon avis : J’ai choisi ce roman chez France Loisirs parce que j’ai trouvé la couverture très agréable à l’œil et j’aime beaucoup les romans qui mêlent histoire et cuisine. Je trouve que c’est un sujet assez sympathique quand il est bien traité et que cela donne de bonnes idées pour prendre des petits kilos… !

J’ai fait la connaissance du personnage d’Hayley que j’ai tout de suite apprécié. C’est une jeune fille qui n’a pas peur des autres, elle n’a pas froid aux yeux.

C’est une adolescence qui a plein de problèmes personnels : en premier lieu, le divorce de ses parents qui a fait beaucoup de dégâts. Sa maman est au plus bas, sa sœur a un ami imaginaire, c’est une petite fille pleine de vie qui se fait rapidement cataloguer à l’école comme étant une petite fille particulière, dérangée même. Cela fait beaucoup de mal à Hayley qui voit sa sœur comme un ange.

J’ai beaucoup apprécié la relation d’Hayley avec sa grand-mère. Il y a un sens de la famille incroyable qui se dégage de cette famille. Elles sont toutes solidaires et se serrent les coudes pour s’en sortir. J’ai trouvé cela très beau, j’ai trouvé que cette notion familiale est mise en avant d’une manière intelligente. Les relations qu’Hayley entretient avec son père et sa nouvelle compagne sont beaucoup plus compliquées, en effet, c’est vraiment un couple père/fille qui est fissuré par le choix de ce père qui a laissé sa famille pour partir vivre sa vie.

L’apport de la cuisine et plus particulièrement des cupcakes dans le roman est quelque chose de très bien ! En effet, l’auteure parvient à amener ce sujet de manière très délicate. Quand Hayley ne parvient plus à comprendre ni à faire de choix, elle cuisine. Ainsi, cela lui permet de se poser, de prendre du temps pour elle. Elle cuisine pour le salon de thé pour sa grand-mère. J’ai encore beaucoup apprécié ce petit clin d’œil à la famille et aux liens importants que ses membres tissent tout au long du roman.

On comprend très rapidement que c’est une lecture destinée aux jeunes mais cela peut facilement se laisser lire par les lecteurs plus adultes.

Les problèmes d’adolescents font surface : les amoureux, l’amitié, les garçons. On tourne surtout autour de ces sujets. Artie, sa meilleure amie avec qui elle vit tout depuis toujours montre des signes de délaissement et d’éloignement : ce qui est la faute d’une relation avec un garçon. Ainsi Hayley découvre d’autres personnes à qui elle n’avait pas forcément fait attention avant. J’ai trouvé ceci intelligent de la part de l’auteur. Quand une très bonne amie s’éloigne, on se retrouve seule et on pense que c’est la fin du monde parce que l’on a tout centralisé sur cette amitié. Ainsi, on se retrouve seule et on découvre, on découvre d’autres gens et on comprend que l’on respire quand même. C’est bien de le souligne.

La plume de l’auteure était sympathique. Ce fut une lecture agréable et j’ai vraiment adoré découvrir les aventures d’Hayley, j’espère pouvoir rapidement lire la suite une fois que France Loisirs aura décidé de la sortir !

Ma note : 15/20

16

Trois contes de Noël axonais – Yannick A.R Fradin

Trois-contes-de-Noel-axonais.jpgRésumé : Plongez dans l’ambiance de Noël aux côtés du Père Noël, du renne P’tit Gaudry et du lutin Amargein avec trois contes pour faire rêver petits et grands. Dans « Le Père Noël de la Cité du Vase » (Soissons), vous partagerez la nuit du 24 décembre avec Samuel, 12 ans. Puis avec « P’tit Gaudry, le renne de la Montagne Couronnée », vous suivrez la rencontre entre Sarah et un renne ailé dont l’on trouve encore les traces à Laon de nos jours. Enfin, « Le dernier lutin de Coucy-le-Château » vous proposera la convalescence poétique d’un lutin du calendrier de l’avent, secouru par un jeune enfant de Coucy.

Mon avis : Je remercie Yannicl A.R. Fradin pour l’envoi de ce Service Presse que j’ai bien apprécié.

En effet, durant cette période, je ne résiste jamais à des contes de Noël pour jeunes ou adultes. Ici, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de contes pour la jeunesse ! C’était un bon petit moment passé en compagnie de ces trois contes. Je pense que ce sont des contes qui seront apprécié par les plus petits mais aussi par les plus grands.

Seule chose que je trouve dommage dans la lecture de ces trois contes c’est qu’il n’y en a pas assez. En effet, à la fin de ma lecture, j’avais un goût de trop peu dans la bouche. J’étais captivée par les mots de l’auteur et j’en voulais encore. Je pense qu’un ou deux contes en plus auraient été appréciables.

On fait la rencontre de multiples personnages au sein de ces trois contes : on lit les histoires suivantes : « Le père Noël de la cité du Vase », « P’tit Gaudry, le renne de la Montagne Couronnée » ainsi que « Le dernier Lutin de Coucy-le-Château ».

J’ai beaucoup apprécié le fait que la lecture et le niveau de langage soient appropriés aux lecteurs les plus jeunes. C’est quelque chose de sympathique : on peut les lire seuls ou en famille. C’est vraiment une attention particulière qu’il faut souligner selon moi.

Ce que j’ai aussi apprécié dans la lecture de ces trois contes c’est que l’on apporte une touche d’histoire à ces contes. En effet, l’auteur nous explique, avant la lecture de chaque conte, qu’il s’est inspiré d’un endroit, d’un passage historique de sa région. C’est vraiment très sympathique à lire. Cela ajoute une touche de régional que l’on ne peut pas négliger. J’ai trouvé que cela apportait encore un peu plus de magie à cette période de l’année.

Les trois histoires sont très sympathiques malgré le fait que j’ai plus apprécié celle de Gaudry pour sa morale.

Les trois contes de Yannick AR Fradin soulignent de belles morales et mettent en exergue de belles valeurs comme l’amour, l’amitié, la solidarité. J’ai trouvé que c’était important de le remarquer surtout en cette période de l’année qui n’est pas facile si l’on est seul, sans logement ou avec d’autres problèmes. C’est un message porteur d’espoir, de bonheur et cela fait du bien de lire des textes innocents !

Pour toutes ces raisons, je pense que ces contes tiendront une place importante dans les bibliothèques de vos enfants, il ne faut pas hésiter à y mettre son nez. C’est vraiment agréable. De plus, la plume de l’auteur est très intéressante et pleine de douceur. Les mots employés sont justes et poétiques. Les idées véhiculées sont, elles aussi, très belles et importantes. A lire, donc !

La seule chose que j’aurais apprécié avoir dans ces textes, ce sont des illustrations qui sont, à mon goût, indissociables de la littérature jeunesse.

Ma note : 15/20

12

Le grand magasin fluo – Stéphane Gisbert

téléchargement (2)Résumé : Mathieu et ses amis assistent à l’ouverture d’un gigantesque magasin rose fluo, qui semble être sorti de terre tel un champignon. Le magasin annonce des promotions incroyables pour les chanceux qui gagneront le « jeton d’argent ». Parallèlement, des disparitions inexpliquées sont signalées dans la ville. Les enfants commencent à mener leur enquête.

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse. J’ai passé un très bon moment avec Mathieu et ses amis. C’était vraiment un roman jeunesse que j’ai apprécié pour ses nombreuses qualités.

On fait la rencontre de Mathieu, un petit gars qui se fait harceler par des camarades plus grands, plus forts, plus idiots aussi. Tous les jours, ils l’ennuient, le rackette mais cela ne l’empêche pas de vivre. Heureusement qu’il a ses amis pour l’aider à supporter les plus grands. On fait donc la rencontre d’Angelo, un garçon costaud au cerveau hyper développé, Peter, un garçon qui a peur de tout mais qui ferai tout pour ses amis et aussi Nat qui mâche toujours son chewing-gum et qui fait du karaté. C’est une belle bande d’amis qui nous prouve à plusieurs reprises la solidité de l’amitié et leur courage.

On rentre dans une intrigue assez originale et drôle : en effet, un nouveau magasin se construit en ville. Il organise un concours pour permettre à des gens de faire leur plein de courses gratuitement. Seuls les quatre amis se rendent compte que les gagnants de ce concours disparaissent.

Un garçon qui ennuyait Mathieu disparait, c’est ce qui lui met la puce à l’oreille.

Les enfants prennent vite la décision de comprendre ce qui se passe et ne reculent devant rien pour comprendre, savoir et sauver les gens.

Voici un petit roman très sympathique. En effet, il y a de nombreuses péripéties qui logo-editions-Sarbacanem’ont beaucoup plu. Les personnages sont ultra détaillés ce qui nous permet de passer un très bon moment en compagnie de sa petite troupe. Je suis vraiment heureuse de pouvoir parler de ce livre jeunesse : il est rare que je m’amuse autant avec un roman pour enfants dans les mains. C’est vraiment très sympathique à lire et je suis certaine que certains et certaines d’entre vous peuvent vraiment se retrouver dans cette petite histoire très sympathique.

En tout cas moi, j’ai replongé dans les romans que j’adorais dans ma jeunesse. Cela m’a beaucoup fait penser aux « J’aime lire » en bien plus travaillé, en beaucoup plus détaillé. C’était vraiment excellent.

La plume de l’auteur est géniale. C’est un auteur que je ne connaissais pas mais je suis heureuse d’avoir rencontrée cette plume qui m’a beaucoup plu ! En effet, j’ai rapidement été transporté dans ce magasin où tout pour arriver.

J’ai beaucoup apprécié les valeurs et les notions que l’auteur injecte dans son roman. En effet, on parle de racket comme je l’ai dit précédemment mais aussi de l’absence des parents qui parfois mettent vraiment les enfants dans des situations difficiles, délicates. Le manque d’un parent qui travaille trop est terrible. La notion d’amitié et celle de courage sont très présentes dans ce roman aussi, j’ai trouvé que c’était vraiment un roman qui véhiculait de belles images et que ce n’est pas juste un roman pour rigoler. Ce n’est pas que cela, on y trouve un savant mélange qui nous permet de tenir jusqu’au bout sans s’ennuyer.

Ma note : 17/20

22

Les lettres volées – Silene Edgar

51zGXC8kwbL._SX195_Résumé : À l’époque des Précieuses en 1661, Mlle de Sévigné, fille de Madame et âgée de 16 ans, fait son entrée à la Cour. Françoise y vit nombre d’aventures – sans toutefois en parler à sa mère… notamment pour ce qui concerne l’enquête qu’elle mène afin de retrouver un papier compromettant qui prouverait l’existence d’une liaison entre sa mère et Fouquet. Serait-il le père secret de Mlle de Sévigné ?

Mon avis : Lorsque je suis allée à la médiathèque, secteur jeunesse, j’ai trouvé ce roman. J’étais heureuse, j’en ai tellement entendu parler que je n’ai pas pu faire autrement que de tenter l’expérience. J’ai aussi pris le roman 14-14 mais malheureusement, je n’ai pas trouvé le temps de le lire. Ayant plus de préférence et d’aisance avec le 17ème siècle, je me suis lancée dans cette aventure.

Pour ceux qui me suivent depuis un petit bout de temps, vous savez certainement que j’ai un faible pour cette période de l’histoire qui, je trouve, fait vraiment ressortir toute la grâce et l’excellence de notre cher pays avec le richissime château de Versailles et l’élégant et prodigieux roi qui l’accompagne : Louis XIV. En effet, je sais qu’il y a aussi une partie de la population en réelle souffrance mais j’ai toujours apprécié la manière dont cette période de l’histoire est traitée.

Ici, c’est un œil neuf, pour les plus jeunes qui s’adonne à la tâche de nous faire traverser les siècles pour rencontrer la jeune Mademoiselle de Sévigné.

J’ai dévoré ce roman. Je vous avoue que je me suis prise au jeu de la découverte, de l’enquête et de l’intrigue familiale qui sont décrites et racontées tout au long de cette histoire.

J’ai apprécié faire la connaissance de Mademoiselle de Sévigné. En effet, elle est jeune, pimpante et ne prend vraiment pas les gens de haut vu son statut. Au contraire, elle est férue de toutes les aventures que la vie lui offre. Elle a des amis paysans mais aussi servantes. Ils s’amusent à se déguiser, à prendre la place de l’autre.

Françoise fait son entrée à la Cour sous les yeux de sa mère, sévère et juste selon elle. J’ai trouvé l’intrigue assez rondement mené. On ne s’ennuie pas même si l’on devine quelque peu comment l’histoire va se terminer.

Françoise est sur la piste de son père. Elle part à la recherche d’un papier, d’une lettre compromettante mettant en scène une soit disant relation entre Fouquet et Madame de Sévigné. Le couple mère/fille De Sévigné est connu pour leurs lettres. Les échanges sont vraiment divertissants et plaisants à lire. J’ai donc trouvé cela très intéressant de mettre en avant une lettre compromettante.

Le personnage de Françoise est assez intéressant : elle n’a pas froid aux yeux, elle ne se laisse pas faire. Ce qui met, par moment, sa mère dans tous ses états. Elle se fait souvent punir pour ses affronts mais n’en sort pas moins déterminée à ne pas se laisser faire dans la vie. Elle est courageuse et à l’esprit de famille. Elle ne se laisse pas abattre par la peur et les mensonges qui séjournent à la Cour. Elle veut retrouver ce papier qui sauvera l’honneur de sa mère. C’est vraiment agréable d’avoir un jeune personnage qui dégage autant de belles valeurs !

La plume de l’auteure se prête très bien à ce roman. Elle est jeune, pleine de dynamisme et nous permet de passer un excellent moment en compagnie de tous ces personnages. Le seul bémol que je trouverai à ce roman c’est les stéréotypes que l’on peut trouver sur la Cour de Versailles mais franchement, je suis tatillonne : il se lit très facilement.

Je vous le conseille si vous voulez une belle histoire, courte et rapide. Pour les plus jeunes, il vous permettra d’appréhender le 17ème siècle d’une manière amusante et faisant la rencontre de ces personnages qui ont participés à la fondation de la France.

Ma note : 16/20

 

16

Colorado Train – Thibault Vermot

téléchargementLa poussière rouge. Les sombres Rocheuses. L’Amérique profonde, tout juste sortie de la Deuxième Guerre mondiale. C’est dans ce monde-là que grandissent Michael et ses copains : le gros Donnie, les inséparables Durham et George, Suzy la sauvage. Ensemble, ils partagent les jeux de l’enfance, les rêves, l’aventure des longs étés brûlants… Jusqu’au jour où un gosse de la ville disparaît. Avant d’être retrouvé, quelques jours plus tard… à moitié dévoré. Aussitôt, la bande décide d’enquêter. Mais dans l’ombre, le tueur – la chose? – les regarde s’agiter. Et bientôt, les prend en chasse…

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour ce service presse que j’ai bien aimé. En effet, j’ai trouvé le résumé assez tentant. La littérature jeunesse parvient souvent à me transporter surtout lorsqu’il s’agit d’une intrigue pareille : en effet, je trouve vraiment sympathique d’avoir une bande de jeunes qui mènent une enquête sans forcément se soucier des dangers qui les entourent.

Dans un premier temps, je remercie les Editions Sarbacane pour leur patience. En effet, j’ai préféré prendre du temps pour écrire ma chronique parce que je voulais vraiment laisser mon euphorie retomber. J’ai eu du mal à mettre des mots sur ce que j’ai pensé.

Ici, la chose la plus importante pour nos personnages principaux c’est l’amitié. C’est une notion qui va nous être répété tout au long de ce roman. C’est une notion que j’aime beaucoup parce que je pars du principe que les amis sont la famille que l’on choisit. Parfois c’est douloureux mais quand on grandit et qu’on vit des choses incroyables ensemble, cela crée des liens.

Avoir des enfants en personnages principaux est une bonne chose dans le sens où ce sont des personnages qui ne cachent pas ce qu’ils ressentent. Il y a de la naïveté, des craintes et des joies. On sent qu’il n’y a pas de faux semblants et c’est vraiment agréable.

On fait un bon en arrière, en effet, l’univers que l’auteur nous propose est assez captivant. Ce n’est pas un univers que l’on voit très souvent dans la littérature jeunesse mais c’est très intéressant et super sympathique. En effet, cela change et le changement est très appréciable !

Bon, il faut quand même préciser que ce roman ne s’adresse pas vraiment aux pluslogo-editions-Sarbacane jeunes parce qu’on y parle quand même de meurtres d’enfant et aussi de cannibalisme, il faut le souligner.

Cependant, je trouve que l’auteur a beaucoup de talent dans le sens où j’ai trouvé que le sujet est très bien amené et que l’intrigue est rondement travaillée. Je me suis vraiment perdue dans cet univers que j’ai beaucoup apprécié ! De plus, la plume et la fluidité du style de l’auteur apportent beaucoup à l’histoire. De cette manière, on est propulsé dans un univers incroyable qui nous tient en haleine jusqu’au bout du roman.

J’ai aussi pu remarquer que les éditions nous proposent un roman plus important en termes de pages que les autres.

Pour les plus vieux d’entre nous, l’intrigue correspond quelque peu à l’intrigue des Goonies… Allez ! Ne vous cachez pas, je sais que vous êtes de nombreux fans.

Pour clore cette chronique, je peux vous dire que l’on est dans un univers carrément génial ! Ici, l’auteur s’impose comme étant dans le sillon des plus grands écrivains policier/horreur. Je pense notamment à Stephen King ou même Camilla Lackberg. Ce que nous propose Thibault Vermot ici est digne d’intérêt et nous permet de passer un excellent moment en compagnie de ce roman.

Avec La Fourmi Rouge, Sarbacane signe ici deux petites pépites bien différentes les unes des autres mais toutes aussi savoureuses l’une que l’autre.

Ma note : Un bon 20/20 (si j’aurais pu mettre plus, je l’aurais fait !)