12

L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

bm_10227_aj_m_9218.jpgRésumé : Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s’il n’avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d’une sorcière brulée vive autrefois. Mais quelqu’un va attirer Nobody au-delà de l’enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l’éliminer depuis qu’il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux…

~ Lecture détente / lecture commune ~

Mon avis : Je remercie Kathleen de m’avoir permis de rentrer dans son antre… Ouais ! Non, c’est trop bizarre ! Merci à Wolkaiw et à son antre d’avoir fait cette lecture commune avec moi. En effet, je l’ai forcée à l’achat sur une brocante. « Prend le ! Je l’ai aussi on pourra faire une lecture commune ». Franchement, la couverture est sublime ! Je m’en serai voulu de ne pas l’avoir forcée 😀

~ Un petit gars pas comme les autres ~

La singularité du personnage principal est assez forte. Nobody est un petit garçon qui échappe de peu à un tueur venant d’une confrérie qui s’appelle « les Jack ».

Bon déjà, petit point, j’ai cherché pendant quelques minutes et relu le texte pour voir où on faisait mention d’un Jack Russell ! Mais non ! Il n’y a pas de chien ! C’est le nom du méchant ! Premier fou rire en dégustant des frites avec Kathleen lors de notre briefing.

Bref, reprenons notre présentation Nobody – Bod – est recueilli par des morts. En quelques secondes, un couple décide de prendre le nourrisson sous leurs ailes et lui permettre de fuir une mort imminente promise par Jack (peut être pouvons-nous penser à un lien avec Jack l’éventreur ? Possible mais, mis à part le goût du meurtre et le nom, on ne peut pas plus l’associer à l’éventreur qu’à Sparrow).

Bod grandit donc au sein d’un cimetière. Accompagnés de morts qui sillonnent les allées du cimetière une fois la nuit venue. Au fil des chapitres, on fait la rencontre de personnages qui vont, qui viennent ou qui restent le temps de la lecture. Ainsi, Bod va énormément apprendre avec ses professeurs-cadavres mais aussi au côté de Silas qui n’est, finalement, ni mort ni vivant.

Bod est un personnage que j’ai apprécié malgré quelques petites choses qui m’ont fait tiquer. En effet, il vit avec des personnages qui ont tous vécus à des époques différentes et qui ont eu des vies différentes. Ainsi, il pense, parle et réfléchis comme un adulte et non comme un enfant. Si, sur certains points, le jeune Nobody se montre naïf, d’un autre côté, il n’a pas l’innocence que l’on peut lier naturellement à un enfant. Certaines de ses réflexions m’ont parues un peu trop adultes pour être crédibles.

~ Une imagination débordante ~

On dédramatise énormément l’aspect nocturne. Le deuil, la morte, la perte sont vraiment vus d’un œil bienveillant qui permet aux adolescents de ne pas avoir une lecture trop lourde ni trop triste. C’est vraiment une belle idée.

On a de sacrées belles aventures qui sont très originales et qui sortent de l’ordinaire. En effet, Neil Gaiman nous propose de faire la rencontre de personnages sympathiques comme une sorcière sans pierre tombale, mais aussi d’un événement qui suspend le temps : une danse macabre, les premiers pas de Bod dans la vie des mortels. Bref, l’auteur a une imagination incroyable qui séduit les lecteurs très rapidement.

~ Structure du roman et livre objet ~

Dans un premier temps, il faut se l’avouer, cette couverture est magnifique. Je la trouve superbe (celle de Kathleen a des tâches suspectes derrière… Une sorte de marron qui, espérons-le, est la trace d’une tasse de café renversé…). L’intérieur est tout aussi beau, vraiment, il s’agit là d’un livre objet magnifique. Il y a de très jolies illustrations qui viennent ponctuer notre découverte du monde de Nobody.

Le roman se scinde en huit gros chapitres. A chaque chapitre, un épisode de la vie de Bod avec des personnages que l’on retrouve par parcimonie dans les autres chapitres. A chaque chapitre, une leçon d’apprise pour notre jeune Bod. Le roman est bourré de leçon de morales très intéressantes qui permettent à notre personnage principal de grandir, de réfléchir et de devenir la personne qu’il souhaite.

~ Relations et personnages secondaires ~

S’il y a bien un personnage que j’ai adoré rencontré, c’est Silas. Finalement, c’est un personnage très attachant malgré les distances qu’il essaye de mettre entre le lecteur et lui mais aussi entre lui et Bod. Il est là pour l’aider, mais il est en mission, ne pas s’attacher semble être quelque chose d’important pour lui. Cependant, on voit rapidement qu’il y a un lien étroit entre les deux hommes. Il devient, rapidement et finalement, plus une figure paternelle pour Bod que le père-cadavre qui l’a recueilli pour moi.

Silas est un personnage profond qui n’hésite pas à aider, secouer et essayer de comprendre Nobody pour l’aider à s’en sortir au mieux dans la vie.

« – Et alors ? Ce n’est jamais que la mort. C’est vrai, quoi, tous mes meilleurs amis sont morts.
– Oui. (Silas hésita). Ils le sont. Et ils en ont, pour la plupart, terminé avec le monde. Pas toi Tu es en vie, Bod. Cela veut dire que tu disposes d’un potentiel infini. Tu peux tout faire, tout fabriquer, tout rêver. Si u changes le monde, le monde changera. Le potentiel. Une fois que tu es mort, c’est terminé. Fini. Tu as fait ce que tu as fait, rêvé ton rêve, écrit ton nom. Tu peux être enterré ici, tu peux même te déplacer. Mais ce potentiel n’existe plus. »

~Dans l’entre deux ~

On sent bien que Nobody est coincé entre les morts et la vie. Entre sa famille et sa volonté de vouloir changer le monde. Rapidement, Nobody est en proie au doute et doit vivre des expériences pour prendre une décision : rester ou partir. La facilité ou l’aventure. Le regret ou la prise de risques. C’est une odyssée intéressante que nous propose ici l’auteur. C’est un voyage initiatique qui pousse un petit garçon à comprendre d’où il vient et qui il est. C’est vraiment un super roman pour les adolescents.

~ L’univers de Neil Gaiman ~

Ce roman me faisait de l’œil et il m’a beaucoup plu. Il y a beaucoup d’aspects que j’ai appréciés découvrir. Notamment cette capacité à rassembler un lectorat large grâce à une plume universelle et des thématiques qui parlent à tout le monde.

Je relirai cette plume sans hésitation.

Encore merci à Kathleen ♥ (PS: la prochaine lecture, on se fera une lecture de ton âge. Je dois avoir du 14/15 ans dans mes étagères :D)

3 raisons de lire ce roman :

  • Un personnage principal très intéressant.
  • Avoir un pied dans le fantastique et un autre dans la réalité
  • Le livre, la plume et les illustrations.

4

Publicités
11

Sortilèges – Denis Labbé

CVT_Sortileges_3973.jpgRésumé : Que faire lorsqu’on est une fille ordinaire et qu’on apprend qu’on est une sorcière ? À 11 ans, Lisa voit sa vie changer lorsqu’une chouette devient son professeur de magie. Le monde lui apparaît alors plus surprenant et plus inquiétant. En compagnie de ses amis, Ambre, Flora et Nathan, elle va explorer un univers nouveau et apprendre à se servir de ses pouvoirs. 8 magnifiques illustrations intérieures signées Krystal Camprubi !

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Séma éditions ainsi qu’Alicia pour l’envoi de ce roman. Ce service presse est vraiment très sympathique. En effet, j’ai fondu pour la couverture du roman.

Un univers jeunesse captivant

La crainte que j’ai toujours avec ce genre de romans dans la section « jeunesse » c’est le fait que cela colle trop à l’univers de Harry Potter. En effet, j’ai déjà lu des romans qui n’étaient qu’une pâle copie de cet univers que je chéris tant.

Denis Labbé m’a encore une fois prouvé que sa plume était magique. Il a su me transporter dans un monde que j’ai pris plaisir à découvrir.

Ce que j’ai trouvé agréable c’est le fait de contourner les obstacles : les comparaisons à Harry Potter sont faites de temps en temps. Ainsi, l’auteur souligne le fait qu’il sait que Harry Potter existe et que son monde n’est pas fait pour ressembler à ce qui a déjà été proposé. C’est très sympathique.

L’intrigue

J’ai trouvé l’histoire très plaisante. Ce premier tome sert à poser les bases d’une aventure qui semble être très sympathique à suivre. Roman jeunesse, il pourra plaire à de nombreux lecteurs qui ne seront pas forcément des jeunes lecteurs.

Là où j’aurais juste un petit bémol, c’est peut-être le « manque » d’originalité sur certainsSema-Logo-edition-WP points. La chouette, le chaudron, le médaillon ensorcelé… C’est du déjà-vu pour moi. Cela m’a un peu laissé de marbre. Cependant, si l’auteur utilise des symboles et des animaux que l’on a déjà vu, il sait aussi faire preuve de grande intelligence en réactualisant des symboles que l’on avait déjà rencontrés : l’épouvantail, la baguette magique…

Le roman reste un roman initiatique. En effet, on fait la rencontre de Lisa. Elle a 11 ans et vient de voir sa vie de petite fille normale prendre un virage de 180° en découvrant, grâce à sa chouette Alba qu’elle est une sorcière. Ainsi, elle apprend comment gérer sa nouvelle vie.

Notion importante dans ce genre de romans : les amis. Lisa en a quelque uns sur qui elle peut compter : Ambre, Flora et Nathan qui sont vraiment très sympathiques à découvrir. J’ai trouvé que Lisa avait vraiment un sacré tempérament qui permet de s’attacher à elle. Elle ne manque pas de courage, elle est loyale et ne rechigne pas devant les obstacles à franchir.

L’histoire est accompagnée d’illustrations. Je trouve que c’est un fabuleux accompagnement. Les illustrations sont magnifiques. Elle ajoute un côté merveilleux à l’histoire. Ainsi, Lisa se matérialise sous nos yeux. L’illustratrice a fait un travail remarquable qu’il faut souligner !

La plume de Denis Labbé

Je la connaissais déjà. J’ai pris un énorme plaisir à découvrir sa plume dans un autre genre que celui dans lequel je l’ai rencontré. Les mots sont justes, les descriptions sont vraiment très sympathiques et magiques. J’ai adoré la sagesse d’Alba, la loyauté de Lisa et la fraîcheur de ses amis.

Je ne peux que vous recommander de vous plonger dans cette aventure. J’ai rapidement lu ce premier tome qui semble présager de sacrées aventures pour Lisa. Je suis pressée d’avoir la suite entre les mains.

Les – :

  • Quelques symboles utilisés qui ont déjà été utilisés trop souvent à mon goût.

Les + :

  • Les personnages. J’ai adoré Lisa et Alba
  • La plume de Denis Labbé que j’ai pris plaisir à retrouver.
  • L’illustratrice et son travail incroyable.

4

10

Entre deux feux – Tome 1 : les chuchoteurs – Tiffany Schneuwly

2000_5cbf467839d3c.jpgRésumé : Eurielle mène une vie plus que confortable et a tout ce qu’il faut pour être heureuse… en apparence. Née dans une famille aisée, ses parents la laissent gérer son quotidien comme elle l’entend. L’univers d’Eurielle va cependant être complètement bouleversé par une improbable rencontre avec deux étranges personnages qu’elle seule semble voir. Qui sont-ils ? Que cherchent-ils ? En apprenant à mieux les connaître, Eurielle va découvrir qu’elle n’est pas la personne qu’elle croyait être…

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois les Editions Nouvelle Bibliothèque pour cette nouvelle découverte dans le secteur jeunesse.

Entre rêve et réalité

Ce roman est assez surprenant de prime à bord. Je vous avoue que je ne pensais pas retrouver cette thématique dans le secteur jeunesse. En effet, ici, on tombe dans un roman fantasy. En effet, on est en plein cœur d’une histoire d’ange.

On évolue dans deux mondes différents et qui semblent être aux antipodes. J’ai apprécié cela. C’est vraiment très sympathique d’avoir pu découvrir ce roman jeunesse qui soulève des thématiques intéressantes d’une manière agréable.

Eurielle

Le personnage principal est celui d’Eurielle une jeune fille assez singulière. Elevée dans la richesse d’une famille plus qu’aisée, elle se retrouve bien souvent seule. Ici, l’auteure parvient à illustrer à merveille l’adage « l’argent ne fait pas le bonheur ». Eurielle est bien souvent seule dans sa cage dorée. Eurielle rêve d’une autre vie. Eurielle est un personnage saisissant. Je ne pensais pas que j’aurais pu autant m’attacher à ce personnage. Son courage, sa force et son caractère ont eu raison de mon petit cœur.

L’intrigue

J’ai passé un moment de lecture agréable. En effet, on se retrouve dans des situationstéléchargement assez particulières. Eurielle va commencer à sentir que quelque chose ne va pas. Elle va rencontrer des êtres étranges qui vont lui faire changer la perception de ce qu’elle pense être la réalité et le monde. Des anges, des anges !!!!! J’avoue que je ne lis pas énormément de romans où l’on trouve ce genre de créatures : des vampires, des loups garous, je connais mais les anges, c’est plutôt rare. J’aime bien quand on me bouscule dans mes habitudes littéraires.

L’intrigue est assez intense, on ne s’ennuie pas du tout tant les péripéties s’enchaînent sans faille. La seule chose que je pourrais reprocher à ce roman c’est le fait que, par moments, c’est un peu trop rapide. Je n’ai pas eu le temps d’assimiler quelque chose qu’autre chose me tombe dessus. C’est vraiment le seul bémol que je pourrais trouver à ma lecture.

Je trouve que ce roman est parfait pour les plus jeunes. En effet, on a un sacré univers qui se dessine sous nos yeux. Je trouve que les décors et les personnages sont très sympathiques. J’ai apprécié le personnage d’Erwan ainsi que Nolann. Le roman avancé est onirique, on a envie d’y aller et de voir ce que l’on va y trouver.

Les thématiques traitées

Ici, j’ai trouvé que l’auteure avait vraiment fait un traitement assez intéressant des thématiques abordées. Déjà, Eurielle vit dans un contexte familial assez intense : c’est une jeune fille adoptée qui a perdu sa mère adoptive et qui se retrouve avec un père et une belle-mère qui ne partagent pas grand-chose avec elle. La vision d’Eurielle sur sa famille est intéressante. Dans notre monde actuel, il est important de montrer à l’enfant qu’une famille peut être différente d’un foyer à l’autre.

On trouve aussi les sujets comme l’amitié, l’amour, la solitude, la vie et la mort. J’ai apprécié le fait que l’auteure souligne le fait qu’il faut savoir s’accepter comme on est mais surtout savoir se dire « c’est la vie, c’est comme ça, je ne l’ai pas choisi mais je ne peux pas faire autrement ». L’auteure apprend ainsi au lecteur à avancer dans la lecture comme on peut avancer dans la vie.

C’est une très belle leçon que l’on tire de ce roman, une jolie manière de traiter de choses qui ne sont pas faciles à vivre ni à lire lorsque l’on est jeune.

La plume

Je trouve que ce premier tome est très bien formé. En effet, on sent bien que l’auteure en garde un peu sous la semelle pour la suite de son histoire, on laisse pas mal de choses en suspension mais j’ai bien envie de découvrir ce que l’auteure nous réserve. Le premier tome de la saga nous plante le décor et les psychologies des personnages. La plume est très intéressante. Je trouve qu’elle est très bien pour le genre dans lequel elle évolue : poétique, elle est aussi à la portée des jeunes. C’est très sympathique à découvrir !

Les – :

  • Une impression de rapidité par moments.

Les + :

  • Les personnages et surtout Eurielle
  • Les anges, ça faisait longtemps que je ne les avais pas rencontrés !
  • La plume de l’auteure
  • Les thématiques abordées.

4

14

Anima – Tome 1 : les enfants – Mary Sara

5143Tzq9PxL._SY346_Résumé : Au pays de Ryatil vit Evahny, une jeune fille dont la curiosité ne connaît aucune limite. Elle ne cesse de questionner sa mère Sorhia, reine de cette contrée, sur le monde qui l’entoure mais plus encore sur la fameuse Quête de la Moitié. De jour en jour, la petite fille ressent un vide qu’elle ne peut décrire et comprend bien que sa vie risque d’être chamboulée… Elle et son frère Sajyel découvrent en réalité qu’ils font partie de l’ultime Quête de l’Anima. Une tradition qui trouve ses origines au sein du peuple des Thuatyls et qui lie chaque existence à un Anima, la moitié d’une âme, son souffle, son essence même. De son côté, la reine s’interroge sur l’imminence de la Quête, étonnamment précoce pour ses enfants. Avec l’aide de son mage de bataille Thanius, elle doit les préparer aux dangers de la Quête… Accompagnés de Lekhal, un Élu déchu, Evahny et Sajyel devront accomplir leur destin et rétablir l’équilibre d’un monde sous le joug d’une malédiction vieille de vingt ans…

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois le Prix des Auteurs Inconnus pour le travail remarquable qu’il fait mais aussi pour l’envoi de ce roman qui signe ma quatrième participation pour les sélections dans la catégorie « Young Adult ». Souvent boudée dans la littérature, cette catégorie offre son lot de surprises pour moi ! Je ne vous le cache pas : Anima était LE roman qui me faisait le plus envie dans cette sélection.

Une imagination débordante & une plume magnifique

La première chose qui m’a frappée dans cette histoire, c’est la facilité que l’auteure a à nous embarquer dans son monde monté de toutes pièces. Franchement, je suis admirative et je jalouse l’imagination de Mary Sara. De plus, ce monde est sublimé par de magnifiques descriptions. Ce monde nous donne envie de le connaitre, d’en savoir plus, d’y vivre. Les mots de l’auteure sont précis, beaux et assez poétiques.

La seule chose que j’ai à reprocher à ce premier tome ce sont les coquilles et quelques longueurs.

Une quête

J’avoue que j’en ai un peu marre en ce moment de ces histoires de quête, j’ai l’impression41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n de ne lire que cela en ce moment. C’est pour ça que j’ai pris mon temps pour le lire, j’ai fait une pause pour ne pas faire une indigestion. Ici, l’auteure parvient à gérer à merveille cette histoire de quête. Celle que les élus doivent faire. La quête est assez sympathique en soi : les personnages partent à la recherche de leur moitié : un animal ordinaire ou légendaire. Bravo pour cette riche idée !

La quête en soi fait peur. En effet, les personnes sont mises à l’épreuve. En danger, elles doivent évoluer dans des contrées lointaines et sauvages pour trouver leurs moitiés.

J’ai apprécié l’histoire, la légende et la mythologie qui tournent autour de l’histoire. Cela tient tout au long du roman. Le lecteur est sur une sorte de nuage mythique qui se balader sur toute la trame de l’histoire.

Les personnages

Une chose est certaine c’est que l’auteure prend le temps de nous présenter ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, on fait connaissance avec tout le monde. Ainsi, on se prend au jeu d’en aimer certains et d’en détester d’autres. J’ai trouvé que c’était un premier tome introductif assez nécessaire pour bien placer l’histoire. Les personnages sont vraiment très intéressants et sont un point fort dans ce premier tome.

On a deux personnages principaux que j’ai apprécié suivre : Evahny et Sajyel. Voilà deux personnages que j’ai beaucoup aimé. Si Evahny est une jeune fille curieuse et qui ne sait pas tenir en place, son frère Sajyel est assez calme et réfléchi. Tous les deux sont des enfants très courageux et attachants.

Les – :

  • Quelques coquilles et longueurs.

Les + :

  • Les personnages dans la totalité ! Je les ai tous trouvés captivants et très intéressants.
  • Le monde construit par l’auteure qui est à couper le souffle.
  • Les descriptions qui vendent du rêve aux lecteurs.
  • La plume de Mary Sara que je conseille chaudement.

4

10

Le petit Nicolas fait la fête / Le petit Nicolas Cahier de dessins animés – Sempé/Goscinny & Editions animées

Résumé du cahier de dessins animés
A l’occasion des 60 ans du Petit Nicolas, Éditions Animées a créé un Cahier de Dessin Animé autour de deux histoires intemporelles du Petit Nicolas, à l’école et avec ses amis. Aux côtés des textes originaux de Goscinny, les dessins de Sempé, une fois coloriés, s’animent pour créer un film dont l’enfant est le réalisateur. Le Football : Alceste a un ballon tout neuf. Les copains se retrouvent sur le terrain vague pour un match. Qui sera capitaine, arbitre, goal ou avant-centre ? Tous courent et se battent, c’est formidable. Mais Alceste crie de tout arrêter : le ballon est resté à la maison. Le Bouillon : La maîtresse est absente, le Bouillon surveille les élèves. Le Bouillon, c’est le surveillant. On l’appelle comme ça car il dit « regardez- moi bien dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux… Mais lorsqu’il quitte la salle de classe, rien ne se passe comme prévu.
Résumé du petit Nicolas fait la fête
Pour fêter en beauté ses soixante ans, Le Petit Nicolas vous invite à son anniversaire. Pour la première fois, une sélection des aventures du Petit Nicolas sont publiées dans une édition collector. Voici les dix plus belles histoires autour d’un thème unique et joyeux, la fête. Ce recueil comprend les histoires : Les cow-boys, Marie-Edwige, Le cirque, Le repas de famille, L’anniversaire de Clotaire, L’anniversaire de papa, Maixent, le magicien, La distribution des prix, Le mariage de Martine, La fête foraine. Grand format, reliure cartonnée, et abondantes dorures inscrivent ce chef d’œuvre parmi les grands classiques de la littérature jeunesse. Peut-on rêver plus jolie surprise pour fêter le soixantième anniversaire de la création du Petit Nicolas ?

Mon avis : Je remercie Gilles Paris ainsi que les maisons d’éditions pour l’envoi de ces deux ouvrages que j’ai pris énormément de plaisir à découvrir. Etant une lectrice qui a commencé sa vie livresque avec Nicolas, Agnan, Alceste, Joachim, Maixent et tous les autres… Je ne pouvais pas ne pas les demander. Je remercie donc tout le monde pour ces précieux cadeaux que je garderai pour mes enfants futurs, c’est certain !

Un bond dans la jeunesse

Je vais essayer de traiter les deux ouvrages en parallèle. J’ai énormément apprécié la modernité que l’on a apportée aux histoires du petit Nicolas. J’ai trouvé très sympathique de pouvoir colorier les dessins, les prendre en photo et de pouvoir les animer avec l’application BlinkBook. Je trouve ça hyper intéressant : on est à la croisée des chemins entre l’ancien (il faut dire que le petit Nicolas a quand même 60 ans et qu’il n’a pas pris une seule ride) et la modernité avec le fait que l’on puisse, avec les bons outils, apprécier une animation faite soit même !

Les histoires.

Voilà ma petite déception… Je m’attendais à avoir quelques petites nouveautés. Peut-être une histoire dénichée dans un tiroir qui n’avait pas été publiée. J’ai pu relire les aventures du petit Nicolas mais je n’ai pas pu faire de découverte. Cependant, le plaisir est toujours présent. Mon père a mis son nez dans quelques pages, mon petit frère aussi. C’est vraiment deux ouvrages fait pour les plus jeunes comme les plus vieux. Certains découvrent, d’autres se remémorent mais le plaisir est là dans les deux cas. Dans les deux ouvrages, on nous a fait une sélection des histoires les plus célèbres que l’on connait.

Les livres objets

Qu’est-ce qu’ils sont beaux ! Ce sont des livres objets très sympathiques à découvrir. On ajoute à cela des illustrations que l’on connait bien mais que l’on retrouve avec plaisir (je pense que ce mot va revenir souvent dans ma chronique). Le papier est très sympathique, agréable sous les doigts. Les couvertures des deux livres sont très belles aussi. Les romans sont agréables à manipuler. Je n’ai pas osé les mettre dans mon sac de peur de les abîmer.

Vous l’aurez donc compris, chers lecteurs, le petit Nicolas est une valeur sure que l’on doit retrouver dans les bibliothèques des plus jeunes ! C’est à lire et à relire. Quel plaisir ! Beaucoup de souvenirs sont remontés à mon esprit, j’ai adoré ! Bravo pour cette belle idée. J’ai trouvé la modernité de l’animation très intelligente et intéressante.

Les – :

  • Pas de nouveautés, pourtant, cela m’aurait beaucoup plu.

Les + :

  • Les deux ouvrages sont très beaux et intelligemment construits.
  • Les illustrations et les histoires toujours aussi plaisantes !
  • De la lecture pour les plus grands et les plus petits.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Un jardin au creux des mains – Michel Cordeboeuf et Hélène Valentin

xcover-2972.jpgRésumé : Combien de trésors, de couleurs et de saveurs se cachent dans les jardins ? Le plus petit jardin est une terre infinie d’aventures et d’imaginaire. Il suffit de pousser la grille pour se laisser inviter dans le plus merveilleux des décors d’histoires où se dissimulent parfois de bien gentils coquins.

Mon avis : « Pauline, tu vas adorer ! » Marie-Hélène, si tu savais à quel point tu avais raison. En ce jour de printemps mais surtout en ce jour destiné aux enfants, laissez-moi vous présenter le roman jeunesse illustré élaboré par Michel Cordeboeuf et Hélène Valentin. Si j’ai déjà rencontré la plume de Michel Cordeboeuf, les illustrations d’Hélène Valentin m’étaient inconnues.

Un plongeon dans l’enfance

Je suis charmée, tout simplement parce que je me suis retrouvée dans ce livre pour enfants. Mes grands-parents habitaient la campagne, j’ai passé énormément de vacances chez papi et mamie ! Les souvenirs dans le jardin, j’en ai énormément. Les souvenirs avec papi dans le potager, j’en ai à foison. Mamie et ses fleurs, une grande histoire d’amour ! Quel ouvrage, j’en ai le cœur rempli de bonheur.

On suit les aventures d’un petit garçon qui vit chez ses grands-parents au rythme des saisons. Ainsi, on voit l’évolution et les changements du jardin au fil des saisons. C’est un hymne aux souvenirs, à la campagne et à la nature !

Un jardin qui nous rappelle la magie de la vie

Grand-mère et grand-père sont deux personnages très sympathiques à découvrir. Ce sont des grands-parents formidables. J’ai apprécié le fait qu’il n’y ait pas de noms, tout le monde peut s’identifier. C’est une très belle idée. Les enfants pourront laisser aller leurs imaginations et leurs souvenirs. C’est le plus important pour moi dans cette histoire. Les enfants devraient avoir plus de romans illustrés comme celui-ci dans les mains.

Finalement, même si le jardin a une place très importante dans ce livre, il ne faut pas oublier qu’il n’est pas la chose la plus importante dans cette histoire. En effet, le plus important c’est la création des souvenirs, les bons moments passés en compagnie des grands-parents. Si tout le monde pouvait avoir les souvenirs que j’ai avec les miens, le monde se porterait bien mieux.

Le jardin est l’image de la vie qui passe : les fleurs, les insectes, les animaux, les fruits et les légumes sont les traces de ce temps qui passe, qui s’effrite… C’est très intense comme image. Ce sentiment ne nous quitte pas. Suivre le jardin au fil des saisons est une très belle idée.

Les illustrations d’Hélène Valentin

Là où c’est encore plus intense pour moi, c’est dans les illustrations… Quel travail ! Je ne suis pas fan de lire sur l’ordinateur mais ici, je l’ai fait. J’ai profité des dessins, des détails, des couleurs. Purée, j’ai adoré ! C’est vraiment excellent. Ce sont des illustrations que j’ai apprécié parce qu’elles me rappellent les livres que je lisais étant enfant. Oui, la nostalgie et les souvenirs ne m’ont pas quittée un instant durant ma lecture !

La plume de Michel Cordeboeuf

On ressent encore une fois toute la douceur et la poésie du genre « jeunesse ». Délicatement, l’auteur parvient à installer le lecteur confortablement dans sa lecture, on se retrouve sur un petit nuage. On a un mélange de prose, de poésie, de rythmes et de rimes… Bref, on est bercé par une jolie plume et une histoire pleine de sensibilité et de jolis messages.

Les – :

  • Rien, mon cœur de lectrice est comblé. Merci

Les + :

  • Les personnages : un petit fils et ses grands-parents. Un bonheur !
  • Les illustrations qui sont magnifiques. Je fonds littéralement, bravo !
  • Les messages véhiculés : l’importance des souvenirs.
  • Le jardin qui marque le temps qui passe et la vie.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Les aventures d’Edgar Nelson de Franck Driancourt

xcover-2741.jpgRésumé : En vacances chez ses grands-parents, loin de ses amis, de sa console et de ses habitudes, Edgar va découvrir malgré lui, un monde fantastique. Un monde qui le transportera de l’autre côté de l’Atlantique, dans le Mississippi, au milieu du dix-neuvième siècle. Il y fera la connaissance de Tom Sawyer, Huckleberry Finn, Becky et… retrouvera oncle Christophe. Au cœur d’une machination diabolique, il tentera l’impossible pour arracher son oncle des griffes de la mort.

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions Nouvelle Bibliothèque. Souvenez-vous, il y a quelques temps, je vous criai ma joie de faire partie des partenaires de cette maison d’édition du côté adulte mais aussi du côté jeunesse. Voici ma première expérience jeunesse pour les éditions Nouvelle Bibliothèque.

Une intrigue très bien maîtrisée.

Voilà une première lecture très sympathique ! On a une belle intrigue qui se dessine devant nous. En effet, j’ai trouvé que les notions abordées étaient sérieuses mais traitées avec un regard assez doux et une certaine innocence.

On fait la rencontre d’Edgar Nelson, un jeune garçon qui m’a énormément plu dès le départ. C’est un jeune homme qui est coincé pour ses vacances chez ses grands-parents au beau milieu de nulle part.

Ed est un jeune homme qui a la tête sur les épaules. Il a vécu des situations assez dures pour son jeune âge mais la pire reste la perte de son oncle Christophe. Il aime ses grands-parents, cela ne fait aucun doute. Cependant, depuis la mort de son oncle, c’est compliqué pour lui de revenir et de vivre dans les souvenirs de son oncle. Cet oncle qu’il aimait tant, qui le comprenait et qui répondait à ses questions. La perte est énorme pour lui mais aussi pour ses grands-parents.

Parallèlement à cette intrigue implantée dans le réel, on a aussi une partie fantastique dans cette histoire qui est assez intéressante. Ed tombe dans une histoire incroyable : celle de Tom Sawyer. Il va rapidement faire la connaissance de Tom, Huckleberry Finn et Becky et vivre une aventure délirante. Il retrouvera son oncle Christophe dans cette histoire. Pour le jeune homme, revoir son oncle est une formidable surprise. Une enquête est menée par les jeunes pour sortir Oncle Chris d’un sacré pétrin. J’ai trouvé que cela était une bonne idée pour les plus jeunes. En effet, rien de mieux pour commencer les romans policiers!

Des notions universelles qui rassemblent les lecteurs.

Petits et grands sont touchés par les notions soulevées dans ce roman. En effet, les notions de deuil, d’amour, de famille et d’espoir sont présentes. A travers le personnage d’Edgar, on voit comment l’enfant peut se sentir démuni face à des problèmes d’adulte et la manière de faire son deuil. Il voit que les choses ont changés, que son oncle lui manque, que sa mamie a mal. Je pense m’être beaucoup attaché à ce petit garçon parce que j’ai vécu la perte de ma tante et j’ai vu ma grand-mère souffrir le martyr de l’absence de sa fille. Je ne pouvais que comprendre.

La littérature classique remise au goût du jour.

J’ai apprécié retrouver la littérature classique dans un roman jeunesse. En effet, Tom Sawyer est une vieille aventure que l’auteur dépoussière avec brio ! J’ai juste eu envie de relire ce roman une fois que j’avais terminé le roman de Franck Driancourt. J’espère que les plus jeunes auront la même envie que moi.

La plume de Franck Driancourt.

En plus de découvrir un nouveau roman, j’ai découvert une nouvelle plume qui est très sympathique. L’auteur véhicule des notions intéressantes que les jeunes comme les adultes peuvent apprécier dans la lecture. La plume est abordable, elle est facile d’accès. C’est très bien. Le roman regorge d’humour.

Les – :

  • J’aurais apprécié plus de moments entre Ed et ses grands-parents.

Les + :

  • Les notions véhiculées dans le roman.
  • La plume de l’auteur.
  • Le fait de donner envie de relire des classiques de la littérature.
  • Un roman qui peut plaire aux petits comme aux grands.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie