24

L’héritage de tous les dangers – Aline Ledoux

book-2794.jpgRésumé : Élise est une jeune adolescente de quinze ans vivant à Paris depuis toujours. Elle adore sa vie, ses amies, son quartier et ne les quitterait pour rien au monde. Mais à la mort de son grand-père, ancien archéologue, elle se voit forcée de rejoindre la demeure familiale pour vivre auprès de sa grand-mère, désormais veuve. Une fois dans la maison bourgeoise, elle se retrouve face à un étrange legs, un écrin d’argent révélant une lettre rédigée avant sa mort, la mettant au défi de poursuivre ses travaux. Aux côtés d’Édouard, son nouveau voisin, elle devra faire preuve de curiosité, de perspicacité et d’ingéniosité pour résoudre les nombreuses énigmes et protéger l’héritage d’une société secrète convoitant les recherches de l’ancien professeur.

Mon avis : Je remercie chaudement Aline Ledoux qui m’a permis de lire son roman via la plateforme simplement.pro. En effet, je vous avoue que le résumé et la couverture ont suscités mon attention très rapidement, je n’ai pas vraiment réfléchi et j’ai fait une demande de partenariat. J’ai vraiment bien fait, je ne regrette pas mon choix.

Ce roman est un beau mélange d’aventure et de fantastique. J’ai beaucoup apprécié la toile des contes et légendes qui nous dépeint l’auteure. On fait un voyage en Normandie dans l’espace mais aussi dans le temps. J’ai adoré ce côté du roman.

On fait la rencontre d’Élise, une jeune demoiselle de 15 ans. C’est le personnage principal et je vous avoue que malgré son jeune âge, je me suis beaucoup attachée à elle. Elle est courageuse et très intelligente. Elle apporte beaucoup de force au premier roman d’Aline Ledoux. Élise ne manque pas d’idées pour résoudre les énigmes. Elle montre aussi un côté têtu : j’ai adoré cela dans le sens où on voit qu’elle n’abandonne pas. Quoi qu’il arrive, elle parviendra à ses fins. C’est donc un personnage avec énormément de qualités qui me plaisent qui se dessinent sous nos yeux. Si Élise est là, Édouard n’est pas loin. En effet, ce jeune homme assez maladroit devient rapidement un ami d’Élise et ensemble, ils vont vivre de sacrées aventures. Un autre personnage viendra les aider dans leur quête.

On part sur les traces de l’héritage laissé par son grand-père, décédé d’une crise cardiaque foudroyante. Élise doit tout quitter pour aller vivre chez sa grand-mère pour ne pas qu’elle soit seule. Elle quitte la capitale, sa vie, belle et agréable, pour s’enfoncer dans la campagne. Le rêve total pour une jeune adolescente en quête de son identité autrement dit ! La relation entre Elise et son grand-père est très touchante. En effet, ils étaient très attachés l’un à l’autre. Elle vouait un véritable culte à son papi. C’est une petite fille pleine de sensibilité et de douceur que l’on rencontre ici. Cela apporte un peu de douceur à ce roman jeunesse. Le leg que lui fait son grand-père est une belle chose finalement, elle marche dans les pas de cet homme qu’elle aimera toute sa vie.

L’intrigue est assez simple mais très efficace, on part à la chasse aux trésors avec notre duo d’amis improbable mais tellement sympathique à découvrir. C’est un roman que l’on peut qualifier de « jeunesse » (je pense qu’il s’adresse aux adolescents mais aussi aux adultes, sans aucun souci !) La plume d’Aline Ledoux est additive, en effet, une fois les premiers chapitres lus, on est dans une spirale : c’est donc ainsi que l’on se retrouve avec un roman que l’on dévore (Je pense qu’Élise m’a filé sa passion pour la faim permanente même si ici, ce sont les mots et les phrases que j’ai mangés.) très rapidement. Une fois le nez dans ce roman, on ne peut pas vraiment s’en séparer.

Les – :

  • Des passages un peu trop jeunesse pour que ce soit un coup de cœur.

Les + :

  • Une plume simple et efficace à l’image de l’intrigue.
  • Un beau et bon personnage principal.
  • Une relation grand-père/petite fille qui se poursuit même après la mort de ce dernier.
  • Un leg original.
  • Un véritable page turner jeunesse.
  • Une toile de fond sur les contes et légendes normands à souligner!

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
15

Coco Chanel – Isabel Sanchez Vegara & Ana Albero // Marie Curie – Isabel Sanchez Vegara & Frau Isa

Résumé : Une ravissante collection de documentaires pour découvrir les femmes qui n’étaient pas destinées à entrer dans l’Histoire mais qui ont accompli des choses extraordinaires en écoutant leur coeur et en suivant leur rêve d’enfant. Qu’elles aient été artistes, scientifiques ou bien aventurières, toutes étaient des petites filles rêveuses avant de devenir les grandes femmes courageuses et inspirantes que l’on connaît.

Découvre ici comment la petite Gabrielle est devenue la grande styliste Coco Chanel, ou comment son rêve de petite fille s’est transformé en destin exceptionnel!

Découvre ici comment la petite Marie est devenue une grande scientifique, ou comment un rêve de petite fille s’est transformé en destin unique!

Les points forts :

  • Un sujet très tendance 
    • Des documentaires courts, accessibles aux plus petits (dès 5 ans) 
    • Des textes écrits en rimes • Une collection traduite en 15 langues et qui rencontre un grand succès avec plus de 100 000 exemplaires vendus, notamment au Canada, en Angleterre, au Japon, en Italie et aux Pays-Bas 
    • Plus de 20 titres existants ou en cours de développement, dont Anne Frank, Mère Teresa, Agatha Christie, Simone de Beauvoir, Rosa Parks, Frida Kahlo… 
    • Un graphisme élégant qui plaira aussi bien aux enfants qu’aux parents.

Mon avis : Je remercie les éditions Kimane ainsi que Gilles Paris et son équipe pour l’envoi de ces deux premiers tomes qui s’adressent principalement à la jeunesse. En effet, à travers ces deux beaux livres, on suit l’histoire (un peu édulcoré mais très belle) de Marie Curie et de Coco Chanel.

Malgré le fait que ce soit deux personnes très différentes, qu’elles n’ont pas évoluées à la même époque et qu’elles sont célèbres dans des domaines bien différents (chimie, science d’un côté et couture, mode de l’autre), on parvient à leur trouver un point commun : cet entêtement à vivre leur rêve jusqu’au bout et à devenir des femmes célèbres pour leur force et leur courage       .

Elles sont souvent moquées par les hommes de leur époque qui se refusent de voir qu’elles ont du talent parce qu’elles sont des femmes. Même les adultes se moquent d’elles étant petites parce qu’elles ont des rêve plein la tête.

Ce qu’il faut retenir de ces deux petits ouvrages ce sont la qualité des illustrations simples mais très belles. J’aime beaucoup les couleurs utilisées, elles apportent beaucoup à ces ouvrages. Le message véhiculé est aussi très beau : il ne faut pas renoncer à ses rêves, y croire coute que coute, c’est ce qui permettra de ne pas se faire oublier de si tôt !

J’ai apprécié la notion d’égalité des sexes qui se dégagent plus ou moins de ces deux ouvrages. En effet, elles restent soutenues par leurs familles et amis, c’est bien. Des hommes ont crus en elles en oubliant cette fâcheuse barrière des sexes et de la soi disant faiblesse d’esprit.

Les – :

  • Ouvrages qui s’adressent aux plus jeunes, les grands, ne vous attendez pas à une mine de richesses informatives.

Les + :

  • De superbes illustrations.
  • Des beaux messages véhiculés.
  • Une belle idée de base, j’ai hâte d’avoir les prochains tomes dans les mains.
  • Une belle opportunité pour les enfants de connaitre les grandes femmes qui ont fait l’histoire.
  • Une disparité dans les genres et domaines.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

16

Elisabeth, princesse à Versailles – Annie Jay  (tomes 1 et 2)

téléchargementRésumé : Un peu sauvage et rebelle, la princesse Élisabeth, petite soeur du roi Louis XVI, se sent seule au château de Versailles. Heureusement, elle va devenir inséparable d’Angélique, la fille de sa nouvelle gouvernante. Ensemble, elles devront résoudre une grande énigme : retrouver La Dame à la rose, un précieux tableau qui a disparu depuis plus de trente ans. Pour mener leur enquête, elles pourront compter sur l’aide de Théo, le jeune page.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Pauline et l’équipe d’Audiolib pour l’envoi de ce service presse.

Vous le savez (ou pas, je ne sais plus si j’en ai déjà parlé par ici) mais je suis une grande fan de tout ce qui touche à Versailles. Plus particulièrement à la période de Louis XIV que je trouve fascinant. Tout cela, c’est à cause de ma professeur de français en 4ème qui m’a fait découvrir Annie Jay via le roman Complot à Versailles que j’ai beaucoup apprécié.

Il est donc normal, lorsque j’ai vu que deux tomes d’une saga d’Annie Jay était publiée, j’ai sauté sur l’occasion et j’étais très heureuse de le retrouver dans ma Boite aux Lettres !

Ce que j’apprécié beaucoup, c’est la vulgarisation de l’histoire (qui peut être compliquée pour les plus jeunes) et la manière dont Annie Jay rend les choses intéressantes.

On fait la rencontre d’Elisabeth (on l’avait déjà rencontré dans le roman d’Anne de Broca l’année dernière sur le blog) la sœur de Louis XVI. Ici, ils sont encore jeunes. Louis XV est encore vivant même s’il est en fin de vie.

Elisabeth est une petite fille rebelle, qui ne veut ni apprendre, ni obéir. C’est une petite fille qui souffre de la solitude que lui inflige son rang de princesse. Elle se retrouve avec une gouvernante qui ne l’aime pas, qui ne l’aide pas et qui veut faire d’elle une « princesse à l’étiquette irréprochable ». Elisabeth se rebelle et refuse.

Tout change lorsqu’une « sous gouvernante » vient en aide à Elisabeth. Ainsi, à ses côtés Elisabeth apprend les mathématiques, le français mais aussi l’italien et à devenir une princesse simple, intelligente, qui a le cœur sur la main.

J’ai beaucoup apprécié l’évolution de la jeune Elisabeth qui, confronté au « vrai » monde, en dehors de Versailles, voit la misère et l’injustice du monde. C’est vraiment un côté du roman que j’ai beaucoup aimé. Elle se rend compte que des enfants ont envie d’apprendre mais qu’ils n’ont pas les moyens de le faire. Ainsi, elle se remet en question et veut aider les plus pauvres.

Dans ces deux tomes, accompagnée de ses trois amis qu’elle va se faire durant ces premiers romans, elle va essayer de percer le mystère qui permettrai à son ami palefrenier de récupérer l’argent de sa famille mais aussi de pouvoir être juste.

Je vous présente donc deux romans pleins de belles notions que les plus jeunes apprécieront mais aussi les plus vieux ! On y parle d’amitié, de famille, de réussite sociale, de travail. C’est vraiment une très belle découverte ! J’ai envie de savoir la suite. Ainsi, on suit un pan de l’histoire d’une manière colorée et pleine de vie grâce au personnage d’Elisabeth mais aussi grâce à la plume d’Annie Jay.

Je fus très heureuse de retrouver cette plume qui m’avait manqué ! J’ai une envie subite de relire Complot à Versailles et à la poursuite d’Olympe.

Les + :

  • La vulgarisation de l’histoire
  • Les personnages que j’ai beaucoup apprécié
  • De belles notions véhiculées.
  • Une petite enquête policière pour le plaisir des enfants!

Les – :

  • J’aurais aimé en avoir un peu plus à me mettre dans les oreilles. Vivement la suite !

Ma note 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Aurielle et les super héros de la littérature – Cindy Duhamel

41Uz7CbHMQL._SX195_.jpgRésumé : Jeune collégienne auparavant brillante, Aurielle souffre désormais depuis quelques mois de n’être plus que la dernière de la classe, raillée par les autres. Un jour, la docile Aurielle se lance dans une aventure inimaginable : elle s’enfuit de l’école, et après avoir causé un accident de la route, dont elle pense être sortie indemne, n’ose plus retourner chez elle. Sa vie bascule alors dans un univers parallèle. N’avez-vous jamais rêver de rencontrer Molière, de converser avec Jean de La Fontaine au détour d’une rue ou bien d’être capable de tenir avec ces héros de la littérature des conversations cocasses ? C’est ce qui va arriver à Aurielle, qui, dans une période compliquée de sa vie où elle peine à faire le deuil de sa maman, va pouvoir côtoyer ces maîtres de la littérature, véritables adjuvants pour sa survie. Mais alors seront-ils aussi bons en littérature que guides? Seront-ils à la hauteur pour permettre à notre adolescente en perdition de retrouver le chemin de sa vie ? Dans ce récit hors-norme, vous serez amenés à espérer qu’elle ne quitte plus ce monde qui est désormais sa prison tout comme vous souhaiterez qu’elle trouve enfin la paix. Une fête de sensations et un vrai bouillon de culture seront au rendez-vous de cette lecture.

Mon avis : Je remercie Cindy pour l’envoi de son roman. Je suis très heureuse d’avoir pu faire sa connaissance. En effet, par moment, on reçoit des mails tout fait, qui sentent le copié coller à plein nez, je n’ai rien contre ça mais il est tellement plus agréable de lire un mail où l’on voit que la personne a pris le temps de nous connaitre et de lire avec intérêt ce qui fait notre univers. Cindy Duhamel fait partie de ces personnes qui prennent ce temps et je l’en remercie. Ainsi, nous avons découvert une passion commune pour la lecture mais aussi pour les Princesses Disney et ça, ça n’a pas de prix alors merci Cindy !

J’ai pu lire les aventures d’Aurielle. Une jeune demoiselle un peu perdue. Elle était très bonne élève mais ces derniers temps, elle ne parvient plus à reprendre le dessus. Elle a des soucis (que tous les jeunes peuvent avoir). La mort de sa mère l’a beaucoup affectée et la relation qu’elle entretient avec son père, par moment, est difficile. J’ai beaucoup apprécié ma lecture rien que pour la psychologie fine de ce personnage.

Dans tout ce tourbillon d’évènements, d’émotions diverses, Aurielle fait de drôles de rencontres : en effet, le roman est jalonné de rencontre avec Racine, La Fontaine, Molière et bien plus encore, chacun lui apporte une sorte de réponse à des questions qu’elle se pose. C’est beau, c’est original et j’aime beaucoup le fait que le côté classique des auteurs se mélange rapidement au côté moderne de l’œuvre et d’autres auteurs comme Agnès Martin.

J’ai beaucoup apprécié le côté ludique et surtout initiatique de ce roman. Il est fait pour les enfants, en effet, les sujets abordés comme le décrochage scolaire, les sentiments qui fusent dans tous les sens, la mort, sont des notions qui sont difficiles d’aborder dans une lecture pour les plus jeunes. Ici, on se sent bien, les sujets passent très bien et c’est excellent.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture aux plus jeunes comme aux plus vieux. J’ai trouvé cette lecture belle et enrichissante.

Cependant, même si j’ai apprécié ma lecture, que je l’ai lu rapidement, j’ai trouvé par moment que le personnage d’Aurielle était particulier : à un moment elle utilise un vocabulaire d’adulte et par moment, elle utilise du vocabulaire d’enfant. J’ai trouvé ce côté désarçonnant. Etait-ce un moyen de nous montrer qu’Aurielle grandissait et que son costume d’enfant était trop étroit pour elle ?

Les + :

  • Une intrigue originale avev la convocation des auteurs de la littéraire (que j’aime beaucoup d’ailleurs).
  • Une plume qui est très intelligente et qui parvient à soulever des sujets très compliqués pour une lecture jeunesse.
  • Un personnage principal fort

Les – :

  • Des petites incohérences au niveau du vocabulaire qui m’ont un peu désarçonnées.

Ma note : 18/20

24

Le monde de Lucrèce Tome 1 – Anne Goscinny – Catel

61uKkyy9REL._SX195_.jpgRésumé : Cette année, Lucrèce fait sa grande rentrée en 6e. Pas facile quand on a une mère archi débordée, un beau-père qui vous pique vos devoirs de maths, un demi-frère geek, un père artiste très abstrait et une grand-mère qui se prend pour une star de cinéma… Par bonheur, il y a Aline, Coline et Pauline : entre Lucrèce et les Lines, c’est amies pour la vie !

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Gilles Paris, Jules ainsi que les éditions Gallimard Junior pour l’envoi de ce service presse.

J’ai eu la chance de lire le premier tome des aventures de Lucrèce à travers « Le monde de Lucrèce » d’Anne Goscinny. J’ai passé un beau moment avec cette lecture jeunesse.

Lucrèce est une jeune fille qui vient de rentrer en 6ème. Dans ce premier tome, on suit son aventure dans ses premiers pas au collège. On a des petits chapitres dans ce roman pour relater des épisodes de sa vie, ainsi elle nous parle de Madonna sa tortue, de sa famille un peu cinglée sur les bords mais tellement adorable, des élections des délégués mais de bien d’autres sujets encore.

Lucrèce est un personnage qui apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire. C’est une petite fille toute mignonne et assez naïve. On adore ce côté naïf qui est très mignon. Dans ses remarques, ses réflexions sur la vie quotidienne qu’elle vit, c’est vraiment un personnage beau parce qu’il est naturel.

Les autres personnages qui bercent la vie de Lucrèce et ce roman, sont les parents de Lucrèce, son petit frère, ses grands-parents mais aussi ses copines, son professeur de français et les autres membres de l’établissement.

Vous l’aurez compris, ce roman respire la jeunesse. Il est très frais, il m’a beaucoup plu. Je suis certaine que les lectrices en herbe vont l’adorer. Je suis assez pressée d’avoir dans les mains la suite de ses aventures.

Du côté de l’intrigue, c’est assez sympathique aussi, ce sont des petites histoires qui permettent de rebondir facilement lorsqu’il y a quelques longueurs. En effet, on respire facilement, les histoires sont relativement courtes et cela nous permet de vouloir en savoir plus et de découvrir un autre aspect de la vie de cette petite fille pleine de vie.

C’est un roman qui va vous mettre du baume au cœur, vraiment. Il est frais, drôle et j’ai eu l’impression de lire des histoires modernes du même genre que celle du Petit Nicolas. C’est vraiment excellent pour décompresser de la journée, entre deux grosses lectures plus sérieuses et/ou plus adultes. Franchement, c’est à lire.

Je ne peux que vous conseiller de glisser ce premier tome dans les affaires de vos enfants lors des prochaines vacances. Ils ne peuvent qu’adorer cette nouvelle saga.

La plume de l’auteure est fraiche, pleine d’humour et de bon sens, c’est assez prenant. Les répliques sont drôles sans être vulgaires pour un sou. C’est vraiment une belle découverte.

Ce que l’on peut aussi apprécier dans cette histoire c’est la modernité des notions abordées. Lucrèce fait partie d’une famille recomposée : son beau père l’accepte comme sa fille et son petit frère est en réalité son demi-frère mais cela n’a aucune importance pour eux. L’épanouissement des enfants est total et primordial pour ces parents modernes qui laissent les enfants vivre leur vie tout en les surveillant du coin de l’œil. Ce livre est bourré de ce genre de choses et c’est important pour les enfants de la nouvelle génération de lire sur ces sujets qui sont encore tabous.

Les + :

  • Un roman jeunesse moderne qui aborde des sujets importants
  • Un humour présent tout au long du roman
  • Des épisodes courts qui nous parlent beaucoup.
  • Des personnages sympathiques.

Les – :

  • Des réactions un peu trop naïves par moment pour les lecteurs plus vieux.

Ma note : 16/20

 

20

Les quatre gars – Claire Renaud

téléchargement (1).jpgRésumé : Il y a mon papi, mon père, mon frère, Yves et moi, 9 ans, Louis. On vit à Noirmoutier – on récolte du sel. La mer nous éblouit. Chez nous, ça ne parle pas, ça rit un peu. Il faut dire que les femmes sont parties ; depuis, papa vite comme un ours, papi parle au fantôme de mamie et Yves est accro à la drague et à la muscu. ET MOI ? Ben moi, j’aimerai croire que cette vie, on peut faire mieux, que « presque » la vivre.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Lucie des éditions Sarbacane pour l’envoi de ce nouveau service presse. Je redécouvre la plume de Claire Renaud que j’ai découvert avec « Où sont les filles ? » Ici, on ne peut pas ne pas faire le rapprochement avec ce premier roman qui était plutôt réservé aux filles. Ici, contrairement à « où sont les filles ? » on a une famille exclusivement composée de garçons de tout âge : avec un grand-père, un père et les deux fils.

La solitude des hommes n’est pas volontaire. Le grand-père, Pierre-Marie, souffre du décès de sa femme. Il lui parle, on voit qu’il souffre de son absence. Il refuse de côtoyer d’autres femmes. Jean-Marie est le père d’Yves, d’un naturel bourru, il s’avère être très dur par moment avec ses enfants. Il ne se remet pas du départ de sa femme et le fait, en quelque sorte, payer à ses fils. En parlant de ses fils, je vous présente Louis-Marie, le petit jeune avec qui on vit l’histoire et Yves-Marie, son grand-frère accro à la musculation pour devenir un super guerrier.

Même si l’on remarque que la famille ne fonctionne pas forcément toujours correctement, le fait que l’on trouve «Marie » dans tous les prénoms marque quand même une sorte de solidité, d’union entre les membres de la famille Dégâts.

Louis est un jeune garçon plein de ressources qui souffre de la situation familiale. En effet, il aimerai une certaine harmonie, que la joie de vivre revienne et que les rires raisonnent de nouveau dans cette maison qui a perdu son sourire. Louis n’hésite pas à forcer le destin par moment. Il veut retrouver son père comme il était avant que sa mère ne parte sans se retourner et sans revenir.

Louis est un petit garçon de neuf ans qui, par moment, doit faire face à des responsabilités d’adulte. C’est vraiment un petit garçon plein de courage qui ne recule devant rien pour pouvoir sortir sa famille de cette situation.

J’ai adoré la relation de Louis Marie avec Pierre-Marie, son papi. En effet, c’est une relation très forte, qui apporte beaucoup au roman selon moi et qui marque la force de l’amour entre un grand-père et son petit-fils qui se serrent les coudes.

L’absence pèse vraiment dans l’atmosphère du roman. C’est vraiment lourd mais la plume de l’auteure vient rafraichir tout cela ! En effet, là où l’on aurait pu avoir des moments de latence, de profond désespoir, on se retrouve avec une plume bourrée d’humour et des personnages hauts en couleur qui nous permettent d’avoir une lecture fluide et très belle.

J’ai passé un agréable moment de lecture avec ce roman jeunesse qui est parvenu à me transporter le temps de quelques pages qui passent très vite.

On se rend compte du talent de l’auteur qui a une plume très vive et assez attachante. Elle va faire le bonheur de beaucoup d’enfants, j’en suis persuadée. J’apprécie aussi beaucoup le fait que le roman souligne et soulève des notions importantes dans notre société actuelle. Ainsi, on met le pied à l’étrier de beaucoup d’enfants qui ne se rendent pas forcément compte de l’importance de ces notions.

Ma note : 16/20

10

Où sont les filles – Claire Renaud et Eglantine Ceulemans

téléchargement.jpgRésumé : Ondine vit avec sa sœur Marine, sa mère Océane et sa grand-mère Pélagie. Entre filles, tranquilles. Jusqu’au jour om Ondine remarque un garçon, à l’école. Beau, mystérieux, inaccessible… Comment l’aborder ? Elle est comme une poule devant un couteau ! En se couchant le soir, elle lance une petite prière à qui peut l’entendre… Le lendemain, au réveil, elle s’aperçoit qu’il n’y a plus une seule fille sur Terre !! Non, plus une seule. Sœur, mère, grand-mère, copines et maîtresses, elles ont été transformées en garçons… et ne se rendent compte de rien ! Est-ce un coup du mystérieux Misteress Smith, étrange personnage coiffé d’un haut-de-forme qui est apparu dans sa chambre tel un génie de la lampe.

Mon avis : Je remercie Lucie de la maison d’édition Sarbacane pour l’envoi de ce service presse qui m’a fait sourire. En effet, je suis repartie à l’école primaire.

J’ai trouvé l’idée de départ très bonne. En effet, Ondine vit avec sa mère, sa sœur et sa grand-mère. On exclut complètement les hommes et les garçons de sa vie personnelle. Il est donc normal de la voir patauger comme une folle lorsqu’elle remarque un garçon dans la cour de récréation. Elle est submergée par les questions et se demande comment attirer l’attention de ce garçon. A la maison, elle ne trouve pas vraiment de réponse à ses questions puisque les garçons sont quelques peu bannis de la maisonnée et des pensées des filles.

J’ai trouvé la question de la mixité importante dans ce roman et c’est peut être ce qui manque un peu. Puisque par la suite, on se rend compte quand même que l’on est dans un monde exclusivement masculin, mise à part Ondine. On se retrouve, d’un coup de baguette magique, dans un monde où il n’y a que des garçons. Ainsi Ondine est « obligée » de comprendre comment fonctionne un garçon. Elle se rend compte que les garçons ne sont pas les monstres décrits par sa sœur. Elle se rend compte que parler à un garçon, devenir amie avec lui n’est pas si difficile et insurmontable que cela. J’ai trouvé l’idée bonne.

Elle se retrouve dans la confrontation des deux mondes grâce/à cause de Misteress Smith qui apparait comme étant nu magicien. Il permet de soulever la question de la mixité, de la différence entre garçon et fille. J’ai trouvé le personnage ambivalent, multi genre ce qui est bien. Cependant, j’ai trouvé qu’il était en surface, on aurait pu un peu plus creuser ce personnage qui semblait bon, à la base mais, j’ai quand même eu un gout de trop peu.

Le personnage d’Ondine, qui est le personnage principal est assez charmant. Elle m’a beaucoup fait rire par la naïveté et sa soif de découverte du monde, de l’autre genre. Ce personnage détaillé va permettre à beaucoup de petites filles de s’y identifier.

Je dois vous avouer que c’est un roman qui soulève beaucoup de questions qui s’imposent dans la société de nos jours : on parle de mixité, d’égalité des sexes, de la possibilité d’avoir des amitiés mixtes mais aussi des différences entre les garçons et les filles. J’ai trouvé cela top !

Mis à part quelques petits « points négatifs » comme un léger manque de profondeur du personnage du magicien, j’ai passé un bon moment de lecture.

La plume de l’auteure est parfaite pour l’exercice « jeunesse ». Je suis ravie d’avoir pu découvrir son univers et sa plume avec ce roman très frais, drôle, dynamique qui plaira beaucoup aux jeunes. Je pense que le public visé reste les enfants entre 8 et 11 ans. Après, rien ne vous empêche de vous plonger dans ce court roman qui permettra de vous évader quelques heures et retrouver la naïveté enfantine.

Ma note : 16/20